Observations de
32 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Observations de

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
32 pages
Français

Description

  • cours - matière potentielle : la période d' alimentation complémentaire
  • revision - matière potentielle : des lignes directrices concernant les préparations alimentaires d' appoint
  • exposé
  • revision
Point 6 de l'ordre du jour CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 Octobre 2011 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LA NUTRITION ET LES ALIMENTS DIÉTÉTIQUES OU DE RÉGIME Trente-troisième session Bad Soden am Taunus, Allemagne 14 – 18 novembre 2011 AVANT-PROJET DE REVISION DES LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE AU POINT DES PREPARATIONS ALIMENTAIRES D'APPOINT DESTINEES AUX NOURRISSONS DU DEUXIEME AGE ET AUX ENFANTS EN BAS AGE (CAC/GL 8-1991) - Observations à l'étape 3 de la Procédure – Observations de : • BOLIVIE • BRÉSIL • CHILI • CHINE • COLOMBIE • ÉGYPTE •
  • allégations concernant les aliments diététiques
  • préparations alimentaires d'appoint complémentaires
  • base de céréales
  • codex stan
  • préparations alimentaires
  • appoint
  • protéines
  • protéine
  • matières premières
  • matière première
  • aliment
  • aliments

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 43
Langue Français

Exrait

F


Point 6 de l’ordre du jour CX/NFSDU 11/33/8-Add.1
Octobre 2011
PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES
COMITÉ DU CODEX SUR LA NUTRITION ET LES ALIMENTS DIÉTÉTIQUES OU DE RÉGIME
Trente-troisième session
Bad Soden am Taunus, Allemagne
14 – 18 novembre 2011

AVANT-PROJET DE REVISION DES LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE AU POINT DES
PREPARATIONS ALIMENTAIRES D'APPOINT DESTINEES AUX NOURRISSONS DU
DEUXIEME AGE ET AUX ENFANTS EN BAS AGE (CAC/GL 8-1991)
- Observations à l’étape 3 de la Procédure –


Observations de :

• BOLIVIE
• BRÉSIL
• CHILI
• CHINE
• COLOMBIE
• ÉGYPTE
• COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE
• MALAISIE
• NOUVELLE-ZÉLANDE
• PÉROU
• AFRIQUE DU SUD
• ÉTATS-UNIS D’AMERIQUE
• URUGUAY
• GAIN (GLOBAL ALLIANCE FOR IMPROVED NUTRITION)
• IDF (INTERNATIONAL DAIRY FEDERATION)
CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 2
BOLIVIE
La Bolivie remercie le groupe de travail électronique présidé par le Ghana pour le travail qu’il a réalisé et
pour lui donner l’opportunité d’émettre des observations à l’égard du document CX/NFSDU 11/33/8.
Observations spécifiques
4.2.2.1 Les additifs alimentaires et les aromatisants énumérés dans la Norme Codex pour les aliments
transformés à base de céréales destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge (Codex STAN 074-1981,
rév. 1-2006) peuvent être utilisés dans des préparations alimentaires complémentaires, jusqu’aux limites
maximales indiquées dans cette norme. [Aromatisants : éthylvanilline et vanilline (7 mg/100 g RTU au
maximum), extraits naturels de fruits et de vanille, vanille et/ou aromatisants traditionnels peuvent être
utilisés à condition que leur sécurité d’emploi ait été évaluée. ]
Justification : la Bolivia suggère de conserver le texte précédent étant donné que la norme CODEX STAN
074 ne mentionne que les aliments complémentaires à base de céréales ce qui, à un moment donné, pourrait
induire les utilisateurs de la norme à comprendre que l’adjonction d’aromatisants n’est autorisée que pour
les aliments complémentaires à base de céréales.
5.5.1.1 [Les ] principaux ingrédients moulus ou broyés (céréales, graines de légumineuses, farines de graines
oléagineuses), après avoir été mélangés, peuvent être traités par cuisson-extrusion.
Justification : la Bolivie suggère de supprimer la mention « après avoir été mélangés » étant donné que les
ingrédients peuvent être incorporés sous forme de mélange, ou individuellement pour être ensuite mélangés,
avant le processus de cuisson-extrusion.
6.4.2 (Formulation alternative)
Justification : la Bolivie suggère de conserver la formulation alternative de la section 6.4.2.
6.6.2 Les autorités nationales devraient [sont encouragées à] garantir que le total de l’apport en
micronutriments présents provenant des préparations d’aliments complémentaires dans le régime alimentaire
local (dont le lait maternel et/ou les substituts du lait maternel), et d’autres sources n’excèdent pas
régulièrement les niveaux supérieurs applicables aux fixés pour les apports recommandés en
micronutriments pour les nourrissons du deuxième âge et les enfants en bas âge.
Justification : la Bolivie considère que l’apport en micronutriments doit être garanti par les autorités
nationales et pas seulement recommandé.
9.1 (Formulation alternative)
Justification : la Bolivie approuve la formulation alternative dans la mesure où l’utilisation des normes
d’étiquetage pour ces produits est plus claire.
9.2.3 (Formulation alternative)
Justification : la Bolivie considère qu’il n’est pas nécessaire d’expliquer les exigences et qu’il suffit de se
référer à la norme.
BRESIL
Le Brésil est heureux de l'opportunité qui lui est donnée de présenter les observations suivantes concernant
l'Avant-projet de révision des lignes directrices concernant les préparations alimentaires d'appoint destinées
aux nourrissons du deuxième âge et aux enfants en bas âge (CAC/GL 8-1991).
Titre :
LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE AU POINT DES PRÉPARATIONS ALIMENTAIRES
D'APPOINT COMPLÉMENTAIRES DESTINÉES AUX NOURRISSONS DU DEUXIÈME ÂGE ET AUX
1ENFANTS EN BAS ÂGE (CAC/GL 08-1991)
2. CHAMP D'APPLICATION
Les dispositions des présentes directives sont applicables aux préparations alimentaires d'appoint
complémentaires destinées aux nourrissons du deuxième âge et aux enfants en bas âge définies à la section
3.1 ci-après et incluent notamment les bouillies à base de céréales, les produits prêts à l’emploi et les CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 3
fortifiants alimentaires pour une consommation à domicile. Les poudres de micronutriments ne sont pas
couvertes par les présentes lignes directrices.
Observations du Brésil :
En ce qui concerne le champ d’application du document (section 2), le Brésil comprend que le texte
actuel intègre des produits (bouillies à base de céréales et produits prêts à l’emploi) couverts par des normes
Codex existantes, comme la Norme pour les aliments transformés à base de céréales destinés aux nourrissons
et aux enfants en bas âge ou la Norme pour les aliments diversifiés de l’enfance (« baby foods »). Il est aussi
important de tenir compte du fait que le Comité discute actuellement d’une partie B de la Norme pour les
aliments transformés à base de céréales destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge, Codex Stan 074-
1981, rév.–I 2006, pour les nourrissons et les enfants en bas âge en insuffisance pondérale. Par conséquent,
nous estimons qu’il est crucial de mieux définir le champ d’application du document, étant donné que les
catégories de produits couvertes par ces directives ne sont pas clairement déterminées. Nous proposons donc
la formulation suivante pour la section 2 :
« Les dispositions des présentes directives sont applicables aux préparations alimentaires
complémentaires destinées aux nourrissons du deuxième âge et aux enfants en bas âge définies à la
section 3.1 ci-après. Les poudres de micronutriments, formulations de suite, aliments transformés à base de
céréales et aliments diversifiés destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge ne sont pas couverts par les
présentes lignes directrices. »
3. DESCRIPTION
3.1 On entend par préparations alimentaires complémentaires d'appoint destinées aux nourrissons du
deuxième âge et aux enfants en bas âge les aliments [qui sont] destinés à être administrés aux nourrissons au
cours de la période d’alimentation complémentaire.de sevrage et à nourrir les enfants en bas âge, en tant que
supplément du lait maternel ou de substituts du lait maternel et d'autres aliments disponibles dans le pays où
le produit est vendu. Ces préparations ne conviennent pas à l'alimentation des nourrissons avant le début de
la période de sevrage. Elles fournissent Ces préparations sont spécialement formulées avec une qualité
nutritionnelle améliorée. Elles peuvent être utilisées comme complément au régime alimentaire local pour
fournir les éléments nutritifs qui, ou bien font défaut dans les principaux aliments de base, ou bien sont
présents en quantités insuffisantes.
Observations du Brésil :
Le Brésil considère que les préparations alimentaires complémentaires ne sont pas forcément
meilleures, en termes de qualité nutritionnelle, que les autres aliments, transformés ou non, disponibles dans
les différents pays.
C’est la raison pour laquelle le Brésil propose de supprimer la phrase ci-dessous du paragraphe, étant
donné qu’elle est susceptible de causer une confusion sur les caractéristiques qualitatives de ces produits :
« Ces préparations sont spécialement formulées avec une qualité nutritionnelle améliorée. »
4. MATIÈRES PREMIÈRES ET INGRÉDIENTS APPROPRIÉS
4.1 Ingrédients et matières premières de base
Observations du Brésil :
Le Brésil estime que le Comité devrait évaluer s’il est approprié de qualifier les ingrédients dans des
lignes directrices du Codex. C’est pourquoi nous proposons les modifications présentées ci-dessous pour les
points 4.1.3.2, 4.1.4.1 et 4.1.4.2.
4.1.3 Farines et produits protéiques à base de graines oléagineuses
4.1.3.2 Les farines et les isolats produits protéiques dégraissés à base de graines oléagineuses constituent de
bonnes une sources abondante de protéines (50-95 %). [Elles peuvent représenter le constituant protéique
principal des préparations alimentaires complémentaires d'appoint] destinées aux nourrissons du deuxième
âge et aux enfants en bas âge.
Observations du Brésil :
Le Brésil suggère de supprimer le texte barré car il qualifie les ingrédients : CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 4
« 4.1.3.2 Les farines et les produits isolats protéiques dégraissés à base de graines oléagineuses
constituent de bonnes une sources de protéines (50-95 %). »
4.1.4 Aliments d’origine animale Farines de poisson et concentrés protéiques de poisson
4.1.4.1 Les aliments d'origine animale tels que la viande, le poisson, la volaille, le lait et les œufs sont riches
en nutriments et constituent de bonnes sources de protéines de qualité et de micronutriments ; pour autant
que ce soit techniquement possible, leur intégration dans les préparations alimentaires complémentaires
devrait être encouragée. ils devraient être promus pendant la période d'alimentation complémentaire.
Observations du Brésil :
Le Brésil suggère de supprimer le texte barré ci-dessous car il qualifie les ingrédients :
« 4.1.4.1 Les aliments d'origine animale tels que la viande, le poisson, la volaille, le lait et les œufs
sont riches en nutriments et constituent de bonnes des sources de protéines de qualité et de micronutriments ;
pour autant que ce soit techniquement possible, leur intégration dans les préparations alimentaires
complémentaires devrait être encouragée. »
4.1.4.2 Le lait et la plupart des produits laitiers sont riches en nutriments et constituent des bonnes sources
de protéines et autres micronutriments de qualité. Ils sont bénéfiques pour la croissance et le développement
et peuvent être ajoutés aux préparations alimentaires complémentaires. [Les protéines de lactosérum
constituent une source de protéines de qualité facilement disponible dont la biodisponibilité est élevée et
peuvent être utilisées pour augmenter la teneur en protéines des préparations alimentaires complémentaires.]
4.1.4.3 Farines de poisson et concentrés protéiques de poisson Les concentrés protéiques de poisson ont une
teneur en protéines de 70-80%. [La protéine est de haute qualité nutritionnelle et a une teneur élevée en
lysine]. S’ils sont produits dans des conditions appropriés, les concentrés protéiques de poisson sont des
ingrédients acceptables pour les préparations alimentaires complémentaires.
Observations du Brésil :
Le Brésil propose de supprimer les points 4.1.4.2 et 4.1.4.3, car nous estimons que les informations
les plus importantes sont déjà fournies au 4.1.4.1. De plus, il ne semble pas approprié de mettre en avant les
farines de poisson et les concentrés protéiques de poisson car d’autres aliments d’origine animale constituent
d’aussi bonnes sources de protéines que le poisson.
6.1 Aspects nutritionnels (généralités) [Aspects généraux]
6.1.1 6.1.3 Pour la sélection des matières premières et des ingrédients servant à la formulation des
préparations alimentaires complémentaires d'appoint destinées aux nourrissons du deuxième âge et aux
enfants en bas âge, on tiendra compte des dispositions des sections 4 et 5 à 6.1.2 ci-dessus et des éléments ci-
après :
• contenu nutritionnel du régime alimentaire local (dont le lait maternel) de l'aliment de base ;
• teneur en éléments nutritifs du lait maternel et des substituts du lait maternel ;
• habitudes alimentaires ;
• autres aspects socio-économiques déterminés par l'autorité nationale compétente en matière de nutrition ;
• disponibilité et coût des matières premières et autres des ingrédients.
Observations du Brésil :
En ce qui concerne le point 6.1.1, le Brésil estime que la sélection des ingrédients pour la
formulation des préparations complémentaires d’appoint devrait tenir compte, en premier lieu, des aspects
nutritionnels et alimentaires de la population ciblée (à savoir les nourrissons du deuxième âge et les enfants
en bas âge). C’est la raison pour laquelle nous proposons d’inclure l’élément suivant : « état nutritionnel ».
« 6.1.1. Pour la sélection des matières premières et des ingrédients servant à la formulation des préparations
alimentaires complémentaires d'appoint destinées aux nourrissons du deuxième âge et aux enfants en bas âge,
on tiendra compte des dispositions des sections 4 et 5 à 6.1.2 ci-dessus et des éléments ci-après :
* contenu nutritionnel du régime alimentaire local (dont le lait maternel) de l'aliment de base ;
* teneur en éléments nutritifs du lait maternel ou des substituts du lait maternel ; CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 5
* habitudes alimentaires ;
* état nutritionnel ;
* autres aspects socio-économiques déterminés par l'autorité nationale compétente en matière de
nutrition ;
* disponibilité et coût des matières premières et autres ingrédients. »
6.3 Protéines
46.3.2 L'indice d'acides aminés corrigé de la digestibilité des protéines (PDCAAS)] indice d'acides aminés
(précédemment dénommé indice chimique), corrigé conformément à la digestibilité vraie des protéines
brutes, ne doit pas être inférieur à 0,70 70 pour cent de l'indice de la caséine. Des valeurs plus élevées
seraient nécessaires si le calcul de l'indice était fondé, non pas, comme c'est habituellement le cas, sur l'acide
aminé le plus limitant 5, mais sur deux acides aminés clés ou davantage, tels que la lysine, la méthionine, la
cystine, la thréonine et le tryptophane.
Observations du Brésil :
Selon le Brésil, la qualité des protéines sur la base du PDCAAS devrait être exprimée sous la forme
« 0,70 » et non comme pourcentage de la caséine, conformément au document « Besoins en protéines et en
acides aminés dans la nutrition humaine/Série des rapports techniques de l’OMS n° 935 (FAO/OMS, 2007) ».
6.5 Glucides
6.5.1 L'amidon sera souvent l'un des principaux constituants de nombreuses préparations alimentaires
complémentaires d'appoint destinées aux nourrissons du deuxième âge et aux enfants en bas âge. Pour que sa
valeur calorique soit disponible, cet amidon doit être fourni sous une forme facilement digestible. On
trouvera à la section 5 des indications sur les techniques qui permettent d'améliorer la digestibilité des
amidons. Si des édulcorants nutritifs sont utilisés, leur usage devrait être modéré, compte tenu de la
recommandation de la stratégie mondiale sur l’alimentation, l’activité physique et la santé concernant la
1limitation de l’apport de sucres libres .
Observations du Brésil :
Le Brésil suggère d’utiliser les termes « sucres tels que définis dans le Codex Alimentarius et/ou
d'autres édulcorants glucidiques comme le miel » au lieu d’« édulcorants nutritifs », comme le recommande
le Comité du Codex sur les fruits et les légumes transformés (Alinorm 05/28/27 et CX/PFV 04/22/3). Selon
le paragraphe 7 du document CX/PFV 04/22/3 :
« d'autres Comités du Codex préfèrent éviter d'utiliser le terme « édulcorants glucidiques (nutritifs) »,
« édulcorants naturels », etc. pour éviter toute confusion concernant la nature de ces produits étant donné
qu'ils peuvent être décrits différemment par les agences de réglementation et/ou qu'ils peuvent englober des
composés qui sont considérés comme des aliments/ingrédients alimentaires (p. ex. sucres (saccharose), miel,
sirops de fructose (riches en fructose), sucre inverti, concentrés de jus de fruits, etc.) ou des additifs
alimentaires (D-Tagatose, alcools de sucre, etc.). Il y a donc une référence aux « sucres (y compris sirops)
tels que définis dans la Norme Codex pour les sucres, miel tel que défini dans la Norme Codex pour le miel
et édulcorants tels qu'énumérés dans la section sur les additifs alimentaires ».
6.6.3.2 Les vitamines et/ou les sels minéraux devraient être choisis dans les listes consultatives de sels
minéraux et de composés vitaminiques utilisables dans les aliments pour nourrissons et enfants en bas âge
(CAC/GL 10-1979-rév. 2008).
Observations du Brésil :
Concernant le point 6.6.3.2, le Brésil souhaite signaler que la liste consultative (CAC/GL 10-1979-
rév. 2008) présente plusieurs colonnes pour de nombreux produits différents et que les préparations
alimentaires complémentaires n’y figurent pas. Selon le Brésil, le point 6.6.3.2 devrait préciser quelles
catégories de produits du document CAC/GL 10-1979-rév. 2008 doivent être utilisées en référence.

CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 6
9. ÉTIQUETAGE
9.1 Il est recommandé que les préparations alimentaires complémentaires d'appoint destinées aux nourrissons
du deuxième âge et aux enfants en bas âge soient étiquetées conformément à la Norme générale Codex pour
l'étiquetage des aliments diététiques ou de régime préemballés et les allégations les concernant (CODEX
7STAN 146-1985) . et , aux directives Codex pour l’emploi des allégations relatives à la nutrition et à la santé
(CAC/GL 23-1997). Les allégations relatives à la nutrition peuvent être autorisées par la législation nationale
à condition qu’elles aient été démontrées par des études rigoureuses selon les normes scientifiques
appropriées et aux directives concernant l’étiquetage nutritionnel (CAC/GL2-1985 révision 2009).
ou (Formulation alternative pour le 9.1 proposée ci-dessous)
[9.1 Les exigences de la norme Codex générale pour les mentions d'étiquetage et les allégations concernant
les aliments diététiques ou de régime préemballés (CODEX STAN 146-1985), des directives concernant
l’étiquetage nutritionnel (CAC/GL 2-1985) et des directives Codex pour l’emploi des allégations relatives à
la nutrition et à la santé (CAC/GL 23-1997) s’appliquent à l’étiquetage des préparations alimentaires
complémentaires. Le cas échéant, les normes applicables du Codex, comme la norme Codex pour les
aliments transformés à base de céréales destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge (CODEX STAN
074-1981, rév. 1-2006) et la norme Codex générale pour les mentions d'étiquetage et les allégations
concernant les aliments diététiques ou de régime préemballés (CODEX STAN 146-1985) devraient être
prises en considération.]
Observations du Brésil :
Le Brésil souligne que, étant donné que les préparations alimentaires complémentaires sont destinées
aux nourrissons et aux enfants en bas âge, ces lignes directrices doivent tenir compte des recommandations
figurant dans le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel (1981), la stratégie
mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant et la résolution WHA 54.2 de l’Assemblée
mondiale de la Santé (2001). C’est pourquoi le Brésil propose d’inclure une référence à ces documents, pour
plus de cohérence avec les autres normes du Codex relatives aux produits destinés aux nourrissons et aux
enfants en bas âge. Ces références peuvent être incluses dans le champ d’application si le Comité trouve
cette solution plus appropriée. Nous précisons qu’une référence à ces documents figure dans le champ
d'application des normes Codex Stan 72-1981 (rév. 2007) et Codex Stan 74-1981 (rév. 2006).
Nous pensons que le texte alternatif proposé pour le point 9.1 peut s'avérer inapproprié car il
n’indique pas clairement si ces lignes directrices s’appliquent aux aliments à base de céréales couverts par la
norme CODEX STAN 074-1981, rév. 1-2006, étant donné que le champ d’application de ce document n’est
pas encore défini. Par conséquent, la référence à la Norme du Codex pour les aliments transformés à base de
céréales destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge (CODEX STAN 074-1981, rév. 1-2006) peut
créer une confusion.
De plus, le Brésil estime qu’il est nécessaire d’inclure une interdiction relative à l’utilisation des
allégations de santé pour les préparations alimentaires complémentaires, en tenant compte du code
international.
Sur la base des observations ci-dessus, nous proposons de modifier le texte comme suit :
« 9.1 Les exigences du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel (1981), de
la norme Codex générale pour les mentions d’étiquetage et les allégations concernant les aliments diététiques
ou de régime préemballés (CODEX STAN 146-1985), des directives concernant l’étiquetage nutritionnel
(CAC/GL2-1985 révision 2009) et des directives Codex pour l’emploi des allégations relatives à la nutrition
et à la santé (CAC/GL 23-1997) s’appliquent à l’étiquetage des préparations alimentaires complémentaires
destinées aux nourrissons et aux enfants en bas âge. Les allégations relatives à la santé ne sont pas
autorisées. »
9.2.4.4 Concernant les préparations alimentaires complémentaires auxquelles Lorsque, lors de la
formulation du produit, il a été prévu que des lipides, des glucides complexes et/ou des sucres devraient
doivent être ajoutés au moment de la préparation, les instructions d’utilisation doivent identifier les sources
appropriées et indiquer les quantités d’ingrédients à ajouter pour obtenir la teneur voulue en éléments
nutritifs doivent être indiquées. En pareil cas, des matières grasses et des huiles présentant une teneur
appropriée en acide gras essentiels devraient être recommandées.
Observations du Brésil : CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 7
Sur la base du texte du point 9.2.4.4, le Brésil demande des clarifications concernant les exigences
nutritionnelles établies dans la section 6 (Qualité nutritionnelle) : doivent-elles être remplies par l’aliment tel
qu’il est vendu ou par l’aliment prêt à la consommation préparé conformément aux instructions du
fabricant ?
ANNEXE
TABLEAU
Les valeurs INL de référence vitamines et sels minéraux énoncées dans le tableau ci-après comprennent 98
ceux pour lesquels des teneurs en éléments nutritifs ont été établies pour une carence est le plus fréquemment
observée chez les nourrissons du deuxième âge et les enfants en bas âge et servent de guide pour la sélection
et les quantités de vitamines et de sels minéraux dont il faut envisager l'inclusion dans la formulation de à
ajouter aux préparations alimentaires complémentaires d'appoint. Au moment de déterminer quels éléments
nutritifs ajouter, il faut tenir compte des conditions locales, notamment des éléments nutritifs apportés aux
régimes alimentaires locaux par les aliments de base de la région, de l'état nutritionnel de la population visée
et de la législation nationale. Lors de l'addition d'un ou de plusieurs des éléments nutritifs vitamines et sels
minéraux mentionnés, la La quantité totale suggérée de chacune de ces vitamine(s) et/ou de sel(s)
minéral(aux) ajoutée dans une ration quotidienne de préparation alimentaire complémentaire 100 g de
produit (sur la base de la matière sèche) ne doit pas être inférieure à 50 70 % de l’INL aux 2/3 de l'apport 98
quotidien de référence.
Observations du Brésil :
Le Brésil accepte d’inclure un tableau récapitulatif des besoins en vitamines et en sels minéraux,
utilisant l’apport nutritionnel de référence (RNI). Néanmoins, il est crucial d’utiliser les données FAO/OMS
les plus récentes comme source primaire pour établir ces valeurs. Des valeurs pertinentes et récentes reflétant
des évaluations indépendantes des données scientifiques émanant d’organismes scientifiques compétents
reconnus autres que la FAO/OMS pourraient aussi être prises en compte.
CHILI
(i) Observations générales
La délégation du Chili considère que l’avant-projet est très orienté vers la mise au point de préparations
alimentaires complémentaires s’adressant à des populations pour lesquelles les carences nutritionnelles sont
prévalentes. La délégation du Chili suggère que l’orientation du document soit élargie.
Elle suggère également d’ajouter comme matières premières, qu’il est possible d’utiliser, les fruits et
légumes étant donné que, du point de vue technologique et nutritionnel, ceux-ci peuvent être inclus comme
ingrédients complémentaires. Le document devrait s’adresser à des populations plus générales et pas
seulement aux pays les plus exposés au risque de dénutrition.
À la section 5.0 TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT ET LEURS EFFETS, la délégation du Chili suggère
d’inclure des recommandations permettant aux pays d’utiliser d’autres technologies validées pour le
traitement des matières premières et/ou des produits.
Il conviendrait de remplacer dans tout le document le terme « repas » par « portion » en vue d’une meilleure
compréhension.
(ii) Observations spécifiques
- Page 6.
4.1.1.1 Toutes les céréales moulues propres à la consommation humaine peuvent être utilisées à condition
d’avoir subi un traitement visant à réduire, lorsque cela est nécessaire, leur teneur en fibres,...
4.1.4.2 Le lait et la plupart des produits laitiers... [Les protéines de lactosérum constituent une source de
protéines de qualité facilement disponible dont la biodisponibilité est élevée et peuvent être utilisées pour
augmenter la teneur en protéines des préparations alimentaires complémentaires.]
La délégation du Chili suggère de supprimer les crochets et de conserver la phrase proposée. CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 8
4.1.4.3 Farines de poisson et concentrés protéiques de poisson Les concentrés protéiques de poisson ont une
teneur en protéines de 70-80 %. [La protéine est de haute qualité nutritionnelle et a une teneur élevée en
lysine].
La délégation du Chili suggère de supprimer les crochets et de conserver la phrase proposée.
- Page 8.
4.1.5.2 4.1.5.3 Les acides gras [et huiles] partiellement... mer les cr
4.2 Autres ingrédients
Les ingrédients ci-après peuvent être utilisés pour améliorer la valeur nutritionnelle et/ou l’acceptabilité des
préparations alimentaires complémentaires [du produit à condition qu’ils soient facilement disponibles] : et
qu’il ait été prouvé qu’ils conviennent et qu’ils sont sûrs pour le but visé.
Des crochets sont ajoutés à la section suivante : [du produit à condition qu’ils soient facilement disponibles]
à des fins d’évaluation puisqu’elle est considérée comme redondante.
4.2.2.1 4.3.2 Les additifs alimentaires et les aromatisants énumérés dans la Norme Codex pour les aliments
transformés à base de céréales destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge (Codex STAN 074-1981,
rév. 1-2006) peuvent être utilisés dans des préparations alimentaires complémentaires et dans les aliments
destinés aux enfants dans la catégorie des bouillies et des aliments hachés jusqu’aux limites maximales
indiquées...
- Page 10.
5.3.3 Les graines de légumineuses ainsi que les graines oléagineuses telles que soja, [arachide] et sésame,
peuvent être torréfiées sous forme de graines entières ou après trempage préalable. Ce trempage donne des
graines gonflées à texture légère.
L’arachide est mis entre crochets aux fins de l’évaluation de son inclusion puisqu’il s’agit d’un aliment à
potentiel allergisant, principalement pour les enfants de moins d’un an.
- Page 11.
• disponibilité et coût des matières premières et des ingrédients ainsi que leur coût qualité.
La délégation du Chili considère que la qualité des matières premières doit être placée avant leur coût,
surtout lorsqu’il s’agit d’aliments destinés à cette tranche d’âge.
L’utilisation d’huiles comestibles contenant des acides gras polyinsaturés, .dont les acides gras oméga-3 et
notamment l’acide docosahexaénoïque, devrait être envisagée Les niveaux devraient respecter les
recommandations de l’OMS/FAO (Consultation mixte d’experts de la FAO/OMS sur les graisses et les
acides gras dans la nutrition humaine, Genève) s’ils en contiennent sous forme naturelle ou si les acides
gras polyinsaturés sont ajoutés.12
La délégation du Chili considère qu’il conviendrait de supprimer les crochets et d’inclure les modifications
introduites. Il serait pertinent d’insister sur l’orientation ; par conséquent, « devrait être prise en compte » est
remplacé par « devrait être envisagée ». La mention « s’ils en contiennent sous forme naturelle ou si les
acides gras polyinsaturés sont ajoutés » est insérée dans la mesure où la norme doit être considérée pour les
aliments qui, dans leur composition, contiennent des acides gras polyinsaturés ainsi que pour les aliments
auxquels les acides gras sont ajoutés.
- Page 14.
6.5.2 Un apport... il conviendrait de veiller à ce que [La teneur en fibres alimentaires des préparations
alimentaires complémentaires n’excède ne devrait donc pas excéder 5 g par 100 g de produit sur la base du
poids sec.]
La délégation du Chili convient de conserver les crochets puisqu’aucun accord n’a été trouvé en ce qui
concerne l’indication de l’apport en fibres par 100 g sur la base du poids sec de produit.
6.6.2 Les autorités nationales devraient [sont encouragées à] garantir que...
La phrase initiale est plus explicative que celle incluse postérieurement et mise entre crochets. CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 9
- Page 15.
[6.6.3.3 Le choix du composé vitaminique et/ou des sels minéraux devrait tenir compte de sa biodisponibilité
relative dans le support alimentaire, des effets sur les propriétés sensorielles du support alimentaire, de son
coût et de sa stabilité dans le support alimentaire emballé dans des conditions normales de stockage. Le
document de la FAO/OMS Guidelines on Fortification with Micronutrients fournit des consignes spécifiques
dans ce domaine.]15 +
Il conviendrait de conserver la phrase entre crochets et donc de les supprimer. La suppression du terme
« coût » est liée au fait que la qualité des matières premières doit prévaloir sur le coût généré par leur
utilisation.
- Page 16.
[9.1 Les exigences de la norme Codex générale pour les mentions d’étiquetage et les allégations concernant
les aliments diététiques ou de régime préemballés (CODEX STAN 146-1985), des directives concernant
l’étiquetage nutritionnel (CAC/GL 2-1985) et des directives Codex pour l’emploi des allégations relatives à
la nutrition et à la santé (CAC/GL 23-1997) s’appliquent à l’étiquetage des préparations alimentaires
complémentaires. Le cas échéant, les normes applicables du Codex, comme la norme Codex pour les
aliments transformés à base de céréales destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge (CODEX STAN
074-1981, rév. 1-2006) et la norme Codex générale pour les mentions d’étiquetage et les allégations
concernant les aliments diététiques ou de régime préemballés (CODEX STAN 146-1985) devraient être
prises en considération.]
Il conviendrait de conserver la phrase entre crochets et donc de les supprimer.
[e) tout avertissement éventuellement imposé par les normes du Codex ou des textes connexes, ou par la
législation du pays dans lequel l’aliment est distribué.]
Il conviendraisupprimer.
9.2.3 Les informations relatives à l’énergie et aux éléments nutritifs qui figurent sur l’étiquette doivent
comporter les éléments suivants, exprimés par 100 grammes de préparation alimentaire complémentaire
telle qu’elle est proposée produit tel qu’il est proposé à la vente ou distribuée mise à disposition par un autre
biais dans le produit final [, ainsi que par repas quantité spécifiée portion de consommation apport
d’aliments prêt à la consommation. recommandée à la consommation par portion :]
Il conviendrait de conserver la phrase entre crochets et donc de les supprimer. Le terme « repas » est
supprimé et remplacé par la mention « portion de consommation » pour plus de clarté.
(c) outre tout autre renseignement d’ordre nutritionnel requis par la législation nationale, [la quantité totale
par repas consommation de préparation alimentaire complémentaire prête à la consommation dans le
produit fini...
Il conviendra et donc de les supprimer. Le terme « repas » est
supprimé et remplacé par la mention « portion de consommation » pour plus de clarté.
- Page 17.
[9.2.3 La déclaration obligatoire de l’énergie et des éléments nutritifs sur l’étiquetage devrait respecter les
directives concernant l’étiquetage nutritionnel (CAC/GL 2-1985).]
Il conviendrait de conserver la phrase entre crochets et donc de les supprimer.
CHINE
En ce qui concerne l’annexe, certains apports nutritionnels de référence pour les enfants en bas âge
pourraient être trop faibles pour répondre aux besoins nutritionnels de ces enfants ; c'est notamment le cas
pour pour la vitamine D et la vitamine C. Par conséquent, la Chine propose que les valeurs pour la
vitamine D et la vitamine C soient respectivement fixées à 5-10 μg et 40-60 mg,
pour les raisons suivantes :
Pour la vitamine D, 5 μg suffiraient pour les enfants vivant en zone équatoriale alors que 10 μg pourraient
être insuffisants pour les enfants vivant dans les zones de latitude plus septentrionale. ¾
¾
¾
CX/NFSDU 11/33/8-Add.1 10
Quant à la vitamine C, l'anémie par carence en fer demeure un problème nutritionnel grave chez les enfants
en bas âge dans la plupart des pays en développement. La biodisponibilité du fer est relativement faible car
l'apport de fer provient principalement des aliments végétaux dans ces secteurs, et il est bien connu que la
vitamine C pourrait améliorer la biodisponibilité du fer dans l'organisme.
COLOMBIE
1. AVANT-PROJET DE REVISION DES LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE AU POINT
DES PREPARATIONS ALIMENTAIRES COMPLEMENTAIRES DESTINEES AUX
NOURRISSONS DU DEUXIEME AGE ET AUX ENFANTS EN BAS AGE (CAC/GL 08-1991) A
L’ETAPE 4 DE LA PROCEDURE CX/NFSDU 11/33/8 OBSERVATIONS A L’ETAPE 3 DE LA
PROCEDURE CX/NFSDU 11/33/8-ADD.1.
Section :
2. CHAMP D’APPLICATION Les dispositions des présentes directives sont applicables aux préparations
alimentaires d’appoint complémentaires destinées aux nourrissons du deuxième âge et aux enfants en bas âge
définies à la section 3.1 ci-après et incluent notamment les bouillies à base de céréales, les produits prêts à
l’emploi et les fortifiants alimentaires pour une consommation à domicile. Les poudres de micronutriments
ne sont pas couvertes par les présentes lignes directrices.
Observations de la Colombie :
en vue d’éviter toute confusion, il convient de préciser que les normes Codex suivantes ne sont pas couvertes
par les présentes lignes directrices :
• Normes pour les préparations de suite (CODEX STAN 156-1987)
• Norme pour les préparations destinées aux nourrissons et les préparations données à des fins
médicales spéciales aux nourrissons (CODEX STAN 72-1981, Rév. 2007)
• Norme Codex pour les aliments traités à base de céréales pour nourrissons et enfants en bas âge
(CODEX STAN 74-1981, Rév. 1-2006)
• Normes Codex pour les aliments diversifiés de l’enfance (CODEX STAN 73 1981)
Section :
4.1.1.2 Outre des glucides (essentiellement de l’amidon), les céréales contiennent des protéines en quantité
appréciable (8-12 %) mais sont pauvres en lysine, un acide aminé essentiel. La composition en acides aminés
essentiels du riz est satisfaisante, tandis que celle d’autres céréales manque en général de lysine. Associer des
céréales à d’autres des légumineuses ou graines de légumineuse, plus riches en lysine, peut permettre de
compenser le niveau limité des céréales en acides aminés.
Observations de la Colombie :
LE SUJET DES PROTEINES DE CEREALES DOIT ETRE TRAITE DANS LA SECTION 6.3 DANS
LAQUELLE SONT ETABLIES LES EXIGENCES RELATIVES AUX PROTEINES DANS TOUTES LES
CEREALES.
Section :
4.1.2 Légumineuses et graines de légumineuses
4.1.2.1 Les légumineuses et les graines de légumineuses, et notamment les pois chiches, lentilles, pois, pois à
vache, haricots velus, pois cajan et, haricots et soja contiennent au moins, sont une source de protéines
appropriées (20 - 24 [35] % ) de protéines.
4.1.2.2 Dans l’ensemble, les légumineuses et les graines de légumineuses ont une teneur élevée en lysine. En
revanche, elles sont déficientes en méthionine. Selon la nature des autres ingrédients de la formulation,
l’addition de méthionine pourrait être souhaitable pour améliorer la valeur nutritionnelle du produit.
4.1.2.3 Les légumineuses et les graines de légumineuses doivent recevoir un traitement approprié ayant pour
but de réduire d’éliminer, dans la mesure du possible, les facteurs antinutritionnels qui y sont normalement
présents tels que les phytates, les lectines (hémagglutinines), et les agents inhibiteurs de la trypsine et de la
chymotrypsine : [et les phyto-oestrogènes] ;