OpenOffice.fransk.2263

OpenOffice.fransk.2263

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Avant-propos Depuis 1982, je recours à la transmission de pensée pour relayer le message de certains esprits illustres. Je leur avais promis d'être leur collaborateur terrestre avant mon incarnation, conformément à la volonté divine. Au cours de ces 25 dernières années, j'ai donc transmis une foule de connaissances issues du monde des esprits, dont les éléments spirituels souhaitaient m'ouvrir les portes, et ce avec le dessein suivant : sur la base de ma propre compréhension et en utilisant mes propres mots, fournir à mes frères humains des explications quant à des questions qui, jusqu'ici, se sont inscrites dans un processus de compréhension laborieux, voire
  • quelconque mouvement religieux
  • processus de compréhension laborieux
  • monde terrestre
  • monde spirituel
  • jésus
  • monde des esprits
  • pensées
  • pensée
  • corps humains
  • corps humain
  • personnes
  • personne

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 78
Langue Français
Signaler un problème

Avant-propos
Depuis 1982, je recours à la transmission de pensée pour relayer le message de
certains esprits illustres. Je leur avais promis d’être leur collaborateur terrestre
avant mon incarnation, conformément à la volonté divine. Au cours de ces
25 dernières années, j’ai donc transmis une foule de connaissances issues du
monde des esprits, dont les éléments spirituels souhaitaient m’ouvrir les portes, et
ce avec le dessein suivant : sur la base de ma propre compréhension et en utilisant
mes propres mots, fournir à mes frères humains des explications quant à des
questions qui, jusqu’ici, se sont inscrites dans un processus de compréhension
laborieux, voire de totale incompréhension auprès du monde terrestre.
Pour accomplir cette mission, j’ai été épaulé par mon épouse, Anne Lise, qui m’a
accompagné avec intérêt dans ce cheminement. Elle a fait appel à ses propres dons
personnels pour me venir en aide lorsque j’en avais besoin.
Parmi les nombreux messages véhiculés, l’un se distingue de la masse en ce sens
que la personnalité qui me l’a transmis a souhaité que je révèle ce qu’elle avait à
cœur « en temps voulu ».
Le fait de savoir si l’heure est venue dépendra probablement de l’opinion de
chacun, et la révélation suivante soulèvera indubitablement une féroce résistance et
d’acerbes critiques chez ceux qui préféreraient que ce message reste secret à
jamais. Comme il m’apparaît évident que ma sœur souhaiterait ardemment que son
message soit délivré par mon entremise, je n’ai pas hésité à le divulguer dès à
présent afin que d’autres puissent également découvrir ses pensées et se forger une
idée à ce sujet.
Le 9 septembre 2007
Jan Erhardt Jensen.Question : Ce matin, Anne Lise a ressenti la présence d’un esprit désireux d’entrer
en contact avec moi.
Elle a découvert qu’il s’agissait de l’une de nos sœurs spirituelles qui a
vécu en même temps que moi dans cette incarnation, sans que nous ne
nous soyons rencontrés, et qui a lu certains de mes écrits.
Le monde des esprits peut-il nous aider à découvrir son identité et ce
qu’elle attend de moi ?
« Oui frère, c’est possible. Sachez que nous serions ravis de servir d’intermédi-
aire pour vous mettre en contact avec cette personne désireuse de communiquer
avec vous, ce qui est désormais chose faite. »
« Mon cher frère. Moi, votre sœur, ai profondément souhaité entrer en contact
avec vous afin de vous expliquer certaines des pensées que j’ai ressenties après ma
mort.
Face à votre désir de bien me comprendre, je peux vous dire que, dans ma
dernière vie, j’étais connue sous le nom de Mère Térésa. Étant donné que de nom-
breuses personnes se sont penchées sur mon cas après ma mort, sachez que je suis
en profond désaccord avec bon nombre de ceux qui ont profité de mon travail pour
promouvoir la position de l’Église catholique.
Ceci, mon frère, n’a jamais été mon intention. Toute ma vie durant, je me suis
employée à aider les pauvres et les nécessiteux. Cette démarche ne repose nulle-
ment sur une perspective ecclésiastique, mais bien sur l’écoute de ma propre
intuition, qui m’a poussée à apporter mon aide autant que possible. Le cadre que
j’ai trouvé à cette fin était celui que l’Église catholique m’a permis d’occuper, ce
que j’ai fait à ma manière.
Mon œuvre ayant servi d’exemple à de nombreuses personnes, il m’importe de
préciser qu’une telle attitude ne doit aucunement être reliée à une identité
chrétienne. En effet, je ne vois aucune relation entre le fait d’aider les autres et
l’appartenance à une quelconque pensée religieuse. Selon moi, une attitude
purement philanthropique, pas forcément tributaire d’une orientation religieuse, est
bien plus en accord avec l’enseignement de Dieu notre Père. Il nous a appris que
notre but était d’aider, sur la base d’une attitude altruiste non pas guidée par une
appartenance religieuse, mais bien animée par la volonté d’agir par amour pour son
prochain.
Depuis mon départ du monde terrestre, j’ai vécu avec douleur la manière dont
de nombreuses personnes considèrent mon œuvre, à savoir qu’elle doit forcément
soutenir l’Église catholique. À cet égard, d’un point de vue spirituel, je réprouve
fortement la sanctification et j’espère de tout cœur que mes anciens condisciples
vont cesser d’agir de la sorte.
Moi, votre sœur, ai longtemps réfléchi à la manière dont je pouvais transmettre
ces pensées au monde terrestre de telle sorte que les gens, à l’avenir, puissent entrevoir ma conception des choses dans le monde spirituel.
Ceci étant dit, je souhaite ajouter qu’ici, dans le monde spirituel, j’ai une bien
meilleure vision de nombre d’éléments auxquels j’ai été confrontée dans le monde
terrestre. Sur la base de mon point de vue spirituel, je souhaite me dissocier de
nombre des implications associées à mon appartenance à l’Église catholique. Si
j’étais dans le monde terrestre aujourd’hui, avec toutes les connaissances dont je
dispose dans le monde spirituel, je travaillerais pour les pauvres et les nécessiteux
avec bien plus de liberté, et ma motivation résiderait dans l’amour désintéressé, la
force motrice de mon œuvre, libre de tout lien avec un quelconque mouvement
religieux.
Voici, mon frère, ce que j’aimerais vous voir transmettre, de telle sorte qu’une
fois le temps venu, ceci puisse être révélé et contribue, je l’espère, à façonner une
approche différente à l’égard de ma personne et de mon œuvre.
Moi, votre sœur, vous envoie tout mon amour.
Au nom de notre Père. Amen. »
er Reçu le 1 septembre 2007
(9 h 08 – 9 h 29)
N° 1817
Jan Erhardt Jensen.Question : Je me souviens que, vers 1982-1983, feu ma sœur Elisabeth Kübler-
Ross s’était entretenue avec Mère Térésa et qu’en cette occasion, elle
lui avait soumis une copie de ‘Towards the Light’ (l’ouvrage danois
‘Vandrer mod Lyset’ 1), qui avait été traduit en anglais quelques années
auparavant). À l’époque, sa lecture n’intéressait pas Mère Térésa.
J’imagine que nos deux sœurs, « Elisabeth » et « Térésa », ont pu à
nouveau converser ensemble depuis que Mère Térésa a été rappelée
dans le monde des esprits et qu’Elisabeth lui a sans doute suggéré
d’essayer de relayer ses pensées au monde terrestre par mon entremise.
Je présume que Mère Térésa sait que son message a été diffusé sur
Internet voici une semaine et qu’elle suit, bien entendu, avec intérêt, la
manière dont il sera reçu par les gens qui le découvriont.
Je vous serais très reconnaissant si vous, mes frères et sœurs, pouviez
transmettre à mes deux sœurs mes pensées les plus affectueuses et leur
dire que, chacune à leur manière, elles m’ont apporté beaucoup de joie.
Pourriez-vous, mes frères et sœurs, leur faire part de mes amitiés ?
« Oui, frère. Sachez également que vos suppositions sont tout à fait correctes et
qu’elles reposent sur votre connaissance de la manière d’agir et de penser de notre
sœur “Elisabeth”.
Sœur “Elisabeth” s’est en effet longuement entretenue avec sœur “Térésa”
depuis que cette dernière a rejoint le monde des esprits. C’est “Elisabeth” qui,
régulièrement, suggérait à “Térésa” de communiquer avec vous, avec l’accord de
notre Père, et de vous demander de relayer ses pensées du monde spirituel au
monde terrestre. Notre sœur “Térésa” n’était pas tout à fait sûre d’avoir l’autorisa-
tion d’utiliser un tel canal de communication, mais lorsque notre Père, lui-même,
l’a encouragée à transmettre ses réflexions au monde terrestre par votre intermé-
diaire, elle n’a plus eu aucun doute quant à la pertinence de la méthode, d’autant
plus qu’elle avait pu entrevoir les ébauches de vos écrits pour votre site Internet, au
moment où celui-ci était presque terminé.
Notre sœur a naturellement suivi avec beaucoup d’attention la manière dont ces
pages ont été accueillies. Elle constate que ses explications suscitent un profond
intérêt et un certain étonnement chez ceux qui en ont eu connaissance. Cette
première expérience visant à clarifier sa position au moyen d’un canal choisi s’est
avérée, du point de vue de notre sœur, un grand succès.
Sachez qu’elle a longuement débattu avec sœur “Elisabeth” de la manière
d’exprimer ses pensées et que les mots utilisés ont été soigneusement choisis par
nos deux sœurs.
Enfin, nous aimerions ajouter que notre sœur “Elisabeth” a aussi beaucoup
pensé à vous depuis qu’elle a regagné le monde des esprits. Elle a réalisé qu’ouvrir
la voie aux réflexions sur lesquelles vous vous êtes penché pourrait susciter une
tendance à laquelle elle a longuement aspiré. Sachez qu’elle a beaucoup de respect
pour l’œuvre à laquelle vous vous attelez. Notre sœur ne doute pas un instant que l’action que vous poursuivez engendrera une pensée nouvelle qui, à l’avenir,
favorisera la transmission de connaissances sur la manière de résoudre les
problèmes psychologiques par un contact étroit avec le monde spirituel (où l’esprit
gardien de chacun pourra apporter son aide plus facilement) lorsque le monde
terrestre aura enfin pris conscience qu’une telle opportunité est pertinente et bien
réelle, et non un pur produit de l’imagination.
Nous, vos frères et sœurs, sommes ravis de vous faire part de tout ceci, tout
comme nous avons l’intime conviction que notre coopération portera de précieux
fruits à l’avenir.
Nous sommes également heureux de pouvoir transmettre vos pensées
affectueuses à nos deux sœurs qui, nous en sommes certains, seront enchantées de
recevoir vos amitiés.
Nous, vos frères et sœurs, vous faisons également part de nos sentiments
dévoués.
Au nom de notre Père. Amen. »
Reçu le 15 décembre 2007
(7 h 40 – 7 h 54)
N° 1854
Jan Erhardt Jensen.
1) connu en français sous le titre ‘Vers la lumière’Question : Ce matin, Anne Lise a de nouveau pressenti que le monde des esprits
souhaitait me transmettre un message qui n’était pas sans rapport avec
Mère Térésa.
Les esprits sont-ils à même de nous révéler ce dont il s’agit ?
« Oui, frère. À cet égard, sachez que nous souhaiterions vivement établir un
nouveau contact entre vous et notre sœur Térésa. Celle-ci a suivi avec intérêt
l’accueil reçu par sa prière auprès de ceux avec qui elle avait souhaité partager ses
réflexions. Nous allons maintenant établir le lien avec notre sœur. »
« Mon cher frère. Moi, votre sœur, autrefois connue sous le nom de Mère
Térésa, ai suivi de près la manière dont ma prière a été perçue par l’humanité. J’ai
vu combien de ses représentants ont déjà pris connaissance de mon message et que
celui-ci a soulevé des questions chez ceux qui ont réalisé que, d’un point de vue
spirituel, ma pensée est autre que ce qu’ils avaient imaginé.
J’aimerais qu’ils sachent que, dans le monde spirituel, j’ai une compréhension
de nombre d’éléments auxquels je n’avais pas accès lorsque je n’étais que Mère
Térésa. Ces connaissances ô combien supérieures ont fait de moi une bien
meilleure personne dans le monde des esprits que ne l’était Mère Térésa sur terre.
Cette différence est telle que de nombreux humains auront du mal à admettre
que je puisse considérer ma vie sur terre de la manière dont je l’ai expliquée lors de
notre premier contact. Si ces gens souhaitent me comprendre telle que je suis,
maintenant, dans le monde des esprits, ils devront se réconcilier avec cette idée.
Que ceux qui s’y refusent sachent que cela m’attriste profondément. Il me tient
en effet à cœur que de nombreuses personnes réalisent que, dans ma vie antérieure,
sur terre, j’étais prisonnière du carcan de mon éducation religieuse, qu’il m’était
alors impossible de percevoir sous le même éclairage que maintenant, dans le
monde des esprits.
Ceux qui ne peuvent comprendre mon attitude dans le monde spirituel sont
pareils à moi lorsque j’étais Mère Térésa car, eux aussi, ont été éduqués selon des
dogmes chrétiens. Des dogmes qui empruntent des voies dont je préfère me
détourner maintenant que j’ai atteint ce niveau de connaissance supérieur dans le
monde des esprits.
Voici, mon très cher frère, le message que je souhaite que vous diffusiez
afin de dissiper tout doute sur la transcription fidèle de mes paroles, telles que je
les avais formulées lors de notre premier contact, où je me demandais moi-même si
mes explications seraient divulguées par votre intermédiaire.
Moi, votre sœur, souhaite transmettre ces réflexions par votre entremise afin
que l’on comprenne mieux quel était mon dessein lorsque je me suis adressée à
vous.
Moi, votre sœur, vous remercie du fond du cœur d’avoir accepté de défendre
ma prière auprès de l’humanité.
Moi, votre sœur, vous envoie toute mon affection.Au nom de notre Père. Amen. »
Reçu le 8 janvier 2008
(8 h 41 – 8 h 55)
N° 1870
Jan Erhardt Jensen.Question: Je crois comprendre que Mère Térésa souhaite m’entretenir à propos de
l’ouvrage à son sujet, « Viens, sois ma lumière ».
Est-ce exact ?
« Oui, frère. Nous pouvons même ajouter que notre sœur "Mère Teresa" souhaite
vous faire part de quelque chose qui la préoccupe grandement. »
« Mon cher frère. Moi, votre sœur, ai vu ce qui se passe sur terre, parmi ceux qui
avaient manifesté certaines inquiétudes concernant les derniers jours de ma vie
matérielle, lorsque j’étais assaillie de doutes et ne pouvais voir la lumière à cause
de ma perception religieuse de Jésus.
Je me suis penchée sur nombre de ceux qui avaient marqué un intérêt pour mon
existence, et je me suis aperçue que beaucoup d’entre eux avaient été incapables de
se libérer de ces mêmes perceptions qui avaient entravé mon discernement. Cela
m’a énormément attristée, car je souhaite de tout mon cœur que mes partisans sur
la Terre empruntent un chemin différent de celui que nombre d’entre eux ont
décidé de suivre, se basant sur la vie terrestre que j’ai laissée derrière moi.
Lorsque je regarde en arrière, je comprends pourquoi de nombreuses
personnes – tout comme moi – éprouvent des difficultés à abandonner une
conception qui glorifie Jésus et lui accorde un statut divin dans lequel ni lui ni
d’autres y trouvent leur compte.
À la lumière de la compréhension acquise dans le monde spirituel, je sais que le
temps leur enseignera qu’il n’y a qu’un seul Dieu, notre Créateur, lequel a créé
chacun de nous comme son enfant ; et que Jésus n’est autre qu’un de ses innom-
brables enfants qui, comme d’autres et moi, doit apprendre à rejeter toutes les
tentations des Ténèbres avant de pouvoir devenir des personnalités spirituelles,
comme Dieu Notre Père l’a prévu.
Voici, mon très cher frère, ce que je voulais vous révéler, car je me suis aperçue
que vous aussi, êtes attristé de voir combien de personnes sur la Terre sont
contraintes par le culte qu’elles vouent à Jésus, qui s’avère loin du statut qu’elles
lui confèrent.
Moi, votre sœur, vous envoie mes pensées les plus affectueuses.
Au nom de notre Père. Amen. »
Reçu le 20 septembre 2008
(8 h 34 – 8 h 44)
N° 1932
Jan Erhardt Jensen.Question : Il me semble que Mère Teresa, ma sœur, a des choses à me dire.
Ai-je raison ?
« Oui, mon frère. Votre sœur a suivi les réflexions dont vous avez fait part au
grand public sur les sites Web, par le biais des médias électroniques. Permettez-
moi de vous dire qu'il est très encourageant pour moi de voir que certains de mes
disciples ont étudié mes paroles et que ces vues les ont fait réfléchir.
Je voudrais leur dire : « Même s’il vous est difficile de croire que je puisse, moi
que vous avez connue lorsque je marchais sur la Terre, avoir une autre vision des
choses dans le monde des esprits, je puis vous assurer que tout ce que j’ai obtenu
après avoir pris le temps, dans le monde des esprits, de passer ma vie en tant que
Mère Teresa en revue ainsi que le fait d’avoir pu faire usage de toutes les connais-
sances dont je dispose dans le monde des esprits m’ont permis de voir en quoi
j’avais tort. »
Je voudrais aussi dire à ces disciples : « Vous ferez la même expérience lorsque
vous serez revenus dans le monde des esprits. Vous serez en mesure, comme moi-
même, de voir en quoi vous avez eu tort et comment vos convictions religieuses
vous ont causé des problèmes et vous ont empêché de voir Dieu, notre Père, dans
la lumière dans laquelle nous devrions tous voir notre cher Créateur, qui ne se
détourne d’aucun d’entre nous, mais nous aide à surmonter nos épreuves et nos
tribulations dans les nombreuses vies qui nous attendent et qui nous sont néces-
saires afin de pouvoir évoluer vers des personnalités pleinement épanouies. »
Ces pensées vont à ceux que j’ai suivis dans leur lecture des écrits que vous, mon
frère, avez publiés, et j’espère qu’ils comprendront que je suis ce que je dis être ici,
dans le monde des esprits.
Voilà, mon frère, ce que je voulais que vous sachiez.
Votre sœur vous envoie toute son affection.
Au nom de notre Père. Amen. »
Reçu le 12 novembre 2008
(8 h 35 – 8 h 45)
N° 1941
Jan Erhardt Jensen.Question : On m'a dit que Mère Teresa avait quelque chose à me communiquer.
Est-ce exact ?
« Oui, mon frère. Moi, votre sœur, dont le nom sur terre était Mère Teresa, je
voudrais vous dire que je suis très heureuse de suivre les pensées des personnes qui
ont compris le message que je leur ai fait passer par votre entremise.
Je puis vous dire que le scepticisme, si virulent au début, a été remplacé par une
ouverture qui me réjouit. Si je tiens tellement à vous en faire part, c’est parce que
cela montre que mes messages ont éveillé chez ces personnes des pensées qui, j’en
suis convaincue, peuvent les aider à aller de l’avant et à se rendre compte que
certaines de leurs perceptions dans le monde terrestre ne tiendront plus la route
lorsqu’ils auront rejoint le monde spirituel, où ils résident entre leurs nombreuses
vies.
La prise de conscience que je vois émerger peut dont les aider à progresser
davantage que je n'ai moi-même pu le faire lors de la dernière vie terrestre.
L’ouverture qui a remplacé le scepticisme du début prépare la voie à une autre
perception, de sorte que les aspects religieux devront davantage céder la place au
sens réel de nos nombreuses vies sur terre, afin que le développement de la
personnalité de chaque individu revête davantage d’importance, comme Dieu,
notre Père, le veut depuis le tout début, lorsqu’il a fait s’incarner ses enfants
spirituels dans des corps humains pour qu’ils soient confrontés à l’Obscurité sur
terre et, par leurs propres efforts et leur volonté propre, évoluent pour devenir les
personnalités spirituelles parfaites qu’il se réjouit de voir dans son royaume
spirituel lorsqu’ils auront atteint l’objectif ambitieux qu’il leur a fixé. C’est là une
conception que beaucoup de personnes ont du mal partager, parce qu’elles se
réfugient dans la religion au lieu de chercher à surmonter leurs propres faiblesses.
Ces faiblesses, il n’est pas possible de les surmonter par la foi religieuse, qui
paralyse tout effort actif visant à rejeter l’obscurité et à se réconcilier avec toutes
les personnes avec lesquelles ils ont coupé les ponts.
Voilà, mon frère, les réflexions qui me sont venues à l’esprit en suivant
les personnes qui ont lu mes messages et les ont médité.
Moi, votre sœur, vous envoie toute mon amitié.
Au nom de notre Père. Amen. »
Reçu le 4 janvier 2009
(10 h 22 – 10 h 35)
No 1962
Jan Erhardt Jensen.