569 pages
Français

Le rouge docteur cornelius 3

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de lectures 162
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
Gustave Le Rouge LE MYSTÉRIEUX DOCTEUR CORNÉLIUS TOME III 1912-1913 Paris, Maison du livre moderne 18 volumes Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières DOUZIÈME ÉPISODE La croisière du Gorill-Club ...............6 CHAPITRE PREMIER La dynamite ..........................................7 CHAPITRE II Graves événements à l’île des pendus...............29 CHAPITRE III Le musée secret.................................................44 CHAPITRE IV Phantasmes.......................................................56 CHAPITRE V Une ronde de nuit...............................................68 CHAPITRE VI La « Revanche » 80 TREIZIÈME ÉPISODE La fleur du sommeil ........................87 CHAPITRE PREMIER Le voleur invisible .............................. 88 CHAPITRE II Le pied nu.........................................................106 CHAPITRE III L’apparition.....................................................119 CHAPITRE IV Un coin du voile ...............................................131 CHAPITRE V L’idole vivante .................................................. 142 QUATORZIÈME ÉPISODE Le buste aux yeux d’émeraude 171 CHAPITRE PREMIER Résurrection ! .................................... 172 CHAPITRE II Une visite inattendue....................................... 193 CHAPITRE III Le buste aux yeux d’émeraude...................... 206 CHAPITRE IV L’auge de lave ................................................ 228 CHAPITRE V Le pont de l’Estacade239 QUINZIÈME ÉPISODE La dame aux scabieuses ...............252 CHAPITRE PREMIER Après le sinistre du pont de l’Estacade..................................................................................253 CHAPITRE II « Célérité. – Discrétion !… »............................262 CHAPITRE III La dame aux scabieuses.................................273 CHAPITRE IV Une ancienne connaissance ...........................294 – 3 – CHAPITRE V L’oiseau moqueur............................................. 313 SEIZIÈME ÉPISODE La tour fiévreuse..............................326 CHAPITRE PREMIER En Floride ..........................................327 CHAPITRE II Le trust des escargots......................................339 CHAPITRE III L’étoile rouge ..................................................353 CHAPITRE IV Le crucifix d’étain ...........................................376 CHAPITRE V La tour fiévreuse ............................................. 389 DIX-SEPTIÈME ÉPISODE Le dément de la Maison Bleue404 CHAPITRE PREMIER Le choix d’un gendre .........................405 CHAPITRE II Un enlèvement ................................................. 419 CHAPITRE III Le dément de la Maison Bleue ....................... 431 CHAPITRE IV Les drames du feu...........................................452 CHAPITRE V Double guérison ...............................................474 DIX-HUITIÈME ÉPISODE Bas les masques !................... 486 CHAPITRE PREMIER Un projet d’union ..............................487 CHAPITRE II Un sauvetage ...................................................501 CHAPITRE III Règlement de comptes ................................... 515 CHAPITRE IV Le cauchemar du samedi ...............................526 CHAPITRE V La coupe empoisonnée.....................................538 CHAPITRE VI Épilogue .......................................................... 561 À propos de cette édition électronique.................................569 – 4 – – 5 – DOUZIÈME ÉPISODE La croisière du Gorill-Club – 6 – CHAPITRE PREMIER La dynamite Un petit navire à la carène peinte en noir, aux formes lour- des, à l’arrière duquel flottait le pavillon tricolore du royaume de Hollande, était amarré dans le port de Vladivostok, mais à une distance respectable des autres navires. Grâce à un plancher mobile, le pont du hollandais était presque de niveau avec le quai, et c’est sur ce plancher, où avaient été disposés des rouleaux, qu’une douzaine de coolies chinois surveillés par une escouade de cosaques, embarquaient avec une extrême lenteur et d’infinies précautions des caisses carrées de dimensions moyennes mais d’un très grand poids. Sur le pont du navire, le capitaine, un jovial compagnon à longue barbe blonde, veillait en personne à l’arrivage des pré- cieuses caisses. On s’expliquait que tant de soins eussent été pris, en lisant en grandes lettres noires sur les planches de l’emballage l’inscription suivante, surmontée des armes de la Russie : MANUFACTURE IMPÉRIALE DE RUSSIE CARTOUCHES DE DYNAMITE À USAGE DES MINES. FRAGILE, CRAINT LES CHOCS ET LA CHALEUR. Le redoutable explosif, que les cosaques avaient amené dans un wagon spécial, était destiné aux chercheurs d’or du Klondike, qui, dans leurs travaux, en font une grande consom- – 7 – mation, et les caisses qui le contenaient étaient plombées et scellées du sceau impérial. Depuis plusieurs mois déjà, le capitaine du vapeur la Belle Dorothéa faisait le voyage de Vladivostok au Klondike et, comme on peut le supposer, il demandait un fret très élevé pour le transport d’une marchandise à ce point dangereuse. Aussi, bien qu’il ne prît jamais qu’un chargement très peu considéra- ble, il avait pu réaliser de sérieux bénéfices sans qu’il lui fût ja- mais arrivé aucun accident. D’un tempérament très flegmatique, en bon Hollandais qu’il était, le capitaine Wilhelm Van Blook dormait sur ses deux oreilles, à côté d’une masse de dynamite capable de faire sauter une douzaine de villages, et il ne se privait même pas de fumer sa pipe dans le voisinage des redoutables caisses arrimées à l’avant, le plus loin possible des machines et de la cuisine. Quand on le félicitait de n’avoir jamais eu d’accident, il ne manquait pas de répondre facétieusement : – S’il y avait un accident, pensez-vous, ce ne serait pas un petit accident. La Belle Dorothéa sauterait comme une pelure d’oignon ; il n’en resterait pas seulement un morceau de la gros- seur de ma pipe. Il riait à gorge déployée, enchanté de cette plaisanterie qu’il rééditait au moins deux ou trois fois tous les jours. Malgré cette apparente nonchalance, Wilhelm Van Blook se montrait pourtant très prudent, ne permettant de fumer à personne – sauf à lui-même – et veillant à ce que deux hommes de garde, qui se relayaient de deux heures en deux heures, de- meurassent nuit et jour à proximité des précieuses caisses. – 8 – Cependant, les coolies avaient terminé leur besogne et, après avoir touché le rouble d’argent par homme qui leur avait été promis, ils s’éloignaient en toute hâte, enchantés d’en avoir fini avec cette dangereuse manipulation. Wilhelm fit descendre dans sa cabine le sous-officier de co- saques, signa une décharge en bonne forme où étaient men- tionnés les numéros de chaque caisse, puis le Russe et le Hol- landais burent chacun un verre de genièvre à la santé de leurs souverains respectifs et se séparèrent. Il était alors un peu plus de midi. Les dix hommes dont se composait l’équipage avaient déjeuné. Wilhelm s’approcha de Karl son second, qu’il traitait plutôt en ami qu’en subordonné et en qui il avait toute confiance. – Mon vieux Karl, lui dit-il, il va falloir appareiller tout de suite. Complète ce qui te manque comme provisions, pendant que je vais au bureau du port remplir les formalités. – Je croyais, fit Karl avec surprise, que nous ne partions que demain matin ? – Oui, répliqua Wilhelm en clignant de l’œil, mais j’ai changé d’avis ; il faut que, dans une heure, une heure et demie tout au plus, nous soyons sortis du port. – Bien, capitaine, répondit Karl, c’est entendu ! – Surtout, recommanda encore Wilhelm au moment où il allait franchir le plancher mobile qui avait servi à l’embarquement de la dynamite, que l’on fasse bien attention aux caisses. – Entendu ! – 9 – Wilhelm s’éloigna de son pas flegmatique dans la direction des bureaux de la marine, pendant que, sous les ordres de Karl, les dix hommes de l’équipage prenaient en hâte les dernières dispositions pour le départ. Quand le capitaine fut de retour, les chaudières étaient sous pression, les voiles hissées, le plancher mobile avait dispa- ru, et l’on était en train d’amener les ancres. Wilhelm Van Blook prit lui-même le gouvernail ; c’était un soin qu’il ne laissait à personne pour la sortie et pour l’entrée dans le port de Vladivostok, où il est dificile à un navire d’évoluer au milieu des flottes de paquebots et de voiliers an- glais, américains, japonais et allemands. Comme de coutume, il s’acquitta admirablement de cette tâche, et bientôt la Belle Dorothéa, forçant ses feux et favorisée par un bon vent d’ouest, gagna la haute mer. Le soleil n’était pas encore couché que la côte russe n’apparaissait plus que comme une longue bande de brume à l’horizon oriental. – Voilà le moment ! murmura Wilhelm à Karl en regardant sa montre. Je crois qu’aujourd’hui j’ai fait une bonne journée. – Comment cela, capitaine ? – Tu vas voir ? Prends un ciseau et un marteau et viens avec moi ! Karl, passablement intrigué, suivit son supérieur jusqu’à l’autre extrémité du pont, où quatorze des caisses de dynamite avaient été laissées, sans doute dans une secrète intention, le capitaine ayant défendu qu’elles fussent arrimées dans la cale avec les autres. – 10 –
)