PAGE GABARIT
19 pages
Français

PAGE GABARIT

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • revision - matière potentielle : constitutionnelle
  • redaction
  • cours - matière potentielle : dans le secteur du btph
  • mémoire - matière potentielle : du disparu
  • cours - matière potentielle : la révolution
  • mémoire
  • cours - matière potentielle : normal des choses
  • revision - matière potentielle : la constitution
JEUDI 5 MAI 2011 - 1er JOUMADA AL-THANI 1432 - N° 6248 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 E di tio n d' A lg e r - IS SN II II - 00 74 SONATRACH :prison ferme pourles deux ex-P-dgLES «RÉSIDENTS» ONT MARCHÉ HIER À ALGERLA MATRAQUE POUR LES MEDECINSPAGE 4PAGE 3 Ph o to : Sa m ir Si d
  • el-hamra
  • déficit en matière de dialogue social
  • mots dans l'ordre
  • mot d'ordre
  • mots d'ordre
  • normes de construction
  • feghouli abdelhafid
  • réaction du syndicat national des praticiens de la santé publique
  • musique
  • musiques
  • algérie
  • sociétés
  • société

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 149
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

SONATRACH :
prison ferme pour
les deux ex-P-dg PAGE 4
LES «RÉSIDENTS» ONT MARCHÉ HIER À ALGER
LA MATRAQUE POUR LES MEDECINS
PAGE 3
erJEUDI 5 MAI 2011 - 1 JOUMADA AL-THANI 1432 - N° 6248 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Photo : Samir Sid
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074Enquête au
ministère de ERISCOOPla Santé P Soirperiscoop@yahoo.fr
Le ministre de la San- Jeudi 5 mai 2011 - Page 3
té Djamel Ould Abbès
vient d’ordonner l’ou-
verture d’une enquête Réformes profondes
interne suite à la
découverte de plu- et... rapidessieurs cas frauduleux
dans les demandes e Front de libération nationale semble prendre
d’autorisation d'impor- très au sérieux son engagement dans le proces-
tation de médicaments. Lsus de réformes politiques lancé par Bouteflika.
Il s’agit surtout de Samedi dernier, lors d’une réunion de la commission
cas de surfacturation, chargée d’élaborer les propositions du parti pour
allant parfois du simple la révision de la Constitution, il a été deman-
au centuple, un strata- dé aux participants de réaliser une étu-
gème utilisé par cer- de comparative approfondie des lois
tains importateurs pour fondamentales de plusieurs Etats. Le
transférer des devises hic est que les concernés devaient
à l’étranger. Affaire à remettre leurs copies dès le lende-
suivre... main matin.
Diplômes à la loupe Un jour, un sondage
Selon des indiscrétions, les services du
Premier ministère seraient sur le point de Pensez-vous que l’élimination de Ben Laden
diligenter une enquête conjointe avec le va provoquer une recrudescence
département de l’agriculture sur des actes terroristes en Algérie ?
la gestion de la Société des
courses hippiques et pari OUI
mutuel (SCHPM). Nos
NON
sources indiquent que
sans opinioncette enquête fait suite à
nombre de lettres adres- Résultats du dernier sondage
sées au Premier ministre Pensez-vous que Bensalah est la personne
dénonçant certains la mieux indiquée pour conduire
hauts cadres de la commission qui doit se pencher
cette société dont sur la révision constitutionnelle ?
les diplômes
OUI : 7,15% Déposez votre réponseseraient falsi-
sur le siteNON : 89,05%
du Soir d’Algériefiés. SANS OPINION : 3,79% www.lesoirdalgerie.com
BNA : Agence «G» Le Soir : SIÈGE - 9, rue Bouderbala Maison de la presse. BORDJ-BOU-ARRERIDJ Ouest : S.I.O Oran
Hussein-Dey Fax : 021 67.06.75 (ex, rue petit), Constantine Tél./Fax : 045 80.28.43 2, rue Cherifi Mohamed DIFFUSION
N° 611.313.335.31 Tél. : 031 92.34.23 TLEMCEN (près du cinéma Vox) Est : Sodi-Presse
BUREAUX REGIONAUX :CCP : N° 14653.59 Fax : 031 92.34.22 Cité R’hiba Bt n°2 RDC. Tél./Fax : (035) 68-10-52 Centre : Le Soir
BOUMERDÈSRegistre du commerce : ORAN Tél. : 043 27.30.61 / IMPRESSION Ouest : KDPO
e«Résidence Badi», bt 3, 2 étage, Edité par la SARL RC N° 0013739.B.00 3, rue Kerras Aoued. Fax : 043 27.30.82 Centre : S.I.A Alger
RN n° 24, Boumerdès-villeSIÈGE : Tél. : 041 33.23.95 BOUIRA Est : S.I.E Constantine
MEMBRES Tél./fax : (024) 81 64 18DIRECTION-RÉDACTION : SÉTIF Gare Routière. Lot N°1.
FONDATEURS : Email : lesoir e Les manuscrits, photographies ou tout autre document et-Fax : 021 67.06.76 Rue du Fida, centre 3 étage - Tél. : 026 94 29
Maâmar FARAH illustration adressés ou remis à la rédaction ne sont pas
boumerdes@yahoo.fr commercial Zedioui 19 rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation.Djamel SAÏFIADMINISTRATION : reANNABA 1 étage, Sétif. E-Mail : lesoirbouira@hot-
Fouad BOUGHANEM NOTRE JOURNALFax : 021 67.06.56 19, rue du CNRA Tél. : 036 91 48 59 mail.com fait sienne cette citation de Joseph Pulitzer, fondateur duZoubir M. SOUISSI1, Rue Bachir Attar (Cours de la Révolution) Fax : 036 84 18 37 BATNA journalisme moderne :
er Mohamed BEDERINAPlace du 1 -Mai - Alger - Tél. : 038 86.54.22 TIZI-OUZOU 5, rue des Aurès - Batna «Il (son journal, ndlr) combattra toujours pour le progrès
GÉRANT-DIRECTEURTél. : et les réformes, ne tolérera jamais l’injustice et laFax : 038 86.61.76 Bt Bleu,cage C Tél./Fax : 033.80.24.20
DE LA PUBLICATION :021 67.06.58 - 021 corruption ; il attaquera toujours les démagogues de tousTélex : 81095 (à côté de la CNEP) BÉJAÏA
Fouad BOUGHANEM les partis, n’appartiendra à aucun parti, s’opposera aux67.06.51 eBLIDA 2 étage, gauche 19, rue Larbi Ben-M’hidi classes privilégiées et aux exploiteurs du peuple, neDIRECTEUR
103, Avenue Ben-Boulaïd Tél. : 026 22.87.04 (rue Piétonnière), relâchera jamais sa sympathie envers les pauvres,COMPTES BANCAIRES : DE LA RÉDACTION
Blida Fax : 026 22.87.01 Béjaïa-ville 06000 demeurera toujours dévoué au bien public. Il maintiendraCPA : Agence Nacer BELHADJOUDJA radicalement son indépendance, il n’aura jamais peurTél./Fax : 025 40.10.10 - MASCARA Tél. : 034 21.14.51
Hassiba Ben Bouali P.A.O. : «Le Soir» d’attaquer le mal, autant quand il provient de laTél. : 025 40.20.20 Rue Senouci Habib Fax : 034 21.18.60
N°116.400.11336/2 ploutocratie que de ceux qui se réclament de la pauvreté.»PUBLICITÉ CONSTANTINE
On «innove» à Tizi-Ouzou
Dès leur retour d’un congé forcé, en raison de la réquisition de leur institut
au profit des éléments des services de sécurité, lors des émeutes de janvier
dernier, les stagiaires du CFPA de Boukhalfa (Tizi-Ouzou) ont été immédia-
tement invités à subir des tests d’évaluation des acquis d’un premier
semestre d’étude amputé de pas moins de deux mois. Du coup, ce qui
i ldevait être un passage de niveau a pris l’allure d’un vér tab e passage à
tabac pour nombre de ces stagiaires dont certains ont été purement et sim-
plement exclus pour mauvais résultats. Ces derniers, qui protestent
contre le caractère antipédagogique de ces examens, ont adressé une
requête au ministre de tutelle pour leur réintégration.Le Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 5 mai 2011 - PAGE 4
TRIBUNAL D’ORAN
Prison ferme pour les deux
ex-P-dg de Sonatrach
C’est angoissés et stressés que les proches des cinq
accusés dans l’affaire de Sonatrach-Safir attendaient, hier
matin, le juge.
Pour rappel, le procureur de dans la salle d’audience
la République avait requis paraissaient une éternité pour
6 ans de prison ferme assortis ces derniers. Après avoir appe-
d’une amende d’un million de lé à la barre les cinq prévenus
dinars à l’encontre des accu- — seul Meziane Mohamed
sés Benmor Touati, ex-respon- était absent à l’audience —, le
sable de l’entreprise Cogiz, juge a prononcé les peines sui-
filiale à 100% de Sonatrach, vantes : «Benmor Touati,
Feghouli Abdelhafid, ancien Feghouli Abdelhafid et Henni
vice-président de Sonatrach- Mekki sont condamnés à 1 an
Aval et P-dg par intérim du de prison…»
groupe Sonatrach, nommé à la Avant même de terminer sa
direction de la compagnie phrase, les proches des préve-
Tassili Airlines en mai 2010, et nus ont créé tout un brouhaha
Meziane Mohamed, ancien P- et le juge a dû élever la voix,
dg du groupe Sonatrach, en afin qu’ils comprennent qu’il
liberté, qui est sous contrôle n’y a pas de quoi s’affoler et
judiciaire pour deux affaires, à qu’il y a une suite et de pour-
Alger et à Oran. suivre «dont 4 mois ferme et
A l’encontre des deux autres 200 000 DA d’amende».
accusés, en l’occurrence L’annonce de 4 mois de pri- Mohamed Meziane. Abdelhafid Feghouli.
Tidjini Nechnech, ex-DG de son ferme n’a pas soulagé les condamné à deux ans de pri- accordé.» Les quatre accusés accusés et 1 an ferme pour
Safir SPA, et Henni Mekki, ex- proches des 3 accusés, ne son dont 1 an ferme et une présents ont tous été soulagés Meziane Mohamed.» Un autre
directeur des études et du réalisant que par la suite que amende de 500 000 DA. Quant par ce verdict, même si dans avocat ajoutera : «Quand le
développement de l'activité les trois accusés sont libres et à Tidjini Nechnech, il est les faits, ils sont reconnus cou- politique rentre dans le prétoi-
Aval, le parquet avait requis 4 devraient être relâchés dans condamné à 1 an de prison pables. Cependant, tous pour- re, le juridique en sort.»
ans de prison ferme et une l’après-midi même, ayant déjà dont 4 mois ferme et une ront faire appel de ce juge- La plupart des avocats de la
amende d’un million de dinars. accompli cette peine et plus amende de 200 000 DA. ment. L’un des avocats de la défense considèrent qu’il s’agit
L’attente n’aura pas été très même étant en prison depuis Concernant la partie civile, défense dira : «Ils ont coupé la là d’un procès politique et que
longue même si les 10 minutes le 20 décembre 2010. ayant estimé elle-même qu’elle poire en deux d’où la condam- les cinq cadres en ont fait les
qui ont fallu pour faire entrer Puis le juge a poursuivi : ne se sentait pas lésée, aucun nation de 1 et 2 ans, dont frais.
les prévenus et leurs proches «Meziane Mohamed est dédommagement ne lui est 4 mois fermes pour les quatre Amel B.
S’ESTIMANT DIFFAMÉE, LA MOUDJAHIDA ENVISAGE DE SAISIR LA JUSTICE
Louisette Ighilahriz défie Yacef Saâdi
de remettre son mandat de sénateur
qu’il n’en fallait. Tu n’asLouisette Ighilahriz
qu’à faire comme eux.»a réagi, hier, aux accu-
C’est donc au tour desations proférées
Louisette de jeter le doutecontre elle par Yacef
sur le passé révolutionnai-
Saâdi. La moudjahida
re de Saâdi.
défie, à son tour, le res-
A ses côtés, la moudja-
ponsable de la Zone
hida Fatouma Ouzegane
autonome d’Alger de ira plus loin encore en
démissionner de son accusant l’ancien respon-
poste de sénateur afin sable de la Zone autono-
de lui permettre de me d’avoir été «retourné»
déposer plainte devant par les Français et les
Suisses à son retour d’unela justice.
mission au Caire. «Il a tou-Tarek Hafid - Alger
jours été un traître. Il s’est(LeSoir) - C’est une
caché derrière un de sesfemme fatiguée et surtout
proches, Bouziane, qui ablessée dans son amour-
été un des premiers hautspropre qui s’est présentée,
Louisette Ighilahriz. Yacef Saâdi. responsables de la révolu-hier, face à la presse.
tion à Alger.» Néanmoins, Louisettedéclaré Louisette un homme !» lance-t-elle. tion dans la région de tement l’arabe dialectal, ne
Pour sa part, ArezkiIghilahriz reste déterminée Ighilahriz, lors d’une confé- Sous le coup de l’émotion, Birtouta après un accro- voulait pas que je meure. Il
Basta, un des premiersà reprendre le combat rence animée à la Maison la moudjahida ne peut chage avec des militaires voulait que je parle», préci-
moudjahids de la capitale,pour laver l’affront subi de de la presse Tahar-Djaout retenir ses larmes. français. se-t-elle.
a indiqué que Yacef Saâdila part de Yacef Saâdi, d’Alger. Durant la conférence «J’avais été blessée Pour l’inciter à divul-
avait été «imposé» enancien responsable de la Louisette exige que jus- de presse, elle ne man-durant l’accrochage. guer ses informations,
qualité de responsable dèsZone autonome d’Alger tice soit faite. Exigence quera pas de rappeler son J’étais dans un état Graziani lui a tendu une
août 1956. durant la révolution. quasiment impossible parcours de combattante. pitoyable. On m’a ensuite photo montrant Yacef
Louisette Ighilahriz est«Je suis venue aujour- actuellement puisque son Louisette raconte l’enga- transférée dans un centre Saâdi et Zohra Drif.
e persuadée que la sortied’hui répondre aux propos accusateur bénéficie de gement de sa famille, la relevant de la 10 division «Saâdi était assis, les
e publique de son accusa-diffamatoires tenus à mon l’immunité parlementaire. mission qui lui a été de parachutistes (10 DP) jambes croisées, en train
teur est liée à l’ouvertureadresse par Yacef Saâdi. «Yacef Saâdi s’abrite der- confiée par les respon- du général Jacques d’écrire quelque chose sur
officielle des archives fran-Des propos ignominieux, rière l’immunité parlemen- sables de la Wilaya IV his- Massu. J’y ai subi les pires une feuille. Drif était à ses
çaises de la guerreinsupportables à travers taire. Je l’appelle à démis- torique qui consistait à tortures. J’en suis arrivée à côtés. Graziani m’a dit :
d’Algérie qui interviendralesquels il s’est permis de sionner de son mandat de exfiltrer des combattants réclamer la mort. Mon tor- regarde comme ils se por-
en 2012.remettre en doute ma qua- sénateur. Démissionne pris dans l’étau de la tionnaire, le capitaine tent bien tous les deux. Ils
T. H.lité de moudjahida», a Saâdi et prouve que tu es Casbah, puis son arresta- Graziani qui parlait parfai- ont parlé. Tout dit, plus
Photo : Samir Sid
Photo : Samir Sid
Photo : Samir Sid
Photo : New PressLe Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 5 mai 2011 - PAGE 5
LES «RÉSIDENTS» ONT MARCHÉ HIER À ALGER
La matraque pour les médecins
Les médecins, dentistes et pharmaciens rési-
dents ont marché hier à Alger et promettent de
marcher encore et encore, jusqu’à ce que leurs
revendications soient satisfaites. D’El-Mouradia
eroù ils se sont rassemblés jusqu’à la place du 1 -
Mai, ils ont manifesté pacifiquement et se sont
surtout ingéniés à scander des slogans expri-
mant leur ras-le-bol.
Lyas Hallas - Alger (Le dents civilisés, pas besoin
Soir) - Brutalisés par la poli- de policiers !» scandent les
ce antiémeute qui les a protestataires. En marchant,
empêchés de se rapprocher ils ont scandé d’autres slo-
de la présidence — ils gans, exprimant leur ras-le-
devaient tenir à partir de 11h bol : «Y en a marre, ça suf-
un sit-in place Mohamed- fit ! Fierté, dignité, grève illi-
Seddik-Benyahia à El Mou- mitée ! Ya la el aâr, wizara
radia —, un premier groupe bila karar (quelle honte, un
de résidents est poussé à ministère qui ne décide
descendre plus bas où ont pas). Et hormis l’incident
été bloqués leurs cama- qu’a provoqué un chauffard
rades. Bien plus nombreux qui conduisait un véhicule
ainsi, ils n’ont pas tardé à de l’entreprise DHL, lequel
briser le cordon de sécurité s’est précipité sur la foule, la
et à marcher tout au long de manifestation s’est terminée
l’avenue de Pékin et de celle dans le calme et il n’y a eu
de l’Indépendance, jusqu’au aucun débordement.
Champ-de-Manœuvres où Les résidents ne démor-
ils se sont rassemblés enco- dent cependant pas, ils
Vive tension entre les manifestants et les forces de l’ordre.re une fois devant le CHU décident d’aller jusqu’au
Mustapha. bout de leurs revendications porte-parole du collectif des signer le moindre engage- des moyens pour travailler pas refuser d’y aller», sug-
En plus de ceux d’Alger, et disent qu’ils marcheront résidents. ment», a regretté le même correctement. «Qu’ils enlè- gère une résidente. Et de
des médecins, des dentistes encore une fois. «Nous tien- Cette marche marque le délégué. vent l’obligation sur le servi- s’indigner : «Il y a aussi un
et des pharmaciens rési- drons des AG pour débattre début de la sixième semaine Ces derniers, rappelons- ce civil et laissent le choix problème dans le système
dents sont venus d’Oran, de la suite à donner à notre de la grève illimitée. Les le, revendiquent l’annulation aux résidents d’aller ou pas d’évaluation. Ils nous impo-
Blida, Tizi-Ouzou… Ils mouvement mais ce qui est délégués des résidents affir- du service civil (tout en étant dans ces régions. Et puis, sent un examen après
étaient presque un millier et sûr, c’est que nous passe- ment qu’ils n’ont, jusqu’ici, en formation, des médecins là-bas il n’y a pas les quatre ans d’exercice, ce
les policiers — le dispositif rons à la vitesse supérieure, perçu aucune volonté chez résidents sont affectés obli- moyens de travailler, ni pla- qui est injuste. Pourquoi ne
n’était pas si important en marche sur marche, jusqu’à la tutelle de régler le problè- gatoirement dans des struc- teau technique ni encadre- pas établir un carnet où
tout cas — n’ont pu les satisfaction de nos revendi- me. «Les ministères de la tures sanitaires du Sud ou ment, et parfois même pas seront mentionnés tous les
contenir. Et même si la cations. Et c’est possible de Santé et celui de l’Enseigne- dans des contrées isolées un logement de fonction. gestes médicaux accomplis
marche a perturbé la circu- le durcir un peu plus en ment se rejettent la balle et pour une durée allant de 1 à Qu’ils nous donnent les par le résident et l’évaluer
personne, en dépit de plu- 4 ans, l’Etat vise à doter ces mêmes droits que les fonc- sur cette base. Par cet exa-lation sur ces deux axes, les séchant les gardes», avertit
rklaxons des automobilistes le D Mohamed Sahnoun sieurs réunions tenues avec structures en nombre suffi- tionnaires affectés là-bas, men, passent plutôt les pis-
des responsables des deux sant de spécialistes), la cla- notamment la prime de tonnés.»ont ajouté à l’ambiance des Omar, médecin résident à
départements, ne veut rification de leur statut et zone, et beaucoup ne vont L. H.blouses blanches : «Rési- l’hôpital Zmirli, l’un des
SESSION DE LA CEF DE LA FNTR
Les retraités menacent d’investir la rue
nées pour ce même kilo de viande.Il y a moins d’une quinzaine de jours, les retraités ont
Le coût de la vie a été multiplié parmenacé de sortir dans la rue «pour faire entendre leurs
cinq, tandis que la valeur du dinarvoix», à défaut d’un autre moyen de pression qu’ils ne
a été dévaluée par 10», ajoute-t-
possèdent plus : la grève. C’est ce qu’on a appris hier du on.
rapport d’activité du secrétariat fédéral de la Fédération C’est dans cette optique que
nationale des travailleurs retraités (FNTR-UGTA), dont les les membres de la CEF revendi-
travaux de la première session ont eu lieu hier au siège de quent «le relèvement des pen-
sions et des allocations de retraitela Mutuelle des matériaux de construction de Zéralda.
par l’attribution d’une pension deAbder Bettache - Alger (Le vent une retraite de moins de
retraite minimum équivalent auSoir) - Malgré une revalorisation 10 000 DA, un chiffre représentant
montant du SNMG pour tout retrai-annuelle qualifiée de «conséquen- le seuil de pauvreté selon le Cnes,
té percevant moins de 10 000 DAte» qui est de l’ordre de 10%, soit 25% des retraités quand on
er mensuellement et ayant travailléannoncé le 1 -Mai par le ministre sait que les enfants n’ont pas tous
15 années au moins, l’actualisa-du Travail, de l’Emploi et de la pu trouver un emploi et qu’ils
tion de toutes les pensions supé-Sécurité sociale, les retraités sont vivent aux crochets de leurs
rieures à 15 000 DA, attribuéestoujours en colère. Certes, le parents. (…) Au total, près de
entre 1984 et 2005 par l’octroisecrétaire général de l’UGTA a 945 000 sur 1 594 950 pensions,
d‘une augmentation de 30%, l’attri-promis de prendre en charge les soit 60% de l’effectif de pensions
bution d’une allocation minimumrevendications des retraités, de droit direct et indirect, sont infé-
de retraite équivalent à un montantnotamment la question relative au rieures au SNMG. Le montant
de 5 000 DA, la validation pour«règlement définitif du cas des mensuel moyen de la pension de
toutes les catégories de retraité aupensionnés d’avant-1984», mais retraite étant à peine
cours de laquelle ont été rempliespour les retraités, «cela demeure 16500.00DA», lit-on dans ledit
les obligations du service national,insuffisant, eu égard à l’érosion du document.
l’octroi d’un même montant de lapouvoir d’achat, due à la flambée Face à cette situation qualifiée
incontrôlable des prix de tous les de «grave», les membres de la majoration pour conjoint à charge
pour tous les retraités».produits de consommation». commission exécutive fédérale
En somme, la réunion d’hierLe rapport d’activité lu à l’occa- (CEF) de la FNTR tirent la sonnet-
Les retraités en colère interpellent les pouvoirs publics. mercredi se veut comme un cri desion est révélateur de la grande te d’alarme et interpellent les pou-
détresse voire un appel du piedcolère des retraités. «Aujourd’hui, voirs publics : «La colère de nos 2000. Ce responsable sait-il que sont sortis à l’époque avec des
ces citoyens (retraités, ndlr), au retraités est encore plus légitime aux hautes autorités du pays pource taux est l’addition de revalorisa- salaires de base supérieure à 4 ou
éviter «l’irréparable». Dans le cascrépuscule de leur vie continuent quand de hauts responsables de tion de 12 années, ce qui repré- 5 fois le SNMG, qui était alors de
d’être confrontés à un mur de la Sécurité sociale déclarent sur contraire, les retraités, «toujourssente une augmentation annuelle 4 000 DA ? Il n’y a pas si long-
en colère», n’écartent aucunesilence de la part de nos parte- les ondes d’une chaîne de radio de 5% par an, c'est-à-dire un gain temps, le prix d’achat d’un kilo-
naires sociaux. (…) Comment nationale que les retraités ont eu «éventualité pour faire entendremensuel variant entre 60 et 150 gramme de viande représentait
peut-on parler de pouvoir d’achat, leur part en bénéficiant de 60% de DA, pour plus de 70 % de pen- deux heures de travail. Aujour- leurs voix».
quand 360 000 pensionnés perçoi- revalorisation, et ce depuis l’an sionnées. Sait-il que ces retraités d’hui, il faut le salaire de deux jour- A. B.
Photo : Samir Sid
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 5 mai 2011 - PAGE 6
À L’INITIATIVE DU CNES
Les états généraux
de la société civile en juin
national d’acteurs sociaux et àDes états généraux de la société civile sont prévus
acter la maturation du mouve-durant trois jours, vers la mi-juin au Palais des Nations
ment associatif national. (Club-des-Pins), sous l’égide du Conseil national écono-
S’inscrivant, selon le vice-mique et social (Cnes).
président du Cnes, MustaphaChérif Bennaceur - Alger Mais aussi des intellectuels,
Mekideche, dans le contexte(Le Soir) -Inédite, cette mani- des cercles de réflexion et les
d’une forte demande de change-festation le sera dans la mesure sociétés savantes, les conseils
ment dans la société, ces étatsoù le Cnes initie un large espace d’éthique et de déontologie.
généraux se veulent sonder lesde débat, de réflexion collective, Voire les syndicats autonomes,
palpitations de la société. d’écoute de toutes les parties les représentants de la
A ce propos, l’économiste etprenantes de la société civile Confédération des chômeurs et
membre du comité de pilotagealgérienne organisée, non gou- autres mouvements revendica-
et de suivi, Abdelmadjid Bouzidi,vernementale, agissante, émer- tifs, agissants et avec lesquels
situe cet exercice «dans unegente même. le gouvernement négocie.
logique de sortie de crise et nonUn exercice de démocratie L’occasion est également
pas dans une logique de pou-participative, inclusive, et auquel offerte au citoyen lambda et à la
voir». l’on conviera un millier de repré- diaspora de s’exprimer, de parti-
En notant que les expres-sentants des organisations syn- ciper à ces états généraux, par
dicales, notamment les syndi- le biais d’un site Web dédié. sions et les recommandations
Mohamed-Seghir Babès, président du Cnes.
cats autonomes, les regroupe- Des participants invités à seront restituées et transmises
ments socioprofessionnels, le débattre, notamment dans le solidarité et la protection sociale Mohamed Seghir Babès, ces aux hautes autorités du pays,
mouvement associatif, les orga- cadre d’ateliers, des probléma- ainsi que de la gouvernance états généraux visent à combler dans le cadre du mandat délivré
nisations patronales, para et tiques du nouveau régime de dans tous ses aspects. le déficit en matière de dialogue par le chef de l’Etat au Cnes.
péri-patronales. croissance, de la jeunesse, la Selon le président du Cnes, social, à libérer le potentiel C. B.
APRÈS LES ANNONCES D’OULD ABBÈS
Le SNPSP crie à la manipulation
consistance à la déclarationLa réaction du Syndicat national des praticiens de la
solennelle rendue publique lasanté publique (SNPSP) ne s’est pas fait attendre. Au len-
veille des conseils nationaux dedemain des déclarations du ministre de la Santé qui rece-
l'intersyndicale des praticiensvait le syndicat des médecins généralistes, la formation
(SNPSP-SNPSSP) qui intervien-rsyndicale autonome présidée par le D Merabet crie au
dront respectivement les 4 et 5
scandale.
mai 2011», déplore le SNPSP qui
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - propos ne sont pas fortuits puis-
ajoute que «le Syndicat national
Dans un communiqué rendu qu’ils interviennent juste avant le
des praticiens de santé publique,public hier, le SNPSP expliquait conseil national du SNPSP qui
engagé plus que jamais dans ceque «Djamel Ould Abbès fait doit probablement valider l’option
combat de la dignité, interpelleappelle aux syndicalistes de ser- de la grève.
encore une fois le ministre de lavice pour dénaturer le parcours «La manipulation bat son plein
Santé pour la concrétisation dud'une négociation qu'il a consacré du côté du ministère. Urgence
travail fait en commission mixteavec les SNPSP afin de semer la oblige, la réunion de concertation
SNPSP-MSPRH ; la validation duconfusion dans l'esprit des adhé- et d'information entre les deux
Le SNPSP demande au ministère de la Santé de concrétiserprojet d’amendement du statutrents dans l'objectif de démobili- partenaires en fusion, program-
le projet d'amendement du statut particulier.particulier et son corollaire indis-ser à la veille du conseil national mée au siège du ministère de la
sociable que constitue le régimeextraordinaire prévu à Alger le 5 Santé, s’est tenue sous les pro- salaires et à hauteur de 100 % de la Santé, la hache de guerre
indemnitaire indexé sur une clas- d'augmentation». C’est dire est loin d’être enterrée. mai 2011». Pour le SNPSP, nul jecteurs des médias afin de don-
qu’entre le SNPSP et le ministère N. I.doute : le timing et la nature des ner de la crédibilité et de la sification corrigée sur la grille des
AHMED BADAOUI REVENDIQUEBOUIRA
SA RÉINTÉGRATION À SON POSTE DE TRAVAILLes employés de l’unité
de production de Tilesdit Bouteflika et Ouyahia interpellés
nulle et de nul effet». Près leur notification selon lesQui est derrière la non-réintégration d’Ahmeds’indignent d’une année après, aucu- procédures», lit-on dansBadaoui, inspecteur divisionnaire des douanes
ne mesure allant dans le une autre correspondanceLes travailleurs de l’unité de production de l’ADE à et ex-secrétaire général du syndicat d’entrepri-
sens du règlement du cas adressée à Bouderbala, leTilesdit, dans la commune de Bechloul, à 20 km au se, à son poste de travail ? C’est la question
Badaoui n’a été envisagée directeur général dessud-est de Bouira, se sont rassemblés mardi matin soulevée hier lors d’une conférence de presse
par l’administration des Douanes en date du 5devant leur administration pour protester contre un animée par le comité «Badaoui solidarité» au Douanes. «J’étais convain- octobre 2010. Face à cetteretard de salaires «arbitraire visant à (les) priver de
siège de la Ligue des droits de l’Homme (aile cu que l’administration des situation que tous les(leurs) droits». Les travailleurs de cette unité de pro-
Hocine Zehouane). duction, qui dessert neuf communes dont le chef-lieu douanes, institution de observateurs qualifient
Abder Bettache - directe, ce qui normale-de wilaya en eau potable, n’ont pas encore reçu leurs l’Etat algérien censée être d’«anormale», le comité
Alger (Le Soir) - Bientôt ment s’impose de droit». Etsalaires du mois d’avril, alors que leurs collègues de respectueuse des lois de la «Badaoui solidarité» inter-
six ans après sa suspen- pourtant, en date du 4l’administration ont été payés. Les employés protesta- République, allait per- pelle le président de la
sion et malgré les huit juillet 2010, une lettre esttaires, affiliés à l’UGTA et activant chaque jour sur le mettre ma réintégration de République et le Premier
terrain, qualifient cette situation d’injustice, s’apparen- décisions de justice ren- adressée au directeur fait et sans difficulté aucu- ministre «pour le respect
tant surtout à une sanction purement arbitraire de la dues en sa faveur, la direc- général des Douanes, l’in- ne. Mais, je fus bien éton- des lois de la République
part de leur administration qu’ils dénoncent dans une tion des Douanes «n’a tou- formant que «le procureur né d’apprendre qu’aucune afin de permettre à Ahmed
lettre adressée au wali de Bouira ainsi qu’à l’Inspection jours pas permis aux struc- de la République a décidé suite n’a été réservée et Badaoui de réintégrer son
du travail. Dans leur lettre de protestation, ces tra- tures de la direction des de classer le dossier relatif ne sera réservée à mes poste». Dans le cas
vailleurs évoquent également le manque flagrant de ressources humaines d’en- à cette plainte (la dernière courriers, en dépit du fait contraire, «le comité
moyens humains et matériels et les problèmes socio- visager la programmation sur les huit déposées par que la loi oblige toute insti- Badaoui solidarité se
professionnels qui durent depuis plusieurs années déjà
de mon passage devant lal’administration des tution à répondre aux cour- réserve le droit de saisir
et qui restent à la charge de ceux qui abreuvent toute
commission paritaire natio- Douanes) et, de ce fait, la riers qui lui sont adressés les instances internatio-
une wilaya.
nale, ni encore moins ma raison du maintien de la dans les deux mois qui sui- nales OIT, BIT, ONU, etc.Katya Kaci
réintégration de manière suspension est devenue vent leurs transmission ou A. B.
Photo : Samir Sid.
Photo : Samir Sid.Le Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 5 mai 2011 - PAGE 7
UNE JOURNÉE PARLEMENTAIRE A ÉTÉ ORGANISÉE HIER SUR LE THÈME
Le dépistage du diabète de type 2,
une urgence selon les spécialistes
Lors de la journée parlementaire sur le plan national de
lutte contre le diabète organisée hier à l’APN, les spécia-
listes ont tiré, encore une fois, la sonnette d’alarme contre
cette maladie classée, désormais, comme problème de
santé publique. Ils mettront l’accent sur l’urgence du
dépistage précoce et d’une prise en charge adaptée.
F.-Zohra B. - Alger (Le Soir) rain des pédologues s’occupant
- Intervenant lors de la rencontre, du problème délicat du pied dia-
meM Nedhir Djamila, représentan- bétique ainsi que des nutrition-
te du ministère de la Santé, a nistes.
appelé à pérenniser les cam- Parlant de véritable problème
pagnes de dépistage du diabète de santé publique, les spécia-
et à mettre le plus précocement listes ont indiqué que les compli-
possible les personnes atteintes cations sont fréquentes et posent
dans les circuits de prise en char- un problème d’investigation,
ge précoce. Elle évoquera aussi notamment lorsqu’il s’agit de
la nécessité de l’équité dans l’ac- réaliser certains examens loin
cès aux soins, vu les disparités des grands centres urbains. Ils
constatées entre les différentes expliqueront que les complica-
régions du pays. tions sont ainsi souvent sous-
La prise en charge pluridisci- évaluées par manque de moyens
plinaire est aussi recommandée d’investigation.
en raison des différentes patholo- Ils évoqueront une étude réa-
gies qui touchent la personne lisée en 2009 qui démontre que En Algérie, sur 100 personnes, 9 sont diabétiques.
diabétique. Il s’agit aussi, selon parmi 310 diabétiques hospitali-
dixième une néphropathie, un ropathie autonome. Ils conclu- pose plus un problème d’organi-la spécialiste, de développer des sés dont la maladie évolue en
tiers une neuropathie périphé- ront, de ce fait, que la prise en sation que de moyens matériels.formations dans les spécialités moyenne depuis 8 ans, un quart
rique et un quart a déjà une neu- charge du diabétique en Algérie Ils mettront, aussi, l’accent sur lepermettant de mettre sur le ter- présente une rétinopathie, un
déficit en personnel spécialisé
dans la prise en charge du diabè-LE PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DU GROUPE SIM :
te.
Par ailleurs, en Algérie, la fré-
quence du diabète de type 2 est«Nos cadres sont tous des Algériens»
en moyenne de 8,8% variant
filiales et neuf unités de produc-L’encadrement du grou- entre 8 et 10%, ce qui donnerait,tion. De 164 employés en 2005, ilpe Sim est 100% algérien, a selon le professeur Malek, unest passé à 575. «Nous ne comp-déclaré hier Abdelkader chiffre approximatif de 1 milliontons pas nous arrêter là. Nous
Taieb Ezzraimi, président- 700000 diabétiques âgés desouhaitons devenir un exemple à
plus de 30 ans. Ainsi, sur 100directeur général du suivre et nous voulons nous instal-
personnes, 9 sont diabétiques. Groupe Sim, lors d’une ler dans la durée», a soutenu
Le danger vient aussi, selonconférence animée à encore le P-dg.
les spécialistes, du caractèreLe Groupe Sim espère diversi-l’Institut international de
silencieux de la maladie, puis-fier ses activités en investissantmanagement de Sidi Yahia
qu’un diabétique sur deux estnotamment dans les domaines des(Alger). méconnu. énergies renouvelables (énergieIrane Belkhedim - Alger (Le Ce caractère silencieux dusolaire). En outre, l’exportationSoir) - «Tous nos cadres ont été
diabète entraîne donc un retardreste un objectif principal que leformés en Algérie. Responsables
de diagnostic et même la décou-Groupe souhaite développeret dirigeants sont algériens, beau-
verte du diabète au stade dedavantage. coup ont été même formés dans
complication comme par«L’environnement des affairescet institut», a-t-il déclaré.
exemple à l’occasion d’un infarc-en Algérie et l’expérience duEn effet, pour répondre aux
tus du myocarde, une insuffisan-Groupe Sim» a été le thème dedéfis économiques et aux attentes
ce rénale terminale ou une gan-cette conférence qui a vu la partici-du marché de l’époque, de nom-
grène des membres inférieurs,pation de nombreux étudiants etbreux cadres, des anciens
explique le professeur Malek. enseignants de l’Institut.d’Erriadh, ont été envoyés en for-
Le Groupe Sim espère diversifier ses activités. Selon le spécialiste, le dépis-Les présents en ont profité pourmation à l’étranger (Italie, Japon,
poser leurs questions et en tage du diabète de type 2 estCanada et Etats-Unis). Désormais, propres ressources et dispose de Abdelkader Taieb Ezzraimi.
le Groupe Sim, qui «est parti de ses formateurs. «Notre encadre- Aujourd’hui, le Groupe Sim expor- débattre avec l’invité de l’Institut. classé comme étant prioritaire.
F.-Z. B.rien» en 1990, compte sur ses ment est 100% algérien», a affirmé te dix produits et chapeaute cinq I. B.
BLIDA AZZABA
La liste des bénéficiaires La mairie d’Es-Sebt rouvre ses portes des 406 logements sociaux
réaffichée après un an mais la tension persiste
de suspension Fermée, durant plusieurs jours, par monde est resté dans une position d’atten- calmer, aujourd’hui, c’est Es-Sebt et ses
te. Il est vrai que la commune d’Es Sebt vit citoyens qui se considèrent oubliés. La liste des bénéficiaires des 406 loge- les citoyens qui réclamaient le départ
une situation difficile qui ne pourra changer En outre, une autre révolte s’est déclen-ments sociaux de Blida a été réaffichée hier de toute l’Assemblée communale, la
qu’avec la conjugaison des efforts, et ce, chée à Aïn Charchar où des jeunes, sansau siège de la daïra, après une suspension mairie d’Es-Sebt vient de rouvrir ses
en attendant qu’un certain équilibre soit ressources et sans travail, ont dénoncéd’une année. portes.
instauré dans l’affectation des projets par l’injustice dans le recrutement. Au sujet duUne suspension qui fait suite à plusieurs En instaurant un dialogue franc et clair
la wilaya qui semble, malheureusement, fonctionnement de l’agence de l’emploiprotestations de la part des non-bénéfi- avec les contestataires, le chef de la daïra,
privilégier certaines communes par rapport Anem de la daïra, nombre de demandeursciaires et qui a contraint la commission de Sami Medjoubi, a réussi à faire revenir le
à d’autres. ont réclamé l’ouverture d’une enquête…daïra de revoir cette liste et d’éliminer calme. Incapable de gérer, aux yeux de la
Nous l’avons souhaité et nous relan- Les citoyens de la commune d’Es-Sebtsoixante bénéficiaires n’ouvrant pas droit population locale, la commune, le P/APC a
çons l’appel pour un conseil exécutif de la vont-ils accepter l’installation du nouveauau logement social, dont des élus de la été prié de céder sa place. La démission wilaya spécial Azzaba qui ne fera qu’apai- président ? Les avis restent partagés étantwilaya. Ainsi, les bénéficiaires actuels dis-
déposée par le représentant du FLN a vite ser la tension qui règne dans cette daïra. donné la non-satisfaction de leur plate-poseront très prochainement des clés de
arrangé les choses et permis l’installation Après Djendel Saâdi Mohamed et la forme de revendications. Pour le moment,leurs appartements situés dans les com-
d’un nouveau chef de l’exécutif commu- marche des jeunes vers le siège de l’APC la situation reste tendue et un petit rienmunes de Chiffa et de Ouled-Yaïch.
nal,Yassine Ziyayta en l’occurrence. La qui trouvèrent devant eux le même chef de peut déclencher un ouragan.M. B.
colère n’a pas pour autant baissé et tout le daïra pour écouter leurs doléances et les Smaïn Nemiri
Photos : DRLe Soir
d’Algérie Réflexion Jeudi 5 mai 2011 - PAGE 8
La conscience des peuples
teur, le réajustement de l’offre qui s’en est chaque cas de la chute fracassante d’une sta-«Toute vérité n’est pas bonne à
suivi a ramené les prix de 14 à 4 dollars le tue. Et parce que ce réveil semble aller dansdire.»
MBTU, et ils sont depuis 2009 le premier pro- le sens de l’histoire, les révolutions arabes
(Proverbe) ducteur mondial de gaz avec 624 milliards de constituent un tournant psychologique, cultu-
3m par an (contre une centaine pour nous). Ils rel et politique de la plus haute importance
l y a une quarantaine d’années, dans l’am-
ont pensé aux équilibres naturels de leur aussi bien pour les peuples qui les ont faites
biance du premier choc pétrolier de 1973
pays, à leurs ressources hydriques, à l’avenir que pour ceux qui les regardent. Pour la pre-
qui a plongé la France dans la crise éco-
de la planète, plus qu’au profit qu’ils auraient mière fois, ces peuples n’ont pas regardé en
nomique, le président Valéry Giscard d’Es-
personnellement tiré de cette aubaine. C’est arrière, ils n’ont pas cherché dans le passé lesItaing disait aux Français, pour leur redon-
ainsi qu’ont réagi aussi les Canadiens alors solutions à l’avenir, ils n’ont pas confié leurs
ner le moral : «Nous n’avons pas de pétrole,
qu’ils ont de l’eau à n’en savoir que faire. espérances à des «leaders charismatiques»
mais nous avons des idées.» Depuis, la for-
Les deux peuples ont vu loin, ils ont pensé en tenue militaire ou en turban «islamique».
mule est devenue célèbre. C’est le même qui,
à plus tard, à dans un siècle. Ils ont refusé la C’est pour cela que je ne me lasse pas d’en
visitant l’Algérie en 1975, déclarait à sa des-
rente et la vie facile qu’ils auraient pu regret- parler. Ce merveilleux et tragique spectacle à
cente d’avion, devant la presse et le président
ter par la suite. La malédiction des hydrocar- la fois se renouvelle quotidiennement. Il n’y a
Boumediene venu l’accueillir : «La France his-
bures frappe dans les pays irrationnels, pas que le nom du pays qui change. Si on ne nous
torique salue l’Algérie indépendante.»
dans les pays rationnels. le disait pas, s’il n’y avait pas les drapeaux
Comme beaucoup d’Algériens, j’avais ressen-
La donnée écologique est depuis un bon pour nous renseigner, encore qu’ils se res-ti à ces propos une sorte d’humiliation parce
bout de temps au centre des préoccupations semblent souvent, on ne saurait où se passequ’il me semblait qu’ils contenaient une poin- Par Nour-Eddine Boukrouh
des Occidentaux, États-Unis mis à part. Elle la scène : mêmes foules, mêmes revendica-te d’insinuation blessante. Historique, la Fran- noureddineboukrouh@yahoo.fr
est devenue une norme de leur vie quotidien- tions, mêmes vendredis «millionnaires»… Lesce l’était assurément depuis un millénaire.
ne, une norme de construction, une norme despotes aussi se ressemblent à s’y devant les problèmes imprévus, le sempiter-Indépendante, l’Algérie l’était fraîchement,
industrielle, une norme fiscale… méprendre : même discours, mêmes men- nel cache-cache avec les ONG et la pressedepuis à peine treize ans. Mais ce n’était pas
Ils économisent l’énergie et achètent des songes, même répression. internationale. son âge, elle était beaucoup plus vieille que le
voitures plus petites et moins polluantes, en Nul ne peut rester insensible devant ces C’est ainsi aussi qu’est dirigé notre pays :président français ne voulait le croire. En tout
attendant l’arrivée des véhicules électriques. images, même s’il n’est pas concerné par le à coups de mesures ponctuelles, d’avancéescas, le qualificatif «indépendante» avait
Rouler en 4x4 passe pour une provocation, despotisme, et qu’il n’y a pas de raisons et de reculs, de «karr» et de «farr», d’ordon-résonné en moi comme s’il signifiait orpheline,
une honte, un crime contre l’environnement. locales de se soulever. nances et de lois de finances complémen-récente, improvisée.
Ils se préparent à vivre sans pétrole, sans Mais pour un Algérien il y a, à côté de ce taires. On a vu des circulaires suspendre desMais avec le temps, je me suis demandé si
nucléaire, comme ils ont appris, dans de plaisir, une douleur : celle de lire dans le miroir ordonnances, et des dispositions constitution-nous n’avons pas méjugé le président fran-
larges proportions, à vivre sans tabac. des révolutions arabes les raisons de l’échec nelles suspendues par téléphone. Au tempsçais, si nous ne lui avons pas fait un procès
Les Français, pour revenir à eux, ont été de notre «printemps démocratique». Ce «prin- où l’Algérie se voulait socialiste, elle s’estd’intention car après tout, il peut y avoir une
élevés dans les enseignements gaiement for- temps», qui a duré de 1989 à 1991, ne res- dotée d’un Etat gérant. Au temps où elle vou-autre manière de voir les choses. Giscard
mulés dans les Fables de La Fontaine. Ils les semble pas à ce que nous voyons à la télévi- lait passer à l’économie de marché, dans lesdevait savoir combien les Algériens sont cha-
ont apprises par cœur dans leur enfance, et sion depuis quatre mois. Les révolutions années 90, elle a essayé de se doter d’un Etattouilleux sur leur indépendance. C’était leur
s’en souviennent une fois adultes. Ils peuvent arabes n’ont pas été préparées comme on garant. Aujourd’hui qu’elle n’est ni socialiste nimaître-mot, et le monde n’entendait que ce
même ne pas s’en souvenir car les moralités prépare des plans d’embrigadement de foules libérale, elle a créé l’Etat errant. L’Etat quiterme dans leurs bouches. Il a voulu peut-être
de ces fables ont pris depuis longtemps le hystériques pour les jeter dans l’inconnu, ou erre, complètement déboussolé, entre desleur faire plaisir, les flatter, en leur donnant à
chemin de leurs gènes. Ils agissent dans leur des actions de guérilla contre des positions mesures socialistes et des mesures libérales,l’entendre prononcer par l’ancienne puissan-
vie comme les fourmis mises en scène par ennemies, mais comme on prépare une entre une «nafha» (fantaisie) et une autre,ce occupante et, cerise sur le gâteau, par
leur fabuliste dans «La cigale et la fourmi» : ce conscience nationale à une cause nationale : entre la démocratie dont il a peur et le totalita-quelqu’un qui avait été plutôt «Algérie françai-
qu’ils font aujourd’hui, ils le feront demain et la démocratie. Souvenons-nous, en effet, de risme qui le tente. Si ça va pour l’instant, c’estse». Les nôtres ont peut-être pris ainsi ces
dans mille ans. C’est ainsi que sont et font les notre pays divisé en «musulmans» (les parti- parce que nous avons plus d’argent que nouspropos, comme une reconnaissance de notre
peuples qui ont une «conscience historique», sans du FIS) et en «non-musulmans» (le n’en avons besoin. Et le jour où il y en aurasouveraineté reconquise par les armes (mais
qui portent en eux le «sens historique». C’est reste), en «croyants» ayant un ticket pour le moins ? «Dieu y pourvoira !» laisse tomberaussi un peu, quand même, grâce à la diplo-
cette conscience, cette attitude, cette disposi- Paradis, et en «mécréants» condamnés à la dévotement le pouvoir. «Nourris-moi aujour-matie) et il en a peut-être été remercié. En
tion qui a permis qu’il y ait une «France histo- Géhenne. Il n’y avait pas dans nos rues, dans d’hui…» menace la conscience populaire. tout cas, l’homme est toujours en vie et un
rique», et à Valéry Giscard d’Estaing de s’en les marches, dans les sit-in, un peuple homo- Les peuples arabes n’ont pas encore tousjournaliste pourrait lui poser la question, sinon
vanter à raison chez nous. gène, mais d’un côté les «islamistes», et de vaincu leurs despotes, mais ils n’ont pas bais-on la traînera encore longtemps.
Ils n’ont pas raisonné comme nous qui, l’autre les «laïco-communistes», selon le mot sé les bras, ils continuent la lutte au Yémen,La France n’avait donc pas de pétrole (en
dans le même cas de figure, aurions répondu de Belaïd Abdesslam. en Libye et en Syrie. Quand ces régimes tom-fait elle en a, jusqu’à aujourd’hui, représentant
à nos autorités : «Nourris-moi aujourd’hui et Dans les révolutions arabes, on n’a pas vu beront, ça fera cinq, et il ne restera que deux1% de sa consommation, et un peu plus de
tue-moi demain !» D’ailleurs, elles viennent de des meneurs d’un côté, et des foules hébé- ou trois républiques despotiques. Je ne comp-gaz, représentant 2% de sa consommation),
signer avec ENI un contrat pour la mise en tées d’idolâtrie de l’autre. Il y avait une socié- te pas l’Irak et le Liban qui sont deux cas àmais elle vient de découvrir d’importantes
valeur de notre potentiel de ce gaz sans té en mouvement avec toutes ses compo- part. Ni la Somalie, qui est une anarchie. réserves de gaz de schiste estimées à envi-
3 demander l’avis de quiconque. Nous, nous santes, une société où tout le monde était lea- A part Djibouti, tous les autres sont desron 5 000 milliards de m , quand les nôtres, en
faisons le contraire, nous fonctionnons à l’in- der et foule à la fois, une société agencée monarchies. Les chaînes arabes ne nousgaz naturel, se situent entre 4 000 et 4 500
verse des autres, nous sommes des cigales : comme une chorégraphie. Il n’y avait pas montrent plus ce qu’il se passe dans certainesmilliards. L’Etat français était heureux que les
ce que nous faisons en été (compter sur le dans les mosquées, dans les places d’entre elles où quelque chose a bougé —premières recherches aient mis au jour de
pétrole et le gaz, subventionner les prix, sou- publiques, dans les stades, d’un côté les lea- Bahreïn, Oman, Arabie Saoudite —parcetelles quantités, suffisantes pour couvrir une
tenir à bout de bras une économie éclopée), ders, voyants ou non-voyants, en tenue qu’elles appartiennent à quelques-unesdécennie de consommation au moins, mais
nous ne sommes pas sûrs de pouvoir le refai- immaculée comme celle des Anges ou du Ku d’entre ces monarchies. Les révolutionstout de suite il a dû déchanter car les citoyens
re en hiver. Nous comptons sur une sentence Klux Klan, et de l’autre une foule en adoration arabes n’ont pas toutes mûri, mais les pre-qui habitent les régions où ce gaz «non
aux allures d’oracle : «Dieu y pourvoira !» devant les faux prophètes de l’Apocalypse. miers fruits sont déjà là : les républiques héré-conventionnel» a été trouvé ont manifesté leur
C’est cette inconscience historique, cette On n’a pas impliqué Dieu dans l’affaire, ni ditaires et la présidence à vie sont mortes, leopposition à son exploitation. Le gouverne-
attitude à l’envers, cette disposition à ne pen- recruté le Prophète dans ses rangs. L’affaire despotisme a été détruit ici, ébréché là, et enment, qui se faisait du souci pour son endet-
ser qu’à l’immédiat qui conduit à la colonisa- concernait le peuple et le despote, c’est tout. sursis ailleurs. Là où l’aspiration à la démo-tement public, son déficit budgétaire annuel
tion, à l’indépendance qui coûte un million de Si en Russie, Raspoutine a précédé Staline, cratie est bloquée, la crue est inévitable. C’estautour de 7% du PIB, et ses exportations en
morts, et accessoirement à la destruction de chez nous Raspoutine s’apprêtait à succéder une affaire de grossissement du débit, derecul à cause de la faiblesse du dollar et du
l’environnement. Comment dès lors espérer à Staline. Il nous préparait un despotisme qui prise de conscience, et de temps.yuan, voyait d’un très bon œil cette manne,
devenir «historique» ? Un hadith dit : «Quand aurait collé à nos cheveux comme le chewing- Il y a une toute petite lettre de différencemais son enthousiasme a été refroidi par la
vous entendrez sonner l’heure de la fin du gum, à notre peau comme une tique que nulle entre les mots «évolution» et «révolution»,réaction de la conscience française. Il ne
monde et que vous avez une pousse dans la coalition mondiale n’aurait pu nous aider à mais combien cette différence peut peserparle plus, ces jours-ci, que de permis de
main, plantez-la !» Pourquoi sommes-nous retirer. Il n’y a qu’à voir l’Afghanistan. dans la balance : des centaines, voire des mil-recherche à titre «expérimental» dans un ou
portés à écouter Djouha, plutôt que le Pro- C’est parce que les régimes arabes n’ont liers de vies humaines, des centaines de mil-deux sites.
phète alors que nous sommes si sensibles à pas voulu évoluer dans un monde transfiguré lions, voire des milliards de dollars de dégâts,Les citoyens français auraient pourtant
la fibre islamiste ? En tout cas, le gagnant par la démocratie, c’est parce qu’ils ont blo- des traumatismes durables, voire des frac-individuellement gagné à la mise en exploita-
dans le dilemme franco-français c’est finale- qué la croissance des organismes sociaux tures irréparables dans le corps et l’esprit detion des gisements découverts car c’est une
ment nous : Sonatrach va continuer à livrer à que sont leurs peuples, que le flot révolution- la nation. L’évolution, c’est la croissance natu-énergie qui devient de plus en plus chère
3chez eux, en dépit de l’effondrement des prix la France les 10 milliards de m qu’elle nous naire les a emportés. Tous les pouvoirs des- relle d’un organisme, le débit régulier du fleu-
du gaz sur le marché spot depuis 2008. achète annuellement. potiques sont rigides, repliés sur eux-mêmes, ve, le cours normal des choses qu’il faut par-
Son prix à la consommation a augmenté Si nous gagnons à tous les coups, c’est secrets. La vie politique, quand elle est tolé- fois aider lorsqu’une force contraire les bloque
de 25% ces dernières années. Et, plus que que nous devons être les plus malins. C’est rée, est orchestrée d’en haut, balisée, entou- ou les dérègle. Il faut savoir aussi leur impri-
jamais depuis le tsunami qui a endommagé possible, mais on sera fixé dans les années, rée de fils barbelés pour que personne n’y mer une accélération lorsque le besoin se fait
quatre réacteurs japonais, ils souhaitent sortir ou au plus tard les deux décennies à venir. entre ou n’en sorte sans passer par leur ressentir. L’évolution est une suite, la révolu-
du nucléaire. Malgré tout, ils persistent à refu- Il en est des despotes comme des statues contrôle. La conduite du pays est illisible, sou- tion une rupture. L’évolution est un processus,
ser la mise en exploitation de ce filon à cause de bronze qu’ils érigent de leur vivant à leur mise à l’injonction et à la fantaisie du despote. la révolution une explosion. L’évolution est
de la pollution qu’elle entraînerait et des quan- propre gloire. La statue peut tenir des années, L’humeur, l’impulsivité, l’intimidation, tien- une harmonie, la révolution un désordre.
tités faramineuses d’eau qu’il faudrait pour le des décennies, des siècles, si elle repose sur nent lieu d’orientations. Il n’y a ni stratégie à L’évolution est pacifique, la révolution violen-
monter à la surface. un socle stable. Ce socle, c’est le peuple, long terme, ni vision d’avenir, ni pensée cohé- te. L’évolution est maîtrisée, la révolution
Ils n’ignorent pas les avantages que les c’est sa conscience politique. Quand celle-ci rente. C’est la courte vue qui est privilégiée subie. L’évolution est une solution, la révolu-
Américains ont tirés de l’exploitation de ce est inerte et bien plane, la statue tient bon ; dans la navigation, la courte échelle qu’on uti- tion un problème. L’évolution se déroule à l’in-
nouveau type de gaz, eux qui ont inventé la quand elle bouge, la statue s’écroule. Or, lise dans les promotions, et les décisions sont térieur des institutions et dans le dialogue, la
technologie de son extraction : ils sont passés nous assistons depuis quelques mois à la tirées à la courte paille. C’est la course derriè- révolution dans la rue et l’affrontement.
de la position d’importateur à celle d’exporta- réanimation de cette conscience, suivie dans re les solutions provisoires, la fuite éperdue N. B.
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Actualité Jeudi 5 mai 2011 - PAGE 9
CRISE DE CARBURANT À TLEMCEN
Les «hallaba» assiègent les stations-services
et provoquent une grève des transports
On fait appel aux poids lourds pourDevant une situation qui
plus de rentabilité. Un seul voyagene fait qu’empirer, on est
peut générer un bénéfice de 1 mil-en droit de se demander si
lion de centimes par jour. Mais
la wilaya de Tlemcen est comment peut-on faire passer une
régie par des lois, si elle telle quantité de carburant par une
frontière officiellement fermée ? jouit d’un statut particulier
Tout le monde aura compris quequi fait d’elle une zone
personne n’arrêtera ce trafic ; s’il yfranche non déclarée livrée
avait une réelle volonté de com-
à des trabendistes de tous battre ce fléau on commencerait
bords. par surveiller les éternels véhicules
Depuis plus d’un mois, la capita- qui assiègent les stations-services
le des Zianides est abandonnée à quotidiennement. Les hallaba ont
elle-même. Aucune réaction des gagné leur pari, ils ont mis tout le
monde devant le fait accompli. pouvoirs publics pour mettre fin au
À Tlemcen, on doit réfléchir à untrafic de carburant vers le Maroc et
autre moyen de transport. Le terro-on se demande si certains ne pous-
risme économique à de beaux jourssent pas au pourrissement et dans
devant lui. Un imam a déclaré cequel but. Comme il fallait s’y
trafic illicite (h’ram) par le biaisattendre, les transporteurs publics
d’une fatwa mais que peut unont réagi par une grève qui a para-
décret religieux quand les lois de lalysé toute la wilaya de Tlemcen
République sont ignorées ? Auxpour protester contre la pénurie de
dernières nouvelles, les transpor-gasoil qui les oblige à réduire leurs faudra s’attendre au pire car le dik- coincé dans la circulation est sorti 1980, le trafic de carburant ne
teurs privés ont décidé de pour-activités. tat des hallaba peut susciter de de son véhicule avec un gourdin à dépassait pas les frontières de la
suivre leur grève.Mais comment peut-on expli- graves réactions chez la population la main pour passer et sa colère daïra de Maghnia, cependant, ce
quer l’indifférence des autorités M. Zenasniqui se sent vraiment abandonnée. était justifiée car devant accompa- créneau s’est avéré par la suite le
devant ce fléau qui menace tous Au niveau des stations approvi- gner un malade aux urgences. plus rentable et a donné naissance
les secteurs de production ? Nul ne sionnées par Naftal, c’est l’anarchie Dans une autre station, on était à ce que tout le monde appelle JOURNÉE MONDIALE
peut évaluer le manque à gagner totale et les interminables files d’at- à quelques doigts d’un drame, où aujourd’hui les «hallaba», un DE LA LIBERTÉengendré durant une seule journée tente de véhicules bloquent carré- deux personnes ont failli s'entre- réseau très bien organisé des deux
de grève. Tous les bus qui desser- ment la circulation, sans que per- tuer à l’arme blanche. côtés de la frontière, véritable D’EXPRESSION
vent les localités du Grand Tlem- sonne réagisse. Le pire a été évité De l’autre côté de la frontière, «industrie» mobilisant plus de 800 ET DE LA PRESSEcen ont suivi le mot d’ordre et ce de justesse à Riat-El-Hamar où on doit bien rire de ce qui se passe véhicules.
sont des milliers de travailleurs qui sont implantées deux stations-ser- dans cette ville de l’extrême ouest D’ailleurs, les barons du carbu- À TIPASA
n’ont pu rejoindre leur travail. Si vices. A cet endroit, la route est tout d’Algérie. Rappelons tout simple- rant ne se contentent plus de voi-
cette crise de carburant perdure, il le temps bloquée. Un automobiliste ment qu’au début des années tures légères au double réservoir. Hommage
BATIMATEC 2011 à Hamid Skif
e C'est dans la Villa Angelvy,
structure artistique dépendant deUn 14 Salon et 2 millions de logements
la direction de la culture, que se
sont rencontrés plusieurs journa-
listes et amis de la presse pour
célébrer la Journée mondiale de laen ligne de mire
liberté d’expression, mais aussi
pour rendre hommage au défunt
Le Salon international l’offre publique de l’ordre année. banisme s’impliquera renom, Rabah Oumaziz et Hamid Skif, le journaliste, poète et
du bâtiment, des maté- de 300 milliards de dollars La société Batimatec cette année davantage Akli Amrouche en l’occur- écrivain décédé le 18 mars 2011 à
que l’Etat compte injecter Expo s’investira, par lors de cette édition avec rence, ont été mis àriaux de construction et Hambourg, en Allemagne.
durant le quinquennat en ailleurs, cette année enco- l’intervention de pratique- contribution pour l’édition Prenant la parole, le directeurdes travaux publics Bati-
cours dans le secteur du re, davantage dans l’ac- ment tous les respon- d’un ouvrage de 300 de la culture de Tipasa dira : «C’estmatec se tiendra du lundi
une obligation morale, un devoirBTPH n’est pas étrangère tion citoyenne, la réserva- sables en charge des plus pages.9 au vendredi 13 mai pro-
de mémoire de rendre hommage àà cet engouement pour le tion d’un espace sera spé- importantes attributions Cet ouvrage recensechains au Palais des
ces journalistes, écrivains etBatimatec qui favorise les cialement réservé aux dévolues à ce départe- d’utiles notices techniquesexpositions des Pins- autres martyrs, qui ont payé unrencontres entre profes- jeunes souhaitant pro- ment ministériel (urbanis- à l’adresse des maîtresMaritimes (Alger). lourd tribut pour l'honneur et la
sionnels du bâtiment, l’ex- mouvoir des activités de me, promotion immobiliè- d’œuvre, architectes etCette manifestation, liberté de l'Algérie.» A ce titre et
hibition de nouvelles tech- construction ou être orien- re, législation, normes de ingénieurs, soucieux dequi a pris, au fil des ans, dans un brillant hommage aux dis-
niques et procédés de tés vers des formations construction, formation, contribuer à l’améliorationune envergure continenta- parus, le directeur de la culture de
réalisation ainsi que les aux métiers du bâtiment. etc.) qui supervise l’es- de la qualité des construc- Tipasa cite le journal allemand Derle, battra cette année
échanges multiformes Comme il est de tradi- sentiel de l’offre publique tions. Il sera distribué gra- Spiegel qui porta, en février 2011,encore ses précédents
susceptibles de donner un tion, ce Salon offira un de construction (2 millions tuitement aux acteurs un avis empreint de respect sur cetrecords de participation,
écrivain : «La voix de Hamid Skifcontenu concret au slogan cadre opportun pour des de logements, équipe- concernés durant leaussi bien nationale
est de celles qu'on préférerait neévocateur «Après le défi conférences-débats pro- ments sociaux, etc.). Salon, selon Saddok Stiti,qu’étrangère, avec 820 pas entendre, car elle sont tropde la quantité, place à la grammées tout au long de Dans le souci d’améliorer P-dg de Batimatec Expo.exposants officiellement émouvantes, trop proches…».qualité», retenu par les la manifestation. Le minis- la qualité des construc- H. M.
inscrits (ils étaient 775 en Plusieurs personnalités de laorganisateurs cette tère de l’Habitat et de l’Ur- tions, deux architectes de
2010) et pas moins de 30 presse et de la communication se
2000 m de surface d’expo- sont relayées pour témoigner etSOUK-AHRAS rendre hommage au défunt jour-sition, à l’intérieur des
naliste. Ainsi, l'assistance a appré-stands pratiquement tous
cié l'émouvant éloge dit par Aminrequisitionnés pour la cir-
Zaoui à la mémoire de Hamid Skif.Le prix du ciment flambe
constance, comme à l’ex- Au nombre des présents, il y avait
térieur des bâtiments, sur eu aussi l'écrivain Med Sari, quiannée après, on constate que rien n’a Essoud (Skikda), principale pour-La hausse depuis déjà deuxles voies et les espla- avait traduit en arabe l'œuvre deété fait. Les promoteurs se disent voyeuse de l’est du pays. Aussi para-mois des prix des matériaux denades du Palais. Skif, Monsieur le président, maiscontraints d’acquérir le sac de 50 kg à doxal que cela puisse paraître, sur leconstruction est devenue un aussi des professeurs de l'EcoleLa participation de
580 DA et le fer à béton à 7 000 DA le marché noir, ce matériau est large-sérieux obstacle pour la réali- supérieure de journalisme, à l'ins-sociétés étrangères en
quintal. Pour eux, le secteur de la ment disponible à raison de 580 DA le tar de Zoughelami, Djaballahetsation, dans les délais, des dif-provenance d’une vingtai- construction est en pleine crise. sac. Les promoteurs détenteurs de Mostefaoui, qui ont tenu, euxne de pays gagne cette férents programmes lancés ou A Souk-Ahras, une wilaya de 430 projets qui demandent de grosses aussi, à rendre un vibrant homma-
année encore en impor- en voie d’achèvement au 000 habitants, les différents projets quantités de ciment— contrainte des ge à la mémoire du disparu. Un
tance (près de 400 contre niveau de la wilaya. connaissent un retard patent. C’est délais oblige, sous peine d’être péna- débat a suivi le cycle de confé-
385 l’année passée) pour Le ciment connaît assurément aux spéculateurs que la cherté du lisés — ont dû se plier à la loi des rences ayant porté sur la situation
avoisiner, en nombre et une hausse vertigineuse bien que les ciment profite. Les raisons sont mul- spéculateurs en payant rubis sur de la presse en Algérie à la lumiè-
en surface d’exposition, responsables au niveau central aient tiples, la quasi-totalité des promo- l’ongle pour la réalisation de leurs re des changements dans la
région et des réformes proposées.celle des entreprises promis l'année dernière que les prix teurs établis à Souk-Ahras sont ali- projets.
Larbi Houaridu ciment seront stabilisés. Unelocales. Il faut dire que mentés par la cimenterie de Hadjar Barour Yacine
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Culture Jeudi 5 mai 2011 - PAGE 10
lesoirculture@lesoirdalgerie.com
Le coup de bill’art du Soir LES CHEMINS VERS LA LIBERTÉ
Par Kader Bakou DE RACHID HAMMICHE
Le micro
qui brise le silence Un premier album
Si on doit choisir une chanson, un nom et une date,
on dira que Djaoula fe ellil, chantée par Hamidou en
1986, est la première chanson rap «made in Algeria». prometteur
Mais il a fallu attendre une quinzaine d’années plus
tard pour assister au vrai démarrage de ce style musi-
Rachid Hammiche fait chanter sa pensée pleine d’humanité et de tendresse decal. Hamma Boys, Intic, MBS (le Micro Brise le Silence)
ou Double Kanon ne sont que la partie visible de l’ice- telle sorte qu’elle invite celui qui la croise à la rejoindre, en toute simplicité, en
berg. A Alger, les groupes naissent un peu partout,
toute humilité.avec une concentration au quartier de Hussein Dey.
Il y a même deux groupes de rap féminin, Les Mes- usicien depuis tou- rangeur d’Idir, tient les cla-
sagères et les Moon Light Girls (MLG), alors que par- jours, il ne vit pas viers. Il en signe aussi les
tout dans le monde, on dit que les milieux rap sont M de musique et n’as- arrangements. L’excellent
«misogynes». pire pas à la gloire. bassiste Hachemi Bellali
Les textes sont «corrosifs» avec des titres comme C’est sans doute ce qui densifie dans le grave cet
Omar victime du pouvoir, Chebreg yebreg (plouc fait tout le charme de son album dont les percus-
brillant) ou El cavia en mini-jupe. BAM, le nom d’un album qui mène comme sions confiées au talen-
groupe, vient de Brigade Anti-Massacres et RAS sont une évidence vers Iverd- tueux Rabah Khalfa s’ani-
les initiales de Rap Against the System (le rap contre le hene gher athelleli (Les ment.
systeme). chemins vers la liberté), Enfin, à la guitare,
L’élan sera brisé par le départ à l’étranger des album dans lequel la matu- Franck Benguigui déploie
groupes MBS, Intic et Hamma Boys. Les séparations rité acquiert une densité une virtuosité plus
des groupes font le reste. Des Double Kanon et City toute particulière, du fait qu’éprouvée. Idir prête sa
16, il ne reste que Lotfi et Réda qui continuent à rapper. d’une pureté conservée voix pour un duo dans
Mais la deuxième vague arrive. Batna est en passe malgré un parcours de vie Imeyanene (Les jeunes),
de devenir la capitale du rap made in Algeria. abrupt et escarpé. chanson qui appelle les
K. B. Les dix morceaux de jeunes Algériens à réap-
bakoukader@yahoo.fr l’album sont comme dix prendre à aimer et à agir
reflets d’un chemin qui est pour le pays dévasté par
loin d’être ordinaire. les appétits prédateurs et
La musique y exprime assassins.PALAIS DE LA CULTURE HADDADI, CHERAGA,
avec âme et sans conces- Pétri de la conscienceIMAMA ALGER)
sions ce qu’il y a pu y avoir que les opprimés finirontDE TLEMCEN l Jusqu’au 21 mai : inaltérables : amazighité et que déjà, en ces temps
l Jusqu’au 6 mai : Exposition de peinture de tumultueux et de pur par se libérer du joug quidémocratie cheminent noirs, portait-il en lui la
Festival international de «Top stand’art» avec les dans le combat auquel il a leur est imposé, Iverdhenemain dans la main dans lumière qui brillait devant,
musique andalouse et des artistes Moncef Guita et consacré sa jeunesse. ses pensées. vibration interne des mots gher athelleli, boosté par
musiques anciennes, dans Abdelmalek Madjoubi, du Militant de la première On imagine la douleur et mélodies qui allaient les airs de la fête et de
le cadre de samedi au jeudi de 10h heure de la cause berbère, de passer les plus belles éclore au travers des l’ambiance, rappelle que
«Tlemcen, capitale de la à 18h. il est arrêté en 1976. Incar- années de jeunesse der- textes de cet album. ces valeurs populaires,
culture islamique».
céré, il connaîtra le pire rière des barreaux en butte Rachid Hammiche s’est aucune dictature ne pourra
l Jeudi 5 mai à 20h30 : GALERIE D’ART AHLEM
des geôles algériennes où à la morgue du garde- entouré de la crème des les abolir.o(NIVEAU 108 N 2 L10)Concert de Perdo Joia et
ses convictions restent chiourme. Mais peut-être musiciens. Rony Gold, l’ar- Arezki MetrefRIADH EL-FETH,Réberio Récardo
EL-MADANIA, ALGER)(Portugal), Lila Borsali et A.
LE GROUPE RAP EL-HAMRAl Jusqu’au 30 mai :Taleb Bendiab, soirée en
hommage à Maâlma Rétrospective des œuvres
Tetma. de Abderrahmane «On n’est pas des bandits !»ll Vendredi 6 mai Chaouane.
à 20h30 :
l n’ y a pas de gangsta rapCENTRE DES LOISIRSConcert de la Dispersione
en Algérie sinon on seraitSCIENTIFIQUES(Espagne) et de
DE GUELMA : «I les premiers à la faire.» Lel’Ensemble maghrébin
l Jeudi 5 mai :sous la direction de Rachid jeune qui parle ainsi est Amine
Guerbas. Journées d’étude sur «La «Moudjrim» (Amine Criminel) du
sauvegarde du patrimoine groupe algérois de rap El-Hamra.
culturel et la BASILIQUE DE NOTRE «gangsta» vient du mot «gangster».
réappropriation de l’identitéDAME D’AFRIQUE Le gangsta rap est un style de
nationale».(BOLOGHINE, ALGER) musique né vers la fin des années 80
l Jeudi 5 mai à 19h : sur la côte ouest (west coast) des
CENTRE CULTURELDans le cadre du cycle Etats-Unis. Les premiers gangsta
FRANÇAIS D’ALGERmusical «Guitarrísimo», rappeurs sont issus des gangs et
ll Jeudi 5 mai à 19h :l’Institut Cervantès et
ainsi racontaient leur vie pleine de
l’ambassade du royaume Musique jazz : Bojan Z avec
violence. Mais Amine «Moudjrim»d’Espagne à Alger Mauro Gargano : basse,
n’est pas un gangster et son seulorganisent un concert de Martijn Vink :
crime c’est de faire du rap. musique classique batterie, Bojan Z : piano,
Lui et ses trois autres amis du grou-espagnole «Arte en parte», rhodes, xénophone.
pe El-Hamra ne viennent pas desavec les artistes Angela
Ferreiro et LIBRAIRIE DU TIERS- gangs, mais d’autres groupes de rap
Iago Reigosa. (concert sur MONDE (PLACE ÉMIR- ou de hip hop qui est en réalité un Drivé actuellement par le mana- préjugés qui collent à ce style musi-
ABDELKADER, ALGER)invitation disponible mouvement culturel et artistique très ger Larbi Tabti, le groupe est en train cal né dans les ghettos noirs des
ll Lundi 9 mai à 14h :au niveau de l’Institut vaste. Amine est un ancien de N.L.J. d’enregistrer un album de dix titres Etats-Unis. Ils sont jeunes mais
Cervantès d’Alger au 9, rue L’auteur Michel Leroy sera (Nous Les Jeunes). Sofiane vient de dont El-waldine (les parents) et El- conscients des contraintes de la
Khelifa-Boukhalfa, Alger). présent pour une séance de Secteur H (Secteur Hussein Dey). hayat el fania (la vie n’est pas éter- scène artistique algérienne dont le
vente-dédicace de son Thug Pain, le troisième membre du nelle). Des guest-stars comme Yaci- phénomène du piratage et l’absence
MAISON DE LA ouvrage intitulé Universités,
groupe, est un transfuge de Mafia ne MBS participent à l’élaboration du d’une vrai industrie du disque.
CULTURE DE AÏN enquête sur le grand cham-
Crew. A El-Hamra, il y a aussi une nouveau produit. «L’artiste ne sait même pas com-BENIAN (ALGER) bardement, paru aux édi-
fille : la charmante Missou. L’ambition de Hamra est «de sor- bien d’albums il a vendu», déplorent-l Samedi 7 mai tions Autrement.
«Le rap est tout pour moi, c’est tir de l’ombre pour aller vers la lumiè- ils. «Nous ne somme pas des ban-à 14h :
ma vie», nous a-t-elle confié en re». Parlant à tour de rôle, ils nous dits, nous sommes des rappeurs quiCINÉMATHÈQUE Concert de rock metal
réponse à la question classique : expliquent que cela veut dire qu’ils expriment ce qu’ils ressentent tout en«Blast show» avec les ALGÉRIENNE
«Pourquoi le rap ?» veulent faire sortir le rap de l’under- évitant les clashs avec les autresgroupes Devast (Alger), (26, RUE LARBI BEN-
Barbaros (Alger), Enimia M’HIDI, ALGER-CENTRE) «Le nom du groupe, El-Hamra (la ground et lui offrir une place au soleil groupes», diront-ils en conclusion.
(Koléa), Empty Throne ll Jeudi 5 mai à 13h rouge), est un hommage au sang des sur la scène artistique algérienne. Thug Pain veut dire «la douleur du
(Koléa) et Orgam (Alger). et 16h : martyrs. Ce nom est aussi lié au dra- Le rappeur et producteur améri- voyou». Mais ce rappeur n’est pas un
rGaza strophe de Samir peau algérien dans lequel il y a trois cain D Dre est un peu leur modèle de voyou, même s’il a fait partie de
GALERIE DAR Abdellah et Kheiredine couleurs le blanc, le vert et le rouge», réussite. Mais ils sont conscients que «l’équipage mafia» de Mafia Crew.
EL-KENZ (16, LOT BEN Mabrouk. nous a expliqué, de son côté, Amine. ce n’est pas une mince affaire vu les Kader B.
Photos : DR