MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE
21 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
21 pages
Français

Description

Niveau: Supérieur

  • mémoire


MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES Sciences de la Vie et de la Terre MÉMOIRE présenté par Cyril ERAUD pour l'obtention du Diplôme de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes Écologie de l'Alouette des Champs Alauda arvensis en Milieux Cultivés Caractéristiques écologiques de l'habitat et perspectives de conservation Soutenu le 21 juin 2002, devant le jury suivant : Jacques MICHAUX Président Roger PRODON Rapporteur Jean-Marie BOUTIN Examinateur Bruno FAIVRE Examinateur Romain JULLIARD Examinateur Ecole Pratique des Hautes Etudes Laboratoire de Biogéographie et Ecologie des Vertébrés Montpellier, 34, Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage Direction des Etudes et de la Recherche Station de Chizé, 79, Résumé Sur la base d'un réseau d'observateurs mis en place par l'ONCFS, la distribution des effectifs nicheurs et hivernants a été étudiée à l'échelle de la France. Au cours de la période de reproduction, la répartition des effectifs sur le territoire national n'est pas homogène. Ceux–ci sont en effet plus abondants sur les plaines cultivées de la moitié nord de la France, caractérisées par un paysage ouvert et un assolement dominé par la céréaliculture et les cultures EPHE Banque de Monographies SVT 1

  • office national de la chasse et de la faune sauvage

  • préférence dans les parcelles de chaumes et de colza

  • territoire national

  • bordure de la parcelle

  • sélectivité des cultures

  • evaluation de l'abondance relative de l'alouette des champs

  • analyses statistiques


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2002
Nombre de lectures 42
Langue Français

Exrait


  • office national de la chasse et de la faune sauvage

  • préférence dans les parcelles de chaumes et de colza

  • territoire national

  • bordure de la parcelle

  • sélectivité des cultures

  • evaluation de l'abondance relative de l'alouette des champs

  • analyses statistiques


' />
MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE  ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES Sciences de la Vie et de la Terre
MÉMOIRE  présenté par Cyril ERAUD pour l'obtention du Diplôme de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes
       Écologie de l’Alouette des Champs A  lauda arvensis en Milieux Cultivés   Caractéristiques écologiques de l’habitat et perspectives de conservation    Soutenu le 21 juin 2002, devant le jury suivant :   Jacques MICHAUX Président Roger PRODON Rapporteur Jean-Marie BOUTIN Examinateur Bruno FAIVRE Examinateur                                 Romain JULLIARD Examinateur    
Ecole Pratique des Hautes Etudes Laboratoire de Biogéographie et Ecologie des Vertébrés Montpellier, 34, prodon@univ-montp2.fr   Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage Direction des Etudes et de la Recherche Station de Chizé, 79, chize@oncfs.gouv.fr
    Résumé  Sur la base d’un réseau d’observateurs mis en place par l’ONCFS, la distribution des effectifs nicheurs et hivernants a été étudiée à l’échelle de la France. Au cours de la période de reproduction, la répartition des effectifs sur le territoire national n’est pas homogène. Ceux–ci sont en effet plus abondants sur les plaines cultivées de la moitié nord de la France, caractérisées par un paysage ouvert et un assolement dominé par la céréaliculture et les cultures
industrielles. Un schéma similaire s’observe en hiver, avec cependant une sensibilité moindre envers le degré de fermeture du paysage, mais un évitement des zones d’altitude.  Les caractéristiques écologiques de l’habitat de l’espèce ont été définies plus précisément à partir de travaux réalisés sur une plaine céréalière du département des Deux-Sèvres. Les résultats montrent que le site de nidification n’est pas choisi de manière aléatoire. Un premier choix s’opère envers le type de culture. Les cultures tardives (moha, betteraves), les jachères, les luzernes, les céréales et les prairies sont préférentiellement utilisées pour nicher, tandis que les oléo-protéagineux, les maïs et les terres dénudées sont évitées. Un second choix s’opère à l’échelle de la parcelle. Le nid est installé de préférence près des limites de parcelles. 70 % des nids sont établis à moins de 25 m d’une bordure de parcelle. L’ultime choix réside dans le fait que le nid est installé à proximité de micro-habitats qui génèrent une rupture du couvert végétal et facilite son accessibilité. Avec une production de 36 à 40 jeunes pour 10 ha., les luzernes et les jachères sont les types de cultures les plus productifs : 11 fois plus que les céréales d’hiver, 21 fois plus que le maïs ou 45 fois plus que le colza. Certaines pratiques culturales telles que les fauches répétées ou le broyage des jachères sont apparues comme incompatibles avec une importante productivité.  Lors de l’élevage des jeunes, les parents prospectent de préférence les cultures riches en invertébrés, telles que les jachères et les luzernes.  Les oiseaux nicheurs recherchent un parcellaire de petite taille, une végétation basse (< 50cm) et peu dense, ainsi qu’une importante mosaïque culturale. Les densités enregistrées sont significativement plus élevées dans les jachères et les luzernes. Les céréales, le maïs, le colza et le tournesol accueillent de faibles densités d’oiseaux et génèrent, du fait d’une croissance trop rapide de la végétation, une réduction de l’activité territoriale. A l’échelle des secteurs d’étude, les densités régressent de 26 à 29 % entre avril et juillet, ce qui traduit une réduction de la période de nidification pour de nombreux couples.  En hiver, les Alouettes des champs s’alimentent de préférence dans les parcelles de chaumes et de colza. Une aversion est enregistrée pour les semis de céréales d’hiver qui sont le type de culture dominant les assolements à cette période de l’année. Les chaumes sont également apparus comme des gîtes nocturnes privilégiés. Lors des phases de repos nocturne, l’espèce recherche en effet une végétation basse (< 20cm) et peu dense.  Enfin, une analyse du déclin des populations nicheuses en France démontre la responsabilité des changements des pratiques agricoles intervenus au cours des dernières décennies. D’après les résultats d’une procédure de modélisation, la réduction de l’indice d’abondance des populations est rétrospectivement estimée à 70 % entre 1961 et 1999.  Au terme de ce travail, les perspectives de conservation qui découlent des résultats de nos recherches sont énumérées sous la forme de propositions de gestion des milieux à inclure dans les futures politiques d’aménagement des agrosystèmes céréaliers.   -clés : Alauda arvensis , Alouette des champs, habitat, nidification, hivernage, agriculture.  des matières   1. Introduction.
2. Méthodologie générale de l’étude. 2.1. Présentation de l’Alouette champs................................................................................................................................... 7  2.1.1. Aire de répartition et systématique......................................................................................................................................... 7 2.1.2. Morphologie ................................................................................................................................................................................... 8 2.1.3. Eco-éthologie générale............................................................................................................................................................... 8 2.1.4. Tendance démographique......................................................................................................................................................... 10
des
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents