Étude de la biodiversité du site de Païolive et des Gras (Ardèche et ...
34 pages
Français

Étude de la biodiversité du site de Païolive et des Gras (Ardèche et ...

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
34 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : eau du sud de l' ardèche
  • cours - matière potentielle : eau annexes
  • cours - matière potentielle : amont du granzon
  • exposé
  • cours - matière potentielle : eaux
Étude de la biodiversité du site de Païolive et des Gras (Ardèche et Gard, France) Bilan et perspectives Juillet 2011
  • flore
  • vieux arbres vivants
  • répartition restreinte
  • caractère temporaire du ruisseau
  • païolive en limite de répartition
  • païolive
  • semblables habitats
  • milieu
  • milieux
  • espèces
  • espèce
  • site
  • sites

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 169
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Étude de la biodiversité
du site de Païolive et des Gras
(Ardèche et Gard, France)
Bilan et perspectives
Juillet 2011Ce document représente le compte rendu d’une journée d’étude organisée à
Montchamp le 5février 2011 par l’Association Païolive et présidée par le
Professeur Patrick Blandin du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.
Plan
I) État de l'Inventaire général de la biodiversité, selon les classes ............p. 4-12
II) Réflexion critique sur le bilan des études réalisées
A) La zone d'étude et les concepts utilisés. ......................................p. 15-17
B) Richesse de la biodiversité............................................................p. 18-24
1- Espèces rares, patrimoniales, protégées,
2- Mise en valeur d’un carrefour biogéographique ?
3- Poursuite de l'Inventaire général.
C) Naturalité et ancienneté..................................................................... p. 25
III) Stratégie de conservation ......................................................................p. 27-28
IV) Perspectives ..........................................................................................p. 30-32
A) Diffusion du compte rendu
B) Poursuite des recherches
1) Naturalité et écocomplexe
2) programme général d'études
3) caractériser la spécificité de l'écocomplexe PaIolive
C) Préconisations
Résumé et actions envisagées.................................................................p. 33 - 34
23Biodiversité de PaïoliveI) État de l’inventaire général
de la biodiversité à Païolive
par classes
Biodiversité de PaïoliveI - Inventaire général
Cet exposé offre qu’un bref rappel des résultats obtenus et déjà publiés dans des publications
ou des rapports mais développe les résultats et réflexions qui n’ont pas encore fait l’objet d’une
publication à la date du 15 mai 2011.
ALGUES FONGE
Alain Couté et C. Perrette ont envoyé un pré- L'état de l'inventaire actuel, de près de 90
rapport de leur prospection des micro-algues espèces, par William Lhermenier est
dulçaquicoles. Leur étude est importante communiqué. Franck Richard (CNRS de
puisque ces végétaux génèrent la plupart des Montpellier) est venu sur le terrain en
substances nécessaires à tous les autres novembre 2010 et pense organiser une
êtres vivants, notamment l'oxygène, et rencontre de mycologues en 2011 dans le
qu'elles sont les témoins de la richesse de la Bois. Une thèse est envisagée sur les
biodiversité, renseignant sur l'état de santé rapports entre champignons et orchidées, qui
des milieux tant aquatiques que terrestres. pourrait inclure Païolive.
Les premiers résultats des analyses des Le nombre d'espèces inventoriées est
toutes premières prospections réalisées en relativement faible (86), sans doute à cause
juin 2010 dans un échantillonnage de milieux de la sécheresse de beaucoup de milieux. Il
(28 récoltes) sont prometteurs. faudrait aussi prospecter les troncs d'arbres,
Sur les sept embranchements existant, cinq ce qui permettrait de faire des découvertes.
sont déjà représentés : Cyanophytes Une comparaison avec d'autres sites relevant
(4genres), Rhodophytes (1 genre), de climats semblables serait instructive.
Dinophytes (1 genre), Hétérokontophytes (2
classes et 4 genres), Chlorophytes (3 classes MOUSSES et HÉPATIQUES
et 8 genres). Dix-neuf genres ont donc été
identifiés. Les algues vertes semblent les plus
Vincent Hugonnot et Florine Pépin, sadiversifiées, avec 8 genres et 7 espèces
collaboratrice, présentent la richesseactuellement distinguées. Une possible
exceptionnelle en mousses : 302 taxonsespèce, nouvelle pour la science, de
actuellement sur les 1200 que compte laDinoflagellées a été trouvée à Cornadon et
France. Païolive est incontestablement un hotpeut-être une deuxième à Saint-Eugène.
spot des mousses en France et le premier site
Alain Couté conclut son pré-rapport en disant
du Sud Est de la France. Une récente
que la biodiversité de Païolive apparaît
descente en canoë leur a permis de découvrir
comme très satisfaisante en matière de micro-
sur le Chassezac des habitats amphibies
algues. La présence de Zygophycées, de
intéressants.
Rhodophytes et de Characées, sensibles aux
Ce qui est troublant à Païolive, c'est lapollutions, laisse penser que le site est peu
concentration d'espèces à valeur patri-perturbé. Il est à noter que le terme :
moniale, car on connaît de semblables«satisfaisant» n'a ici aucune connotation
habitats qui ne contiennent pas ces espèces.écologique. Cela signifie seulement que le
La découverte de populations remarquablesnombre d'espèces rencontré et leur diversité
et fertiles de Mannia californica estsont un peu inattendus par rapport à la
exceptionnelle.sécheresse ambiante et au peu d'eau
Actuellement, l'inventaire des espèces sedisponible. Le premier rapport sera rendu en
poursuit, mais n'amènera sans doute pas unseptembre 2011 et mettra en valeur l’intérêt
accroissement considérable du nombre desde poursuivre l’étude des algues sur le site.
taxons. Des recherches sont menées pour
comprendre le fonctionnement de deux
espèces liées aux vieilles forêts : Zygodon
5Biodiversité de PaïoliveI- Inventaire général
forsteri (monoïque) et Antitrichia californica dans une moindre mesure, dans les gorges de
(dioïque). Elles sont très rares en Europe mais l'Ardèche.
abondantes à Païolive, qui joue ici un rôle de
laboratoire. Pourquoi se trouvent-elles surtout LICHENS
ici ? L'existence d'une forêt ancienne est
l'hypothèse actuellement retenue pour ce
Corinne Bauvet présente une synthèse destravail. Il consiste en une modélisation
connaissances de la flore lichénique depermettant de déterminer l'âge des colonies et
Païolive. leur date d'introduction. Les premiers résultats
379 taxons sont identifiés à ce jour. Deprovisoires indiquent un fonctionnement
nombreux lichens ont une valeur patrimoniale.continu sur plusieurs siècles.
Sont considérées comme telles les espècesVincent Hugonnot estime aussi que le relief
dont la préservation est justifiée par leur étatkarstique, avec ses diaclases ombragées et
de conservation, leur vulnérabilité, leur raretéfraîches, aurait pu permettre un
et les menaces qui pèsent sur leur habitat. développement de telles mousses même en
Ces espèces patrimoniales sont, en grandel'absence d'arbres, comme si un relief
majorité, situées dans les milieux forestiers.ruiniforme peu boisé pouvait simuler une forêt
On les rencontre le plus souvent dans lesancienne. Pour aller plus loin, il faudrait
zones au relief ruiniforme marqué et riches enrecourir à la bryosociologie pour reconnaître
diaclases plus ou moins profondes, offrantdes communautés liées aux forêts anciennes
une variété de microclimats permettantet faire des comparaisons avec d'autres
l'installation d'une flore lichénique diversifiéekarsts.
et peu banale. Certains secteurs commeP. Blandin revient sur la définition même du
Serre Haute ou la Padelle bénéficient deconcept d’espèce patrimoniale. En quoi
l'humidité qui remonte du Chassezac. consiste la patrimonialité chez les mousses ?
Certaines de ces espèces ont besoin deIl semble que pour ces taxons il n'existe pas
milieux moyennement humides avec desd'autre recours que le jugement d'expert car
écarts thermiques limités (variations deon ne dispose d'aucun atlas européen ni de
températures tamponnées par rapport auxdocuments officiels. De toute façon une
milieux alentours) et une faible luminosité.réflexion sur la philosophie de la patrimonialité
Ces conditions limitent la croissance dess'impose en général.
peuplements bryophytiques plus compétitifs.Ce qui est certain, c'est que le Sud-Est de la
Dans ces types de milieux, les lichens sont deFrance est assez bien connu et que la
petites tailles et d'installation lente,singularité de Païolive est réelle. Il ne s’agit
nécessitant pour les espèces corticoles lapas d’une illusion due à une pression
présence de vieux arbres. d'observation plus forte. Le fait qu'il existe une
Païolive est peuplé de lichens à très largeconcentration d'espèces à Païolive lui confère
distribution, d'espèces méditerranéennes,un niveau supplémentaire d'importance, mais
méditerranéo-atlantiques ainsi que d'espècesil reste encore à élucider toutes les causes de
à tendance montagnarde, phénomènece fait. Des milieux typiques semblables à
classique de descente à la faveur dePaïolive existent ailleurs dans le Sud-Est de la
conditions microclimatiques plus froides trèsFrance mais n'y offrent pas la même richesse.
localisées que les phanérogames neLe cas de la Mannia californica présente dans
perçoivent pas. des milieux rupestres ouverts (fissures
terreuses, falaises et milieux rupestres Une liste des lichens et groupements
primaires) est remarquable : de tels milieux considérés potentiellement indicateurs de
abondent dans le Sud-Est de la France mais longue continuité écologique des forêts
cette espèce n'est présente qu'à Païolive et, méditerranéennes a été élaborée à partir de
6Biodiversité de PaïoliveI- Inventaire général
l'analyse de la bibliographie des travaux de environs (le statut taxonomique de ce dernier
phytosociologie (Bricaud, 2010). Plusieurs de taxon en voie de spéciation est toutefois
ces groupements et lichens ont été trouvés contesté). D'autres espèces à répartition
dans des secteurs identifiés comme de vieux restreinte (Franco Ibériques et Franco
noyaux forestiers (photos aériennes Liguriques) doivent aussi être signalées
anciennes, carte de Cassini). Cela pourrait comme le centranthe le Lecoq (Centranthus
ainsi conforter le fait que Païolive comporte lecoqii Jord.). Ce fait s'explique probablement
des parties de forêts anciennes. par le manque d'isolement géographique avec
les Alpes et le Massif central, ainsi que par laUne étude sur les lichens corticoles dans
superficie restreinte du site. Quelques taxonsd'autres secteurs de Païolive est en cours.
considérés comme orophiles ou relictuels, tels
que la scutellaire des Alpes (Scutellaria alpina
PLANTES VASCULAIRES
L.) ou le cynoglosse d'Allemagne (Cyno-
glossum germanicum Jacq.) se développent
Il existe sur le site une grande diversité de au sein des versants nord des pentes pour la
milieux, souvent en assez bon état, mais les première espèce ou dans les zones dolines
parties boisées ne comprennent que très peu colonisées par la chênaie pubescente pour la
d'espèces remarquables. Par ailleurs, mis à seconde. Enfin le statut d'indigénat de
part quelques taxons relictuels de conditions plusieurs espèces à aire disjointe peut être
climatiques anciennes (flore ayant trouvés contesté. Les exemples les plus probants sont
refuge dans les zones forestières les plus le cerfeuil noueux (Myrrhoides nodosa (L.)
fraîches), il ne semble pas qu'il existe Cannon) et la vesce noirâtre (Vicia melanops
vraiment de plantes vasculaires indicatrices Sm.) dont les principales stations de Païolive
d'ancienneté des milieux forestiers en région sont situées dans des biotopes secondaires
méditerranéenne métropolitaine. ou à proximité des voies de communication.
Le Conservatoire Botanique du Massif Central Il ne faudrait pourtant pas négliger la flore
a communiqué une liste brute des espèces vasculaire, le Parc National des Cévennes par
connues sur les communes de l'ensemble du exemple y attache une grande importance.
site, qu'il reste à épurer et à compléter Notamment, les milieux ouverts des Gras sont
éventuellement. Elle dénombre environ 1500 en assez bon état de conservation par rapport
taxons sur la zone que nous avons définie, ce à ce qui se trouve plus au Sud et la fermeture
qui est normal dans les secteurs bien en est lente. De plus ces milieux ouverts
conservés de la région méditerranéenne. semblent avoir bénéficié d'une certaine
continuité dans le temps, au moins surLes plantes vasculaires ne semblent ainsi pas
certains secteurs (Gras de la Rouvière et de laêtre le groupe le plus représentatif à Païolive
Rouveyrolle), en témoigne la présencedans la mesure où il existe peu d'espèces qui
caractériseraient le site : il n'existe à l'heure d'espèces patrimoniales typiques des
pelouses rases annuelles (de l'alliance duactuelle pratiquement pas de superposition
Thero-Brachypodion) comme Gagea xpossible à l'échelle du site entre l'intérêt de la
luberonensis J.M.Tison ou Gagea lacaitaeflore bryophytique ou lichénique et celui des
A.Terracc.plantes vasculaires.
La proportion d'espèces endémiques est En somme il semble préférable, pour les
plantes vasculaires, de ne pas parler derelativement faible, mis à part, la corbeille
patrimonialité mais plutôt de représentativitéd'argent à gros fruits (Hormathophylla
et de bon état de conservation.macrocarpa (DC.) Küpfer) endémique des
falaises calcaires du sud de la France, et la Il est à noter que la démarche Natura 2000 se
centaurée presque blanchâtre (Centaurea fonde largement sur les habitats naturels et
maculosa subsp. subalbida (Jord.) Dostál) non sur les espèces végétales (aucune
endémique des gras de Païolive et de ses espèce de l'annexe 2 de la Directive
7Biodiversité de PaïoliveI- Inventaire général
92/43/CEE à Païolive). Le Conservatoire relictuelles, ni inféodées à des milieux
Botanique du Massif Central, devant la caractéristiques, sauf exceptions. En effet,
difficulté d'identifier certains habitats leur mode de dispersion par les airs leur
communautaires (exemples des chênaies permet de coloniser très vite n'importe quel
pubescentes à Païolive), a réalisé un premier milieu propice.
bilan des cartographies et des typologies des A Païolive, la faune inventoriée est une faune
sites Natura 2000 de l'ouest de la région majoritairement méditerranéenne. Cepen-
Rhône-alpes (Rhône, Loire et Ardèche). Cette dant, il est remarquable que plusieurs
étude a mis en évidence des erreurs espèces n'étaient connues que de Corse et
typologiques et cartographiques sur la des zones littorales. A cet égard, une analogie
cartographie des habitats naturels du site existe avec les mousses et certains insectes,
FR8201656-Bois de Païolive, pelouses, puisque certains taxons de Païolive sont
habitats rocheux et zones humides des gras, connus sur la frange littorale et qu'il semble
impliquant de nouvelles études à venir (mise à exister pour eux un vide entre le littoral et
jour de cartographie des habitats). La difficulté Païolive.
d'interprétation des habitats naturels de En même temps, on a recensé des espèces
Païolive réside principalement dans le plus septentrionales; les deux zones
contexte climatique, à la charnière entre les biogéographiques se chevauchent, il y a des
étages méso-méditerranéen et supra- sympatries locales. Beaucoup d'espèces se
méditerranéen. trouvent à Païolive en limite de répartition,
nord ou sud.
FAUNE KARSTIQUE CAVERNICOLE Une espèce remarquable se révèle
cependant, Bassaniana versicolor, typique
des forêts anciennes et probablementCe domaine a été assez négligé jusqu'à
devenue une rareté en Europe de l'Ouest àprésent, alors que c'est parmi les invertébrés
cause des déforestations. Païolive semblecavernicoles (aquatiques et terrestres) qu'on
bien être une forêt refuge pour cette espèce.peut s'attendre à trouver un taux élevé
Un récent article de Jean-Claude Ledoux faitd'endémisme.
le point sur cette espèce qui vivrait sur et sousLes seules espèces animales endémiques
les écorces.connues de Païolive sont des cavernicoles : le
Coléoptère Diaprysius fagei, le Collembole
Typhlogastrura balazuci et le Gastéropode COLLEMBOLES
Palacanthilhiopsis margritae.
Le premier travail à faire en ce domaine Les identifications sont en cours. Sans qu'il y
consiste à réaliser une synthèse des ait d'espèces très rares, il se trouve quelques
publications de Balazuc et de Leclerc sur espèces assez inhabituelles. Par exemple,
l’ensemble de la zone. Capraiena marginata. Un Sminthuridae, est
typiquement une espèce qu'on rencontre de
façon sporadique, sans qu'elle soit pourARAIGNÉES
autant vraiment rare. L'inventaire en cours n'a
rien révélé actuellement d'exceptionnel.
Jean-Claude Ledoux a inventorié environ 180
Existe-t-il des espèces qui seraient témoins
espèces. Il estime qu'il devrait y en avoir 400
de continuité forestière ?
à 500, sur les 1500 espèces connues en
C'est la faune souterraine qui semble être laFrance.
plus prometteuse. Un Collembole cavernicole,
Au plan écologique, les Araignées ne sont
Typhlogastrura balazuci est endémique de la
guère révélatrices d'endémisme ni de stations
grotte de Baumefort à Saint-Alban-Auriolles.
8Biodiversité de PaïoliveI- Inventaire général
INSECTES avec plusieurs espèces patrimoniales dont 3
en annexe II de la directive Habitats :
Gomphus graslinii, Macromia splendens etL'inventaire comprend actuellement 1800
Oxygastra curtisii. Les peuplements desespèces identifiées sur un potentiel de plus de
ruisseaux temporaires sont très différents,7000 (sur 41 000 en France). En extrapolant
avec comme espèce emblématiqued'après ce qui a déjà été vu en triant les
Coenagrion coerulescens, rare en France,pièges Malaise, il y a probablement 3000
avec localement des populations importantesespèces de mouches à Païolive et au moins
à Païolive. On retrouve également sur ces2000 espèces d'Hyménoptères. Cet inventaire
ruisseaux Oxygastra curtisii, et mêmegénéral provisoire, régulièrement mis à jour,
Macromia splendens sur le Granzon. Laest disponible sur le site internet de HP
présence de ces espèces d'eau profonde peutAberlenc :
sembler étonnante mais peut s'expliquer par
http://www.aberlentomo.fr/Index6.html
les plans d'eau des mini-barrages. Le
ruisseau de Fontgraze présente à peu près la
Il ne peut être question ici de reprendre tous même faune, à l'exception de l'absence de
les résultats, dont une partie a été publiée Macromia splendens et de la présence de
dans les Cahiers de Païolive. Notons la très Coenagrion mercuriale (annexe II DH) et de
grande richesse en Hyménoptères Coenagrion scitulum, entre autres.
parasitoïdes (Chalcidiens, Braconidés et Pour ce groupe, la communauté régionale est
Ichneumonidés, qui parasitent des Insectes bien représentée, avec des éléments rares et
très variés, dont des xylophages). Les patrimoniaux mais non spécifiques à Païolive.
saproxyliques sont évidemment nombreux et
De nombreuses espèces d'Abeilles ont été
l'étude de Benjamin Calmont, encore en
échantillonnées au piège Malaise, leur étude
cours, apportera une moisson d'espèces
a démarré avec le Profeseur Rasmont, et on
patrimoniales nouvelles pour l'inventaire. En
peut s'attendre à de bonnes surprises.
ce qui concerne les Diptères, on a déjà trouvé
En ce qui concerne les fourmis, tout est à faire59 familles à Païolive, soit environ le tiers des
à Païolive pour ce groupe d'Insectes sociauxfamilles connues dans le monde (environ 180
dont l'importance écologique est consi-au total). Quant à la Cétoine bleue, une étude
dérable. Un projet est en gestationvec le Pr B.menée prochainement devrait permettre de
Kaufmann de l'Université de Lyon 1.connaître l'origine de notre population et ses
Syrphes. Véronique Sarthou a envoyé unliens avec les autres populations du Bassin
premier état des recherches. On sait que lesméditerranéen.
Syrphes (510 espèces en France) présententPour les Orthoptères, désormais inventoriés,
un grand intérêt pour la connaissance deson trouve 54 taxons sur 238 en France. L'état
milieux. Certaines espèces sont trèsest représentatif de la faune méditerranéenne.
dépendantes de milieux spécifiques tandisIl y a 4 espèces de mantes et la Saga Pedo,
que d'autres sont très tolérantes à des milieuxespèce protégée inscrite en annexe de la
plus banals et anthropisés. Les cyclesDirective Habitats.
biologiques sont très variables (2 mois à 2
Les Lépidoptères sont aussi très abondants
ans) et permettent aussi de révéler des
avec plusieurs espèces patrimoniales,
perturbations du milieu plus ou moins
comme Eriogaster rimicola, Euphydryas
récentes. Il existe une base de données
aurinia provincialis, Stygia australis,
européennes qui, couplée à un protocole de
Neoharpyia verbasci, Oecia oecophila, etc.
piégeage standardisé, permet des bio-
Pour les Odonates, les différents types de évaluations et des diagnostics écologiques
milieux s'avèrent très complémentaires. Le précis.
Chassezac abrite le cortège caractéristique
Après la première prospection de 2009, des
des grands cours d'eau du sud de l'Ardèche,
9Biodiversité de PaïoliveI- Inventaire général
prélèvements réalisés en 2010 ont commencé BATRACIENS
à livrer des enseignements. Actuellement 125
espèces de Syrphes ont déjà été identifiées Les inventaires menés en 2006 sur la zone
sur le site. Deux espèces sont nouvelles pour centrale de l'ENS, puis en 2010 sur les
la France continentale et huit sont des principaux ruisseaux temporaires (Granzon,
espèces patrimoniales. Plusieurs espèces Fontgraze et Bourbouillet), en complément
sont indicatrices de vieille forêt et liées aux des prospections bénévoles, ont permis
vieux arbres vivants (Sphiximorpha d'acquérir un bon niveau de connaissance.
binominata, Myolepta nigritarsis, Ferdinandea
Les espèces sont probablement toutes
cuprea, Brachypalpis val). Il faut noter que les
inventoriées avec la confirmation de las sénescents sont plus
présence de la Grenouille agile. Il reste
riches en biodiversité que les arbres morts.
quelques questions à éclaircir, comme
Une espèce remarquable de milieux ouverts :
l'absence du Crapaud accoucheur de la
Eumerus elaverensis a été identifiée.
plupart des ruisseaux temporaires.
La vedette de ce groupe est le Pélobate
MOLLUSQUES cultripède, dont une intéressante population
se maintient (une cinquantaine d'individus).
L'inventaire d'Alain Bertrand comprend 84 Pourquoi est-il présent à Fontgraze ?
espèces dont 8 patrimoniales et 3 de Pourquoi est-ce la seule mare qui convienne à
protection nationale. Une espèce endémique cette espèce dans la région ? Les larves de ce
a été identifiée à la résurgence de la Pélobate ne peuvent pas coexister avec les
Fontméjeanne. poissons, et le caractère temporaire du
ruisseau empêche ceux-ci de venir.
Rémi Duguet pose la question de l'origine deCRUSTACÉS
cette population, qui n'est sans doute pasLe site abrite une population relictuelle
arrivée par colonisation mais aurait und’Ecrevisse à pieds blancs sur le cours amont
caractère relictuel. Elle peut être menacée pardu Granzon. Elle est menacée actuellement
la pollution, par des truites s'échappant dupar des espèces invasives comme
bassin situé en amont, ou par des poissonsProcambarus clarkii et Aphanomyces astaci.
sauvages arrivant à la faveur des périodes de
fortes pluies, qui permettent aux ruisseaux de
POISSONS TÉLÉOSTÉENS Fontgraze et du Bourbouillet de couler et de
se rejoindre, voire même de rejoindre le
Chassezac : le maintien de l'espèce supposeLa Fédération de Pêche a une bonne
l'élimination par la main humaine desconnaissance des cours d’eaux et assure des
poissons éventuels après chacun de cessuivis réguliers. Actuellement 8espèces
épisodes. En fait c'est l'ensemble du bassinpatrimoniales existent sur le site : Apron,
Anguille, Barbeau méridional, Lamproie de versant qui mériterait d'être suivi et le maintien
du pâturage bovin est important pour lePlaner, Toxostome, Chabot, Blageon, Truite.
maintien des milieux favorables à cetteNeuf autres espèces sont plus courantes et on
espèce. L'étude de cette population mériteraitconnaît quatre espèces introduites.
d'être plus suivie et approfondie, notammentLes menaces pesant sur l’ichtyofaune sont
par des études génétiques. Sonconnues : déficience de quantité et de qualité
fonctionnement pourrait être modélisé.des eaux, dégradation d’habitats aquatiques,
Pour Rémi Duguet, les écosystèmesplantes invasives (jussie), connexions
méditerranéens se caractérisent par leurinsuffisantes des cours d’eau annexes. Les
imprévisibilité climatique : pièces d'eau deprélèvements de graviers semblent avoir
dimensions réduites, zones humides isolées.cessé.
10Biodiversité de Païolive

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents