VERSION LEA – 3EME ANNEE

VERSION LEA – 3EME ANNEE

-

Documents
13 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours magistral
  • cours - matière potentielle : supérieur
  • cours magistral - matière potentielle : vous traduisiez
  • cours - matière potentielle : en présenteil
VERSION LEA – 3EME ANNEE CAROLINE BELAN-MENAGIER DEPARTEMENT DE LANGUES ETRANGERES APPLIQUEES UNIVERSITE DE ROUEN LAC 5111/6111
  • bbc world service
  • contenu régulièrement mis
  • departement de langues etrangeres appliquees universite de rouen
  • anglais des médias
  • dictionnaire unilingue
  • departement de langues etrangeres
  • points par faute
  • faux-sens
  • word
  • très
  • langues
  • phrases
  • phrase
  • version
  • versions
  • anglaises
  • anglaise
  • anglais
  • traductions
  • traduction
  • news
  • textes
  • texte

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 59
Langue Français
Signaler un problème



LAC

5111/6111




EMEVERSION LEA – 3 ANNEE
CAROLINE BELAN-MENAGIER













DEPARTEMENT DE LANGUES ETRANGERES APPLIQUEES
UNIVERSITE DE ROUEN



Dans cette brochure vous trouverez des conseils généraux et une méthodologie, une bibliographie
et des ressources en ligne.

La traduction fait l’objet au sein de notre département de nombreuses discussions depuis
plusieurs mois. S’adapter aux situations que vous allez rencontrer dans le milieu professionnel n’est
pas souvent accepté à l’université.

Pour la première fois nous avons décidé cette année de radicalement changer les contenus
et les méthodes d’enseignement de la traduction.

Bien sûr, une traduction reste une traduction, mais notre but est, de plus en plus, de vous
donner des outils dont vous pourrez vous servir sur votre lieu de travail plutôt que de vous donner
un article de journal et sa traduction sans rien d’autre.

Avec cet objectif en tête, j’ai choisi de vous faire réfléchir sur ce qu’est une traduction—pas
seulement de l’anglais vers le français, mais d’une langue à une autre—, sur les méthodes et les
techniques et sur des thèmes et documents plus variés. J’ai pour cela inclus des articles sur la
traduction, des ressources, et des exercices de réflexion.

Je fais ce cours en présenteil et je comptais partir de mon expérience avec les étudiants
pour vous donner des documents dont j’ai déjà vu les difficultés. Malheureusement l’université
étant bloquée, je vais, dans l’immédiat, vous donner des textes que j’ai effectivement fait et tenter,
pour ceux qui suivront, de nouvelles expériences avec vous…sans les avoir testées ! Surprise,
surprise….

Bienvenue à bord, donc. J’espère que vous jouerez le jeu et apprendrez quelque chose dans
ce cours !

Comment va se dérouler cette année ?
Je souhaiterais, si le temps ne fait pas défaut, traiter les thèmes suivants :
o La traduction automatique, Traduire le tourisme, Traduire le quotidien, Traduire la
correspondance commerciale, Traduire un site web, Traduire les documents
administratifs, Traduire un rapport annuel, Traduire la publicité
Un dossier intitulé « qu’est-ce que traduire ? » proposera quelques pistes, il faudra le lire avant de
commencer à travailler sur les documents. Il sera aussi à compléter au fur et à mesure du semestre
avec vos remarques sur le forum.
L’expérience des années précédentes en télé-enseignement m’ a appris plusieurs choses :
- un document dont on vous donne la traduction telle quelle ne vous apprend pas à
traduire
- la mise en ligne des corrections ne vous pousse pas à vous mettre au travail et ne sert
à rien, pédagogiquement parlant,
- la traduction s’apprend, la méthode est au moins aussi importante que le vocabulaire
J’ai donc décidé d’organiser le cours comme suit.
o Je mettrai en ligne au fur et à mesure un dossier, avec des articles à lire, ou des
exercices et des documents à traduire. Lorsque je mettrai un nouveau dossier je
mettrai aussi la correction du précédent.
o Je mettrai aussi, pour ne pas trop vous dépayser, des articles de journaux à faire
entre chaque dossier. Attention, je vous demande, pour les articles de journaux de
jouer le jeu de la traduction sans dictionnaire. Cela aura le mérite de vous
entraîner à l’examen et de vous faire chercher des solutions sans coller au texte. Je
rappelle qu’un blanc (un mot ou une phrase non traduits) compte le maximum de
points.
o Examen blanc et entraînement :
Vous choisirez n’importe quel document pour vous entraîner, comme examen blanc. Ceci
est une possibilité mais si vous n’avez pas le temps de préparer un document, vous ne serez pas
pénalisé(e).
De par mon expérience en classe, je me rends compte que cela ne sert pas à grand chose de corriger
chaque étudiant sur chaque devoir. L’idéal est plutôt que vous fassiez la traduction chez vous, puis
que vous lisiez et / ou écoutiez le corrigé PUIS que vous me fassiez une liste de vos difficultés et de
vos questions sur le document. Car, la correction commune prend en compte des fautes que vous
avez faites, ce n’est pas la peine de m’envoyer avant la correction tous vos devoirs – je n’aurai pas le
temps de la correction mise en ligne est précisément t faite pour tout le monde !
En revanche, une liste de questions sera la bienvenue. L’autre possibilité, que je n’ai pas encore
essayée, c’est le forum. Cela me semblerait intéressant, en fait, que vos questions soient posées sur le
forum et pas par mail.
De cette manière, tout le monde en profite . Le mail ne sera utilisé que pour des questions vraiment
personnelles, nous ne sommes pas en classe et donc vos questions ne peuvent être partagées par
tous, il faut donc utiliser le forum pour faire avancer les discussions.
Quoi qu’il en soit, vous devez utiliser votre adresse « etu.univ-rouen.fr », sinon je ne vous répondrai
pas.
Je vous laisse la liberté d’apprendre le vocabulaire le plous courant dans n’importe quel livre de
vocabulaire. Avoir du vocabulaire s’acquiert de trois façons : 1 – vous vivez dans un pays où l’on
parle anglais, 2 – vous lisez la presse, regardez la télé, écoutez la radio et allez voir des films en anglais
toutes les semaines ET parlez anglais régulièrement, 3 – vous apprenez des listes dans des livres.
Quelle que soit la méthode, si vous ne travaillez pas les mots vous manqueront…
3
Certains documents seront accompagnés de questions, soit de compréhension, soit de réflexion sur
la traduction, soit de méthodologie. L’examen aussi pourra comporter des questions. Elles ont pour
but de vous guider pour une meilleure traduction.
Finalement, la version est un exercice qui demande un bon niveau de français. Une bonne version,
c’est surtout un texte qui se lit indépendamment du texte original en anglais, qui est fluide, cohérent,
contient du vocabulaire précis et varié et où l’on ne trouve pas de fautes d’orthographe, d’accord, ou
les temps sont corrects et les phrases construites correctement.
Si vous êtes « mauvais en orthographe, ne connaissez pas la conjugaison française, vous n’arriverez
jamais à faire une version. Achetez le Bescherelle pour la grammaire, la conjugaison et l’orthographe,
potassez-le, et cela devrait s’arranger !
Voilà…..à vous de jouer maintenant !



4

Comme c’est la première fois que j’enseigne la version en LEA, je me suis rendue compte, en
présentiel, que j’avais en face de moi des étudiants qui ne savaient pas du tout, pratiquement,
comment procéder pour traduire ! C’est pourquoi j’ai pensé qu’il fallait faire le point sur la
méthode qui me semble la plus efficace (mais qui n’est pas forcément la plus « universitaire », je
vous préviens…)

1. Devant le document
- Bien évidemment, regarder de quel document il s’agit (anglais / américain / australien
ou autre ? quel type : audio / vidéo / juridique / publicitaire, etc., etc.)
- Préparez-vous à traduire sur votre premier brouillon. La traduction se fait en deux
fois pour perdre le moins de temps possible, être efficace et ne pas se lasser. A la
première lecture vous traduisiez au fur et à mesure. Cela vous permet de vous rendre
compte des difficultés, de la syntaxe qui va devoir changer, de ce que vous ne
comprenez pas ou du vocabulaire qui est opaque ou qui vous manque. MAIS malgré
tout, vous traduisiez dans un mauvais français mais qui a le mérite de défricher le
terrain. Attention, surtout ne perdez pas de temps dans le dictionnaire. Ce n’est pas le
moment.
- Puis, faites le bilan : quelles sont les données qui vous manquent ? où sont les
problèmes de compréhension ? A cette étape, il faut vous munir d’Internet, de divers
dictionnaires et grammaires, et d’autre brouillon ! Avec Internet, vous cherchez le
contexte, d’autres documents français qui sont directement liés au contexte, avec les
dictionnaires vous reprenez phrase par phrase et vous peaufinez, vous ne laissez rien
en blanc, vous cherchez la meilleure expression, le meilleur mot, vous ne laissez
aucune phrase en suspens en vous disant « je ne comprends pas vraiment ce que cela
veut dire » car cela veut dire, en fait, que votre phrase est fausse !
- Cette étape est la dernière, la deuxième, mais c’est aussi la plus longue car lorsque
vous finissez une phrase vous êtes sûr(e) du sens, de la justesse, de la grammaire etc.
Et c’est fini !
- Si une phrase vous pose problème la méthode est simple : repartez de la grammaire
anglaise : où est le sujet de la phrase, le verbe et quels sont les compléments ? cela
permet, en général, de revenir au noyau et de remettre les choses en ordre au niveau
du sens mais cela ne marche que si vous connaissez bien votre grammaire….
2. Quelles sont les difficultés auxquelles vous attendre en version ?
La version vous évalue sur la compréhension de la langue étrangère et sur votre capacité à utiliser les
subtilités du français pour rendre tout le sens du document de départ.
Votre compréhension du texte anglais repose sur
5
• Vos connaissances sur le pays d’où vient le texte,
• Vos connaissances en grammaire anglaise et les équivalences de traduction en
français (connaître tous les temps, les aspects - BE + ING et HAVE + EN - la
modalité ; comprendre la place des adjectifs, celle des adverbes; la détermination
(article, démonstratifs, quantifieurs) ; connaître les prépositions et les particules
adverbiales, etc…)
• La richesse de votre vocabulaire : si un mot n’est pas connu, essayez d’abord d’en
inférer le sens selon le contexte, ou selon sa formation (la dérivation…). Mais
attention aux faux-amis!! Une traduction se prépare avec un dictionnaire avant
d’arriver en cours.
• La ponctuation, qui est parfois différente de celle du français.
• Dans une moindre mesure, les unités de mesure, qu’il faut, dans la plupart des cas,
traduire (voir tableau plus bas) de façon plus ou moins approximative.
3. Quelques conventions : traduire :
- les sigles très connus (ex. UN = ONU, etc.) ; les sigles moins connus doivent être
explicités en français (mettre entre parenthèses un équivalent en français).
- les Mr, Mrs, Miss doivent être traduits par M., Mme, Mlle ; Ms est l’équivalent de
Mme. Les mots comme Lord, Lady, Sir (titres), dans un texte anglais ne doivent pas
être traduits.. Mais il faut traduire les autres titres de noblesse (ex. Earl, Duke, Countess,
Comte, Comtesse…). (Attention aux noms de famille (the Smiths = les Smith ).
- tout terme désignant des réalités culturelles connues des pays concernés ne doivent
pas être traduits sauf s’il existe un équivalent en français (ex. on garde le pub anglais et
le café français). Mais on remplace « Downing Street », par le Premier Ministre
britannique.
4. Attention à une mauvaise utilisation du dictionnaire :
- il faut lire toutes les traductions proposées pour un mot donné (ex. le mot executive a
différents sens selon qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un organisme public, etc. De
même pour officials. La liste est longue… En fait, la seule manière d’éviter le choix de
mots qui ne soient pas appropriés dans le contexte en question est de lire la presse
française , surfer sur le web, écouter la radio régulièrement.
- il faut vérifier l’usage de chacune des traduction proposées. Vous pouvez pour cela
utiliser votre dictionnaire dans le sens de traduction inverse (partie français—anglais :
on cherche par exemple « responsables » pou trouver officials, etc.) ou le dictionnaire
unilingue.
- il faut vérifier dans le dictionnaire unilingue français Le Petit Robert l’emploi du mot,
dans quel contexte il est utilisé, l’orthographe, la construction (de verbe, par exemple :
sont-ils transitifs, intransitifs, etc.). Ceci est impératif, on trouve souvent des
fautes liées à une mauvaise connaissance du français plutôt qu’à une
mauvaise compréhension de l’anglais .
6
5. Au-delà du sens :
- respectez le ton du passage ; le type de langue, et bien sûr, le registre de langue
(familier, très soutenu, voire parfois littéraire).
- respectez les images, les références littéraires ou culturelles s’il y en a. Il faut parfois
les replacer dans notre culture française sinon elles ne seront pas comprises.
- essayez de traduire les jeux de mots, l’argot.
- attention au titre et sous-titre ; un titre peut résumer l’idée principale du passage, ou
contenir un jeu de mots que la lecture du texte ou même une culture générale plus
large permettent de comprendre ; ce titre peut aussi reprendre telle quelle ou
suggérer une expression du passage, ou encore faire référence à l’un des sujets du
texte
- n’oubliez pas que les titres de journaux doivent souvent être frappants, et doivent
attirer l’attention du lecteur ; en outre, le français et l’anglais n’utilisent pas avec une
égale fréquence les mêmes catégories grammaticales dans les titres, le français ayant
tendance à privilégier les formes nominales, et l’anglais étant souvent très concis.

Lorsque vous avez fini la traduction proprement dite, il faut bien la relire : attention …
- aux fautes les plus graves, c’est-à-dire, les contresens et les non-sens
- à l’enchaînement des idées
- vérifiez si un mot ou une proposition ne contredisent pas d’autres passages du texte
- soyez sûr(e) de comprendre votre propre traduction : si un passage paraît ne rien
vouloir dire, et n’être pas vraiment clair, cela signifie que vous allez sûrement
faire un non-sens.
- si vous n’êtes pas content d’un passage, il vous faut le reprendre et ne pas le laisser tel
quel.
- Demandez-vous si votre traduction est naturellement idiomatique.
- relisez plusieurs fois la traduction pour la corriger selon différents niveaux : syntaxe,
grammaire, orthographe, style.
- Vérifiez l’orthographe des mots similaires dans les deux langues, et faites attention au
redoublement de certaines consonnes
- Vérifiez les majuscules

La ‘bonne’ traduction n’est JAMAIS la première traduction : Il faut impérativement retravailler
votre texte.
Il faut aussi faire au moins deux relectures pour éviter les oublis (très fréquents le jour de l’examen et
qui coûtent le maximum de points dans un barème), les erreurs dues à une lecture ou une analyse
trop rapide du texte de départ, et améliorer le texte d’arrivée en songeant que celui-ci doit être
compris par un lecteur n’ayant pas lu le texte de départ.
Quand vous relisez votre traduction, faites-le sans regarder le texte anglais, qui vous “vampirise” et
vous empêche ainsi de ne vous concentrer que sur le français. Cette relecture doit s’attacher à la
fluidité du français, à la cohérence du sens, et ce, afin d’éviter les maladresses de style qui, à votre
niveau, sont pénalisées. Il faut toujours se dire : « est-ce que je dirais cela en français ? »
6. Le barème général
Chaque texte a son propre barème mais la « gravité » des fautes est, elle, toujours la même.
7
o Les fautes d’orthographe (d’usage, les majuscules…), de ponctuation (mineures) ,
les « mal-dit » coûtent en général 1 point par faute.
o Les maladresses, les « très mal dit », les faux-sens, les impropriétés (un mot correct
dans un autre contexte), l’oubli d’un mot, les fautes d’accords masculin/féminin,
singuliers/pluriel, coûtent en général 2 points par faute.
o Certains faux-sens, certaines impropriétés, particulièrement graves, les erreurs de
déterminants, le calque (traduire en calquant sur l’anglais, en gardant la même
syntaxe, en faisant du «mot à mot ») coûtent en général 3 points par faute.
o Les fautes sur les verbes, (temps ou orthographe), les contre-sens coûtent en
général 4 points par faute.
o Les formes verbales erronées, les contre-sens graves, les non-sens et les
barbarismes (inventions) coûtent en général entre 6 et 8 points par faute. Avec
les oublis de toute une phrase, ce sont les fautes les plus lourdes, donc celles à
éviter en priorité.



Il est nécessaire de s'entourer de différents outils pour faire une bonne traduction.

o Outils de travail obligatoires / indispensables :

1. un dictionnaire bilingue : Le Robert & Collins ou le Hachette Oxford

2. deux dictionnaires unilingues

Pour le français : Le Petit Robert ou le Petit Larousse, et si vous devez utiliser le web :
http://www.e-dico.fr/
Pour l'anglais : The Longman Dictionary of the English Language ou The Concise Oxford
Dictionary ou Cobuild English Learner's Dictionary.

3. un dictionnaire des synonymes en français (http://elsap1.unicaen.fr/cgi-
bin/cherches.cgi ou Thesaurus, Larousse).

4. des grammaires

Pour le français : Bescherelle, Conjugaison 1 (Hatier) et Bled, Cours Supérieur 'Orthographe
(Hachette)
Pour l'anglais : Besherelle ou Grammaire Raisonnée (soit au lycée soit 2à, Ophrys.
Apprentissage du vocabulaire : Words, Universités, par Florent Gusdorf, Ellipses.

8
o Ouvrages à consulter avec profit :

1. manuels de traduction (certains disponibles à la bibliothèque de langues)

Lucienne-Garel, Odile : L’anglais des médias : la version de presse et ses difficultés. Presses universitaires de
Rennes, 1999.
Grellet, Françoise : The word against the word : initiation à la version anglaise, Hachette, 1985.
M. Ballard, La traduction de l’anglais au français, Paris, Nathan, 1994.
M. Ballard, Versus : la version réfléchie, Paris, Ophrys, 2003
J. REY, Dictionnaire Sélectif et Commenté des Difficultés de la Version Anglaise, Ophrys.

La traduction d'un passage aux références historiques, culturelles, géographiques marquées
pourra nécessiter la consultation d'ouvrages qui n'ont rien de linguistique - manuel d'histoire, atlas,
encyclopédie, etc...

Enfin il ne faut pas oublier les lectures régulières dans les deux langues qui vous permettront
d'enrichir votre lexique, de vérifier la correction des constructions, de préciser les conditions
d'emploi de telle ou telle expression, bref d'aborder au mieux le difficile exercice de la traduction.

o Voir Glossary of Newspaper Terms:
www.wowcom.net/education/nie/glossary1.htm
o Et Topical words in the news: www.worldwidewords.org/topicalwords
La plupart des journaux ci-dessous offrent l’envoi quotidien d’articles sur votre adresse mail.
Abonnez-vous absolument ! Il ne faut pas se limiter aux journaux, d’autres sites peuvent vous être
utiles, n’hésitez pas à surfer sur le web.

Vous trouverez aussi sur ce site, http://www.dicodunet.com/actualites/moteurs-de-
recherche/50033-fils-rss-pour-les-journaux-anglais.htm, vous y trouverez les fils RSS pour les
1journaux en langue anglaise.

o CNN Headlines : http://www.europe.cnn.com
o Guardian : http://www.guardian.co.uk
o The Times : http://www.the-times.co.uk
o The Sunday Times : http://www.sunday-times.co.uk
o The Daily Telegraph : http://www.telegraph.co.uk
o The Irish Times : http://www.irish-times.ie
o Time Magazine : http://www.pathfinder.com
o USA Today : http://www.usatoday.com
o The Daily Mirror : www.mirror.co.uk
o The Scotsman : www.scotsman.com
o The Financial Times : www.ft.com

1 Really Simple SyndicationRSS (Really Simple Syndication) est un moyen pour extraire d'un site web du contenu
régulièrement mis à jour. Un fichier RSS est un simple fichier texte au format XML comportant la description
synthétique du contenu.
9
o The Daily Express : www.express.co.uk
o The Irish News: www.irishnews.com
o The Independent: www.independent.co.uk
o The Observer : www.observer.co.uk
o The Sun: www.thesun.co.uk
o The New-York Times : www.nytimes.com/learning
o The International Herald Tribune : www.iht.com
o The Washington Post : www.washingtonpost.com
o The Boston Globe: www.boston.com
o The San Francisco Examiner : www.sfgate.com
o The Sydney Morning Herald : www.smh.com.au
o The Nation: http://www.thenation.com/
o Online Newspapers.com (Australia): www.onlinenewspapers.com
o Commerce International en français : http://www.actu-cci.com/ et en anglais :
http://www.actu-cci.com/?ver=en
o BBC World Service (In the News / English in the News : Read, listen to and learn
the English in this week's stories / Music in the News / Sports Words Monthly /
Words in the News - Vocabulary from the world of music. Listen to and read the
story then find explanations of difficult words + BBC News in your e-mail box: A
selection of personalised news items with videos to download:
www.bbc.co.uk/email/newsletters ):
www.bbc.co.uk/worldservice/learningenglish/news
o BBC Skillswise - In the News: Games, quizzes and more to help you improve your
literacy and numeracy. Read this week's big news stories and test your listening, word
or number skills in the quizzes. www.bbc.co.uk/skillswise/inthenews
o Reuters UK: www.reuters.co.uk
o The Daily World Press Online - 192 countries - 1392 dailypapers:
www.theworldpress.com
o What the Papers Say: www.whatthepaperssay.co.uk
o Top Breaking News Headlines: www.1stheadlines.com
o The Paper Boy - World Edition - Links to 5615 newspapers: www.thepaperboy.com
o - UK Edition : www.thepaperboy.com.au/uk
o The Magazine Boy - Over 1500 Magazines: www.themagazineboy.com
o British Press Review - British Information Services, a New York-based section of the
British Embassy in Washington DC: www.britain-info.org/media_review
o Google News: http://news.google.co.uk/
o Newseum, the interactive museum of news, "Today's Front Pages", etc.:
www.newseum.org

o Ne pas oublier… la télévision
o BBC News : news.bbc.co.uk
o ITN Online : www.itn.co.uk
10