livret 24hv3
12 pages
Français

livret 24hv3

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : en droit public
  • système contemporain d'enseignement du droit
  • expression des extrémismes aux revendications
  • auteurs du dictionnaire des séries télévisées
  • co-directeur du themis-um
  • idées politiques
  • débats avec la salle
  • débat avec la salle
  • heures droit
  • heures du droit
  • maître de conférence
  • maître de conférences
  • maîtres de conférences

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 63
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Le projet des «24HEURES DUDROIT» est soutenu par les institutions académiques de l’Université du Maine (Université, UFR « Droit, Sciences Economiques & de Gestion », Ecole Doctorale Pierre COUVRAT (ED88) (site du Mans & collège doctoral de Poitiers) & laboratoire juridique THEMIS-UM(EA4333) et organisé avec le concours de l’association COLLECTIFL’UNITEDUDROIT.
Surtout, le projet se veut propre à la communauté universitaire et juridique. Plus qu’une « simple » journée d’études universitaires, les «24HEURES DUDROIT», qui ne renient pas leur implantation mancelle et font ainsi un clin d’œil à l’ensemble des manifestations sportives et culturelles réalisées chaque année en Sarthe, combinent trois moments-clefs distincts et réalisés en priorité par et pour les étudiants juristes de l’Université du Maine ainsi que des cinq sites académiques de l’Ecole doctorale Pierre COUVRAT(Poitiers, Limoges, La Rochelle, Angers & Le Mans).
I.Tout d’abord, les «24HEURES DUDROIT» débutent par une série de conférences -débats dans le cadre du cycle René LEVASSEUR. De nombreux doctorants ainsi que des enseignants-chercheurs en Droit et des spécialistes des médias se réunissent autour de l’examen de l’expression d’idées politiques par le biais des séries télévisées.
Comment le pouvoir et les religions y sont-ils exprimés ? En quoi les séries se prêtent-elles particulièrement à la mise en avant de certains communautarismes ou idées communautaires ? Y parle-t-on (en bien ou en mal) des idées dites extrémistes ? Enfin, quelle est – par ce biais cathodique – la promotion ou la critique éventuelle du modèle démo-libéral ?
II.Second temps en fin de journée, déjà plus détendu, ce sont l’ensemble des étudiants juristes de Licence I à L. III de l’Université du Maine qui sont conviés à participer activement aux «24 HEURES DUDROIT» et ce, après que leurs aînés (Masters et Doctorants) ont participé auxConférences. Dans ce nouveau cadre, et sous l’œil vigilant d’enseignants mais aussi d’étudiants des deuxième et troisième cycles (co-organisateurs), les aspirants au grade de « Licencié en Droit » se rencontrent et se livrent combat – en équipes – autour du thème de l’Unité du droit (et des matières qu’ils auront rencontrées au cours de leurcursus).
Alors, dans des pastiches de jeux (type jeux télévisés et / ou de questions), ils s’affrontent au cœur d’un «Qui veut gagner des DUGUIT? »et ce, jusqu’à la désignation des meilleurs et plus chanceux.
III.Troisième et dernier temps, les «24 HEURES DUDROIT» proposent, sous la direction et l’organisation directe des étudiants et de leurs associations ainsi qu’en partenariat avec diverses institutions de la région Pays-de-Loire ainsi que de sponsors, le premiergala du Droitaux membres de la communauté réservé juridique : universitaires mais également praticiens.
C’est à la fête duDROITque nous voici conviés …. pour «24HEURES».
PR.Mathieu TOUZEIL-DIVINA
UNEJOURNEE,TROISAMBIANCES JURIDIQUES!Au fil de la journée des « 24 heures » vous pourrez à cinq moments-clefs(08.30 – pause rillettes – pause café (vers 15.30) – jeu de l’Unité et 08.30 le 17.11) faire « valider » votre carton de participation.
Ceux qui auront matérialisé ces cinq moments se verront remettre le t-shirt officiel des « 24 heures du Droit » 2011 !
LEMANS,16DECEMBRE2011,UNIVERSITE DUMAINE 08.00 :ACCUEILdesPARTICIPANTSPetit-déjeuner offert aux premiers arrivants Remise des « cartons 24 H » 08.30 :PHOTOGRAPHIEOFFICIELLEde l’ensemble des présents
09.00 :ALLOCUTIONSDOUVERTURE- Présentation de la journée et de ses trois « temps » : ouverture des travaux - Pourquoi « 24 heures » et leur symbolique (y compris en Droit) LaurentPUJOL,Doyen de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques et de GestionFabriceGRÉAU,Professeur de droit privé, Université du Maine, Co-Directeur du THEMIS-UMJulietteGATE& MathieuTOUZEIL-DIVINA,Initiateurs des Conférences LEVASSEUR- Présentation des idées politiques de René LEVASSEURMarieBACLE,Etudiante en Master II – Juriste de droit public (Université du Maine)- Propos introductifs : avant la télé ? Arts décoratifs & idées politiques GillesCOTTEREAU,Professeur de droit public à l’Université du Maine 10.00 :Atelier I. POUVOIR(S)&RELIGION(S),MOTEUR INCONTOURNABLE DES SERIES CATHODIQUESSous la présidence de Mme JulietteGATEMaître de Conférences de droit public, Université du Maine, THEMIS-UM-TheTudors: religion, idées politiques et droit public dans l'Angleterre d'Henri VIII NicolasSILD,Doctorant en droit public à l’Université Paris II Panthéon Assas-BattlestarGalacticaou l’obsession du pouvoir et de la religion ClemmyFRIEDRICH,Doctorant & Chargé de cours en droit public (Univ. Maine), THEMIS-UM-SonsofAnarchy, l’autre conquête du pouvoir JérômeDUVIGNAU,Docteur en droit public de l’Univ. de Pau & des pays de l’Adour, IE2IA
11.00 :Débats avec la salle puis … «PAUSERILLETTES» 11.15 :Atelier II. L’EXPRESSION DIDEES POLITIQUES«COMMUNAUTAIRES»Sous la présidence de M. le professeur MathieuTOUZEIL-DIVINACo-Directeur du THEMIS-UM,Directeur adjoint de l’Ecole doctorale Pierre COUVRAT- Le féminisme au prisme des séries télévisées JulietteGATE,Maître de Conférences de droit public à l’Université du Maine, THEMIS-UMMariedeMAZENOD,Etudiante en Master II – Juriste de droit public ; Université du Maine- Mondialisme et universalisme dansStarTrek:TheoriginalseriesGilles J.GUGLIELMI,Professeur de droit public à l’Université Paris II Panthéon Assas, CERSA-Oz, communautarisme, individualisme & libéralismeAntoninGELBLAT,Doctorant en droit public à l’Université Paris Ouest, associé THEMIS-UM12.15 :Débats avec la salle puis … DEJEUNER(buffet)
14.15 : Atelier III. L’INTERPRETATION DES NATIONALISMESET LAPPROPRIATION DES TOTALITARISMES(NAZISME,FASCISME,ETC.)Sous la présidence de MM. Nils C.AHL& BenjaminFAU, Auteurs duDictionnaire des séries télévisées(Paris, Philippe Rey ; 2011) - Le vampirisme cathodique : de l’expression des extrémismes aux revendications d’une minorité MathieuTOUZEIL-DIVINA,Professeur de droit public à l’Université du Maine, THEMIS-UM-Lost, ou la pop-culture américaine « perdue » entre humanisme et crypto-nazisme, MathieuFERRADOU,Professeur agrégé d’histoire – géographie (Académie de Caen) - Les luttes contre le totalitarisme en pleine guerre froide télévisuelle PhilippeTAOBANE,Doctorant en droit public – Université du Maine, THEMIS-UM15.15 :Débats avec la salle puis … «PAUSECAFE»
15.30 : Atelier IV. QUELLE CRITIQUE DU MODELE SOCIO OU DEMO-LIBERAL? Sous la présidence de Mme WafaTAMZINI& de M. MarcBONINCHI, Maîtres de Conférences de droit public et d’histoire du Droit (Univ. Paris XIII & Lyon III) - Justification de la torture & «24 heures Chrono», Esthétisation et esthétique de l'administration Bush KnutFOURNIER,Etudiant en Master II (Aberystwith University - King's College (London))- Des séries américaines et de laDémocratieenAmériqueVincentREZZOUK,Elève avocat, chargé d’enseignement à l’Université du Maine - Quand l'individualisme prend le pas sur l'intérêt général : le doigt dansl'engrenage! CamilleCRABIERES,Etudiante en Master II - Contentieux privé (Université du Maine) IsabelleCONDE,Etudiante en Master II - Contentieux privé (Université du Maine) - Le démo-libéralisme,« est-ce que ça c’est Palace »? LouisBAHOUGNE,Doctorant en droit public à l’Université de Poitiers, IDP17.00 :ALLOCUTIONSDE CLOTUREMM. Nils C.AHL& BenjaminFAU,Auteurs du Dictionnaire des séries télévisées. 17.15 :COQUETEL18.00 :
Le jeu, présentéinfra,est réalisé en partenariat avec le COLLECTIFL’UNITEDUDROIT. Il se déroule à l’auditorium de l’Université du Maine (Espace de Vie Etudiante (EVE)) avec la participation et l’encadrement de collègues universitaires de l’Université du Maine (et d’autres lieux).23.00 :
Le «GALAduDROIT» aura lieu dans la discothèque «Le Saint ô»(5, rue Saint Honoré).08.00 :PHOTOGRAPHIEOFFICIELLE(bis) de ceux qui auront effectué et survécu aux premières « 24 heures du Droit » 08.30 :PETIT-DEJEUNER(bis)
BUT DU PROJET:faire réviser de façon ludique les étudiants de Licence sur les matières qui les concernent en proposant une optique transversale relevant de l’Unité du Droit. MATERIALISATION: Pour ce faire, six équipes (formées respectivement de huit personnes : 4 étudiants de L1 et 2 étudiants de L2 et 2 de L3) s’affrontent. Chaque équipe porte à cet égard le nom d’un juriste ayant œuvré en faveur de l’Unité du Droit ou le patronyme d’un « Manceau du Droit » (Emile-Victor-Masséna FOUCART; Jean RIVERO& Jean SAVATIER; Marin AMELLON; Florent DESHAYES; Jean CARBONNIERet Louis-Marie LAHAYEDECORMENIN).LESEPREUVES: Il y en a quatre en tout et ce, sur le format de célèbres jeux : I. «JURIDICALPURSUITLes équipes répondent à tour de rôle (une seule » : réponse possible) aux questions posées dans les six matières suivantes : Histoire du Droit ; Droit constitutionnel ; Droit des obligations ; Droit administratif ; Droits européens et Culture et People juridiques (sic). II.«LEJURISTEFAIBLE» : A la manière de l’émission télévisée, 10 candidats sont respectivement interrogés sur les thématiques suivantes : Introduction au Droit (et théorie, philosophie) ; Etudes & métiers du Droit ; Anglais juridique ; Séries tv (en hommage à la thématique du jour) ; Vie politique contemporaine et Institutions juridictionnelles. A la suite de six tours de jeu les candidats s’éliminent eux-mêmes (en votant entre et contre eux) de manière à ce qu’il ne reste que quatre candidats en lice. III. «QUI VEUT GAGNER DESFOUCART? » : A la manière de l’émission télévisée, les quatre candidats sont tour à tour interrogés sur des questions très faciles, moyennes, difficiles et très difficile et ce, portant sur toutes matières juridiques. Les deux meilleurs candidats (ceux qui ont répondu au maximum de questions) peuvent participer à l’épreuve finale. Y existent des « jokers » propres au jeu (50/50 ; appel à un ami, etc.). IV. LAFINALE: «QUESTION POUR UN JURISTE MANCEAU ! » : Comme dans l’émission télévisée, les deux candidats s’affrontent dans un duel juridique et doctrinal. Il pourrait s’agir de portraits de célèbres juristes (droit public et privé).
LEJURY: Pour départager parfois les candidats, assurer l'animation, poser les questions et remettre les prix, un jury est composé comme suit : - MathieuTOUZEIL-DIVINA,Président du Collectif l'Unité du Droit, Professeur de droit public (Co-Dir. du THEMIS-UM;Dir. Adj. ED88)- Professeur FabriceGÉ,Co-Directeur du T -U , Membre du Collectif R AUHEMIS M l’Unité du Droit, Professeur de droit privé - JulietteGATE,Maître de conférences (droit public), THEMIS-UM,membreduCollectiflUnitéduDroit- MagaliBOUTEILLE,Maître de conférences (droit privé), THEMIS-UM- MorganSWEENEY,Vice-Président du Collectif l'Unité du Droit, Docteurendroitprivé(UniversitéParisOuest)- JonathanPROUST,ATER de droit public, Université du Maine
LES"PRIra évouement de notre comité organisateur, les Lauréats dugrand Jeu de l'Unité du Droit seront en outre récompensés comme suit : - les 48 participants des 6 équipes recevront : un "filet CLUDgarni !" avec un magnifique t-shirt "Geek du Droit" et quelquesgoodies"Le Gaulois" offerts par nos partenaires. - les 08 gagnants de l'équipe lauréate seront gratifiés de lots supplémentaires (goodiesdes partenaires et invitations auSpeedParkdu Mans).- les 04 gagnants du jeu dit du " Juriste faible " se verront offrir desouvragespar les EditionsLexisNexis.- les 02 finalistes, en outre, recevront des ouvrages sur l'Université du Maineet l'Initiation au Droit(dir. MTD) dédicacés par quelques auteurs ... … ainsi qu'une invitation à la patinoireCityglace.- Enfinle (ou la) grand(e) finaliste se verra offrir, en plus de tous les prix précédents : l'ouvrage d'Initiation au Droitsigné par plus de 30 contributeurs ; un abonnement à l'une desrevues LexisNexisqu'un repas pour deux au ainsi restaurantla Tagliatella.
LeCollectiforganisateur des24 heures du Droitest une association à but non lucratif, personne morale de droit privé, composée de juristes mais aussi - et surtout - une très belle aventure humaine. Selon ses statuts, leCLUD "repose sur l’échange, le partage, la recherche et l’information mutuelle de ses membres et sympathisantsCollectif est en ce sens." Le formé "de juristes essentiellement universitaires (mais aussi praticiens) convaincus de la nécessité impérieuse de (re) créer des liens entre privatistes, publicistes et historiens (et réciproquement) et de militer contre l’autonomisation des branches du Droit". En outre, par-delà le cercle des juristes, "le CLUD, convaincu de la richesse des échanges et de la nécessité de l’interdisciplinarité, a également vocation à partager sur ses thématiques de réflexions avec des non-juristes". Les objectifs du CLUDsont ainsi principalement doubles : d’abord, et toujours selon nos statuts, il s’agit de "permettre et de provoquer l’association d’universitaires persuadés d’une nécessaire collaboration des juristes de droits public et privé ; cet objectif se matérialisant notamment par la publication de manuels ou l’organisation de manifestations et de colloques visant à promouvoir l’Unité du Droit". En outre, les membres du Collectif sont "des hommes et des femmes déterminés à faire progresser le système contemporain d’enseignement du droit. Ils sont ainsi convaincus que la méthodologie universitaire est à réinventer ou tout du moins à adapter au profit de la science et des étudiants". Le CLUDdonc ni une énième association d’étudiants ni une association n’est d’enseignants : il s’agit, au contraire,d’un groupement volontaireet engagé d’enseignants,juristes de et d’étudiantstous membres de la même collectivité universitaire. Le Collectif s'est ainsi construit autour de ces deux piliers fondateurs (promotion et réflexions relatives à l'Unité du Droit et propositions et critiques destinées à la progression continue du système d'enseignement du Droit en France) et ce, à partir de 2002 de manière informelle puis, en 2004 de façon officielle. Pour nous contacter et / ou nous rejoindre :
www.unitedudroit.org/contact@unitedudroit.org
Extrait de l'ouvrage "Initiation au Droit ; introduction encyclopédique aux études & métiers juridiques" (article de MM. LOISEAU& TOUZEIL-DIVINA)(Paris, LGDJ; 2011 ; p. 241) :
"QUEST-CE QUE LECLUD(...)?UN OBJET JURIDIQUE NON IDENTIFIE?
Peut-être ! Avant tout, leCollectifest une association régie, en tant que telle, par le contrat type issu de la Loi du 01 juillet 1901. Depuis sa création (initiée en 2002), elle a pour but «l’échange, le partage, la recherche et l’information mutuelle de ses membres et sympathisants » (article 01 des statuts associatifs). Cette réflexion collective porte alors sur le Droit (de façon générale) et non sur un domaine en particulier d’où l’emploi de l’expression polysémique d’Unité(s) du (des) droit(s). Son fondateur et ses re-fondateurs sont en effet convaincus qu’avant de mettre un qualificatif (public, privé, positif, historique,etc.), c’est le substantif « Droit » qu’il faut magnifier.
PREMIER PILIER:LUNITE DUDROIT PAR-DELA LACADEMISME.
LeCollectifcherche en ce sens, depuis 2004 (et de façon plus active depuis 2009), àlutter contre le cloisonnement académique des matières et des branches du Droit par un dialogue constant instauré non entre spécialistes d’un même ensemble et tous, par exemple, universitaires mais entre théoriciens, universitaires, praticiens, politiques,etc.Fondé le 13 mars 2004 (soit deux cents ans jours pour jours après la Loi du 22 ventôse An XII instituant nos Facultés de droit), leCollectif a pour vocation de rassembler des juristes de toutes origines convaincus du nécessaire rapprochement des droits et de leurs enseignements dans une unité et non dans leurs seules spécificités. Alors, le dialogue instauré veut-il dépasser les frontières des Facultés et des « sections » (d’histoire du droit, de droit public ou privé,etc.). Le CLUD, à cette fin, n’entend ni oublier ni sous-estimer l’importance de l’Histoire, de la théorie ou encore de la philosophie du Droit, trop souvent délaissées au profit du seul droit positif triomphant. LeCollectif est ainsi persuadé que le métissage juridique est nécessaire. Enfin, l’association ne se veut pas réservée à une parole sublimée et supposée évangélique ou mandarinale et réservée à des universitaires titulaires et agrégés des Facultés de Droit. Initialement fondée par un doctorant convaincu du service public de l’enseignement et de la recherche prêt à s’y investir, l’association reflète encore, y compris dans ses statuts,un dialogue permanent entre l’ensemble des acteurs volontaires de la communauté juridique(universitaire et praticienne). A cette fin, la Présidence duCollectifest-elle multiple et tend-elle à représenter non seulement lasumma divisiopublic / privé mais encore l’intégration au processus de décision d’une Présidence « étudiante » précisément réservée aux usagers du service public concerné.
SECOND PILIER:LA PROMOTION DU SERVICE PUBLIC DE L’UNIVERSITE.
LeCollectif ne s’intéresse pas qu’à la notion éponyme d’Unité du Droit. Par ses manifestations (colloques, publications, ateliers, journées d’études, ouvrages,etc.), il met également ses moyensau profit du service public de l’enseignement supérieur et de la rechercheet de sa promotion. Il se bat pour lui et pour son amélioration. Il recherche constamment (critique et propose) tout ce qui pourrait être fait pour que le système d’enseignement du droit se perfectionne et ce, au profit de tous les membres de la communauté universitaire (enseignants-chercheurs, usagers (étudiants) et personnels administratifs). L’association est ainsi profondément attachée et attentive à l’enseignement juridique au sein des Facultés devenues UFR de Droit et elle a décidé de faire sienne la maxime d’Edouard de LABOULAYEselon laquelle : «le professeur est fait pour l’étudiant et non l’étudiant pour le professeurEn ce sens, le C ». LUDplace-t-il l’usager au cœur de sa réflexion sur l’avenir et le devenir de l’enseignement du droit ce dont l’initiation encyclopédique– actuellement dans vos mains – témoigne aisément. Le présent ouvrage est en effet et ainsi une matérialisation optimale de la parfaite combinaison des deux piliers, objectifs ou raisons d’être de son existence".