//img.uscri.be/pth/2be8b00567eb7ee8fa3b2d159fabcaa31069a639
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La première motivation de Michel Schweizer a été de travailler sur cette qualité propre aux jeunes être naturels et spontanés d'intégrer dans une production spectaculaire cette matière première pas encore formatée brute de présence traversée par des élans et impulsions que l'entrée dans l'âge adulte n'a pas encore amoindris Car s'ils sont tous investis dans un domaine artistique ils avaient tous soit une pratique du chant soit de la danse puisqu'il était spécifié dans l'annonce qu'ils devaient avoir un talent particulier manière dès le casting de s'inscrire ironiquement au cœur des codes d'une société du showbiz laquelle ils sont rompus pour les déjouer ensuite ces jeunes n'avaient la base aucune expérience du plateau Ainsi Schweizer parle d' amateurs professionnels au sens où ils sont formés une discipline du spectacle tout en étant novices par rapport aux conditions de la scène Cette virginité d'expérience scénique induit deux des paramètres la présence du metteur en scène leurs côtés paradoxalement doublée d'une dimension permissive déroutante quant

De
5 pages

  • cours - matière potentielle : ateliers d' écriture

  • exposé


La première motivation de Michel Schweizer a été de travailler sur cette qualité propre aux jeunes à être naturels et spontanés, d'intégrer dans une production spectaculaire cette « matière première » pas encore formatée, brute de présence, traversée par des élans et impulsions que l'entrée dans l'âge adulte n'a pas encore amoindris. Car s'ils sont tous investis dans un domaine artistique (ils avaient tous, soit une pratique du chant, soit de la danse puisqu'il était spécifié dans l'annonce qu'ils devaient avoir un « talent particulier », manière, dès le casting, de s'inscrire ironiquement au cœur des codes d'une société du showbiz à laquelle ils sont rompus, pour les déjouer ensuite), ces jeunes n'avaient à la base aucune expérience du plateau. Ainsi, Schweizer parle d' « amateurs professionnels » au sens où ils sont formés à une discipline du spectacle tout en étant novices par rapport aux conditions de la scène. Cette virginité d'expérience scénique induit deux des paramètres : la présence du metteur en scène à leurs côtés, paradoxalement doublée d'une dimension permissive déroutante quant à leur partition théâtrale, d'une latitude de jeu inédite. Explication. Le spectacle repose sur une grande part d'improvisation et se situe plus du côté de la performance que du théâtre à proprement parler. Chaque représentation est donc une expérience unique qui se plaît à désacraliser la forme théâtrale et à relativiser la présence du public, à injecter de l'ordinaire quand par exemple les ados montent sur scène en partant du public auquel ils étaient mêlés.

  • approche culturelle

  • théâtre enseignante

  • téléphone portable

  • education artistique

  • recherche des racines du jazz

  • omniprésence du téléphone portable et de l'ordinateur portable

  • collège du val d'arros


Voir plus Voir moins
Fauves
théâtre
ven 20 mai 20h30 e Parvi 14 ans et + 
auves• ichel Scheier do ur cène  lâché e â i es en rare e vr sur u ndees èanueve éâger emunoeyerann ean’â e ée eu rerésenée en ers es émssns éés e « uvee ar ».  uran ee are e a uan réuée nsae e éerveée a sn m à re sur e mne u nus enure es aens e u urae à revenre e une énere nae as enre assae. e seae e e eer à reurs es rerésenans nvenues en émne vvfian nn seuemen nre rear sur une énéran éueée e nmreu és mas auss a nn même e éâre e e rerésenan. a reière otiation de Micel à leur artition téâtrale d’une latitude « redistribuer le iant » sur un lateau Sceier a été de traailler sur cette de eu inédite d’une autre anière « lus rontale » ualité rore au eunes à être naturels lication e sectacle reose sur une de « aire eister le onde etérieur de et sontanés d’intérer dans une rande art d’iroisation et se situe açon lus iifiante et eficiente » ’où roduction sectaculaire cette « atière lus du côté de la erorance ue du l’éclateent du rotocole téâtral reière » as encore oratée brute téâtre à roreent arler Caue a scène deient alors oru où les de résence traersée ar des élans et rerésentation est donc une eérience oinions les idées fleurissent et iulsions ue l’entrée dans l’âe adulte uniue ui se laît à désacraliser la ore s’écanent en alternance aec des n a as encore aoindris Car s’ils sont téâtrale et à relatiiser la résence du séuences lus oniriues aisant lace tous inestis dans un doaine artistiue ublic à inecter de l’ordinaire uand au cant et à la danse uant à la trae ils aaient tous soit une ratiue ar eele les ados ontent sur sur lauelle se tissent les discussions de du cant soit de la danse uisu’il scène en artant du ublic auuel ils aues elle s’auie sur un tete rédié était sécifié dans l’annonce u’ils étaient êlés … Conséuence de ar le ilosoe Bruce Béout à leur deaient aoir un « talent articulier » cette sécificité Micel Sceier intention ne coande d’écriture anière dès le castin de s’inscrire ote our une résence ysiue bien assée ar Micel Sceier d’un ironiueent au cœur des codes d’une ue discrète en ériérie du lateau anuel ui recenserait une soe société du sobi à lauelle ils sont doublée d’une deuièe résence adulte de conseils utiles our des eunes ens rous our les déouer ensuite ianranco Poddie en  aniateur conseils lus et débattus ar les eunes en ces eunes n’aaient à la base aucune se aisant intereller à la olée ar uestion ui se l’arorient en scène eérience du lateau insi Sceier ses « aues » lors des séuences de Micel Sceier eose sur un lateau arle d’ « aateurs roessionnels » rises de arole iroisées Sceier cette counauté articulière aec au sens où ils sont orés à une traaillant à ne as castrer cette ualité ses codes anière de s’adresser les uns disciline du sectacle tout en étant intrinsèue à leur âe de sauaerie et au autres de bouer de se toucer noices ar raort au conditions de de liberté leur encadreent est lus et ses obets afiliés onirésence du la scène Cette irinité d’eérience un accoaneent ue l’eercice téléone ortable et de l’ordinateur scéniue induit deu des araètres  d’une autorité restrictie a subtilité du ortable sans our autant l’éinler ni la résence du etteur en scène à leurs traail est de conserer leur raîceur la stiatiser t dans le êe este côtés aradoaleent doublée d’une et leur naturel Sceier éaleent réinente le téâtre diension erissie déroutante uant est anié de cette nécessité deMarie Plantin • reierer • 020