La lithosphère et la tectonique des plaques - Cours de SVT 4e
5 pages
Français

La lithosphère et la tectonique des plaques - Cours de SVT 4e

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Très bon cours sur la tectonique et la lithosphère des plaques. Vous comprendrez mieux le fonctionnement de la terre et les différentes conséquences géologiques des plaques tectoniques avec ce cours de quatrième.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1 258
Langue Français
Chapitre 2 : La lithosphère et la tectonique des
plaques    Les séismes se produisent suite à des contraintes accumulés dans les roches qui ne sont pas les mêmes pour toutes les régions du globe. Certaines zones sont dites « à risque ». Comment l’expliquer ?  
    Quelles informations nous apporte l’étude de la répartition des séismes, des volcans et des chaines de montagnes ?  
  Les séismes se répartissent sur des lignes qui dessinent des limites. Les volcans suivent la même répartition sauf les volcans effusifs qui se situent hors des zones de forte sismicité. Les reliefs suivent la répartition des zones de séismes. Les reliefs océaniques correspondent principalement aux dorsales ce qui coïncide avec les zones de sismicité.   Les cartes montrent que les volcans, reliefs continentaux et sous-marins et séismes sont alignés. On a des lignes d’activité géologique qui concentre les contraintes tectoniques et qui délimitent des zones géologiquement moins actives : c’est la délimitation des plaques tectoniques.    De quelles observations est venue l’idée de la mobilité des continents ?    Wegener est le premier à s’intéresser au mouvement des plaques. Il dispose de plusieurs arguments :  1er (zone, peu profonde, de le tracé géographique des côtes et le talus continental argument : nature continentale, immergée.).  2èmeargument : Présence de fossiles identiques sur des continents différents.  3èmeargument : Traces de glaciations anciennes qui coïncident.  4ème Argument de nature lithologique : même roches sur différents continents (vieux : argument bouclier continentaux).  Le principal argument contre cette hypothèse est que les forces invoquées par Wegener comme moteur du mouvement des continents est 100 000 fois trop faible. Holmes reprend l’hypothèse de Wegener en émettant l’hypothèse d’un plancher océanique basaltique et que le mouvement est provoqué par un mouvement de convection.   
  Une cellule de convection                                     Matériau Assez peu  Visqueu                                      
Sourc   Les matériaux mantellique ne sont pas fluides mais solide. Apport de l »hypothèse de Hess : l’étude de la topographie des fonds océaniques a permis à Hess de proposer que l’ascendance du magma ait lieu au niveau des dorsales.    il défendait l’idée d’uneWegener en 1915 publiait une théorie de la « dérive des continents » : mobilité des continents sur la base de la complémentarité des tracés des côtes (entre autres). Le moteur de cette mobilité restait cependant à déterminer. Holmes propose qu’il s’agisse de la convection des matériaux. Ces idées sont complétées par Hess en 1962 qui suggère que les dorsales soit le lieu de formation de la lithosphère océanique et l’axe d’un double tapis roulant.       Que nous apprend l’étude des champs magnétique rémanents des roches continentales sur leur
passé ?  
  pour un continent au cours du tempsLa variation de la position apparent du paléopole magnétique indique que si le pôle est resté immobile le continent c’est déplacé. Comme les déplacements apparents des paléopoles magnétiques ne sont pas identiques selon des continents étudiés, ont déduis que les continents se sont déplacés les uns par rapport aux autres.         
   Que nous apprend l’étude des champs magnétique rémanents des roches océaniques sur leur passé ?   
  Les anomalies magnétiques c’est quand on est au-dessus ou en dessous de la normale. Elles sont réparties de façons symétriques et parallèles depuis l’axe de la dorsale. Celui-ci est positif (normal) car nous sommes dans une période normale. Sur le schéma suivant ir = rmal (+) et blanc = inverse(-) :
 
Du basalte océanique c’est formé en continu à l’échelle des temps géologiques à l’axe de la dorsale.
Le basalte nouvellement formé se situant juste sur cet axe, les basaltes sont d’autant plus anciens qu’ils sont loin de l’axe. On observe ainsi de part et d’autres de la dorsale des bandes de basaltes symétriques et parallèles. Le basalte formé pendant les périodes de champ magnétique inversé apparait comme une anomalie magnétique négative par rapport à la moyenne tandis le basalte formé pendant les périodes de champ magnétique normal apparait comme une anomalie magnétique positive. La formation de lithosphère océanique à l’ace des dorsales s’appelle l’accrétion océanique.  
    1   Comment reconstituer le déplacement des plaques lithosphériques à partir de l’étude des sédiments océaniques ?   La datation des sédiments qui reposent directement sur le plancher océaniques basaltique permet de dater sa formation c’est-à-dire le moment où il a été créé sur l’axe de dorsal. On peut donc reconstituer le déplacement passé des plaques lithosphériques de part et d’autres de la dorsale.  2  Voir feuille Analyse de document !   Les volcans alignés ont tous une origine unique : un point chaud correspondant à une remontée de matériel mantellique d’origine profonde qui provoque sa fusion partielle et l’émission de lave de composition basaltique. Le déplacement apparent du volcanisme est en réalité un déplacement de la plaque lithosphérique puisque cette remontée de manteau à lieu en un point fixe. Le déplacement de la plaque peut donc être suivi de manière absolue.    Le suivi par GPS (global positionning system) sur plusieurs années du positionnement d’un point de la surface terrestre fait apparaître une modification de sa latitude et de sa longitude de l’ordre de quelques centimètres. Ceci mesure le déplacement de la plaque lithosphérique en temps réel et il s’agit d’une mesure absolue du déplacement.           
 
 (  La détermination du déplacement de chaque plaque lithosphérique permet d’élaborer un modèle de cinématique global. Ceci permet de mettre en évidence différents types de frontières de plaques.  
 - divergente (entre la plaque nord-Américaine et Eurasiatique) -convergentes (entre la plaque Nazca et sud-Américaine)
-coulissante (entre la plaque pacifique et nord-Américaine)  
 
 
 
  
(
    
 
Subduction (volcanisme, séisme, fosse océanique)    Collision (haut reliefs, zone continentale) Dorsale océanique (zone océanique, relief sous-marin) Zone de rifting (domaine continental) Faille coulissante