POUR UNE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE
21 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

POUR UNE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
21 pages
Français

Description

Niveau: Secondaire
« POUR UNE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE QUI CONTRIBUE A LA REUSSITE DE CHAQUE ELEVE » INSPECTION PEDAGOGIQUE REGIONALE D'EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE LE PROJET DE L'INSPECTION PEDAGOGIQUE REGIONALE D'EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE : 1

  • texte officiel de référence

  • strict contrôle de la conformité des situations d'enseignement aux textes réglementaires

  • modalités d'évaluation du socle commun au diplôme national du brevet

  • education physique

  • action au service des projets éducatifs

  • compétence sociale

  • loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'ecole n°


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 43
Langue Français

Exrait

  
INSPECTION PEDAGOGIQUE REGIONALE D’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE
LE PROJET DE L'INSPECTION PEDAGOGIQUE REGIONALE
D'EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE :
« POUR UNE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE  
QUI CONTRIBUE A LA REUSSITE DE CHAQUE ELEVE »
1
PREAMBULE
SOMMAIRE
A. LES GRANDS ENJEUX EDUCATIFS
B. LE PROJET PEDAGOGIQUE D'E.P.S.
C. L'EVALUATION AUX EXAMENS
D. LA COORDINATION
E. L'ORGANISATION DE L'E.P.S
F. L'ASSOCIATION SPORTIVE
G. LES INAPTITUDES PHYSIQUES
H. LA FORMATION PROFESSIONNELLE
I. L'INSPECTION DES PROFESSEURS
SYNTHESE DES IDEES – FORCES
2
page 3
page 4
page 8
page 9
page 10
page 11
page 13
page 14
page 15
page 15
page 20
 PREAMBULE :
Les orientations, directives, recommandations et ambitions contenues dans le présent document doivent être considérées comme
le projet de l'Inspection Pédagogique Régionale d'E.P.S. de l'Académie de Strasbourg.
En harmonie avec le Code de l’Education (*) et la Loi d'orientation et de programme pour l’avenir de l’Ecole (Loi n° 2005-380 du 23 avril 2005 parue au JO du 24 avril 2005) ce projet est conçu et organisé en vue de contribuer à la réussite de tous les élèves  et de leur ménager les meilleures conditions pour apprendre et devenir capable de conduire leur vie personnelle en pleine responsabilité.
Ce projet est également inspiré par une double fonction assignée à l'Inspection Pédagogique régionale qui ne se limite pas à un strict contrôle de la conformité des situations d’enseignement aux textes réglementaires :
- la première est d'observer à la source, de voir par soi-même, d'être à l'écoute ; - la seconde est d'apporter une aide par la mise à disposition des compétences, par la réflexion partagée et par le soutien humain.
(*) Vous trouverez sur le site de l’Académie, à la rubrique EPS, un recueil des textes officiels mis à jour régulièrement. 
3
A . LES GRANDS ENJEUX EDUCATIFS  Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’Ecole n° 2005-380 du 23 avril 2005  ( J.O. du 24 avril 2005) et ses textes d’application. Au delà de leurs missions strictement disciplinaires, les enseignants d’EPS doivent se sentir concernés par les grands thèmes éducatifs et les finalités du service public d’éducation. Certains sont déjà intégrés aux Programmes d’EPS, d’autres sont nouveaux et doivent susciter, à ce titre, participation et attention particulières. Ce projet s’inscrit également dans le projet d’académie 2012-2015. Celui – ci retient quatre axes principaux : -nourrir l’ambition scolaire et garantir l’égalité des chances, -assurer l’équité scolaire par un parcours personnel de réussite pour chaque élève, -s’insérer dans la société par la maîtrise des codes sociaux, langagiers et culturels, -moderniser, innover, rendre performant le pilotage académique.
·  Les dispositifs à mettre en place dans le cadre de la loi dorientation et de programme :
Le socle commun de connaissances et de compétences . ( D. 2006-830 du 11 juillet 2006) Au même titre que toutes les disciplines, l’EPS joue un rôle dans l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences. Il en est ainsi par exemple : - de « la maîtrise de la langue française » à tous moments des enseignements, - de la « pratique d’une langue vivante étrangère » dans les structures reconnues par l’institution, - de la «culture scientifique et technologique », de la « maîtrise des techniques de l’information et de la communication » et de la « culture humaniste » en fonction des parties du programme EPS abordées. Les « compétences sociales et civiques » et « l’autonomie et l’initiative » concernent plus particulièrement encore notre enseignement.
Les modalités d’évaluation du socle commun au Diplôme National du Brevet sont définies par la note de service n° 2009-0156 du 13/07/2009. « Une attestation de maîtrise des connaissances et des compétences du socle commun au palier trois est exigible pour l’obtention du diplôme national du brevet pour la session de 2011 ». Le livret personnel de compétences reprend l’ensemble des attestations de paliers 1, 2 et 3 (arrêté du 14-6-2010 : Evaluation , Livret Personnel de Compétences et circulaire du 18 -6-2010 : mise en œuvre du LPC).
L’équipe des enseignants d’EPS veillera à participer aux réflexions de l’équipe éducative du collège et contribuera à la validation de ces compétences (palier 3).
 Histoire des arts  :  Afin de donner aux élèves une meilleure ouverture sur le monde dans lequel ils vivent, l'histoire des arts , est maintenant définie comme un enseignement à part entière dans l'ensemble de la scolarité : à l'école primaire depuis la rentrée 2008, au collège et au lycée (voies générale, technologique et professionnelle) depuis la rentrée 2009. Les enseignants peuvent aussi y contribuer dans le cadre purement disciplinaire. Ainsi : « L’E.P.S. participe à l’acquisition d’une culture humaniste. A ce titre, elle contribue à sensibiliser les élèves à l’histoire des arts principalement dans le domaine des « arts du spectacle vivant ». Lorsque les activités danse et arts du cirque sont programmées, quel que soit le niveau de classe, une mise en perspective historique et culturelle peut être proposée. Celle-ci s’appuie alors sur les thématiques du programme d’histoire des arts et sur des œuvres traitées dans le cadre des autres enseignements. » (Programmes Collège 2008). A compter de la session 2011, l’épreuve d’histoire des arts est obligatoire au DNB.
L’accueil des élèves en situation de handicap : (à ce sujet, se référer également à la circulaire de rentrée 2011/2012)
4
La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances des élèves handicapés affirme pour chacun le droit à un parcours scolaire continu et adapté. Un nombre croissant d’élèves en situation de handicap sont d’ores et déjà accueillis en intégration « ordinaire » dans les cours d’EPS. Par une attention et une vigilance soutenues, il convient de tendre vers une participation de la totalité de ces élèves à la condition qu’ils y soient autorisés médicalement.
Les programmes personnalisés de réussite éducative (P.P.R.E) : Ils s’adressent à des élèves en difficulté présentant des retards significatifs dans les apprentissages fondamentaux. Dans le cadre de l’EPS, des P.P.R.E peuvent être proposés pour des activités de soutien natation par exemple.
Les thèmes de convergence : Ils permettent de faciliter des approches croisées de certains thèmes d’apprentissages constitutifs des programmes de chaque discipline (énergie – environnement et développement durable – météorologie et climatologie – mode de pensée statistique dans le regard scientifique sur le monde – santé – sécurité). L’EPS peut contribuer à ce travail interdisciplinaire (texte officiel de référence: BO HS n°5 du 25 août 2005 ).
Les conseils pédagogiques :  Ce sont des lieux supplémentaires de réflexion pédagogique et éducative dans les établissements au sein desquels l’EPS est en mesure d’apporter sa contribution. Nous incitons fortement les enseignants d’EPS à participer à cette instance où se décident au niveau local les politiques éducatives.
Le programme ECLAIR, les ERS et internats d’excellence : Les enseignants d’EPS sont invités à poursuivre leur action au service des projets éducatifs spécifiques (innovation et expérimentation notamment dans le cadre de l’article 34 de la loi de 2005) des établissements concernés et de leurs élèves. La discipline continuera ainsi à jouer son rôle reconnu d’intégration, d’insertion et de réussite scolaires.
La poursuite de la réforme du lycée général et technologique  : La réforme débutée en septembre 2010 prévoit un réaménagement de l’ensemble des séries (décrets n °2010 – 99 et 2010 -100 du 27/01/10 et arrêtés du 27/01/10 et 01/02/10). Les enseignants d’EPS sont invités à s’investir dans l’accompagnement personnalisé et le tutorat (BO spécial n ° 1 du 04/02/10, circulaire n°2010-013 du 29.01.10).        ·  Les secteurs habituels de laction transversale et spécifique des enseignants dEPS  :
La sécurité : Elle est une composante impérieuse constitutive de tout apprentissage en EPS. En ce qui concerne le « savoir nager » cette compétence comporte une dimension citoyenne plus particulière dans la mesure où nager peut permettre de « se sauver ou de sauver les autres ».
La santé : Elle constitue un axe fort de la circulaire de rentrée 2011/2012 (« Promouvoir l’éducation à la santé »). « La gestion de la vie physique à tous les âges de la vie » est une des finalités de l’EPS et relève également d’une attitude citoyenne. Il est, en effet, établi qu’une pratique physique raisonnée et bien conduite constitue un gage de santé, dont la portée dépasse le simple bien-être individuel et touche au bien public.
5
La maîtrise des émotions :  En EPS, l’élève se trouve placé dans des situations qui, pour être difficiles, lui sont néanmoins accessibles car adaptées à ses possibilités d’action. Les conditions sont donc réunies pour favoriser l’apprentissage de la maîtrise des émotions et à son réinvestissement dans d’autres circonstances de la vie.
L’éducation à la citoyenneté et la lutte contre la violence :  Elles représentent une préoccupation majeure. Les programmes d'EPS insistent sur le rôle spécifique et déterminant de la discipline dans l'éducation concrète à la citoyenneté, à laquelle elle contribue. L’EPS permet, en effet, d’expérimenter dans l’action, par la pratique des activités et en relation avec les autres, certaines valeurs républicaines et certains comportements qui préparent l’élève à sa vie future de citoyen (prise de conscience des règles et des enjeux de la citoyenneté).
Le respect de l’autre: pour garantir un climat favorable à la réussite scolaire (axe 1 du projet d’académie) Grâce à une attitude pédagogique adaptée, les enseignants d’EPS s’efforcent d’atténuer les effets de l’inégalité des aptitudes physiques, souvent douloureusement vécus au moment de l’adolescence. Les élèves accomplissent des tâches et tiennent des rôles : arbitre, juge, aide, parade qui leurs permettent d’apprendre dans l’action et de respecter ceux qui les assument. Chacun trouve donc sa place en fonction de ses capacités. Dans cet esprit, les élèves qui sont reconnus inaptes partiel ou total à la pratique des activités physiques par le corps médical se voient proposer des pratiques corporelles adaptées ou des tâches de responsabilité dans le bon déroulement des leçons.
Les enseignants d’EPS  seront par ailleurs particulièrement vigilants à la prise en compte des différences entre les filles et les garçons. La loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école (2005), dans son article 5 stipule que les établissements du système scolaire « contribuent à favoriser la mixité et l’égalité entre les hommes et les femmes ». Les enseignants assureront « une formation à la connaissance et au respect des droits de la personne ainsi qu’à la compréhension des situations concrètes qui y portent atteinte ». Une réflexion approfondie sur l’offre de formation proposée aux élèves contribuera également à une meilleure prise en compte des différences et visera à garantir une plus grande égalité des chances (axe 1 du projet dacadémie).  La solidarité: En EPS, les situations vécues impliquent la solidarité. Les élèves y apprennent, par exemple, à assurer la sécurité de leurs camarades par l’acquisition des gestes et attitudes d’aide et de parade. Cette solidarité est également mise à l’épreuve dans l’élaboration de stratégies en sports collectifs ou autres formes de pratiques collectives de coopération (danse, acrosport, arts du cirque…) En EPS, les élèves éprouvent le sentiment d’appartenir à une communauté. Cette communauté prend des formes diverses et variées : équipes, groupes, classes. Le cas échéant, les enseignants pointent, dans une perspective éducative, les limites et les dérives possibles liées à ces sentiments d’appartenance.
La liberté d’action et les règles : D’une manière générale, parce qu’elle confronte souvent les élèves à des règles et qu’elle leur donne l’occasion d’en construire, l’EPS permet l’accès à la compréhension de la nécessité de la loi sans laquelle il n’existe pas de liberté.
6
, ifrtpo setol vnos te fitacudé mentagnecompLacp reosnnlasi é laccompagnement
Notre ambition, de contribuer à la réussite de tous les élèves,  nécessite que tous les enseignants d’EPS : - se sentent concernés par les grands thèmes éducatifs et s’y engagent autant que faire se peut, - prennent appui sur les dispositifs nouveaux, - oeuvrent dans les secteurs habituels de leur action, qu’elle soit propre à leur discipline ou transversale.
7
Le dialogue :  Les élèves sont souvent appelés à s’organiser, à s’écouter mutuellement, à négocier, à effectuer des choix collectifs. Tous ces éléments cultivent des attitudes réinvestissables en d’autres circonstances de la vie sociale.
L’accompagnement éducatif, organisé en 2007-2008 dans les collèges de l’éducation prioritaire, a été généralisé depuis 2008/09.  L’accompagnement éducatif dans le domaine de la pratique sportive est appelé à compléter d’autres dispositifs existants au sein des établissements : l’EPS obligatoire, l’association sportive (AS) et, le cas échéant, la section sportive scolaire (SSS).  Une nécessaire et harmonieuse articulation de l’ensemble implique le respect de trois principes. Le premier d’entre eux concerne l’absence de concurrence. L’accompagnement éducatif ne doit pas se substituer à l’existant, mais l’enrichir. Le deuxième a trait à la complémentarité. La démarche consiste, en effet, à « faire autrement » dans le respect de l’existant sur lequel il faut s’appuyer. Enfin, l’offre de formation dans son ensemble doit être cohérente. Dans cette perspective, les projets de l’accompagnement sportif doivent s’articuler autour des axes éducatifs définis au collège pour donner une cohérence d’ensemble à la politique de l’établissement.
- L’accompagnement personnalisé a été instauré pour la voie professionnelle (élèves en baccalauréat professionnel) en 2009. La mise en place s’est faite en seconde GT à la rentrée 2010. Il s’étend aux classes de 6 ème et de première GT à la rentrée 2011/2012.
Le rôle de notre discipline est également à considérer dans le cadre de l’éducation à l’orientation, et dans le domaine de l’égalité des chances. Cela passe également par une prise en compte des différences dans le cadre de l’offre de formation que nous proposons à nos élèves (axes 1 et 2 du projet d’académie).
·
B . LE PROJET PEDAGOGIQUE D'EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Parler du Projet pédagogique d'E.P.S . ne peut se concevoir sans évoquer le cadre dans lequel il s'inscrit, à savoir le  Projet d'Etablissement et le contrat d’objectifs. Dans le respect du Code de l’Education  les établissements « élaborent un Projet d'établissement ». Celui-ci définit les modalités particulières de mise en oeuvre des objectifs et des programmes nationaux. Il explicite la politique générale et éducative de l'établissement. La manière dont notre discipline s'inscrit et participe à la réalisation du Projet d'établissement, figure dans le Projet pédagogique d'E.P.S . Ce dernier est un moyen de mise en oeuvre du Projet d'établissement. Le projet pédagogique prend en compte : - les contraintes (ce que nous devons faire), - les ressources (ce que nous pouvons faire), pour définir : les objectifs (ce que nous voulons faire), les moyens de leur mise en oeuvre (comment nous allons faire).
Ce Projet pédagogique centré  sur l'élève permet d'adapter  l'enseignement à la population scolaire concernée. Pour l' équipe pédagogique cela signifie : - identifier les caractéristiques des élèves - procéder à des choix , - définir une hiérarchie des besoins (donc se fixer des priorités ), -évaluer  le résultat des actions menées car seule la réalisation, ou non, des objectifs justifie les modifications jugées nécessaires. Les programmes pour le collège, pour la voie professionnelle et pour la voie générale et technologique, impliquent un travail conséquent sur le projet pédagogique afin qu’il tienne compte des nouvelles exigences réglementaires. Ce contexte devra occasionner un réel travail de réflexion, de concertation et d’harmonisation notamment en ce qui concerne la rédaction de fiches ressources par établissement, et la mise en œuvre de procédures d’évaluation communes dans un souci d’équité vis – à – vis des élèves. Ce travail s’inscrira également dans les grands chantiers actuels du système éducatif : socle commun,contribution de l’EPS à la validation du palier 3,implication dans la mise en œuvre de la réforme du lycée. Tout projet doit s'inscrire dans la durée  pour respecter un juste équilibre  entre des bouleversements incessants et une rédaction qui se voudrait quasi définitive ou figée dans le temps.
8
Notre ambition, de contribuer à la réussite de tous les élèves,  nécessite que : - tout enseignant d’EPS puisse répondre clairement à la question : "en quoi notre Projet pédagogique permet-il d'atteindre les objectifs  du Projet d'établissement » ?
-tout élève connaisse son programme  d'enseignement en E.P.S., ce qu’il y a à apprendre, et les modalités d’évaluation retenues.  - tout élève se voie proposer une E.P.S. complète et  équilibrée quel que soit son          enseignant. Textes de référence : Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’Ecole n° 2005-380 du 23 avril 2005 (J.O. du 24 avril 2005) Arrêté du 08/04/2010 (programme d'E.P.S pour les lycées d’enseignement général et technologique) Arrêté du 20/07/2001 (programmes d'E.P.S du cycle Terminal des séries Générales et Technologiques) valable pour la classe de terminale GT uniquement cette année. Arrêté du 8/07/2008 (Programme d'enseignement de l'éducation physique et sportive pour les Collèges) Arrêté du 10/02/2009 (Programme d'enseignement de l'éducation physique et sportive pour les CAP, les BEP et les baccalauréats professionnels)     C . L'EVALUATION AUX EXAMENS :
Elément déterminant de l'évolution de l'E.P.S . au cours de ces dernières années, la certification aux  examens  est actuellement le point autour duquel s'organise principalement la reconnaissance institutionnelle de notre discipline. Concernant plus particulièrement les candidats des lycées évalués en Contrôle en cours de formation (CCF), il convient d’intégrer les élèves présentant un handicap et les inaptes partiels dans les cours d’EPS. Il leur sera alors proposé une épreuve dans le cadre du Contrôle Adapté selon les modalités prévues par les textes. La crédibilité de l'E.P.S. dépend de la rigueur avec laquelle l'évaluation est menée. Une  connaissance   et un   respect   sans faille des Textes Officiels s'imposent donc à tous. Notre ambition, de contribuer à la réussite de tous les élèves,  nécessite : - que l’élève soit informé par avance des  compétences évaluées, des niveaux d'exigence  fixés, des modalités et moments d'évaluation sommative ou certificative retenus ; - que, par souci d' équité,  deux élèves de deux classes de même niveau, ayant des enseignants différents soient évalués selon une procédure commune  à l'équipe pédagogique ; - que les évaluations diagnostique et formative trouvent leurs vraies places dans le processus d'apprentissage  : identifier et remédier aux problèmes rencontrés par les élèves pour réussir dans une situation d’apprentissage
DNB : D. 87-32 du 23/01/87, A. du 23/01/87, N.S. 87-038 du 30/01/87 et 87-331 du 19/10/87 , A. du 01/06/2006. A du 9-7-2009  Diplôme National du Brevet.
9
 Baccalauréat  :  (A. du 09/04/2002, N.S. 2002-131 du 12/06/2002 : Baccalauréats séries générales et technologiques).  (NS 2007-137 BO N°31 du 6 septembre 2007 : Référentiels modifiés du baccalauréat Général Technologique et Professionnel) (NS 2008-128, BO N°38 du 9 octobre 2008 : Baccalauréat Général Technologique et Professionnel : Step, pratique collective) (A. du 15/07/09, BO N° du 27 août 2009 et N.S. n° 2009-141 du 8/10/2009) Modalités d’organisation du contrôle en cours de formation et de l’examen terminal prévus pour l’EPS aux examens du baccalauréat professionnel (session 2012) du CAP et du BEP (session 2011) D. LA COORDINATION EN E.P.S. :
Ce carrefour institutionnel de concertation  doit permettre aux enseignants d'E.P.S. de conforter et d'accroître encore l'habitude déjà reconnue du travail en équipe . Cependant lors des réunions de coordination, les problèmes matériels et d'organisation prennent fréquemment le pas sur les nécessaires réflexions  et concertations pédagogiques . Les choix collectifs permettant l'élaboration du Projet pédagogique, la détermination de contenus d'enseignement (que faire apprendre ?) et la définition des modalités communes d'évaluation sont à privilégier lors de ces réunions. Ce travail de coordination est d’autant plus important que les projets pédagogiques des collèges, des lycées professionnels et des lycées d’enseignement général et technologique sont à élaborer au regard des nouveaux programmes. Des solutions adoptées par des équipes enseignantes de l'Académie, montrent que ce travail pédagogique est possible dans le cadre du fonctionnement habituel de l'établissement. Cela nécessite de se fixer des ordres du jour réalistes, ciblés sur des points précis et de les respecter. Notre ambition, de contribuer à la réussite de tous les élèves,  nécessite que chaque coordonnateur d'établissement assure les tâches et rôles : d' animation  pédagogique d' information de concertation afin que l'équipe construise des outils communs dans le cadre d’une démarche collective. (C. n° 2833 EPS/3 du 05/12/62, N.S. 82-355 du 16/08/82). L'application des textes référencés ci-dessus conduit aux dispositions suivantes concernant la reconnaissance de la fonction de coordonnateur :  1 HSA, si l’établissement compte 3 ou 4 enseignants d’EPS assurant au moins 50 h -(d’enseignement en EPS)  - 2 HSA, si l’établissement compte plus de 4 enseignants d’EPS. Les moyens ainsi attribués peuvent être répartis entre plusieurs enseignants. Envisager ces heures de coordination en décharge de service devient possible dès lors que sont assurés : - l'horaire réglementaire de chacune des classes, - l'animation de l'association sportive, -une aide éventuelle aux élèves en difficulté.
10
E. L'ORGANISATION DE L'E.P.S. : 1.  Les emplois du temps : quelques principes sont à respecter : (A. 76-263/B du 24/08/76 et C.82-023 du 14/01/82) - occupation rationnelle et équilibrée des installations sur l'ensemble de la semaine , - priorité chronologique accordée à l’EPS dans la confection des emplois du temps de l’établissement  - 24 h d'intervalle minimum entre deux séquences d'E.P.S.,  - éviter de confier la même classe à plusieurs  enseignants,  - éviter d' amputer le temps de pratique physique auquel les élèves ont droit. Pour cela, organiser les enseignements en priorité sur installations sportives les plus proches. Pour les lycées éloignés des lieux de pratique, étudier la possibilité de dissocier  l'horaire-élève de l'horaire-enseignant (par exemple, pour 2 heures d'E.P.S., inscrire 2h30 ou 3h à l'emploi du temps de l'élève), afin de permettre les déplacements et d'éviter de transformer les enseignants en surveillants/accompagnateurs. 2. Le service des enseignants :  Il sera équitablement réparti sur la semaine dans un souci de meilleure disponibilité et d' efficacité pédagogiques.  L'emploi du temps d'un enseignant ne devra pas comporter plus  de 6 heures d'enseignement par jour . En aucun cas le maximum de 6 heures par jour ne sera dépassé pour assurer les enseignements obligatoires (C. 76-263/B du 24/08/76). 3. Quelques spécificités de l'E.P.S. : Du fait des conditions particulières de pratique de l'E.P.S., les enseignants doivent intégrer les éléments suivants dans l'exercice habituel de leurs responsabilités :  la sécurité active, les aides et parades. Celles-ci obligent à des contacts physiques. Cette nécessité et ses modalités doivent être clairement explicitées et connues des élèves. Ainsi professeurs et élèves évolueront dans un climat sans équivoque ni ambiguïté (C n° 97-175 du 26/08/97 concernant les violences sexuelles).
▪ la surveillance des élèves ( C. n° 96-248 du 25/10/96 ) dans les vestiaires : Dès le début de l’année des consignes claires, sur les temps de déshabillage, sur le mode et les conditions d'accès des enseignants aux vestiaires, doivent être données à tous les élèves. Cela désamorcera toute interprétation visant autre chose que la sécurité des élèves.
▪ la surveillance des élèves lors des déplacements (C. n° 96-248 du 25/10/96) .Recommandations à l’attention de la communauté éducative et des enseignants d’EPS.( C. n° 2004-138 du 13/07/04 ).
Les 3 points ci-dessus gagneront à figurer explicitement dans le Règlement intérieur de létablissement.
▪ La sécurité  passive sur les installations. Il convient de vérifier systématiquement la fixation des buts, des panneaux mobiles et de tous les autres supports amovibles ( danger mortel ). (A. du 18/08/93 – NS 94.116 du 09/03/94 – D. 96.495 du 04/06/96).
 ▪ Les activités de remplacement en cas d' intempéries . Le projet pédagogique doit contenir des possibilités de cours théoriques, de travaux de groupes, de visionnements audiovisuels, d'étude de documents pédagogiques, etc... en rapport avec le champ culturel de l'E.P.S. Cela aura pour avantage de ne perturber ni le programme poursuivi, ni l'activité des autres classes qui pourront ainsi bénéficier normalement de leurs conditions habituelles de travail. Cette organisation à trouver au sein de l’équipe pédagogique est encore trop peu souvent mise en place.
11