IQOA - TRANCHEES COUVERTES
52 pages
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

IQOA - TRANCHEES COUVERTES

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
52 pages

Description

mai 2011 Evaluation des ouvrages IQOA - TRANCHEES COUVERTES Guide méthodologique
  • surveillance des tranchées
  • couvertes
  • couverte
  • méthodologie iqoa
  • iqoa - tranchees
  • réseau routier
  • guide méthodologique
  • tranchée
  • tranchées
  • gestion
  • gestions
  • ouvrage
  • ouvrages
  • entretien
  • entretiens

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 59
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

mai 2011
Evaluation des ouvrages
IQOA - TRANCHEES
COUVERTES
Guide méthodologiquePage laissée blanche intentionnellement

Collection « Les rapports » – Sétra – 2 – mai 2011 Evaluation des ouvrages
IQOA - TRANCHEES
COUVERTES
Guide méthodologique

Collection les outils
Document édité par le Sétra dans la collection « les outils ».
Cette collection regroupe les guides, logiciels, supports
pédagogique, catalogue, données documentaires et annuaires.IQOA - TRANCHEES COUVERTES – Guide méthodologique
Ce guide fait partie des documents méthodologiques d’IQOA servant au recensement des tranchées
couvertes du réseau routier national non concédé.
Il a été élaboré par un groupe de travail constitué de :
- G. Biron DIR CE
- J. Désille Sétra
- A. Hékimian DRIEA IF
- V. Lucas Sétra
- V. Martinet DRIEA IF/CETE IF
- C. Maurel DRIEA IF/CETE IF
- J-M. Morel CETE Est
- T. Nguon Sétra
- C. Pons DRIEA IF
- V. Robert CETU
- T. Sauvageon DiRIF
- P.Y. Thomasson DRIEA IF/DiRIF
- P-J. Vabre DRIEA IF/CETE IF

Les travaux de ce guide ont été orientés et validés par le comité de pilotage composé de :
- M. Deffayet CETU
- E. Humbert CGPC
- G. Lacoste Sétra
- B. Mahut LCPC
- G. Poirier DIT
- J.M. Pont DIR IF
- J-C. Schlegel DIT

Collection « Les rapports » – Sétra – 4 – mai 2011 IQOA - TRANCHEES COUVERTES – Guide méthodologique
Sommaire
1 - Généralités ......................................................................................... 7
1.1 - Objectif du guide ............................................................................................... 7
1.2 - Domaine d’application ....................................................................................... 7
1.3 - Types d’ouvrages rencontrés ............................................................................. 8
1.4 - Organisation de la maîtrise d’ouvrage ................................................................ 9
2 - Evaluation de l’état d’une tranchée ................................................... 10
2.1 - Surveillance des tranchées ............................................................................... 10
2.2 - De l’évaluation aux cotations ............................................................................ 10
2.3 - Inspection d’une tranchée ................................................................................. 11
2.4 - Actualisation des cotations d’une tranchée ....................................................... 12
3 - Cotation IQOA ................................................................................... 13
3.1 - Principe ............................................................................................................ 13
3.2 - Définition d’une zone ........................................................................................ 14
3.3 - Deux cotations distinctes, «Génie civil» et «Eau» ............................................. 14
3.4 - Classes d’état d’une zone ................................................................................. 18
3.5 - Démarche d’appréciation de la classe d’état d’une zone ................................... 20
4 - Ouvrages annexes ............................................................................. 23
4.1 - Ouvrages annexes linéaires .............................................................................. 23
4.2 - Ouvrages annexes de tête ................................................................................. 23
4.3 - Ouvrages annexes ponctuels ............................................................................ 24
5 - Synthèse des cotations d’une tranchée ............................................. 25
5.1 - Rappels sur les « zones » ................................................................................. 25
5.2 - Première agrégation des notes IQOA par partie constitutive ............................. 26
5.3 - Seconde agrégation et synthèse des cotations .................................................. 27
Annexe 1 Classement d’un ouvrage en PONT ou en TRANCHEE.............. 29
Annexe 2 Surveillance du génie civil d’une tranchée .............................. 32
Annexe 3 Contrôle annuel d’une tranchée .............................................. 34
Annexe 4 Quand procéder à l’évaluation d’une tranchée ? ..................... 36
Annexe 5 Eléments d’un cahier des charges type d’une inspection ........ 39
Annexe 6 Cadre du rapport d’inspection détaillée .................................. 42
Annexe 7 Plages de cotation : Désordres des Traverses ........................ 46
Annexe 8 Plages de cotation : Désordres des Piédroits .......................... 47
Collection « Les rapports » – Sétra – 5 – mai 2011 IQOA - TRANCHEES COUVERTES – Guide méthodologique
Annexe 9 Plages de cotation : Désordres des Equipements génie civil ... 48
Annexe 10 Sommaire du guide d’inspection IQOA Tranchées ................. 49
Bibliographie ......................................................................................... 51
Collection « Les rapports » – Sétra – 6 – mai 2011 IQOA - TRANCHEES COUVERTES – Guide méthodologique
1 - Généralités
1.1 - Objectif du guide
IQOA, Image de la Qualité des Ouvrages d’Art, est une méthode de classification destinée à fournir un
indicateur de l’état moyen d’un ensemble d’ouvrages, à partir d’une évaluation de chaque ouvrage. Cette
méthode s’inscrit dans le processus d’évaluation périodique de l’état des ouvrages d’art fixé par l’Instruction
Technique sur la Surveillance et l’Entretien des Ouvrages d’Art [1].
Ce guide s’adresse aux maîtres d’ouvrage gestionnaires, en leur présentant le processus d’évaluation du génie
civil d’une tranchée couverte selon la méthodologie IQOA. Il permet également l’évaluation de tronçons de
tunnels creusés comportant des structures décrites au paragraphe 1.3.
Un préalable : avoir procédé au recensement des tranchées
Ce guide fait partie du volet "évaluation" de la méthodologie IQOA Tranchées couvertes. Il pose comme
préalable d’avoir procédé au recensement des ouvrages concernés présenté dans le guide du volet
"recensement" [7] de cette méthodologie.
Il est complété par le guide d’inspection des tranchées [8], selon les types d’ouvrages rencontrés qui s’adresse
principalement aux inspecteurs.
1.2 - Domaine d’application
1.2.1 - Définition d’une tranchée couverte
Les tranchées couvertes sont à la croisée des chemins entre les ponts, les murs et les tunnels. Leurs couvertures
et leurs parois pouvant s'assimiler au génie civil des deux premiers types d'ouvrages d'art et les équipements et
dispositifs d'exploitation et de sécurité aux derniers. Cependant les tranchées couvertes n'ont vocation ni à
assurer le franchissement d'un obstacle (cours d'eau, montagne, voies routières ou ferrées, etc.) ni à soutenir la
route et ses abords (murs). Des critères permettant de distinguer un pont d’une tranchée ont été ajoutés en
annexe 1.
Une tranchée couverte se définit par rapport à sa fonction, comme « un ouvrage totalement ou partiellement
enterré, construit à partir du niveau du sol, qui a pour vocation première d'assurer la couverture totale
ou partielle d'une section de route ou de chaussée afin de réduire les nuisances sonores, de limiter les
coupures paysagères, d'augmenter les capacités d'aménagement urbain ».
1.2.2 - Domaine d’application de la méthodologie IQOA TRANCHEES COUVERTES
De nouvelles structures ont été construites pour couvrir des voies de circulation : damier phonique, couverture
acoustique, semi-couverture, couverture au-dessus du terrain naturel, couverture partiellement ouverte, caissons
immergés, traversée sous-fluviale, etc. Le domaine d’application de la méthodologie IQOA TRANCHEES
COUVERTES a été étendu au génie civil de tous les ouvrages similaires aux tranchées couvertes, c’est-à-
dire aux ouvrages qui présentent au moins une des deux caractéristiques suivantes :
- Les voies sont couvertes, pour partie ou totalement : ce qui peut avoir des conséquences en termes de
sécurité et de ventilation ;
- Les ouvrages sont plus ou moins enterrés : ce qui a des conséquences en termes de soutènement des terres
et de protection vis-à-vis des eaux souterraines.
La méthodologie IQOA TRANCHEES COUVERTES peut également être appliquée à l’évaluation des tronçons
réalisés en tranchée couverte en continuité de tunnels creusés.
Nota : Il est important de s’assurer qu’un ouvrage exclu d’IQOA TRANCHEES est bien pris en compte dans
IQOA PONTS, IQOA MURS ou IQOA TUNNELS.
Collection « Les rapports » – Sétra – 7 – mai 2011 IQOA - TRANCHEES COUVERTES – Guide méthodologique
1.2.3 - Equipements d'exploitation et de sécurité
Les équipements d'exploitation et de sécurité qui figurent dans la liste ci-dessous sont exclus du domaine
d’application de ce guide car ils répondent à une logique de surveillance et de maintenance distincte de la
méthodologie IQOA et détaillée dans le fascicule 40 de l’ITSEOA [6] :
- Les équipements généraux ou équipements lourds (à base de mécanique, d’électromécanique et de courants
forts) : alimentation et distribution électrique, éclairage, ventilation/désenfumage, évacuation des liquides
(recueil, relevage et traitement à l’inverse des systèmes de drainage et d’assainissement qui fotn partis des
équuipements de Génie Civil) ;
- Les équipements plus sophistiqués de gestion (à base de courants faibles) : gestion technique centralisée
(capteurs, équipements d’automatisme et de télétransmission, dispositifs de supervision, système d'aide à la
surveillance et à la gestion du trafic (télésurveillance et détection automatique d’incident, signalisation
dynamique, réseau d’appel d’urgence, radio-transmissions, comptage) ;
- Réseau d'eau de lutte contre l'incendie ;
- Signalisation fixe ;
- Serrurerie et équipements divers (anneaux d’ancrage, dispositifs de manutention, etc.) ;
- Equipements divers : contrôle d’accès de certaines zones, interphonie, détection incendie des locaux
techniques, etc.
1.2.4 - Ouvrages annexes
Les ouvrages annexes ne relèvent pas de la méthodologie IQOA TRANCHEES COUVERTES.
1.3 - Types d’ouvrages rencontrés
Les ouvrages ayant déjà fait l’objet d’un recensement [7], peuvent être répertoriés en 5 familles dont une
classification figure dans le tableau ci-dessous :

N° Familles Principales sous-familles
Dalles
Tranchées couvertes Poutres 1
Voûtes
Trémies butonnées
2 Tranchées partiellement couvertes Paralumes
Damiers phoniques
Tranchées ouvertes Cuvelages 3
Couvertures acoustiques
Couvertures hors sol 4
Ecrans acoustiques à casquettes
Tunnels en caissons immergés
Cas particuliers 5
Paravalanches
Tableau 1 : classification des tranchées et ouvrages similaires entrant dans le champ d’application du guide
Un guide d’inspection [8] s’adresse aux spécialistes chargés de réaliser les inspections détaillées des ouvrages
répertoriés dans les familles 1 à 4. Son sommaire est présenté en annexe 7.
Il n’y a pas de guide d’inspection pour les ouvrages de la famille 5 : pour établir leur diagnostic, il conviendra
de s’inspirer des recommandations du guide correspondant à la ou les techniques les plus proches.
Collection « Les rapports » – Sétra – 8 – mai 2011 IQOA - TRANCHEES COUVERTES – Guide méthodologique
1.4 - Organisation de la maîtrise d’ouvrage
Il convient tout d’abord de rappeler la distinction entre le maître d'ouvrage « constructeur » et le maître
d'ouvrage « gestionnaire » telle qu’elle est présentée dans l’ITSEOA [1] :
- Le maître d'ouvrage constructeur a la responsabilité de la phase d'études et de construction de l'ouvrage ;
sa mission s'achève à la réception de l'ensemble des ouvrages d'un projet (y compris la levé des réserves) et
leur mise en service ;
- Le maître d'ouvrage gestionnaire prend la responsabilité de gestionnaire et d'exploitant à partir de la mise
en service de l'ouvrage.
1L’organisation de la maîtrise d’ouvrage gestionnaire est structurée selon 3 niveaux de responsabilités et de
compétences : niveau opérationnel, niveau organisationnel et niveau décisionnel.
Ce guide précisera systématiquement les interventions qui nécessitent une compétence particulière pour que
chaque maître d'ouvrage puisse s'organiser, en interne ou en faisant appel à des spécialistes extérieurs.
Contrairement aux ponts, le propriétaire de la voie couverte est propriétaire de la tranchée et de sa
couverture (cf. § 1.2.1 de ce guide).
1.4.1 - Niveau opérationnel
Ce premier niveau doit avoir comme mission principale d'assurer le bon usage de l'ouvrage au regard de ses
objectifs d'exploitation : gestion et surveillance du trafic, traitements des incidents et accidents. En termes
d'entretien et de surveillance, il est nécessaire que tous les agents intervenants à ce niveau aient :
- Une bonne connaissance générale de l'ouvrage (repérage des structures et des équipements, principales
caractéristiques, historique...) et de ses règles de gestion (convention...) ;
- Une bonne connaissance de l'organisation interne de la maîtrise d'ouvrage (circuits décisionnels et
d'informations, personnes ressources...) ;
- Une bonne appropriation des actions de surveillance, d'entretien et de maintenance qu'ils doivent réaliser
et/ou faire réaliser ;
- Une compétence de base, renforcée par des formations spécifiques si nécessaire, pour assurer les missions
confiées (béton, électricité, ...).
Sur le réseau routier national non concédé, ce niveau correspond par exemple à un District et à ses Centres
d’Entretien et d’Intervention (CEI) d’une Direction Interdépartementale des Routes (DIR).
1.4.2 - Niveau organisationnel
Sa mission principale est de coordonner les actions de surveillance et d'entretien en fonction de l'évolution de
l'ouvrage. En terme de compétence, il est nécessaire que ce niveau soit en capacité de :
- Proposer une politique de surveillance, d'entretien et de maintenance de l'ouvrage en faisant appel si
nécessaire à des spécialistes ;
- Organiser sa mise en oeuvre au regard des compétences disponibles (sous-traitance si nécessaire) ;
- Exploiter les divers rapports de surveillance (interne comme de spécialistes) pour programmer les suites à
donner (entretien, maintenance, adaptation de la surveillance, diagnostic, réparations, etc.) ;
- Analyser les désordres du génie civil et les dysfonctionnements des équipements de Génie Civil pour juger
de leur gravité et en tirer les conséquences.

1 « Une organisation claire, basée sur une gestion des compétences, est un préalable nécessaire à la définition et à la mise en oeuvre d'une politique
de surveillance et d'entretien d'un patrimoine. Dans ce cadre, il faudra garantir de manière systématique que chaque intervention de surveillance ou
d'entretien soit réalisée par une personne suffisamment qualifiée et informée pour que les résultats soient conformes aux objectifs fixés. » Fascicule 40
de l’ITSEOA [6].
Collection « Les rapports » – Sétra – 9 – mai 2011 IQOA - TRANCHEES COUVERTES – Guide méthodologique
Sans être spécialisé, il doit posséder les compétences et connaissances suffisantes pour solliciter les spécialistes
à bon escient, assurer un suivi efficace de leur prestation et exploiter leur contribution. Pour ce qui concerne le
2Génie Civil , ce niveau nécessite des compétences de gestion d'un patrimoine d'ouvrages d'art.
Sur le réseau routier national non concédé, ce niveau correspond par exemple à la CGOA (ou COA, ou POA) au
service des politiques techniques d’une Direction Interdépartementale des Routes (DIR).
1.4.3 - Niveau décisionnel
Le niveau décisionnel est constitué par la direction de la maîtrise d’ouvrage gestionnaire. Il est le garant de la
politique de gestion de son patrimoine. Ses missions principales sont :
- De faire recenser et évaluer son patrimoine ;
- De définir l'organisation d'une politique de surveillance et d'entretien efficace des ouvrages ;
- D’assurer sa mise en oeuvre en adaptant les moyens et en assurant un contrôle efficace ;
- D’analyser l’état de son patrimoine et des retours d’expérience.
Sur le réseau routier national non concédé, ce niveau correspond par exemple au chef du SPT (ou SPR) sous
couvert du directeur de la Direction Interdépartementale des Routes (DIR), ou à la personne à qui il aura
délégué cette mission.
2 - Evaluation de l’état d’une tranchée
Un préalable : avoir procédé au recensement des tranchées
Le guide méthodologique «IQOA - Tranchées Couvertes - Recensement des ouvrages» prépare l’évaluation
des tranchées par l’identification des éléments qui les composent, comme les tronçons, et par leur marquage.
Ces actions garantissent la mise en place d'un référentiel unique de repérage et d'une base homogène de
travail, sans lesquels toute évaluation est impossible.
Elles sont de la responsabilité :
3- du maître d'ouvrage constructeur dans le cas d’une tranchée neuve ;
- du niveau organisationnel pour les tranchées existantes.
2.1 - Surveillance des tranchées
La surveillance des tranchées est l'ensemble des contrôles et des inspections révélateurs de leur état et de leur
évolution possible. Elle consiste à suivre leur évolution à partir d'un état de référence. La surveillance des
tranchées comporte deux types d'actions, certaines périodiques et d'autres liées à des événements particuliers,
détaillées en annexe 2.
2.2 - De l’évaluation aux cotations
IQOA TRANCHES COUVERTES s’inscrit dans le cadre de la surveillance des tranchées en proposant des
indicateurs de leur état à partir d’une évaluation périodique. Ce processus, aussi dénommé « cotation »,
intervient à l’issue de chaque inspection détaillée périodique (IDP) et, entre deux inspections, par actualisation
des cotations. Ces deux cas sont détaillés aux paragraphes 2.3 et 2.4.
Les valeurs des ces indicateurs d’état peuvent servir d’une part à définir une politique budgétaire et à rendre
compte de son efficacité, et d’autre part permettent de mieux cibler les actions d'entretien et de réparation.

2 Ses équipements demandent également des compétences spécifiques qui sont développées dans le fascicule 40 de l’ITSEOA [6].
3
Cf. paragraphe 1.4 page précédente.
Collection « Les rapports » – Sétra – 10 – mai 2011