Crise des identités, brouillage des catégories : programme pluri-institutionnel sur les emplois et qualifications de l intervention sociale : rapport de recherche
244 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Crise des identités, brouillage des catégories : programme pluri-institutionnel sur les emplois et qualifications de l'intervention sociale : rapport de recherche

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
244 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cette étude observe l'espace professionnel de l'intervention sociale,les employeurs, les caractéristiques des différents métiers et les diversités des trajectoires des salariés. Dans sa première partie, le rapport est consacré à un repérage statistique global effectué sur la Seine-Maritime. La seconde partie s'intéresse à l'étude des intervenants sociaux eux-mêmes et à leur exercice professionnel quotidien.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 novembre 1997
Nombre de lectures 43
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Groupe de Recherche Innovations et Sociétés Laboratoire d’Etude et de Recherche Sociales
Institut du Développement SocialUniversité de Rouen
Route de Duclair BP51 rue Thomas Becket
76380 CANTELEU76130 MONT-SAINT AIGNAN
CRISE DES IDENTITES, BROUILLAGE DES CATEGORIES
Les vicissitudes théoriques et pratiques d’une représentation.
résumé
Cette recherche s’inscrit dans le cadre du programme de recherche pluri-institutionnel sur les emplois et
qualifications de l’intervention sociale animé par la MIRE. Elle a pour objet d’essayer d’analyser les
transformations qui affectent ce qu’il est convenu d’appeler les métiers de l’intervention sociale afin de
proposer outre un dénombrement local raisonné des employeurs et des intervenants, une nomenclature
renouvelé afin d’en améliorer le comptage. Le rapport de recherche est consacré dans sa première partie, à un
repérage statistique global sur la Seine Maritime à partir d’un travail sur diverses sources : statistiques
administratives normalisées, investigation auprès des grands employeurs de travailleurs sociaux (CAF. Conseil
Général...), enquêtes directes auprès d’autres catégories d’employeurs (associations, organismes HLM...),
traitement du fichier de l’IDS de Canteleu. Ce chiffrage global évalue à 7600 personnes les intervenants
sociaux sur le département et met en évidence que les travailleurs sociaux « canoniques » (Assistants sociaux,
Educateurs, Conseillers en économie sociale familiale...) constituent une minorité parmi eux. Ce
dénombrement a été prolongé par une enquête par questionnaire auprès des employeurs repérés. Il en ressort
que : 1- l’espace de travail est dominé par quelques réseaux d’employeurs, 2- les personnels sociaux chez ces
employeurs sont en nombre inférieur aux personnels administratifs et techniques, 3- on ne note pas de
processus de précarisartion sur les métiers « protégés », 4- les travailleurs sociaux canoniques sont minoritaires
parmi les personnels sociaux, 5- les nouveaux métiers liés aux politiques diverses d’insertion constituent une
part congrue des intervenants sociaux, 6-l’intervention sociale fait appel en masse à des personnes peu
qualifiées. Ce premier travail se termine par des « regards » sur quelques catégories d’employeurs et situations
significatives, suite à une série d’entretiens semi-directifs : PJJ, Missions locales, Secteur de l’insertion par
l’économique, Logement social, communes, aide à domicile. La seconde partie de la recherche est consacrée à
l’étude des intervenants sociaux eux-mêmes et à leur exercice professionnel quotidien. Elle repose sur une
enquête par entretiens auprès d’un échantillon d’intervenants sociaux construit sur la base des conclusions de la
première phase donc se focalisant sur les métiers « non-canoniques ». Un premier travail a consisté à étudier les
trajectoires professionnelles de ces intervenants et leur mode d’insertion actuelle. Il en ressort que les activités
liées à l’ingénierie sociale, l’évaluation, la conduite de projet sont plutôt exercées par des cadres dont l’origine
est bien extérieure au monde du social. Les tâches de gestion se partagent entre cadres issus du social et. dans le
domaine de l’insertion, d’intervenants aux expériences et qualifications extrêmement hétérogènes. L’aire de
l’orientation est celle des nouveaux métiers avec des professionnels souvent qualifiés faisant une entrée tardive
dans le social. L’aire de la résolution de problèmes auprès des usagers fait coexister travailleurs sociaux et
personnels peu qualifiés sans expérience anténeure dans le social. Le second temps de la démarche a porté sur
les tâches effectuees en se focalisant pour les divers métiers sur la distinction entre celles perçues comme nobles
et celles conçues comme le « sale boulot ». Pour ce faire quatre variables ont été croisées : la dimension
théorique centrée sur l’organisation, la dimension pratique centrée sur l’usager, le mode d’intervention centré
sur la résolution de problèmes, le mode d’intervention centré sur le diagnostic. Ceci conduit à délimiter quatre
aires d’intervention : l’aire de l’évaluation-ingéniérie. l’aire de la gestion-organisation, l’aire de l’aide directe,
l’aire du diagnostic et de l’orientation individuelle. A partir de là il est possible de réinterroger la définition du
champ du social et de mettre en lumière la diversité des acceptions mais aussi des éléments forts d’identité
autour de la « sacralisation du terrain » et la « surenchère éthique ».
Mots clés : intervenant social, identité, catégories professionnelles, trajectoires, métiers, logiques
institutionnelles et professionnelles.
La documentation Française : "Crise des identités, brouillage des catégories : programme pluri-institutionnel sur les emplois et qualifications de l’intervention sociale : rapport de recherche / Université de Rouen,
Groupe de recherche innovation et sociétés ; Institut du développement social, Laboratoire d’étude et de recherche sociales ; François Aballea, Guido de Ridder, Charles Gadea, \(et al.\) ; Commissariat général du plan."Laboratoire d’Etude et de Recherche SocialesGroupe de Recherche Innovation et Sociétés
INSTITUT DU DEVELOPPEMENT SOCIALUNIVERSITE DE ROUEN
1 rue Thomas Becket route de Duclair - BP 5
76380 CANTELEU76130 MONT-SAINT-AIGNAN
Crise des identités, brouillage des catégories
Programme de recherche pluri-institutionnel
sur les emplois et qualifications de l’intervention sociale
NOTE DE SYNTHESE
Novembre 1997
François ABALLEA
Guido DE RIDDER
Charles GADEA
Philippe LE MOIGNE
Financement : Commissariat Général au Plan
Convention n˚ 20/1995
La documentation Française : "Crise des identités, brouillage des catégories : programme pluri-institutionnel sur les emplois et qualifications de l’intervention sociale : rapport de recherche / Université de Rouen,
Groupe de recherche innovation et sociétés ; Institut du développement social, Laboratoire d’étude et de recherche sociales ; François Aballea, Guido de Ridder, Charles Gadea, \(et al.\) ; Commissariat général du plan."Note de synthèse
INTRODUCTION
S’engager dans un processus de recherche ne préjuge ni des résultats que l’on va
obtenir ni des vicissitudes de son déroulement. Rarement recherche aura été aussi tâtonnante
que celle réalisée par les diverses équipes engagées dans le programme pluri-institutionnel sur
les emplois et qualifications de l’intervention sociale, dont la présente note synthétise les
conclusions tirées au terme de l’investigation conduite en Seine-Maritime.
La difficulté du programme qui s’est révélée plus importante que les différentes
équipes ne l’avaient peut-être estimée a priori, tient au parti pris inductif et à la volonté d’une
part de produire un inventaire raisonné des effectifs concemés et d’autre part, et dans un
deuxième temps, de retravailler les nomenclatures administratives. Comment dénombrer ce
qui n’est pas défini ?
On trouvera l’écho de ces difficultés dans cette note de synthèse qui aborde dans une
première partie le problème de la recomposition structurelle de l’espace professionnel et fait
état d’un premier chiffrage pour la Seine-Maritime, traite dans une seconde partie de la
dynamique de cet espace ou du domaine de l’intervention sociale en se focalisant sur les
représentations et la pratique des acteurs.
I. RECOMPOSITION DE L’ESPACE PROFESSIONNEL ET DENOMBREMENT
Un inventaire raisonné des intervenants sociaux suppose d’abord une réflexion sur
l’espace professionnel concerné et la catégorisation des professionnels qui l’animent. C’est par
rapport à cette réflexion et à cette catégorisation que l’on peut en effet interroger les sources
d’information existantes ou en constituer de nouvelles, tant quantitatives que qualitatives.
1. L’espace professionnel de l’intervention sociale
Plutôt qu’un modèle posant toujours un centre, le travail social « canonique », et des
périphéries, extensions, dépendances, ou émanations, nous nous sommes proposés de partir
d’une représentation de l’espace de l’intervention sociale dans laquelle se croiseraient des axes
rendant compte des dimensions de l’activité d’intervention sociale. Le principe serait de passer
d’un schéma centre/périphérie à un système organisé par quatre pôles correspondant à des
activités ou fonctions que les professions instituées ou en quête de reconnaissance
institutionnelle assument &

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents