Le Guide des Etudes Supérieures | 2018

Le Guide des Etudes Supérieures | 2018

Documents
124 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

H O R S - S É R I E2 0 1 7 - 2 0 1 8 Le guide des ETUDÉRIEURES SUP pag2es de t0est s d’orientation ISSN 0766-6330 - 8,90 € Société éditrice :l’Etudiant, SASU au capital de 20.809.298 €. Siège social : 77, rue Marcel-Dassault, 92100 BoulogneBillancourt, tél. 01.71.16.10.15. RCS Nanterre 814 839 783. Internet : www.letudiant.fr Président :Marc Laufer Directeur de la publication :Marc Laufer  Directrice générale :Chrystèle Mercier. Pour joindre la rédaction par mail, tapez l’initiale du prénom accolée au nom, suivi de @letudiant.fr Directrice de la rédaction : MarieCaroline Missir Directrice adjointe de la rédaction : Yaël Didi  Rédactrices en chef : Sylvie Lecherbonnier, Séverine Tavennec  Directeur artistique:Cyril Oliverio Secrétaire général de la rédaction : Thierry GibratSecrétaires de rédaction :Évelyne Kerfant, Ophélie Négros Rédacteur graphiste : Michel Bayetto Rédacteurs :Erwin Canard, Delphine Dauvergne, Natacha Lefauconnier, Martin Rhodes Rédactrices iconographes : Amandine Bollard,Sarah Preston  Rédactrice en chef adjointe documentation : Jeanne Levavasseur  Rédactrices documentalistes : Manon Codis,Véronique Curély, Fanny Guillerme, Dominique Mongie, Sophie Taravella Ont collaboré à ce numéro : Juliette Boulegon, Clothilde Hanoteau, Delphine Pietton.  Illustrateurs :Manu Boisteau, Jul, Julien Revenu.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 mars 2018
Nombre de visites sur la page 1 014
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
H O R S  S É R I E 2 0 1 7  2 0 1 8
Le guide des ETUDÉRIEURESSUP
pag2es de t0estsd’orientation
ISSN 0766-6330 - 8,90 €
Société éditrice :l’Etudiant, SASU
au capital de 20.809.298 €. Siège social : 77, rue Marcel-Dassault, 92100 Boulogne-Billancourt, tél. 01.71.16.10.15. RCS Nanterre 814 839 783. Internet : www.letudiant.fr Président :Marc LauferDirecteur de la publication :Marc Laufer Directrice générale :Chrystèle Mercier.
Pour joindre la rédaction par mail, tapez l’initiale du prénom accolée au nom, suivi de @letudiant.frDirectrice de la rédaction :Marie-Caroline MissirDirectrice adjointe de la rédaction :Yaël DidiRédactrices en chef :Sylvie Lecherbonnier, Séverine TavennecDirecteur artistique:Cyril OliverioSecrétaire général de la rédaction :Thierry GibratSecrétaires de rédaction :Évelyne Kerfant, Ophélie Négros Rédacteur graphiste :Michel Bayetto Rédacteurs :Erwin Canard, Delphine Dauvergne, Natacha Lefauconnier, Martin RhodesRédactrices iconographes : Amandine Bollard,Sarah PrestonRédactrice en chef adjointe documentation :Jeanne LevavasseurRédactrices documentalistes : Manon Codis,Véronique Curély, Fanny Guillerme, Dominique Mongie, Sophie TaravellaOnt collaboré à ce numéro :Juliette Boulegon, Clothilde Hanoteau, Delphine Pietton. Illustrateurs :Manu Boisteau, Jul, Julien Revenu.
Secrétaire générale :Isabelle Chambon Directeurs commerciaux :Sébastien Mercier, Marie Bourgoin-ValadeResponsable produit :Rebecca Assaraf. Avec toute l’équipe commerciale Exécution :Émile Benech,Régine Nguyen, Pascal VinetteFabrication :Pascale SupernantGravure :MauryImpression :Roularta Printing (Belgique)Cavalier : Swiss Education Group.Commission paritaire :0919T85315 ISSN : 0766-6330Dépôt légal : janvier 2018© l’Etudiant 2018Reproduction interdite de tous les articles, schémas ou dessins sans accord préalable de la rédaction.
Abonnements :conformément à l’article L221-18 du code de la consommation, le nouvel abonné bénéficie d’un délai de rétractation de quatorze jours à compter de la réception du premier numéro de l’abonnement. Pour faire jouer son droit de rétractation, l’abonné peut nous écrire sur papier libre à l’adresse suivante : l’Etudiant, Service abonnements, 4, rue de Mouchy, 60438 Noailles cedex.
Enseignement supérieur :le code a changé
Fîlîères, métîers, dîplômes, formatîons, cursus : en
quelques années, l’Enseîgnement supérîeur a subî de profonds bouleversements. Sa carto-
graphîe et son fonctîonnement actuels n’ont rîen à voîr avec ce qu’ont connu vos parents, frères ou sœurs… Savez-vous par exemple que dans moîns de dîx ans,60 % des métiers seront to-talement renouvelés ? Que les études supérîeures se construîsent désormaîs à l’échelle de la planète et que la France accueîlle plus de 300 000 étudîants étrangers chaque année ? Que la
capacîté à coder et à comprendre les écrîtures et en-e jeux numérîques sont les compétences clés duXXIsîècle, tous secteurs d’actîvîté confondus ? Embrasser des
études supérîeures ne revîent plus aujourd’huî à appré-
hender un métîer maîs à îdentîier ses poînts forts et à
cîbler des compétences fortes à déployer quel que soît l’unîvers de travaîl dans lequel vous exercerez demaîn. Il est donc plus que jamaîs essentîel d’avoîrune visionactualiséeetclairec des ursus possîbles en fonctîon de vos centres d’întérêt. Vous pourrez aînsî sereînement mûrîr votre choîx à l’aîde
des outîls à la décîsîon que vous trouverez dans ce
guîde : des tests, des quîz, des iches métîer, sans
oublîer les possîbîlîtés d’échanges offertes par la cen-taîne de salons que nous organîsons, chaque année, Affichage environnemental: origine du papier : Finlande.à travers la France. Maîs sachez aussî qu’un parcours Taux de fibres recyclées : 0 % (100 %se nourrît de rencontres, d’opportunîtés saîsîes et de fibres vierges). Eutrophisation ou impact sur l’eau :d’un savant mélange d’înstînct, d’appétît d’apprendre Ptot = 0,007 kg/ tonne de papier. Papier certifié PEFC.et de curîosîté. Pour tout le reste, îl y al’Etudiant. © Couverture : PeopleImages / DîgîtalVîsîon / GETTY
l’Etudiant
édito
© Florence Levîllaîn pour
Marie-Caroline Missir D I RE c t R I c E d E L à Ré d à c t I O N mcmissir@letudiant.fr @McMissir
2018Le Guide des études supérieures 3  
Sommaire Q
ORIENTATION DANS LE SUPÉRIEUR
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURHalte aux idées reçues !
TESTSÊtesvous fait pour l’université Êtesvous fait pour un BTS Êtesvous fait pour un DUT Êtesvous fait pour la prépaÊtesvous fait pour des études d’ingénieursÊtesvous fait pour Sciences poÊtesvous fait pour une école de commerce postbacÊtesvous fait pour médecineÊtesvous fait pour l’alternance
QUELLES ÉTUDES APRÈS LE BAC? Kit de survie pour bien s’orienter
BAC PAR BACOù réussissent les ES? Où réussissent les L?Où réussissent les S?Où réussissent les STMG?Où réussissent les STI2D et les STD2A?Où réussissent les STL ?Où réussissent les ST2S?Où réussissent les bacspro?Que faire sans le bac?
4Le Guide des études supérieures2018Q Q Q
6
10 12 14 16 18 22
24 26 28
30
38 40 42 44 46 48 50 52 53
LES FILIÈRES À LA LOUPE
Agriculture, agroalimentaireArchitectureArméeArtisanatArts appliquésArts plastiquesArts du spectacleAudiovisuel et cinémaCommunicationComptabilité, gestionDocumentation, bibliothèquesDroitÉconomiegestion, commerceEnseignementEnvironnementFonction publiqueGéographie, urbanismeHistoire, histoire de l’artHôtellerie, restaurationHumanitaireInformatiqueJournalismeLanguesLettresMathématiquesModeMultimédiaWebParamédicalPhysique, chimiePolicePsychologiePublicitéSantéSciences poSciences de la vieSecrétariatSocialSociologieSportTechnologies industriellesTourismeTransport, logistiqueVenteVétérinaire
56 59 60 61 64 67 68 69 70 72 73 74 77 80 82 83 84 85 86 88 89 90 92 93 94 96 98 99 101 102 103 104 105 108 109 110 111 113 114 115 116 117 118 120
www.crousmontpellier.fr
Graphisme : Mission de la communication du Cnous  Visuel : Anne Carter  Novembre 2017.
Orientation Q
Enseignement supérieur alHuesseédçeraetixu
Vous croyez connaître l’enseignement supérieur ? Voici un petit recueil d’idées préconçues qui nécessitent d’être réexaminées, voire revisitées.
En matière d’orientation dans l’enseignement su-périeur et de choix d’une filière, les idées reçues foi-sonnent. Mais la complexité de l’offre de formation réduit la portée des jugements trop hâtifs.Voici cinq idées préconçues qui méritent,sinon d’être revues… tout au moins d’être affinées.Histoire de se rappeler qu’il n’y a jamais de parcours types, mais seulement des itinéraires particuliers.
PREMIÈRE IDÉE REÇUE « Les études à l’université mènent au chômage » C’est l’un des préjugés les plus tenaces qui per-dure sur les études supérieures. L’université n’offri-rait pas de débouchés en dehors de l’enseignement, et encore, sous réserve de réussir un concours. Mais de quoi parle-t-on ? L’université a pour mis-sion, bien sûr, de former des professeurs et des chercheurs. Mais elle a aussi celle d’accompagner les étudiants vers des métiers dont la société a be-soin : médecins, magistrats, enseignants… Surtout, elle a, depuis plusieurs années, pris le cap de la pro fessionnalisation, avec la mise en place de filières professionnelles (licences pro notamment et mas ters) et en développant largement l’apprentissage.Le taux d’insertion des diplômés de master, trente mois après l’obtention de leur diplôme, se situe (1) entre 86 et 98% selon les spécialités . Dans des filières comme l’audit, la gestion des risques ou l’informatique, certains masters pro-fessionnels (bac + 5) concurrencent directement les formations des grandes écoles. La situation est certes plus délicate pour les diplômés des filières de lettres et de SHS (sciences humaines et sociales) qui, même s’ils trouvent un emploi, sont moins souvent recrutés en CDI (contrat à durée indéterminée) que les diplômés de sciences et d’économie-gestion et
6Le Guide des études supérieures2018Q Q Q
davantage confrontés à la déqualification. Depuis dix ans, ils peuvent bénéficier de l’Opération Phé-nix qui organise des forums rassemblant des en-treprises désireuses d’embaucher des profils SHS. Les BAIP (bureaux d’aide à l’insertion profes-sionnelle), implantés dans chaque université, sont là aussi pour aider les étudiants à décrocher stages et premier emploi.
DEUXIÈME IDÉE REÇUE « Les grandes écoles sont réservées à l’élite » Réputées peu ouvertes à la diversité sociale, les classes préparatoires ont reçu pour objectif d’accroître la proportion de boursiers.Par ail-leurs, dans les grandes écoles, sur le principe du « et pourquoi pas moi ? », de multiples initiatives existent pour permettre aux élèves d’origine modeste d’accéder aux meilleures formations. Ces opérations ne sont pas toujours très specta-culaires, mais affichent des résultats tangibles. D’autres moins connues mais tout aussi effi-caces, telles les prépas ATS (adaptation tech-nicien supérieur), permettent, en un an, à des titulaires de BTS (brevet de technicien supé-rieur) ou de DUT (diplôme universitaire de technologie) de passer un concours commun à plus de 40 écoles d’ingénieurs. Autre exemple : le PEI (programme d’études intégrées), adopté par sept instituts d’études politiques(Aix-en-Provence,Lille,Lyon,Rennes,Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse), vise de plus en plus à démocratiser leur recrute-ment. L’objectif est d’aider les lycéens de condi-tion modeste à préparer le concours commun et à poursuivre des études supérieures. Ces modèles de prépa « égalité des chances » se diffusent dans beaucoup de secteurs. Les écoles de journalisme reconnues par la profession ont lancé l’opération « La Chance aux concours » (CAC), proposée par les anciens élèves du CFJ (Centre de formation des journalistes) à Paris, ou encore la prépa mise en place conjointement par l’ESJ (École supérieure de journalisme de Lille) et le Bondy-blog.Autre exemple : celui de l’ENM (École nationale de la magistrature) à Bordeaux, avec ses trois classes, à Paris, Douai et Bordeaux.
TROISIÈME IDÉE REÇUE « Plus les études sont longues, plus elles préservent du chômage » Même si,globalement,avoir un diplôme consti-tue une protection – relative – contre le chômage, il est nécessaire de nuancer cette assertion. Car, en matière d’études supérieures, le « toujours plus » n’est pas systématiquement payant. Dans son ouvrageL’Inflation scolaire(Éditions du Seuil), la sociologue Marie Duru-Bellat dénonce les effets pervers de l’allongement des études. L’inflation de diplômes va parfois à l’encontre de la réalité du marché du travail.Les besoins des entreprises en techniciens (niveau bac + 2 ou bac + 3) sont réels et importants dans certains sec-teurs, comme en témoignent les bons taux d’in-sertion de nombreux BTS, DUT et licences pro-fessionnelles du secteur industriel (maintenance, électronique…) ou des services (hôtellerie-restau-ration, banque, assurance…). À l’autre extrême, les jeunes docteurs (avec un bac + 8 au minimum) en chimie ou sciences humaines affichent un taux de chômage supérieur à la moyenne.
QUATRIÈME IDÉE REÇUE «L’alternance est une filière pour jeunes en échec » Faire ses études en apprentissage est encore trop souvent considéré comme un second choix. Pourtant, si l’on mesure le rythme et la charge de travail nécessaires pour obtenir un diplôme en alternance, pas de doute, il s’agit bien d’une filière d’excellence. Concrètement, l’étudiant qui
Orientation
s’engage dans cette voie doit apprendre le même programme qu’un jeune inscrit en formation ini-tiale mais dans un temps réduit. Du BTS à l’école d’ingénieurs ou de commerce, ils sont des milliers à choisir cette voie très exigeante. Chaque année, le nombre d’apprentis ne cesse de croître, de 51 000 en 2000 à plus de 138 700 en (2) 2014-2015 .Et, du commerce à la petite enfance en passant par le bâtiment, des secteurs en manque de maind’œuvre utilisent la voie de l’alternance comme un outil de prérecrutement.« Recevoir un premier salaire,acquérir une expérience profession-nelle longue, être indépendant, se mettre à distance d’un système scolaire parfois infantilisant… c’est aussi une manière de construire sa vie d’adulte », résume un responsable de CFA (centre de forma-tion d’apprentis) situé en région parisienne.
CINQUIÈME IDÉE REÇUE « Une grande école, c’est l’idéal » Autant il est important de ne pas s’autocen-surer par rapport aux filières d’excellence, au-tants’y inscrire sans réelle motivation ou projet d’études est risqué.Choisir une classe prépara-toire parce qu’on est bon élève ou parce qu’on ne veut pas se fermer de portes est une façon de différer un choix d’orientation. Et,in fine, de se retrouver dans une formation, certes excellente, mais qui ne correspond pas à son désir profond. Les psychiatres intervenant dans les grandes écoles y rencontrent régulièrement des jeunes ayant réus-si brillamment des concours très sélectifs mais qui, une fois admis, sont confrontés à une réelle « crise existentielle ». Même s’ils trouvent le moyen de rebondiretdechangerdevoie,cesjeunesauraientpu s’épargner ces prises de conscience tardives et douloureuses. Se projeter, stimuler sa réflexion sur son avenir, tel est bien l’objet dece guide qui présente un panorama complet de l’offre éduca tive postbac.Il convient de garder à l’esprit qu’une erreurdeparcoursesttoujourspossible,parfoisnécessaire même, mais en aucun cas définitive. \Véronique Curély
(1) Source : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, enquête 2016. (2) RERS, édition 2016.
Le Guide des études supérieures 20187  
13 PROGRAMMES DISPENSÉS À PARIS EN ALTERNANCE EN PARTENARIAT PÉDAGOGIQUE AVEC DES UNIVERSITÉS DIPLÔMES D’ÉTAT
BTS DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EN FORMATION CONTINUE OU PAR CORRESPONDANCE DIPLÔME D’ÉTAT EN DEUX ANS
LICENCES PROFESSIONNELLES
DIPLÔME D’ETAT EN UN AN. GRADE EUROPÉEN LICENCE
DROIT DE L’IMMOBILIER Partenariat ESI / Université de Perpignan CHARGÉ DE GESTION PATRIMONIALE IMMOBILIÈRE Partenariat ESI / Université de Lorraine avec deux parcours au choix* :  Gestion immobilière patrimoniale NOUVEAUTÉ 2018  Gestion immobilière du logement social MÉTIERS DE L’IMMOBILIER Partenariat ESI / Université de Limoges GESTIONNAIRE DE L’HABITAT LOCATIF ET DE L’HABITAT SOCIAL Partenariat ESI / Université de Bourgogne DROIT ET GESTION DE COPROPRIÉTÉ ET SYNDIC Partenariat ESI / Université Paris 8 MASTERS PROFESSIONNELS RE 1 ANNÉE – GRADE EUROPÉEN
DROIT DE L’IMMOBILIER Partenariat ESI / Université de Perpignan DROIT DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’URBANISME Partenariat ESI / Université de Perpignan MANAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DE PATRIMOINES IMMOBILIERS Partenariat ESI / Université de Lorraine avec deux parcours au choix* :  Management des biens et des projets immobiliersNOUVEAUTÉ  Management des services et conseil en immobilier 2018 MASTERS PROFESSIONNELS E 2 ANNÉE GRADE EUROPÉEN
DROIT DE L’IMMOBILIER Partenariat ESI / Université de Perpignan Parcours DROIT DES BIENS ET PROMOTION IMMOBILIÈRE DROIT DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’URBANISME Partenariat ESI / Université de Perpignan avec deux parcours au choix : • DROIT DE LĚURBANISME ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE • ESTIMATION DES BIENS FONCIERS DROIT IMMOBILIER PRIVÉ ET PUBLIC Partenariat ESI / Université Aix Marseille MANAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DE PATRIMOINES IMMOBILIERS Partenariat ESI / Université de Lorraine avec deux parcours au choix* :  Management des biens et des projets immobiliers NOUVEAUTÉ  Management des services et conseil en immobilier2018
*sous réserve de validation ministérielle
Programmes spécialisés, développés en partenariat pédagogique avec des universités.
Formations dispensées à Paris la Défense en rythme alterné compatible avec une activité professionnelle.
Rythme de l’alternance par semaine : 2 jours de formation 3 jours en entreprise
Un double enseignement : académique et professionnel
Une expertise professionnelle reconnue
FINANCEMENTS :
Contrat d’apprentissage,
Contrat de professionnalisation,
Plan de formation, CIF, CPF, Période de professionnalisation.
INFORMATIONS / INSCRIPTIONS : contact@fnaim.fr ESI 20 Ter rue de Bezons 92415 COURBEVOIE cedex Tél. : 01 71 06 30 30  01 71 06 30 21 www.groupeesi.fr
t eStS
Pour quelles études êtesvous fait(e) ?
Le Guide des études supérieures20189  
Testezvous
Êtesvous fait(e) pourl’srtié?uinev
L’université propose des licences dans les filières qui vous intéressent, mais vous n’êtes pas sûr(e) d’avoir le bon profil pour y réussir ? Mesurez votre connaissance de l’univers de la fac et évaluez s’il peut correspondre à ce que vous attendez des études.
Dans quelle série du bac êtes-vous inscrit(e) ? Générale. TechnologIque. ProfessIonnelle.
Votre méthode de travail pour préparer les épreuves du bac : Vous faItes unplannIng annuel de révIsIons. Vous bossez à fond les dernIères semaInes. Vous apprenez par cœur vos résumés de cours.
Pour décompresser, quel est votre passe-temps favori ? Le karaoké. La lecture. La cuIsIne.
Comment avez-vous procédé pour vous aider à choisir votre orientation postbac ? Vous avez faIt votre propre enquête. Vous avez choIsI la même ilIère que votre amI(e) d’enfance. Vous avez eu beaucoup de dIscussIons avec vos parents.
Quelle qualité, parmi les trois suivantes, vous reconnaît-on souvent ? L’endurance. La générosIté. La coniance en soI.
N o u v e a u t é BIEN CHOISIR SA FORMATION A L’UNIVERSITE LesSTRATÉGIES avec ou sansAPB
Tous les premiers cycles universitaires : licences sélectives et non sélectives, licences à double parcours, DUT, PACES, CUPGE, AUMN… Test et conseils pour bien choisir sa filière Inclus : APB, mode d’emploi !
Collection ÉtudesIles éditions de
Éditions de l’Étudiant 12,90e. boutique.letudiant.fr
10Le Guide des études supérieures2018 
Selon vous, pour passer les concours de l’enseignement, il faut : Un bac + 3. Un bac + 5. Tout dépend des concours que l’on veut passer.
Quel jugement portez-vous sur votre orthographe ? C une Katastrof. Vous avez toujours été bon(ne) en dIctée. Vous bloquez souvent sur le partIcIpe passé.
Quelle priorité vous êtes-vous fixée dans le choix de vos études ? Trouver une formatIon quI débouche sur un travaIl. Trouver une formatIon quI vous passIonne. Trouver une formatIon avec une bonne ambIance.
Au sein d’un groupe, vous êtes plutôt : CeluI ou celle quI écoute. CeluI ou celle quI dIscute. CeluI ou celle quI organIse.
Retrouveztoutes les formations sur
De quelle version vos dernières vacances ont-elles été le plus proches ? Version organisée : dans un club et au soleil. Version culturelle : les musées des capitales européennes. Version sportive : stage de kitesurf à l’UCPA.
D’après vous, les études à l’université représentent, par semaine : 20 heures de cours et deTD et autant de travail personnel. 20 heures de cours, 20 heures de TD et quelques heures de travail perso. 20 heures à la cafète, 20 heures à la BU et 20 heures au ciné-club.
Quel est votre profil ?
Vous avez une majorité de: vous êtes fait(e) pour la fac ! Les études universitaires devraient vous convenir : vous avez les compétences et les qualités atten-dues.Autonome et organisé(e),vous ne craignez pas de devoir gérer vous-même votre emploi du temps. Vous êtes suffisamment responsable et motivé(e) pour ne pas avoir besoin d’un système d’études trop encadré. Quand vous êtes passion-né(e) par une discipline, vous n’avez pas peur de passer des heures sur cette thématique à lire ou à faire vos propres recherches. Vous êtesà l’aise en dissertation comme dans la prise de notes, et les matières théoriques ne vous rebutent pas.Quant à la perspective de suivre des cours en amphi, cela ne vous fait pas peur. Vous saurez vous débrouiller seul(e) ou en groupe pour profiter pleinement des ressources de l’université, qu’il s’agisse de la biblio-thèque pour le côté studieux, du bureau des élèves ou des associations étudiantes pour la détente. Enfin, vous avez déjà su vous renseigner sur cet univers d’études, sur les métiers que l’on peut faire une fois un diplôme universitaire en poche.
À quoi le professeur de vos rêves ressemble-t-il ? Son bureau est toujours ouvert. Il est une pointure dans son domaine. Il est à la fois exigeant et souple.
Pour rédiger une lettre de motivation : Vous surfez sur Internet pour trouver un modèle. Vous vous inscrivez à un atelier proposé par le SCUIO (service commun universitaire d’information et d’orientation). Vous jetez quelques idées sur une feuille et construisez un plan.
Vous avez une majorité de: vous êtes plutôt fait(e) pour la fac, mais… L’université peut vous convenir, mais pas à n’importe quel prix.Pragmatique et débrouillard(e),vous sa-vez vous adapter à votre environnement, mais vous avez aussi envie d’un peu d’enseignement pratique. L’univers de la fac vous attire pour son côté auto-nome et la maturité attendue des étudiants. Mais vous hésitez peut-être encore sur la filière ou vous avez des doutes quant aux débouchés… Rassu-rez-vous, l’université vous offre l’occasion, durant les deux premières années de licence, de peaufiner votre projet professionnel. Les UE (unités d’enseigne-ment) de projet professionnel sont les moments pour vous renseigner sur les débouchés et la réalité des métiers.Les filières professionnelles ou en ap prentissage, à l’université, conviendront à votre envie de concret.Si vous redoutez de vous enga-ger dans un cursus long, sachez que les licences professionnelles (sortie à bac + 3) constituent une bonne alternative. Pensez aussi aux stages, une bonne façon de se confronter à la réalité d’une pro-fession et d’y voir plus clair.
Testez-vous
À quoi sert une bibliographie ? À connaître les dates clés d’un auteur. À avoir une liste de lectures et de références sur un sujet donné. À comprendre les origines de la Bible.
Pour vous, partir à l’étranger durant vos études : Ce n’est pas une priorité pour l’instant. C’est utile pour s’ouvrir l’esprit. OK, mais d’abord dans un pays anglophone pour devenir bilingue. \Test réalisé parl’Etudiant
Vous avez une majorité de: pas forcément le choix le plus indiqué pour vous ! Vos qualités ne semblent pas vous destiner à cette voie. Peut-être n’avez-vous pas le bon profil ?À l’université, ce sont les bacheliers des séries générales qui réussissent le mieux,notamment en raison de leurs compétences littéraires (rédac-tion de dissertations, importance de la prise de notes et des lectures personnelles). Si vous avez passé un bac technologique ou pro-fessionnel, il est important de savoir que la voie universitaire est plus risquée pour vous. Cette dernière n’est cependant pas impossible, mais elle reste à réserver aux plus motivés. Peutêtre serezvous plus à l’aise dans une filière plus encadrée,comme les formations courtes – de type BTS (brevet de technicien supé-rieur) ou DUT (diplôme universitaire de technolo-gie) –, dont le fonctionnement se situe davantage dans la continuité du lycée. Et si votre dossier scolaire est satisfaisant, pensez également aux classes préparatoires.
Le Guide des études supérieures 201811  