13 pages
Français

A partir de Louis‐René des Forêts et - A partir de Louis-Ren des ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A partir de Louis‐René des Forêts et - A partir de Louis-Ren des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 105
Langue Français
A  partir  de  Louis René  des  Forêts  et  Samuel  Beckett,  écrits  de  vieillesse  et  vieillesses  écrites   La  Rochelle,  10  octobre  2007   En  littérature,  la  vieillesse  est  soit  une  condition  du  protagoniste  dune  uvre  soit  celle  de  son  auteur.  Ce  ne  sont  pas  les  bons  sentiments,  la  piété,  voire  la  pitié  qui  permettent  daborder  ce  sujet.  Certes,  il  y  a  des   romans  et  des  pièces  de  théâtre  qui  célèbrent  la  sérénité  de  lâge,  voire  la  vigueur  dun  vieillard.  Mais  plus  souvent,  les  écrivains  se  laissent  affecter  par  les  stigmates  de  la  vie  finissante  et  par  la  mort.  Le  Roi  Lear  est  un  vieux  fou  dont  les  délires  énigmatiques  traversent  le  drame.  La  première  strophe  du  poème  Les  fenêtres  de  Mallarmé,  met  en  scène  un   «  moribond  sournois  »  qui  «  traîne  sa  pourriture  »  vers  la  fenêtre  dun  hôpital.  Et  quand  Baudelaire  rend  hommage  à  un  poète  oublié  et  infortuné  dans  Le  vieux  Saltimbanque ,  il  ne  nous  épargne  pas  sa  «  répugnante  misère  ».  Dans  sa  nouvelle  Le  pauvre  musicien ,  Grillparzer  sonde  la  déchéance  mélancolique  dun   musicien  déchu  et  vieillissant  de  la  Vienne  de  Metternich.  A  quel  désir  un  auteur  obéit il  quand  il  décrit  une  échéance  à  laquelle  il  néchapperait  lui même  que  par  une  mort  prématurée  et  accidentelle  ?  Quel  intérêt  un  lecteur  peut il  bien  prendre  à  un  art  talonné  par  la  fin  ?  Le  problème  ne  se  résout  pas  quand  on  renvoie  à  lindéniable  grandeur  de  certains  derniers  uvres.  Ne  serait ce  pas  notre  propre  crainte  de  la  mort  qui  nous  fascine  dans  la  littérature  crépusculaire  ?  Je  ne  crois  pas  que  cette  explication  suffit.   Les  textes  littéraires,  ceux  qui  méritent  que  nous  nous  penchions  sur  eux,  ne  se  limitent  pas  à  lexploitation  du  fantasme  de  leur  auteur,  fantasme  sans  lequel  son  désir  battrait  de  laile.  Un  article  de  Freud  ( Le  poète  et  lactivité  de  fantasmer ,  1908)  ou  Les  foules ,  un  poème  en  prose  de  Baudelaire,  semblent  nous  conduire  à  un  tel  malentendu.  Freud  et  Baudelaire  semblent  dire  que  la  poésie  ne  se  laisse  pas  ramener  à  lactivité  fantasmatique  et  au  rêve  diurne.  Il  nen  est  rien  :  Baudelaire  oppose  la  liberté,  dans  le  rapport  du  poète  au  langage,  à  la  réalité  et  au  pouvoir  du  maître  alors  que  Freud  esquisse  une  théorie  du  fantasme  à  partir  de  la  souplesse  de  sa  matière  signifiante  qui  soppose  aux  contraintes  de  lespace  et  du  temps.   Les  grands  textes  littéraires,  plutôt  que  de  se  soumettre  à  la  logique  du  fantasme,  à  laquelle  Lacan  a  dédié  un  de  ses  séminaires,  jouent  avec  elle.  Dans  la  mesure   la  littérature  transforme  la  satisfaction  sauvage  de  la  pulsion  dans  le  symptôme  en  une  satisfaction  sublimée,  qui  opère  dans  lacte  décrire  et  donne  forme  au  contenu  de  luvre  qui  en  résulte,  elle  permet  aussi  aux  écrivains  daccorder  celle ci  à  leur  vie  et  dassumer  leur  mort.   Assumer  ne  veut  pas  dire  accepter.  Louis René  des  Forêts  (L RdF)  écrit  dans  louvrage  dont  nous  allons  proposer  une  lecture  partielle  :  «  pas  plus  quil  a  
 
1