Rapport de l'étude GRIPIC 2005 - Introduction

Français
123 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Rapport de l'étude GRIPIC 2005 - Introduction

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 180
Langue Français
Signaler un problème
Contrat de recherche entre l’Association Française des Opérateurs Mobiles (AFOM) Et le CELSA (Université de Paris IV Sorbonne) DOCUMENT DE TRAVAIL VERSION DU 25 AVRIL 2005 Le téléphone mobile aujourd’hui : Usages, représentations, comportements sociaux GRIPIC Groupe Interdisciplinaire sur les Processus d’Information et de Communication Document de travail – Version du 25 avril 2005 Ni diffusion, ni photocopie Ont collaboré à ce travail de recherche : Daniel BINSWANGER, chercheur en Philosophie Perrine BOUTIN, chercheuse en Sciences de l’information et de la communication Anne JARRIGEON, chercheuse en Sciences de l’Information et de la communication Yves JEANNERET, chercheur en Sciences de l’information et de la communication Anaïs LACOMBE, Emmanuelle LALLEMENT, chercheuse en Ethnologie Joëlle MENRATH, chercheuse en Sciences de l’information et de la communication Jean-Baptiste PERRET, chercheur en Sociologie Julien TASSEL, chercheur en Sciences de l’information et de la communication Adeline WRONA, chercheuse en Littérature française Document de travail – Version du 25 avril 2005 Ni diffusion, ni photocopie Sommaire Introduction ........................................................................................ 6 Partie I Portrait du téléphone mobile en « objet total » : usages et représentations contemporains....................................... 10 I. Un objet polysémique : téléphone mobile ou réveil domestique ?......................... 10 1. « S’en servir » : la polyvalence revendiquée de l’objet.................................................11 2. Un objet mobile et sédentaire........................................................................................11 II. Un objet de manipulations diverses ........................................................................ 12 1. Manipulations « inconscientes » et mise en scène de soi..............................................12 1.1. Dans les lieux publics : manipulations et « occupations du vide »....................................12 1.2. es espaces de travail : les manipulations lors de réunions professionnelles............14 2 Un exemple de manipulation symbolique : quand l’objet téléphone mobile est érigé en symbole de la frontière entre sphère privée et sphère professionnelle ............15 III. Un objet qui prend sens dans un système d’objets ................................................. 16 1. Une logique d’ensemble................................................................................................16 2. La boîte à outils communicationnelle............................................................................17 IV. Un objet singulier et singularisant .......................................................................... 18 1. De l’objet de série à l’objet unique : les opérations de singularisation.........................18 1.1. Acquisition, perte, mise au rebut : la biographie de l’objet...............................................19 1.2. Le mobile comme archive : un objet autobiographique ....................................................19 1.3. « C’est mon portable ! » : un objet de revendication personnelle .....................................20 2. Du statut à la signature : la métamorphose identitaire du téléphone mobile.................21 2.1. La fin de la distinction.......................................................................................................21 2.2. Un objet de signature.........................................................................................................23 3. Une menace d’uniformisation ? Enjeux identitaires du téléphone mobile dans les représentations cinématographiques..............................................................................26 3.1. Le prestige de l’entrée en scène.........................................................................................26 3.2. Le pouvoir de communiquer à l’ère des usages banalisés.................................................27 3.3. L’individualisation menacée : quel avenir pour James Bond ? .........................................28 3.4. Les prouesses téléphoniques des nouveaux héros .............................................................29 V. Un stéréotype instrumental de l’objet : l’imaginaire restreint du téléphone mobile dans les représentations publicitaires.......................................................... 31 1. En quête de représentations banalisées du mobile ........................................................31 2. Un outil non relationnel.................................................................................................32 3. Un élément de panoplie pour un individu organisateur ................................................33 4. L’instrument d’une communication réussie ..................................................................33 5. Un imaginaire publicitaire préempté ? ..........................................................................34 Conclusion.................................................................................................................... 35 Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 3 Partie II Une machine à faire parler : des discours aux pratiques ............................................................................................ 36 I. Des discours qui évaluent le téléphone mobile....................................................... 36 1. Discours de la maîtrise, de la liberté .............................................................................36 1.1. Une maîtrise de l’outil permettant une fluidité quotidienne..............................................36 1.2. Une communication facilitée.............................................................................................37 1.3. Une efficacité professionnelle augmentée.........................................................................37 1.4. Une sécurité affective et familiale.....................................................................................37 2. Discours de la surveillance, de l’aliénation...................................................................38 2.1. Une « invasion dans sa vie » ............................................................................................38 2.2 Un objet anxiogène............................................................................................................38 2.3. Une perte de contrôle parental...........................................................................................38 3. Des discours ambivalents ..............................................................................................39 4. Des discours qui construisent un « avant/après » du téléphone mobile ........................39 II. Des discours en contradiction avec les pratiques.................................................... 40 1. Le mythe de la joignabilité............................................................................................40 2. L’invocation de la civilité42 III. Vers une discipline communicationnelle ? ............................................................. 44 1. L’instauration des règles ou la déviance généralisée ....................................................45 2. Des communautés compatissantes ................................................................................47 3. Au spectacle des nuisances............................................................................................48 4. Des communautés d’usage50 4.1. Des « règles tacites de réserve »........................................................................................50 4.2. Des usages mimétiques qui garantissent le professionnalisme..........................................51 Conclusion.................................................................................................................... 52 Partie III Un instrument de scénographie sociale : analyse des situations de communication ........................................................... 53 I. Une gestion nouvelle de « l’épaisseur communicationnelle »................................ 53 1. « Trois espaces en un » : le cadre ordinaire de la communication téléphonique ..........54 2. Une communication imprévisible..................................................................................54 3. Une hyperconscience des acteurs et des postures qui tendent vers la maîtrise .............55 4. De la prouesse à la difficulté .........................................................................................56 II. Des reconfigurations de l’espace et du temps......................................................... 57 1. Des temporalités revisitées............................................................................................57 1.1. Des temps intensifiés.........................................................................................................57 1.2. Les leurres du temps réel...................................................................................................59 1.3. Des temps gérés.................................................................................................................60 1.4. A la recherche d’un présent partagé ..................................................................................61 2. Conversations avec les lieux .........................................................................................61 Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 4 2.1. Des espaces réinventés ......................................................................................................61 2.2. Des lieux sur écoute...........................................................................................................63 2.3. Les lieux comme points aveugles : exemples cinématographiques...................................64 III. De nouvelles dynamiques relationnelles................................................................. 66 1. Des relations électives : logiques de l’arbitrage............................................................67 1.1. Un monde de relations choisies.........................................................................................67 1.2. Les ajustements de l’entre-deux conversationnel..............................................................68 2. Des situations orchestrées : logiques de l’agencement..................................................70 2.1. Être dans l’orchestre et participer à plusieurs ordres d’interactions..................................70 2.2. Diriger l’orchestre devant divers publics...........................................................................71 3. Des mises en scène de soi : logiques de production des apparences.............................73 3.1. Confirmation et contestation de l’ordre social : le cas de l’entreprise...............................74 3.2. Présentations de soi dans l’espace public ..........................................................................75 Conclusion.................................................................................................................... 78 Partie IV Les imaginaires du téléphone mobile : une mise en perspective historique ...................................................................... 79 I. Une comparaison sous réserve................................................................................ 79 1. Des éléments de comparaison disparates79 1.1. Des objets et des contextes différents................................................................................79 1.2. Des formes de discours sans équivalent aujourd’hui.........................................................80 1.3. Un geste « technique » conçu différemment : le ressort mythique de la science appliquée............................................................................................................................81 ème1.4. Une notion « d’usage » qui n’a pas de sens à la fin du 19 siècle. .................................82 2. Des thématiques trans-historiques.................................................................................82 2.1. L’évanescence ...................................................................................................................83 2.2. L’immédiateté....................................................................................................................83 2.3. La thaumaturgie.................................................................................................................84 II. Des différences éclairantes ..................................................................................... 85 1. Présence de l’objet.........................................................................................................85 2. Épaisseur de l’invention ................................................................................................86 3. Modes de dramatisation de la communication téléphonique ........................................87 3.1. Poids du prodige / Légèreté des mésaventures..................................................................87 3.2. Confort de la technique / Performances des usagers .........................................................88 4. Liens entre la société et ses machines à communiquer .................................................89 4.1. 1900 : Une approche collectiviste de l’objet .....................................................................89 4.2. 2000 : Une exploitation scénographique des usages dans la littérature contemporaine. ..................................................................................................................91 Conclusion.................................................................................................................... 97 Conclusion générale.......................................................................... 98 Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 5 Introduction Pour cette étude, le GRIPIC a choisi d’adopter un point de vue résolument contemporain sur le téléphone mobile, rompant avec les principales perspectives existantes, les unes nostalgiques d’une civilité sans mobiles, fantasmée comme une sociabilité respectueuse de la co-présence, les autres portant aux nues une communication immédiate et libérée. Nous proposons plutôt de comprendre en quoi le téléphone mobile est à la fois la cause et l’effet de transformations sociales et communicationnelles, tant au niveau individuel que collectif. Quelques constats d’évidence ont contribué à former notre dispositif d’analyse. En tant qu’objet technique communément partagé aujourd’hui, le téléphone mobile concerne tous types de catégories sociales et culturelles. Il fait partie du paysage social ordinaire, des lieux publics aux lieux privés, des espaces de travail aux espaces de transports. Intimement mêlé à la trame du quotidien, il est érigé en symbole de la vie urbaine contemporaine : marcher en ville aujourd’hui, c’est de toute évidence marcher avec un téléphone mobile. Il est par ailleurs devenu un produit de consommation courante vendu aussi bien en supermarché qu’en boutiques spécialisées, intégrées maintenant à la physionomie commerciale de nos villes. On constate également que les usages du téléphone mobile sont très variés, et que les occasions d’usages ne cessent de se multiplier. Tout aussi abondante, la production discursive de la part de tous types d’individus sur le téléphone mobile montre qu’il est un sujet à l’ordre du jour. Enfin, le mobile est un objet dont la présence et l’utilisation sont désormais évidentes dans tous les systèmes de représentations, de la publicité au cinéma en passant par la littérature. L’intégration de cet objet dans toutes les sphères du social impliquait une approche pluridisciplinaire et multi-focale. C’est pourquoi nous avons adopté la perspective d’analyse des Sciences de l’information et de la Communication qui consiste à saisir le phénomène du téléphone mobile dans toutes ses dimensions, dans les usages qui en sont faits, dans les discours qu’il suscite, dans les représentations qu’il produit et dans les comportements qu’il engendre. Notre équipe a donc mené une étude dont l’objectif est de mettre en évidence les représentations, les usages et les comportements sociaux liés au téléphone mobile aujourd’hui. Quatre actions de recherche ont été réalisées : 1. un état des lieux documentaire, qui s’accompagne de la création d’un centre de documentation à l’AFOM, où pourront être consultés les principaux ouvrages, études, et articles scientifiques parus sur le sujet, ainsi que les romans et les films analysés dans cette étude 2. une approche historique, qui met en perspective les représentations contemporaines du téléphone mobile en les comparant avec celles du télégraphe sans fil et du téléphone à èmela fin du 19 siècle. 3. une observation des pratiques dans des situations sociales courantes, qui s’est appuyées sur des observations filmées, et réunies dans un film documentaire intitulé 1« La ville au téléphone » 4. une analyse des représentations du téléphone mobile dans la publicité et la fiction contemporaine (romans, films) 1 Ce film a été réalisé par Anne Jarrigeon Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 6 L’approche littéraire et historique, l’approche sémiologique et l’approche ethnologique ont constitué nos principaux outils dans cette enquête. Elles ont été mises tour à tour au service d’un projet consacré à décrire le téléphone mobile comme un média de communication impliqué dans des interactions vivantes. L’enquête ethnologique de terrain, procédant par observations et par entretiens, a permis de comprendre et d’analyser ce qui se joue concrètement autour du téléphone mobile dans des situations sociales courantes. Nous avons porté notre regard sur les actions des individus, sur ce qu’ils font et comment ils le font, sur les manières de faire et d’être qui accompagnent les usages et/ou qui sont engendrées par le téléphone mobile. Ces observations et ces entretiens étaient donc le moyen de saisir les rapports à l’objet, les formes de la communication, les changements à l’œuvre, les modalités de l’être ensemble, les rapports à la ville, à l’univers de travail, à la sphère privée… Mais elles fournissaient également l’occasion de comprendre les représentations que les individus eux-mêmes se font de ces nouveaux usages, de ces changements, de ces situations sociales et communicationnelles. Parce que le discours que les gens tiennent sur le téléphone est aussi une action, sociale et socialement déterminée, les enquêtes menées ont permis d’articuler les actions des individus et les représentations de ces actions par les acteurs eux-mêmes. Nous avons voulu rendre non évident ce qui paraît évident, nous interroger sur l’ordinaire, sur ce qui va de soi, sur ce que les gens font et disent, quotidiennement et banalement, pour en saisir la dimension symbolique. Il ne s’agissait donc pas de se placer d’un point de vue macro-sociologique pour dégager les grands effet sociaux liés au mobile, ni de procéder à une vaste sociologie de ses utilisateurs. Notre approche est davantage « micro-sociale », s’intéressant à certaines situations de la vie ordinaire. Pour mieux comprendre de quoi est fait aujourd’hui l’imaginaire de notre objet, et en quoi cet imaginaire outrepasse largement sa nature technique, la perspective historique était un recours précieux. Elle a consisté à mettre en regard les inventions des années 1860-1880, regroupées a posteriori sous le terme de « télécommunication », et le téléphone mobile, pour faire apparaître les permanences et les métamorphoses d’un discours sur la technique, sur l’invention, sur les liens entre la société et ses machines à communiquer… Enfin, pour capter toute la vivacité de cet imaginaire, il fallait s’intéresser aussi aux images qui circulent aujourd’hui entre les discours ordinaires, les œuvres cinématographiques et littéraires, la publicité. Les représentations que se font les individus, associées à celles que construisent la fiction et la publicité, nous donnent une idée de la place qu’occupe le téléphone mobile dans le système des objets, du rôle qu’il tient dans les relations sociales, des significations qu’on lui prête dans l’ordre du discours. Ces représentations nous ont également tenu lieu de grilles des lectures des usages. Non qu’elles en soient de fidèles restitutions : elles sont plutôt l’indication d’un autre type de fonctionnalité que recouvre l’outil. A quoi sert au juste un téléphone mobile dans un film ? Comme un roman utilise-t-il cet objet ? Pourquoi une publicité pour une marque de voiture a-t-elle besoin de mettre en scène un mobile ? Quand on parle de « son portable », ou « du portable », de quoi ou de qui parle-t-on exactement ? - sont autant de questions qui ont guidé nos recherches. Plusieurs terrains et corpus ont donc été étudiés. Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 7 Tout d’abord, nous avons procédé par observations de situations. Nous entendons par 2situations des « séquences d’espace-temps que l’on se donne comme champ d’observation » . Ces séquences d’espace-temps ne sont pas produites par un protocole d’enquête : nous n’avons pas sélectionné une catégorie de populations ni prélevé dans le réel un échantillon représentatif. Il ne s’agissait pas en effet de catégoriser des usages par types de lieux. De même, les individus observés et interviewés n’ont pas été choisis en fonction de catégories socioprofessionnelles, ils ne forment donc pas une population d’enquêtés. Les situations observées ne sont pas non plus numériquement représentatives, elles sont simplement significatives de ce qui se joue dans notre monde contemporain, dans les lieux centraux de notre société (espaces privés, espaces publics, espaces de travail,…). Il s’agit, par l’observation de situations variées, de saisir les logiques d’action à l’œuvre dans la production, par des individus différents, de l’objet téléphone mobile. 3Plusieurs situations sociales de la vie courante ont été explorées : situations dans l’espace public (observations d’usages dans la rue, les terrasses de café, les cafés eux-mêmes et les restaurants, les jardins publics, les gares), dans l’espace privé, dans l’espace de travail et dans des espaces semi-publics comme la Bibliothèque Beaubourg. Mais n’importe quel espace de notre monde contemporain aurait pu constituer un champ d’observation. Il s’agit surtout de s’intéresser à des situations suffisamment contrastées pour qu’elles soient significatives des logiques actuelles à l’œuvre. Le corpus de textes de la fin du dix-neuvième siècle qui a offert une base à notre enquête historique a associé un dépouillement systématique de revues et ouvrages de vulgarisation technique à une recherche plus partielle dans les textes littéraires de toute nature (nouvelle, 4chronique, roman réaliste, roman fantastique, roman d’anticipation). L’étude sur le téléphone mobile en littérature aujourd’hui porte sur des romans français et étrangers parus après 2000, et notamment sur des romans policiers, et des livres pour enfants âgés de trois à quinze ans. Pour analyser les représentations du mobile au cinéma, il a fallu se pencher sur des films d’action, principalement américains, de 1992 à aujourd’hui, et sur des comédies de mœurs récentes, principalement françaises. Enfin, le corpus publicitaire est issu d’une pige publicitaire commandée à SECODIP, qui a sélectionné toutes les affiches presse et les publicités télévisuelles faisant intervenir un téléphone mobile (hors opérateurs et hors constructeurs) au cours des cinq dernières années. Ce rapport d’étude présente la synthèse des analyses menées par un groupe de dix chercheurs. Nous adopterons, pour en livrer les résultats, quatre perspectives successives : 1. Un portrait du téléphone mobile en « objet total » 2. Une confrontation des discours tenus sur le mobile et des pratiques auxquelles ils donne lieu. 3. Une analyse des situations de communication qu’il produit. 4. Un examen des imaginaires du téléphone mobile, saisis dans le temps long. 2 Jean Bazin, « Interpréter ou décrire », dans Une école pour les sciences sociales, sous la dir. de Jacques Revel, Le Cerf éditions, 1996. 3 On lira en annexe une liste des terrains d’enquête. 4 Voir bibliographie en annexe Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 8 Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 9 Partie I Portrait du téléphone mobile en « objet total » : usages et représentations contemporains Interroger ce qui constitue aujourd’hui l’évidence du téléphone mobile, c’est d’abord s’interroger sur l’objet lui-même, sur le mobile en tant qu’objet. Comment les gens investissent-ils cet objet ? Qu’en font-ils précisément ? Quelles manipulations, concrètes et symboliques, lui font-ils subir ? Cette analyse se fonde sur le postulat que les objets sont au cœur des rapports sociaux. Comme les autres objets qui peuplent notre quotidien, le téléphone mobile est un objet autour duquel se nouent des significations, des usages et des relations. Il est ainsi possible de faire subir au mobile une analyse de type anthropologique qui envisage les objets de deux manières : non seulement du point de vue de l’usage qu’on en a mais aussi du point de vue de 5sa singularité, de l’objet en tant qu’il est construit, par les gens, comme unique et personnel . C’est là le moyen de mettre en lumière des interactions, des investissements de la part des gens qui ne sont pas évidents pour eux. Étudier le téléphone mobile comme dispositif technique, social et symbolique, c’est mettre au jour des logiques plus implicites que celles que les discours fonctionnalistes voudraient faire apparaître. Par dispositif, nous entendons qu’un objet est l’effet d’une combinaison d’éléments distincts mais aussi une manière de disposer cet objet. Il y a donc dispositif dans la mesure où on combine les choses d’une certaine façon et que cela produit un effet. A rebours des opérations qui dépersonnalisent les objets parce ceux-ci appartiennent au monde industriel et marchand, notre enquête a permis de mettre en évidence des pratiques qui confèrent à l’objet téléphone mobile un statut particulier. Nous étudierons donc le passage de l’objet quelconque que peut être un téléphone mobile à « la chose unique ». Une véritable relation identitaire se noue entre cet objet riche de sens et son possesseur : nous en examinerons les manifestations dans diverses situations ordinaires, pour ensuite nous pencher sur les représentations cinématographiques, où le pouvoir de singularisant du téléphone mobile fait question. Enfin, le stéréotype publicitaire banalisé fournira un contrepoint à ce portrait du téléphone mobile en « objet total ». I. Un objet polysémique : téléphone mobile ou réveil domestique ? S’il est admis de considérer que la définition minimale d’un téléphone mobile est d’appeler et d’être appelé et ceci de manière « nomade », notre enquête a révélé qu’en fait cet objet est surtout investi, dans les manipulations et dans les discours des gens, comme un objet fondamentalement polyvalent, dont le caractère mobile n’épuise pas l’identité. 5 Nous nous appuyons ici sur les analyses de Michelle de La Pradelle, Rapport PUCA/ministère de l’Equipement « Produire sa maison. Anthropologie de la maison individuelle. », mars 2004 Document de travail – Version du 25 avril 2005 - Ni diffusion, ni photocopie 10