BACCALAURÉAT





Série : STL Option Biotechnologies

Épreuve : Spécialité BIOTECHNOLOGIES


Session 2015


Durée de l’épreuve : 2 heures
Coefficient : 4
PROPOSITION DE CORRIGÉ

1
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
DIAGNOSTIC ET SUIVI D’UN SYNDROME MENINGE
1. DOSAGE DE LA PROTEINE C-REACTIVE PAR TECHNIQUE ELISA

Q1. Le document 1 montre que lors d’une infection bactérienne, le taux de CRP est > à 60
-1 -1mg.L . Ici, l’enfant a un taux de CRP de 110 mg.L ; cela confirme bien le fait qu’il est atteint
d’une infection bactérienne.

Q2.
sérum A sérum B

Cupules à l’étape 3


Q3. Du document 2, nous pouvons voir que :
+ il y a de CRP dans un sérum, + il y a d’anticorps anti-CRP fixés (fin étape 1) et + il y aura de
produit coloré à l’issue de la réaction catalysée par la peroxydase sur le substrat
chromogène (fin étape 2). L’intensité de coloration augmentera proportionnellement à la
quantité de produit coloré apparu (proportionnel à la quantité de CRP présente dans le
sérum). Il y aura donc une augmentation de l’absorbance lue à 670 nm.

Q4. Le document 3 nous montre la variation du taux de CRP sérique au cours du temps au
cours et après une infection bactérienne et après un traitement antibiotique efficace ou non.
Ce résultat est en cohérence avec les indications fournies dans le document 1 car le taux
sérique de CRP est très élevé en cas d’infection bactérienne et permet de la diagnostiquer.

-1Sans traitement efficace, le taux de CRP continue d’augmenter et stagne à 200 mg.L .

Si on traite efficacement l’infection à l’aide d’un antibiotique, le taux de CRP diminue. Ce
paramètre peut donc être fiable à la fois dans le diagnostic et dans le suivi du traitement
d’une infection méningée.



2. IDENTIFICATION PAR PCR DE LA SOUCHE BACTERIENNE IMPLIQUEE DANS L’INFECTION
2.1. Choix des amorces de la PCR
Q5. Le document 4 nous indique que les amorces utilisées permettent d’amplifier un fragment d’ADN
ème èmecompris entre le 79 nucléotide et le 1410 . Donc la taille du fragment amplifié est de 1410 – 79 =
1331 pb.
2
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
Q6. Tm amorce P1 = 2 x (8 + 3) + 4 x (2 + 6) = 54°C
Tm amorce P2 = 2 x (6 + 4) + 4 x (3 + 6) = 56°C
Q7. Pour que la PCR puisse se faire il faut que la température d’hybridation soit légèrement
inférieure de Tm. La température d’hybridation est de 50°C soit moins de 5°C par rapport aux Tm des
deux amorces.
Les deux amorces doivent avoir une température proche (écart < ou = à 2°C). Tel est le cas.
2.2. Identification de la souche responsable de l’infection chez l’enfant
Q8. D’après le document 5, le témoin négatif ne contient pas d’ADN => aucune bande
électrophorétique n’apparaît.
Le témoin positif est de l’ADN spécifique de la souche de référence, responsable du syndrome
méningé => une bande correspondant à un marqueur de taille légèrement inférieur à 1500 pb, qui
est de la même taille que le fragment d’ADN amplifié.
On peut donc valider la méthode.
Q9. La taille du fragment amplifié dans les puits 2 et 4 est identique et est de 1400 pb environ.
Q10. La souche responsable du syndrome méningé de l’enfant est bien Streptococcus pneumoniae,
puisque les deux fragments témoin et patient migrent à la même distance électrophorétique.




3. ETABLISSEMENT DE LA STRATEGIE THERAPEUTIQUE
Q11. Le document 6 nous indique une vitesse de croissance de la bactérie optimale (car maximale) à
37°C et à pH 7 environ.
Q12. La bactérie dont on veut étudier l’efficacité d’un traitement antibiotique est une bactérie
exigeante en facteurs de croissance.
Le milieu B étant un milieu empirique ne convient pas à la croissance de ce type de bactérie. Il ne
contient que des peptones sans facteurs de croissance.
Le milieu C semblerait plus propice de par sa composition (contient des peptones et des facteurs de
croissance tels que viande de bœuf et sang de mouton) mais n’est pas favorable à al croissance de la
bactérie étudiée puisque son pH est trop acide (5,7).
Donc il faudra prendre le milieu A qui est semblable au milieu C avec un pH adéquat à une croissance
bactérienne optimale.
3
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation
Q13.
CMI
29

Q14. La bactérie est sensible à la céfotaxime.
Elle est résistante à l’amoxicilline. Et l’érythromycine a un effet bactériostatique sur la bactérie.
Q15. L’enfant ayant été traité à l’amoxicilline ne verra pas son infection être éradiquée puisque cet
antibiotique est inefficace. Son taux de CRP continuera d’augmenter, comme présenté dans le
document 3 avec un traitement non efficace.


4
Propriété exclusive de Studyrama. Toute reproduction ou diffusion interdite sans autorisation