PAGE GABARIT
21 pages
Français

PAGE GABARIT

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : des événements dans le monde arabe
  • cours - matière potentielle : tout
  • cours - matière potentielle : l' année
  • cours - matière potentielle : réalisation
  • cours - matière potentielle : la révolution
  • mémoire - matière potentielle : du peuple
  • cours - matière potentielle : des événements
  • redaction
  • cours - matière potentielle : discussion avec les autres partenaires
  • cours - matière potentielle : des évènements actuels dans le monde arabe
  • mémoire - matière potentielle : collective
  • mémoire
MERCREDI 6 AVRIL 2011 - 2 JOUMADA AL-AWAL 1432 - N° 6224 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 E di tio n d' A lg er - IS SN II II - 00 74 Ph o to : Sa m ir Si d ILS APPELLENT SIDI SAÏD À INTERVENIRLa détressedes retraités lMOSTAGANEMNouveau décèspar immolation La wilaya de Mostaganem vient d'enregistrer un second décès par immolation.
  • médina millénaire du vieux ténès sombre
  • vieux ténès
  • wilayas
  • wilaya
  • forces
  • cadres
  • cadre
  • tion
  • algérie
  • situations
  • situation
  • région
  • régions
  • villes
  • ville

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 113
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

ILS APPELLENT SIDI SAÏD À INTERVENIR
La détresse
des retraités
PAGE 3
l MOSTAGANEM
Nouveau décès
par immolation
La wilaya de Mostaganem vient
d’enregistrer un second décès par
immolation. Slamani Mohamed, 19 ans, a
rendu l’âme lundi dernier au service des
grands brûlés du CHUO (Oran) après avoir
mis le feu à son corps, dimanche dernier
chez lui, à Sidi Lakhdar. Selon les proches
de la victime, qui était au chômage, ce
geste demeure inexpliqué.
Brûlé au troisième degré, le jeune
Mohamed fut évacué de l’hôpital de Sidi-Ali
vers Oran, où il est décédé quelques
heures après son admission. Il a été
enterré tard dans la soirée de lundi au
cimetière de Sidi Lakhdar, où une foule
nombreuse l’a accompagné.
A. B.
L’AMIRAL FRANÇAIS JEAN DUFOURCQ ET LA SITUATION DANS LES PAYS ARABES :
«Il y a un problème de relève
de génération politique»PAGE 3
Par Mohamed-Chafik Mesbah
MERCREDI 6 AVRIL 2011 - 2 JOUMADA AL-AWAL 1432 - N° 6224 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074
Photo : Samir SidÀ quoi sert le site
internet d’Algérie ERISCOOPPoste ? P Soirperiscoop@yahoo.frA quoi bon créer un
Mercredi 6 avril 2011 - Page 2site internet si l’on ne
s’en sert pas, surtout
quand il est censé être Le billet de 2 000 et le silence
dédié à la clientèle,
comme c’est le cas à
Algérie Poste ? Vous de la Banque d’Algérie
avez, par exemple,
lors qu’une panique semble gagner beaucoup debeau essayer de vous
personnes suite à l’annonce de la mise en circula-inscrire pour demander Ation prochaine d’un nouveau billet de banque dele code personnel de
2000 DA, la Banque d’Algérie refuse, pour le moment,consultation de votre
d’éclairer l’opinion nationale. compte CCP, pour tou-
Certains sont convaincus que ces billets de 2 000 DA vontte réponse vous aurez
remplacer ceux de 1 000 DA. Du coup, tous ceux qui possè-toujours le même mes-
dent des stocks de ce précieux «ticket» se sont précipi-sage : «Tentative
tés sur les offres immobilières et même sur le mar-échouée. Veuillez rées-
ché des équipements pour les écouler.sayer plus tard.» Et
cela dure depuis des
mois, voire
des années, Centre commercial de Bab Ezzouar, selon des
usagers d’Al- pas aussi beau que ça !gérie Poste.
Essayez et Le centre commercial de Bab-Ezzouar qui, il y a quelques semaines
vous ver- encore, faisait la fierté des Algérois et constituait leur destination pré-
rez… férée, commence à connaître ses premiers couacs. En effet, on croit
savoir qu’entre la direction du centre et les commerçants locataires
rien ne va plus. Ces derniers estiment que le centre commercial n’a
pas rempli une partie importante du contrat, à savoir le côté loisirs,«Inauguration» d’un puisque les salles de cinéma ne sont pas encore ouvertes à ce jour.
Autre fausse note, le centre menace de couper l’élec-nouveau barrage
tricité aux commerçants qui refusent de resterC’est bon, même l’en-
ouverts la nuit et le vendredi matin.
trée Ouest d’Alger va
avoir son barrage de la
longue attente. En effet,
depuis quelques jours,
Un jour, un sondageBoufarik a vu s’installer
Pensez-vous qu’en dépit de sa longueun barrage de sécurité
absence des terrains, Benchikha devraitfiltrant les automobi-
quand même convoquer Megheni
listes se rendant à pour le match retour contre le Maroc
en juin prochain ?Alger. Une situation qui
a provoqué une très OUI
longue file
NONd’attente.
sans opinionY a-t-il
«une
Résultats du dernier sondagemenace
Pensez-vous que le présidentouest» sur
va prononcer un discours importantla capitale ?
à partir du Sud, où il va effectuer
une visite ?
OUI : 14,7%
NON : 78,55 %
SANS OPINION : 6,75 % Déposez votre réponse sur le site du Soir d’Algérie
www.lesoirdalgerie.com
BNA : Agence «G» Le Soir : SIÈGE - 9, rue Bouderbala Maison de la presse. BORDJ-BOU-ARRERIDJ Ouest : S.I.O Oran
Hussein-Dey Fax : 021 67.06.75 (ex, rue petit), Constantine Tél./Fax : 045 80.28.43 2, rue Cherifi Mohamed DIFFUSION
N° 611.313.335.31 Tél. : 031 92.34.23 TLEMCEN (près du cinéma Vox) Est : Sodi-Presse
BUREAUX REGIONAUX :CCP : N° 14653.59 Fax : 031 92.34.22 Cité R’hiba Bt n°2 RDC. Tél./Fax : (035) 68-10-52 Centre : Le Soir
BOUMERDÈSRegistre du commerce : ORAN Tél. : 043 27.30.61 / IMPRESSION Ouest : KDPO
e«Résidence Badi», bt 3, 2 étage, Edité par la SARL RC N° 0013739.B.00 3, rue Kerras Aoued. Fax : 043 27.30.82 Centre : S.I.A Alger
RN n° 24, Boumerdès-villeSIÈGE : Tél. : 041 33.23.95 BOUIRA Est : S.I.E Constantine
MEMBRES Tél./fax : (024) 81 64 18DIRECTION-RÉDACTION : SÉTIF Gare Routière. Lot N°1.
FONDATEURS : Email : lesoir Les manuscrits, photographies ou tout autre document eteFax : 021 67.06.76 - Rue du Fida, centre 3 étage - Tél. : 026 94 29
Maâmar FARAH illustration adressés ou remis à la rédaction ne sont pas
boumerdes@yahoo.fr commercial Zedioui 19 rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation.Djamel SAÏFIADMINISTRATION : reANNABA 1 étage, Sétif. E-Mail : lesoirbouira@hot-
Fouad BOUGHANEM NOTRE JOURNALFax : 021 67.06.56 19, rue du CNRA Tél. : 036 91 48 59 mail.com fait sienne cette citation de Joseph Pulitzer, fondateur duZoubir M. SOUISSI1, Rue Bachir Attar (Cours de la Révolution) Fax : 036 84 18 37 BATNA journalisme moderne :
er Mohamed BEDERINAPlace du 1 -Mai - Alger - Tél. : 038 86.54.22 TIZI-OUZOU 5, rue des Aurès - Batna «Il (son journal, ndlr) combattra toujours pour le progrès
GÉRANT-DIRECTEURTél. : et les réformes, ne tolérera jamais l’injustice et laFax : 038 86.61.76 Bt Bleu,cage C Tél./Fax : 033.80.24.20
DE LA PUBLICATION :021 67.06.58 - 021 corruption ; il attaquera toujours les démagogues de tousTélex : 81095 (à côté de la CNEP) BÉJAÏA
Fouad BOUGHANEM les partis, n’appartiendra à aucun parti, s’opposera aux67.06.51 eBLIDA 2 étage, gauche 19, rue Larbi Ben-M’hidi classes privilégiées et aux exploiteurs du peuple, neDIRECTEUR
103, Avenue Ben-Boulaïd Tél. : 026 22.87.04 (rue Piétonnière), relâchera jamais sa sympathie envers les pauvres,COMPTES BANCAIRES : DE LA RÉDACTION
Blida Fax : 026 22.87.01 Béjaïa-ville 06000 demeurera toujours dévoué au bien public. Il maintiendra
CPA : Agence Nacer BELHADJOUDJA radicalement son indépendance, il n’aura jamais peurTél./Fax : 025 40.10.10 - MASCARA Tél. : 034 21.14.51
Hassiba Ben Bouali P.A.O. : «Le Soir» d’attaquer le mal, autant quand il provient de laTél. : 025 40.20.20 Rue Senouci Habib Fax : 034 21.18.60N°116.400.11336/2 ploutocratie que de ceux qui se réclament de la pauvreté.»
PUBLICITÉ CONSTANTINELe Soir
d’Algérie Actualité Mercredi 6 avril 2011 - PAGE 3
ILS APPELLENT SIDI SAÏD À INTERVENIR
La détresse des retraités
La Fédération nationale des travailleurs retraités
(FNTR) estime que «les retraités sont victimes d’inégalités
sociales, par rapport aux travailleurs en activité, tous sec-
teurs confondus, qui ont arraché des acquis ces derniers
temps».
Mehdi Mehenni - Alger (Le réactualisation de toutes les pen-
Soir) - Dans un communiqué sions supérieures à 10 000 DA,
rendu public hier, la FNTR attribuées entre 1983 et 2005,
appelle le secrétaire général de par l’octroi d’une augmentation
l’UGTA à intervenir auprès du de 30%, avec toutefois la revalo-
président de la République risation annuelle prévue par l’ar-
concernant de la situation socia- ticle 43 de la loi 83-12, ainsi que
le des retraités. l’attribution d’une allocation mini-
Ainsi, la FNTR estime-t-elle mum de retraite de l’ordre de
que ce sont ces mêmes retraités, 5 000 DA». Les retraités exigent
qui ont relevé autrefois et au len- également «la validation pour
demain de l’Indépendance le défi toutes les catégories de retraités
de l’emploi et ont pris à bras-le- de toute période durant laquelle
corps la destinée du pays et qui ont été remplies les obligations
aujourd’hui, au crépuscule de du service national ou toute autre
leur vie, sont confrontés à un mur période effectuée durant une
de silence. mobilisation générale et enfin
La FNTR s’interroge, à cet l’octroi d’un même montant de la
effet, sur la possibilité de parler majoration pour conjoint à char-
de pouvoir d’achat avec 355 000 ge pour tous les retraités, quelle
pensions inférieures à 10 000 que soit la date de leur départ à
DA, soit 25% des retraités, ainsi la retraite, tout en prenant en
que 590 000 pensions en des- considération l’article 15 original
sous du SNMG, ce qui représen- qui prévoit un montant de 600
te 37% des retraités. Ce qui fait fois le montant horaire du
en tout 60% de retraités qui tou- SNMG».
chent moins que le SNMG. Par M. M. 60% des retraités touchent moins que le SNMG.
ailleurs, la FNTR fait savoir que
nombreux sont les retraités qui AIR ALGÉRIE
suggèrent de sortir dans la rue
pour faire entendre leurs voix, à
défaut d’autres moyens de pres- Les commerciaux navigants protestent
sion qu’ils ne possèdent plus, à
Le président du syndicat, Yacine respectent pas les horaires», précisent-ils. Le Syndicat national du personnelsavoir la grève.
Hamamouche, explique : «Nous sommes en Ils ont aussi dénoncé «le sabotage que«Cependant, nous les avons navigant commercial d’Air Algérie
sous-effectif et les dirigeants outrepassent la font subir à la compagnie nationale certainstoujours convaincus d’afficher la interpelle le P-dg sur leurs conditions
réglementation et diminuent le nombre de de ses agents à la solde des deux autressagesse au lieu de la violence socioprofessionnelles, qu’il qualifie
personnel nécessaire dans les appareils pour compagnies concurrentes et qui souventdans l’espoir de trouver au bout de «détériorées». Selon l’organisation
exécuter les missions, en usant souvent de cause des retards notamment sur des volsdu compte et en dernier ressort syndicale, l’accord collectif sur le menaces et d’intimidations. vers des destinations phare». Toutefois, ilsquelqu’un qui ne refusera pas de
régime de travail n’a pas été respecté. D’ailleurs, un programme d’été a `été éla- ont été clairs : «Nous refusons qu’Air Algérienous écouter», est-t-il mentionné
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Les repré- boré au détriment du personnel navigant sombre ou qu’elle soit privatisée.»dans ledit communiqué.
sentants du Syndicat national du personnel commercial, de la sécurité et de la qualité du Les commerciaux navigants ont, en outre,S’agissant des revendications
navigant commercial d’Air Algérie dénoncent service à bord des avions.» Ainsi, le person- souligné que l’accord salarial de 2003 avec leavancées par la FNTR, il s’agit
leurs conditions de travail ainsi que le non- nel navigant commercial plaide pour «les P-dg n’a toujours pas été pris en charge. de «l’attribution d’une pension
respect de la législation par la direction géné- minima de cabine Crew pour chaque type Par ailleurs, il est à signaler que le syndi-de retraite minimum équivalant
rale de la compagnie. d’appareil de la compagnie». cat a déposé une plainte, pour «infractionsau montant du SNMG pour tout
Ils estiment que l’amplitude horaire dépas- S’agissant des conditions de travail, les réglementaires auprès de l’Inspection géné-retraité percevant moins de
se les normes admises. syndicalistes ont relevé des «insuffisances et rale du travail» et qu’une assemblée extraor-10000 DA mensuellement et
«La direction persiste à faire passer en des lacunes». «Les salles de repos sont insa- dinaire est prévue en juin prochain pour déci-ayant travaillé 15 années, quels
force un programme de travail dépassant les lubres et les véhicules de transport sont non der des prochaines actions à entreprendre. que soient son âge ou la catégo-
possibilités de nos effectifs», ont-ils indiqué. seulement vétustes mais les chauffeurs ne R. N. rie à laquelle il appartient ; la
LE RCD ÉCRIT À MEHAL :
«Le devoir de tout Algérien est de boycotter l’ENTV»
péennes ou arabes. L’opinionEn adressant une invitation au président du RCD, le
nationale se construit dans lesconviant à un débat enregistré, l’ENTV a provoqué une
épreuves quotidiennes, sur lavive réaction du parti de Saïd Sadi.
toile ou dans les médias étran-Nawal Imès - Alger (Le Soir) formation de la vie publique.
gers. - Dans un communiqué rendu Malgré le tsunami politique et
Ce ne sont pas les imagespublic hier, le RCD réagissant à social qui secoue l’Algérie et
truquées, les propos diffama-cette invitation écrivait qu’«une notre région, la télévision,
toires ou les émissions différées,fois de plus, le pouvoir veut inébranlable, n’a rien entendu et
préalablement filtrées par lesgagner du temps par une paro- rien appris. Pire, la télévision
officines de l’ombre, qui réconci-die d’ouverture et ignorer, ainsi, semble, par certains aspects,
lieront nos concitoyens avec leurles enjeux fondamentaux de la redoubler de cynisme en ajou-
télévision». révolte populaire en marche. tant la provocation au menson-
S’adressant directement auL’instauration d’un état de ge».
ministre de la Communication, lesiège sur la capitale, à travers Et de rappeler que «le RCD
RCD écrit : «Vous conviendrezune occupation de la rue par les s’est prononcé depuis longtemps
qu’en attendant de voir la télévi-URS, au lendemain de la levée sur l’instauration d’une instance
sion nationale restituée aude l’état d’urgence, est la confir- indépendante de surveillance et
peuple, le devoir de tout Algérienmation du refus du régime de de régulation des médias.
est de ne pas servir d’alibi ou des’amender». Il s’agit de restaurer la télévi-
proie à la désinformation en boy-Le RCD estime que la télévi- sion dans son rôle de service
Saïd Sadi, président du RCD. cottant les médias réduits à dession est «l’instrument majeur de public et de lui garantir l’impartia-
structures de propagande.»la politique de stérilisation cultu- lité dans le traitement de l’infor- ni investissement ni formation le RCD, «les Algériens s’infor-
relle et artistique et de la désin- mation. Cet organe ne demande particulière». En attendant, écrit ment à travers les chaînes euro- N. I.
Photos : Samir Sid
Photos : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Mercredi 6 avril 2011 - PAGE 4
BÉJAÏA
Des étudiants mettent le feu
au siège du rectorat
immédiatement fait réagir un agressé physiquement un étu- Il est à noter que les étu-La tension est montée crescendo, en début de matinée
groupe d’étudiants qui s’est diant de la faculté de droit qui diants de l’Université de Béjaïad’hier, à l’Université de Béjaïa. Le bâtiment abritant le
déplacé au rectorat de Targua- s’apprêtait à assister à une n’ont pas rejoint leurs amphissiège du rectorat, situé au campus de Targua-Ouzemmour,
Ouzemmour pour venger leur assemblée générale organisée depuis leur retour desa été le théâtre d’actes d’une extrême violence où des étu-
camarade et ensuite saccagé par le comité de la même facul- vacances, suite au mot d’ordrediants chauffés à blanc ont saccagé et incendié plusieurs
tout ce qui se trouvait sur leur té, lui causant une légère bles- de grève, lancé par labureaux de l’édifice administratif.
passage. sure au visage, avant de le Coordination nationale autono-«Je suis très choqué par le re, le recteur de l’Université
«Le recteur de l’Université menacer verbalement», dira un me des étudiants et la non-
comportement de certains étu- Abderrahmane-Mira aurait
de Béjaïa, accompagné par le membre de la coordination ren- satisfaction de leurs revendica-diants, en temps de guerre, on «malmené» un étudiant affilié à
doyen de la faculté de droit et contré dans l’enceinte universi- tions.ne brûle pas une université. la coordination locale. Le geste
des agents de sécurité, a taire. Kamel GaciC’est inadmissible ce qui s’est du responsable de l’université a
passé chez nous», nous dira à
UNIVERSITÉchaud Merabet Djoudi, le rec-
teur de l’Université de la capita-
le des Hammadites. Marche des étudiants de BoumerdèsA l’origine de cette insurrec-
tion, selon des informations
«Nous sommes des étudiants se prononcent sur le devenir deEn dépit de l’impressionnant dispositif répressif installérecueillies au centre universitai- pacifiques.» A plusieurs reprises, l’Université algérienne et l’amélio-devant l’entrée de la Faculté des sciences de l’ingénieur de
les manifestants forcent le barrage ration de la qualité de l’enseigne-
l’Université M’hamed-Bougara de Boumerdès, des centaines policier. A leur arrivée à hauteur de ment. Nous espérons que lesSYNDICAT NATIONAL
d’étudiants ont réussi à marcher, une première fois, sur plu- la résidence des filles Halima- autres universités du pays nous
DES JOURNALISTES sieurs centaines de mètres avant d’être arrêtés. Cependant, Bayou, les étudiantes bloquées rejoindront pour faire aboutir cette
par les gardiens qui refusaient de revendication légitime.»dans l’après-midi, ils ont parcouru l’itinéraire convenu. (SNJ) leur ouvrir le portail, lançaient des Il faut rappeler que la contesta-A plusieurs reprises, mar- des sciences des hydrocarbures
youyous et des bouteilles d’eau tion du fameux décret présidentielcheurs et policiers se sont affron- et de la chimie (ex-INH), où un sit-
pour encourager leurs camarades qui a semé la discorde au sein detés, sans gros dégâts, fort heureu- in permanent (jour et nuit) estCommuniqué
qui faisaient face aux URS. la communauté estudiantine a étésement. Les étudiants, filles et prévu.
Le secrétaire général du La situation a failli dégénérer lancée à partir de l’Universitégarçons, se contentaient de foncer Devant le portail de la FSI, les
Syndicat national des journalistes a lorsqu’un policier a commencé à M’hamed-Bougara et que durantsur la haie de policiers en scan- étudiants ont engagé un bras deété reçu, mardi 5 avril 2011, par le prendre les résidentes en photo. les sit-in à Alger, qui ont duré plu-dant leurs slogans favoris, dénon- fer avec les URS. Le secrétairedirecteur général de la Radio natio-
Sur place, les marcheurs ont lon- sieurs jours et nuits, les étudiantsçant leur ministre en particulier et général de l’Université denale pour une séance de travail.
guement scandé les slogans fusti- de Boumerdès ont été les plusle pouvoir politique de manière Boumerdès, Boufellah, fait sonPlusieurs questions ont été
geant le ministre et le pouvoir. «Y actifs et aussi les plus réprimés. Ilgénérale. Ainsi, ils ont réussi à apparition au milieu des manifes-abordées au cours de cette ren-
en a marre de la hogra !» «Y en a y a lieu de noter que des manifes-maintes fois à se frayer un passa- tants. Ce responsable a vaine-contre, où le dialogue était empreint
marre de ce pouvoir.» «A bas la tants, notamment des délégués,de sérénité mais aussi de franchise, ge. Pour se donner du courage, ils ment tenté de convaincre son
répressionn, liberté d’expression nous ont fait part des menacescomme c’est la tradition entre les scandaient : «Djibouna les paras, auditoire de révoltés que toute
deux parties. !» «One, two, three, où va l’Algérie proférées contre eux par les ser-les CRS ayanine, Harraoubia marche nécessite une autorisation
Sujet hautement sensible, l’affai- ?» «Djazaïr horra démocratia!» vices de sécurité. mahboul !» (Ramenez vos paras, réglementaire.
re des cachetiers de la Radio, pro- répétaient-ils. Ils ont aussi chanté Dans l’après-midi, la persévé-les CRS sont mous, Harraoubia De leur côté, les protestataires
blème récurrent et concernant des en chœur Min Djibalina et adapté rance et l’énergie juvénile des étu-est fou). accusent les services de sécurité
centaines de nos confrères, a fait la célèbre chanson Yal menfi diants a eu raison de la forceDeux étudiants se sont éva- d’avoir violé les franchises univer-
l’objet de plusieurs rencontres simi- (l’exilé) à l’air du temps et de la répressive. Ainsi, les manifestantsnouis et des blessés, légers, ont sitaires. Ils s’en sont, par ailleurs,
laires entre les deux parties. protesta. ont fini par parcourir l’itinéraireété déplorés vers midi. Un étu- pris à leur rectrice, l’accusant
A ce sujet, le syndicat note avec Une étudiante en première prévu avant de regagner le recto-diant nous a montré plusieurs d’avoir demandé la présence dessatisfaction la régularisation, ce jour année de master a tenu à nous rat, en passant par une partie deecchymoses au pied droit dus aux forces de l’ordre alors que leur5 avril 2011, de l’ensemble des cas faire une déclaration pour expli- la ville de l’ex-Rocher-Noir. Aucoups de pied et de gourdin qu’il a marche est pacifique. pendants, 344 au total, de journa-
quer le pourquoi de leur action niveau du rectorat, les marcheursreçus. Retournement de situation. Leslistes répartis sur l’ensemble des 54
pacifique : «Nous nous sommes ont trouvé le portail clos. Aux crisLe cortège des marcheurs a manifestants contournent le dispo-chaînes de radio, entre nationales
réunis pour décider, dans notre de «Chérifi dégage !» «Harraoubiadémarré à l’heure convenue, à sitif sécuritaire pour se retrouveret régionales, et qui passent, de fait,
propre intérêt, de la reprise des dégage !», ils ont forcé le portail9h30, de la cour de la Faculté des hors de l’université. Une secondedu statut de CDD (contrat à durée
cours tout en maintenant les pour occuper l’esplanade faisantdéterminée) à celui de CDI (contrat sciences de l’ingénieur FSI, pour fois, les URS accourent pour leur
actions pacifiques, et ce, jusqu’à face à la direction de l’université.à durée indéterminée), mettant ainsi passer par la Faculté des barrer la route. «Nous sommes
ce que les dirigeants de ce pays Abachi L.fin à une situation de précarité inte- sciences pour ensuite rallier celle des étudiants pas des voyous !»
nable et injuste. C’en est là un
engagement honoré par le DG de la LE SATEF LANCE UN APPEL À TOUS LES SYNDICATS
radio, comme il s’y était engagé en
mars 2010. La rencontre a égale- er
ment porté autour de la question de Une protestation commune le 1 maila gestion de plans de carrière des
travailleurs de la radio. Le directeur rien à voir avec la gestion ! La tutel- laires ont été réaménagés, c’est toutLe Satef invite toutes les organisations syndicales àgénéral de la Radio algérienne a
er le se concerte avec des syndicats ce qui a été fait ! Le ministre donneconverger leurs forces vers une action commune le 1 mairéitéré sa détermination à finaliser
dociles et les décisions sont prises des chiffres sur la réussite des
le dossier avant le mois de juillet prochain, «une manifestation grandiose» pour arracher
sans consulter les partenaires et la élèves qui ne reflètent pas la réali-2011 en finalisant la nomenclature quelques droits au profit des travailleurs. base !», peste-t-il, précisant que les té», a-t-il dit. des postes de travail. Autre ques-
commissions qui ont été installées Evoquant le volet des libertésIrane Belkhedim - Alger d’ailleurs les gardes communaux ettion abordée, celle inhérente à l’af-
pour étudier ce dossier «veulent syndicales, Mohamed Salem Sadali(Le Soir) - L’idée a germé il y a peu. les travailleurs de la santé. Il y a unfaire de nos confrères des Chaînes
Elle est en cours de discussion avec vent de changement qui souffle et gagner du temps». soutient que toutes les libertésI et II, démis de leurs postes de res-
les autres partenaires, mais n’a pas nous souhaitons saisir l’opportunité «Nous demandons la création «acquises» ont été bafouées. ponsabilités respectives à la suite
encore pris forme. Une marche, un pour arracher des droits démocra- d’une commission pour enquêter sur «Les syndicats n’ont plus le droitd’un sit-in organisé par des
confrères, le dimanche 3 avril 2011. la gestion des œuvres sociales et d’appeler aux grèves, d’organiserrassemblement, où et quand ? Tout tiques.»
Un sujet moins consensuel entre sanctionner les auteurs de dépasse- des manifestations publiques et decela n’a pas encore été débattu. Pour le Satef, la protestation
les deux parties, certes, mais qui «Nous en discutons avec les s’impose aujourd’hui, d’autant plus ments». négocier avec les autorités !». Il affir-
reste ouvert au dialogue. syndicats qui entretiennent des rela- que la situation dans le secteur de Abordant la réforme du système me que récemment, une circulaire
Le syndicat prend acte, en tout tions directes avec nous», a affirmé l’éducation, comme partout ailleurs, éducatif, l’intervenant lâche : «C’est ministérielle a été affichée dans tous
cas, de la disponibilité du directeur un fiasco !», car «les conditions élé- les établissements scolaires interdi-Mohamed-Salem Sadali, secrétaire ne s’améliore guère. Pour argumen-
général de la radio à discuter autour mentaires n’ont pas été réunies ! Et sant les réunions des syndicats. général du Syndicat autonome des ter ses propos, Mohamed-Salem
de revendications précises avec travailleurs de l’éducation, au cours Sadali relève trois points : les cela sans concertation avec les «Les libertés syndicales ont été
des représentants des journalistes
d’une conférence de presse qu’il a œuvres sociales, la réforme du sys- concernés. C’est le même staff qui a remises en cause et cela ne fait
et travailleurs dans un cadre légal.
tenue, hier, au siège de la Ligue tème éducatif et l’exercice des liber- massacré l’école algérienne qui réagir personne !»Contresigné par
s’est chargée d’élaborer la réforme Pour dénoncer cette situation, lealgérienne des droits de l’homme. tés syndicales. Tewfik Khelladi,
!». Il a néanmoins indiqué que les Satef pense tenir des rassemble-Le Satef cherche l’appui des Dans ce sens, il estime que ladirecteur général de la Radio
autres organisations qu’il ne peut gestion des œuvres sociales ne doit enseignants n’ont pas été formés, ments permanents au ministère dualgérienne
pas contacter. «Depuis quelque pas être confiée à un seul syndicat que les écoles n’ont pas été équi- Travail et déposer une plainteP/ le Syndicat national
temps, la protestation a gagné de (actuellement à la Fédération natio- pées pour pouvoir suivre et que «le auprès du Bureau international dudes journalistes, le secrétaire
livre scolaire a été un marché juteux travail.général nombreux secteurs. Les étudiants nale des travailleurs de l’éducation
pour certains». «Les cycles sco- I. B.Kamel Amarni protestent, de leur côté, comme de l’UGTA). «Les syndicats n’ontLe Soir
d’Algérie Actualité Mercredi 6 avril 2011 - PAGE 5
RÉVÉLATIONS WIKILEAKS
Le questionnement des États-Unis sur l’Algérie
L’ancien chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-
Unis à Alger a répondu, en mars 2009, à un long question-
naire sur la situation en Algérie. Dans ce document révélé
par le site WikiLeaks, Thomas Daughton évalue le niveau
d’hostilité envers les intérêts américains au lendemain de
la guerre de Ghaza.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) sentiment d’hostilité particulier
- Les Algériens manifestent-ils envers les États-Unis. Les ten-
une hostilité envers les États- sions au sein de la population
Unis d’Amérique ? Existe-t-il une sont apparentes en raison de la
situation de conflit interne ? Quel cherté de la vie, des opportunités
est le niveau de coopération avec d'emploi limitées, de la méfiance
les services de renseignement ? envers le gouvernement, l’accès
Les forces de sécurité peuvent- aux soins de santé corrects, de
elles faire face à une menace ter- l'insatisfaction envers le système
roriste majeure ?... Voici éducatif et du coût élevé du loge-
quelques questions auxquelles a ment. La frustration a provoqué
répondu l’ancien chargé d’af- de nombreuses protestations et
faires de l’ambassade des États- des actes de désobéissance civi-
Unis à Alger au courant du mois le dans toutes les régions du
de mars 2009. Le document clas- pays.» Le chargé d’affaires préci-
sé secret, révélé par WikiLeaks se, toutefois, que les manifesta-
au mois de février et publié dans tions organisées en décembre
des médias libanais et norvégien, 2008 et janvier 2009 (durant le
est en fait un questionnaire éla- conflit de Ghaza) ont laissé trans-
boré par l’administration améri- paraître un certain sentiment anti-
caine, quelques semaines après américain. Mais le diplomate
pays. Pour Hassi Messaoud, le dans le domaine de l'échange de cellules terroristes opérant sur lela guerre de Ghaza qui a opposé assure que les manifestants, au
Israël au Hamas palestinien. Il nombre de 10000, n’ont pas plan mis au point par les terro- renseignements visant à suivre et territoire algérien. L’attentat
semblerait que le document ait atteint «notre périmètre de sécu- ristes prévoyait également le à mettre un terme au flux de com- contre le bâtiment de l'ONU reste
détournement d’un avion de battants étrangers de l'Algérie l’exemple le plus frappant. été adressé à l’ensemble des rité». Une situation qu’il met,
ambassades américaines dans entre autres, sur l’interdiction de ligne. Selon Thomas Daughton, vers l'Irak.» D’un autre côté, il Dans une déclaration, le
les capitales arabes. manifester imposée par les pou- l’opération a été déjouée grâce à considère que ces mêmes ser- ministère de l'Intérieur avait affir-
voirs publics. des informations interceptées à vices se montrent peu «coopéra- mé que le gouvernement détenait
Frustrations partir d’une cellule terroriste acti- tifs» en matière de lutte contre les des informations des services de
Le premier chapitre de ce Attentats déjoués vant en Europe. A ce titre, il réseaux d’Al-Qaïda Maghreb en renseignement algériens selon
questionnaire est consacré à la Dans le second chapitre, le reconnaît que l’Algérie est enga- Algérie. Thomas Daughton base lesquelles l'Organisation des
gée activement dans la lutte son argumentaire en se conten- Nations unies était ciblée. Mais«violence politique» en Algérie. chargé d’affaires revient longue-
«Existe-t-il des groupes eth- ment sur la situation sécuritaire. Il contre le terrorisme. Daughton tant de revenir sur les propos ces informations n’ont pas été
niques ou religieux capables de fait une rétrospective des actions estime que le staff de l’ambassa- tenus par Noureddine Zerhouni, partagées avec l'Organisation
manifester (de l’hostilité) envers terroristes enregistrées durant de des États-Unis entretient de alors ministre de l’Intérieur, au des Nations unies ou d'autres
les Etats-Unis ?» Voici la réponse l’année 2008 et les premiers mois «bonnes relations» avec les res- lendemain de l’attentat qui avait missions diplomatiques. Après
de Thomas Daughton : «L'Algérie de 2009. Il précise, notamment, ponsables des services de sécu- ciblé le siège de l’ONU à Alger. les attentats, un certain nombre
est un État laïque, en théorie, que les services de sécurité algé- rité. «L’ambassade entretient de «Toutefois, les services de ren- de missions diplomatiques ont
dont 99% de la population est de riens ont réussi à déjouer deux bonnes relations de coopération seignement algériens ne sont pas demandé d’accroître leur coopé-
confession musulmane. Il n'y a attentats qui ciblaient les aéro- avec les services de renseigne- toujours coopératifs pour fournir ration avec les services de ren-
pas de communautés ethniques ports d’Alger et de Hassi ment algériens. Il y avait des rela- des renseignements sur Al-Qaïda seignement.»
ou religieuses qui développent un Messaoud, les plus importants du tions de soutien, en particulier au Maghreb islamique et d'autres T. H.
LES EXPORTATEURS DES MÉTAUX FERREUX ET NON FERREUX
INTERPELLENT LES POUVOIRS PUBLICS
Une plate forme pour la relance de la filière
d’autant que les besoins natio-Les exportateurs des déchets ferreux et non-ferreux
naux ne concernent que trois pro-reviennent à la charge. La suspension de leur activité a
duits et des quantités très faiblescréé une situation de blocage pénalisant exportateurs et
par rapport aux disponibilités». récupérateurs. Le président du comité national les repré-
De plus, le président du comi-
sentant appelle à la reprise de l’activité dans un cadre bali-
té estime qu’il serait irréaliste
sé par une plateforme. d’investir dans des fours en
Nawal Imès - Alger (Le Soir) dans la Bourse, il sera difficile Algérie en raison de la dispropor-
- Dans l’incertitude depuis 2009, aux exportateurs de faire des tion de la faible quantité des
date de la suspension de l’expor- sous-facturations ou de tricher matériaux à transformer. Il propo-
tation des déchets non ferreux, la sur le poids de la marchandise se la mise en place d’un fichier
filière est quasiment à l’arrêt. Sa exportée. Il propose même une national des exportateurs, ce qui,
mort programmée a causé la formation des douaniers afin que selon lui, mettra un terme à
perte de beaucoup d’emplois au les tentatives de fraude soient toutes malversations.
moment où la filière commençait démasquées. Dans ledit courrier, En réponse à ces doléances,
justement à s’organiser. le président du comité des expor- les services du ministère du
Pour attirer l’attention des tateurs décrit l’inquiétude des Commerce ont adressé au comi-
pouvoirs publics sur le marasme exportateurs, une inquiétude té des exportateurs un courrier
que vivent récupérateurs et «d’autant plus accentuée car précisant que «le ministère du
exportateurs, le président du cette décision est survenue après Commerce n’est pas habilité à
comité national des exportateurs obtention du cahier des accorder des dérogations pouren matériels de traitement et marché, M. Sergoua répond
a adressé, en date du 9 février charges». En effet, l’établisse- l’exportation de ces produitspresses spéciales pour fer- qu’«en ce qui concerne les
dernier, une correspondance au ment de ces cahiers des charges après la promulgation de la loi derailles», sans compter les appro- besoins nationaux, nous affir-
ministère du Commerce dans devait permettre de relancer la finances complémentaire et quevisionnements bloqués qui repré- mons nos engagements à satis-
laquelle il s’engage au nom de filière. M. Sergoua écrit que «les les préoccupations de la filièresentent «des immobilisations faire toutes les demandes
l’ensemble des exportateurs à exportateurs ont procédé à des ont été portées à la connaissancefinancières colossales et entière- publiques ou privées pour peu
établir des règles qui permettront travaux très importants de ment prises en charge par les que les utilisateurs confirment du Premier ministre». Ballottés,
d’assainir la profession. réaménagement des parcs loués seuls exportateurs». leurs commandes avec contrats les exportateurs ont saisi le prési-
M. Sergoua affirme en effet ou achetés au niveau national. Ils A ceux qui avaient motivé la établis en commun accord avec dent de la République et atten-
qu’avec l’établissement d’un ont procédé à des investisse- suspension de l’activité par la leurs propres consommations dent toujours une réponse.
barème des prix des métaux ments consistant en machines, nécessité d’approvisionner le avec interdiction de réexporter, N. I.
Photo : DR
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Actualité Mercredi 6 avril 2011 - PAGE 6
KAFALA DES ENFANTS ABANDONNÉS
L’Association enfance et famille d’accueil pour l’inscription
sur le livret de famille
ces enfants dans la société», d’un handicap lourd s’impose.L’Association algérienne enfance et famille d’ac-
a-t-il dit. L’intervenant a égale- «Ces enfants nécessitent uncueil bénévole plaide pour l’inscription de l’enfant
ment appelé à l’«élargisse- suivi permanent et une priseaccueilli dans le cadre de la kafala sur le livret de
ment» du cadre législatif afin, en charge médicale et para-
famille. Une démarche qu’elle considère comme un
dit-il, de «trouver des familles médicale adaptée», a-t-il pré-
«facteur d’intégration» à la société. d’accueil aux enfants aban- cisé.
Rym Nasri - Alger (Le de famille. Nous plaidons pour donnés dès leur jeune âge». Il a, en outre, déploré que
Soir) - Qualifiant la non-ins- son inscription sur le livret de Pour sa part, le président des enfants abandonnés res-
cription de l’enfant accueilli famille avec la mention de de l’Association, Antri Bouzar tent durant plusieurs mois,
dans le cadre de la kafala sur kafala», a déclaré Hocine Diar, Youcef, a évoqué le cas des voire des années, dans les
le livret de famille de «discrimi- membre de l’association, hier, enfants handicapés abandon- hôpitaux. «Des enfants sont
nation», l’Association algérien- au forum d’El Moudjahid. nés. «Cette catégorie repré- restés jusqu’à l’âge de deux
ne enfance et famille d’accueil Il a ainsi rappelé la fatwa sente 15% des enfants des ans à l’hôpital à Djelfa et à
bénévole appelle à ce qu’il y sur l’attribution du nom de la pouponnières. Il faut que le Ghardaïa », a-t-il affirmé,
ait un «idjtihad» pour l’amélio- famille d’accueil à l’enfant de ministère de la Solidarité se avant de lancer un appel aux
ration du cadre législatif. la kafala. «Cette fatwa a été penche sur ces cas.» services sociaux en vue de
«L’enfant de la kafala est par- suivie par un décret gouverne- Pour lui, la création de coordonner leurs actions à tra-
tie intégrante de la famille mental en 1992, qui a permis centres spécialisés pour les vers les différentes wilayas.
Permettre une meilleure intégration de ces enfants.mais ne figure pas sur le livret une meilleure intégration de enfants abandonnés souffrant R. N.
VISITE DU RESPONSABLE DE L’AGENCE DU NEPAD
La Transsaharienne et la liaison à fibre optique au menu
des discussions
Le secrétaire exécutif et directeur général de la planification et de coor- s’agira toutefois de trouver des finance- tiatives présidentielles des pays Pour ce responsable, le premier
rdination du Nepad, le D Ibrahim Assane Mayaki, en visite à Alger, a déclaré, ments nécessaires pour la réalisation concernés. «L’équipe technique du objectif est de réduire les problèmes de
hier, qu’un système d’intégration régionale dans huit domaines sensibles des projets inscrits et aussi à venir. Nepad développera avec la partie algé- gouvernance dans les stratégies de
dont l’éducation et la santé est en cours. L’expert a participé à une réunion Les projets de la route transsaha- rienne un plan d’action précis. Il y a développement du continent et cela
entre représentants de secteurs concernés par trois grands projets. Il s’agit rienne et la fibre optique Alger-Abuja aussi une nouvelle configuration du impliquait, selon lui, une participation
de la route transsaharienne Alger-Lagos, de la liaison par fibre optique sont, de ce fait, classés projets cham- Nepad créée, il y a de cela dix années, des instances de haut niveau.
Algérie-Nigeria et du gazoduc Nigeria-Algérie. pions dans le cadre du Nepad. pour une stratégie globale de dévelop- Les trois grands projets à l’ordre du
Moussa Benhamadi a annoncé pement du continent. Et dans ce cadre, jour ont été retenus par le comité des
F.-Zohra B. - Alger (Le Soir) - Pour consiste à écouter et trouver les solu- aussi que l’ambition est d’étendre le les infrastructures sont une donnée chefs d’Etat et de gouvernement char-
rMoussa Benhamadi, ministre de la tions idoines pour une coopération réseau à fibre optique vers d’autres clé», a assuré le D Ibrahim Assane gés de l’orientation du Nepad et
Poste et des Technologies de l’informa- régionale et un développement edestinations et pays africains. Mayaki. Il expliquera aussi qu’un systè- approuvés au cours de sa 24 session
tion et de la communication intervenant durable», a, par ailleurs, précisé le Selon Moussa Benhamadi, les pays me d’intégration régionale dans huit tenue au mois de février dernier à
à l’ouverture de la rencontre, «l’Afrique ministre. européens doivent également s’impli- domaines sensibles, dont l’éducation et Addis-Abeba.
n’est plus un acteur secondaire mais Les secteurs concernés par les quer dans les projets africains en vue la santé, est en cours. F.-Z. B.
essentiel surtout depuis les actions ini- trois projets sont le transport, l’énergie de juguler l’immigration clandestine et
tiées dans le cadre du Nepad qui a pris et les ressources en eau. Deux projets fixer les populations sur leurs terres
un nouvel élan». sont au centre des discussions, la route d’origine à travers l’emploi notamment, Les PatriotesLe ministre a annoncé aussi la transsaharienne et la liaison à fibre généré par les grands projets en cours.
création de cellules de suivi alors optique Alger-Abuja. Pour sa part, le directeur du Nepad
qu’une équipe passera dans tous les Le championship du projet de gazo- a déclaré que la rencontre d’Alger de Tizi-Ouzou interpellentpays pour rencontrer ces comités tech- duc Nigeria-Algérie a, par ailleurs, été consiste en une prise de contact de
niques. «La dynamique en cours confié au Nigeria. Pour le ministre, il départ pour la mise en œuvre des ini-
le président Bouteflika
ILS FONT FACE À UN MANQUE DE MÉDICAMENTS
La détresse des Patriotes, contenue depuis longtemps, éclate au grand
jour. C’est ce qui apparaît à la lecture de la lettre ouverte rédigée à l’adres-
se du président de la République par ces dizaines de Patriotes du sud deGrande détresse des cancéreux
la wilaya de Tizi-Ouzou, englobant pas moins de quatorze communes,
parmi celles ayant le plus enduré les affres du terrorisme.
Ils n’ont pas pour habitude de se lamenter mais là, ils n’en peuvent plusde Annaba
de supporter la tournure prise par l’après-lutte contre le «tsunami intégriste
Les cancéreux de la région gardaient l’espoir de se voir pris en hôpital de jour au sein de la structure
et son bras armé». Réunis au début de cette semaine, ces Patriotes et leurs
d’Annaba sont confrontés depuis charge sérieusement dans les deux ou hospitalière du Docteur-Dorban, mais il
représentants ont voulu se rappeler au bon souvenir du premier magistrat
près de quatre mois à des pénuries trois prochaines années, principale- manque cruellement de médicaments,
du pays auquel, et pour ceux qui l’auraient oublié, rappellent quelquesde médicaments spécifiques à leur ment pour le traitement de radiothéra- comme indiqué plus haut. A cela s’ajou-
«vérités» sur ce qui s’est passé ces dernières vingt années, au lendemainmaladie. En raison du manque en pie. C’était sans compter avec la len- te le manque récurrent des poches
de «l’appel pressant lancé par une poignée d’hommes responsables à laces médicaments, dont le cinq- teur bureaucratique. Pourtant confiée à pour somatisés.
Fluoracyl, l’Adriamycine ou la une entreprise chinoise, la réalisation tête de l’Etat à l’adresse des dignes fils de l’Algérie», écrivent-ils dans leurCette pénurie, nous signalent des
Cisplatine, constituant les premiers de cette structure sanitaire de premier malades, est à l’origine d’une spécula- lettre. «Des milliers de moudjahidine, rescapés de la glorieuse guerre de
protocoles de soins, les cancéreux ordre n’a pas échappé aux tracasseries tion éhontée. Les poches sont ainsi Libération nationale, au crépuscule de leur vie et la précarité de leur santé,
se trouvent dans l’impossibilité de administratives. Si ce n’est pas le proposées au quadruple du tarif de leur ont pris les armes côte à côte avec leurs enfants dans plusieurs cas, ceux
suivre leurs cures de chimiothéra- manque en matériaux de construction, remboursement par la Sécurité sociale, des chouhada, anciens de l’ANP, de la Sûreté nationale et d’autres citoyens
pie. Pourtant, il s’agit de simples c’est le règlement des situations finan- alors que la majorité des stomatisés jaloux de leur patrie», écrivent-ils pour rafraîchir les mémoires si jamais
molécules et de produits dont le prix cières des bâtisseurs chinois qui a sont issus de milieux défavorisés. quelque part on a oublié que «la lutte a été longue et sanglante, engendrant
n’est pas élevé. entravé la bonne marche du chantier. Cette situation n’a cependant pas
des pertes énormes en hommes et matériels (…), les Patriotes résolumentNon commercialisés par les offi- Aujourd’hui, le gros œuvre est ter- entamé la volonté de ceux qui œuvrent
engagés pour la sauvegarde de la République payeront le prix fort qu’au-cines, ces médicaments ne sont dispo- miné mais restent les finitions, ainsi à venir en aide aux cancéreux
cun homme ne peut occulter (…). Dieu merci, les forces du mal ont éténibles qu’au niveau des pharmacies que l’installation de l’ensemble des d’Annaba et sa région. L’association
des hôpitaux. Cette situation de pénu- pièces de l’équipement très sophisti- défaites».Hayat, l’une des premières à avoir vu le
rie ne fait que perdurer, au grand dam qué, nécessitant une technicité prou- Un rappel des faits jugé nécessaire par les Patriotes qui, ensuite, énu-jour à la fin des années 1980 après la
des malades. vée. Confiée au départ à la direction du mèrent les rendez-vous électoraux, depuis l’année 2000, occasions lorspromulgation de la loi de 1987 autori-
A l’annonce, il y a plus de cinq ans, centre hospitalo-universitaire, l’opéra- sant la création d’associations activant desquelles les plus hautes autorités de l’Etat n’avaient jamais lésiné sur les
du lancement des travaux du Centre tion d’acquisition de ce matériel a été dans le domaine social, avec ses promesses en leur direction en guise de reconnaissance. «Rien ne pointe
anticancer (CAC) d’Annaba, ceux souf- finalement centralisée au niveau du maigres moyens, prend en charge à l’horizon des braves Patriotes qui continuent de défier les résidus du ter-
frant de cette pathologie issus des ministère de tutelle. actuellement quelque 300 cancéreux. rorisme les armes à la main», poursuivent-ils, non sans évoquer leurs
wilayas de l’extrême nord-est du pays Pour la chimiothérapie, il existe un Sa présidente se bat pour assurer aux camarades morts sans avoir eu droit à la moindre gratitude. Et là, inévita-
malades soins et réconfort en tapant à
blement, les rédacteurs de l’appel au président de la République n’ont puSIDI-BEL-ABBÈS toutes les portes. Une malade nécessi-
s’empêcher de faire le parallèle avec les «émirs» et leurs troupes aux mains
tant une prise en charge pour une cure
tachées de sang qui se sont retrouvés «grassement servis par le Trésorde radiothérapie a été dirigée vers uneUn jeune mortellement poignardé public en plus d’autres largesses de la loi sur la réconciliation nationalestructure distante de quelque 700 km
Le faubourg Thiers, dans la ville de Sidi-Bel-Abbès, est encore sous le choc allant jusqu’au bénéfice d’une garde rapprochée pour les têtes pensantesd’Annaba. Et pour cause, le centre le
après la mort tragique d’un jeune homme, A. M., 27 ans, dans la nuit de lundi à de la sinistre organisation». plus proche, celui de Constantine, était
mardi. Selon des sources concordantes, la victime a été poignardée dans le dos saturé, a-t-on appris de la présidente Une tournure des événements qui pourrait «tuer inévitablement l’amour
par un adolescent de 17 ans, dans des circonstances que l’enquête diligentée par de l’association Hayat. de la patrie dans l’esprit des générations présentes et à venir», assurent les
la police est en train d’essayer d’élucider . Evacuée vers les UMC du CHU Selon ses dires, le wali d’Annaba Patriotes du sud de la wilaya de Tizi-Ouzou qui, pour conclure leur missive,
Hassen-Abdelkader de Sidi-Bel-Abbès, la victime a rendu l’âme aussitôt suite à fait de son mieux pour venir en aide interpellent le président de la République pour honorer les engagements
une importante hémorragie. Le présumé meurtrier a été arrêté et deux autres per- avec, bien sûr, les moyens à disposi- pris devant Dieu et le peuple algérien.sonnes interpellées. Le principal accusé sera déféré incessamment devant le pro- tion, à cette catégorie de grands
cureur de la République de Sidi-Bel-Abbès. malades en détresse.
M. AzedineA. M. A. Bouacha
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Mercredi 6 avril 2011 - PAGE 7
L’AMIRAL FRANÇAIS JEAN DUFOURCQ* ET LA SITUATION DANS LES PAYS ARABES :
«Il y a un problème de relève
de génération politique»
détermination des contestationsL'amiral du corps de réserve Jean Dufourcq est familier de
et par leurs relais spontanés. Lala réflexion stratégique dans les enceintes académiques
liberté n’a pas besoin de dopant niet militaires. Il continue de participer à la définition des
de complot. Nous Françaisaxes de déploiement de la doctrine militaire et diploma-
savons cela depuis deux siècles
tique française mais, c'est à titre personnel, qu'il s'expri-
et cinq Républiques.
me dans les colonnes du Soir d'Algérie pour donner son
éclairage sur le cours des évènements actuels dans le Les transformations plus ou
monde arabe. moins radicales qui affec-
tent, actuellement, les sys-
Par Mohamed-Chafik Mesbah tèmes de gouvernance dans
le monde arabe risquentLe Soir d’Algérie : coups d’armes lourdes. Sans
d’entraîner quelles modifica-L’évolution rapide du cours elles, pas de vote de la résolution,
tions dans l’équilibre du rap-des événements dans le pas d’abstention constructive des
port de force arabo-israélienmonde arabe interpelle, pays généralement hostiles à ce
avec quelles perspectivessous un angle nouveau, genre d’intervention. Mais n’élu-
pour l’évolution du contextel’Union européenne, à com- dons pas la question de l’Otan.
stratégique régional ?mencer par la France, dont Vous aurez noté que le contrôle
En rebattant toutes les cartesles rapports traditionnels à politique et la direction straté-
du monde arabe, la renaissancela rive sud de la gique de l’engagement militaire
actuelle change profondément laMéditerranée ne peuvent sont restés dans la coalition, et
donne palestinienne. Car l’Etatplus perdurer. Quelles adap- hors Otan, et qu’ils le sont tou-
d’Israël ne bénéficie plus automa-tations pour la politique jours et que c’est seulement au
tiquement de la prime démocra-étrangère de la France ? bout d’une semaine que la planifi-
tique face à l’absolutisme arabe.Amiral Jean Dufourcq : cation et le contrôle opérationnel
La vertu et l’exemplarité politiquesL’intifada actuelle en des missions ont été dévolus à
peuvent désormais se répartir auMéditerranée est d’abord une ses centres de commandement
Proche-Orient ; de nouvellesaffaire de crise politique et sociale militaires. Bien sûr, il pouvait y limitent à des rezzous d’insurgés litique qui appelait de nouvelles
entre les populations arabo-médi- avoir des discussions sur ce expériences de modernité socio-peu organisés contre des concen- solidarités régionales mais aussi
terranéennes et les systèmes de point, voire des divergences, politique, comme la turque, peu-trations mécanisées loyalistes. Il y des précautions accrues en
gouvernement qu’elles contes- notamment entre Britanniques et vent invalider l’archaïsme musul-a de la place dans ce système matière de fuyards et de migrants.
tent. Elle interpelle, c’est vrai, à Français. Et il faut chercher dans man et relativiser le front anti-ira-pour les allées et venues, la Il y avait enfin bien sûr pour les
l’évidence aussi les pays euro- la mise en œuvre technique des nien qui servait à la fois les inté-confusion et les négociations. compagnies majeures investies
méditerranéens, à la fois comme missions aériennes la raison du Pour finir, comment le colonel dans la production d’hydrocar- rêts des conservateurs arabes et
voisins attentifs et compatissants recours final à l’Otan qui est l’or- pourrait-il renoncer à un pouvoir bures un impératif catégorique ceux des faucons israéliens. Mais
et comme démocrates soucieux ganisation la plus performante qu’il exerce sans partage depuis d’action que les Etats concernés avant de saluer la diffusion positi-
de libertés et de modernité. pour l’action en coalition dans ce plus de 40 ans, sans que rien n’y n’ignoraient pas. Je vous laisse ve des libertés dans son voisina-
C’est à ce double titre qu’il est évi- domaine ; et non dans un aligne- personne n’ait pu l’en dissuader adapter ce coquetel à chacun des ge, Israël pourrait être d’abord
dent que les rapports traditionnels ment politique sur des Etats-Unis et que la famille arabe comme la pays de la coalition pour ce qui le tenté de se «remparer» dans un
entre riverains méditerranéens par ailleurs politiquement bien communauté internationale avait concerne ! réflexe d’encerclement militaire. Il
vont évoluer. Vous me demandez prudents. fini par absoudre ? Il peut croire pourrait aussi rechercher bientôt
quelles adaptations pour la poli- encore au salut. Si l’on admet que les puis- de nouvelles alliances régionales
tique étrangère de la France ? Comment, côté français, sances occidentales, à com- avec des voisins progressivement
Je vous répondrai simplement explique-t-on la capacité de Nous assistons, dans tous mencer par les Etats-Unis, normalisés auprès desquels il
qu’il lui faut accompagner pacifi- résistance manifestée par le les cas de figure, à un élar- sont impliquées, à des pourrait enfin commencer à assu-
quement ce changement au ryth- colonel El Kadhafi ? Une gissement de plus en plus degrés divers, dans le cours mer son orientalité et rechercher
me que choisiront les peuples et détermination individuelle marqué du champ d’applica- des événements qui se pour- les conditions d’une communauté
faciliter enfin la mise en place pro- seulement, ou une détermi- tion du fameux droit d’ingé- suivent dans le monde d’intérêts stratégiques. La moder-
gressive d’une communauté d’in- nation individuelle qui s’ap- rence humanitaire. Dans le arabe, comment expliquer nisation syrienne serait un fac-
térêts et de destin que suggère la puie sur une configuration cas d’espèce de la Libye, que, pour certaines situa- teur-clé de cette possible évolu-
proximité géographique et humai- particulière du pouvoir et de nous sommes dans une tions (Égypte, Tunisie), ils tion. Et le processus de paix peut
ne, notamment en Méditerranée la société ? démarche de préservation soient intervenus plus que devenir demain enfin une affaire
occidentale. Je ne me hasarderai pas à d’intérêts vitaux liés aux dans d’autres (Bahreïn, vraiment régionale, sans recours
A cet égard, la France avec parler au nom de la France. hydrocarbures ou, vraiment, Maroc…) ? aux parrainages extérieurs. C’est
l’Italie et l’Espagne doit aider Quelques remarques sur cette dans une logique de devoir S’il y a un problème spécifique le scénario vertueux. Inutile de
l’Union européenne à prendre la détermination. Je dirai seulement humanitaire ? des sociétés arabes, c’est bien dire qu’il a son pendant tragique
mesure du changement, à en pro- que c’est dans la structure même Le devoir de protéger une celui des relèves de générations
de possible fuite en avant et
mouvoir la dynamique positive et du pouvoir libyen qu’il faut cher- population contre le dirigeant qui politiques. Et la tentation dynas-
d’aventurisme militaire, surtout si
à se montrer inventive en matière cher la capacité de résistance du l’agresse par moyens militaires tique existe chez la plupart pour
les nouveaux acteurs arabes tar-de partenariat. leader et des troupes rassem- dispose désormais avec la résolu- préserver les équilibres internes
dent à établir un nouveau régime
blées autour de lui. On note que le tion 1973 d’un cas d’école. Bien de pouvoir mais chacune est à la
de mesures de confiance et de
L’engagement résolu de la pouvoir actuel résulte d’un com- peu aurait misé il y a un mois sur recherche d’un modèle spécifique
sécurité plus ambitieux avec unFrance dans les opérations promis somme toute accepté ce scénario, après les révoltes lui permettant de garantir des
Etat d’Israël forcément dans l’ex-militaires en cours en Libye entre des parties d‘un pays qui n’a tunisienne et égyptienne. Il sera transitions politiques maîtrisées
pectative. Mais la populationn’a pas manqué d’appeler jamais été complètement unifié, demain d’application plus facile et vers la dignité, la modernité et la
palestinienne pourra-t-elle accep-l’attention du monde, notam- sinon sous la férule d’un clan et le précédent libyen sera oppo- prospérité, surtout si le pouvoir
ter le découpage qui se profilement, pour ce qui apparaît dans la répartition imposée par le sable aux oppresseurs des liber- n’y pourvoit pas. Et là où les pro-
actuellement ? La renaissancecomme un alignement sur la dictateur de ses ressources éner- tés publiques qui utiliseront des cessus de modernisation sont
arabe ne va-t-elle pas démonéti-position des Etats-Unis au gétiques. Ensuite, il faut noter la moyens militaires. Laissez-moi déjà actifs, comme là où les équi-
ser la solution des deux Etats ? Lesein de l’Otan. Quelle inter- totale prévisibilité des opérations penser que dans la démarche des libres ethno-religieux internes
contexte régional actuellementprétation accorder à cet anglo-américaines qui opèrent premiers pays engagés dans la sont impératifs, on voit que les
bloqué pourrait évoluer rapide-engagement militaire fran- toujours de la même façon, en volonté de cessez-le-feu immé- acteurs extérieurs interviennent
ment.çais ostensible ? essayant de tirer parti de la capa- diat, il y avait d’abord la question peu, sauf pour consolider les
M. C. M.Avant de relever l’engagement cité foudroyante des missiles de humanitaire qui les taraudait, plus démarches en cours. Alors que là
militaire de la France, je voudrais croisière pour supprimer les que d’autres, la renaissance où il y a une vraie requête d’aide
(*) Rédacteur en chef de la revuevous faire observer que c’est l’en- défenses aériennes et les centres arabe qui les préoccupait, de extérieure, de légitimation du
Défense nationalegagement politique et la détermi- de commandement de l’adversai- façon majeure, la démocratisation mouvement d’intifada, voire un
(www.defnat.com), chercheur ànation diplomatique de la France re. Mais on peut s’y préparer et en des sociétés arabo-musulmanes appel au secours, il me paraît évi-
l’Ecole militaire, docteur enqui ont été déterminants. Il fallait minimiser les effets par une dis- qu’ils espéraient, rappelons-nous dent que les démocraties libé-
science politique et académicienl’audace de l’indignation et la persion et une protection soi- l’entreprise du Grand-Moyen- rales apportent leur aide, sans
témérité de la juste cause pour gnées. Enfin, comme il a été exclu Orient de la décennie précédente. trop se faire prier. Et puis n’ou- de marine, l’amiral Jean
protéger le peuple libyen contre d’emblée d’aller le déloger militai- Il y avait aussi la propagation blions pas que tout le monde a été Dufourcq a servi dans les forces
son dirigeant qui voulait le mater à rement au sol, les combats se d’une crise de modernité sociopo- pris de court par l’ampleur et la sous-marines.
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Société Mercredi 6 avril 2011 - PAGE 8
AÏN-TÉMOUCHENT GHARDAÏA
Présentation d'un planRencontre régionale de développement pilote
à Zelfanasur les systèmes d'irrigation
Un plan de développement local (PDL) pilote de
nomiseront de très tures maraîchères où vuUne rencontre régionale s'est tenue cette la région oasienne de Zelfana, initié par le ministère
grandes quantités d’eau que plusieurs points d’eausemaine au niveau de l’école d’agriculture de la de l’Agriculture et du Développement rural en
qui leur permettront d’irri- à travers la wilaya sont coopération avec l’Union européenne dans le cadrewilaya de Aïn-Témouchent, en présence d'un
guer un maximum de sur- encore faiblement exploi- d'un «programme d’appui à la mise en œuvre de lareprésentant du ministère de l'Agriculture et du
faces agricoles, et aussi tés, cela engendre une politique de renouveau rural», a été présenté lundiDéveloppement rural, et des responsables du cela permettra l’augmen- faible production. au siège de cette collectivité locale. secteur agricole de douze wilayas de l'ouest du tation de la production qui Le DSA de la wilaya de Ce plan de développement local qui constitue un
pays, du directeur des services agricoles et des influera automatiquement Aïn-Témouchent dira que instrument de planification pour la redynamisation
cadres de ce secteur. sur le prix. ses services vont appliquer durable de l’espace rural de Zelfana a été élaboré
L'objectif de cette lahs, ce qui cause un gas- A cet effet, il affirmera ce système d'irrigation qui selon la méthode participative et en concertation
réunion de travail était pillage d’eau lors des diffé- qu’en 2010 moins de 1 mil- permettra de toucher le «directe» avec les partenaires et les acteurs sociaux
consacré à l’évaluation des rentes opérations d'irriga- lion d’hectares ont été irri- plus grand nombre de sur- de la région, a expliqué le coordinateur du projet, M.
différents systèmes d’irri- tion. Il préconisa que si l’on gués alors qu’avec les faces agricoles irriguées Boualem Trabelsi. «Ce PDL vise à doter la stratégie
gation dans la wilaya. utilisait les nouvelles tech- moyens disponibles, la afin d'augmenter la pro- du renouveau rural d’outils de pilotage sectoriels
Le représentant du niques par le biais des surface irriguée pourra duction céréalière qui elle pertinents et appropriés pour une meilleure maîtrise
ministère évoquera le pro- équipements modernes et atteindre plus de 1,6 mil- même permettra de rédui- des paramètres de développement de la région
blème du système d’irriga- l’eau des barrages et des lion hectares d’ici 2014. re l’importation de blé dur oasienne de Zelfana (zone pilote) avant de le géné-
tion obsolète pratiqué par stations d’épuration ration- Le même constat a été et tendre. raliser à d’autres localités oasiennes du pays», a-t-il
plus de la majorité des fel- nellement, les fellahs éco- relevé concernant les cul- S. B. soutenu.
Ce plan a été réalisé en tenant compte des
potentialités spécifiques de la région Zelfana afin de
servir d’instrument scientifique de référence àUne gare routière et une agence
d’autres oasis du pays, a-t-il fait savoir.
Pour l’expert de la commission européenne, ce
travail permet de développer, dans un cadre concer-sonelgaz s'imposent à Aïn-El-Arba té, une méthode d’approche pilote permettant d’être
généralisée à d’autres régions, en impliquant davan-pour convaincre les abonnés. Par Enfin, s’agissant de la banque, unLa population de Aïn El-
tage les populations dans le choix de projets adap-ailleurs, les citoyens qui se déplacent citoyen s’interroge : «Pourquoi uneArbaâ, dans la wilaya de Aïn-
tés à leurs besoins. La présentation du PDL a per-quotidiennement vers d’autres villes daïra comme la nôtre ne dispose pasTémouchent, ne sait plus à mis aux responsables locaux de Zelfana depour vaquer à leurs occupations sou- de banque, alors que d’autres vil-quel saint se vouer du fait que connaître le diagnostic territorial et l’identificationhaitent la réalisation d’une gare rou- lages moins importants en possè-
ses multiples appels aux auto- des potentialités existantes dans leur région, afin,tière pour en finir avec le calvaire dent ?»
éventuellement, de lancer des projets de dévelop-rités compétentes de la wilaya qu’ils subissent à la recherche de S. B.
pement durable à l'impact socio-économique sur lan’ont connu aucun écho favo- véhicules clandestins.
population de Zelfana, a ajouté le même expert. rable quant à la réalisation de
La localité de Zelfana, à vocation agricole et ther-quelques infrastructures de Des week-ends scientifiques male, a été choisie comme zone pilote pour l’élabo-base, à l’image d’une agence
ration d’un PDL de référence pour les régions
Sonelgaz, une banque ou oasiennes, dans le but d’initier des projets ayant unepour les enfantsencore une gare routière. valeur modèle pour la valorisation durable des res-
La direction de la établissements de la stage pour les anima-Aïn-El-Arbaâ, en sa qualité de sources existantes, selon les explications fournies.
erjeunesse et des sports jeunesse et des sports teurs CVLJ (1 degré)chef-lieu de daïra comptant plus de APS
a mis sur pied un riche sont concernés par ces d’une dizaine de jours17 000 âmes, cette ville est malheu-
programme pour l’utili- journées et verront la au niveau du camp dereusement dépourvue de structures LAGHOUATsation des camps de participation de 50 jeunes de Rachgoune,indispensables facilitant les besoins
jeunes, et ce, en exécu- jeunes. où 40 jeunes de niveauquotidiens de cette population de la Lancement prochaintant plusieurs opéra- Aussi pas moins de scolaire de terminale etgrande M’lata.
tions, à partir du mois 200 enfants, choisis universitaire étaientConcernant la Sonelgaz, les d'un programmede février écoulé, et ce, dans les daïras de Aïn- appelés à séjournerabonnés rencontrent beaucoup de
jusqu’au mois d’avril. Témouchent et Aïn- pendant 10 jours, endifficultés pour s’acquitter de leurs de 9 000 LSLLes week-ends scienti- Kihel, représentant 9 stage bloqué, à l’issuefactures de gaz et d’électricité. Ils
fiques et environne- établissements, auront- duquel des diplômes dedoivent, en effet, effectuer des dépla-
er Les travaux de réalisation d'un programme de 9mentaux, qui auront ils à faire des sorties en 1 degrécements vers l’antenne de Hammam
000 logements sociaux locatifs (LSL) dans la wilayapour thème principal plein air pour découvrir d’animateur leur ontBouhadjar.
de Laghouat seront lancés au cours de cette année,«L’audiovisuel et le les sites et paysages de été décernés par laPourtant des directives ont été
a indiqué le directeur local de l'Office de promotiondonnées aux bureaux de poste pour montage vidéo» ont la région de Béni Saf. CVLJ. Ils étaient enca-
et de gestion immobilière (OPGI). «Il est projeté, àque lesdites factures soient réglées à débuté ce premier avril, En outre, la direction drés par 5 anciens
ce titre, le lancement, avant la fin avril, d'une trancheleur niveau. Mais la poste de Aïn-El- au niveau du camp de de la jeunesse et des directeurs de CVLJ, un
de 2 500 unités, le reste du programme, en phaseArbaâ ne serait pas dotée d’impri- jeunes de Rachgoune, sports avait organisé, médecin et un psycho-
d'études techniques et de sélection d'assiettes fon-mante pour gérer cette opération, dans la commune en collaboration avec la logue.
cières au niveau des communes concernées, seraune excuse qu’avance le receveur d’Oulhaça. Tous les ligue de plein air, un S. B.
lancé ultérieurement», a-t-il précisé.
Concernant les programmes destinés à la lutteNAÂMA
contre l'habitat précaire, il est aussi prévu la récep-
tion de 3 200 unités réparties entre les régions deDébrayage d’une journée Les chômeurs ferment Bellil (1 200 unités), Laghouat (812 unités) et Aflou
(500 unités). S'agissant du logement de type socialles agences de l’emploidu personnel de Sonelgaz participatif (LSP), une tranche de 628 unités est
actuellement en cours de réalisation et sera livréeLe personnel des agences Sonelgaz de la Plusieurs chômeurs ont demandé que cette agence
au cours de 2011. La construction de 1 054 loge-manifesté leur mécontente- locale soit gérée par un cadrewilaya de Naâma a, à l’instar des autres wilayas du
ments de même type ainsi qu'une tranche de 100ment devant le siège de local de l’agence, qui connaîtpays, observé une journée de protestation lundi.
unités à Aflou, sont en phase de finalisation de leursl’Agence de wilaya de l’emploi les vrais demandeurs d’em-Plusieurs clients qui voulaient s’acquitter de leur
procédures administratives. quittance d’électricité et de gaz ont été surpris de (Awem), pour demander un ploi relevant de la ville de Aïn-
Au cours de l'année 2010, il a été réceptionné etvoir des banderoles accrochées sur l’entrée des soutien à la reconduction du Sefra.
attribué 26 logements promotionnels au chef-lieu deétablissements sur lesquelles ils pouvaient lire : directeur de l’agence. Ce qui a nécessité le
wilaya dans le cadre de l'essai de ce type de loge-«Nous sommes en grève pour une journée.» Profi- Ce cadre, indiquent les déplacement du directeur
ment, en vue d'évaluer sa réussite qui détermineratant du jour de marché à Aïn-Sefra, ceux venus des contestataires, est connu pour régional de Béchar, pour un
la poursuite de ce type de programme, selon le
ksour pour régler leurs factures se sont acheminés ses compétences, il a déjà constat sur place à Naâma et
même responsable. Dans le cadre du programme
géré cette agence en tant que Aïn-Sefra. C’est dire que cettevers les agences postales. Les revendications,
quinquennal 2005-2009, la wilaya de Laghouat s'est
indiquent les protestataires, se résument en l’aug- premier responsable. fois-ci, les chômeurs voulaient
vu accorder un programme de 5 952 LSL destinés à
mentation des salaires, l’octroi des avantages liés Par ailleurs une action d’abord l’assurance du bon
l'éradication de l'habitat précaire, a rappelé le direc-
au travail quotidien, ainsi que la revalorisation des similaire, a eu lieu devant fonctionnement des agences
teur de l'OPGI.
primes et indemnités. l’Anem de Aïn-Sefra, les chô- de l’emploi.
APS
B. H. meurs de cette ville ont B. H.Le Soir
d’Algérie Monde Mercredi 6 avril 2011 - PAGE 9
DÉBAT «ISLAM ET LAÏCITÉ»
Ou la tentative désespérée
de faire mieux que le Front national
ler des musulmans». Dans toutes ses sur l’islam initié par Copé, secrétaire qu’annonce Copé pour l’issue de ce de France, dirigé par AbderrahmaneA quelques heures de l’ou-
déclarations, en effet, l’islam est mis général de l’UMP sous l’impulsion de débat ne sont pas encore connues et Dahmane, et le collectif Banlieuesverture, hier, du débat très
à l’index. La dernière en date, faite la Sarkozy, n’est pas sans diviser enco- nous ne manquerons pas d’y revenir. Respect, animé par Hassen Bencontroversé sur «islam et laï-
veille de la tenue de la convention re la majorité qui donne l’impression Mais, d’ores et déjà, l’on sait que M’barek, ont appelé à un rassemble-
cité» organisé par l’UMP, UMP sur l’islam et la laïcité, est on ne de ne plus savoir quoi inventer pour François Fillon comme Gérard Lar- ment à 17h30 devant le siège de
Claude Guéant, le ministre de peut plus explicite : «En 1905, il y jouer les amalgames. Il en est jus- cher, président du Sénat, ou encore l’UMP pour s’élever contre «la haine
l’Intérieur, persiste et signe avait peu de musulmans en France, qu’au Premier ministre, François Roselyne Bachelot, ministre des Soli- et l’islamophobie».
aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 mil- Fillon, qui, parce qu’il s’est déclaré darités et de la Cohésion sociale, ne Pour rappel, les grandes religionsdans ses attaques en règle
«très mal à l’aise» avec ce débat, prendront pas part au débat, signi- (catholique, orthodoxe, musulmane,lions. Cet accroissement du nombresur l’islam. Dans une déclara-
de fidèles et un certain nombre de s’est vu accusé «de ne pas jouer col- fiant ainsi leur désaccord sur un protestante, juive et bouddhiste) ont
tion faite lundi dernier et qui
comportements posent problème.» lectif», autrement dit de ne pas s’être débat «inopportun». exprimé dans un communiqué le 31
confirme, s’il en était besoin, tu même s’il n’approuve pas la trou- Au moment où doit s’ouvrir le mars dernier leur opposition à ceComme on le voit, Guéant ne fait
que le pouvoir actuel rend pas de quartier, tous les musulmans vaille. A l’heure où nous mettons débat (en fin d’après-midi d’hier) le débat.
responsables les musulmans sont des pratiquants et même plus, sous presse, les 26 propositions Conseil des démocrates musulmans K. B.-A.
des «fidèles» aux pratiques dange-de France de tous les maux
reuses. Justifiant le débat de mardique connaît la société fran- COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES DÉMOCRATES MUSULMANS DE FRANCE
sur islam et laïcité, Guéant explique :çaise, Guéant affirme que le
«La question interpelle nos conci-
nombre grandissant de Ces musulmans qui étaient de trop à Verdun et toyens : nombreux sont ceux qui pen-
musulmans en France et cer- sent qu’il y a des entorses à la laïci-
tains comportements posent té.» Parmi ces entorses, le ministre à Monte-Cassino pour sauver la France et la reconstruire
de l’Intérieur cite notamment lesdes problèmes. Le ton est L'Islam est le deuxième culte de France depuis le constituée majoritairement de soldats musulmans. C'est
prières dans les rues qui, selon lui,donné à ce débat dont Sarko- début des années 1970. à partir de cette date, avant la traversée du Rhin, que le«choquent un certain nombre de
zy et ses troupes espèrent Depuis lors, la proportion de musulmans rapportée à général Leclerc a procédé à un rééquilibrage au sein de
concitoyens».
l'ensemble de la population française est demeurée l’armée entre les soldats français musulmans et les sol-des dividendes pour la prési- Cette entorse, comme d’autres
inchangée. dats français de la métropole. C'est le général de Gaul-dentielle de 2012. Mais rien telles que le hallal dans les cantines ;
Tous les spécialistes en sont d'accord, malgré les dif- le lui-même qui en a fait la confidence à Georges Pom-
n’est joué et les Français l’exigence par certains d’ausculta-
ficultés d'introduction de critères confessionnels dans pidou en 1949 (cf. G. Pompidou : Pour rétablir une véri-
tions médicales par les médecins ducommencent à fatiguer de les statistiques. té. Plon. 1982).
même sexe que le patient, sont évi-cette stigmatisation des Au moment de l'adoption de la loi de 1905, il y avait La citoyenneté des Français de confession musul-
demment, et personne ne peut le
musulmans. une plus importante proportion de musulmans, car mane a été chèrement acquise aussi bien par leur enga-
nier, de véritables problèmes mais «l’empire français» était une «puissance musulmane», gement en tant que soldats que par leur participation à
sont-elles pour autant des exigences
plutôt fière de ses populations d'Algérie, du Maroc, de la reconstruction de la France après ces conflits armés.De notre bureau de Paris, ou des pratiques si généralisées Tunisie et de l'Afrique subsaharienne. Il est salutaire de rappeler ces vérités historiques àKhadidja Baba-Ahmed dans l’Hexagone que cela nécessite Durant les grandes guerres, depuis la guerre de Cri- l'intention de mon ami C. Guéant afin de lui éviter de trop
un tel chambardement, une telle
mée (1854-1856) jusqu'aux deux conflits mondiaux solliciter des statistiques falsifiées sur la présence desDepuis qu’il assure les fonctions mobilisation de la majorité qui fait (1914-1918 et 1939-1945), il y avait une forte concen- musulmans en France dans le seul but d’instrumentali-de ministre de l’Intérieur, Claude l’impasse, ce faisant, sur les raisons tration de soldats musulmans dans l'armée française, et ser la peur au risque de dérapages.Guéant s’est fixé une cible à abattre : de ces échecs cuisants aux canto- personne n’a eu à s’en plaindre. Abderrahmane Dahmane, président du Conseilles musulmans. Son obsession, a dit nales et sur ceux qui se profilent pour eA son arrivée à Paris le 25 août 1944, la 2 DB était des démocrates musulmans de Francehier François Hollande, «c’est de par- 2012. Cette diversion par un débat
LIBYE
Le gouvernement prêt à des réformes, les rebelles perdent du terrain
pas de problème avec ça». Interrogé sur gouvernementales, selon un journaliste rebelles et forces gouvernementales coalition internationale le 19 mars, et l'ar-Le gouvernement libyen a
les secrets que Moussa Koussa dirait de l'AFP. Les rebelles se trouvaient en mieux armées et mieux organisées. rêt total des exportations de brut duannoncé être prêt à engager des
détenir, Seif al-Islam a répondu : «Quoi début d'après-midi à mi-chemin entre «Bréga est quasiment déserte, il n'y pays, selon les données de Lloyd's List.réformes pour tenter de mettre
comme secrets ? Les Britanniques et les Bréga et à Ajdabiya (80 km au nord), a plus que quelques hommes et leurs fils «Deux chargements de pétrole»
fin au conflit qui déchire le pays Américains savent tout sur Lockerbie. Il reculant d'environ une trentaine de kilo- pour garder les maisons. Nos hommes avaient déjà eu lieu à Tobrouk, entre le
depuis plus d'un mois et demi n'y a plus de secrets.» mètres, selon ce journaliste. L'Otan a (les rebelles) sont dans la ville (dans 28 février et la mi-mars, a affirmé à l'AFP
L'Ecosse a indiqué lundi que ses mené un raid aérien vers 9h (7h GMT) à l'est) mais les forces de Kadhafi leur Fethi Faraj, responsable du comité d'in-alors que de violents combats
enquêteurs entendront «dans les pro- une trentaine de kilomètres à l'est de tirent dessus (de la partie ouest)», a surgés qui gère cette ville portuaire. avaient lieu autour de Bréga, où
chains jours» Moussa Koussa, soupçon- Bréga où il a détruit deux pick-up des déclaré Sami Ali, un habitant sur la route L'Union européenne n'a pas d'objec-les rebelles ont perdu beaucoup
né d'être impliqué dans l'explosion d'un forces loyalistes venant de l'ouest qui de Bréga. tions concernant l'achat éventuel de
de terrain reculant vers l'est. vol de la Pan Am au-dessus du village avaient effectué une incursion dans le «Un tanker devrait arriver dans la pétrole aux rebelles libyens du moment
Mardi matin, l'Otan a mené un raid écossais de Lockerbie. Le régime autori- secteur déserté. Le raid n'a pas fait de journée (hier, ndlr) dans un terminal que les revenus tirés de cette transac-
aérien contre des forces loyalistes à une taire du colonel Kadhafi est la cible victimes, les soldats qui se trouvaient pétrolier près de Tobrouk», ville de l'est tion ne profitent pas au régime du colo-
trentaine de kilomètres à l'est du port depuis le 15 février d'une révolte popu- dans les véhicules ayant réussi à située à 130 km de la frontière égyptien- nel Kadhafi, a affirmé le porte-parole de
pétrolier de Bréga où des combats pour laire qui s'est transformée en guerre civi- s'échapper, a rapporté le journaliste de ne, a indiqué à l'AFP Michelle Bock- la chef de la diplomatie de l'UE, Catheri-
le contrôle de cette ville située à 800 km le entre insurgés et forces loyales au diri- l'AFP. Plus tôt, les rebelles avaient réus- mann, experte des marchés pour Lloyd's ne Ashton.
à l'est de Tripoli font rage depuis jeudi. geant. si à s'approcher de Bréga avant de recu- List Intelligence, une publication basée à Le président en exercice de l'Union
Un pétrolier devait arrimer hier dans Sur le terrain, la bataille pour le port ler vers l'est en rangs dispersés sous des Londres. africaine (UA), le chef d'Etat équato-gui-
l'est de la Libye pour exporter le premier pétrolier de Bréga (800 km à l'est de Tri- bombardements des forces loyalistes. C'est la première fois que les rebelles néen Teodoro Obiang Nguema, a
chargement de pétrole par la rébellion poli) se poursuit, les rebelles utilisant des Comme la veille, des familles libyens, qui contrôlent plusieurs ports de condamné hier à Genève les interven-
libyenne depuis l'arrêt total des exporta- lance-roquettes multiples face aux vio- entières continuaient de fuir la ville en l'est de la Libye, mènent une telle opéra- tions étrangères en Côte d'Ivoire et en
tions du pays, ce qui permettrait de finan- lentes répliques à l'artillerie des forces voiture en raison des combats entre tion depuis l'entrée dans le conflit de la Libye.
cer l'insurrection contre le colonel
Mouammar Kadhafi. Le porte-parole du
gouvernement a affirmé que le régime CÔTE D'IVOIRE
était prêt à négocier des élections ou un
référendum notamment. «Quel système
politique à appliquer dans le pays ? Ceci Le régime Gbagbo vit ses dernières heuresest négociable. Nous pouvons en parler.
Nous pouvons avoir tout, élections, réfé- de du président Gbagbo négocier un cessez-le-feu», crise environ 5 millions d'habitants, a plongé AbidjanLe régime de Laurent Gbagbo, président
rendum, etc.», a déclaré lundi soir Mous- huit jours après une offensive éclair des forces pro- dans le chaos. Le Haut-Commissariat de l'ONU auxivoirien sortant, vivait ses dernières heures
sa Ibrahim à des journalistes. Ouattara venues du nord sur le sud du pays et Abidjan. droits de l'homme a fait état de «dizaines de morts» ceshier : sa résidence d'Abidjan était attaquée parIl a toutefois précisé que «le leader Le chef d'état-major de l'armée loyale à M. Gbagbo, derniers jours dans des combats à l'arme lourde dans la
est la soupape de sécurité pour le pays les combattants de son rival Alassane Ouattara le général Philippe Mangou, a peu après déclaré à l'AFP capitale économique ivoirienne. Le conflit a changé de
et pour l'unité de la population et des tri- et le chef de son armée a affirmé avoir «arrêté que ses troupes avaient «demandé au général com- dimension avec l'entrée en scène lundi dernier des
bus. Nous pensons qu'il est très impor- les combats» et demandé un cessez-le-feu. mandant l'Onuci (mission onusienne) un cessez-le- Nations unies et de la France, dont les hélicoptères ont
tant pour toute transition vers un modèle feu». «Nous avons arrêté les combats», a-t-il ajouté.Après des jours de combats à l'arme lourde qui ont frappé des camps militaires et des batteries situées à ladémocratique et transparent». fait des «dizaines de morts» selon l'ONU, les derniers Selon le porte-parole de l'Onuci Hamadoun Touré, Lau- résidence et au palais présidentiel. Le seul objectif desLe colonel Kadhafi a fait lundi soir rent Gbagbo était «retranché avec une poignée debastions de M. Gbagbo étaient en passe de céder opérations militaires de la France en Côte d'Ivoire estune apparition en public et salué ses par- devant l'«assaut final» des forces de M. Ouattara, pré- fidèles» dans un «bunker» dans sa résidence à Abidjan.
d'aider l'Onuci à «neutraliser les armes lourdes déte-tisans rassemblés dans sa résidence de Dans la matinée, le porte-parole du gouvernementsident reconnu par la communauté internationale, au
nues par les forces» de Laurent Gbagbo, a assuré leBab el-Aziziya à Tripoli. Sa dernière lendemain de frappes de la France et de l'ONU. Gbagbo, Ahoua Don Mello, avait affirmé que M. Gbag-
ministère français des Affaires étrangères. Le présidentapparition remontait au 22 mars. L'issue de la bataille d'Abidjan devait signer l'épi- bo n'en était pas «pour le moment» à envisager une
en exercice de l'Union africaine (UA), le chef de l'EtatSon fils Seif al-Islam a affirmé à la logue d'une meurtrière crise post-électorale qui, en plus reddition.
radio BBC 4, que l'ex-ministre libyen des équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, a condamnéde quatre mois, a dégénéré en quasi-guerre civile. «Le L'ex-opposant au «père de la nation» Félix Hou-
Affaires étrangères Moussa Koussa, qui hier à Genève l'intervention de l'ONU et de l'ex-puis-président Gbagbo est dans sa résidence avec sa famil- phouët-Boigny, devenu président en 2000 lors d'un
a fait défection à Londres, avait «dit qu'il sance coloniale française en Côte d'Ivoire. La Russie,le, dont son épouse, des membres de son gouverne- scrutin déjà contesté, n'a jamais reconnu sa défaite à la
était malade et qu'il devait aller tous les membre permanent du Conseil de sécurité, a dit «étu-ment et de son cabinet. La résidence est en train d'être présidentielle du 28 novembre 2010, un vote pourtant
trois mois à l'hôpital Cromwell de dier la légalité» de ces frappes. La Communauté éco-attaquée», a annoncé son ministre des Affaires étran- certifié par l'ONU. Il a toujours refusé d'abdiquer ou de
Londres... Et nous l'avons autorisé à gères Alcide Djédjé, qui s'était rendu chez l'ambassa- partir en exil. Mais la résistance acharnée de ses nomique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a une
aller à Djerba, en Tunisie, d'abord. Il n'y deur de France. Le ministre a dit être venu «à la deman- troupes dans la métropole ivoirienne, comptant avant la nouvelle fois appelé hier Laurent Gbagbo à se retirer. Le Soir
d’Algérie Culture Merdredi 6 avril 2011 - PAGE 10
Mosquée du Vieux Ténès :
lieu du culte de l’oubli ?
trois siècles. `Aujourd’hui, Vieux régional, voire national, ce serait«Écrire, disait Blanchot,
Ténès expose, à ciel ouvert, son s’obstiner à ne pas vouloir connaîtrec’est nommer le silence.»
patrimoine culturel dans un état l’histoire. Qu’on l’accepte ou qu’on laCe dernier devient délictuel
moribond pour qui daigne s’y inté- refuse, elle [l’Histoire] fait partie de
dès lors que l’on refuse de resser. La médina millénaire du notre entité, à la fois individuelle,
valoriser un patrimoine Vieux Ténès sombre doucement collective, voire nationale parce
mais sûrement dans la philosophieculturel précieux parce que qu’elle est «la mémoire du peuple.»
de l’oubli, voire du mépris sous le Aujourd’hui, une bonne partie dusis à l’abri des regards
regard impuissant de ses habitants Vieux Ténès est en ruine. et/ou défavorisé par sa et l’indifférence des autorités. Ses Il n’est pas exclu que ses ves-position géographique, à vestiges vétustes et délabrés, qui tiges, riches en histoire, risquent de
tombent comme des feuilles d’arbrel’écart des grands axes s’oblitérer à jamais s’ils ne sont pas
en automne, constituaient, par leroutiers. Tel est, hélas, le pris rapidement et sérieusement en
passé, le prestige de la contrée.cas piteux du Vieux Ténès main. La conséquence serait
Aujourd’hui, ils ne sont plus que des
l’amnésie collective non par la fauteet de sa mosquée. pierres silencieuses et anonymes
du citoyen impuissant, mais celleabandonnées, livrées à elles-
des autorités que nous invitons àPar Mohammed Guétarni, mêmes dans une totale indifférence.
méditer ce présent article à desseinmaître de conférences La cité du Vieux Ténès n’est plus
d’intervenir énergiquement dans leà l’université Hassiba que l’ombre d’elle-même. N’ayant
noble but de rétablir l’histoire de laBen-Bouali de Chlef. d’autre alternative, elle reste dans
région dans ses droits. Vieux Ténèsl’expectative d’une bonne volonté
et ses vestiges nécessitent desecourable. La disparition de cesUn joyau national serti dans une
sérieux travaux de restauration et…vestiges prestigieux signifie, fatale-perle régionale : en l’occurrence la
ment, la disparition de pans entiers en urgence. Réhabiliter la mosquéemosquée de Sidi Maïza. C’est cette
l’Ouest algérien sous l’influence des villes universitaires de l’époque, du patrimoine historique de toute la de Sidi Maïza et la localité du Vieuxraison cardinale qui nous a, à juste
Béjaïa à l’est et Tlemcen à l’ouest,grandes mosquées de Kairouan région de Ténès au grand dam des Ténès, c’est réhabiliter toute unetitre, motivé à rédiger ce modeste
un triangle du savoir où nombre(Tunisie) et de Cordoue (Andalou- générations à venir. époque des lumières de l’islamarticle sur le lieudit du Vieux Ténès.
d’étudiants venaient séjourner poursie) qui ont délaissé la forme curvi- Usées par le temps, sesSitué à 53 km au nord du chef-lieu qu’on veut laisser, sciemment ou
ligne traditionnelle. Son mihrâb est se former et/ou parfaire leur forma- constructions subissent les ravagesde la wilaya de Chlef et 1,5 km au non, en veilleuse, sinon vouée à
décalé d’une nef vers l’est. Ce déca- tion. Quant aux hommes de culture implacables de son millénaire.sud du chef-lieu de la daïra de l’oubli.
lage, pour les experts des lieux de de l’époque, ils venaient aussi, dans Celles qui sont encore debout tien-Ténès, le vieux Ténès est une véri- Pour ce faire, il appartient aux
notre région, pour ajouter à leur auraculte, est fait sciemment dans un nent péniblement, voire dangereu-table casbah connu sous l’appella- autorités locales, assistées en cela
de savants le privilège d’avoir visitésouci de respecter le style médinois. sement, au risque de s’effondrer àtion populaire T’nes Lahdhar (ville par les intellectuels de la région, à
ces villes saintes et savantes, etNotre mosquée présente un style tout moment. Pourtant, la cité dudes citadins) avec ses venelles inscrire Vieux Ténès et sa mosquée
aussi pour côtoyé ses éminentséclectique qui rappelle celui des Vieux Ténès était la bannière d’unétroites et sinueuses qui s’entrecroi- au patrimoine universel à l’instar de
savants et ses célèbres saints,monuments romains de la région «grand sceau» qualitatif de l’histoiresent. Elle présente de grandes affini- la Casbah d’Alger. Ce qui sera, sanscomme Abou Is’hak Ettensi et Ibra-avec ses colonnes à fûts cylin- civilisationelle. A côté de la mos-tés avec celle d’Alger. nul doute, une fierté nationale sup-him Ibn Abderrahmane à Ténès, Sidi quée, il y a Bab-El-Bhar (ou porte dedriques coiffées de chapiteaux. OnCe texte n’est autre un appel plémentaire. L’Algérie n’a pas queBoumediene Choaïb à Tlemcen, ou la mer) construit par les Turcs. Il estcivique d’un citoyen en direction de retrouve également la technique du
sa géographie. Elle aussi son histoi-Sidi Touati à Béjaïa. Le nom de situé dans le côté nord de la localité.nos autorités aussi bien locales que décor floral incisé et épigraphique
re. Ses vestiges en témoignent.Ténès viendrait du phénicien Car- Il est toujours érigé mais à l’aban-nationales, chacune à son niveau. ornant les impostes.
Éviterons-nous, ainsi, d’êtrethennae, Carth signifiant cap et don. Il est dans un état de délabre-Peut-être aura-t-il le privilège de par- L’introduction de l’imposte entre
jugés et condamnés par les généra-Thennae, la rivière de la région ment très avancé en raison de savenir jusqu’à leurs oreilles et, enfin, les arcs et les chapiteaux a d’abord
tions futures pour notre quasi-délit(Oued Allala). Les corps du saint vétusté. Il sert, hélas et mille foisêtre entendu dans l’espoir et le bon- été expérimentée en Égypte (mos-
wali Sidi Maïza — qui a donné son d’indolence à l’égard de nos siteshélas, de dépotoir pour les riverains.heur d’attirer leur aimable attention. quée de ‘Amr) puis reprise en
e nom à la mosquée – et celui de son historiques. Pour réaliser ce projetIl est de forme cubique, soit environDans tous les cas, nous gardons Afrique du Nord au IX siècle, à
ambitieux qui n’est, certes, pas deespoir. La région de Ténès fut Tunis et à Kairouan. Son adoption
tout repos — faut-il le reconnaître —conquise par les Arabes entre 675 et au Vieux Ténès atteste d’une
, il appartient à tous les respon-682 à leur tête le stratège militaire influence évidente de l’Égypte. Ses
sables centraux, en l’occurrence lesAbou El-Mouhadjer Dinar. Construi- colonnes sont faites de pierres et
te vers 680, d’après les historiens ministres des Affaires religieuses, duces colonnades rappellent, une fois
des lieux de culte, la mosquée de Tourisme, de la Culture ainsi que lesencore, l’époque romaine. Les
Sidi Maïza est la troisième, pour responsables locaux, entre autres,arceaux sont faits par les mains
d’aucuns la deuxième, du pays du d’habiles artisans. Avec ses 39 le wali de Chlef, le chef de daïra et le
point de vue ancienneté après celle colonnes cylindriques surmontées président de l’APC de Ténès de
de Sidi Okba à Biskra et Sidi Bou- de chapiteaux antiques aux formes conjuguer leurs efforts au présent et
mediene à Tlemcen. Selon un docu- et aux dimensions diverses, la régu- au futur proche pour sauvegarder
mentaire, son architecture présente larité de ses arcs et ses impostes notre mosquée et, surtout, la réhabi-
de grandes ressemblances avec carrées ou rectangulaires, la mos- liter à la hauteur de sa juste valeur
celle du Prophète (QSSSL) construi- quée du Vieux Ténès rappelle celle cultuelle, culturelle et historique.
te de son vivant à Médine. Elle est à de Kairouan. On retrouve plusieurs Pour conclure, rappelons qu’un
son onzième centenaire. Construite formes, comme l’arc brisé, outrepas- peuple riche et imbu de ses propres
par les Idrissides, descendants du sé dont le sommet est quelquefois valeurs culturelles est immunisé
Prophète, sur un belvédère, elle sur- brisé au tracé typique du Maghreb contre les maladies graves et incu-
plombe la médina du Vieux Ténès. e edes IX et X siècles (Grande Mos- rables de la dépersonnalisation.
Du haut de ses 50 m, son auguste quée de Kairouan, ribât de Sousse, De pareilles valeurs lui permet-minaret domine magistralement la mosquée de Mahdia, mosquée de tent d’ajuster sa conduite de maniè-cité. Ce qui permettait au muezzin Sfax, en Tunisie). re plus pondérée et plus réfléchiede porter sa voix à plusieurs hecto- La mosquée est hypostyle faisant de lui un peuple évolué etmètres à la ronde. Ses matériaux de comme celles de Damas, de Cor- moderne sans rompre avec sa sour-construction, bien que primitifs, ont doue, de Kairouan et d’Al-Hassan à
ce originelle : l’islam. Il est vrai qu’àrésisté stoïquement aux affres des Rabat. La salle des ablutions est épouse reposent dans un petit carré 4 mètres de côté sur 8 mètres de notre époque, l’économie prime.siècles. Ce qui ne l’a pas empêchée accolée à la façade nord de la mos- à l’intérieur de la salle de prière. Ce hauteur. Quant aux dimensions de Cependant, pour le peuple, la cultu-d’en subir des altérations. quée. On y accède par une entrée qui n’est pas sans rappeler, une fois sa porte, elles sont de 2,60 mètresDe nos jours, même si elle paraît re est, aujourd’hui, le premier besoinlégèrement désaxée située dans le encore, la mosquée de Médine où de haut sur 2,40 mètres de large. Il avisiblement encore intacte, ce n’est après le pain. C’est ce qui a fait diremur vis-à-vis du mihrâb. sont inhumés les saints corps du deux issues. Ce qui permettait dequ’en apparence, car elle nécessite à Mustapha Chérif, ex-ministre : «UnIl y a, en apparence, une interfé- Prophète (QSSSL), d’Abou Bakr et contrôler et filtrer les entrées et lesde sérieux travaux de restauration peuple sans bases économiquesrence entre le plan à nefs parallèles celui d’Omar (que Dieu Les agrée). sorties des habitants. Son effondre-pour la maintenir en bon état. Sa solides est faible, tandis qu’un(Damas) et celui à nefs perpendicu- Une douce pénombre ajoute, à la foi ment serait un lèse-majesté contrenef, parallèle au mur de la qibla, peuple sans culture se meurt.» Leslaires (d’Al-Aqsa à Jérusalem et de des fidèles, la paix de l’âme. Sidi l’histoire et la culture de la région. s’apparente beaucoup à la première habitants du Vieux Ténès refusentCordoue). Il est important de rappe- Maïza a planté de sa propre main un Bordj El-Ghoula, autre vestigemosquée de Médine que le Prophè- de voir leur mosquée souffrir et leurler que Ténès a connu des périodes palmier, encore debout. historique totalement en ruine, étaitte (QSSSL) aurait personnellement histoire mourir. La bénédiction defastes lorsqu’elle fut un haut lieu de Il a contribué, aussi, à creuser un un poste d’observation situé sur leparticipé à sa construction. On Sidi Maïza doit continuer à veiller sursavoir et de rencontre de savants et puits dont l’eau, sans cesse renou- bord d’un ravin non loin de laditeretrouve ce modèle à Damas (705- eux et leur postérité comme elle ad’érudits. La cité de T’nès El-Hadhar velée par les précipitations, possède mosquée. Ces vestiges sont les715). La mosquée de Sidi Maïza veillé, jadis, sur leurs ancêtres. (la civilisée), — appelée «Vieux des vertus médicinales, dit-on, grâce empreintes, par excellence, de l’his-serait un exemplaire maghrébin d’un
La postérité a parfaitement droitTénès» par les colons français, — a à la «baraka» du saint homme dont toire. Celle-ci est justement «latype créé en Égypte (mosquée de
de pérenniser l’histoire de la régionété édifiée sous différentes dynas-e l’âme n’a pas cessé de hanter ce connaissance de la vie passée par‘Amr à Fustat, au VII siècle) et en
à partir de sa mémoire collective. Ceties : berbère, rostomide, mérinide, lieu qu’il avait choisi pour y vivre et les traces.» Refuser de reconnaîtreSyrie. Ce modèle a été repris dans
qui n’est que justice.almoravide, almohade, zianide. d’y mourir, il y a, de cela, plus de ces empreintes comme patrimoinetoutes les mosquées médiévales de
Vieux Ténès formait, avec d’autres M. G.
Photos : DR