Année universitaire

Année universitaire

-

Français
63 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Supérieur, Master, Bac+5

  • mémoire - matière potentielle : stage de master

  • cours - matière potentielle : au sein d' handicap international depuis plusieurs années

  • mémoire


11 MITTELBERGER Aurore Année universitaire 2009 / 2010 L'adaptation de la Direction d'Action d'Urgence d'Handicap International en cas de catastrophe naturelle de grande ampleur : l'exemple d'Haïti Mémoire de stage de Master 2 professionnel de Science Politique : Coopération Internationale, action humanitaire et politiques de développement Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne Tuteur de stage : M. Christophe MESTRE Maître de stage : M. Grégory AVERSENQ

  • direction d'action d'urgence

  • ong

  • identification des faiblesses de la direction d'action d'urgence

  • tuteur de stage

  • urgence

  • aspect post-fusion

  • pleine réalisation du mandat de la dau

  • projets dau


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 48
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo
Signaler un problème
MITTELBERGER Aurore  
  
 
Année universitaire 2009 / 2010
L’adaptation de la Direction d’Action d’Urgence d’Handicap International en cas de catastrophe naturelle de grande ampleur : l’exemple d’Haïti
 
 
 
Mémoire de stage de Master 2 professionnel de Science Politique : Coopération Internationale, action humanitaire et politiques de développement 
Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne
 Tuteur de stage : M. Christophe MESTRE Maître de stage : M. Grégory AVERSENQ
 
 
 
FR :
Synthèse
La réponse au séisme en Haïti mise en place par la Direction d’Action d’Urgence d’Handicap International a provoqué des modifications importantes au sein de cette ONG. En se basant notamment sur des entretiens avec certains de ses membres, cette étude a pour but de montrer les incidences de cette catastrophe sur le fonctionnement de cette ONG. Elle évoquera l’aspect post-fusion auquel est confrontée la direction, ainsi que le mandat d’HI dans l’urgence et des recommandations suite à l’identification des faiblesses de la Direction d’Action d’Urgence. Mots-clés
Fusion / Handicap International / DAU / Sociologie des organisations / Haïti / Urgence  
EN :
The Emergency Department's response to the earthquake in Haiti caused significant changes within Handicap International. This study is, among others, based on interviews with some of the organization's members, and aims to show the impact of this disaster on the functioning of the NGO. It will discuss the post-merger aspect which the Department had to face, as well as the mandate of HI in the emergency and recommendations following the identification of weaknesses in the Emergency Response Department. Key words
Merger / Handicap International / ERD/ Sociology of organisations / Haïti / Emergency  
 
 
Je tiens à remercier  L’équipe « Recrutement et Suivi des Expatriés » avec qui j’ai travaillée tout le long de ce stage,  et plus globalement l’ensemble des personnes de la DAU, et d’Handicap International dans son ensemble, qui m’ont consacré du temps et qui ont eu l’amabilité de répondre à mes questions.  Mon tuteur de stage à l’université, Christophe Mestre, qui a su me guider lors de l’élaboration de ma réflexion et de mes entretiens,  Et mes proches qui m’ont aidée pour la conception de ce mémoire.
     « L’Université Paris 1 n’entend donner aucune approbation aux opinions émises dans les mémoires. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs. »
 
Sommaire 
 ___________________________________________________________________ Introduction 5  1. La méthodologie utilisée _______________________________________________________ 6 A. Le cho logi _________________________________________________ 6 ix de la méthodo e B. Les différentes catégories d’entretiens ___________________________ 7 ______________ La problématique et les hypothè __________________________________________ C. ses 9  2. Haïti, un accélérateur de la fusion Atlas Logistique / Handicap International _________ ? 11 A. L’historique de la création de la DAU________________________________________ 11 B. Un élément intégrateur ? 15 __________________________________________________  3. Des projets DAU comme application du mandat d’HI dans l’urgence____________ 22  ______ A. Couvrir les besoins de l’ensemble de la population et des acteurs en présence_______ 22 B. Assurer un suivi des personnes vulnérables. 27 ___________________________________ C. La mission en Haïti, u p e réalis _________________ ne lein ation du mandat de la DAU 32  4. Recommandations p r la suite ________________________________________________ 36 ou A. Des pistes d’amélioration ___ 36 _______________________________________________ B. Ver ap ______________________________________________________ s la c italisation 48  Conclusion 54 ___________________________________________________________________  grap _________________________________________________________________ 55 Biblio hie Table des illustrations 57 __________________________________________________________ des acr ym ___________________________________________________________ Table on es 58 _____________________________________________________________ Table des annexes 61   
 
Introduction 
  En fin de cursus universitaire dans le domaine de l’action humanitaire, et investie dans le domaine associatif depuis plusieurs années j’ai souhaité me spécialiser dans la coopération internationale menée par les Organisations Non Gouvernementales. Etant intéressée depuis longtemps par les actions mises en place par l’ONG Handicap International, j’ai choisi de réaliser mon stage au sein de cette association afin de mieux cerner son organisation et ses projets. Ayant notamment eu des contacts avec des personnes ayant travaillé pour la Direction de l’Action d’Urgence, mon choix s’est tout naturellement porté vers cette partie de l’organisation.  Ayant commencé mon stage à peine plus d’un mois après le séisme à Haïti, je me suis retrouvée dans une ONG en pleine effervescence. Le choix de m’intéresser aux impacts du séisme sur cette ONG, sur son fonctionnement et ses programmes s’est imposé à moi. Mais rapidement j’ai souhaité élargir cette perspective et j’ai choisi de m’intéresser à l’adaptation de la Direction de l’Action d’Urgence en cas de catastrophe naturelle de grande ampleur en me basant sur l’exemple d’Haïti.   J’exposerai tout d’abord la méthodologie que j’ai choisi d’utiliser pour me renseigner sur ce thème, à savoir notamment des entretiens individuels. Puis j’évoquerai la problématique que cela a suscitée et les hypothèses que j’ai formulées pour y répondre. Je m’interrogerai sur l’impact du séisme en Haïti sur le processus de fusion en cours au sein d’Handicap International depuis plusieurs années. Puis je me questionnerai sur l’évolution que cela a provoqué au niveau des projets menés par la Direction d’Action d’Urgence, et sur le mandat d’Handicap International dans l’urgence. Enfin j’essayerai d’en tirer des recommandations pouvant permettre de mieux se préparer à une prochaine crise. A travers tous ces points j’essayerai de répondre à ma problématique, et de vérifier mes hypothèses..  
 
 
 
1. La méthodologie utilisée
A. Le choix de la méthodologie  Le travail préalable de connaissance du milieu
M’intéresser à l’adaptation de la Direction d’Action d’Urgence impliquait pour moi de me renseigner sur les fondements et sur le fonctionnement de cette direction. A ce titre, je me suis beaucoup basée sur de la littérature grise, sur les écrits internes à l’ONG. J’ai aussi pu trouver d’autres références théoriques m’aidant à étayer mon propos. Cependant il me semblait important de profiter de ma place dans la structure pour avoir une vision des changements « de l’intérieur ». Je me suis donc retrouvée dans une situation d’ « observation participante », voir même plutôt de « participation observante »1. En plus de mon observation de l’évolution de l’organisation au quotidien, j’ai souhaité prendre l’avis des différentes personnes impliquées afin d’avoir une vue plus globale. De plus n’ayant pas été présente ni avant, ni à l’annonce du séisme, je n’ai pu observer les premiers moments ayant succédé à cette catastrophe et qui me semblent primordiaux.  Etant au siège pendant une durée de 7 mois (de mars à septembre), cela m’a permis d’étaler un peu ma recherche dans le temps.
Je me suis tout d’abord imprégnée du fonctionnement de la DAU et de la culture associative qui y régnait. Je me suis laissé un temps me permettant de mieux cerner le contexte, de me familiariser avec mon terrain d’enquête. Ce temps a également permis à mes différents interlocuteurs de mieux me connaître et de développer une relation de confiance. J’ai aussi pu m’habituer au vocabulaire utilisé au sein même de la direction (vocabulaire spécifique aux projets humanitaires, que je connaissais déjà un peu, mais également vocabulaire lié au domaine d’intervention de la DAU et abréviations propres à
                                                1 Stéphane BEAUD, Florence WEBER,Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998, p 52
 
ce service ou à HI dans son ensemble). Comme le souligne Stéphane Beaud et Florence Weber, cette phase est essentielle afin de mettre en place des entretiens.2  Le choix de l’utilisation des entretiens J’ai commencé à parler de mon projet à certaines personnes au siège, de manière informelle . J’attendais des retours, notamment de la part mes responsables de stage, sur la pertinence de cette recherche. Le thème ayant été validé comme pouvant apporter une réflexion positive à l’organisation, j’ai envoyé un mail à l’ensemble des personnes pouvant être concernées pour leur faire part de ma recherche.  Après avoir songé à procéder par questionnaires auprès d’un grand nombre de personnes et spécifiquement d’expatriés, j’ai choisi de diversifier les personnes interrogées et de privilégier des entretiens. Compte-tenu du thème choisi, la qualité des échanges me semblait préférable à la quantité d’informations.   B. Les différentes catégories d’entretiens  Le choix des personnes interviewées  Afin d’avoir une vue interne assez large de l’adaptation de la direction, j’ai choisi de procéder à des entretiens avec différents types de personnes. J’ai défini trois catégories : Les personnes travaillant au sein de la DAU au siège pes LeD al  UAes en Haïti par srnoen sxeaprtéi Les personnes étant venues en support de la DAU et en provenance des autres services d’HI                                                 2  Stéphane BEAUD, Florence WEBER,Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998, p 64
 
J’ai ensuite commencé à proposer des entretiens en fonction des réponses reçues à mon mail de présentation de l’étude. En effet des gens des trois catégories se sont manifestés rapidement pour me faire part de leur intérêt pour mon sujet et me proposer de s’entretenir avec moi. La majeure partie des entretiens ont eu lieu en face à face, dans le bureau des différentes personnes ou dans un lieu de leur choix (cafétéria…). Pour les entretiens concernant le groupe deux, ils ont eu lieu soit en face à face lors du retour des expatriés, soit par skype lorsque les expatriés étaient encore présents sur le terrain. Ces entretiens d’une durée moyenne d’une heure (une demi-heure à deux heures) se sont déroulés de juin à septembre 2010.  Les limites des entretiens réalisés En tout, j’ai eu des entretiens avec 14 personnes dont 7 du premier groupe (dont une personne extérieure étant arrivée à la DAU après le séisme), 4 du second et 3 du troisième groupe. Le premier groupe est sur-représenté par rapport aux deux autres. Il est composé de personnes globalement plus intéressées par ma recherche et de plus travaillant quotidiennement à mes côtés. Les entretiens avec les deux autre groupes ont été techniquement plus difficiles à cause de l’éloignement.
Personnel siège DAU Personnel terrain DAU Personnel des autres directions étant venu en renf ort
7 4 3
Illustration n° 1 Répartitions des entretiens par groupe de personnes  
 
 Concernant le groupe 1, j’ai réalisé des entretiens avec au moins une personne de chaque « service » (RH, finances, responsables techniques, responsables programmes,
 
logistique). Pour le groupe 2, je me suis principalement adressée à du personnel de coordination étant parti sur des périodes assez longues. Enfin pour le groupe 3, j’ai sollicité l’ensemble des personnes étant venues en appui et j’ai eu un entretien avec toutes celles qui ont souhaité répondre à mes questions. Cela a peut-être légèrement faussé la donne dans le sens où les personnes extérieures à la DAU qui ont accepté un entretien avaient toutes collaboré de manière positive avec cette direction.  Afin d’étayer mon propos tout le long de ce mémoire, je citerai des passages de ces entretiens entre guillemets, en indiquant la « catégorie » de l’entretien si cela présente un intérêt. En plus de ces entretiens, j’ai été en permanence intégrée à la DAU et à la gestion du post-séisme. J’étais donc à un poste d’observation directe3 j’en ai amplement profité. et Cependant cela a également pu rendre mon jugement plus subjectif vu que j’étais en quelque sorte partie prenante du processus que j’étais en train d’étudier.  C. La problématique et les hypothèses  Dès mon arrivée à la DAU, j’ai su que je voulais étudier avec plus de précisions un thème lié à Haïti. Cependant il s’agissait d’une idée très large et je me suis posé différentes questions afin de clarifier mon questionnement. Mon intérêt pour le fonctionnement interne de l’ONG et mon intégration au sein de la DAU m’ont également fait m’interroger sur la place de cette direction au sein d’Handicap International. Mes premières recherches sur la thématique ainsi que des discussions avec des membres de l’ONG m’ont permis de préciser mon questionnement. Parmi les questions qui m’ont guidée tout le long de ce travail, voici celles qui me semblent revêtir de l’importance : En quoi le séisme en Haïti a-t-il été un événement « exceptionnel » pour la DAU et pour HI dans son ensemble ?                                                 3Anne-Marie ARBORIO, Pierre FOURNIER,L’enquête et ses méthodes : l’observation directe, Armand Colin, 2005.
 
modifié depuis le 12 janvier 2010 ?En quoi le fonctionnement de la DAU a-t-il été Quels incidences ces modifications auront-elles sur l’avenir de la DAU ?  En tenant compte de mes différentes questions mais aussi du temps qui m’était imparti et des ressources auxquelles je pouvais accéder4, j’en suis arrivée à formuler la problématique suivante : En quoi l’accroissement du volume d’activité produit par le séisme en Haïti a-t-il été révélateur des forces et faiblesses de la DAU ? Et en quoi a-t-il modifié son organisation à court ou à long terme ?  Ceci a suscité en moi trois hypothèses : La crise en Haïti a permis une appropriation par l’ensemble d’HI de son mandat dans l’urgence La crise en Haïti a impliqué un renforcement de la DAU notamment grâce aux ressources internes d’HI La crise en Haïti a été révélatrice des atouts et des difficultés de la DAU. Elle a  permis une réflexion sur la façon d’y remédier.
  
                                                4Raymond QUIVY et Luc VAN CAMPENHOUDT,Manuel de recherche en sciences sociales,  Paris, Dunod, 2006, page 98
 

2. Haïti, un accélérateur de la fusion Atlas Logistique / Handicap International ?
 A. L’historique de la création de la DAU  A l’origine : Atlas Logistique  La DAU est une direction « jeune » d’HI, qui a été crée le 1° juillet 2006. Elle provient de la fusion entre HI et Atlas Logistique (AL). Cette ONG, crée en 1993 et ayant pour slogan » ceux qui aident« aider spécialisée dans le support logistique intégré, au s’est bénéfice des opérateurs humanitaires présents auprès de populations victimes de situations de crises (ONG et agences onusiennes). Cette association basée à Lyon a commencé par une plate-forme logistique en Bosnie puis a diversifié ses projets : transport, stockage et distribution d’aide humanitaire, maintenance mécanique, assistance technique, expertise en logistique et gestion de camps de personnes réfugiées/déplacées. Dans le même temps elle a également étendu son champ d’intervention géographique en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique Latine.  Dès 2004, un projet de regroupement entre AL et HI commence à être évoqué. Pour AL, il s’agit avant tout de s’assurer un avenir. Etant sur un créneau peu générateur de fonds propres (la logistique attirant peu les donateurs privés), les difficultés financières sont récurrentes. Fusionner avec une ONG plus grande permet d’assurer une stabilité à l’ONG et donc de pouvoir continuer à faire exercer ses métiers qu’elle sait très spécifiques. Pour HI il s’agit surtout d’une façon de réinvestir le champ de l’urgence. En effet l’association s’est de plus en plus spécialisée dans les domaines du développement et des mines. Comme l’a souligné Jean Baptiste Richardier, co-fondateur et direction général d’HI, la création de la DAU a avant tout cherché à répondre à« la volonté de l’association de participer pleinement à l’organisation des secours, dans le temps et l’espace des crises humanitaires, pour mieux y replacer les besoins spécifiques des personnes handicapées et
 
