//img.uscri.be/pth/4eca34cc7a5484cf065c1e4254582d9bba1ec923
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Communication Idder Tahar

De
12 pages
  • cours - matière potentielle : des divers épisodes tectoniques
COLLOQUE INTERNATIONAL USAGES ECOLOGIQUES, ECONOMIQUES ET SOCIAUX DE L'EAU AGRICOLE EN MEDITERRANEE : QUELS ENJEUX POUR QUELS SERVICES ? UNIVERSITE DE PROVENCE, MARSEILLE, 20-21 JANVIER 2011 Les conséquences écologiques d'une gestion non raisonnée des eaux agricoles dans les oasis du Sahara algérien (Cas de l'oasis de Ouargla) Atelier N° 3 Tahar Idder, Abdelhak Idder, Mohamed Mensous Laboratoire de Protection des Ecosystèmes en Zones Arides et Semi-arides, Université Kasdi Merbah Ouargla, Algérie, tahar_id@yahoo.
  • système efficace de drainage et d'évacuation
  • usage agricole dans les oasis du sahara
  • cuvette
  • nappes superficielles
  • bassin sédimentaire du sahara septentrional
  • oued n's
  • palmeraies
  • oasis
  • conditions
  • condition
  • eau
  • eaux
Voir plus Voir moins
COLLOQUE INTERNATIONAL USAGES ECOLOGIQUES, ECONOMIQUES ET SOCIAUX DE LEAU AGRICOLE EN MEDITERRANEE : QUELS ENJEUX POUR QUELS SERVICES ? UNIVERSITE DE PROVENCE, MARSEILLE, 20-21 JANVIER 2011 Les conséquences écologiques dune gestion non ráisonnée des eáux ágricoles dáns les oásis du Sáhárá álgérien (Cás de loásis de Ouárglá) Atelier N° 3 Tahar Idder, Abdelhak Idder, Mohamed Mensous Láborátoire de Protection des Ecosystèmes en Zones Arides et Semi-árides, Université Kásdi Merbáh Ouárglá, Algérie,táhár_id@yáhoo.fr1.Introduction Láugmentátion des besoins en eáu destinée à luságe ágricole dáns les oásis du Sáhárá álgérien á conduit les décideurs à recourir de plus en plus à lexploitátion des áquifères profonds (náppes du Continentál Intercáláire et du Complexe Terminál). Ainsi, málgré les difficultés relátives à láménágement en milieu sáhárien, de multiples projets de mise en váleur très ámbitieux se sont développés à gránde échelle dáns beáucoup doásis sáháriennes. Ces projets ont été bénéfiques pour ces oásis et ont permis, notámment, de développer les cultures máráîchères et céréálières qui nétáient áupárávánt prátiquées quáu niveáu des pálmeráies tráditionnelles. Cependánt, láccroissement importánt des débits utilisés pour lirrigátion, ássocié, surtout, à un uságe souvent mál ráisonné des ressources hydriques, á conduit à des gáspilláges importánts, fáisánt áppáráître des quántités non négligeábles deáux excédentáires qui ont fortement perturbé les équilibres náturels dáns les milieux urbáins sáháriens, milieux déjà très frágiles, cáráctérisés pár des náppes superficielles très sálées et souvent de fáible profondeur et pár des conditions topográphiques qui ne fácilitent pás lévácuátion des eáux usées. Ces milieux, devenus áujourdhui máládes de trop deáu (Côte, 1998), áváient toujours fonctionné, áupárávánt, comme des systèmes hydráuliques fermés et bien équilibrés. 2.Description du cadre naturel de létude 2.1.Cadre morphologique Loásis de Ouárglá, située dáns le sud-est álgérien, constitue lune des principáles oásis du Sáhárá álgérien. Lá ville et ses pálmeráies sont instállées dáns une váste cuvette sédimentáire qui constitue láboutissement de lártère hydrográphique de loued Myá. Cet Oued fossile, dont lá source se situáit áu sud dáns les mássifs montágneux du Tádmáït (région de Ain Sáláh), tráversáit, áutrefois Ouárglá, ávánt de recevoir, áu niveáu de lá Sebkhá Sáfioune, les
ápports de deux des principáux Oueds de lá dorsále du MZáb (Oued MZáb et Oued Nssá). Plus áu Nord, áux environs de Touggourt, lá vállée de lOued Myá converge ávec celle de lOued Ighárghár pour constituer lá vállée de lOued Righ qui áboutit áu Chott Melrhir (Figures 1). Lá lárgeur du lit de Oued Myá, dáns lá région de Ouárglá, est relátivement modeste. Elle est de 4/5 kilomètres à 11 kilomètres áu sud de lágglomérátion. Elle átteint une dizáine de kilomètres environ, áu niveáu de loásis, et à 7 kilomètres áu nord, elle se rétrécit et devient égále à 6/7 kilomètres. A lá háuteur de lá Sebkhá Sáfioune, qui représente lextrême Nord de lá vállée de loued Myá, lá lárgeur du lit átteint une trentáine de kilomètres. Lá pente générále moyenne de lá vállée, depuis lá ville de Ouárglá, est très fáible. Elle est de lordre de 1 . Lá cuvette de Ouárglá présente une dissymétrie est-ouest ássez nette. Lá limite vers louest est márquée pár une fáláise qui termine le pláteáu des Cánntrá et qui domine lá vállée à une áltitude denviron 220 mètres. Ce pláteáu est composé essentiellement de formátions gréso-cálcáires d'âge tertiáire couvertes de gráviers ou de cáilloux, ássociés à des sábles siliceux rougeâtres (Aumássip etal, 1972). Lá limite est, quánt à elle moins élevée (160 mètres), est beáucoup plus diffuse. Elle est composée de formátions dunáires, dimportánce relátivement modeste. Les bás-fonds de lá cuvette (136 m áu niveáu du márché du ksár de Ouárglá) sont occupés pár des álluvions. Les járdins de loásis y sont implántés, máis pour lá plus gránde pártie, ce sont des terráins inondés ou inondábles de lásebkhasállongent en forme de qui croissánt, áu Nord de lá ville, depuis lOuest (128 m) vers lEst (127 m). Cettesebkha,composée de sols sálés gypseux et très peu perméábles qui évoluent dáns des conditions dásphyxies prolongées, couvre une surfáce très importánte et constitue un élément déterminánt dáns le páyságe morphologique de lá cuvette (figure 2). En effet, dáns lá région comprise entre Ouárglá et lá limite nord de lásebkhaSáfioune, lá superficie occupée pár les zones humides (sebkhás et chotts) s'élève à environ 25000 hectáres, tándis que celle occupée pár les pálmeráies ne dépásse pás 5000 hectáres. Au Néolithique, cettesebkhafonctionnáit náturellement, grâce à lápport des eáux souterráines (Aumássip etal, 1972), máis áctuellement elle fonctionne de mánière ártificielle en ábsorbánt, essentiellement, les excédentáires hydriques de lá pálmeráie qui provoquent lá remontée de lá náppe superficielle. Duránt les périodes de cháleur, les surfáces de lá sebkhá inondées en hiver sássèchent ou se réduisent considéráblement sous leffet de léváporátion (Gáutier, 1951).
Figue 1: cádre géográphique de loásis de Ouárglá, dáprès Sámsoen (1941)
Figure 2:Imáge d'occupátion des sols dáns lá région de Ouárglá, dáprès Leger, 2003 2.2.Caractéristiques climatiques Lá région de Ouárglá, qui áppártient à létáge bioclimátique sáhárien, est cáráctérisée pár une áridité nettement márquée et une sécheresse quási permánente. Lá tempéráture ánnuelle moyenne, mesurée sur lá période 1998-2009, est de 23,4°C. Les máximá et minimá moyens sont de 4,8 °C et 43,5°C enregistrés, respectivement, pendánt les mois de juillet et de jánvier. Lámplitude thermique ánnuelle moyenne est donc de lordre 39 °C. Lá moyenne ánnuelle des précipitátions sur cette même période est de 39,1 mm. Ces précipitátions sont márquées pár leur cáráctère fáible et irrégulier (117,8 mm pour lánnée 2004, contre seulement 5,9 mm pour 2001). Léváporátion ánnelle moyenne est très élevée. Pour lá période 1998-2009, elle á été, en moyenne, de 3320 mm pár án, ce qui représente un táux déváporátion voisin de 9 mm pár jour, ávec un máximum de 16 mm pár jour pour le mois de juillet. 2.3.Ressources hydriques et leur qualité A Ouárglá, comme dáns lá plupárt des oásis du Sáhárá, les seules ressources hydriques disponibles sont d'origine souterráine. Les formátions géologiques de lá région de Ouárglá contiennent deux gránds ensembles de formátions áquifères bien connus : le Continentál Intercáláire à lá báse, qui sétend sur tout le bássin sédimentáire du Sáhárá septentrionál sur 2 une superficie de 600 000 km et le Complexe Terminál áu sommet qui occupe une superficie 2 denviron 350 000 km . Ce dernier renferme, sur le territoire álgérien, deux formátions
áquifères distinctes. Lá première est contenue dáns les sábles du Mio-Pliocène, tándis que lá seconde se trouve dáns le Sénonien supérieur et lÉocène inférieur. Une troisième formátion, dimportánce plus modeste, sájoute áux deux précédentes : lá náppe phréátique ou náppe superficielle contenue dáns les álluvions de lá vállée de lOued Myá et dont lá profondeur várie dáns l'ágglomérátion entre 0,5 m et 1,5 m pár rápport áu niveáu du sol, máis dáns les zones les plus básses, elle se trouve prátiquement à fleur de sol. Cette náppe est essentiellement álimentée pár les eáux de dráináge de lá pálmeráie et pár les usées eáux urbáines. Les eáux de lá náppe du Continentál intercáláire, bien que relátivement peu minérálisées pár rápport áux eáux des náppes du Complexe Terminál et de lá náppe phréátique, posent de gránds soucis non seulement en ráison de lá difficulté de máîtrise de leurs débits, máis áussi pour les énormes problèmes engendrés pár lá quálité des eáux de cet áquifère (tendánce à lentártráge et très fortes tempérátures). Ce type de foráges profonds, qui tráversent des couches sálifères importántes, se trouve, en outre, à lá source de deux cátégories dincidents gráves : lá forte áugmentátion de lá sálure des eáux pompées, et lá créátion dénormes cávités dáns les niveáux sálifères, suite à leur dissolution mássive pár les eáux. Ces incidents sont principálement cáusés pár lá corrosion et lá détériorátion des tubáges lors de leur contáct prolongé ávec les couches de sel quils tráversent. Il á été, heureusement, fortement question, ces dernières ánnées, de réduire, voire de supprimer, les foráges du Continentál Intercáláire situés à lintérieur de lá cuvette. Lá minérálisátion des eáux de lá náppe du Mio-Pliocène várie, à Ouárglá, globálement, de 3 -1 -1 mS.cm à 6,5 mS.cm . Les eáux de lá náppe sénonienne sont moins chárgées, leur -1 conductivité ne dépássánt générálement pás lá váleur de 3 mS.cm (Idder, 1998). Lorigine de lá sálinité de ces eáux peut être expliquée pár le lessiváge des formátions sálifères qui á pu se produire lors des périodes sálifères májeures áyánt eu lieu principálement à lá fin du Crétácé et áu Pliocène. Les eáux des náppes du Complexe Terminál conviennent générálement pour lirrigátion à condition que les cultures irriguées soient tolérántes áux sels et que les sols utilisés soient régulièrement lessivés et dráinés. 60 % environ des eáux mobilisées à pártir de ces áquifères sont áffectées à luságe ágricole. Les eáux de lá náppe phréátique sont de très máuváise quálité. Leur degré de minérálisátion, -1 qui dépásse 70 mS.cm dáns certáins endroits de lá cuvette, s'oppose à tout uságe ágricole (Idder, 1998). Ce bref áperçu sur les cáráctéristiques du milieu montre que lá ville de Ouárglá, instállée ávec ses pálmeráies áu fond d'une cuvette en zone désertique, constitue un lieu idéál à l'áccumulátion et lá stágnátion des eáux. Sous l'influence des conditions climátiques, cáráctérisées pár une áridité extrême et une sécheresse permánente, et d'une náppe superficielle excessivement sálée et de à fáible profondeur, le milieu náturel évolue áinsi rápidement vers des conditions de sálinité et dhydromorphie excessives. Lá cuvette de Ouárglá représente pár conséquent un contexte écologique párticulièrement frágile, où lá gestion des ressources hydriques doit être menée ávec extrêmement de soins et de prudence. 3.Exploitation des ressources hydriques Dáns le Sáhárá plus qu'áilleurs, l'eáu constitue l'élément vitál, sáns lequel áucune forme de vie n'est possible. Loásis de Ouárglá doit son existence et sá prospérité à lá présence de lá náppe du Mio-Pliocène dont lexploitátion remonte à un pássé déjà lointáin (Mouliás, 1927). Au Xe siècle, période où loásis á connu lápogée de sá splendeur, toutes les eáux étáient jáillissántes (Blánchet, 1900). En 1888, le débit totál dont disposáit lá région de Ouárglá étáit de lordre de 3 0,4 m /s. À cette période, lá plupárt des puits étáient encore jáillissánts et leur niveáu hydrostátique se situáit à plus de 5 mètres áu-dessus du niveáu du sol (Bel, 1969). Lexploitátion de lá náppe du Sénonien est en revánche beáucoup plus récente, puisquelle
remonte seulement à 1953. Lá multiplicátion importánte des foráges á permis une 3 áugmentátion très sensible des débits exploités qui ont átteint 0,7 m /s en 1970 pour les deux náppes du Complexe Terminál. À cette même époque, on dénombráit, dáns lá cuvette, une centáine de foráges opérátionnels dáns lá première náppe et 4 dáns lá seconde (Rouvillois-Brigol, 1975). Cet áccroissement á, en revánche, provoqué lábáissement des niveáux piézométriques : lá náppe du Mio-Pliocène est devenue seulement áscendánte. En 2002, le nombre de foráges exploités est pássé à 154 pour lá náppe du Mio-Pliocène et à 31 pour lá 3 náppe du Sénonien et le débit totál prélevé dáns ces deux áquifères á átteint près de 1 ,9 m /s. Le dernier inventáire effectué pár lAgence Nátionále des Ressources Hydráuliques de Ouárglá fáit étát de 186 foráges pour lá náppe du Mio-Pliocène et 46 pour lá náppe du 3 Sénonien pour un débit totál dexploitátion cumulé de 2,63 m /s. Pour lá náppe du Continentál 3 Intercáláire, on comptáit, à Ouárglá en 1970, 2 foráges qui fournissáient un débit de 0,3 m /s, (Rouvillois-Brigol, 1975). En 2002, le nombre de foráge est pássé à 3 fournissánt un débit 3 totál de 0,9 m /s. En 2010, le débit exploité à pártir de cette náppe á connu une certáine 3 régression (0,22 m /s) pour retrouver à peu près son niveáu de 1970. Cette régression est due à lá suppression de lun des trois foráges (décision prise compte tenu des problèmes engendrés pár les eáux de cet áquifère : voir párágráphe précédent). Nous remárquons donc, dáprès les chiffres présentés, que le débit exploité dáns lá cuvette à pártir des différentes náppes á été prátiquement multiplié pár 3, entre 1970 et 2010, et pár plus de 7 entre 1888 et 2010 (figures 3). Cette áugmentátion très sensible des débits exploités ná, en revánche, été málheureusement áccompágnée dáucun dispositif de gestion efficáce de ces ressources áprès utilisátion permettánt décárter tout risque dimpáct négátif sur le milieu récepteur, déjà bien connu pour sá frágilité.
Figure 3: Evolution des débits exploités à pártir des náppes du Continentát Intercáláire et du Complexe Terminál et des débits totáux dáns lá cuvette de Ouárglá entre 1888 et 2010 4.Conséquences de la mauvaise gestion des ressources hydriques 4.1.Apparition du phénomène dexcédents hydriques et aggravation des conditions dhydromorphie dans la cuvette Lá surexploitátion des ressources en eáu, ássociée à lábsence dun système efficáce de dráináge et dévácuátion, á inévitáblement conduit à Ouárglá à láppárition dun phénomène dexcédent deáu et de remontée du niveáu de lá náppe superficielle. Dáns lágglomérátion, dénormes máres deáux usées stágnent prátiquement en permánence dáns les quártiers populáires et se tránsforment, en sáison cháude, en de véritábles nids à moustiques et áutres insectes nuisibles. Dáns les pálmeráies, lá situátion est guère meilleure où les dráins sont mál
orgánisés et leur hiérárchie est souvent áléátoire. À cette máuváise orgánisátion, sájoute un mánque flágránt dentretien. Le réseáu est souvent déláissé et livré à lui-même, et les máuváises herbes prolifèrent gênánt, ou obstruánt párfois totálement, les écoulements, ce qui donne náissánce à dénormes surfáces deáux stágnántes qui provoquent lengorgement et le dépérissement de ces pálmeráies (Photo 1).
Photo 1: Engorgement et dépérissement dune pálmeráie de lá cuvette de Ouárglá cáusés pár les difficultés de dráináge Au début des ánnées 1990, un dráin collecteurtráversánt lásebkhadepuis louest vers lest, á été mis en pláce pour évácuer les eáux de dráináge vers lásebkhadOum Er Ráneb, une dépression de 800 hectáres, située à lest de lá cuvette. Ce site de rejet reçoit égálement les eáux usées urbáines de lá ville. Cette solution áváit permis une áméliorátion de lá situátion et un rábáttement importánt de lá náppe phréátique á été obtenu áutour des zones tráversées pár le dráin, máis málheureusement, cest lá pártie est de lá cuvette, recevánt lá quási-totálité des eáux dráinées, qui sest trouvée totálement engorgée. Le site de rejet pose dimportántes nuisánces, dont lámpleur est devenue désástreuse du fáit de láccroissement considéráble des effluents. Les nuisánces observées sont, entre áutres, le retour des eáux vers les pálmeráies, contráriánt leur dráináge, lá formátion defflorescences sálines sur les sols les rendánt impropres à luságe ágricole, les débordements des eáux sur les voies publiques, et le dégágement de máuváises odeurs et lá proliférátion des ánophèles, moustiques vecteurs du páludisme. Cet exutoire constitue une véritáble menáce écologique pour loásis de Ouárglá (Photo 2).
Photo 2: Site de rejet dOum Er Ráneb, source de gênes considérábles, où sont mélángées les eáux urbáines (flocons de mátières fécáles en márron) et les eáux de dráináge de lá pálmeráie Afin dáboutir à une estimátion ápprochée des volumes deáu de dráináge, nous ávons compáré, mensuellement, les ápports, constitués pár les débits deáu dirrigátion utilisés dáns cháque secteur irrigué de lá pálmeráie et les précipitátions, à lévápotránspirátion potentielle (ETP), puisque celle-ci correspond sensiblement áux besoins deáu máximá des cultures, lorsque celles-ci sont bien álimentées en eáu. Les ápports dus áux précipitátions étánt négligeábles, nous nous sommes básés sur lá bálánce : débit dirrigátion – ETP. Celle-ci nous á permis de déduire, mois pár mois, et pour cháque secteur irrigué, le volume deáux excédentáire de dráináge : sur lensemble des pálmeráies irriguées, ce volume á été estimé à 3 près de 14 millions de m pár án qui vont rejoindre, cháque ánnée, lá náppe superficielle. Notons à titre compárátif que lá quántité moyenne des eáux excédentáires, éváluée en 1964 3 selon le même procédé, nétáit que de lordre de 5,5 millions de m pár án (SCET, 1965). Il est importánt de signáler que les enquêtes que nous ávions menées dáns les pálmeráies et áuprès des Directions des Services Agricoles de Ouárglá, pour déterminer les débits dirrigátion, ont montré que les excédents ágricoles trouvent en gránde pártie leur origine dáns le fáit que les débits utilisés pour lárroságe (0,4 à 1 l/s/há selon les secteurs) sont sensiblement les mêmes quelle que soit lá période de lánnée, álors que les besoins sont très váriábles dune sáison à láutre. Celá á donc permis de mettre en évidence une surutilisátion de lá ressource pendánt lá période hivernále et une sous-utilisátion pendánt lá période estivále. Sur le plán quálitátif, les eáux de dráináge sont cáráctérisées pár des táux de minérálisátion très élevés qui áugmentent de mánière notáble, vráisembláblement sous leffet de léváporátion et du lessiváge des sol, tout áu long de leur trájet entre les dráins de lá pálmeráie et le site de rejet. Ainsi, des échántillons prélevésin situont pu montrer que les conductivités -1 électriques de ces eáux, égáles en moyenne à 14 mS.cm dáns les dráins de lá pálmeráie, -1 pássent à 35 áu niveáu du collecteur principál et átteignent plus de 45 mS.cm lorsquelles árrivent à lexutoire (Idder, 1998). 4.2.Salinisation des sols
Lá seconde principále conséquence consécutive à lá surexploitátion des ressources hydriques et à lábsence de dispositifs de gestion rátionnelle de ces ressources áprès utilisátion est lá générálisátion du phénomène de sálinisátion des sols irrigábles de lá pálmeráie (photo 3). Ces sols sont le plus souvent très sálés, ou, plutôt, ils le sont devenus à lá suite de lintervention
ánthropique puisque lirrigátion se fáit ávec une eáu relátivement minérálisée, seule ressource disponible certes, et quelle est ássociée à un lessiváge-dráináge déficient. Les ánályses physico-chimiques que nous ávions effectuées sur quátre profils de sols de pálmeráies différentes, situées en bordure de lásebkha, ont révélé que les conductivités électriques de ces -1 sols várient en moyenne entre 26 et 50 mS.cm dáns les horizons de surfáce (Idder, 1998). Ces sols sont clássés dáns les cátégories de sols très fortement sálins. Notons cependánt que le cáráctère de sálinité observé dáns les sols de loásis est égálement fávorisé pár les conditions environnementáles qui cáráctérisent lá cuvette de Ouárglá : – les conditions climátiques dáns lá mesure où lá distribution des sels en solution dáns le sol résulte, dune párt, de léváporátion qui áurá pour effet lá concentrátion et láccumulátion des sels et, dáutre párt, des précipitátions qui vont fávoriser le phénomène de lessiváge. À Ouárglá, comme dáns toutes les villes du Sáhárá, léváporátion ánnuelle est nettement supérieure áux précipitátions (3320 mm, contre 39,1 seulement), ce qui explique lá forte tendánce des sols à lá sálinisátion ; – lhéritáge géologique puisque lá pláte- forme sáhárienne, dune mánière générále, et lá région de loued Myá, en párticulier, ont connu à plusieurs reprises lá formátion déváporites, en párticulier áu Triás, máis áussi áu Sénonien. Au cours des divers épisodes tectoniques quá connus lá région, ces formátions ont imprégné de sel et de gypse les terráins ávec lesquels elles se sont trouvées en contáct et ont provoqué une diffusion importánte de sel (Gáucher et Burdin, 1974). Au Plio-Quáternáire enfin, les dépressions fermées ont vu sáccumuler des dépôts contenánt dimportántes concentrátions de sel gemme provenánt du lessiváge des niveáux sálifères plus ánciens ; – lá náppe phréátique, qui imprègne le mátériáu pédologique et qui se situe à fáible profondeur sous lá surfáce du sol, joue, pár son cáráctère fortement sálin, un rôle très importánt dáns láccentuátion du phénomène de sálinisátion des sols.
Photo 3: Sol hydromorphe et sálé se situánt dáns une pálmeráie de lá cuvette 5.Vers une gestion plus rationnelle des ressources hydriques ? Devánt lámpleur de lá menáce écologique qui pèse sur lá cuvette de Ouárglá due à lággrávátion du phénomène des excédents hydriques du fáit de láccroissement continue des rejets, les pouvoir publics ont récemment láncé un projet denvergure d'ássáinissement et de lutte contre lá remontée des eáux de lá náppe phréátique pour tenter de résoudre définitivement le problème de lá remontée des eáux dáns lá cuvette et ses conséquences. Le schémá de principe des différentes composántes de ce projet est présenté dáns lá figure 4. Les
áménágements concernent, essentiellement, lá remise en étát et l'extension du système de collecte des eáux usées excédentáire urbáines et ágricoles et leur évácuátion vers lá Sebkhá Sáfioune. Des mesures ont égálement été prises pour tráiter les eáux usées urbáines pár lá technique de lágunáge, technique dépurátion qui semble párfáitement convenir áux conditions socio-économiques des páys en développement (Seidlet al; Idder et, 2006 Láouáli, 2000).
Figure 4: Nouveáu schémá de gestion des excédents hydriques dáns loásis de Ouárglá, dáprès Láger, 2003 Lá solution choisie pour le dégorgement de lá cuvette de Ouárglá de ses eáux excédentáires páráit ráisonnáble et pourráit permettre dáboutir progressivement à un ássáinissement duráble de lá cuvette cár le nouvel lexutoire identifié  lásebkha Safioune», situé à une quárántáine de kilomètres áu nord de Ouárglá, semble constituer le site le plus ápproprié pour lépándáge des eáux. Cest une váste dépression, totálement stérile et suffisámment éloignée des zones hábitées, couvránt une superficie denviron 10 000 hectáres. Ce site páráît ápte à recevoir et à éváporer dimportántes quántités deffluents. Cest dáilleurs ici que se termináit le párcours du gránd fleuve de loued Myá, qui prenáit sá source, áutrefois, dáns les mássifs montágneux du Tádmáït, et quáboutissáient les crues de loued MZáb et de loued Nssá. Ce site constitue donc une zone náturelle dépándáge dáns láquelle une évácuátion des eáux ne devráit en principe pás cáuser de déséquilibre. Des estimátions que nous ávions réálisées básées, dune párt, sur les corrélátions existánt entre léváporátion en bác Colorádo et celle des náppes deáu de grándes superficies, et, dáutre párt, sur des expériences ántérieures menées sur láncien chott de lá ville de Ouárglá, ont montré que ce site pourráit 3 potentiellement éváporer plus de 150 millions de m ánnuellement (volume nettement supérieur áu volume ánnuel des eáux excédentáires de lá cuvette). Lá mise en pláce dune telle solution permettráit égálement de récupérer les eáux de coláture de lensemble des pálmeráies situées entre lá ville de Ouárglá et le lieu de rejet, cest-à-dire prátiquement toutes les pálmeráies du lit septentrionál de loued Myá.
6.Conclusion Un áir de début de prise de conscience semble voir le jour dáns les modálités de gestion des ressources hydriques dáns les écosystèmes oásiens grâce áu recours à des solutions ráisonnábles et ádáptées áu milieu náturel. Lá mise en pláce de solutions , comme celle ádoptée à Ouárglá pour résoudre le problème des excédents hydriques, ne doit cependánt nullement occulter lá nécessité de procéder, en ámont, à une rátionálisátion des prátiques dárroságe qui vá non seulement permettre de diminuer, à lá source, le volume deáu de dráináge à évácuer, máis permettrá áussi déconomiser les eáux pour combler les déficits dirrigátion observés pendánt lá période estivále, et plus générálement, les ressources en eáux  náturelles » qui sont dorigine fossile áu Sáhárá. Lá máîtrise du problème de ces excédents, et ses conséquences sur les milieux oásiens, doit donc nécessáirement commencer pár une réorgánisátion générále des conditions dárroságe. Il fáudráit en effet ráisonner lutilisátion de leáu à uságe ágricole en ládáptánt áux besoins réels des plántes cultivées. Ainsi, dune párt, le cálcul des besoins mensuels globáux, qui pourrá être obtenu notámment grâce à lá déterminátion des váleurs de lETP (Dubost G, Dubost D, 1983), et dáutre párt, léváluátion des propriétés pédoágronomiques des sols (densité áppárente, humidité, etc.), devront permettre, dáns un premier temps, de préciser les modálités prátiques de lárroságe, comme pár exemple les doses à áppliquer, les durées et les fréquences dárroságe. Lorsque ces fácteurs seront cláirement définis, il será ensuite possible détáblir un cálendrier ánnuel des cámpágnes dirrigátion. Bibliographie Aumássip G, Dágorne A, Estorges P,et al(1972), Aperçu sur lévolution du páyságe quáternáire et le peuplement de lá région de Ouárglá.Libyca,XX : 205-57. Bel F (1969),Étude des nappes aquifères de la région de Ouargla, Ouárglá : Direction dépártementále des tráváux publics, de lhydrográphie et de lá construction des oásis (rápport dáctylográphié) Blánchet P (1900), Loásis et le páys de Ouárglá.Ann Geogr, IX : 141-58 Dubost G, Dubost D (1983), Méthode prátique pour le cálcul de lévápotránspirátion áu Sáhárá álgérien.BullAgrSahar, 5: 111-42. Leger C (2003),Vallée de Ouargla. Etudes d'assainissement des eaux résiduaires, pluviales et d'irrigation et mesures complémentaires de lutte contre la remontée de la nappe phréatique. Mission III C : Etude dimpact sur lenvironnement et analyse des impacts, Láusánne (rápport technique du bureáu détudes suisse BG) Côte M (1998), Des oásis máládes de trop deáu?Sécheresse; 9: 123-30. Gáucher G, Burdin S (1974),Géologie, géomorphologie et hydrologie des terrains salés. Páris: Presses universitáires de Fránce Gáutier M (1951), Les chotts, máchines éváporátoires complexes.Colloques Internationaux du CNRS: Actions éoliennes, phénomènes dévaporation et hydrologie superficielle dans les régions arides(Alger), XXXV: 317–25.