l
21 pages
Français

l'Algérie finalisée»

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction
  • cours - matière potentielle : réalisation dans la périphérie nord
  • mémoire - matière potentielle : pour micro - ordina - teurs
  • cours - matière potentielle : réalisation
  • revision - matière potentielle : des fichiers des artisans
  • mémoire
MARDI 25 MAI 2010 - 11 JOUMADA AL-THANI 1431 - N° 5938 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 Ed iti o n d' A lg er - IS SN II II - 00 74 l ALI MABROUKINE RÉPOND À NORDINE AÏT HAMOUDA :«Boumediène n'a jamais été informé de laséquestration des restes du colonel Amirouche»SELON LE DOCTEUR D.
  • perspectives économiques du bassin méditerranéen
  • hellènes anciens
  • abane ramdane
  • abane
  • priorité parmi les priorités
  • priorité des priorités
  • priorités des priorités
  • wilaya
  • wilayas
  • national
  • nationaux
  • nationale
  • nationales
  • publics
  • public
  • publiques
  • publique
  • pays

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 155
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

l ALI MABROUKINE RÉPOND À NORDINE AÏT HAMOUDA :
«Boumediène n’a jamais été informé de la
séquestration des restes du colonel Amirouche»
PAGES 7 et 8
SELON LE DOCTEUR D. DJELLIT,
DIRECTEUR DE RECHERCHE AU CRAAG :AG :
«La première carte«La première car
l ÉMEUTES DE BOUKANOUN
Le jeune Aminesismique du nord de
ne revenait
pas du maroc
Au lendemain des événements, un
étrange calme règne sur les lieux.l’Algérie finalisée»
Mais la situation peut dégénérer àPAGE 3
PAGE 3tout moment.
Le statut de la
police à l’étude
chez Zerhouni
PAGE 5
MARDI 25 MAI 2010 - 11 JOUMADA AL-THANI 1431 - N° 5938 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074ERISCOOPP Soirperiscoop@yahoo.fr
Mardi 25 mai 2010 - Page 2
Une médaille
pour Amirouche
’association «Cris de Constantine», un club de réflexion et d’initiati-
ve, a organisé, jeudi 19 mai, une journée d’étude sur «Le rôle desLintellectuels durant la lutte de Libération nationale». Comme il est
de tradition chaque année, cette association a décerné cette fois la
médaille au colonel Amirouche. Hier, le président de cette association,
le professeur Hocine Belkadri, s’est déplacé au siège de l’APN pour
remettre cette médaille à Nordine Aït Hamouda, député RCD et fils du
colonel Amirouche.
Carnaval Malades, couvrez-vous,
fi dechra l’hiver se prolonge
Lors de la dernière visite du Alors que les médicaments et les réactifs de pre-
ministre de la Santé à la PCH, mière importance connaissent des ruptures jamais
un émissaire du DG a sollicité égalées et que l’on tente de justifier par le manque
des travailleurs de remercier d’argent et autre histoire de lettres de crédit, voilà
publiquement le DG et de qu’un appel d’offres d’un montant important est en
demander au ministre de le gar- phase d’attribution.
der à la tête de cette structure, C’en est là une bien curieuse dépense lorsqu’on
tout en prétendant qu’aucun DG sait que les dépôts de la PCH (Pharmacie centrale des
n’a fait autant de bien à la PCH !! hôpitaux) sont désespérément vides.
Un jour,
un sondage
Allez-vous suivre
la prestation de l’EN
durant la Coupe du monde
à travers les chaînes
de l’ENTV ?
OUI
NON
SANS OPINION
Résultats d’hier
Pensez-vous que ce deuxième Conseil des ministres, qui se tiendra
aujourd’hui, est un signe fort du retour à la gestion des affaires de l’État ?
OUI : 19,17%
NON : 75,16%
SANS OPINION : 5,67%
Déposez votre réponse sur le site du Soir d’Algérie
www.lesoirdalgerie.com
Publicité
Pollution
Des habitants de Haouch-Hafiz, quartier
situé entre les communes de Meftah et Lar-
baâ, ont saisi les autorités locales afin de
dénoncer la pollution
provoquée par un
abattoir de volailles.
Depuis la mi-avril,
d’importantes
quantités de sang
et de déchets se
déversent dans le
voisinage. Les
risques sur l’envi-
ronnement et la san-
té de ces habitants
sont réels. Jusqu’à
présent, aucune réac-
tion des autorités n’a
été enregistrée.Le Soir
d’Algérie Actualité Mardi 25 mai 2010 - PAGE 3
LE DOCTEUR H. DJELLIT, DIRECTEUR DE RECHERCHE AU CRAAG :
«Nous avons finalisé la première carte
sismique du nord de l’Algérie»
blement de terre de Béni pendants et nous nous terrain par des post-gra-L’activité sismique ressentie ces derniers jours par la population relance le
Ilmène, il y a eu 200 passons actuellement de duations, comme nousdébat sur les risques majeurs et les prévisions en sismologie. Les habitants du
répliques. l’aide d’autres pays. Nous essayons de lancer aussinord du pays notamment, traumatisés par le tremblement de terre qui a secoué le
avons aussi installé un de nouvelles spécialitésCentre le 21 mai 2003, ont exprimé leur préoccupation devant un phénomène
Le nord de l’Algérie réseau de GPS de préci- qui n’existent pas ennaturel particulièrement redouté. Les séismes de Beni Ilmène à M’sila et de Koléa,
est une zone sismique sion ; des stations d’accé- Algérie. Développerdans la wilaya de Tipasa, ont ravivé les appréhensions et suscité moult interro-
active, et cette activité léromètres sont ainsi en notamment la géochrono-gations. Toutefois, les spécialistes du Centre de recherche et d’astronomie astro-
nécessite des études voie de réalisation sur le logie pour la datation desphysique et de géophysique (Craag) ont déclaré que les deux secousses sont des
affinées. Quelles sont terrain. failles. événements sismologiques indépendants. Le docteur Hammou Djellit, directeur
les activités sur les- Le Craag assure aussi Le Craag a aussi réali-de recherche et chef de département études et surveillance sismique au Craag,
quelles s’est concentré des publications scienti- sé la carte sismique durappelle dans un entretien qu’il nous a accordé que les secousses et répliques
le Craag depuis le séis- fiques. Cependant, il est à nord de l’Algérie, qui estfont partie de l’activité sismique normale et régulière active au nord de l’Algérie.
me de 2003 notamment noter que le risque sis- soumise à publication etIl a aussi annoncé que le Craag vient de finaliser la réalisation de la première
en vue de mieux identi- mique ne peut être géré d’ici deux années, nouscarte sismique du nord de l’Algérie.
dépend de la taille de la Deux tremblements fier les failles existantes que par une interdiscipli- serons à même de fournirEntretien réalisé
faille. Ceci alors que la de terre fortement res- ? narité. Il s’agit notamment un document plus élabo-par F. -Zohra B.
séquence de la réplique sentis par la population Depuis l’année 2004, des géosciences telles ré.
Le Soir d’Algérie : va en s’atténuant en en l’espace d’une les autorités concernées que la géologie, la géo-
Une réplique de 5,2 sur général. Mais de tempssemaine, comment et les équipes du Craag physique, le génie civil et Qu’apportera de plus
l’échelle de Richter a en temps, il y a des pics expliquez-vous cela ? ont mis en place trois les réseaux. Pour ce faire, la carte sismique dans
été ressentie ce intenses et il y a des cas, Les deux événements réseaux totalement numé- les infrastructures de le cadre de la prise en
dimanche dans la région très rares, un ou deux ne sont pas liés, c’est une risés avec un logiciel de base existent au niveau charge du risque sis-
de Mellouza. L’intensité dans le monde, où les simple coïncidence ; la dernière génération. Il des universités.Il s’agit mique ?
de la secousse a été répliques dépassent l’in- région de M’sila et la gère de façon automa- des facultés des sciences La carte sismique
presque égale à celle du tensité du séisme comme structure active du bassin tique les signaux émis par de la terre de Bab- visualise et situe de façon
séisme lui-même. cela a été le cas en de la Mitidja relative à la les stations. Ezzouar, de Jijel et de précise les sources sis-
Comment expliquez- Turquie. Il existe ainsi région algéroise sont dif- Une fois les données Boumerdès, avec les- mogènes en Algérie ; elle
vous cet événement sis- une loi d’atténuation, mais férentes. Il faut savoir arrivées en temps réel, quelles le Craag dévelop- peut être un document de
mologique ? cela n’empêche pas qu’il y qu’entre temps, l’activité nous sommes avertis de pe la géophysique. base dans le secteur de
Le docteur Djellit : ait une évolution décrois- sismique se poursuit. Il y toute activité sismolo- Nous avons signé trois l’aménagement du territoi-
En général, les répliques sante avec une réplique a eu notamment trois gique en Algérie, mais conventions pour l’ouver- re et permet d’affiner et de
sont moins fortes que le importante. secousses à Jijel hier, et à aussi au niveau mondial. ture de magister en matiè- mieux définir le règlement
séisme initial, cela Seddouk. Le système fonctionne en re de géoscience avec les parasismique algérien,
En moyenne, il y a 60 outre par le biais du Dsat Universités de Tlemcen, notre but étant d’œuvrerÉMEUTES DE BOUKANOUN secousses par mois, c’est et transite par une bande Sétif et Jijel. pour l’alerte sismique et
un rythme régulier. A titre passante sécurisée. Nous Ces conventions ont de diffuser nos données. Le jeune Amine (étudiant d’exemple, après le trem- sommes de ce fait indé- été matérialisées sur le F.-Z. B.
RÉUNION HIER DU CONSEIL DES MINISTRESà l’Université de Tlemcen)
ne revenait pas du Maroc Ce que veut réaliser Bouteflika
Au lendemain des événements qui ont endeuillé la environnement favorable à bannir tout excès et surtoutAbdelaziz Bouteflika a lancé, hier lundi, son
population de Boukanoun suite au décès du jeune Amine, la croissance économique tout gaspillage dans lefameux plan quinquennal 2010-2014 au coursun étrange calme règne sur les lieux. Aucun incident n’est pour permettre au pays de fonctionnement de l’État etd’une réunion du Conseil des ministres quasisignalé, certes, mais l’ambiance est toujours tendue et la
se libérer de «sa dépen- des collectivités locales.
situation peut dégénérer à tout moment, car il y a eu des exclusivement consacrée à ce que le communi-
dance des hydrocarbures Parallèlement, les méca-
arrestations parmi les émeutiers dont le nombre est estimé qué de la présidence désigne par «le program- qui sont éphémères». nismes de contrôle devrontà 2 000. Selon les informations en notre possession, le me d’investissements publics pour la période Dans le même commu- jouer pleinement leur rôlejeune Amine, étudiant à l’Université de Tlemcen, ne venait
allant de 2010 à 2014». niqué, on notera d’autres comme je l’ai déjà ordonnépas du Maroc. Il était sur le tronçon routier entre Bab El-
phrases dont le «ton» est dans ma récente directi-Kamel Amarni - Alger contenus dans le commu-Assa et Boukanoun, quand il a été repéré par les douaniers
caractéristique de l’hom- ve.» Une manière à lui dequi l’ont poursuivi jusqu’au village Ouled Sellam, à 4 km de (Le Soir) - Ce plan spécial, niqué de la présidence :
me. «Chaque secteur, dira faire «sienne» la cam-Bab El-Assa, où a eu lieu le drame. On ne sait toujours pas le troisième du genre, est 5 000 établissements pour
les causes du choc mortel du véhicule que conduisait la vic- Bouteflika, rendra compte pagne anti-corruption qui aun engagement électoral l’éducation et l’enseigne-
time. Selon une information émanant de la Direction régio- annuellement de l’exécu- déjà décimé la Sonatrach...de Bouteflika. C’est en ment supérieur, 1500
nale des douanes, le véhicule que conduisait le fuyard s’est tion diligente de son propre Puis, le communiquéquelque sorte ce qu’il pro- infrastructures de santé,
renversé (une autre version fait état d’un choc contre une programme et nous procé- précisera : «Le présidentposait comme programme dont 172 hôpitaux, 2 mil-
voiture de douanes). Gravement blessé, le jeune Amine derons annuellement à de la République a appelépour son troisième mandat. lions de logements, 5 000
rendra l’âme à l’hôpital de Maghnia. L’annonce de sa mort l’appréciation de la situa- les membres du gouverne-Et cette fois, le montant infrastructures pour le sec-
provoquera une véritable rébellion de la population qui s’en tion financière du pays ment à s’atteler à une cam-financier mobilisé est un teur de la jeunesse et desest prise aux biens de la Douane. Les émeutiers se sont
pour, le cas échéant, tenir pagne d’exploitation duchiffre record : 286 mil- sports, dont 80 stades etdirigés vers le parc et incendié tous les véhicules (170 voi-
compte de nos moyens contenu de leur program-liards de dollars, l’équiva- 400 piscines.tures de saisie, 4 voitures administratives et 4 autres appar-
financiers, car nous me sectoriel à travers leslent de 21 214 milliards de De même que le sec-tenant à des douaniers). On apprend d’autre part que c’est
excluons par avance tout médias et à l’occasion dedinars, soit, si l’on préfère teur des ressources en eaugrâce au renfort de la brigade anti-émeutes d’Oran que le
recours à l’endettement leurs visites sur le terrain.»pire a été évité dans cette bande frontalière. Une vingtaine le chiffre astronomique de sera renforcé par 25 nou-
extérieur». Spontanément, Là aussi, l’on ne peutde personnes ont été arrêtées pour troubles à l’ordre public 2 121 400 de milliards de veaux barrages et d’impor-
l’on ne peut ne pas penser s’empêcher de penser auxet dégradation de biens de l’Etat. De son côté, la centimes ! tants autres projets pour
à la cascade de scandales récurrentes rumeurs sur leGendarmerie a ouvert une enquête sur ce drame. La loca- Ce programme compor- les secteurs des travaux
lité de Boukanoun est connue pour être une zone de troc de corruption qui ont remaniement du gouverne-te deux volets, comme le publics et des transports,
mais c’est le trafic du gasoil qui reste la principale activité «accompagné» les deux ment. En donnant publi-précise le communiqué du des collectivités locales, de
des jeunes chômeurs qui, souvent, sont employés par des précédents plans quin- quement mission à l’exécu-Conseil des ministres : «Le la justice, de l’emploi, des
réseaux intouchables, qui activent des deux côtés de la quennaux dont les plus tif, il apparaît clairementparachèvement des PME-PMI, de l’agriculture,
frontière. Bien sûr, ces événements sont interprétés diffé- retentissants restent ceux que Bouteflika ne comptegrands projets déjà enta- etc. Bouteflika précisera,
remment. Certains parlent de manipulation, mais une chose qui ont éclaboussé les sec- nullement s’en séparer demés, notamment dans les entre autres, lors de laest sûre, personne n’arrêtera les «hallabas». Un vieux de la
teurs de l’agriculture, des sitôt. Des sources biensecteurs du rail, des routes réunion d’hier que «nullerégion nous dira tout simplement que plus de 400 000 per-
travaux publics et, tout informées parlent, ceciet de l’eau (130 milliards période de renaissancesonnes vivent de ce trafic à l’ouest du pays, et les pouvoirs
récemment encore, celui étant, d’un léger «réamé-de dinars) et l’engagement économique ne serait irré-publics sont loin d’ignorer cette réalité. Rappelons, toute-
de l’énergie et des mines. nagement» avec notam-de projets nouveaux pour versible si elle ne produi-fois, que ces derniers temps, beaucoup de trafiquants ont
Et d’ailleurs Bouteflika ment «quelques permuta-un montant de 156 mil- sait les capacités de satrouvé la mort sur cette bande frontalière. En attendant les
aussi ! «Nous accompa- tions» qui devraient êtrerésultats de l’enquête, les citoyens ont repris leurs activités liards de dinars». propre continuité». Pour
gnerons ainsi cette impor- rendues publiques, fortquotidiennes et les notables appellent au calme. Selon une Le programme touchera lui, ces lourds investisse-
tante dépense publique de probablement le week-endinformation qui nous est parvenue, les parents de la victime tous les secteurs et l’on ments de l’État ne doivent
ont décidé de porter plainte. développement avec la prochain.peut citer en termes être perçus que comme un
M. Zenasni rigueur nécessaire pour K. A.concrets quelques chiffres moyen de création d’unLe Soir Actualité Mardi 25 mai 2010 - PAGE4d’Algérie
LA FIA OUVRE SES PORTES LE 2 JUIN
La participation étrangère en stagnation
e salons spécialisés». Pour services (14,47%) et de laLa participation étrangère à la 43 Foire internatio-
ecette 43 édition, des pays mécanique et de la sidérur-nale d’Alger reste stable en dépit de la concurrence
absents depuis plusieurs gie. Pour la réussite dequ’exercent les salons spécialisés. 43 pays y pren-
années reviennent à l’instar cette édition, la Safex adront part dont 39 sous pavillons officiels. Les repré-
du Yémen, la Serbie, du déployé des moyenssentants de l’Europe, de l’Asie, l’Afrique et des
Cameroun et du humains et matériels impor-Amériques se partageront l’espace réservé à la mani-
Mozambique. Au total, 835 tants. Elle a mis en place unfestation avec les nationaux.
firmes étrangères et près de dispositif de vidéosurveillan-
Nawal Imès- Alger (Le 2009. La Safex, organisa-
370 nationales prendront ce afin de mieux maîtriser le
Soir) - La manifestation, qui trice de l’événement, estime
part à cet événement. La flux très important attendu
débutera le 2 juin prochain, que «cette année, la partici- Chine se taille la première lors de la manifestation. Un
présentée comme le baro- pation étrangère est encore place en termes de surface plan Orsec a également été
mètre de l’économie natio- plus importante que lors de et de nombre d’exposants, mis en place pour parer à
nale, continue d’intéresser la précédente édition en suivie de l’Allemagne. Les toute urgence. Pour accen-
les partenaires étrangers en termes de surface d’exposi- nationaux sont, néanmoins, tuer le côté professionnel
dépit des réticences des tion malgré une stabilité en force puisqu’ils repré- de la FIA, la Safex prévoit
investisseurs étrangers relative en matière de sentent 66,37% du total de davantage de matinées pro-
après l’application des dis- nombre d’exposants. Un la superficie avec 368 fessionnelles dédiées exclu-
positions de la loi de peu moins d’entreprises à la secteur le plus représentatif demeure celui dit de «parte-exposants, dont plus de sivement aux opérateurs
finances complémentaire de FIA mais plus à d’autres 85% du secteur privé. Le de la participation nationale nariat» avec 59%, suivi des économiques. N. I.
PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES
La création de PME en faible progression
866 exactement). In fine, les PME créés par les autres PME privées : secteurs, celle des services four-Une croissance significative du nombre des petites et
privées (personnes morales) ont 67 000 salariés déclarés et 63 000 nis aux entreprises en l’occurren-moyennes entreprises (PME) et, proportionnellement, du
enregistré en 2009 une croissance «employeurs», additionnés dans ce, qui a enregistré un taux denombre d’emplois déclarés résulte des statistiques de 2009.
en nombre de 24 515, soit 7,63 % les calculs suivant le processus croissance sortant un peu du lotAvec plus de 100 000 unités supplémentaires, le nombre de PME
de plus qu’en 2008. Dans le même d’intégration des professions libé- en franchissant le seuil symbo-
a donc été porté à 625 000 en 2009, soit une évolution de 20 %
sillage, le nombre de PME rales. Soit une évolution globale lique de croissance à deux
comparativement à l’année précédente. Et celui des emplois publiques, lesquelles ne représen- d’emplois déclarés en 2009 de chiffres, soit 13,18 %. 2 435 PME
déclarés à 1,75 million en 2009, contre 1,50 million en 2008, soit tent qu’une infime partie de cette 217 906. ont été créées dans ce secteur
plus de 200 000 emplois nouveaux. Cependant, cette tendance sphère économique a baissé, pas- d’activité en 2009, portant le
évolutive relève du domaine de la théorie et reste conjoncturel- sant de 626 à 591, soit une dimi- Services fournis aux entre- nombre de ces entités écono-
le, car induite par l’intégration des professions libérales dans nution de 5,59 %. Et proportionnel- prises, une activité en essor miques à 24 108, soit près de 6 %
les calculs à partir du second semestre 2008, d’une part, et par lement, les effectifs sont passé de Par secteur d’activité, celui du des PME privées.
la révision des fichiers des artisans, d’autre part. 52 786 en 2008 à 51 635 en 2009, bâtiment et travaux publics reste le Par ailleurs, le top dix des
Lyas Hallas (Alger) – Le Soir treprises : 9 892, soit le tiers du traduisant ainsi la suppression de plus attractif et enregistre le taux wilayas les plus favorables au
Par forme de propriété, les nombre des PME créées. Et dans 1 150 postes d’emploi. Ceci est dû de croissance le plus important, à développement des PME fait état
PME privées, au nombre de 455 l’industrie du cuir, les radiations aux restructurations que connaît le savoir 9,16 %. Ce faisant, 10 260 d’une forte concentration dans la
398, auxquelles s’ajoutent 169 080 sont même supérieures aux créa- secteur public et aux privatisations PME de ce secteur ont vu le jour région nord du pays et les hautes
entités artisanales enregistrées tions, avec la perte de 17 entités. engagées depuis plusieurs années en 2009, ce qui en porte le plaines, avec respectivement 205
auprès des 31 chambres de l’arti- Ces radiations, avance-t-on déjà. En ce qui concerne les pro- nombre à 122 238, soit 35,34 % 857 et 105 085 entreprises. Dans
sanat et des métiers, représentent dans le bulletin d’information sta- fessions libérales, non astreintes de la population des PME privées l’ordre, Alger, Tizi-Ouzou, Oran,
99 % de la population globale des tistique n° 16 du MPMEA portant d’ailleurs à l’inscription au registre activant sous le statut de personne Béjaïa, Sétif, Tipasa, Boumerdès,
PME. Elles sont passées de 518 indicateurs 2009, ne renseignent du commerce, les chiffres indi- morale. La croissance dans ce Blida, Constantine et Annaba, qui
900 en 2008 à 624 478 en 2009, pas forcément sur une situation de quent que 29 301 concernent le secteur est, explique-t-on, tirée par cumulent à elles seules plus de
soit une 105 578 PME de plus. cessation d’activité puisque ces secteur de la santé, 10 125 celui la dépense publique et le finance- 160 000 PME, soit 47, 35 % des
En détail, les statistiques four- PME ne le sont que sur le plan de la justice et 70 070 les services ment d’importants programmes PME privées. Et à l’exception
nies par la direction des systèmes administratif. «Ces entreprises ont fournis aux exploitations agricoles, d’équipement. Viennent après le d’Oran, où le nombre des PME a
d’information et des statistiques soit subi un changement de statut soit un total de 109 496. commerce et la distribution, les substantiellement diminué – il est
auprès du ministère de la Petite et et/ou de siège social, soit un chan- L’estimation des emplois générés services fournis aux ménages, le passé de 17 840 en 2008 à 16 204
moyenne entreprise et de gement de domaine d’activité, ou par l’ensemble des activités artisa- transport, la communication, l’hô- en 2009, soit une diminution de
l’Artisanat (MPMEA) indiquent que alors l’entrepreneur a carrément nales, toutes natures d’activités tellerie et la restauration et l’indus- 9,17 % – les autres wilayas ont
seulement 30 541 PME ont été créé une nouvelle entreprise», est- confondues (artisanat traditionnel trie agroalimentaire avec, respecti- enregistré une croissance positive.
créées durant l’année 2009. Or, le il expliqué. et d’art, de production de biens et vement, 8,26 %, 7,01 %, 6,88 %, Cette décroissance à Oran résulte,
nombre de radiations enregistrées En tout cas, le nombre de réac- de services), est de l’ordre de 350 5,57 % et 3,72 %. Une autre précise-t-on, de l’assainissement
est relativement élevé par rapport tivations au terme de la même 000, soit une évolution de 87 500 branche d’activité connaît néan- du fichier Cnas.
au mouvement de création d’en- année n’a pas dépassé 4 000 (3 emplois qui s’ajoutent aux emplois moins un essor à l’ombre de ces L. H.
FINANCEMENT DES PMEAÉROPORT D’ES-SÉNIA
Le projet d’une banque euro-méditerranéenne en suspens1 000 cartes mémoires
dans ce sens, le projet sible transformation duL’Algérie est invitée à participer au prochain
d’une banque euro-méditer- Femip, un mécanismeForum économique et financier de la Méditerranée,et 100 clés USB saisies ranéenne reste encore en propre à la Banque euro-prévu les 12 et 13 juillet 2010 à Milan. Une forte parti-
péenne d’investissementQuelque 1 000 cartes mémoires pour micro-ordina- suspens, dans le contextecipation politique algérienne, ainsi que celle de l’es-
(BEI) et à l’action inefficien-teurs et une centaine de clés USB ont été saisies hier, à de blocage relatif de l’UPM.tablishment économique, est souhaitée à cette mani-
10h30, par les agents des douanes de l’aéroport d’Es- Voire, selon le vice-prési- te, en instrument de finance-festation.
Sénia. Les douaniers ont découvert ce lot de produits dent de la commission des ment euro-méditerranéen,
tion s’inscrit dans le cadreChérif Bennaceur-dans les bagages d’un voyageur en provenance de la finances de la Chambre des ne recueille pas l’aval de la
Alger (Le Soir) - de l’Union pour lacapitale tunisienne. députés italienne, Sergio majorité des pays euro-
C’est ce que la secrétai- Méditerranée (UPM), maisEn effet, c’est au cours d’un contrôle que les doua- d’Antoni, certains projets péens. A ce propos, Sergio
re d’Etat italienne aux aussi dans l’objectif de d’Antoni a appelé à «ôter»niers ont mis la main sur les produits incriminés que l’in- prévus par la Déclaration de
meAffaires étrangères, M l’amélioration des conditions les objections de certainstéressé n’avait pas déclarés lors de son arrivée. Mercredi Paris ont pâti d’une «trans-
Craxi, a indiqué hier à la d’accès des PME méditerra- pays de l’Europe du Nord. dernier, les douaniers du port d’Oran ont saisi 285 por- parence douteuse».
Résidence El Mithak, en C. B.tables de différentes marques, 300 chargeurs pour télé- néennes aux crédits. Et, Et d’autant que la pos-
relevant que le président dephone, 220 écouteurs, 300 batteries, 4 écrans plasma,
la République, M.en plus d’un important lot d’effets vestimentaires, le tout CRÉDITS BANCAIRES
Bouteflika, y a été invité offi-évalué à plus d’un million de dinars.
ciellement par le présidentCette marchandise a été découverte dans un véhicule 50% des PME sont surendettéesdu Conseil italien, Silvioque le passager, en provenance d’Alicante, n’avait pas Cinquante pour cent des PME sont sur- l’establishment bancaire, de booster lesBerlusconi. Il s’agira lors denon plus déclaré à son arrivée au port. Il est à rappeler endettées, selon le délégué général de mécanismes de capital-risque et capital-ce Forum de discuter desque des prospectus sont généralement distribués dans l’Association des banques et établissements investissement, au profit d’une large majori-perspectives économiquesles enceintes portuaires et aéroportuaires et même dans financiers (ABEF). té de PME. Et dans ce sens, l’expertise ita-du Bassin méditerranéen,les car-ferries pour porter à la connaissance des voya- Intervenant hier aux travaux des jour- lienne est opportune, selon Abderahmaneen manque d’intégration suf-geurs le seuil autorisé des produits pouvant être importés nées parlementaires sur la PME, Benkhalfa, pour mieux accompagner lesfisante et soumis aux aléaset la liste des produits prohibés et ceux soumis à une Abderahmane Benkhalfa a constaté que les entreprises dans leur quête de finance-de la crise économique etautorisation. financements dépassent les fonds propres. ments bancaires.financière mondiale. EnA. Z. D’où la nécessité, selon le représentant de C. B.
notant que cette manifesta-
Photo : DR.Le Soir
d’Algérie Actualité Mardi 25 mai 2010 - PAGE 5
SUR 55 STATUTS PARTICULIERS, UNE QUARANTAINE ADOPTÉE
PAR LE GOUVERNEMENT
Le statut de la police à l’étude
chez Zerhouni
nitaires sont actuellement exa-A ce jour, sur un total d’environ cinquante-
minés par la direction généra-cinq statuts particuliers, une quarantaine a été
le de la Fonction publique».adoptée par le gouvernement et sept sont en
C’est le cas notamment, a-t-on
voie de finalisation. Celui des fonctionnaires de appris de même source, du
la Sûreté nationale se trouve, quant à lui, entre «régime indemnitaire de la
les mains du premier responsable du départe- jeunesse et des sports, du
commerce et de l’énergie».ment ministériel de l’Intérieur.
Les secteurs dont les statuts
Abder Bettache Alger heures de travail hebdoma-
particuliers sont actuellement(Le Soir) - Nos sources indi- daires pour les fonctionnaires
à l’étude sont notamment ceuxquent que «le statut particulier de la Sûreté nationale, contre
des transmissions nationales,des fonctionnaires de la 40 heures pour les autres
du paramédical, des forêts etSûreté nationale se trouve au fonctionnaires. Le projet com-
de la protection civile» «Enniveau du département de prend également trois nou-
tout état de cause, les régimesl’Intérieur, pour enrichisse- veaux grades : agent de
ment avant qu’il ne soit trans- l’ordre public adjoint, officier indemnitaires, une fois adop-
ermis à la direction générale de suppléant et officier principal. tés, ont un effet rétroactif au 1
la Fonction publique». C’est La nouveauté réside dans le janvier 2008, et ce quelle que
au niveau de cette dernière fait que la direction générale soit la date de leur adoption.
qu’il sera procédé à la mise en de la Sûreté nationale tend à Ces statuts particuliers ont
conformité avec la grille des pencher vers des grades simi- permis d’adapter les tâches
niveaux de qualification, qui laires à ceux de l’ANP.
dévolues aux différents corps
constitue le cadre de référen- «Désormais, le niveau de qua-
de fonctionnaires aux nou-
ce en matière de classification lification attesté par des titres
velles missions de l’Etat, dansde l’ensemble des grades de et diplômes est consacré
le sens d’un renforcement desla Fonction publique. Pour comme seul critère de classifi-
prérogatives de régulation,cette catégorie de fonction- cation», explique-t-on.
d’inspection et de contrôle denaires, il sera également On indique également que
l’administration publique. Dequestion de mettre en place l’option de l’augmentation des
même, l’architecture des nou-les spécificités du régime primes constituera l’une des
indemnitaire, conformément nouveautés du futur régime veaux corps assure un dérou-
aux caractéristiques de ce indemnitaire. Il s’agira des lement de carrière motivantcette région seront également chiffres, le processus a touché corps communs et les agents
corps constitué. augmentations des primes pour l’ensemble des fonction-revues. 80 % des effectifs de la contractuels, c’est plus d’unA ce propos, on laisse dites du sud et des zones clas- naires, ainsi qu’une promotionSelon le premier respon- Fonction publique qui, depuis, million de fonctionnaires quientendre qu’«en dehors des sées à risques, en tenant professionnelle basée sur lasable de la direction générale «sont régis par les nouveaux ont bénéficié du nouveau régi-
indemnités et allocations rela- compte également d’autres formation et le mérite person-de la Fonction publique, M. statuts particuliers». Selon me indemnitaire». tives au nouveau régime des critères, tels que le climat et le
Djamel Kharchi, «l’opération notre source, «avec les fonc- Selon le même interlocu- nel», ajoute-t-on.
salaires», le projet propose coût du transport, notamment
touche à sa fin». En terme de tionnaires de l’éducation, les teur, «d’autres régimes indem- A. B.
«l’uniformisation des heures concernant les volontaires
de travail légal entre le secteur pour l’extrême sud algérien, PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE de la police et les autres de la considéré dans le corps de la
Fonction publique». Sûreté nationale comme une
Actuellement, la réglementa- sorte de destination-sanction.
tion en vigueur prévoit 65 Les périodes de repos pour Bientôt un projet de loi
EXAMENS DE FIN
DE CYCLE PRIMAIRE pour encourager les inventeurs
positions de la loi 03/05 du 19 dans leurs cahiers desUn projet de loi comprenant des mesuresET BEM
juillet 2003 afin de les adapter charges à l’obligation de res-incitatives au profit des inventeurs sera bientôt
à l’évolution de la société de pect des droits d’auteur.
élaboré. C’est ce qu’a annoncé hier le directeur l’information. Il a souligné que L’Inapi a saisi l’Autorité deLe nombre général de l’Institut national algérien de la pro- devant la généralisation rapide régulation de la poste et des
de l’outil informatique, il est télécommunications (ARPT)priété industrielle (Inapi). Cependant, il n’a pas
difficile de protéger la proprié- pour trouver une solution, toutdonné de détails sur ce projet. de candidats té intellectuelle. Aussi, suggè- en proposant déjà la sienne. Il
Salima Akkouche - événements et salons interna- re-t-il, à l’instar de ce qui se s’agit, selon son premier res-
Alger (Le Soir) - Pour prendre tionaux. L’Algérie envisage passe dans les pays occiden- ponsable, d’exiger des provi-
connaissance du contenu de également de mettre en place taux, de responsabiliser les ders de verser la moitié deen baisse
ce nouveau projet, il faudra une stratégie nationale pour la fournisseurs d’accès à l’exploi- leurs revenus publicitaires aux
attendre. Hakim Taousar, propriété intellectuelle etL’heure des examens a sonné. Ce sont les élèves tation des œuvres artistiques. artistes, à titre de compensa-
directeur général de l’Inapi, industrielle, qui permettra dede la cinquième année primaire qui ouvreront le bal En somme, il s’agit d’ins- tion. Soulignons qu’en avril
qui a animé hier au centre de favoriser un travail de coordi- taurer le prix d’abonnement et dernier, 241 demandes deaprès-demain pour l’examen de fin de cycle primaire.
nation entre les différents sec-presse d’El Moudjahid une de redevance des droits d’au- brevet d’invention ont étéIls sont 615 602 élèves à être concernés dont 321
conférence sur l’évolution du teurs concernés. Par ailleurs, teur et droits voisins sur les déposées au niveau de l’Inapi.304 garçons (52,19%) et 294 298 filles (47,80%), soit
concept de la propriété intel- concernant les droits d’auteur, exploitations. Mais pas seule- 380 brevets ont été délivrés,
une diminution du nombre d’élèves estimée à 3,25% lectuelle, a précisé que c’est M. Taousar a appelé les pou- ment. Puisque M. Taousar dont 39 pour des demandeurs
par rapport à la session précédente. Les élèves issus au ministre de l’Industrie et de voirs publics à revoir les textes pointe également du doigt les nationaux. En 2009, l’institut a
des écoles privées sont au nombre de 1908. Le l’Investissement de révéler le pour mieux situer les respon- providers. Ces derniers, préci- remis 618 brevets.
ministère de l’Education nationale a mobilisé 3193 contenu de ce nouveau texte. sabilités, notamment les dis- se-t-il, ne sont pas soumis S. A.
centres d’examens et 70 centres de correction. Les Néanmoins, l’intervenant a
indiqué que ce projet de loi aurésultats seront proclamés le 2 juillet prochain. Les ALGER
profit des inventeurs prendraélèves qui échoueront à l’examen auront droit à une
en charge les prix de participa-session de rattrapage qui se déroulera le 24 juin avec Perturbation du trafic ferroviaire tion aux concours internatio-
proclamation des résultats le 2 juillet. Les collégiens,
naux, et ce de sorte à encou- Le trafic ferroviaire a été perturbé hier dans l’après-midi. A la gare d’Alger, des trains desser-quant à eux, passeront l’examen du brevet d’ensei-
rager les auteurs d’inventions vant différentes destinations ont été retardés ou annulés sans aucun préavis. «Blida retard indé-ergnement moyen (BEM) le 1 juin. Ils sont 504 463 à à participer à ces manifesta- terminé», indiquait un agent posté devant l’entrée de la gare aux usagers qui l’interrogeaient.
être concernés dont 237 606 garçons (47,10%) et tions. La responsable du guichet d’information, scotchée au téléphone et essayant apparemment de
266 857 filles (52,89%). 1 531 candidats sont issus De son côté, l’Inapi va s’expliquer avec sa hiérarchie, ne savait plus que répondre aux usagers qui affluaient à son
des écoles privées, 3 978 sont des centres de réédu- revoir sa stratégie pour encou- bureau, tentant de lui soutier des informations. «Ce sont des retards. C’est tout. Mais ça va
rager cette catégorie de per-cation et 526 candidats libres. Ils seront répartis sur reprendre», répétait-elle. «Que se passe-t-il ? Dites-nous ! Si c’est une grève que l’on sache quoi
sonnes. Ainsi, l’institut compte faire», s’est emportée une vieille femme qui traînait un tas de bagages. D’autres voyageurs, peu1 814 centres d’examen. Près de 60 536 profes-
valoriser les montants des prix convaincus par ces explications, tentaient de soutirer quelques informations aux agents de sécu-seurs sont mobilisés pour la surveillance et près de
des inventions. A ce titre, il rité, mais en vain. C’était l’incertitude. Si certains usagers ont préféré patienter, d’autres, plus aver-30 340 pour la correction des épreuves. Les résultats
tis, se sont dépêchés de quitter les lieux et de se ruer sur les autobus avant la tombée de la nuit,sera dégagé un fonds d’aideseront proclamés le 17 juillet prochain.
puisqu’il leur aurait été impossible de se déplacer à des heures tardives. pour que les inventeurs puis-
N. I. I. B.sent participer aux différents
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Mardi 25 mai 2010 - PAGE 6
KIDNAPPINGS ET EXACTIONS PERPÉTRÉS PAR LES ISLAMISTES
La population de Baghlia
brise le mur de la peur
entre enfants et adultes, ont Elle est réputée pour la énormes circulent dans l’opaci-Les citoyens de Baghlia, à l’est de la wilaya de
été blessées. Aussi, un élé- richesse de ses terres agri- té. Un grand nombre de per-Boumerdès, en ont plus qu’assez des exactions qu’ils
ment des services de sécurité coles, où le fameux raisin sonnes trouvent leur comptesubissent de la part des islamistes armés, et ils ont fran-
a été tué et un commissaire saben est cultivé à grande dans cette circulation illégalechi le mur de la peur pour protester publiquement.
blessé. échelle. A cette activité haute- de capitaux. Dans une région
Hier, ils ont fait de Baghlia pour transmettre les protesta- ment rentable, s’ajoute l’extra- riche, les fellahs honnêtes sont
une ville morte. Tous les com- tions des citoyens et dénoncer ction illégale du sable des devenus les otages d’un mou-Triangle d’ormerces ont fermé. A l’initiative la violence des islamistes plages et de l’oued Sebaou. vement islamique armé qui fait
des membres de l’association armés. Il ne se passe pas un mois Cette dernière activité illicite de ces localités un moyen de
locale des commerçants, les Ladite délégation n’a pas sans qu’il n’y ait pas un ou plu- rapporte des milliards aux financer les terroristes qui
marchands venus la veille du manqué de dire au représen- sieurs enlèvements de com- pilleurs. Quant aux petits fel- prennent des miettes, et les
jour du marché (lundi) installer tant du gouvernement que la merçants ou de fellahs dans un lahs, ils sont systématique- «émirs» des sériates qui acca-
leurs étals ont été priés de ne sécurité des populations triangle compris entre, à ment rackettés. S’ils ne payent parent une grande partie de
pas décharger leurs marchan- incombe à l’Etat. l’ouest Cap Djinet, au centre pas la dîme islamique, ils ver- l’argent pour la blanchir par le
dises. Faut-il rappeler que dans Baghlia-Sidi-Daoud, et à l’Est ront leurs plants de vigne biais de leurs familles. Une
Les fonctionnaires des cette localité, une famille a été Dellys. C’est une portion du détruits avant la récolte. Dans autre partie de ce butin sert à
P et T et ceux de la Recette pratiquement décimée il y a territoire qu’écume la katibat El la partie orientale de la wilaya financer la collecte des infor-
des contributions ont égale- une quinzaine de jours par Ansar. Les terroristes exigent de l’ex-Rocher Noir, des mil- mations, la surveillance des
ment observé une journée de l’explosion d’une bombe. Un chaque fois des sommes astro- liards sont brassés quotidien- mouvements des services de
grève en signe de soutien à la père de famille a laissé quatre nomiques pour la libération nement. De grandes sommes sécurité et l’achat de matériel
population. orphelins en bas âge suite à un des victimes. Cette partie est en liquides circulent en dehors et de produits phytosanitaires
Cette protestation citoyenne acte criminel perpétré par les de la wilaya de Boumerdès, des circuits bancaires mais pour la confection des bombes
dénonce l’enlèvement d’un fel- terroristes islamistes. Une particulièrement Baghlia, est gagnés de manière légale. artisanales.
lah, R. Mohamed, âgée de 30 dizaine d’autres personnes, située dans le Bas-Sebaou. Cependant des sommes Ali F.
ans, par les islamistes armés
de la katibat El Ansar affiliée à
GESTION DE LA RESSOURCE HUMAINE DANS LES PAYS ARABESEl Qaïda Maghreb islamique.
La victime, selon nos infor-
mations, est entre les mains
des terroristes depuis 18 jours Les entreprises nationales
et ses ravisseurs auraient
exigé 2 milliards de centimes
pour sa libération.
Deux vendredis de suite lors fermées aux jeunes
de la grande prière, l’imam de Le pourcentage de l’emploi des du progrès. Le problème se pose aussi bien Lionel Hédiard, de Suissenova
Baghlia a fustigé les ravis- dans les pays industrialisés que dans les International, explique que beaucoup d’en-jeunes dans les entreprises des pays
seurs: «Le kidnapping de pays sous-développés. Aujourd’hui, on a treprises algériennes recourent aujourd’huiarabes reste extrêmement faible.
citoyens pour exiger une ran- compris que c’est l’unique ressource au recrutement de personnels étrangers,Irane Belkhedim - Alger (Le Soir) -
çon est contraire à l’Islam et durable. Il est important de mettre en place donc qualifiés. La qualité locale n’intéresseDans les pays du Maghreb, où la jeunesse
c’est un acte criminel. un cadre pour gérer les compétences pas. «Il faut rapprocher les centres de for-représente pourtant la majorité de la popu-
L’enlèvement d’une personne locales et leur permettre de se développer», mation, tout comme l’université, de l’entre-lation, 27 % seulement du personnel sont
n’a été édicté ni par Dieu ni par a-t-il souligné, ajoutant que «c’est tout l’en- prise», préconise-t-il. «Les gens partentjeunes.
le Coran. C’est tout simple- jeu de l’après-pétrole». Spécialiste algérien parce qu’ils sont démotivés. Il est importantParadoxalement, les entreprises occi-
ment du banditisme», a décla- établi depuis longtemps aux Etats-Unis, de créer des conditions qui motivent», sou-dentales, qui sont confrontées au vieillisse-
ré l’imam dans son prêche, Sid-Ahmed Benraouane a indiqué qu’une ligne-t-il. Prévu du 26 au 27 mai à l’hôtelment de la population, embauchent beau-
récente étude menée par Mac Kenzy, un Mercure à Alger, ce forum est dédié à laselon un fidèle. coup plus de jeunes. A titre d’exemple, le
bureau de consulting international, a gestion de la compétence et au manage-«En outre, il a exigé la libé- ratio de l’emploi des jeunes est de 74 % en
démontré que parmi les priorités des ment de la performance. Il permettra deration sans conditions de la Suède, 65 % en Europe et 77 % aux Etats-
patrons des multinationales implantées mesurer l’impact d’une bonne gestion desdernière victime, Mohamed R. Unis.
dans les pays sous-développés, figure celle ressources humaines sur le développementen l’occurrence», relate notre Le professeur Sid-Ahmed Benraouane,
d’absorber les compétences locales et de de nos entreprises. Des intervenants algé-interlocuteur. La société civile qui a donné ces chiffres, a apporté des
s’en servir dans leurs expansions écono- riens, américains et européens prendrontde Baghlia a, en plus de la éclairages sur la question à l’occasion
miques. «Dans leurs plans business, la part à cette rencontre de deux jours, quijournée de grève, délégué 11 d’une conférence de presse tenue au siège
priorité des priorités, c’est de voler les sera entamée par le ministre du Travail, depersonnes, accompagnées du du quotidien Echaâb et portant sur l’organi-
e talents locaux ! C’est une information qui l’Emploi et de la Sécurité sociale, TayebP/APC, M. Idir, qui se sont ren- sation prochaine du 3 Forum international
réjouit et qui, en même temps, rend triste», Louh. de la ressource humaine, fin mai à Alger.dus, hier après-midi, au chef-
note-t-il. Abondant dans le même sens, M. I. B.«La gestion du capital humain est au cœurlieu de la wilaya de Boumerdès
COLLECTIF DÉFENSE ET SOLIDARITÉ AVEC LES FEMMES DE HASSI MESSAOUD
LETTRE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
Monsieur le Président de la République Etats ont le devoir d’«agir avec la diligence voulue pour prévenir les actes de violence à l'égard des femmes,
Une fois de plus, une fois de trop, des femmes travailleuses, habitant des quartiers déshérités à Hassi Messaoud, enquêter sur ces actes et les punir conformément à la législation nationale, qu'ils soient perpétrés par l'Etat ou par
ont été sauvagement agressées sans que les services de sécurité leur aient porté le secours et l’assistance exigés des personnes privées».
par la Constitution et les lois de notre République, tout autant que par les Pactes internationaux ratifiés par Notre Collectif vous prie, en qualité de Premier Magistrat de notre pays, de diligenter une enquête indépendan-
l’Algérie. te et impartiale pour faire la lumière sur toute cette violence chronique et organisée à l’encontre de femmes iso-
Un ensemble d’associations, ligues et défenseurs des droits humains émus et indignés par ces exactions s’est lées, occupant des emplois précaires, en situation de grande vulnérabilité.
réuni pour réagir face à ces agressions récurrentes, en se solidarisant avec ces femmes victimes de violences orga- Notre Collectif espère que vous veillerez personnellement à ce que justice soit faite, en sanctionnant les agres-
nisées mais aussi endémiques, loin d’honorer notre pays. Ces faits rappellent les crimes odieux qui ont ciblé plus seurs et en protégeant des femmes qui ne réclament rien d’autre que de vivre et travailler en paix dans le lieu de
d’une centaine de femmes dans le quartier d’El Haïcha en juillet 2001 et qui demeurent pour la collectivité natio- leur choix, sur tout le territoire national.
nale, une tache indélébile. Notre Collectif attend avec confiance que des mesures fermes et définitives soient prises par les responsables de
Aussi pour exprimer leur indignation et leur volonté de porter secours aux victimes, elles ont fait paraître une tous les départements ministériels concernés, pour assurer la sécurité et la protection de ces femmes, de leurs
Déclaration mettant en évidence le décalage entre les dispositions constitutionnelles relatives à la protection des enfants et de leurs biens. Et ce, pour éviter que de pareilles exactions ne se reproduisent à l’avenir.
biens et des personnes et la réalité dramatique vécue par ces femmes. Monsieur le Président de la République,
Ces associations se sont ainsi constituées en Collectif de Défense et de Solidarité avec les femmes de Hassi Certains que vous serez sensible à cet énième épisode de la tragédie sans fin qu’est la violence subie par les
Messaoud. C’est à ce titre qu’elles s’adressent aujourd’hui à votre Haute Autorité. femmes à Hassi Messaoud et partout ailleurs , nous faisons appel à votre Haute Autorité pour garantir à toutes les
Monsieur le Président de la République Algériennes, où qu’elles se trouvent, l’exercice de leurs droits - droit à la vie, à la dignité, à l’égalité, au travail, à
La répétition d’actes intolérables à l’encontre de ces femmes, n’est devenue possible que parce qu’en 2001, le la sécurité et à la protection de leurs enfants et de leurs biens- et faire en sorte qu’elles soient réellement protégées
traitement de l’affaire de Hassi Messaoud s’est réduit à une parodie de justice, reléguant cette tragédie au rang de dans un Etat de droit.
vulgaire fait divers. Le Collectif vous prie de croire, Monsieur le président de la République, en sa très haute considération.
Notre Collectif, soucieux du respect de la légalité tant nationale qu’internationale, attire solennellement votre Signataires :
Djazaïrouna, Réseau Wassyla, AVIFE, AMUSNAW, Tharwa N'Fadhma N'Soumeur, Association Défense etattention sur le fait que, l’Organisation Mondiale Contre la Torture a récemment rappelé les dispositions de la
promotion des Droits des Femmes, Collectif Femmes du Printemps Noir, Femmes en communication, RAFD,Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette dernière établit en son article 4.c que les
ANADE, LADDH, Association pour les libertés Syndicales, Collectif des femmes du PLD et CCDR.Le Soir
d’Algérie Contribution Mardi 25 mai 2010 - PAGE 7
Qui aura les Dix de der ?
sentences et les prendre pour felouque a affaire à unePar Djamel Laceb *
vérité absolue. Méditerranée en houle.
Les interventions, les contri- Quand un chef de parti, Boris Vian, faisant parler le
butions, les commentaires et médecin, ex-candidat aux prési- directeur de prison, serinait la
autres droits de réponse provo- dentielles est sommé de se taire même question : où est le
qués par la parution du dernier pour incompétence en matière corps? Dans un texte d’un
livre de Saïd Sadi nourrissent la d’histoire ou pour fortune de jeu- humour sublime chanté avec
majeure partie des débats et nesse, que dirait-on à un simple brio par un Serge au sommet de
sont la matière principale des enseignant tout droit venu de son art. Ce n’est qu’à la fin de la
polémistes partout, même dans haute montagne ? Que pèserait chanson qu’on comprend que
les cafés maures. Souvent on y son avis dans un débat aussi ceux dont les corps ont disparu
entend quelques vérités, auda- houleux ? sont au paradis.
cieusement énoncées, devant Au risque de déplaire, partici- Dans ce livre, on découvre un
un parterre crédule, parfois aussi pons à l’enchère et demandons Amirouche humain, veillant sur
des noms de lieux, de personna- l’atout de cœur. Un atout porte tout, capable d’émotion et de jus-
lités disparues ou d’événements bonheur. tice. L’infatigable marcheur
majeurs de l’histoire récente de Quelques cartes du jeu sont offrait ses chaussures. Le court
notre pays, fusent de quelques chiffonnées à force d’utilisation dormeur ordonnait à ses
tables dans l’espoir de poivrer le répétées à l’exemple des chiffres hommes de se reposer et restait
débat. d’Ageron qui recouvre en réalité debout à échauffer ses membres
Quand le claquement sec des les victimes de purges s’étalant engourdis par le froid : son man-
dominos cesse, quand les cartes sur toute la période de la guerre teau servant de couverture à son
de belote se figent et quand l’en- et sur tout le territoire national. jeune secrétaire. En page 211,
chère aux atouts s’arrête, le Mais ne voyons que notre Amirouche pleure. En page 232,
cafetier lui-même tend l’oreille : main : il écoute et suit le conseil d’une
quelqu’un prétend savoir de Amirouche ne pouvait pas vieille femme. Un Roi de cœur.
source sûre que …. Encore un être l’ogre que voulait nous faire Amirouche ne pouvait pas
tourbillon de mots, le MALG, accepter une rumeur persistante être l’ogre que nous décrivait
Nasser, Ben Boulaïd, Krim, jusqu’à ce jour. Le débat actuel a l’histoire susurrée, quand un
Abane, Tunis, Melouza, Rabat, au moins le mérite de soulever la homme, un demi-siècle après sa
la Bleuite… paroles incomprises; chape de plomb pesant sur un mort, arrive à émouvoir ses
la foule recouvre ses droits, le sujet devenu tabou. Discuter subalternes encore en vie, c’est
tintamarre reprend et l’heureux d’Amirouche, même ici, en haute qu’il fut hors du commun en
mastroquet relance les com- montagne, est devenu pénible à bonté et en humanisme.
mandes. Une cacophonie iden- cause de quelques mots qui, Ce livre nous révèle un
tique à celle des intervenants même ceux qui les prononcent brillant tacticien qui, sans sortir
dans la presse francophone, ara- ne savent et ne peuvent appro- de West-Point ou de St Cyr
bophone et surtout à celle dans fondir. Il suffit de dire «Melouza» (p.248), savait improviser de
construction. Ainsi en page 123 loin de la vision manichéenneles forums d’Internet. On n’y pour ternir la beauté d’un poème judicieuses défenses et de fulgu-
l’incident de la mule est si des simplets, il met en lumièredécèle que le vœu, presque chanté par nos grands-parents. rantes ripostes. Un As de cœur.
pieux, de certains de diaboliser Le mot «Bleuite» à lui tout seul savamment mixé qu’il suggère des erreurs et même des fautes.
Une lecture qui permet de
une région qui souffre déjà beau- chapardait toutes les couleurs l’existence d’êtres humains En ce temps-là «Les initiatives
replacer définitivement un héros
encore plus têtus que l’innocent aléatoires toujours guidées parcoup d’une marginalisation aux d’une épopée légendaire.
national dans le camp des
solipède. En page 220, une des- la bonne foi» (p.173) se devaientconséquences palpables sur Des accusations graves se
justes. Le contraire ne se peut
cription du pays, à faire revenir d’être toujours «assumées avectous les nivaux de l’existence. chuchotent, sans preuves, sans
pas pour un homme qui respec-
Il apparaît clairement que le consistances mais dévastatrices tous les haragas, donne un aper- courage et panache».
tait le bien public jusque dans
principal défaut des héros et jetant une sorte de voile çu de toute l’attention portée au Un livre qui commence par un
des détails imperceptiblesstyle. erratum ne peut présager que dekabyles est leur lieu de naissan- pudique sur la face d’un héros
(p.231) et surtout demandait jus-
Il existe des poèmes où la réparation et il est vrai que lece. C’est une qualité qui ouvre national, comme s’il devait, et
tification du moindre acte ou…
carrière d’Amirouche est décrite préjudice le demande.droit automatiquement au clas- nous tous avec, s’excuser d’être
dépense ; forcément déran-
sement dans la case francophile avec minutie car, dans notre cul- La tragédie grecque ne com-ou d’avoir été. Pourtant il faisait
geant.
des nostalgiques, pas de Gide partie de ceux qui voulaient don- ture à l’oralité féconde et ances- mença réellement à se structurer
Amirouche qui envoyait d’im-
ou de Sartre, ce qui serait bien- ner une «dimension résolument trale, l’Histoire avec un grand H et prendre forme qu‘avec
portantes sommes d’argent versse chante encore. Les voix, Antigone de Sophocle. Uneveillant, mais de Massu et moderne et laïque à la guerre de
la Tunisie (p.169), des sommespresque inaudibles, de nos poé- œuvre majeure portant le senti-d’Aussaresses. Ce climat mal- Libération nationale».
récoltées par ses soins pourtesses, confondues dans le ment filial aux nues, elle racon-sain ne peut pas déplaire à tout À la fin du siècle dernier, lors
financer le centre des étudiants,le monde puisqu’entretenu d’une embellie passagère du vacarme assourdissant des télé- tait justement la privation de
ne pouvait pas détester les let-depuis, parait-il, la fameuse crise militantisme culturel amazigh, visions, ne sont plus suffisantes. sépulture. Nos voisins égyptiens
trés tout en les subventionnant.dite berbériste, au milieu du des associations se sont mises L’amnésie ambiante, la suren- furent les premiers à édifier des
On sait désormais que le seulchère des forts en gueule et la cénotaphes monumentaux dres-siècle passé. Le moment de entre autres à la collecte et à la
moyen de réintégrer l’humanité,décimation naturelle des rares sés pointes vers le ciel, ils bri-l’analyse est venu ; la majorité transcription de la poésie orale. Il
c’est d’accepter de débattre dedes survivants sont au crépuscu- se trouve dans ce répertoire une survivants imposent l’écriture. À guent l’éternité depuis des millé-
tout, de parler de nous, entrele de leur vie et nous savons de large partie consacrée à la guer- propos de décimation naturelle naires. Depuis l’aube des temps,
nous, de reconnaître nos erre-quoi l’âge orne les affirmations. re de libération et spécialement et de disparition, celle du sédui- le tombeau est considéré
r ments loin de l’humanité, nosSurenchérir à la belote exige dédiée au colonel de la Wilaya sant D Laliam (p.181) est un comme le seuil d’une vie auprès
erreurs et nos fautes et de conti-grand deuil. Lui qui recomman- de Dieu. Amirouche et Haouèsd’avoir en main quelques atouts III.
nuer à poser la même question :et la superstition qui entoure ce Amirouche, que tout le monde dait la sincérité au crépuscule de furent privés de tombe. Leurs
«Arthur, où t’as mis le corps ?»jeu fait croire que certaines cou- appelait par son prénom, sans la vie reconnaissait qu’il fallut corps, comme dans une célèbre
Les corps ne disparaissentleurs peuvent porter chance. particule sanctifiante ni pseudo- toute l’habilité de la psychanaly- chanson de Reggiani, furent
pas comme ça ! Et puis, unDans cette joute médiatique, nyme solennel, était et reste le se pour le faire parler. Un As. longtemps introuvables. En réali-
demi-siècle, c’est largement suf-Un livre où on trouve noir sur té, ils hantaient des esprits jalouxpassionnée et passionnante, principal sujet d’odes au courage
fisant pour apprendre la belote. blanc, toutes les accusations de prestiges historiques.nous les lecteurs de journaux, et à loyauté.
Atout cœur, et en avant,assistons aux enchères, à Dans le livre ; Amirouche, une murmurées. Elles étaient chu- D’autres sont à ce jour privés
quand on a en main des As, desl’achat aux annonces et au jeu. vie, deux morts et un testament, chotées pour suggérer l’horreur d’Histoire, oubliés parce que non
Rois et du cœur la partie neChaque joueur doit montrer de la pour la première fois il est décrit et exciter l’imagination «d’un conformes à des idéologies
peutêtre que belle, malgré lemaîtrise et si possible une enfant et déjà responsable, peuple déjà porté à la violence idiotes, c’est le cas de M’barek
bruit, la catharsis est salutaire.pour avoir subi une colonisation Aït Menguelat, de Benaï Ouali etconnaissance du jeu de l’autre. comme dans le conte : La vache
Il est seulement regrettableLes attitudes pompeuses à des orphelins. (p.52), l’auteur se de masse». Il n’y a rien de mieux d’Amar At Hamouda. (p.99).
que la belote soit si injuste, carl’achat peuvent intimider le joue de nous en parlant de que le mystère pour inspirer Les Hellènes anciens
dans ce jeu bizarre, il arrive quejoueur inexpérimenté, il n’y a que mariage, on s’attendait à l’horreur, et nous, dont le sub- croyaient qu’on ne pouvait pas
des valets cassent des As.le tapis sur lequel les cartes quelques douceurs, prévisibles conscient draine des réminis- aller aux «Champs Elysées»
Quant à la chanson de Serge,s’abattent une à une pour juger dans ce cas de figure où les liens cences d’un passé sanglant, sans sépulcre, aujourd’hui
elle se termine sur un retour fra-de la valeur et désigner le vain- du cœur se tissent, mais judi- sommes prêts à croire, à l’Eden grec est à Paris et Hadès
cassant d’Arthur qui annoncequeur. cieusement, les fils se tendent absoudre et pourquoi pas, au règne en Afrique. Orphée vien-
dans un rire tonitruant : Belote,Comme disait Mohia, nous vers la patrie, la dame de cœur, cas où, laisser faire ou laisser drait peut-être charmer avec sa
Rebelote et Dix de Der.les courtauds, citoyens lambda l’épouse éternelle. Des paral- refaire. Lyre, mais le Styx est plus aisé à
D. L.(nekni si kerrucen agi) n’avons lèles de cet acabit foisonnent C’est un livre, noir sur blanc, traverser l’aller. Surtout, qu’au-
qu’à subir, écouter les dernières dans ce chef-d’œuvre de oui, mais pas en noir et blanc, jourd’hui Charron dans sa frêle *EnseignantLe Soir
d’Algérie Contribution Mardi 25 mai 2010 - PAGE 8
TOUT CE QUI EST EXCESSIF EST INSIGNIFIANT
Réponses à Nordine Aït Hamouda
les caves de la GendarmeriePar Ali Mebroukine
nationale. Quel intérêt aurait-il
«Ceux qui écrivent clai- eu à le faire ? En quoi la célé-
rement ont des lecteurs ; bration d’un valeureux combat-
ceux qui écrivent obscuré- tant par ses partisans et coreli-
ment ont des commenta- gionnaires kabyles pouvait le
teurs.» gêner ? H.Boumediène ne
(Albert Camus) pouvait ignorer qu’une telle
infamie le discréditerait à
Je ne vais pas répondre ici à jamais devant l’Histoire et c’est
toutes les outrances de Nordine pourquoi il n’a pas pu y recourir.
Aït Hamouda (ci-après Il n’y a aucune raison de douter
N. A. H.), d’autant plus que l’in-
de la véracité du témoignage
téressé est connu pour ses
du G-M Cheloufi dont la sages-
dérapages verbaux et orfèvre
se et la pondération, encore
en matière de fariboles et
une fois, sont de notoriétéautres sornettes. Je lui dirais
publique.seulement ceci qui concerne
mon itinéraire personnel. Si
j’avais été réellement condam- Le colonel Amirouche, le
né pour intelligence avec l’en- GPRA et les conflits de
nemi (quel ennemi ?) et si
cette condamnation eût reposé légitimité GPRA/EMG
sur un fondement sérieux, je Comment comprendre que
me serais interdit d’intervenir S. Sadi et N. A. H. n’aient pas
jusqu’à la fin de mes jours dans
pris conscience de la contra-
le débat public national et j’au-
diction dirimante dans laquellerais quitté depuis longtemps
ils s’enferrent en soutenant àl’Algérie pour me faire oublier. A
la fois que le colonelfortiori, je n’aurais pas pu,
Amirouche avait entrepris decomme je le fais régulièrement
décapiter le GPRA, coupable àdepuis 2006, disserter sur l’his-
toire récente et passée de notre ses yeux d’avoir complètement
pays avec la liberté de ton qui a abandonné les wilayas de l’in-
toujours été la mienne. Tout le térieur, et présenter la prise du
monde sait bien, à commencer pouvoir par l’EMG, en 1962,
par les gens très initiés du
comme un coup d’État contre
RCD, que les déboires que j’ai
le GPRA ? Le GPRA seraitpu avoir, à un moment donné,
illégitime lorsqu’il est mis enrésultent d’une odieuse cabale
cause par le colonelmenée contre moi par des per-
er Amirouche mais légitime lors-que l’exhumation de l’itinéraire avant le 1 Novembre 1954. sans ignominie, accréditer lasonnes aujourd’hui disparues
et qui ont cru bon circonvenir la qu’il affronte l’EMG. Curieusedu colonel Amirouche, tout d’un thèse que Mourad
religion du premier magistrat du coup, en 2010, avec le souci Benachenhou n’est pas un vrai conception de la légitimité.Houari Boumediène et
pays. Ils sont aujourd’hui sou- qui court tout au long des 442 moudjahid ou qu’il aurait cau- Celle-ci se mesurerait à l’aunele colonel Amirouchemis au jugement de Dieu ; qu’il pages qui lui sont consacrées, tionné le déviationnisme de ses de l’identité des protagonistes.Le colonel H. Boumediène neleur accorde toute sa clémence de jeter dans un même chefs, d’autant moins d’ailleurs Un simple rappel pour l’histoireconnaissait pas le colonelet sa miséricorde. À cet égard, opprobre, l’armée coloniale et qu’il n’a guère été associé à : l’EMG n’existe pas encoreAmirouche et il n’existait aucu-je ne peux que m’affliger des les combattants algériens l’élaboration de décisions
lorsque les colonelsne relation entre eux. Laprocédés vils et ignobles utili- (qu’ils fussent de l’intérieur ou prises dans les sommets de
Révolution algérienne a démar- Amirouche, Si Haouès, Sisés par S. Sadi et N. A. H. pour de frontières), permette en quoi l’appareil.
ré dans l’émiettement des M’hamed et Hadj Lakhdardiaboliser un contradicteur qui que ce soit aux Algériens de S’agissant de la séquestra-
forces qui étaient censées luia toujours été, ne leur en contestent ouvertement laporter un regard lucide et adul- tion des restes du colonel
donner sa vigueur et elle a prisdéplaise, un électron libre, très vocation du GPRA à dirigerte sur l’histoire de leur pays. Il Amirouche, il est évident que le
fin dans la division de tous sesloin de toute attache clanique la Révolution algérienne etnous faut bien admettre que le président Boumediène n’en a
segments et sous-segments.ou partisane ; ce sont ces pro- envisagent son élimination. Il yrécit du président du RCD est jamais été informé et qu’il igno-
Comme le dit, à juste titre,cédés que l’un et l’autre repro- encombré d’arrière-pensées et rait tout de leur emplacement. avait un commandement
Mourad Benachenhou (etchent aux gouvernements suc- que celui-ci cherche délibéré- Le seul témoignage digne de foi Ouest, sous le patronage duaucun historien ne peut lecessifs de l’Algérie d’avoir usé ment à instrumentaliser est celui du général-major colonel Boumediène et uncontester), toutes les structurespour conquérir et conserver le l’Histoire à des fins qui n’ont Mustapha Cheloufi, ancien commandement Est dirigé parde la révolution étaient compar-pouvoir. Je frémis même à strictement rien à voir avec le commandant de latimentées. le fantasque et primitif colonell’idée que S.Sadi et N.A.H. souci d’écrire objectivement et Gendarmerie nationale etÀ cet égard, il est inexact de Nasser (Mohammedi Saïd).puissent un jour présider aux
scrupuleusement certaines des ancien SG du MDN, grandlaisser entendre que le MALGdestinées de ce pays car ils Si le GPRA était devenu,
pages les plus tumultueuses de commis de l’État, honnête etaurait été une machine de guer-pourraient nous faire regretter aux yeux des chefs de wilayasnotre passé. Si réellement l’ob- scrupuleux qui disculpe com-re contre les wilayas de l’inté-les pages sombres, selon eux, de l’intérieur, illégitime,jectif de S. Sadi était de contri- plètement le présidentrieur. C’est une injustice com-que l’Algérie aurait connues quelques mois seulementbuer à une relecture critique et Boumediène. mise à l’égard de toutes lessous H. Boumediène. après sa création, quel titreroborative de l’histoire, que le L’ancien chef de l’État algé-recrues du MALG qui ont trouvé
pouvait-il avoir à dirigerRCD n’a-t-il mis à profit ses 20 rien était beaucoup trop acca-la mort en essayant de franchirSur le prétendu souci l’Algérie indépendante ? Et auans d’existence pour entre- paré par les questions du déve-la ligne Morice et qui ignoraient
d’écrire objectivement prendre des actions de sensibi- loppement et du remembre- nom de quel principe contestertout des révolutions de palais
lisation en direction des jeunes, ment d’une société dont les à l’EMG le droit de prendre laqui se concoctaient dans cer-l’histoire
comme le font avec une persé- cadres traditionnels avaienttains cercles de décision du relève de l’État colonial, étantLe récit hagiographique du
vérance exemplaire (état d’ur- volé en éclats pendant la pério-FLN/ALN. Mohamed Lemkami, entendu qu’il n’existe plus, aucolonel Amirouche par S. Sadi
gence ou pas) les octogénaires de coloniale, pour se permettremoudjahid authentique, s’il enne me semble pas avoir été lendemain du cessez-le-feu,
qui animent l’Association histo- d’ordonner la séquestration desest, a bien décrit dans sonmotivé par le souci de restituer quelque institution que ce soit
rique et culturelle du 11 ossements des colonelsouvrage tous les sacrificesles évènements douloureux de pouvant se prévaloir d’une
Décembre 1960 qui a déjà Amirouche et Si Haouès. Il estconsentis par les jeunes dul’histoire de notre pays dans légitimité supérieure à celle
rendu l’hommage qu’ils méri- invraisemblable queMALG et leur complète adhé-une trame intelligible pour les des autres (qu’on ne prétendetent à Mohamed Belouizdad, H.Boumediène ait requis dusion au combat libérateurjeunes générations. Cela fait 48
pas, en tout cas, que l’exécutifHocine Lahoual, Hocine contre l’armée coloniale (V. Les colonel Bencherif, alors patronans que l’histoire n’est pas
provisoire avait les moyens deAsselah ou Rachid Amara et hommes de l’ombre, Mémoires de la Gendarmerie nationale,enseignée ni aux écoliers ni
coopter les futures élites diri-d’autres qui ont pensé la d’un officier du Malg, Anep, l’enfouissement des restes desaux lycéens. Et il est douteux
Révolution algérienne bien Alger, 2004). Et on ne peut, deux anciens maquisards dans geantes de l’Algérie).
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Contribution Mardi 25 mai 2010 - PAGE 9
République algérienne. Là collaborateurs de Abane neHouari Boumediène
aussi, il faut rétablir la vérité sont pas kabyles (Larbi Ben
n’était pas un putshiste historique. L’éviction d’Ahmed M’hidi, Benyoucef Benkheda et
Ben Bella a-t-elle été le seul fait Saâd Dahlab), cependant qu’unmais un homme d’État
de H.Boumediène ? Etait-ce des plus proches alliés deNous venons de voir qu’il est
la manœuvre du seul groupe Boussouf contre Abane est issuintellectuellement incohérent
d’Oujda ? Comment expliquer de la Kabylie profonde, à savoird’approuver le combat du colo-
qu’officiaient au sein du Conseil Krim. Il faut donc cesser d’op-nel Amirouche contre le GPRA
de la Révolution, les colonels poser Kabyles et Arabes, tant ilet de voler au secours de ce
Saïd Mohammedi, Mohand est vrai que cette oppositionmême GPRA (lequel était, soit
Oulhadj, Salah Boubnider, avait été très largement trans-dit au passage, loin de consti-
Tahar Zbiri, Saïd Abid, Salah cendée pendant le combat libé-tuer une entité soudée et homo-
Soufi (ancien patron de la Zone rateur par les enjeux de pouvoirgène), lorsque l’EMG refuse de
Sud), Youcef Khatib, tous ainsi que par les préoccupa-s’incliner devant lui. C’est le
anciens responsables des tions claniques et clientélistesGPRA qui avait décidé unilaté-
wilayas de l’intérieur. S. Sadi qui sont venues se superposerralement la dissolution de
va même jusqu’à louer certains aux affinités strictement localesl’EMG, prérogative qui apparte-
d’entre eux et accréditer leur ou tribales. Abane a échouénait au seul CNRA et non pas à
témoignage (notamment celui dans son projet de constitutionl’EMG qui avait cherché à délé-
de Salah Boubnider). Voilà des d’un État puissant, multieth-gitimer le GPRA. Prière de ne
anciens chefs de wilayas qui nique, multilingue, multiconfes-pas confondre. En 1962, c’est
non seulement adoubent le sionnel (nous ne disposons pasl’institution la plus puissante, la
«coup d’État», mais y partici- malheureusement de la placemieux organisée, la mieux sou-
pent, en parfaite connaissance pour en parler), non parce qu’ildée, la plus dégagée des
de ses tenants et aboutissants. était kabyle mais parce que sarelents du wilayisme, du népo-
De deux choses l’une, ou l’évic- vision de l’organisation destisme, du clientélisme qui prend
tion de A.BenBella constitue pouvoirs publics, dans la pers-la direction des affaires de
un véritable putsch, et dans ce pective de l’indépendance, pre-l’État, non sans chercher à
cas, il faudrait condamner tous nait à revers non seulement lesassocier tous les protagonistes
les auteurs et complices sans ambitions de tous les chefs mili-du conflit contre le colonialis-
discrimination et pas le seul taires et ceux de la délégationme, y compris le premier prési-
H. Boumediène ou bien il faut extérieure mais ambitionnaitdent du GPRA, Ferhat Abbès.
admettre que c’est A. Ben Bella de tuer dans l’œuf la dériveLe colonel Boumediène, dont
qui violait la Constitution de prétorienne qui se dessinait,l’obsession a toujours été l’uni-
1963 (mise entre parenthèses bien avant que le colonelté du pays, comme me le rap-
dès le 3 octobre de la même Boumediène ne fit son entréepelait encore, il y quelques
année, le président légiférant dans la scène politique.nous éclairer davantage sur çais, pour lesquels la forteres-jours, l’ancien ministre de
par ordonnances et exerçant des épisodes sanglants dont se armée la plus inexpugnablel’Enseignement, Abdelkrim
les pleins pouvoirs en vertu de notre révolution, il s’en faut de était tout entière dansBenmahmoud (auquel le prési- Il faut revisiter
l’article 59) et dans ce cas, le beaucoup, n’a pas l’exclusivi- l’Algérois et la Kabylie.dent Boumediène allait confier l’Histoire d’une mainsursaut du 19 Juin 1965 a té. Du reste avant que le colo-de très importantes responsabi-
constitué un acte salvateur qui nel Amirouche ne prenne les tremblantelités en 1978), avait tendu la Sur l’ostracisme à
est à mettre au crédit du prési- rênes de la WilayaIII, desmain à Krim, Boudiaf, Aït Contrairement à ce qu’a pu
dent Boumediène et de ses l’égard des Kabylesépurations sanglantes et nonAhmed, Ben Khedda qui ne écrire G. Meynier dans l’avant-
compagnons de route ; il ne C’est un thème récurrent survoulaient pas la saisir, dès lors justifiées truffaient déjà la tra- propos à son ouvrage:
peut dès lors ressortir à la caté- lequel brode sans cessequ’ils étaient assurés de ne jectoire de la Wilaya III : le 13 L’Algérie des origines. De la
gorie (au demeurant non scien- N. A. H. Il faut d’abord rappelerplus pouvoir jouer les premiers avril 1956, à proximité d’Oued préhistoire à l’avènement de
tifique, au sens de la science pour l’histoire que ni le colonelrôles dans l’Algérie indépen- Amizour, des centaines d’habi- l’Islam (Barzakh, Alger, 2007),
politique) des coups d’État. Amirouche, ni Belkacem Krim,dante. Mais H.Boumediène tants de la dechra Trifraten «l’histoire officielle de l’Algérie
Pour le surplus, la déposition ni Hocine Aït Ahmed ni a fortio-n’avait, a priori, exclu personne. sont égorgés pour prix de leur n’a pas été plombée par les
d’A. Ben Bella a été accueillie ri Ramdane Abane n’ont, àQuant à l’héritage de préoccupations dirigeantes desoutien au MNA, le 29 mai
par un véritable soulagement aucun moment, donné uneBoumediène, je prendrais un la bureaucratie». C’est infini-1957, dans le Hodna, quelque
populaire, tandis que les pre- coloration régionaliste à leurseul exemple. L’école et l’uni- ment plus compliqué que cela.300 habitants de sexe mascu-mières réformes institution- combat contre le colonialisme.versité algériennes de H.Boumediène avait pourlin de la mechta Casbah, dansnelles et politiques obtenaient Pour eux, seule comptaitH.Boumediène n’étaient pas unique objectif l’unification desle douar Béni Illmane, sontun large appui de la part des l’Algérie.sinistrées mais rayonnantes. Le Algériens et le souci de lesmassacrés, parce qu’eux éga-couches moyennes de la popu- En revanche, A.BenBellabaccalauréat algérien valait lar- réconcilier avec eux-mêmes. Illement soutenaient le MNA,lation. n’a eu de cesse de vouloir dis-gement le baccalauréat fran- pensait, de bonne foi, que lemais sans hostilité déclarée au créditer le Congrès de laçais et les diplômes délivrés par rappel d’une histoire convulsiveFLN. On ne peut passer par Soummam, redoutant qu’unles universités et instituts algé- Il est absurde de nier et sanglante à laquelle le cher-pertes et profits de telles tra- jour le pouvoir suprême vienneriens étaient tous reconnus à cheur algérien disposait de peul’existence des purges gédies qui ont porté un sérieux à échoir à un Kabyle et avaitl’étranger, ce qui a permis à des de ressources pour accéder et
coup à la crédibilité duPlutôt que de s’obstiner à mis en garde les Égyptiensmilliers d’Algériens de se for- plus encore pour enseigner
FLN/ALN et entretenu de nom-nier l’existence de purges contre un tel danger. Honte àmer et de se perfectionner dans était encore prématuré.
breux Algériens dans une atti-dans la Wilaya III, il serait de lui, à ses méthodes et à sonles plus prestigieuses universi-
tude de défiance à l’égard des Il était suffisant de dire auxmeilleure méthode et de plus anti-berbérisme primaire. Cecités et centres de recherche du
Algériens, tout au moins durantproclamations de laparfaite rigueur d’expliquer en dit, N. A. H. serait mieux avisémonde. Aujourd’hui, la migra-
la période post-traumatique deRévolution algérienne. Bien de réfléchir aux divisions entrequoi les Wilayas III et IV onttion hautement qualifiée algé-
l’indépendance, que leurssûr que des purges ont égale- Kabyles qui constituent quasi-été le siège d’épurations dansrienne qui exerce à l’étranger et
ancêtres avaient souffert de lament été commises en W I, ment, comme l’a rappelé dansles rangs des moudjahidine etdont on bat le rappel avec force
colonisation qui fut une nuitW IV, W V et W VI. son ouvrage Ali Yahiainsistance, mais hélas en vain, pour quelle raison la Wilaya II
pour la majorité des AlgériensMais il s’agit ici de répondre Abdenour (La dignité humaine,est issue de l’école et de l’uni- a été épargnée. Il ne s’agit pas
r et que leurs parents avaientInas Editions, Alger, 2007), uneau récit du D Sadi qui chercheversité qui ont été voulues par de décerner un brevet d’hono-
pris les armes pour libérer leloi d’airain, et il n’est nul besoinà occulter l’ampleur du phéno-H. Boumediène. S. Sadi a pu rabilité aux responsables qui
pays. Si l’on prend l’exemple ded’un complot arabe pour semerconnaitre le cursus universitaire mène en Wilaya III, alors quese sont montrés capables de
, onla France, à travers Vichyla discorde entre les Kabyles.prestigieux qui est le sien, ses contradicteurs ne préten-séparer le bon grain de l’ivraie
sera édifié sur les turbulencesL’autoflagellation et l’autodes-grâce à la démocratisation de dent nullement que les autreset d’accabler, sans ménage-
que le dévoilement de certainestruction constituent la marquel’enseignement décrétée par le wilayas en auraient étément, ceux qui, sur la foi d’in-
vérités mettant en cause l’Étatde fabrique de cette région,même H.Boumediène, au indemnes.dications sommaires ou de
français lui-même dans lapourtant la première pour-milieu de la circonspection Mais c’est lui qui a ouvert letémoignages controuvés, ont déportation des Juifs a provo-voyeuse de l’élite intellectuellegénérale. débat, c’est lui qui a déterré laordonné la liquidation de mil- quées çà et là. Plus près dedu pays. Ceci posé, l’émiette-hache de guerre, en remettantliers de jeunes Algériens. Le nous, le film de Rachidment du mouvement national a
au goût du jour les griefs jadisSur l’éviction colonel Amirouche a été un Bouchareb : Hors-la-loi,eu peu à voir avec les divisions
invoqués contre Amirouche àgrand chef de guerre et un des témoigne cruellement que lesd’Ahmed Ben Bella régionales.
propos de la disproportionplus valeureux combattants de blessures nées des évène-Lorsqu’Abane RamdaneL’auteur de ces lignes per- entre le phénomène de lala Révolution algérienne. Son ments de Mai 1945 ne sont pasproclame la supériorité du poli-siste à affirmer que l’éviction Bleuite et l’ampleur de lacourage, son abnégation, son encore cicatrisées, et qu’en lestique sur le militaire et de l’inté-d’A. Ben Bella, le 19 juin 1965,
répression qu’il avait ordon-opiniâtreté resteront légen- exhumant à travers la fictionrieur sur l’extérieur, il s’aliènen’est pas un coup d’État. C’est,
née. En revanche, les W III etdaires. Sa perspicacité et ses cinématographique, on ouvretous les chefs militaires sansau contraire, une tentative lar-
IV peuvent se prévaloir de cir-scrupules dans la recherche une boîte de Pandore dont leexception (y compris les chefsgement aboutie de rétablisse-
constances atténuantes (maisde la vérité sur la Bleuite sont, pire vient déjà de sortir.kabyles, à commencer parment de l’autorité de l’État, sys-
non évidemment exonéra-à l’inverse, sujets à caution. Krim) et tous les membres de latématiquement bafouée par le A. M.toires) qui tiennent à leur har-Laissons les historiens profes- délégation extérieure (dont H.premier président de la alimebroukine@yahoo.comcèlement par les services fran-sionnels (dont je ne suis pas) AïtAhmed). Les plus fidèles
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Mardi 25 mai 2010 - PAGE 10Régions
EXAMENS DE FINBOUIRA
D’ANNÉE
À RELIZANEL’investissement : mythe ou réalité ?
Tout est fin prêt L’avènement de l’ordonnance tout l’air du contraire. D’abord, un désespéré de votre générosité et 18 mois sont passés et l’on croit
er 08/04 du 1 septembre 2008, en fait bizarre. En matière rien ne fait fuir l’homme libre savoir que le premier terrain qui Selon M. Bechlagham Yahia, directeur de
matière d’attribution de terrains d’investissements, Bouira se comme le désespoir», dit un devait abriter le projet de Rebrab l’éducation nationale de la wilaya de
publics destinés à distingue par la gestion de la seule proverbe arabe. n’est toujours pas régularisé Relizane, tout est fin prêt pour les épreuves
el’investissement, a bouleversé zone industrielle présentée en son juridiquement, alors que pour le de fin d’année. L’examen de 5 AP, appelé
l’échiquier juridique régissant temps, c’est-à-dire au milieu des second, ce sont les Chinois qui ne communément fin de cycle des étudesDes zones d’activité en
cet important pan de la vie années 1980, comme étant la se sont plus manifestés. primaires, qui aura lieu le jeudi 27 mai 2010,quête d’une bonne gestion économique du pays en locomotive de la relance verra la participation de 12 839 élèves quiAutre déconvenue deEncore une chose au sujet de labannissant toute cession du économique et industrielle pour la composeront au niveau de 54 centresl’investissement à Bouira, le projet
viabilisation de ces espacesterrain public et en instaurant la wilaya. Près de 25 ans plus tard, la répartis à travers les 38 communes de ladu port sec qui devait être
censés accueillir lesconcession perpétuelle sur les zone industrielle de Sidi-Khaled, wilaya. Il est prévu la mobilisation de 1 610implanté sur un terrain domanial àinvestissements dont la wilaya aterrains économiques. située à 15 km au sud de Bouira, surveillants, 316 encadreurs, dont 54Ath-Mansour n’est toujours pastant besoin. Au niveau des zonesLes textes d’application de patauge encore dans les observateurs, pour assurer le bonlancé. Aujourd’hui encore, l’ond’activité situées dans certainescette ordonnance, notamment les problèmes de son statut et surtout déroulement de cet examen qui comprendignore le sort réservé à ce projetcommunes, l’agence chargée dearticles 152 et 153/09 du 2 mai trois disciplines : langue arabe, languedu statut juridique de certaines de présenté comme étant des plusleur gestion n’arrive plus à joindre2009, intervenus tardivement après ces parcelles. La zone industrielle française et calcul. Les candidatsstratégiques pour toute la régionles deux bouts. Qu’en sera-t-il desla publication de l’ordonnance bénéficieront d’un repas à la cantine scolairede Sidi-Khaled est la propriété de de M’chédallah. zones d’activité à créer, si l’agence08/04, tout en clarifiant les l’Urbab. C’est-à-dire que même si ou d’un sandwich consistant, des friandises,En somme, au niveau de lafoncière de wilaya n’arrive plus à du jus et des fruits. missions de chacun des le Calpiref (Comité d’assistance et wilaya de Bouira, plusieursviabiliser les zones d’activitéintervenants (wali, ministre La correction se déroulera au lycéede localisation des projets facteurs ne plaident pas pourexistantes ? A l’instar de la ZA de Ahmed-Francis, implanté à la citéconcerné, etc.), ont instauré une d’investissement et de régulation l’investissement. A commencer parLakhdaria dans laquelle les résidentielle à Relizane. Une session dedémarche qui peut favoriser foncière) voulait encourager les les espaces et autres zones quiinvestisseurs sont implantés et rattrapage au profit des recalés aura lieu lel’émergence de l’investissement investisseurs à venir s’installer devraient abriter ces projets. Lesmême réalisé leurs projets qui 24 juin. 10 280 candidats des deux sexes,privé pour la concrétisation réelle dans la wilaya de Bouira, ceux-ci
responsables chargés de leurn’attendent que les travaux de dont 58 libres, subiront les épreuves du BEMdes projets par leurs promoteurs seraient orientés vers une zone
gestion ne facilitent plus la tâche erviabilisation en termes d’électricité, les 1 , 2 et 3 juin 2010 au niveau de 37en leur permettant d’accéder au industrielle propriété exclusive d’un
aux détenteurs de projets. Etde gaz, de voirie et centres répartis dans les localités les plusfoncier industriel en toute centre d’études et de réalisations
lorsque l’investisseur se présented’assainissement, pour lancer la importantes de la wilaya. transparence, d’une part, et par le en urbanisme de Blida. Incroyable
enfin et manifeste son intérêt, il seproduction, celle de Dirah, pourtant Dans ce contexte, 2 012 surveillants, 230système de concession aux mais vrai.
retrouve confronté dès le débutstratégique vu son emplacement encadreurs, dont 74 observateurs, soit 2 parenchères publiques en ne payant Aujourd’hui, ce n’est pas
aux spéculations foncières, surtout centre, sont convoqués pour veiller à lasur la RN8 et aux portes du désertque 5% de la valeur vénale du étonnant de voir que sur les 225
quand il s’agit des terres privées.; celle d’El-Hachimia créée mais régularité de cet examen. Le technicum deterrain, d’autre part. hectares initialement alloués, près
Certains de nos élus et même Sidi Tarek abritera la correction desnon encore viabilisée ; celle dede 75 hectares sont toujours
certains citoyens voient en l’intérêt épreuves. Du 6 au 10 juin 2010, ce sont 7Bechloul dont la totalité des lotsvierges et attendent preneursDes textes pour mieux gérer manifesté par un investisseur pour 569 candidats, dont 4 216 filles, qui subirontsont cédés et les investisseurs(preneurs, c’est trop dire !).ou pour compliquer les son terrain une occasion pour les épreuves du baccalauréat dans 25n’attendant que la viabilisation pourPrès de 15 projets finalisés
choses ? centres, judicieusement répartis sur lesfaire dans la surenchère. Et lelancer leurs projets ; celle deattendent leur lancement au niveau
Cependant, les textes communes de la wilaya. Le directeur derésultat est presque toujours leHammam Ksana dont les étudesde cette zone devenue otage de
d’application de l’ordonnance l’éducation nous précise que le bac nouveaupour la parcellisation attendent même : l’investisseur fuit les lieuxcertains réflexes et autres
04/08 ont instauré des démarches système englobe 7 569 candidats, dont 811toujours et tardent pour des raisons et cherche ailleurs, et leagissements qui n’ont rien à voir
préalables pour permettre la mise libres, alors que l’ancien système verra lapropriétaire terrien sombre dans lequ’on ignore, sans parler de la ZAavec un Etat respectable, à plus
en produit des terrains disponibles participation de 1 004 candidats, dont 319d’Ath-Mansour lancée et créée sur monde des mirages en se faisantforte raison en 2010.
pour l’investissement. Ces filles. Les services de l’éducation ontpapier à grand tapage médiatique. croire que son terrain vaut de l’or. En effet, les investisseurs
démarches sont de deux ordres. convoqué 1 765 surveillants, 366On s’en souvient, nous étions Rappelons également unedésireux de s’implanter dans cette
D’abord, il est exigé l’établissement encadreurs, dont 75 observateurs, soit 3 parprésents sur le site lorsque le wali autre réalité concernantzone industrielle sont confrontés à
d’un inventaire des terrains et centre. Le lycée Adda-Benada a été choisiavait annoncé la création de cettedeux problèmes. Le premier est lié l’investissement à Bouira : depuis
autres actifs disponibles pour la deuxième fois pour abriter lazone d’activité au grand bonheur sa création en 1994, le Calpi,au blocage de certains ex-
excédentaires ou résiduels, lequel correction du bac. Les responsables dedes citoyens de toute la région de devenu plus tard Calpiref, apropriétaires qui réclament leurs
l’éducation ont bénéficié d’une précieuseinventaire en ce qui concerne les M’chédallah qui y avaient vu unedroits sur des terrains à l’intérieur enregistré quelque 1 493 dossiers
terrains disponibles des ZI et les collaboration des services de la wilayaaubaine pour la réduction dumême de cette zone industrielle. dont 819 ont eu l’aval de la
puisque les secteurs des services deactifs excédentaires des EPE doit chômage endémique qui lesCe problème, nous informe-t-on, commission de validation.
sécurité, de la santé et de la Protection civilerecevoir l’aval des SGP de frappe. Cela s’est passé depuisest rendu possible grâce à la Cependant, parmi ces dossiers sont impliqués pour le bon déroulement desrattachement et du CPE. Ensuite, il plus d’une année, mais rien n’estcomplaisance de l’Urbab, le agréés, 511 ont dû être annulés
examens de fin d’année scolaire.faudra l’autorisation de concession fait bien que le propriétaire aitpropriétaire des lieux puisque, après la lenteur dans leur A. Rahmanedes terrains qui doit intervenir par proposé son terrain de 50 hectareslorsque dans le milieu des années lancement ; certains promoteursarrêté pris par le ministre du à un prix symbolique de 40 DA le1980 la zone industrielle a été ayant des intentions malhonnêtesTourisme pour les ZET, le ministre créée, les propriétaires terriens mètre carré. Pourquoi l’agence ADRARavec la spéculation sur le foncierde l’Environnement et de foncière a-t-elle arrêté la procédureinclus dans la zone avaient été industriel. Parmi les dossiersl’Aménagement du territoire pour d’achat de ce terrain ? Nous ne letous indemnisés et devaient être admis, c’est-à-dire les 330 Les ksour en danger !les cas des nouvelles villes, celui
expropriés immédiatement. savons pas. restants, 83 sont en partie réalisésde l'Industrie et de la Promotion de La majorité des ksour d’Adrar qui enAutre bizarrerie qui entoureMalheureusement, ce n’était pas le et sont entrés en production, 123l’investissement pour le cas des compte 294 sont construits en pisé (toub).l’investissement à Bouira : lescas. Les années passaient et les sont en cours de réalisation et 127terrains gérés par l’Aniref et enfin, Ce matériau utilisé se détériore avec leexpropriés continuaient à exploiter zones d’activité que la wilaya se ne sont toujours pas lancés. Etles walis pour les terrains temps et exige un entretien permanent etleurs terres et même pour certains, proposait de créer. Nous pensons lorsqu’on sait que même lesdomaniaux ou situés hors des régulier. Certains ksour tels Tamentit,à la ZA de M’chédallah qui tarde àà y habiter puisqu'ils ne furent promotions immobilières — Dieuzones suscitées. Tmasekh sont millénaires et classésjamais délocalisés. Résultat des voir le jour, celle d’El-Esnam, d’El- sait qu’elles occupent la part duCe qu’il convient de soulever, patrimoine national.courses : aujourd’hui, après des Hachimia, etc. Nous pensons lion dans ces chiffres — sontc’est que ces opérations de mise On retrouve dans certaines habitationsdizaines d’années, ces mêmes également à ces communes qui considérées comme étant desen adjudication des terrains publics des plafonds réalisés en troncs de palmier.propriétaires réclament une souffrent d’insuffisance de l’offre projets d’investissement, onprend beaucoup de temps pour Toutes ces maisons possèdent une terrasseréévaluation de «leurs» terres et de foncière publique, comme Haizer,leur aboutissement ; ce qui influe comprendrait aisément de quel et sont regroupées autour d’une gasba,«leurs» demeures pour Ahnif, Saharidj et tant d’autres.
négativement sur l’investissement investissement il s’agit au niveau sorte de clôture qui servait de protectionl’évacuation des lieux. Aussi, Cependant, pour le cas de la de la wilaya de Bouira.et décourage les investisseurs. contre d'éventuels ennemis autour delorsque le ministre de l’Industrie et commune d'Ahnif, il y en a de cesPour preuve, les textes Actuellement, parmi les rares laquelle était creusé un immense fossé ahfirde la Promotion de l'investissement bizarreries qu’aucune analyse ni
d’application de l’ordonnance projets en cours de réalisation et pour empêcher toute intrusion. Aujourd’hui,avait décidé d’allouer en 2007 une réflexion ne peut comprendre ni04/08 ont mis 8 mois après la qui méritent une certaine attention, on le distingue encore dans les ksour deenveloppe conséquente pour la même en saisir le sens. publication des textes de base, soit figurent ceux que Rebrab réalise Baâmar, Mansouria. L’électricité et l’eauclôture et la viabilisation de cette
le mois de mai 2009. Et même sur des terrains qu’il a acquis avec existent. Seul l’assainissement fait défaut etzone, des oppositions ont apparu Il était une fois desaprès la publication de ce décret, son propre argent : l’hypermarché les gens ont recours à des fosses perdueset les travaux ont dû êtrel’inventaire instauré par ces textes investissements et les chambres froides qui sont en en attendant une prise en charge.suspendus jusqu’à nos jours. n’est toujours pas finalisé et les Au début de l’année 2009, le cours de réalisation dans la Les autochtones, soucieux de conserverAujourd’hui encore, les travauxterrains destinés à être mis à la wali, en présence de plusieurs périphérie nord et ouest de Bouira. les traditions et coutumes auxquelles ilsde clôture et de viabilisation ne
disposition des investisseurs ne responsables locaux ainsi que du Pourtant, pour donner un coup attachent une grande importance,sont pas encore achevés, et ce quesont pas encore prêts de l’être. député Ali Brahimi, avait annoncé s’adonnent à la fabrication de poteries, dede pied dans la fourmilière, le walitous les responsables et même leEt dire qu’en ce qui concerne au niveau de la commune d’Ahnif, sandales en cuir... Les enfants des deuxavait annoncé lors d’une journéeschéma directeur existant au
l’investissement, la seule devise lors d’une visite, le lancement de d’étude sur l’investissement sexes passent indéniablement par l’écoleniveau du ministère appellent laqui devait être en vogue est «time coranique où l’apprentissage du coran sedeux projets sur deux terrains nus organisée au mois de févrierzone industrielle de Sidi-Khaledis money» (le temps c'est de fait avec rigueur.et incultes et que leurs dernier la création d’un centre dedans la wilaya de Bouira n’existel’argent) ! On est loin du compte en Chaque ksar est représenté par un saint,propriétaires se proposaient sur facilitation à l’investissement quiréellement pas puisque laAlgérie. Particulièrement à Bouira. enterré dans une rawda, sorte de petiteplace de vendre pour les devait regrouper tous lesdélimitation n’est pas encore faite,
coupole dont la fête est célébrée une foisinvestisseurs. Quelques semaines partenaires et autres organismes25 ans après sa création. Tout cela
par an : ziara où les groupes folkloriquesplus tard, nous avons rapporté qui interviennent dans le créneaumet l’investisseur dans une
Une zone industrielle paradent. Aujourd’hui, certaines habitationsl’intérêt que portait Rebrab pour ce afin de créer une sorte de guichetsituation des plus complexes et le
devenues trop vétustes, donc dangereuses,propriété d’un centre terrain qui devait abriter un unique qui faciliterait la tâche auxrend otage d’une certaine
sont abandonnées au profit de logements end’études et d’urbanisme de complexe de montage de porteurs de projets et autresbureaucratie et d’une mauvaise
dur. Il est temps d’agir afin de sauvegarderBlida (!?) gestion. Et l’on continue de se véhicules industriels. A côté de ce investisseurs. Quatre mois sont
ce qui reste de ce trésor aux valeurs
A Bouira, on a crié sur tous les demander pourquoi les terrain, un autre devait abriter un passés depuis et nous ignorons le
inestimables.complexe de sidérurgie sort qui a été réservé à ce centre.toits que l’année 2010 sera l’année investisseurs ne viennent pas à
E.H.S.
de l’investissement. Mais ça en a Bouira ? «J’ai totalement appartenant aux Chinois. Plus de Y. Y.