Cet extraordinaire phénomène qu est la radioactivité a, comme nous ...
13 pages
Français

Cet extraordinaire phénomène qu'est la radioactivité a, comme nous ...

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
13 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : du temps
  • exposé
II) DANGERS ENVIRONNEMENTAUX ET POTENTIEL DE DESTRUCTION Cet extraordinaire phénomène qu'est la radioactivité a, comme nous l'avons vu précédemment, ébranlé le monde scientifique dans le domaine énergétique. Des travaux menés par plusieurs physiciens ont pu démontrer que certains atomes présents autour de nous pouvaient être radioactifs, soit qu'ils avaient la capacité d'émettre de l'énergie et des rayonnements. Nous ne nous en apercevons pas, mais l'utilisation de la radioactivité et des techniques nucléaires fait partie de notre quotidien : l'électricité, l'industrie, la recherche ou encore la médecine.
  • seconde guerre
  • premières armes nucléaires
  • bombes
  • bombe
  • fission nucléaire
  • autorité de sûreté nucléaire
  • fusion
  • fusions
  • matériau
  • centrale
  • centrales
  • explosion
  • explosions
  • déchet
  • déchets

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 64
Langue Français

Extrait



II) DANGERS ENVIRONNEMENTAUX ET POTENTIEL DE DESTRUCTION

Cet extraordinaire phénomène qu’est la radioactivité a, comme nous l’avons vu
précédemment, ébranlé le monde scientifique dans le domaine énergétique. Des travaux
menés par plusieurs physiciens ont pu démontrer que certains atomes présents autour de nous
pouvaient être radioactifs, soit qu’ils avaient la capacité d’émettre de l’énergie et des
rayonnements. Nous ne nous en apercevons pas, mais l’utilisation de la radioactivité et des
techniques nucléaires fait partie de notre quotidien : l’électricité, l’industrie, la recherche ou
encore la médecine. De ces utilisations, proviennent les déchets radioactifs, potentiellement
dangereux pour l’homme et son environnement, d’où le besoin d’être stockés afin de
n’affliger aucune nuisance. D’autre part, la radioactivité est soumise à des utilisations
pernicieuses, engendrant un potentiel de destruction considérable.

1. Les déchets radioactifs

De façon générale, un déchet se définit par « tout résidu d’un processus de production,
de formation ou d’utilisation, de toute substance, matériau, produit et plus simplement, de tout
bien abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon ».

Parmi les déchets, se trouvent les déchets radioactifs, principalement constitués de
déchets ménagers et industriels. Ils se différencient des autres par leur composition ; en effet,
ils contiennent des éléments dont la radioactivité est très élevée et par conséquent, ne peuvent
pas être jetés dans l’environnement, présentant un risque donc une gestion particulière.

Il existe cinq familles de déchets radioactifs, classés en fonction de leur niveau de
radioactivité et leur durée de vie. Ce classement a été réalisé par l’Autorité de Sûreté
Nucléaire (ASN).

→ Les TFA (déchets à très faible activité) : ils proviennent des installations nucléaires, ce
sont par exemple les gravats, la ferraille, ou le béton qu’on trouve autour d’elles. Leur
radioactivité est très faible et avoisine celle de la radioactivité naturelle.

→ Les FAVL (déchets à faible activité à vie longue), disposés en deux catégories :

Déchets radifères Déchets graphites

Ce sont des déchets minéraux issus du Ils proviennent des réacteurs nucléaires des
traitement de minerai de radium (ex : anciens premières centrales électriques françaises.
paratonnerres)
Ce sont principalement des chemises de
graphites (éléments qui entouraient le
réacteur et contribuaient à leur bon
fonctionnement.

Ils ralentissent également les neutrons émis
par les fissions nucléaires.

→ Les FMAVC (à faible et moyenne activité à vie courte) : à aux seuls, ils représentent déjà
90% des déchets radioactifs, c’est-à-dire presque la totalité. Ce sont les objets contaminés lors
du fonctionnement des centrales (ex : les tenues de protection des personnes travaillant autour
de la radioactivité : gants, blouses) mais aussi des laboratoires et des utilisateurs de
radioéléments (atome dont le noyau est instable donc radioactif). Leur nocivité peut atteindre
les 300 années maximum.

→ Les HA (à haute activité) et les MAVL (à moyenne activité à vie longue) sont regroupés
car ils présentent des caractéristiques similaires. Ce sont des produits de fission, c’est-à-dire
des résidus de la réaction nucléaire d’un noyau lourd d’uranium ou de plutonium, qui a lieu
dans les centrales nucléaires. A eux seuls, ils représentent 95% de la radioactivité totale, mais
ne représentent que 3% du volume des déchets. La durée de leur nocivité peut atteindre des
milliers voire des millions d’années.

2. Un stockage nécessaire à la protection de l’écosystème

Les déchets radioactifs sont un danger non négligeable pour l’homme et
l’environnement. En effet, selon leur nature, leur activité et leur temps d’exposition, ils
peuvent provoquer chez l’organisme des brûlures plus ou moins graves, des cancers ; d’où la
nécessité d’être isolés afin d’assurer la protection de l’écosystème.


A) Confiner les déchets radioactifs

C’est l’une des trois étapes qui consistent à notre protection. Confiner les déchets
passe tout d’abord par la réduction de leur volume afin que leur compactage, leur incinération
et leur conditionnement soient facilités.

Ensuite, ils sont prêts à être stockés, ce sont des « colis ». Ces derniers sont composés,
bien sûr des déchets mais pas uniquement : ce n’est que 15% du colis ; le reste est constitué de
l’emballage de ces déchets donc d’un matériau de confinement et d’un conteneur. Le matériau
peut être en ciment, en bitume ou en résine, ou encore en verre. Cela dépend du type de
déchets mais, par exemple, pour ceux dont l’activité est la plus élevée, le verre sera très
souvent utilisé car il est résistant à la radioactivité et à la dégradation au cours du temps. Le
conteneur et le matériau forment la première barrière de protection entre les déchets et
l’homme.

Certains déchets ont un confinement particulier :

→ Les HAVL sont vitrifiés (conditionnés dans des verres spéciaux résistant à la chaleur et
aux radiations). C’est la Compagnie Générale des Matières (COGEMA) qui est la spécialiste
dans les activités liées au cycle du combustible.

Le problème avec le confinement des déchets est qu’il doit non seulement être garanti
pour aujourd’hui, mais également le rester pour les milliers d’années à venir ; les substances
radioactives que nous léguerons aux générations futures devront être à l’avance prises en
charge de manière sûre.


Β) Le stockage des déchets radioactifs

Cette étape consiste à mettre les colis de déchets radioactifs dans des installations
appropriées sans l’intention de les retirer. En France, le choix du stockage de 10% des déchets
n’a pas encore été arrêté, mais en attendant, ils sont en entreposage (stockés de façon
réversible).

Il faut également préciser les différents centres de stockage présents en France, on en
dénombre trois : celui de la Manche, ceux de Soulaine (FMAVC) et de Morvilliers (TFA) en
Aube. Les FAVL sont donc en entreposage, sur des sites de COGEMA (La Hague), à
Marcoule ou sur ceux du CEA à Cadarache. Les HA et les MA sont en entreposage provisoire
chez leurs producteurs.

Le stockage des déchets militaires se fait dans des établissements de la défense
nationale. Tous les déchets ne sont pas stockés, il existe le recyclage également ; c’est le
traitement des combustibles usés qui a été mis en place par le CEA dès les années 60.

Avantage écologique Avantage économique

Les déchets sont triés et leur volume est De la récupération des matières encore
réduit, cela réduit également leur radio- valorisantes (plutonium et uranium) et des
toxicité (cela est fait en extrayant le combustibles usés, surgit une production
plutonium, composant le plus radiotoxique d’électricité non négligeable.
du combustible usé).


Sans ce recyclage, aujourd’hui, en France, le volume total des déchets radioactifs
serait multiplié par 3.


C) Gestion des déchets radioactifs

Pour 90% des déchets Pour 10% des déchets

La gestion est assurée par l’Agence La gestion est assurée par des organismes
Nationale pour la Gestion des Déchets publics de recherche d’après la loi Bataille
Radioactifs (ANDRA). Elle localise et du 30/12/1991 qui axe la gestion des déchets
répertorie l’ensemble des déchets radioactifs vers trois parties pour la CEA et l’ANDRA.
à l’échelle nationale puis vérifie leur qualité Des collaborations extérieures viennent
et celle de leur colis. Concevoir, implanter, également en aide à la recherche française tel
construire et gérer des centres du stockage que le Centre National de la Recherche
font également partie de ses tâches. Scientifique (CNRS) ; de plus, on trouve the
Department of Energy (DOE) aux Etats-Unis
ou encore the

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents