QUI SE RESSEMBLE S

QUI SE RESSEMBLE S'ASSEMBLE

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

QUI SE RESSEMBLE S'ASSEMBLE Lors d'une de ces matinées ensoleillées de notre accueillante petite ville, je me promenais au Jardin des Plantes. La ville s'était déjà réveillée, la foule sortait de l'église après la messe du matin. Les dernières notes des chants du chœur résonnaient encore autour de l'église. Les amoureux marchaient main dans la main. C'est, attablé au petit café du jardin, que j'aperçus Arthur, l'un de mes amis que je n'avais pas vu depuis longtemps. Nous décidâmes de passer l'après-midi ensemble. Soudain, je remarquai un couple qui ne ressemblait pas à des amoureux. Je crus voir le fil magique qui les liait. Le couple passa devant nous plusieurs fois pendant ma promenade en compagnie d'Arthur. Il les fixait d'un regard admiratif. Ma curiosité augmentait de plus en plus en voyant le couple et le regard d'Arthur. - Ils semblent inséparables, fis-je à mon ami. - Tu les admires depuis qu'ils sont arrivés, remarqua-t-il. - J'essaie de comprendre leur relation mais à mon avis, ce n'est pas un couple d'amoureux. - Tu as bien compris. C'est un couple qui a une longue histoire: « Robert vivait heureux, avec sa femme et leur fille.

  • visage fardé de blanc et de jolis yeux verts

  • main dans la main

  • production des élèves de la classe de seconde fls du lycée

  • visage


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 57
Langue Français
Signaler un problème
QUI SE RESSEMBLE S’ASSEMBLE
Lors d’une de ces matinées ensoleillées de notre accueillante petite ville, je me
promenais au Jardin des Plantes. La ville s'était déjà réveillée, la foule sortait de
l'église après la messe du matin. Les dernières notes des chants du chœur
résonnaient encore autour de l'église. Les amoureux marchaient main dans la main.
C'est, attablé au petit café du jardin, que j'aperçus Arthur, l'un de mes amis que je
n'avais pas vu depuis longtemps. Nous décidâmes de passer l'après
-
midi ensemble.
Soudain, je remarquai un couple qui ne ressemblait pas à des amoureux. Je crus
voir le fil magique qui les liait. Le couple passa devant nous plusieurs fois pendant
ma promenade en compagnie d'Arthur. Il les fixait d'un regard admiratif. Ma
curiosité augmentait de plus en plus en voyant le couple et le regard d'Arthur.
-
Ils semblent inséparables, fis
-
je à mon ami.
-
Tu les admires depuis qu'ils sont arrivés, remarqua
-
t
-
il.
-
J'essaie de comprendre leur relation mais à mon avis, ce n'est pas un couple
d'amoureux.
-
Tu as bien compris. C'est un couple qui a une longue histoire:
« Robert vivait heureux, avec sa femme et leur fille. Un jour, sa femme tomba à
terre et les médecins découvrirent qu'elle avait un cancer. La maladie l’emporta
quelques semaines plus tard.
Après plusieurs mois de deuil, la famille décida de partir en vacances. En
chemin, ils furent victimes d’un accident terrible dans lequel sa fille trouva la mort.
Le conducteur de la voiture avec laquelle ils étaient entrés en collision, sortait
d’une boîte de nuit et conduisait en état d'ivresse.
La situation de l'homme se compliqua car il risquait en plus de perdre sa
maison, devenue trop grande pour lui désormais. Toute la ville fut solidaire du
pauvre homme.
Mais en réaction à son immense détresse, Robert décida de rejoindre une
association pour faire de la prévention auprès des jeunes qui sortent de discothèque.
Sa seule raison de vivre: que les adolescents arrêtent de mettre leur vie en danger.
Un soir, Robert raccompagnait des jeunes dans le minibus de l’association. En
traversant le pont, il vit une fille qui s'apprêtait à sauter dans la Seine. Il freina
brusquement, quitta le véhicule, courant à toute vitesse, et tandis que la fille était à
3 cm, prête à bondir, il l’attrapa et la sauva. La jeune fille, impatiente, cria:
-
Laisse
-
moi, pourquoi m’as
-
tu sauvé la vie? qui es-tu? que veux-tu?
Soudain elle s’évanouit.
Robert l'emmena dans sa maison et essaya de la réveiller. Quelques moments
plus tard, elle revint à elle. Robert lui demanda:
-
Pourquoi veux
-
tu mettre fin à ta vie?
Elle lui raconta son histoire avec une sorte de
soulagement. Elle avait été trouvée enroulée dans une
couette devant un hôpital, elle avait vécu toute son
enfance dans plusieurs familles d'accueil. A l’âge de 16
ans, elle pensait avoir enfin trouvé le bonheur dans une
famille d'accueil qui la considérait comme sa propre
fille. Mais aprés deux années paisibles passées avec
cette famille, et à cause d’une amourette avec le fils de
la famille, les parents décidèrent que Tatiana ne pouvait
plus rester avec eux. Depuis ce temps
-
là, elle vivait
dans la rue. Tatiana était devenue une fille rebelle,
révoltée et difficile à vivre. Elle était rude avec tout le
monde et toujours de mauvaise humeur. Parfois elle
criait sans raison.
Avec ses cheveux teints en noir, avec par-ci par-là
quelques mèches rouges, le visage fardé de blanc et de jolis yeux verts
outrageusement soulignés de noirs, elle semblait vouloir dissimuler son véritable
visage qu’on devinait séduisant.
Robert dit:
-
Tous les hommes ont des passages difficiles, la solution qui leur vient à l’esprit
est la tentative de suicide: si cela continue la Terre se transformera en
un gigantesque cimetière.
Ils se retrouvaient maitenant tout seuls. Et leurs regards se croisaientà intervalles
réguliers. Mais aucun d’eux ne comprenait le sentiment qui flottait dans la pièce.
A son tour, Tatiana posa à Robert des questions sur sa famille, et lui regrettait les
réponses. Tout était calme, apaisé. Elle voyait maintenant Robert comme un
homme d'expérience, blessé par la vie, elle le regardait avec peine.
Proche des quarante ans, il était grand et ses cheveux bouclés retombaient en
cascade sur ses larges épaules, son front ample était couvert de rides. Ses sourcils
bien alignés donnaient à son visage une expression intelligente. Ses petits yeux
étirés étaient gris. Son regard morne et vide exprimait
toute la tragédie qu'il avait vécue. C'était un homme
mélancolique et sensible. Les évènements de sa vie
l'avait rendu très combattif. Elle se disait que
finalement, ils n’étaient pas si différents.
En regardant fixement Robert, Tatiana lança une
question:
- Et maintenant ?
- J'ai pas compris!
- Qu'est-ce que tu vas faire?
- Ah!!, oublier!
- Oublier quoi?
- Tout, parce que mes souvenirs me font souffrir.
Mais ne parlons plus des choses passées, parlons du
futur, de l'avenir. Tu as de la place pour dormir ici
cette nuit
si tu veux!
- Non, merci, j'ai des amies qui peuvent m'accueillir.
- Tu crois que je suis bête? Si tu avais des amies elles ne te laisseraient pas dans cet
état de désepoir! Ecoute, Tatiana, j'ai perdu ma famille, toi non plus tu n'as personne
qui te cherche, je t'en supplie, reste avec moi, je te vois comme une deuxième fille!
Les yeux de Tatiana commençaient à briller, mais pour la première fois depuis
longtemps, des larmes qui coulaient. Elle accepta la proposition de Robert.
Les jours ont passé, Tatiana et Robert commençaient à s'entendre et s'écouter,
Robert débarrassa Tatiana du masque qu’elle s’était fabriqué et lui acheta de
nouveaux vêtements. Tatiana commençait à voir en Robert le père dont elle avait
toujours rêvé.
Dans un jour inondé de soleil, ils se sont donné la main et sont sortis pour se
promener. Depuis lors, on peut voir les sourires qui illuminent leurs visages. »
Sur ses derniers mots le couple passa devant nous et Robert nous salua avec un
mouvement de tête. Je les regardai disparaître, voyant cette fois dans ce couple
tellement complice un père et une fille qui se complétaient harmonieusement.
* * *
Production des élèves de la classe de Seconde FLS du lycée Georges Brassens –
Courcouronnes (91):
AGHAYAN Lianna - BERNARD RAMESH Clency – BUTT Nimra - COSTA SILVA
Carla - DAJADIAN Tanya - DEMIRCI Özlem - LINHARES DE CARVALHO João -
NAMOUNE Ismaïl – PATANE Sara – SAINT-MARC Anbarassane – SEUTA Dan
Dessins de PATANE Sara