Madame la Ministre, chère Dominique, Monsieur le Ministre, cher ...
13 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Madame la Ministre, chère Dominique, Monsieur le Ministre, cher ...

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
13 pages
Français

Description

  • cours - matière potentielle : préparatoire
  • cours - matière potentielle : l' année
  • mémoire
  • redaction - matière potentielle : la déclaration universelle des droits de l' homme
Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d'Elvira Jaouen Madame la Ministre, chère Dominique, Monsieur le Ministre, cher Alain, Monsieur le Président d'Agglomération, Monsieur le vice-président du Conseil général, cher Jackie, Mesdames et Messieurs les maires, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les représentants des corps constitués Mesdames et Messieurs les responsables associatifs, Mesdames et Messieurs, chers amis Bienvenue à toutes et à tous, partenaires institutionnels, politiques, professionnels, asso- ciatifs, ou simplement, engagés dans la vie collective à Courdimanche.
  • aménagement du bassin de la louvière en parc urbain
  • cadre de la reprise des asl
  • bonheur des hommes
  • bonheur de l'homme
  • enfants du quartier du village
  • voeux aux personnalités - ville de courdimanche - discours
  • association selon les principes de la culture biologique
  • année des arts et de la culture
  • vie
  • vies
  • villes
  • ville

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 96
Langue Français

Exrait

Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
Madame la Ministre, chère Dominique,
Monsieur le Ministre, cher Alain,
Monsieur le Président d'Agglomération,
Monsieur le vice-président du Conseil général, cher Jackie,
Mesdames et Messieurs les maires,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les représentants des corps constitués
Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,
Mesdames et Messieurs, chers amis
Bienvenue à toutes et à tous, partenaires institutionnels, politiques, professionnels, asso-
ciatifs, ou simplement, engagés dans la vie collective à Courdimanche.
En mars 2011, cela fera trois ans que les Courdimanchois auront fait le choix de l’alter-
nance, trois ans que mon équipe et moi-même œuvrons à rendre la ville plus proche de
l’idéal auquel nous aspirons pour nos concitoyens.
Vous l’avez probablement remarqué, nous avons le plaisir d’accueillir un artiste qui a
mis en art la salle dans laquelle vous êtes reçus. Je tiens donc en préambule à remer-
cier chaleureusement José Keravis pour son travail, réalisé spécialement à l’occasion de
cette cérémonie. Il est avec nous ce soir. N’hésitez pas à aller à sa rencontre.
Vous pourrez également découvrir dans les couloirs du gymnase l’exposition « vois ma
ville » réalisée à partir de photos prises par les élèves de notre Collège dans le cadre
d'un projet d’arts plastiques. Merci à Mme Delage, leur professeur et à Mme Mathieu,
leur principale, pour leur collaboration et pour l’énergie déployée à inscrire leur éta-
blissement dans la vie de la cité.
La place accordée ce soir aux arts, n’est pas un simple rituel amorcé l’an dernier, avec
notre exposition sur «la création artistique et l’environnement» mais la rencontre
d’une double volonté.
Tout d’abord, il s’agit de réaffrmer notre attachement, en tant qu’élus et en tant que c-i
toyens, à la place de la culture et des arts dans nos vies.
Et cela semblait indispensable à l’heure où le gouvernement met en place une réforme
des collectivités qui risque de priver les artistes, les associations et de nombreux ac-
teurs culturels des fnancements vitaux.
C’est dans ce contexte, que nous avons réalisé pour la première fois cette année à
Courdimanche les 24 heures de l’art.
- 1 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
En novembre dernier, avec la complicité de Michel Clouin, nous avons associé douze
artistes locaux à un événement inédit à l’échelle de notre territoire.
Cette première édition, entre exposition, vente et performances, a attiré de nom-
breux spectateurs contribuant ainsi au rayonnement de notre ville.
Aligna, artiste présent lors de cet événement nous a d’ailleurs fait le plaisir de laisser
exposées ses feurs recyclées dans le patio du gymnase. De la même façon, la vague
dessinée par José Kéravis sur le mur en face restera dans cette salle. Il s’agit pour nous
de rapprocher l’art, la création de l’ensemble des habitants.
C’est dans ce même esprit que nous avons souhaité faire de 2011 l’année des arts et
de la culture à Courdimanche.
Car il y a à mon sens un lien fort entre l'art et la politique.
L’art nous permet en effet de voir le monde qui nous entoure d’une façon sensible et
particulière, l’art nourrit notre imaginaire, permet d’esquisser les contours d’un monde
idéal.

En ce sens l’art est " utopie", et l'utopie nourrit la politique...
Et pour cette première cérémonie de voeux de notre agglomération Cergy pontaine,
pour ce moment de fraternité partagé qui nous réunit tous les ans, je voudrais, mes
chers amis, vous faire part de l'état d'esprit qui m'anime en ce début d'année 2011.
L'année dernière, à la même époque, je vous faisais part de mon indignation face à l a
faillite d’un système qui laisse sur le côté les plus fragiles...
Aujourd’hui, tout juste un an après, je souhaite vous dire mon espoir en observant au
quotidien le frémissement d’un monde qui change, à travers un mouvement de fond
qui unit nos concitoyens, venus d’horizons différents mais travaillant ensemble à faço-n
ner un avenir meilleur....
Vous avez probablement lu ou pour le moins entendu parler du petit livre «Indignez
vous», sorti en octobre dernier, écrit par Stéphane Hessel, ancien résistant et déporté,
qui a participé en 1948 à la rédaction de la déclaration universelle des droits de
l'Homme.
Cet ouvrage, accessible à tous, écrit dans un style direct, dénonce l'écart grandissant
entre les très riches et les très pauvres, l'état de la planète, la dictature des marchés f-
nanciers, mais encore la course au toujours plus, la mise en danger des libertés, les ac-
quis bradés de la résistance comme les retraites ou la sécurité sociale...
En 30 pages, Stephane Hessel nous invite à une véritable insurrection pacifque.
- 2 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
Qu’un intellectuel de 93 ans, qui a connu les heures les plus sombres de notre histoire,
affrme haut et fort qu’il est en temps d’entrer en résistance, pour que nous puissions
rester fers de notre société, qu’il rencontre un succès de librairie inespéré, qu’il soit
donc largement entendu, cela me rend optimiste !
Optimiste également, à la lecture du grand quotidien national, Libération, qui dans son
édition du 24 décembre dernier recensait toutes les initiatives qui contribuent, à
grande ou à petite échelle à améliorer le monde qui nous entoure.
Nombreux sont celles et ceux, qui refusant le fatalisme et le désenchantement, se sont
engagés à contribuer au mieux-être collectif : militants, chefs d'entreprises, président s
d'associations, patrons d'établissements publics, collectifs d'enseignants.... Et s’ils ne
changent pas encore le monde, ils participent au changement dans leurs quartiers, dans
leurs entreprises...
Restos du coeur ou encore micro crédit, ces initiatives individuelles de solidarité dont
plus personne ne songerait maintenant à contester le bien-fondé sont elles aussi issues
de cette mouvance altruiste.
Alors oui, aujourd’hui, je veux être optimiste sur notre capacité à porter un idéal de so-
ciété meilleure.
Et l’idéalisme ne s’oppose ni au pragmatisme ni à la rationalité.
Lors de son discours à Agadir, le 1er novembre dernier, le directeur du FMI déclarait :
« l'inégalité se heurte aux idéaux de justice et de solidarité, mais elle menace aussi la
stabilité économique et sociale »
Alors oui, si même au niveau international, si dans les plus hautes instances de l'écono-
mie mondiale l’idée d’une société plus juste progresse et que ceux qui s’élèvent pour
réclamer une régulation économique mondiale sont de plus en plus nombreux, j’affrme
qu’il est raisonnablement ambitieux de vouloir agir pour changer la société, pour la
rendre plus juste et plus solidaire, de tendre vers l’idéal en agissant sur le réel.
Je voudrais, dans cette optique, partager avec vous l’exemple du Bonheur Intérieur Brut
dont la presse s’est fait écho il y a quelque temps. Il s’agit d’un indicateur alternatif a u
Produit Intérieur Brut, inventé par le Bhoutan, petit pays d’Asie entre Chine et Inde, re-
posant sur 4 principes fondamentaux:
* la croissance et le développement économique ;
* la conservation et la promotion de la culture ;
* la sauvegarde de l'environnement et l’utilisation durable des ressources ;
* La bonne gouvernance responsable
- 3 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
Rien que des choses de bon sens en apparence !
Et pourtant ce modèle interpelle au point que l’université anglaise de Leicester réalise
en 2006 une carte mondiale du bonheur. Sur celle-ci, la France se positionne à la 62ème
place : c’est dire notre marge de progression.
Il n’est bien entendu pas question de recevoir ces démarches comme des solutions clés
en main pour une gouvernance idéale de nos pays, mais plutôt comme la preuve qu’il
existe des modèles de développement et d’évaluation différents, anciens et viables.
Et le bonheur ne semble pas incompatible avec la réussite économique telle que nous la
mesurons habituellement puisque le Bhoutan a connu une croissance moyenne de 7%
par an sur la dernière décennie.
A mon sens, l'idée d'une société qui prend en compte le bonheur de l’Homme est une
belle utopie.
Cette piste, comme d’autres, reste dans tous les cas à explorer à l’heure où la crise
économique interroge avec une grande acuité nos modes de gestion.
L’année dernière, ici même, je vous parlais de la crise qui éprouve durement les états et
impacte le monde du travail. Je pourrais aujourd’hui vous adresser quasiment le même
discours sans qu’il paraisse déconnecté de l’actualité.
Si la croissance semble devoir repartir à la hausse, même mollement, cela n’est pas né-
cessairement suffsant pour se réjouir. Le contexte international est toujours marqué
par les diffcultés des pays européens qui ploient sous le montant de leurs dettes et
pour lesquels les nombreux sommets politiques n’ont rien pu faire ;
Et même en Chine, malgré un très fort dynamisme économique, la recrudescence de
suicides dans les entreprises et les grèves à répétition ont révélé le malaise des nou-
velles générations d'ouvriers, signes supplémentaires de l’essouffement d’un système
globalisé et inégalitaire.
Et en France, quelle évolution ? Alors que la crise devrait nous inciter à nous rassem-
bler pour affronter les épreuves, le gouvernement est passé de l’ambigu débat sur
l’identité nationale à l’insupportable chasse aux Roms.
Il semble vouloir s’acharner à chercher des bouc-émissaires plutôt qu’à offrir de vér-i
tables solutions aux français.
Le maintien des inégalités fscales met en danger le budget de de notre pays.
- 4 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
Faut il le rappeler, les collectivités locales ont l’obligation de voter des budgets en équi-
libre. En conséquence, les villes, départements et régions ne peuvent en aucun cas ac-
cumuler un défcit comme c’est actuell le cas pour l’état !
Ainsi, la solution trouvée par celui-ci a été de geler les dotations, avec pour effet d e
couper les vivres aux institutions qui sont les plus proches des français et de leurs be-
soins.
Par ailleurs, la réforme des hôpitaux, le non renouvellement d’un fonctionnaire sur
deux tout comme la réforme des retraites sont autant d’éléments qui viennent re-
mettre en cause notre système social et le rôle de l’Etat tel que nous le concevons ;
égalitaire et protecteur.
Même l’école, facteur de promotion sociale peine à remplir son offce. Et la suppres-
sion annoncée pour la rentrée prochaine de 16000 postes notamment en élémentaire,
ne donne guère d’espoir.
La logique de gestion dont je parlais plus tôt touche tous les secteurs. C’est l’esprit
même du capitalisme fnancier qui est venu polluer l’ensemble de notre société. Il est
temps de remettre la politique et l’économie au service de l’homme et cesser de cal-
quer nos modes de fonctionnement sur les besoins d’un système libéral.
Des solutions nouvelles apparaissent et laissent à penser qu’une alternative est pos-
sible. Les banques solidaires et les placements éthiques, (hé oui, cela peut faire sourire ,
mais banque et responsabilité sociétale peuvent quelquefois co-exister) l'investissement
socialement responsable, le développement des SCOP, l’économie sociale et solidaire
sont annonciateurs d’ espoir.
La question est donc la suivante : comment pouvons-nous donner plus de vie et d’hu-
manité à nos politiques publiques ?
Mon équipe et moi-même n’attendons pas des lendemains qui chantent pour agir. Nous
tentons modestement d’inscrire Courdimanche dans cette ambition de créer une so-
ciété meilleure car le niveau local est une bonne échelle pour amorcer le changement.
Certes, nous ne sommes pas au Bhoutan, et nous n’avons pas encore l’intention de fer-
mer nos frontières... mais la proximité avec les Courdimanchois, la force des liens tissés
nous permettent d’agir très concrètement.
Je suis persuadée que la disponibilité, la sérénité, l’écoute, la bienveillance contribuent à
la construction d’une société apaisée et ce sont des qualités que mes élus et moi-
même nous efforçons de mettre en œuvre au quotidien.
- 5 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
Mais concrètement, où en sommes nous à Courdimanche dans l’avancée de notre pro-
jet municipal pour construire une ville solidaire, une ville durable, une ville qui prépare
l'avenir ?
Avec Roselyne Drouin, pour la solidarité au quotidien, nous veillons tout d’abord à une
présence permanente sur le terrain et à une grande réactivité.
Nous avons par exemple activé notre cellule de veille hivernale lors des dernières in-
tempéries pour s’assurer que nos anciens ne manquaient de rien.
Le système mis en place avec les requêtes internautes nous permet aussi de prendre
en compte dans les meilleurs délais les différents problèmes auxquels nos concitoyens
peuvent se trouver confrontés.
Dans le même esprit, et toujours accompagnée d’un élu, je reçois les habitants, lors
d’une permanence, un samedi matin par mois, en mairie ou en mairie annexe.
Et c’est aussi pour avoir une plus grande proximité avec nos concitoyens que tous nos
conseils municipaux sont décentralisés dans les différents quartiers.
A chaque séance, et en fonction de l’ordre du jour la parole est donnée au public.
Nous avons également mis en place des temps de médiation pour régler sans tarder les
différents problèmes de voisinage ou tout simplement démêler des situations dans les-
quelles l’intervention de l’institution peut ramener la sérénité.
Enfn, pour les situations les plus complexes, nous avons mis en place une permanence
juridique gratuite, une fois par mois, qui répond à une véritable attente.
Alors que nos concitoyens sont durement touchés par la crise, et Alain Wurtz, délégué
à l’emploi, en sait quelque chose, dans son secteur, la municipalité fait son possible
pour accompagner les courdimanchois au quotidien.
Ainsi, grâce à l’aide aux loisirs, ce sont plus de 50 familles qui ont pu bénéfcier en 2010
d’une aide pour pouvoir offrir à leurs enfants une activité sportive, artistique ou cult-u
relle. Je suis certaine que ce type d’actions contribue à la cohésion de notre commu-
nauté.
Créer de la convivialité, du lien entre les habitants permet de vivre une ville plus soli-
daire.
Dans ce domaine, Sandra Popiéluch-Nguyen mène une politique active auprès de tous
nos seniors. Pour cela, nous souhaitons intégrer nos ainés de façon pleine et entière à
la vie de la cité. C’est notamment le but de la première sortie intergénérationnelle qui
aura lieu le 15 janvier prochain au grand REX et permettra à près de 100 courdiman-
chois de tous âges de se retrouver pour un moment culturel
- 6 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
Nous voulons une ville durable, et c’est aussi pour cela que l’environnement est une
des préoccupations majeures de ce mandat grâce notamment au dynamisme et à l’im-
plication de mon adjointe au Développement Durable et à l’économie solidaire, Syl-
vette Amestoy.
Aujourd’hui ces efforts sont récompensés.
La ville de Courdimanche a en effet été distinguée par deux fois au cours de l’année
2010.
Elle est tout d’abord arrivée en seconde place dans l’édition française du concours «ca-
pitale de la biodiversité» lancé par l’union européenne et organisée en France par Na-
ture Parif.
Le miel des ruchers municipaux a également reçu la médaille d’argent du concours ré-
gional de l’ADAIF.
Je vous invite d’ailleurs à venir le goûter sur le stand prévu à cet effet !
Tout aussi emblématiques pour notre ville, au regard de leur localisation dans le coeur
historique du quartier du village, les jardins familiaux de Courdimanche. Ils verront le
jour dès le printemps et seront gérés par une association selon les principes de la
culture biologique.
Nous sommes fers de ce projet qui permettra la réhabilitation de vieux murs, de
sentes, d’une marre ou encore d’un puit, et qui font partie intégrante du patrimoine
de Courdimanche.

Lorsque l’on parle de ville durable, il est également question de cadre de vie et d’amé-
nagement de l’espace urbain. Avec le groupe de travail sur la sécurité routière, Xavier
Costil ainsi que l'ensemble des élus de quartier, ont obtenus de beaux résultats. Plu-
sieurs aménagements de sécurité ont ainsi vu le jour dans la ville.
Nous avons par exemple, installer un plateau de surélévation au carrefour du boule-
vard des chasseurs et de la rue du fef à Cavan avec le soutien fnancier de la réserve
parlementaire de notre sénateur B.Angels,
Avec Pascal Houeix, élu à l’Habitat, nous avons également , dans le cadre de la reprise
des ASL, créé une zone de rencontre au clos de la Saussaye, où la vitesse est réduite à
20km/h et où les piétons ont la priorité sur les autres usagers.
En la matière , 2011 sera plus particulièrement consacrée à la circulation et au station-
nement, poursuivant ainsi notre engagement de privilégier les circulations douces.
- 7 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
A noter également, pour l’année à venir et avec une prise en charge fnancière de la
communauté d’agglomération, l’aménagement du bassin de la Louvière en parc urbain,
avec la création concertée d’une troisième aire de jeux pour enfants.
Enfn, le conseil municipal de décembre a validé le choix des entreprises et notre nou-
veau Centre Technique Municipal devrait voir le jour cet été. Il était important de don-
ner à nos agents un outil adapté à l’ampleur de leur travail et à l’exigence de nos conci-
toyens en matière de cadre de vie.
Notre ville prépare l'avenir et il s’agit là d’ un autre axe majeur de nos politiques pu-
bliques et c’est pour cette raison qu’une équipe solide m’accompagne dans les do-
maines du scolaire avec Isabelle Thenon, de la petite enfance avec Anne-Claire LeBo-l
loch, de la jeunesse avec Séverine Aubert et du périscolaire avec Francelyse Adam.
Fidèle à mes engagements j’ai toujours considéré qu’il était indispensable de garder vi-
vante l’école historique de notre ville.
J’ai le plaisir de constater que l’important chantier d’agrandissement de l’école André
Parrain, piloté par la Communauté d’Agglomération, ne subit à ce jour aucun retard.
Et en septembre 2011, les enfants du quartier du village feront donc leur rentrée dans
un équipement totalement rénové et agrandi.
Là aussi, pour mener à bien ce projet attendu de longue date, nous avons, fdèle à notre
méthode, travaillé en concertation avec les parents d’élèves, les enseignants et les habi-
tants pour obtenir un projet qui, au fnal, fait l’unanimité.
Je profte d’ailleurs de cette opportunité pour remercier également Christophe Pras
(délégué au patrimoine communal – qui ne peut être parmis nous ce soir) et Didier
Dague (Adjoint à l’urbanisme) pour leur travail sur l’ensemble des dossiers d’aménage-
ment structurants de notre ville.
Nous avions à Courdimanche un manque très fort d’équipements, que nous allons
combler progressivement au cours de ce mandat. Je pense notamment au tennis cou-
verts où encore au 2 ième terrain de football, qui verront le jour grâce aux participa-
tions fnancières de nos partenaires, Région, Département et Agglomération de Cergy
Pontoise .
Pour en revenir à l’accompagnement à l’éducation, je vais citer trois démarches qui me
semblent emblématiques de notre volonté d’accompagner les parents dans leurs res-
ponsabilités :
Une première, symbolique, avec la remise de dictionnaires à tous les enfants passant au
Cours préparatoire et en 6eme. Il s’agit d’un geste fort de la municipalité qui marque la
volonté de donner à chacun les mêmes outils pour réussir.
- 8 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
La mise en place d’un véritable accompagnement à la scolarité, qui existe déjà, mais
sera renforcé au cours de l’année 2011, afn de faire en sorte que chaque enfant puiss e
trouver le soutien dont il a besoin.
La ville remplit également une mission de conseil et d’orientation auprès des familles ,
notamment dans le cadre du réseau d’appui à la parentalité REAAP et du Point conseil
petite enfance PCPE. Proposer des services est une choses, les rendre réellement ac-
cessibles en est une autre.
Une ville qui prépare l’avenir, c’est aussi une ville qui s’engage pour la culture
Et comme je vous l’ai dit, nous avons choisi de faire de l’année 2011 l’année des arts et
de la culture à la Courdimanche.
Et avec Pascal Craffk, nous travaillons activement sur plusieurs projets.
Tout d’abord, 2011 verra débuter les travaux de la Maison de l’Education des Loisirs et
de la Culture qui devraient se conclure en 2012. C’est un projet majeur qui va per-
mettre à l’ensemble des associations de la ville de trouver une véritable structure pour
accueillir leurs activités. Cela permettra également d’affrmer le statut du quartier de la
Louvière en tant que cœur de ville.
Nous continuerons notre politique en faveur du spectacle vivant, notamment à travers
nos nombreux partenariats avec les structures et artistes de notre territoire (Théâtre
95, L’apostrophe, théâtre en stock, la compagnie de Nil Admirari) qui nous permettront
de maintenir une programmation culturelle riche et variée.
La culture consiste également à faire vivre son patrimoine architectural et mémoriel ce
que nous nous appliquons à faire.
Le chemin de croix de l’église saint Martin a été restauré cet automne et a retrouvé sa
place pour la messe de Noël.
Nous avons également, avec Amar Haddou, mon conseiller pour les questions ayant
trait au devoir de mémoire, souhaité redonner aux cérémonies commémoratives
toute l’attention qu’elles méritent, en s’adjoignant notamment la collaboration du SDIS
pour assurer le protocole et la musique (je les remercie encore pour leur présence à
nos côtés).
L'interprétation d’un poème par des enfants de nos centres de loisirs à l’occasion de la
cérémonie du 8 mai a été très émouvante : c’était la première fois que les plus jeunes
étaient associés à ce moment important de la vie citoyenne.
Je souhaite conclure ce chapitre culturel en évoquant l’inauguration, en décembre der-
nier, de la bibliothèque communale destinée spécifquement aux enfants, au sein de
- 9 -Voeux aux personnalités - Ville de Courdimanche - discours d’Elvira Jaouen
l’école de Louvière. Elle continuera de s’enrichir en 2011 avec le prêt d’ouvrages ou en-
core avec l’organisation régulières de soirées contes.
Si une ville s’enrichit grâce à la culture, elle gagne également en convivialité à travers
une vie associative dense et une politique d’animation riche.
Pour cela, nous avons mis en place un carnaval de la ville, qui a connu un grand succès
en 2010 et qui, je l’espère, sera tout aussi apprécié en 2011.
Nous avons poursuivi notre volonté de re-dynamiser l’ensemble des quartiers avec des
événements spécifques. Notre «Noël à la Louvière», avec la présence du Père-Noël en
personne a été très apprécié par les habitants venus nombreux, même sous la neige.
Malgré, le contexte économique diffcile, nous avons tenu à maintenir au même niveau
l’aide aux associations après l’avoir progressivement augmentée ces deux dernières an-
nées.
Pour la première fois en 2010 , nous avons organisé une conférence budgétaire avec
l’ensemble des membres des bureaux des associations. Il s’agit d’un moment d’échange
particulièrement enrichissant pour soutenir et accompagner l’ensemble des acteurs de
la vie associative qui participent au lien social dans notre ville.
Je profte d’ailleurs de cette occasion pour remercier vivement celles et ceux qui, béné-
volement, donnent de leur temps et de leur énergie au service de l’intérêt général.
Préparer l’avenir c’est également savoir comprendre ce que peuvent nous apporter les
nouvelles technologies . De ce point de vue, avec Christophe Lhardy, qui pilote le dos-
sier de la ville numérique. nous sommes parfaitement accompagnés
En 2010, nos services municipaux sont passés aux logiciels libres. Si cela demande en-
core quelques «réglages», la volonté de réaliser une économie substantielle en s’affra-n
chissant des grands groupes était là aussi un engagement de campagne.
En 2011, alliant nouvelles technologies et développement durable nous étudierons la
réduction des supports papiers au proft des supports numériques et nous testerons,
pour les élus qui le souhaitent, la dématérialisation des conseils municipaux.
Une ville qui prépare l’avenir, c’est une ville qui se préoccupe de bien loger ses habi-
tants.
A Courdimanche, dans l’agglomération, comme sur l’ensemble de notre territoire, le
manque de logements est un problème majeur.
- 10 -