Et alors ?
21 pages
Français

Et alors ?

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : éducation physique
  • cours - matière potentielle : natation
  • cours - matière potentielle : religion
Pratiques et signes religieux : Et alors ?
  • réglementation du port de symboles religieux dans les établissements d'enseignement
  • matière de congés scolaires
  • institution publique de protection de la jeunesse
  • avis laissant aux établissements
  • pratiques religieuses
  • signe
  • signes
  • protections
  • protection
  • liberté individuelle
  • libertés individuelles
  • libertés individuels
  • services publiques
  • service publics
  • services publics
  • service du public
  • services au public
  • service public
  • écoles
  • ecole
  • école
  • ecoles

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 29
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo
Pratiques et signes religieux : Et alors ?
Pratiques et signes religieux :  Et alors ?
Fin 2009, le Centre dAction Laïque (CAL) prenait une Si nous partageons tous lobjectif ultime : un indi- position forte en demandant linterdiction générale vidu libre avec un ensemble de valeurs partagées,  des signes religieux et du port de signes convictionnels les chemins qui y mènent ne sont pas forcément les  à lécole et dans les services publics. Nous estimions autoroutes de luniformisation. Les positions et recom- à lépoque que le législateur seul avait le pouvoir  mandations exposées dans cette brochure ont fait  de clariier une situation qui savérait de plus en  lobjet de débats passionnés et passionnants au sein  plus conlictuelle. Nous le pensons plus que jamais. du CAL. Faisant i de tout dogmatisme, elles tentent  Y compris pour nombre de pratiques à caractère de concilier la recherche du bon sens avec les réalités religieux , qui interrogent de manière très concrète la du terrain. Et, quand il y a lieu, elles invitent les  gestion du quotidien.autorités publiques à jouer leur rôle darbitre  voire  les entreprises – s’il s’agit de concertation sociale avec En matière religieuse et culturelle, certains veulent  les travailleurs. intégrer dans notre droit les fameux « accommode- ments raisonnables ». à cela, dautres objectent que En publiant les présentes prises de position, le CAL na  cest incompatible avec le respect dun « socle des évidemment pas la prétention de couvrir lintégralité  valeurs communes » qui serait, par principe, non des questions dinterculturalité. Bon nombre de sujets  négociable. Les logiques se confrontent. Une chaîne ny sont pas abordés, tels que les mutilations génitales  de restauration rapide qui se spécialise dans le halal, ou les mariages forcés, par exemple. est-ce un recul de la laïcité ou une simple segmentation de marché ? Où s’arrête la sphère privée, où commence à l’école 5 la sphère publique ? Dans les services publics 23   Au CAL, nous pensons qu’il n’y a pas de réponses Dans les forces de l’ordre 25 simples à ces problèmes complexes. Il devient urgent à propos des mandataires politiques 27 de chercher, ensemble, à déinir un cadre dans lequel les intérêts particuliers sont reconnus autant que les Au tribunal 29 principes fondateurs de la Déclaration Universelle des Dans les bureaux de vote et de dépouillement 30 Droits de l’Homme. Dans quel type de société souhai- tons-nous vivre ? Quelles sont les modalités du vivre à l’hôpital 31 ensemble ? Dans le secteur privé 34 Dans la rue 35
DES SIGNES ET DES PRATIQUES RELIGIEUSES ? 2 ET ALORS ?
Quelques clariications préliminaires
Lespace publicLa sphère privée Cest lensemble des lieux ouverts à tous dans  Tout endroit où le public na pas dofice accès : la  une société : lieux de passage et de rassemblement maison, les associations, les clubs et autres lieux  accessibles à tous. Si lespace public peut être géré privés Par déinition, la liberté individuelle y est  par des acteurs publics (la rue, le parc) ou privés maximale. Une question étroitement liée à la notion  (le resto, le supermarché, le cinéma), il est censé, de propriété privée et au droit den disposer comme  par déinition, être ouvert à chacun : toute discrimi-on lentend. Plus largement, la notion de sphère privée  nation y est donc proscrite. Interdiction par exemple renvoie à lintime, à lindividuel, au particulier. Au  pour un restaurateur de refuser de servir quelquun qui  droit à bénéicier dune vie privée dans le secret de ses  porterait tel signe religieux. Mais interdiction aussi, murs. Par sphère privée, nous entendons : qui dépend  pour le même restaurateur, dautoriser ses clients  de son libre choix, qui ne concerne que soi-même.   à fumer, sous prétexte que l’endroit lui appartient. Dans l’espace public, l’intérêt général prévaut. Les usagers du service public Tous ceux qui se rendent dans un service public ou ont La sphère publique affaire à lui : les patients, les justiciables, les électeurs, On entend souvent par là lensemble des services les clients de la poste Les usagers du service public  assurés par lÉtat  ou par des organismes publics sont toujours libres de manifester leurs convictions,  qui remplissent des missions équivalentes de serv-religieuses ou autres ; pour autant, bien sûr, quils  ices publics. Le CPAS, le ministère, la poste, lhôpital respectent les lois et les droits humains en vigueur  public appartiennent à la sphère publique. à ce titre, dans notre pays. Ainsi, pour des raisons de sécurité  ils doivent répondre à une exigence constitutionnelle : et de convivialité, il nest, à notre avis, pas déraison- celle de légalité de traitement qui implique, de leur nable dexiger quune personne demeure identiiable  part, une totale impartialité. Pour cette raison, le CAL en toute circonstance. Ou de considérer que, dans le  estime que tout le personnel de la fonction publique champ scolaire, les élèves sont des usagers particuliers,   doit observer une neutralité totale, tant dans ses actes qui ont le droit de bénéicier dun environnement  que dans son apparence. Et il rappelle, si besoin est, préservé au maximum de toute pression extérieure. et à titre d’exemple, qu’aucun fonctionnaire, aucune institution publique ne peuvent refuser, au nom de  Par ailleurs, il est important de garantir la liberté   « leur conscience », de donner des informations  individuelle dexercer leur culte à toutes les personnes  permettant dappliquer les lois sur lavortement ou enfermées, que ce soit en prison, en institution publique  leuthanasie. Le service public doit être rendu à tous  de protection de la jeunesse, en centre fermé, en hôpital  les usagers.psychiatrique, etc. dans les limites ixées par la loi.
3