RENCONTRES ET IDENTITES CULTURELLES EN AMERIQUE ...

-

Documents
9 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

  • mémoire
  • exposé
  • revision
1 RENCONTRES ET IDENTITES CULTURELLES EN AMERIQUE LATINE Michèle GUICHARNAUD-TOLLIS Université de Pau et des Pays de l'Adour La réflexion sur « Rencontre et identités » proposée pour la Journée des doctorants d'AMERIBER (2010) à l'université de Bordeaux 3 m'a semblé particulièrement intéressante pour une étude appliquée au champ de l'Amérique latine et des Caraïbes considérées souvent comme des espaces privilégiés de métissages1. En effet, depuis la Découverte et la Conquête, l'Amérique latine et les Caraïbes ont été le lieu de rencontres, d'affrontements, mais aussi, tout au long de l'histoire, la terre d'accueil et d'échanges de toute nature.
  • del fenómeno social de la transculturación
  • litterature latino-americaine
  • littérature latino
  • el engaño de las razas
  • transferts culturels
  • contraintes sociales
  • questions
  • question
  • histoire
  • histoires
  • littérature
  • littératures
  • culture
  • cultures

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 28 mars 2012
Nombre de lectures 195
Langue Français
Signaler un problème
1
REN C O N T RES ET IDEN T IT ES C U LT U RELLES EN A M ERIQ U E LA T IN E
Michèle GUICHARNAUD-TOLLISUniversité de Pau et des Pays de l’Adour
La réflexion sur « Rencontre et identités » proposée pour la Journée des doctorants d’AMERIBER (2010) à l’université de Bordeaux 3 m’a semblé particulièrement intéressante pour une étude appliquée au champ de l’Amérique latine et des Caraïbes considérées souvent comme des espaces privilégiés de 1 métissages . En effet, depuis la Découverte et la Conquête, l’Amérique latine et les Caraïbes ont été le lieu de rencontres, d’affrontements, mais aussi, tout au long de l’histoire, la terre d’accueil et d’échanges de toute nature. Avec le premier choc interculturel lié à la Conquête et à la colonisation, avec l’arrivée des esclaves e africains sur le sol américain et les effets des immigrations européennes à partir du XIX siècle, pour ne e e citer que cela, sans taire aux XX et XXI siècles les mouvements d’émigration et les grands phénomènes diasporiques, la liste est longue des échanges culturels et des recompositions qui ont affecté et affectent encore le Nouveau Monde. D’où la question permanente de cette identité (latino-) américaine qui a de tout temps préoccupé les intellectuels latino-américains, qu’ils l’aient formulée clairement ou métaphoriquement dans leurs différents écrits : soit dans des essais (La expresión americanade José Lezama Lima,El laberinto de la soledad d’Octavio Paz), soit dans des romans historiques (La región más transparentede Carlos Fuentes,Los pasos perdidosd’Alejo Carpentier), pour ne citer que ces exemples. L’Amérique latine et les Caraïbes ont ainsi suscité beaucoup d’interrogations chez de très nombreux théoriciens qui se sont souvent exprimés sur cette problématique de l’identité et ont tenté de répondre à la question : comment la rencontre avec l’Autre ou avec les Autres a-t-elle pu et peut-elle se résoudre ? À quelle solution de conciliation, d’adaptation, d’acculturation ou de fusion a-t-elle abouti ? Comment, dans ces relations interculturelles, le métissage s’est-il opéré ? Est-il fusion ou juxtaposition ? On pourra donc ainsi se poser la question de la nature et des modalités d’approche scientifique de ces phénomènes auxquels l’histoire, mais aussi l’anthropologie et plusieurs autres sciences humaines, ont consacré de riches réflexions théoriques. Ce sera le premier point de cet exposé.  En second lieu, les expressions culturelles – arts, littérature, peinture, musique, danse – sont elles-mêmes le corps vivant de ces rencontres, soit qu’elles se définissent intrinsèquement comme le lieu de construction, transculturel par excellence, de ces identités métisses et hybrides, soit qu’elles recherchent délibérément cette hybridité formelle dont la postmodernité est porteuse. À travers une approche rapide de la littérature latino-américaine et caribéenne, je poserai ici la question fondamentale de cette identité de la littérature latino-américaine.  Enfin, dans un épilogue, j’indiquerai une piste de réflexion qui conduirait davantage à un dépassement des métissages, à une ouverture au monde, à partir d’une théorie développée par quelques e créateurs ou artistes sur l’imprévisibilité du devenir de la culture, de toute culture, à l’aube du XXI siècle.
1Ce texte reprend partiellement celui d’une conférence lue à Berlin lors du colloqueKaléidoscopes coloniaux-Transferts culturels e dans les Caraïbes au XIX siècle, organisé par Ottmar Ette et Gesine Müller en juillet 2009, ainsi que d’une communication présentée à l’université d’Aix-en-Provence, à l’occasion desJournées de la Société des Hispanistes Français2008 dont les Actes de sont sous presse.