L'illettrisme sujet tabou Plus

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Master, Bac+5

  • exposé


no ve mb re 20 03 No 2 ? PÉ DA GO GIE ? L'illettrisme, sujet tabou ? Plus, depuis la campagne nationale lancée, il y a un an, pour lutter contre ce phé- nomène que l'UNESCO définit comme l'incapacité de lire et de comprendre un texte simple et bref en rapport avec la vie quotidienne. L'Éducation nationale s'engage avant tout pour prévenir l'illettrisme. le s do ss ie rs d e l'a ca dé mi e et d e se s pa rte na ire s un réseau au service de la langue Le réseau d'éducation prioritaire (REP) Île de France de Besançon regroupe 12 écoles, un collège et une SEGPA. La maîtrise de la langue est un objectif majeur de ses contrats de réussite. L'évaluation du REP menée en 2003, met en éviden- ce le maintien des résultats aux évaluations nationales pour les élèves de CE2 et de sixième, en dépit de l'aggravation des difficul- tés de la population scolaire. Face à cette réalité, le Rep cherche à répondre de manière personnalisée aux besoins de chaque élève : remédiations privilégiant le main- tien des élèves en difficulté dans leur classe, dispositifs d'insertion et d'adaptation et suivi des élèves non francophones avec les différentes institutions et associations parte- naires, dispositif École ouverte .

  • lutte contre l'illettrisme en priorité nationale

  • recteur d'académie ?

  • ministère de la jeunesse, de l'éducation et de la recherche

  • illettrisme

  • jeune en difficulté scolaire

  • formation- action conjointe

  • centre national de documentation pédagogique

  • education nationale


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 93
Langue Français
Signaler un problème
un réseau au service de la langue
Le réseau d'éducation prioritaire (REP) Île de France de Besançon regroupe 12 écoles, un collège et une SEGPA. La maîtrise de la langue est unobjectif majeur de ses contrats de réussite. L'évaluation du REP menée en 2003, met en éviden-ce le maintien des résultats aux évaluations nationales pour les élèves de CE2 et de sixième, en dépit de l'aggravation des difficul-tés de la population scolaire. Face à cette réalité, le Rep cherche à répondre de manière personnalisée aux besoins de chaque élève : remédiations privilégiant le main-tien des élèves en difficulté dans leur classe, dispositifs d’insertion et d’adaptation etsuivi des élèves non francophones avec les différentes institutions et associations parte-naires, dispositif "École ouverte" . La collaboration avec des acteurs extérieurs est essentielle :en 2002-2003 le réseau s’est associé à un projet mené par le théâtre de l’Espace. Cette année le projet "Rêver la science " est lancé conjointement avec la maison de quartier et l’association PARI.
L’illettrisme, sujet tabou ? Plus, la prévention depuis la campagne nationale lancée, de il y a un an, pour lutter contre ce phé-nomène que l’UNESCO définit comme incapacité de lire et de comprendre
n texte simple et bref en rapport
vec la vie quotidienne. L’Éducation
ationale s’engage avant tout pour
révenir l’illettrisme.
prévenir l’illettrisme : un défi pour l’Éducation nationale ?
un constat Les journées d'appel de préparation à la défen-se, auxquelles participent tous les jeunesdans leur dix-septième année, apportent une vision globale du niveau de maîtrise de la langue d'une classe d'âge. Les résultats pour l'année 2002 rendent compte d'une difficulté réelle de 12% des jeunes face à la lecture et à l'écriture. La moitié de ces jeunes seraient en situation d'illettrisme. L'illettrisme peut être défini comme l'impossi-bilité de comprendre une information écrite après une scolarité d’environ cinq ans. Les pouvoirs publics étendent de manière plus générale la prévention contre l’illettrisme à la promotion d’un apprentissage réel et précoce en termes de compréhension et d’interpréta-tion d’informations écrites. La loi d'orientation de lutte contre les exclu-sions du 29 juillet 1998 a érigé la lutte contre l'illettrisme en priorité nationale, priorité rap-pelée lors du discours présidentiel du 14 juillet 2003.
des causes multiples
Différents facteurs peuventfavoriser l'illet-trisme : — le contexte socio-économique — l'environnement culturel — des paramètres psycho-affectifs (replis sur soi de l'élève, conduite d'échec, etc.) — des facteurs d'ordre cognitif ou verbo-cognitif (problèmes de mémorisation, de lexique, etc.) — des troubles du langage. Cependant aucun de ces facteurs ne mène de manière automatique à la difficulté d'appren-tissage de la langue.
L’illettrisme touche beaucoup plus les per-sonnes sorties tôt du système scolaire. Il s'agit donc d'assurer dès le départ un bon apprentis-sage de la lecture et de l'écriture afin de pla-cer l'élève immédiatement dans une logique de réussite et non d'échec scolaire.