ESSEC - Etude DIV 2008 - Rapport technique final
72 pages
Français

ESSEC - Etude DIV 2008 - Rapport technique final

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

CHAIRE D’ECONOMIE URBAINE Etude sur la prise en compte des territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique avril 2009 ESSEC CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE ESSEC BUSINESS SCHOOL, AVENUE BERNARD HIRSCH ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, BP 50105 CERGY ASSOCIATION LOI 1901, 95021 CERGY PONTOISE CEDEX ACCRÉDITÉS AACSB INTERNATIONAL - THE ASSOCIATION FRANCE TO ADVANCE COLLEGIATE SCHOOLS OF BUSINESS, TÉL. : 33 (0) 1 34 43 30 00 ÉS EQUIS – THE EUROPEAN QUALITY IMPROVEMENT SYSTEM. FAX : 33 (0) 1 34 43 30 01 AFFILIÉS A LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE WEB : WWW.ESSEC.FR DE VERSAILLES VAL D'OISE - YVELINES. Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009 2 Sommaire Première partie - Synthèse et recommandations......................5 Les objectifs et la démarche de l’étude..................................6 Contexte et objectifs.......................................................................6 La politique de la ville et le contexte intercommunal : ambitions et mutations..................6 La problématique : changement de perspective locale et repositionnement de la DIV..........8 Trois questions pratiques de travail ......................................................................9 Démarche et perspectives ......................................... ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 81
Langue Français
Etr sue udesirp alpmoc ne esblan dles prs tejoed svéd polete des territoirseu briasns neisrva euqinhcet tr 9 00 2ilggolsea tnd epemappos  Rtionméra
CHAIRE D’ECONOMIE URBAINE  
ESSEC BUSINESS SCHOOL, ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, ASSOCIATION LOI 1901, ACCRÉDITÉS AACSB INTERNATIONAL - THE ASSOCIATION TO ADVANCE COLLEGIATE SCHOOLS OF BUSINESS, ACCRÉDITÉS EQUIS – THE EUROPEAN QUALITY IMPROVEMENT SYSTEM. AFFILIÉS A LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE VERSAILLES VAL D'OISE - YVELINES.
ESSEC CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE AVENUE BERNARD HIRSCH BP 50105 CERGY 95021 CERGY PONTOISE CEDEX FRANCE TÉL. : 33 (0) 1 34 43 30 00 FAX : 33 (0) 1 34 43 30 01 ESSEC.F R WEB :WWW.  
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  
2
S o m m a i r e Première partie - Synthèse et recommandations ...................... 5 Les objectifs et la démarche de létude .................................. 6 Contexte et objectifs.......................................................................6 La politique de la ville et le contexte intercommunal : ambitions et mutations.................. 6 La problématique : changement de perspective locale et repositionnement de la DIV .......... 8 Trois questions pratiques de travail ...................................................................... 9 Démarche et perspectives ............................................................... 10 Une étude exploratoire ................................................................................... 10 Dix agglomérations très différentes .................................................................... 11 La grille de lecture.......................................................... 12 Six thèmes significatifs d’un changement de perspective ........................ . 12 1. Lidentification et le (re)positionnement des « territoires urbains sensibles » au sein de lagglomération. ........................................................................................... 12 2. La perception du « désenclavement » relativement à laccès à lemploi et à la mobilité résidentielle. ............................................................................................... 13 3. Les relations établies entre ressources humaines et développement économique. ......... 13 4. Les impacts mutuels de loffre dhabitat et de la dynamique socio-démographique du quartier (vie sociale et usage de services)............................................................. 14 5. Loffre de services publics et marchands et déquipements collectifs. ....................... 14 6. La carte des « grands projets » comme système dynamique. ................................... 15 Trois dynamiques significativdees  .................la cohérence des démarches 15 A. Les contenus et la cohérence des documents stratégiques et dorientation. ................ 16 B. Lorganisation des services de lagglomération (CA ou CU) et les dispositifs de pilotage. . 16 C. Limplication des citoyens et surtout des acteurs socio-économiques dans lélaboration des stratégies et le suivi de leur mise en uvre. ......................................................... 16 Une grille de repérage et de quiacliaftion des démarches locales...............17 Les enseignements des monographies .................................. 18 Avancées et fdfiicultés...................................................................18 Une vision densemble .................................................................................... 18 Des tendances similaires ou contraires entre les villes .............................................. 22 Les principaux processus vertueux et facteurs de blocage.......................................... 23 Quelques expérienc esisgnificatives...................................................27 CA Tour(s)Plus : un système articulé de pilotage du CUCS.......................................... 27 CU Nantes Métropole : une offre déquipements définie à plusieurs échelles spatiales ....... 28 CA de Poitiers : le rôle social et économique de la politique de déplacements................. 29 CA Cap LOrient : le SCOT et lAgence durbanisme et de développement économique, espaces communs de réflexion stratégique............................................................ 30 CU du Grand Nancy : une démarche prospective parvenue à maturité ........................... 30 Quelques perspectives ..................................................... 32 La recherche de nouveaux paradigmes adlyasne et daction au service de la construction communautaire............................................................32 Le positionnement de la Délégation Interministérielle à la Ville ................ 33
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  
3
Deuxième partie - Fiches monographiques ........................... 35 CU de Bordeaux.............................................................. 36 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 36 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................37 La grille delecture ....................................................................... 38 CA de Cergy-Pontoise....................................................... 40 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 40 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................40 La grille delecture ....................................................................... 41 CA Cap LOrient ............................................................. 43 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 43 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................44 La grille delecture ....................................................................... 44 CA de Mantes-en-Yvelines ................................................. 47 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 47 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................48 La grille delecture ....................................................................... 48 CU du Grand Nancy ......................................................... 51 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 51 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................52 La grille delecture ....................................................................... 53 CU Nantes Métropole ....................................................... 55 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 55 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................56 La grille delecture ....................................................................... 56 Orly et Choisy-le-Roi........................................................ 58 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 58 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................59 La grille delecture ....................................................................... 59 CA Plaine-Commune ........................................................ 61 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 61 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................62 La grille delecture ....................................................................... 62 CA de Poitiers ................................................................ 65 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 65 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................65 
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  
4
La grille delecture ....................................................................... 66 CA Tour(s)Plus ............................................................... 68 Dimension communautairepeotlitique de la ville.................................. 68 Prise en compte des terroiitres urbains sensibles...................................69 La grille delecture ....................................................................... 69 Lexique........................................................................ 72 
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
ter cemoamdntaoins 
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
5
merPerèirap e ti S- thyne ès
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  
Les objectifs et la démarche de l étude
6
Contexte et objectifs La politique de la ville et le contexte intercommunal : ambitions et mutations Depuis une dizaine dannées le législateur accompagne ou même impulse le mouvement des collectivités locales vers une approche stratégique de lorganisation et du développement de leur territoire. Auparavant, certaines collectivités sétaient engagées de manière pionnière dans des approches stratégiques, le plus souvent sectorielles : - à loccasion des diagnostics et plans daction élaborés dans le cadre de politiques contractuelles, et en particulier de la politique de la ville (contrat dagglomération, contrat de ville) ; - pour se doter dune politique de développement économique, face à la nécessité dune reconversion du territoire ou dun meilleur positionnement dans le contexte de la concurrence internationale des villes. Aujourdhui, lélaboration de stratégies urbaines, sectorielles ou plus ou moins transversales, relève de trois grandes dynamiques :  intercommunale est devenue une réalité institutionnelle profonde La coopération bien quinégalement pratiquée à la suite de la loi relative à la simplification et au renfoncement de la coopération intercommunale de 1999. Elle conduit dautant plus les collectivités à réfléchir et agir ensemble que la législation comme les politiques contractuelles sattachent de plus en plus à léchelle intercommunale. Lélaboration de nombreux documents dobservation, dorientation ou de  programmation est rendue obligatoire par la loi. A travers ou au croisement de ces documents, des stratégies peuvent se dessiner (projet dagglomération, SCOT, PADD des PLU, PLH, PDU1). On observe souvent quelles se construisent peu à peu, au fur et à mesure que le renouvellement des documents provoque lapprofondissement et la transversalité des réflexions.  Certaines grandes agglomérations ont lancé delles-mêmes lélaboration de prospectives et de plans stratégiques de développement, selon des dynamiques de travail, des formalisations et des usages de ces documents propres à chacune. On peut rapprocher de ces démarches, dune manière souvent plus modeste, les études et « plans » de nature stratégique produits dans le cadre de dispositifs contractuels (études liées aux contrats régionaux de territoires par exemple) ou certaines démarches dAgenda 21. Au total, les démarches stratégiques des agglomérations françaises sont en réalité très diverses et rarement intégrées en une démarche unique. Aucune na adopté le niveau de formalisation et de pilotage des politiques urbaines dune ville comme Barcelone à la fin des années 1980. Il semble que lon recherche en général en France plutôt une sorte de double processus : - des acteurs et des politiques sectorielles sur des grandesune mise en convergence orientations communes, qui sont finalement exprimées par des documents légaux (SCOT, PLH, PDU) ou par des chartes (charte de développement économique) ; - de grande ampleur, qui mettent enla conception et le pilotage de projets stratégiques uvre ces convergences dans lespace urbain (Euralille, Euroméditerranée, Ile-de-Nantes, Lyon-Confluence pour ne citer que certains des plus connus). 1Voir le lexique en fin de rapport, pour les abréviations.
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  
7
Ces démarches saccompagnent de plus en plus dapproches prospectives. Le renouveau de la prospective a été anticipé à la fin des années 1980 par certains territoires2, encouragés par la DATAR qui avait mis en place son propre dispositif à léchelle nationale. Après avoir été discréditée par leffondrement des mythes de la « planification », la prospective dut en effet renouveler ses méthodes et sadapter à des démarches plus pragmatique, intégrer lincertitude croissante des évolutions à prendre en compte. En même temps, les collectivités locales ont eu à construire leur capacité à sinscrire dans le long terme, à articuler le temps de laction, celui de la décision politique et celui de la stratégie. Lidentification des tendances à prendre en compte, des risques et des opportunités quelles présentent, la discussion des scénarios quelles peuvent suggérer ou éclairer viennent ainsi enrichir les démarches stratégiques des régions et des agglomérations. Dans le même temps, la politique de la Ville a connu des évolutions paradoxales, voire contradictoires.Les années 1990 avaient été marquées par un mouvement de « désectorialisation » des approches et dinscription du quartier ou de la ZUS dans une échelle urbaine plus large, communale puis intercommunale. Laffaiblissement institutionnel de la mise en uvre des contrats de ville 2000-2006, puis la refonte de la politique nationale qui conduisit à la création successive de lANRU et de lACSÉ ont paru remettre en cause ces évolutions. Les comités de pilotage ont souvent été assez vite affaiblis après 2000, notamment en Ile-de-France. Le « démembrement » de la politique de la ville entre lANRU et lACSé et lurgence plus grande accordée à la mise en place du dispositif de rénovation urbaine ont de nouveau conduit à privilégier les approches sectorielles, en premier lieu celle de laménagement urbain.  La même période du début des années 2000 a vu les collectivités locales intégrer progressivement la politique de la ville à léchelle intercommunale, à travers la prise de compétence des EPCI et lorganisation de leur action. Cette intégration sest faite différemment dune ville à lautre mais elle a souvent eu également des effets déstructurants, au moins dans un premier temps : les communautés se sont souvent saisies de la politique de la ville à travers leur organisation sectorielle (urbanisme, habitat, développement économique, politiques sociales et emploi) plutôt quelles nont valorisé leur dimension transversale par la mise en uvre de leur compétence « politique de la ville ». En effet, cette dernière a plus joué un rôle coordinateur que directeur. Cela a été encouragé par la volonté des communes de conserver le pilotage de laction, en particulier de laction sociale. Alors que lintercommunalité de proximité et de projet celle des contrats de ville associant des communes voisines sétait souvent délitée après 2000, lintercommunalité dagglomération et de gestion qui lui a succédé les EPCI relevait dautres logiques. On a pu voir ainsi des communes voisines, auparavant associées dans un même Contrat de ville, conduire chacune sa propre opération ANRU alors quelles se retrouvaient dans une même communauté dagglomération. Le volet économique de la politique de la ville se trouva divisé entre les objectifs immobiliers du PRU, laction sociale du CUCS et la politique de développement économique de lagglomération. On pourrait ainsi multiplier les cas ou les images ici très simplificatrices qui témoignent des remises en cause et des difficultés de réajustement auxquelles a donné lieu la conjonction entre la restructuration de la politique de la ville et la montée en puissance des coopérations intercommunales dagglomération. Lhistoire que nous évoquons ici reste à faire. Ce nest pas celle de la relation entre Etat et pouvoirs locaux (qui sy conjugue cependant étroitement), mais celle dela mise en tension de deux ambitions de construire une vision et une gestion transverse du développement urbain: 2conjointement par le conseil Régional et la ¨PréfectureLétude prospective régionale « Limousin 2007 » a été conduite de Région et achevée en 2007.
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  8
- Dun côté lélargissement thématique et spatial progressif de la « politique de la ville » depuis sa préhistoire en 19733: de la requalification architecturale et urbaine dun quartier à une stratégie de réintégration dun espace et de ses populations dans les dynamiques dagglomération. - De lautre côté, lémergence de stratégies de développement urbain à léchelle dune  agglomération et de sa gouvernance intercommunale, sous le double effet des mutations économiques et de la décentralisation administrative. Cette histoire conduit à se demander aujourdhui dans quelle mesure les territoires urbains sensibles sont-ils réellement pris en compte dans lensemble des politiques communautaires, en particulier dans les trois domaines structurants de lhabitat (quel lien stratégique réel entre le PRU et le PLH ?), des déplacements (y a-t-il une stratégie conjuguée du renouvellement urbain, sous tous ses aspects, et des mobilités à léchelle de lagglomération ?) et du développement économique (quelle place a la ZFU dans le « portefeuille » de laménagement économique du territoire ?). Cette question se fonde sur le postulat quune intégration forte et cohérente aux cadres stratégiques dagglomération serait de nature à mieux définir les objectifs, à mieux orienter et mettre en uvre les actions pour une plus grande réussite. La problématique : changement de perspective locale et repositionnement de la DIV Les deux interrogations qui sous-tendent cette étude découlent directement des observations et hypothèses précédentes :  Lambition née de lhistoire de la politique de la ville apporter aux difficultés croissantes de certains espaces et dune large part de leur population une réponse globale, conçue et conduite à léchelle de la ville a-t-elle été compromise par les mutations et les tensions du début de la décennie, ou est-elle au contraire maintenant reprise et portée par des stratégies dagglomération ?  Lanalyse prospective et stratégique est-elle mobilisée pour une meilleure prise en compte des territoires urbains sensibles dans ces stratégies dagglomération et quels sont alors ses apports ? Si la réponse à ces deux questions est positive il est en tout cas souhaité quelle le devienne, cette prise en charge croissante des politiques de renouvellement/rénovation urbaine et de développement économique et social des territoires sensibles par les agglomérations interroge la Délégation Interministérielle à la Ville sur lévolution de ses fonctions daccompagnement et dimpulsion. Il ny a pas seulement là en effet un transfert tendanciel de pouvoirs mais aussi : - Un changement déchelle urbaine, ou plutôt des rapports nouveaux à instaurer entre différentes échelles : comment les approches stratégiques redéfinissent-elles les échelles pertinentes danalyse et daction ? - Des rapports nouveaux à établir entre politiques de droit commun et dispositifs spécifiques : lobjectif pourrait être ici dimplémenter les objectifs de la politique de la ville dans les politiques de droit commun. - Des rapports nouveaux à établir entre observation et prospective, pour enrichir une « politique de la ville » qui était jusquà récemment plus attachée à la première (diagnostic et évaluation) quà la seconde. La présente étude sinscrit dans un engagement nouveau de la DIV vers la conduite et la promotion de démarches prospectives. La Mission prospective et stratégie de la DIV a publié en 2007 avec la DIACT un numéro spécial de la revueTerritoires 203,0intitulé «Prospective urbaine 3», qui deviendra Délégation interministérielle en 1977, a été créé en 1973.Le Groupe permanent « Habitat et Vie Sociale Les cinq premières opérations pilotes portant ce label ont été lancées en 1975.
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  9
et politique de la ville de prospective appliquée aux territoires» et a engagé des « Exercices urbains sensibles » avec trois agglomérations (Rennes, Besançon et Avignon). Lidée force qui est ressortie de ces objectifs est « quune politique au fil de leau et des projets absents ou épars conduiraient dans ces quartiers à laccentuation des phénomènes de ghettoïsation. »4 scénarios produits par les groupes de travail locaux ont tous souligné Les « limportance de vraies réflexions stratégiques et concertées sur lavenir de ces quartiers dans leur agglomération pour parvenir à un développement harmonieux. » Lapproche prospective a également mis en valeur une interrogation centrale sur les objectifs poursuivis dans les territoires sensibles : - considérés de leur situation de fragilité et de de sortir les quartiers « Sagit-il dégradation ? » en organisant leur reconquête par de nouvelles populations et en développant autrement une politique daccueil des populations précaires. - « Sagit-il daffirmer leur vocation de quartier daccueil des populations précaires ? », en concentrant les efforts nécessaires pour favoriser lintégration des personnes, appelées alors à quitter le quartier. On sait que cette alternative reste généralement latente, non exprimée. On peut lattribuer dune part à lorientation nationale de la politique de la ville vers la « banalisation » (réduire lécart entre les ZUS et les moyennes urbaines, pour un ensemble dindicateurs statistiques) et dautre part à la difficulté à formaliser politiquement un choix à léchelle locale5. On peut aussi considérer que le manque dinscription des territoires et populations concernées dans une vision prospective dagglomération réduit la problématique au périmètre et à des images du quartier et rend la question trop caricaturale pour pouvoir être traitée6. De ce dernier point de vue, lintérêt dune « meilleure prise en compte des territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations », à travers les démarches prospectives et stratégiques, serait dabord de mieux définir les objectifs. Trois questions pratiques de travail Létude na pas la prétention dépuiser sa problématique. Elle a seulement une vocation exploratoire.Elle vise à apporter et surtout à mettre à discussion quelques réponses à trois questions : 1. Est-ce que les communautés dagglomération et urbaines prennent en compte les territoires urbains sensibles dans leurs projets de développement ? Sur la base de quels arguments, dans quels domaines et comment ? 2. de lexpérience de quelques agglomérations proposer desPeut-on à partir recommandations pour une meilleure prise en compte des territoires urbains sensible dans les démarches prospectives et stratégiques dagglomération ? Quels sont les facteurs favorables à susciter, les blocages à prévenir ? 3. DIV peut-elle le mieux encourager et soutenir cette «Comment la  intégration stratégique et territoriale » des ambitions de la politique de la ville ?
4 aux territoires urbains sensibles, DIV, 2007. appliquéeExercices de prospective 5Bien que ce choix soit en réalité souvent fait, dune manière plus ou moins directe ; lobjectif est alors plus facilement affiché dans la première hypothèse que dans la seconde. 6ma commune » : les images radicales sont « On veut démolir les habitants » VS « on veut imposer des marginaux dans encore très vives, dautant quelles ne sont pas toujours sans réalité.
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  
10
Démarche et perspectives Une étude exploratoire La méthode de travail a été construite à partir de la première question : il sagit avant tout dune étude documentaire et par entretiens, conduite auprès de dix agglomérations7. La démarche a été volontairement très pragmatique. Il ne sagissait pas danalyser en profondeur chaque situation ni de sassurer de bien intégrer toute sa complexité mais de repérer, avec le plus de rigueur possible, ce qui fait saillie. Nous avons en effet considéré que ce qui simpose à lobservation témoigne de la clarté, de la solidité dune stratégie et de son caractère public et reconnu ou à linverse de son inachèvement et de son manque de cohérence. Des éléments trop peu visibles, inconnus de certains acteurs qui devraient être les premiers concernés, témoignent peut-être dun processus en émergence mais indiquent également quil est encore trop tôt pour le considérer acquis et cohérent. Par exemple, pendant ou presque quun responsable du développement économique de lune des agglomérations était interrogéin situ, nous entendions, dans un tout autre cadre que cette étude, le chef de projet dune opération de rénovation urbaine de cette même agglomération sexprimer. Ce dernier évoquait la mise en place dune démarche prospective sur lemploi et les compétences conduite conjointement avec lagence de développement économique, à laquelle le premier navait à aucun moment fait référence durant lentretien. Nous navons pas cherché à rapprocher ces deux points de vue, ne croisant le premier quavec les autres éléments recueillis au cours de létude. Avec le même souci, nous avons considéré significative la liste dinterlocuteurs qui nous était proposée8. Ce parti dobservation et danalyse constitue bien sûr une limite de létude autant quun atout. En ne ressortant que les éléments clefs, chaque monographie exprime ce qui est mis en avant dans les documents cadres et ce qui est perçu par les responsables opérationnels mais elle apparaît simpliste voire subjective. Ensemble les monographies apportent cependant des bases solides de réflexion, grâce à leurs recoupements. Dix groupes de deux étudiants de la Chaire dEconomie Urbaine de lESSEC ont consacré cinq jours ou plus par agglomération : étude documentaire préalable, premiers contacts et montage dentretiens pour deux journées sur place, entretiens et études documentaires sur place, premières analyses et pré-rapport, rapport final appuyé au besoin sur quelques investigations complémentaires à distance. Le tout a été conduit dans le cadre dun séminaire de recherche réunissant à plusieurs reprises lensemble des groupes. Les documents pris en compte ont été les grands documents dorientation des politiques urbaines et de la politique de la ville : SCOT, PLH, PLU (PADD), PDU, Conventions ANRU et CUCS, PLIE, les Agenda 21 et les documents prospectifs et stratégiques de développement existant à léchelle de lagglomération.Nous remercions ici toutes les personnes rencontrées pour le temps quelles ont bien voulu nous consacrer et pour leurs nombreux apports à cette réflexion. Chacune des monographies est constituée par une approche thématique, qui distingue les apports de lanalyse documentaire et ceux des entretiens, et par une analyse transversale. Lanalyse de synthèse finale et les recommandations ont été élaborées à partir de ces monographies.
7Dont une exception, constituée par deux communes conjointes en Ile-de-France. 8Deux contacts de premier niveau ont été pris dans chaque agglomération : un responsable du développement économique et un responsable de la politique de la ville. Les étudiants ont rencontré ces personnes ainsi que celles quils leur recommandaient (avec parfois un ricochet supplémentaire à partir de ces dernières).
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville
Les territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Rapport technique, avril 2009  11 Dix agglomérations très différentes Les agglomérations ont été retenues sur la base essentiellement des critères suivants : -présence dun établissement intercommunal dagglomération depuis assez de temps pour que son fonctionnement soit effectif et quil y ait une certaine « accumulation » de réflexion et de pratiques ; -présence dune réflexion et de documents dorientation stratégique attestée par leur présentation sur les sites web de lagglomération9; -partage entre Ile-de-France et autres régions ; -ou plusieurs territoires relevant de la politique de la ville, avec au moins unprésence dun CUCS et une opération de rénovation urbaine (et autant que possible une zone franche urbaine) ; -des capitales régionales mais avec une diversité de tailles démographiquesen province, (nous avons cependant exclu les trois communautés urbaines de Lille, Lyon et Marseille). Nous navons pas retenu les agglomérations ayant participé aux premiers travaux du groupe de prospective de la DIV. Les cas retenus étaient supposés significatifs de villes ayant une réelle expérience intercommunale sans pour autant être considérés comme exemplaires ni à modéliser : En Ile-de-France : -Cergy-Pontoise (CA10) -Mantes (CA) -Orly-Choisy-Villeneuve le Roi (SI) -Plaine Commune (CA) En province : -Bordeaux (CU) -Lorient (CA) -Nancy (CU) -Nantes (CU)  -Poitiers (CA) -Tours (CA) Parmi ces agglomérations, plusieurs mettent en avant sur leur site web lexistence de projets stratégiques et de démarches prospectives densemble et le plus souvent les documents eux-mêmes : projet dagglomération « Bordeaux Métropole 2000 2015 »11; projet de « Grand Nancy » constitué à partir de la démarche prospective « Nancy 2020 » lancée en 2003 ; projet dagglomération « Poitiers Capitale Solidaire » constituant Agenda 21. Les démarches stratégiques à Nantes12, Plaine Commune, Lorient sont plus construites par la conjonction progressive des différents documents dorientation et de programmation, eux-mêmes alimentés par des réflexions prospectives. Dans lensemble, il y a tout de même encore peu délaborations stratégiques globales formalisées.
9 Nous avons retenu les sites web comme étant significatifs non seulement de la présence de réflexions et documents stratégiques et prospectifs mais aussi de la volonté de les rendre publics, et dune manière plus large de porter au public les travaux et documents locaux. Ce deuxième élément nous semble, par expérience, témoigner généralement dune certaine authenticité de la réflexion stratégique et de lassociation large des acteurs locaux à son élaboration. 10: communauté urbaine. SI : syndicat intercommunal.CA : communauté dagglomération. CU 11 BordeauxPLU intercommunal dagglomération. Les PLU de lagglomération de (CU) et Poitiers (CA) disposent dun Nantes (CU) ont été récemment révisés simultanément, sous maîtrise douvrage communautaire (objectif de cohérence). 12et Saint-Nazaire élaborent conjointement leurs SCOT ainsi que les territoires intermédiaires ; Poitiers etA noter : Nantes Châtellerault ont lancé lélaboration dun SCOT commun.
ESSEC BUSINESS SCHOOL CHAIRE ÉCONOMIE URBAINE  
Délégation Interministérielle à la Ville