Avec Marie-Beth, parler anglais devient facile OrneLink « Language ...

Avec Marie-Beth, parler anglais devient facile OrneLink « Language ...

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Avec Marie-Beth, parler anglais devient facile OrneLink « Language ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 206
Langue Français
Signaler un problème
0
riginaire de la côte Est des Etats-Unis, Marie-Beth a posé
ses valises en France en 1997. Mariée et installée près de
Flers, cette pétillante Américaine n’a pas souhaité rester
les deux pieds dans le même sabot.
« Dès 2002, j’ai eu
l’idée et l’envie de partager mon savoir. J’ai très vite compris qu’il
manquait une structure capable de former à l’anglais, de manière
dynamique,
ludique mais également professionnelle. Voilà com-
ment j’ai créé mon entreprise. »
Tout a donc commencé avec des
étudiants, des collégiens et
« même de tout petits enfants »
, de
l’initiation au perfectionnement.
La langue maternelle des professeurs
Aujourd’hui secondée par son époux Christophe, Marie-Beth
peut s’enorgueillir de proposer à ses clients d’apprendre l’anglais,
l’espagnol, le polonais, l’allemand, le français langue étrangère et…
le mandarin.
« Notre démarche est de répondre à toutes les solli-
citations en nous appuyant sur des personnes qualifiées. Nous
nous efforçons de trouver des professeurs qui peuvent enseigner
leur langue maternelle. C’est aussi le gage qu’ils sont bien impré-
gnés de la culture du pays dont ils parlent la langue »
, assure
Marie-Beth.
Ces derniers sont évalués, notés autant par l’entreprise que
par les élèves.
« Nous ne proposons pas de cours en nombre.
Tout est basé sur l’échange direct. Nous sommes aussi disponi-
bles sur des créneaux horaires assez larges»
, précise Christophe
Jean.Afin de proposer le bon cursus à chacun, Marie-Beth reçoit les
clients pour évaluer leur niveau :
« Nous fonctionnons avec une
évaluation écrite et parlée. Ce sont 45 minutes d’échanges et
c’est gratuit.C’est une démarche nécessaire pour coller au mieux
aux souhaits de nos clients. Il faut obligatoirement des profes-
seurs parfaitement bilingues pour celles
ou ceux qui partent de
plus loin. »
Toute la force de
MB Jean Formation
en langues, c’est sa
capacité à proposer des
formations qui débordent
l’anglais courant.
« Nous
participons
au
salon
Expolangues à Paris afin
d’être au fait de tout ce qui
sort sur le plan pédagogique
et technique en matière de
spécialités »
, détaille le
mari de la directrice. Ici, on
peut donc converser sur des
sujets plus coriaces que la
météo ou la richesse de votre
tailleur… Enfin, on peut préparer
le test TOEIC, reconnu au niveau
international, utilisé comme outil de référence par de nombreuses
entreprises, et qui impose l’obtention de 750 points sur 990 pour
valider un diplôme d’ingénieur.
Toute proche de la CCI de Flers-Argentan, près de l’aéro-
drome de Flers, la société s’est construite sur une ambiance fami-
liale et chaleureuse.
« A taille humaine»
, conclut Marie-Beth, tou-
jours en souriant.
Dominique Lecoq
MB Jean Formation en langues.
Tél. 06.80.17.42.95/ 02.33.65.50.17.
Mail : mb.jean-formation@laposte.net.
Web : www.formation-en-langues.fr
Let’s speak :
le séjour en immersion
L
’idée est venue d’un ancien professeur d’anglais, tenté
par une démarche pédagogique nouvelle, pour faire
apprendre l’anglais.
« J’ai quitté l’Education nationale
car j’avais envie de tester autre chose pour donner le
goût de l’apprentissage de l’anglais »
, explique Béatrice
Koda. Lassée des séjours linguistiques qui voient le jeune
Français passer beaucoup de temps dans sa chambre, et fina-
lement finir frustré dans son apprentissage de la langue, la
prof de collège a construit un projet qui mêle efficacité, travail
et plaisir. On n’en demande pas toujours autant à l’école…
Let’s speak propose donc des stages intensifs d’anglais
oral dans des familles britanniques ou américaines vivant en
France, et plus spécialement dans l’Orne. Anne-Marie Morin
est basée à Flers où elle représente sa collègue, elle-même
installée dans le Nord Mayenne. Leur rencontre est née du
réseau Ornelink.
Séjour personnalisé
« Nous avons là, à portée de main, un tissu très dense de
familles d’accueil »
, assure cette mère de famille qui a tou-
jours été passionnée par l’Angleterre.
« Nous proposons donc
des séjours, semaine ou week-end, sur mesure, en pension
complète dans une famille qui habite dans le Bocage ornais. Il
s’agit d’offrir un vrai bain linguistique à nos stagiaires. Le parlé
intensif permet réellement d’améliorer la spontanéité, la pro-
nonciation, l’intonation, le vocabulaire et découvrir, au sein des
familles, certains aspects de l’English way of life ! »
, explique-
t-elle. Le tout sans la crainte du voyage car les familles d’ac-
cueil sont toutes dans le bassin de vie local. Et aussi en fonc-
tion du niveau d’anglais du stagiaire.
« Vis-à-vis des familles d’accueil, nous avons mis en place
des critères de sélection pointus. Il s’agit d’une charte qualité
à respecter. Nous vérifions les extraits de casiers judiciaires,
l’implication réelle des familles, la qualité des maisons. »
Le
cahier des charges est précis. Il faut comprendre que pour la
famille d’accueil, il y a obligation à être présent de 9 h à 22 h
pour assurer une conversation intensive au stagiaire. Il faut
aussi lui proposer des animations qui correspondent avec ses
centres d’intérêt.
« Pour cela, nous rassemblons beaucoup
d’informations sur le stagiaire et nous le plaçons dans une
famille plutôt proche de lui.»
Du coup, le séjour est personna-
lisé. Toutes sortes de stagiaires sont accueillies.
«Nous avons
les jeunes pendant les vacances, mais aussi des retraités qui
trouvent l’idée sympathique pour des vacances différentes,
mais encore des personnes handicapées qui ont des besoins
plus spécifiques, des étudiants, des adultes en recherche
d’une remise à niveau rapide…»
conclut Anne-Marie Morin.
D.L.
Let’s speak. Anne-Marie Morin au 06 14 82 59 94.
Mail : letsspeak.normandie@gmail.com.
Web :http //www.letsspeak.net/secteur-normandie/
Avec Marie-Beth, parler
anglais devient facile
F
aciliter les échanges
sociaux et linguistiques
entre ses membres,
c’est un des coeurs de
mission d’OrneLink. Les initiati-
ves allant dans ce sens sont
d’ailleurs très attendues des
nombreux anglophones qui
souhaitent améliorer leur fran-
çais, et des francophones qui
aimeraient pouvoir pratiquer
l’anglais plus souvent. Prendre
des leçons, suivre des cours
n’est pas toujours très motivant
ni évident pour des adultes
déjà bien occupés. Ils recher-
chent une façon plus vivante et
ludique de progresser.
C’est pourquoi, l’équipe
d’OrneLink a décidé de mettre
en place des clubs de langues
dans différentes communes de
l’Orne.
Le principe de ces est très
simple : réunir en un même
lieu, le plus agréable possible,
les membres d’OrneLink, fran-
cophones et anglophones qui
sont en recherche de contacts
et créer les conditions d’un
échange linguistique fructueux,
libre, et surtout
sans com-
plexe. Au menu de ces réu-
nions :
des conversations
autour d’un thème défini, des
jeux et quelques gourmandi-
ses.
Du principe à la réalisation,
il y a parfois tout un fossé à
franchir !
Ce fut le cas ce samedi 9
octobre, jour de lancement du
premier club à Alençon, au
sein
de
l’Hôtel
du
Département. Le temps excep-
tionnel n’a pas joué contre
cette première : les vingt-cinq
participants (dont cinq enfants
et quatre ados) ont tous joué le
jeu et parlé dans la langue de
l’autre dans une ambiance
familiale décontractée. La pre-
mière heure a été consacrée à
la découverte de chacun, par
petits groupes tournants.
Des membres se sont
découverts voisins, ou parta-
geant la même passion, certai-
nes personnes se connais-
saient déjà, des retrouvailles
de longue date ont même eu
lieu !
Dans un espace spéciale-
ment aménagé pour eux les
enfants ont échangé autour de
jeux de société français et
anglais, de magazines bilin-
gues, et d’un atelier dessin.
Même le goûter a été un
grand moment d’échanges lin-
guistiques et culinaires, puis-
que les participants avaient
apporté gâteaux et biscuits.
Pour finir, un grand jeu col-
lectif, inspiré du célèbre Taboo,
a rassemblé petits et grands en
deux équipes très motivées.
Les langues de Shakespeare
et de Molière (parfois malme-
nées) sont venues à bout de
toutes les questions dans une
ambiance absolument fabu-
leuse !
Cette première expérience
prometteuse a démontré qu’il y
a bien une attente chez les
Ornais anglophones et franco-
phones. Elle est aussi la
preuve que la bonne humeur,
la convivialité sont un terreau
fertile pour les échanges lin-
guistiques et culturels. D’autres
clubs attendent de voir le jour
dans tout le département.
OrneLink « Language Club » !
!acile
Si vous souhaitez lancer un OrneLink Language club près de
chez vous, n’hésitez pas et contactez
Elise au 02 33 81 64 46
ornelink@cg61.fr"