Classe de 4e
1 page
Français

Classe de 4e

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
1 page
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Épreuve commune de français n°1 — Déc. 2006

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 63
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français

Exrait

Collège Lou Garlaban  Classe de Quatrième Épreuve commune de français n°1  Déc. 2006
Première partie : questions et réécriture
Le Commissaire Jean-Baptiste Adamsberg versa les pâtes dans la passoire, égoutta distraitement, fit passer le tout dans son assiette, fromage, tomate, ça irait comme ça pour ce soir. Il était rentré tard, suite à linterrogatoire dun jeune crétin qui sétait éter-nisé jusquà onze heures. Car Amdamsberg était lent, il naimait pas brusquer les choses 5 et les gens, tout crétins fussent-ils. Et avant toute chose, il naimait pas se brusquer lui-même. La télévision était allumée en sourdine, guerres, guerres et guerres. Il fouilla avec 1 fracas dansle désordre du tiroir à couverts, trouva une fourchette, et se planta debout devant le poste.
 loups du Mercantour passent une fois de plus à lattaque dans un canton des 10des Alpes-Maritimes jusquici épargné. On évoque cette fois une bête dune taille ex-ceptionnelle. Réalité ou légende ? Sur place
Tout doucement, Adamsberg se rapprocha du poste, lassiette à la main, sur la pointe des pieds, comme pour ne pas effaroucher le commentateur. Un geste de trop, et ce type senfuirait de la télé, sans finir la formidable histoire de loups quil venait de 15commencer. Il monta le son, se recula. Adamsberg aimait les loups, comme on aime ses cauchemars. Toute son enfance pyrénéenne avait été enveloppée des voix des vieux qui 2 racontaient lépopéedes derniers loups de France. Et quand il parcourait la montagne à la nuit, à neuf ans, quand son père lenvoyait dans les chemins, ramasser de lallume-feu, sans discussion, il croyait voir les yeux jaunes le suivre tout au long des sentiers. 3 Comme des tisons , mon gars, comme des tisons, ça fait les yeux du loup, la nuit. 20
Et aujourdhui, quand il revenait là-bas, dans sa montagne, il reprenait les mêmes chemins, à la nuit.
1 Fracas : bruit violent.
Fred VARGAS,L!Homme ˆ l!envers2,002.
2 Épopée : récit héroïque, mélange dHistoire et de merveilleux.
3 Tisons : braises, restes dun morceau de bois encore incandescent.
• Questions(15 points)
I. Une nouvelle télévisée(8 points)
1. Nommez le personnage principal de lextrait. Où est-il ? Que fait-il ?(2 points) 2. Pourquoi le narrateur répète-t-il le motÒguerresÓ(ligne 6) ?(1 point) 3. De la ligne 9 à la ligne 11, la télévision diffuse un reportage sur les loups. a) Relevez à partir de la ligne 12 deux expressions qui décrivent le comportement dAdamsberg face au poste. b) Pourquoi ce comportement est-il surprenant ?(3 points) 4.Òpour ne paseffaroucher le commentateur.Ó(ligne 13). a) Quel est le radical du mot souligné ? b) Donnez un adverbe composé du même radical.(2 points)
II. Un souvenir denfance(7 points)
5. Aux lignes 16 à 20, le narrateur évoque le passé dAdamsberg. De quoi avait-il peur, enfant?(1 point) 6.ÒComme des tisons, mon gars, comme de tisons, Áa fait les yeux du loup, la nuit.Ó (ligne 20) a) Comment sappelle limage utilisée par lauteur ? b) Quel est le point commun entre les yeux du loup et les tisons ?(2 points) 7.ÒAdamsberg aimait les loups, comme on aime ses cauchemars.Ó(lignes 15-16) a) Quest-ce qui est surprenant dans cette phrase ? b) Comment lexpliquez-vous ?(3 points) 8. Citez une expression à la fin du texte qui prouve quAdamsberg aime se rappeler son enfance.(1 point)
• Réécriture(5 points)
ÒIl parcourait la montagne ˆ la nuit, [É], quand son pËre l!envoyait dans les chemins ramasser de l!allume-feu, sans discussion, il croyait voir les yeux jaunes le suivre tout au long des sentiers.Ó(lignes 17-19) Réécrivez ce passage à la première personnne du singulier et au présent de lindicatif, en en commençant par “je parcours…”
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents