Un schémas de zonage durable de la ville de Tinghir
11 pages
Français

Un schémas de zonage durable de la ville de Tinghir

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
11 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : l' oued toudgha
  • cours - matière potentielle : eau
  • exposé
Un schémas de zonage durable de la ville de Tinghir Le territoire est une ressource rare et non renouvelable. Dans une démarche de développement durable, il doit donc être géré avec prudence et économie. L'aménagement du territoire structure l'espace: il influence la localisation de l'habitat, des entreprises, des moyens de transport; le développement des fonctions agricoles, minières, commerciales, administratives et culturelles. S'il n'est pas défini en fonction des enjeux environnementaux, la dette écologique sera énorme.
  • espaces de vie
  • espace de vie
  • solution écologique pour la question de l'épuration autonome des eaux usées
  • zone urbaine
  • zones urbaines
  • énergies
  • énergie
  • energie
  • energies
  • population locale
  • populations locales
  • population locales
  • zones
  • zone
  • eau
  • eaux
  • développement economique
  • développement économiques
  • développements économiques
  • développement économique
  • villes
  • ville

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 74
Langue Français

Exrait

de zonage durable de la ville de TinghirUn schémas
Le territoire est une ressource rare et non renouvelable. Dans une démarche de développement durable, il doit donc être géré avec prudence et économie. L’aménagement du territoire structure l’espace: il influence la localisation de l’habitat, des entreprises, des moyens de transport; le développement des fonctions agricoles, minières, commerciales, administratives et culturelles. S’il n’est pas défini en fonction des enjeux environnementaux, la dette écologique sera énorme. L’aménagement du territoire de la région de Tinghir doit être au cœur de la gestion durable. Un développement territorial durable exige une approche globale et transversale, intégrant les différents facteurs qui influencent le territoire (le développement économique et social, l’agriculture biologique, la politique de l’environnement et de l’énergie, la mobilité, la protection du patrimoine et des ressources, etc.). Le territoire de la ville de Tinghir doit être couvert par le plan d'occupation de sols et qui fait la distinction entre la zone urbaine et la zone rurale et agricole. Le plan d'occupation des sols est un document qui détermine les zones d'affectation des sols, selon la topographie, la géologie et la situation géographique de la ville et selon l'usage principal qui doit en être fait ou la nature des activités dominantes qui peuvent y être exercées . Le Plan d'Occupation des Sols est un instrument de planification qui fixe les règles de l'utilisation des sols d’une ville, en s’appuyant notamment sur un règlement et sur un plan de zonage. Il s'agit d'un état des lieux de la ville en termes d'habitat, d’administration, d'économie, d'environnement, de transport… mais ce document doit également justifier les choix de la collectivité et évaluer les incidences du projet sur l'environnement. L’objectif du plan de zonage est de déterminer les critères essentiels qui régissent l’aménagement des zones afin d’aider les autorités locales et les auteurs de projets à bien saisir l’esprit de l’urbanisation dans laquelle ils doivent s’inscrire.
► Une zone rurale et agricole à repenser La zone rurale et agricole possède un bon potentiel, notamment en raison de la présence de terres agricoles irriguée et de qualité. Elle est caractérisée par une micro-propriété et un morcellement très accentués. En effet, la taille moyenne des exploitations ne dépasse guère 0,64 Ha. Mais cette zone connait une forte dégradation au Sud de la vallée par l’utilisation des motos pompes qui provoquent la diminution du niveau de la nappe. L’agriculture est l’activité économique dominante le long de la vallée mais elle reste traditionnelle.
La production végétale est caractérisée par la prédominance de la céréaliculture, suivie de l'arboriculture fruitière et les cultures fourragères représentées essentiellement par la luzerne. L’agriculture doit devenir un modèle de réussite économique, sociale et environnementale. Le territoire agricole offre donc des possibilités de développement de l'agriculture biologique et les produits du terroir. Elle doit occuper une place non négligeable dans le développement socioéconomique, doit être un facteur de stabilisation des populations et doit jouer aussi un rôle important dans le maintien des paysages ruraux. L'agriculture biologique, doit être encouragée, Elle doit être accessible à tous car sa diffusion augmentera le bien être, la santé publique, et l'indépendance alimentaire de la région. Elle respecte l'environnement en utilisant des engrais naturels, en gaspillant moins d'eau et d'énergie, et en cultivant des espèces et variétés locales adaptées aux climats, et aux sols. Elle permet de préserver la biodiversité, aujourd'hui extrêmement menacée. Elle est génératrice d'emplois qui ont des avantages certains en terme de cadre de vie et de bien être au travail. Elle permet de redécouvrir les variétés et espèces traditionnelles, les recettes et produits du terroir... .
► Une zone de ceinture verte: un espace de vie à inventer: La ceinture verte permet d’associer la préservation de la nature, la qualité du cadre de vie et le développement économique. Elle s’inscrit dans une perspective de développement durable du territoire. La création d’une ceinture verte au sud ouest de la ville est une nécessité et un outil à vocation écologique ou récréative. Son objectif est d'entourer la commune d'une zone non bâtie, où l'urbanisation est limitée et où les espaces naturels sont mis en valeur, de contrôler la croissance de l'urbanisation, de redonner une place à la nature en ville ce qui améliore les conditions de vie de la population, d’éduquer et sensibiliser la population urbaine à l’environnement, d’améliorer l’image et l’attractivité de la ville et de renforcer l’économie en développant des activités récréatives et touristiques. La création de la ceinture en zone inondable permet de stabiliser cette zone, de récupérer les eaux de ruissellement en bassin d'orage et de filtrer les eaux usées par la phytoépuration.
► Une zone administrative de proximité et au cœur de ville: L’administration désigne l’ensemble des activités dont le but est de répondre aux besoins d’intérêt général de la population tels qu’ils sont définis à un moment donné par l’opinion publique et le pouvoir politique. L’administration a pour objectif essentiel de satisfaire l’intérêt général et la fonction publique est un des moyens dont elle dispose pour y parvenir. Le service public apparaît encore aujourd’hui comme une fonction clé de l’Administration, c’est-à-dire de l’ensemble des structures publiques ou privées chargées d’accomplir des activités d’intérêt général. On distingue les services publics d’ordre et de régulation (état civil, police, justice...), ceux ayant pour but la protection sociale et sanitaire, ceux à vocation éducative et culturelle et ceux à caractère économique. La zone administrative doit être au cœur de la ville de Tinghir liant le milieu rural au milieu urbain tout en restant au service du citoyen. Elle doit être concentrée en un seul endroit pour faciliter l’accès aux citoyens. Le régime juridique du service public doit être défini autour de trois principes: continuité et adaptabilité du service public, égalité devant le service public et transparence. Le développement de guichet unique permet de regrouper en un même lieu plusieurs services publics. Les administrés (les citoyens, les entreprises) peuvent alors accomplir en une seule fois les formalités nécessaires à une action ou une demande dans les domaines social, fiscal ou autre…
► Une zone culturelle et scolaire d'intégration: L’éducation est un processus d’intégration dans des entités socio-culturelles et économiques, permettant le développement des rôles des acteurs dans les processus d’évolution de la société.
Le domaine scolaire s’inscrit pleinement dans le champ sémantique du territoire. L’école, le collège, le lycée s’inscrivent réellement dans leur territoire scolaire, en liaison étroite avec le territoire tout court. Cette inscription est le fait de l’action concertée des acteurs locaux (enseignants, familles, élus, associations…) qui œuvrent pour que la communauté de destin scolaire puis professionnel des élèves évolue pour le mieux-être, le progrès des individus et de la collectivité locale toute entière. Le développement des projets d’éco-école conduit les acteurs de l’école et en particulier les élèves, à une réflexion de proximité sur les enjeux environnementaux et favorise l’éducation à la citoyenneté. L’originalité de l’éco-école est d’associer du début à la finalité des projets, enseignants et personnels de l’établissement, élèves, élus locaux, gestionnaires des bâtiments, parents d’élèves, associations… Chacun trouve sa place et ses intérêts, dans un projet favorisant autant l’éducation à l’environnement que l’éducation à la citoyenneté. La création de cercle de la réussite au niveau des établissements de secondaire est une nécessité. Le cercle de la réussite est un groupe de dialogue, d'analyse et d'action qui rassemble un maximum de partenaires : enseignants et éducateurs, élèves, parents, chef d'établissement, membres du personnel ouvrier, personnes extérieures (animateurs sportifs ou culturels, médiateurs...). Il se réunit régulièrement pour choisir une situation-problème dans la vie de l'école, pour l'analyser et y apporter des solutions, avec l'aide de toute la communauté éducative (autres professeurs, élèves, parents, personnes-ressources...). La culture, qu’elle soit artistique ou scientifique, est aussi un outil de développement très efficace pour consolider le sentiment d’appartenance. Elle est un moyen et une condition essentielle du développement territorial . La ville de Tinghir doit développer plus d'espaces cultuels tel que un centre culturel, un musé et une bibliothèque. Les investissements consentis dans le domaine de la culture par la commune sont d’ailleurs des leviers économiques importants qui permettent la création d’emplois de qualité et favorisent la rétention des jeunes en région. La zone scolaire et culturelle doit jouer son rôle d'intégration et de réussite d'une jeunesse en manque de repères.
► Une zone d'habitat durable: car « Habiter veut dire être » La croissance démographique suscite l’extension spatiale en milieu urbain. Cela pose problème lorsque cette croissance spatiale n’est ordonnée ni canalisée par une politique d’urbanisation. Les pathologies urbaines sont multiples : l'habitat anarchique et insalubre, trottoirs et chaussées crevassés, détritus répandus ça et là, vacarme incessant des klaxons, façades d'immeubles en piteux état, chantiers de travaux sans protection… la ville de Tinghir connait, en raison de son expansion, des problèmes relatifs au manque en infrastructures de bases et services publics, ainsi qu'à l'apparition de quartiers anarchiques. Des quartiers sont construit dans des zones à risque: soit en zones inondables ou sur des sols gypsefères. Ils sont faiblement équipés en infrastructures notamment l’assainissement, l’éclairage public, le drainage des eaux pluviales et la voirie. Cette situation a entraîné une détérioration du tissu urbain et porté préjudice à l'harmonie du bâti et à l'esthétique urbaine de la ville ainsi qu'à la mobilité. En plus l’urbanisation incontrôlée pose des problèmes sociaux et économiques. Mettre fin à la prolifération de l'habitat anarchique est un combat de longue haleine et sa résolution définitive ne sera pas possible en s'appuyant sur l'ensemble des acteurs concernés : secteurs public et privé et société civile. Pour cela il faut une recomposition appropriée des quartiers en vue de leur intégration dans une dynamique urbaine globale, pour une nouvelle gouvernance du territoire urbain. une zone qui permet de promouvoir un urbanisme durable en favorisant les formes d’habitat plus denses et donc moins consommatrices d’espace et des habitations bioclimatiques construites avec des matériaux locaux.
Une zone qui privilégie une architecture écologique qu’elle soit traditionnelle ou contemporaine et qui favorise une mixité sociale . Une zone qui permet à tous les habitants de trouver un logement en adéquation avec leurs moyens et leurs aspirations, quels que soient notamment :leur âge, leur statut familial, leur niveau de revenus, leur éventuel handicap. Elle doit être en symbiose avec la zone scolaire et culturelle tout en intégrant des espaces verts. La création par la ville de la Maison de l’Habitat va permettre le suivie des projets d'habitation tout en assurant un habitat durable adapté au contexte local et en harmonie avec le paysage naturel.
► une zone de tourisme durable: La région de Tinghir recèle plusieurs potentialités touristiques, notamment ses paysages pittoresques variés, l’hospitalité de ses habitants, la richesse et la diversité de son folklore. Une zone touristique est une aire géographique attractive pour le développement du tourisme, reconnue pour la richesse de son environnement et de son patrimoine. La vallée de Toudgha est une zone propice pour l’écotourisme. L'écotourisme cherche à bouleverser les habitudes du tourisme traditionnel qui ne profite pas au développement durable de la région. Les acteurs du tourisme actuels ne participent pas au développement durable de la région de Tinghir. L'écotourisme est centré sur la découverte de la nature, des écosystèmes et du tourisme rural. Il est un voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le bien-être des populations sont préservés. Il représente un moyen pour valoriser la biodiversité, des espèces (animales, végétales, microorganismes) et des écosystèmes tout en générant des opportunités économiques faisant que la préservation profitent aux populations locales et à leur bien-être. L’écotourisme devrait être axé sur les enjeux locaux afin que les communautés locales gardent un contrôle sur son développement et ses bénéfices. L’objectif de l'écotourisme est la valorisation de la conservation de l’environnement, la contribution équitable au développement économique local, la prise en compte et la réponse aux besoins des communautés hôtes et la génération d’une expérience touristique authentique et responsable. Il vise à respecter, préserver et contribuer à mettre en valeur les ressources naturelles, culturelles et sociales du territoire d'accueil. Il donne un coup de pouce aux économies locales en créant des emplois, met en valeur le patrimoine environnemental et culturel et il est souvent la principale source de devises. La valorisation des ressources par l’écotourisme conduirait ainsi les populations locales à se comporter comme des « gardiens » de leur environnement et à le protéger contre les acteurs locaux ou extérieurs qui le menacent.
►Une zone commerciale et industrielle respectueuse de l'environnement: L’économie de la Province de Tinghir se caractérise par la diversité de ses secteurs productifs, le secteur d’énergie et mines joue le rôle primordial en parallèle avec le secteur d’artisanat. En outre, les MRE originaires de la région participant à sa croissance économique notamment à travers les projets qu’ils entreprennent dont supérettes et construction des logements, ainsi qu’à travers le soutien financier qu’ils accordent à leurs familles. Le secteur de l’artisanat est l’un des secteurs qui participe au développement économique et social de la ville. L’artisanat joue un rôle notable dans l'économie de la ville menuiserie d’Art. ferronnerie d’Art et fabrication des Soufflets, spécialité exclusive de la ville de Tinghir, bijouterie, tissage, cordonnerie . Il occupe une main d’œuvre importante et draine des revenus non négligeables. Le secteur industriel occupe une place secondaire dans l’activité économique de la ville de Tinghir. Il se contente de l’existence d’un tissu industriel très jeune, constitue de petites et moyennes entreprises peu diversifié et porté sur une production destinée en grande partie à la satisfaction des besoins de la région. La création d'une zone industrielle à l'Est de la ville permet de regrouper les activités en un seul endroit où il impact environnementale sur la ville de Tinghir et ses habitants.
Elle doit être un eco-pôle d’activités des plus éco-efficients en matière de gestion des ressources, d'énergie et de mise en valeur des savoirs locaux dans la mise en pratique de la durabilité locale. Elle doit être un incubateur d'activités,dans les domaines de l'énergie renouvelable, des modes de production non polluante et respectueuse de l'environnement, du management environnemental, du commerce durable et de l'e-commerce, de l'éco-construction et des stratégies pratiques de la durabilité urbaine. Cette zone doit prendre en compte à la fois le coté socio-économique et le coté environnemental. Une zone à vocation mixte, qui est principalement tournée vers l’éco-industrie , la logistique et le commerce. L’objectif est d’offrir un véritable lieu de vie aux entreprises comme aux salariés, mais également à la population locale. Pour cela il faut un plan d'occupation par pôle d'activité pour assurer une bonne synergie entre les pôles tout en assurant un bon cadre de travail, de vie et de mobilité. Les entreprises de cette zone doivent intégrer le développement durable dans leur production.
►Une nouvelle Tinghir : un choix mal pensé. Le fait de choisir la construction de la nouvelle Tinghir à la sortie ouest de Tinghir est une grande erreur. La ville de Tinghir connait déjà des problèmes d'approvisenement en eau potable, d'assainissement et de mobilité. La nouvelle Tinghir ne fait qu’étaler la zone urbaine de la ville d'une manière non structurée et aggrave les problèmes précités. Pourtant il y a à quelques kilomètres de là la zone urbaine abandonnée de la commune de Waklem. La solution c'est de redevelopper l'existant. La commune de waklem a plus d'espace à urbaniser que la nouvelle Tinghir. Elle peut devenir une écoville complémentaire à la ville de Tinghir.
La notion d’écoville permet de rendre la commune entièrement auto-suffisante grâce aux technologies les plus modernes en matière d'énergies renouvelables, bio-construction et éco-mobilité.Elle prend en considération l’efficacité énergétique dans la conception architecturale et dans les projets d’aménagement et de construction urbains. Le but est de créer une ville d'un nouveau genre, capable de autogérée en recyclant son eau et en produisant son énergie qu'il s'agisse d'utiliser des éoliennes, l'énergie solaire, la géothermie, le biogaz ; une ville qui devient un espace de vie sans déchets ni émissions de CO2 où les habitants se déplaceront dans des transports en commun non polluants. Quant aux déchets, ils seront tous recyclés. Les déchets organiques serviront par exemple à la production d'énergie. De leur côté, les fermiers de la région seront invités à pratiquer l'agriculture biologique. Une écoville respecte mieux l’environnement. Elle est exemplaire sur la consommation d’énergie, la gestion des déchets et l’organisation de son territoire.
Une vile où on associe croissance économique, développement social et protection de l’environnement. C’est-à-dire une ville écologique et dynamique.
►Une planification urbaine pour un meilleur cadre de vie Il y a lieu tout d'abord de développer la planification urbaine en vue d'une gestion rationnelle des ressources disponibles dans le cadre d'une vision prospective à long terme, tendant à promouvoir une croissance urbaine harmonieuse et équilibrée, de manière à assurer le logement décent à la population et mettre en place les équipements et les infrastructures nécessaires pour améliorer les conditions de vie, protéger l'environnement et lutter contre la pollution. Il s'agit aussi d'assurer une gestion saine des ressources hydriques et naturelles, de favoriser l'établissement d'activités économiques créatrices d'emplois, de développer les moyens de transport et de communication afin de faciliter la mobilité à l'intérieur de la ville sans oublier de desservir tout le monde avec des prestations d’égale efficacité et de renforcer les liaisons nécessaires avec les autres centres urbains et les zones rurales. Ainsi, il ne fait de doute pour personne que la qualité des espaces publics, leur localisation, les difficultés de l’accessibilité interne entre les grandes composantes spatiales de la ville, l’échange entre le milieu local et son environnement, les logiques des flux, l’amélioration du niveau de vie des citoyens et la garantie de l’équilibre entre les diverses couches sociales restent des sujets qui nécessitent une réconciliation de la part des décideurs. l'amélioration des services et des équipements collectifs, en relation avec l'expansion urbaine, placent les responsables face à des défis multiples en vue d’assurer un développement humain, équitable et durable de la ville. Car, si le territoire est qualifié, il est aussi qualifiant, participant à la construction d'un vrai cadre de vie. La ville de Tinghir doit appliquer un véritable plan d’ action de développement durable visant la lutte contre les pollutions, l’amélioration de la gestion des déchets, la protection de la biodiversité et de faire la promotion du mécanisme de développement local afin de contribuer à résoudre les principales contraintes environnementales à travers le développement des énergies renouvelables et propres, le boisement de la ceinture verte, la gestion saine des déchets, etc... la ville doit établir un plan de propreté et de gestion des déchets. Ce plan doit avoir comme principal objectif de rendre la commune propre et de réduire l’apport de déchets . Les moyens pour y arriver passent par la réduction à la source, le recyclage et le compostage. Il faut également assainir les dépotoirs abandonnés et présents sur le territoire qui occasionnent des problèmes de contamination de la nappe phréatique et des cours d’eau. Il faut enrayer l’invasion des sacs en plastique qui enlaidissent le paysage et menacent la flore et la faune, et de promouvoir la valorisation et le recyclage des huiles usées et des pneus usagers. Il faut s’assurer de l’efficacité des équipements des systèmes d’évacuation des eaux usées. Les eaux usées sont des eaux impropres ou polluées, qui doivent bénéficier d'un assainissement ou d'une dépollution avant de pouvoir être rejetées dans la nature ou d'être utilisées par l'homme. La phytoépuration est une solution qui permet de préserver l'environnement et la ressource en eau. L'eau rejetée dans la nature ne comporte plus de dangers pour la biodiversité et pour l'homme. Les écoles doivent organiser pour les élèves et en partenariat avec la commune des séances de sensibilisation à la propreté et à la gestion et au tri et recyclage des déchets. Les citoyens doivent aussi participer à l’effort de propreté car si leur commune est propre, c'est un cadre de vie meilleur .
►Zone à risques: élaborer un plan de prévention le risque comme « une exposition à un danger potentiel, inhérent à une situation ou une activité » Une première étape indispensable est de réaliser une sorte d'état des lieux des phénomènes sur la commune, à la fois par des observations de terrain et par une enquête, menée auprès des habitants, Le développement d'une politique préventive visant à prendre en compte les risques d'origine naturelle ou technologique est indispensable. Il faut garantir l'intégrité physique des habitants ainsi que celle de leurs biens et protéger les infrastructures. Les zones inondables et les parties de territoire susceptibles d'être inondées seront délimitées de
manière objective sur base d'une analyse et d'une enquête de terrain. Les zones exposées aux risques d'éboulements et de glissements de terrains, d'effondrements et les zones de fortes pentes seront répertoriées. Les mesures suivantes seront favorisées : • installation de réseaux séparatifs traitant les eaux usées distinctement des eaux pluviales; • adoption de revêtements plus perméables pour les voiries, les aires de parcage, les espaces publics; • utilisation de techniques compensatoires (tranchées drainantes, fossés d'infiltration) en vue de pallier les effets négatifs d'une trop grande imperméabilisation des sols; • installation de bassins de récupération de l'eau de pluie. L'urbanisation des terrains exposés à des risques naturels prévisibles ou des contraintes géotechniques majeures sera interdite ou fortement limitée. Pour cela la ville de Tinghir doit élaborer un plan de prévention pour les risques naturels et un plan d'intervention pour les risques industriels.
► Un plan communal cohérent en matière de mobilité: Le Plan communal de Mobilité est un document de planification de la mobilité à l'échelle d'une commune. Il poursuit des objectifs d'amélioration de l'accessibilité et de la mobilité, de la sécurité routière et du cadre de vie sur le territoire . Le plan communal de mobilité est un document d'orientation, de l'organisation et de la gestion des déplacements, du stationnement et de l'accessibilité générale relevant de l'échelle d'une commune. Il a pour objectifs d'organiser les éléments structurants de la mobilité à l'échelle de la commune et de réaliser un système de déplacements cohérent pour les personnes et les marchandises dans la commune. Il doit être multimodal, hiérarchisé et correctement signalé; de favoriser la marche à pied, le vélo, les transports collectifs, d’encourager l’intermodalité et un usage plus rationnel de l’automobile. Au niveau de la ville de Tinghir il y a pas mal de points noirs en matière de mobilité. Comme c'est le cas au centre ville où c'est urgent d'aménager un plan de mobilité. Il faut aménager plusieurs rond point en utilisant les matériaux, les plantes et les symboles locaux tout en favorisant l'électrification solaire le long des axes de mobilité dans la ville.
►Les énergies renouvelables pour le développement durable de la ville de Tinghir L'énergie est un des facteurs déterminants pour le développement et la survie des populations: elle est nécessaire à toute activité humaine et indispensable à la satisfaction des besoins quotidiens (eau, nourriture, santé, etc.) mais également pour assurer un minimum de développement économique et social. La solution viendra sans doute des énergies naturelles renouvelables considérées comme inépuisables : L’eau, le vent, le soleil, la géothermie, les plantes. L’énergie solaire peut être utilisé pour chauffer (de l’eau, des aliments, une maison…) ou pour produire de l’électricité (au moyen des photopiles ou turbines à air chaud).
La tour solaire vortex est une tour dont le principe repose sur la domestication des tourbillons ascensionnels ou mini tornade. L'air sous le collecteur est chauffé par le soleil. Le tourbillon atmosphérique généré par cette tour est dirigé vers le haut de la cheminée et permet aux turbines de produire de l'électricité. Les turbines convertissent alors la vitesse de l’air en électricité. Une turbine solaire peut répondre d’une manière durable aux besoins énergétiques de la région. Ce système est plus adapté à la région de Tinghir au niveau coût, rentabilité et adaptabilité à un climat chaud, venteux et abrasif.
Les lampadaires solaires publics sont une solution pour l'éclairage de la ville et les routes. Grâce à leurs panneaux solaires photovoltaïques, ces lampadaires d'extérieur représentent en effet une alternative plus économique et écologique que les classiques. Le solaire "passif" (bio climatisme) cherche à optimiser la conception des bâtiments et permet de profiter au maximum de l'ensoleillement (luminosité et chaleur) tout en limitant les nuisances (surchauffe en été…).
Le parc éolien est un potentiel à développer le long des crêtes des montagnes de Saghro ou du Haut Atlas. On peut aussi valoriser les pylônes électriques en installant des éoliennes verticales dans les structures. Ce qui Permet : d’avoir recours à l’énergie éolienne sans l’installation d’infrastructure supplémentaire. De revaloriser le pylône électrique en lui conférant une double utilité, d’avoir un accordement direct au réseau (pas de frais de raccordement) et d’utiliser le réseau existant, réparti sur tout le territoire, afin d’avoir à tout moment une production minimale . L'eau est une source d'énergie propre. Avec elle, la production d'électricité se fait sans pollution atmosphérique ni déchets toxiques. Les aménagements hydroélectriques au fil de l'eau restent une solution pour la région, car ils produisent de l'électricité sans emmagasiner l'eau dans des réservoirs et sans utiliser de barrages pour augmenter la hauteur de la chute d'eau. Les aménagements hydroélectriques au fil de l'eau produisent de l'électricité grâce à une prise d'eau dans les cours de l'oued Toudgha pour dévier celle-ci vers une conduite forcée ou vers un système vortex.
La géothermie a un potentiel énergétique considérable. Le Saghro et le volcan de foum al qos ont un potentiel géothermique à exploiter. La composition des roches joue aussi un rôle dans la remontée calorifique: ainsi elle est 3 fois plus élevée avec un sol granitique que basaltique et la température atteinte varie de 50 à 200°C .
Les poubelles sont source d'énergie. Les déchets organiques constituent la "biomasse humide"et peuvent être transformés en énergie ou en engrais. La construction d'une usine d'incinération de déchets ménagers dans la zone industrielle est une solution. Elle peut servir à recycler ces déchets et produire de l'énergie pour la ville de Tinghir; ce qui permet d'éviter d'utiliser du pétrole, du gaz ou du bois.
►La phytoépuration: une solution écologique pour l’épuration des eaux usées La phytoépuration est une solution écologique pour la question de l’épuration autonome des eaux usées. Il s’agit d’utiliser des plantes pour filtrer et épurer les eaux usées. Il s'agit d'une technique efficace, écologique, économique et intelligente d'assainissement des eaux usées, par le biais de
bassins ou des parcours d’eau contenant des plantes aquatiques. Les eaux usées, déchargées des dèches solides, peuvent être filtrées de leurs substances toxiques en sous sol sur membrane protectrice et cailloutis filtrant. Les déchets peuvent utilisés comme biogaz et une fois séchée comme fertilisants. Toutes les plantes que l'on trouve au bord des berges de cours d’eau ou les étangs comme les roseaux, les lauriers ont la capacité à la fois de transformer la matière organique et de fixer les métaux lourds et produits dérivés des détergents. Les techniques d'assainissement écologique épurent les eaux usées de façon efficace, et protègent à long terme les ressources en eau. La construction de canaux filtrant à base de plantes est une solution. Les eaux usées filtrées peuvent être utilisés pour produire de l’hydroélectricité grâce à des micro centrales ou pour irriguer la ceinture verte autour de la ville ou les espaces verts dans les quartiers.
La création d'une zone de phytoépurationau sud de la ville de Tinghir sur les schistes imperméables de Saghropermettra de réduire la pollution des eaux de surface et des nappes phréatiques le long de la vallée, d'irriguer la ceinture verte,de s’intégrer dans le paysage sans dégager de mauvaises odeurs, ni consommer d’énergie. En plus un système dephytoépurationcoûte 3 à 4 fois moins chère qu’une installation d’assainissementclassique.
►En conclusion :
L’objectif consiste à sensibiliser les responsables politiques et les citoyens à l'élaboration d'un projet de développement durable et local qui crée une synergie entre : - les potentiels du territoire (ressources agricoles, industrielles, touristiques, culturelles, écologiques…) - ses ressources humaines (dynamisme et qualification, esprit d'entreprise et richesse culturelle des populations locales) - son insertion dans les orientations de l'aménagement du territoire (infrastructures de communication, énergies renouvelables, grandes orientations économiques, programmes spécifiques pour les zones urbaines et rurales…)
Ahmed TOURTITE Février 2011 Géologue+DES en gestion développement, Enseignant et responsable de DEV+, E mail: laissés-pour-compte
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents