Parcours du Mythe d'Orphée Objet d'étude principal la poésie Objet d'étude secondaire le théâtre

-

Documents
16 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée, Première
1 Parcours du Mythe d'Orphée. Objet d'étude principal : la poésie. Objet d'étude secondaire : le théâtre. Texte 1. APOLLODORE L'Athénien Apollodore d'Athènes (en grec ancien ?π????????? / Apollódôros) est un grammairien grec du IIe siècle av. J.- C. Élève d'Aristarque de Samothrace à Alexandrie, il quitte la ville vers 146 av. J.-C., sans doute pour Pergame. Il passe la majeure partie de sa vie à Athènes, où il rédige des ouvrages d'érudition, dont une chronologie en vers iambiques pour la période allant de la guerre de Troie à 144 av. J.-C. La compilation de récits mythologiques qui lui a été attribuée, dite Bibliothèque, serait en réalité bien postérieure à cet auteur : l'œuvre cite un auteur romain, Castor l'Annaliste, contemporain de Cicéron (du Ier siècle avant J.-C. donc puisque Cicéron est mort en 43 av. J.-C.). On appelle généralement l'auteur de la Bibliothèque le pseudo-Apollodore. « Pseudo-Apollodore » est le nom donné à l'auteur de la Bibliothèque, anciennement attribué à Apollodore d'Athènes (IIe siècle av. J.-C.). On ne sait rien de sa vie ni de ses éventuelles autres œuvres. On s'accorde à penser que l'œuvre a été écrite au Ier ou IIe siècle ap.

  • iie siècle av

  • auteur de la bibliothèque

  • hommes pieux vers la beauté

  • rayons de la belle lumière

  • amour

  • dieu des enfers

  • parcours du mythe d'orphée


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 1 343
Langue Français
Signaler un problème
Parcours du Mythe d’Orphée.  Objet d’étude principal : la poésie. Objet d’étude secondaire : le théâtre.
 Texte 1. APOLLODORE L’Athénien   Apollodore d’Athènes (en grec ancien Άπολλόδωρος / Apollódôros) est un grammairien grec du IIe siècle av. J. -C. Élève d ’Aristarque de Samothrace à Alexandrie, il quitte la ville vers 146 av. J. -C., sans doute pour Pergame. Il passe la majeure partie de sa vie à Athènes, où il rédige des ouvrages d’érudition, dont une chronologie en vers iambiques pour la période allant de la guerre de Troie à 144 av. J.-C. La compilation de récits mythologiques qui lui a été attribuée, dite Bibliothèque , serait en réalité bien postérieure à cet auteur : l’œuvre cite un auteur romain, Castor l’Annaliste, contemporain de Cicéron (du Ier siècl e avant J.-C. donc puisque Cicéron est mort en 43 av. J -C ). On appelle généralement l’auteur de la Bibliothèque le pseudo -Apollodore. « Pseudo-Apollodore » est le . . nom donné à l’auteur de la Bibliothèque, anciennement attribué à Apollodore d’Athènes (IIe siècle av. J.-C.). On ne sait rien de sa vie ni de ses éventuelles autres œuvres. On s’accorde à penser que l’œuvre a été écrite au Ier ou IIe siècle ap. J.-C. La Bibliothèque  est une sorte d’abrégé de la mythologie grecque. C’est l’une des sources les plu s complètes et les plus utiles sur le sujet, et il semble que le pseudo-Apollodore ait été très fidèle à ses sources : le passage de la Bibliothèque parlant du mythe d’Œdipe, par exemple, est très proche de la version que Sophocle donne dans l’Œdipe roi, et celui parlant d’Alceste, fille de Pélias, est très proche de la tragédie d’Euripide portant son nom.  Le texte que nous avons à l’heure actuelle est fragmentaire.   1. Zeus épousa Héra, avec laquelle il eut Hébé, Ilithyie et Arès. Mais il s’unit aussi ave c beaucoup d’autres femmes, mortelles et immortelles. Avec Thémis, la fille d’Ouranos, Zeus engendra les Saisons -Eirênê [la Paix], Eunomie [l’Ordre] et Dikè [la Justice] -, et les Moires : Clothô, Lachésis et Atropos. De Dioné, il eut Aphrodite, et d’Eur ynomé, fille d’Océan, il eut les Grâces - Aglaé, Euphrosyne et Thalie. De Styx il eut Perséphone, et de Mnémosyne, il eut les Muses : d’abord Calliope, puis Clio, Melpomène, Euterpe, Érato, Terpsichore, Uranie, Thalie et Polymnie.  2. De Calliope et d’Œagr e (ou peut-être d’Apollon, c’est la version la plus répandue) naquirent Linos, qui fut ensuite tué par Héraclès, et Orphée, le grand musicien : avec son chant il savait émouvoir même les pierres, même les arbres. Un jour, son épouse Eurydice fut mordue par un serpent, et mourut ; alors Orphée descendit dans les Enfers, décidé à la récupérer, et il persuada Hadès de la renvoyer sur terre. Le dieu posa une condition à sa promesse : sur le chemin du retour, Orphée ne devrait jamais se retourner pour regarder son épouse avant d’arriver chez lui. Mais Orphée désobéit : il se retourna, regarda Eurydice et elle dut redescendre aux Enfers. Orphée fut le fondateur des Mystères de Dionysos. Les Ménades le tuèrent, et le mirent en pièces, puis il fut enseveli en Piérie.  3. Clio tomba amoureuse de Piéros, le fils de Magnétès : c’était la vengeance d’Aphrodite, pour le mépris avec lequel Clio avait parlé de son amour avec Adonis. La Muse, donc, s’unit à Piéros, dont elle eut Hyacinthos. Thamyris, le fils de Philammon et de la Nymphe Argiopé, tomba amoureux de lui, et c’est ainsi que naquit pour la première fois l’amour homosexuel. Apollon, lui aussi ensuite, tomba amoureux de Hyacinthos. Mais un jour, en lançant un disque, involontairement il le tua. Thamyris était d’une beauté exceptionnelle, et jouait de la lyre à la perfection, si bien d’ailleurs qu’il osa défier les Muses dans une compétition musicale. Les conditions étaient les suivantes : si Thamyris était vainqueur, il pourrait faire l’amour avec toutes les muses ; si au contraire il perdait, elles pourraient lui ôter ce qu’elles voulaient. Naturellement les muses se montrèrent supérieures, sans conteste. Et elles enlevèrent à Thamyris et la vue et l’art de la lyre.  APOLLODORE L’Athénien, La Bibliothèque Livre I, 3, 1-6   
1