RAPPORT DE STAGE DE RECHERCHE Estimation du volume de ...
156 pages
English
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

RAPPORT DE STAGE DE RECHERCHE Estimation du volume de ...

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
156 pages
English

Description

Master, Supérieur, Master
  • rapport de stage
ECOLE POLYTECHNIQUE Master 1 – Quantitative Economics and Finance DEGOT Charlotte RAPPORT DE STAGE DE RECHERCHE Estimation du volume de transactions boursières CONFIDENTIEL Option : Département d'Economie Champ de l'option : ECO 593 Banque - Finance Directeur de l'option : M. Laurent Calvet Directeur de stage : M. Laurent Calvet – Mme Veronika Czellar Dates du stage : 06/04/2011 – 17/06/2011 Nom et adresse de l'organisme : HEC Paris 1 rue de la Libération 78 350 Jouy en Josas
  • extension de la guerre du vietnam
  • asean trade
  • point de situation du secteur de l'énergie par pays
  • asean dans le contexte de la crise asiatique
  • conflits avec l'asean résolus
  • trade agreements
  • asean
  • secteur de l'energie
  • secteur energie
  • secteur de l'énergie
  • secteur énergie
  • points
  • point

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 141
Langue English
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

ECOLE POLYTECHNIQUE
Master 1 – Quantitative Economics and Finance
DEGOT Charlotte



RAPPORT DE STAGE DE RECHERCHE
Estimation du volume de transactions boursières

CONFIDENTIEL

Option : Département d’Economie
Champ de l'option : ECO 593 Banque - Finance
Directeur de l'option : M. Laurent Calvet
Directeur de stage : M. Laurent Calvet – Mme Veronika Czellar
Dates du stage : 06/04/2011 – 17/06/2011
Nom et adresse de l'organisme :
HEC Paris
1 rue de la Libération
78 350 Jouy en Josas
















Abstract
This report examines trading volumes. We show that when trading volume is measured
through turnover, the historical data empirically presents multifractality and the moments of
volume vary as a power law of the time horizon. We confirm this property for equities over a
25-year period of time and for an index over a 10-year period. We develop an estimation
procedure to capture volume variations around a discrete time model derived by the
multiplication of a finite number of random first order Markov components.




Résumé
Ce rap p o rt s’i n t ér esse au x volumes de transactions boursières. Nous y montrons que,
lorsque les volumes sont mesurés par le ratio du volume traité par jour sur le volume total
d ’act io n s, les d o n n ée s h ist o riq u es p ré se n t e n t d e la mu l t ifractalité et les moments varient
selon des lois de puissances du temps. Nous confirmons cette propriété empiriquement
pour les données actions sur une période de vingt-cinq ans et pour un indice boursier sur
une période de dix ans. Nous développons un pr o c essu s d ’es t ima t ion p o u r c ap t u r er les
variat ion s d u v o lu me au t o u r d ’ u n mo d èle à t em p s d isc re t d érivé d u p ro d u it d ’ u n n o mb re f i n i
de components de Markov.

Page 1
Special Thanks

I would like to give my special thanks to the people who contributed to this report and for
the time they dedicated answering my questions and helping through the whole internship:
- Laurent Calvet, professor at HEC Paris and tutor of my internship, who gave me the
opportunity to work and learn with him
- Veronika Czellar, professor at HEC Paris, for the time she took answering my
questions and helping me find my way through R and Matlab
- Mary-Joyce Ahsue for her presence and help throughout the year and the internship


Page 2
TABLE OF CONTENTS
I. Introduction ........................................................................................................................ 4
II. Measuring trading volumes ................................ 5
A) How to measure volume .................................................................... 5
B) Motivation .......................................................... 7
C) Notation ............................................................................................. 9
D) Aggregation ....................................................... 9
III. Data sets ........................................................................................ 11
IV. Time-series Properties .................................. 12
A) Stationarity ....................................................................................................................... 12
B) Dependence properties of volume .................. 13
V. Multifractal Analysis ......................................................................................................... 16
A) Theory .............................................................. 16
B) Empirical Evidence ........................................................................................................... 20
VI. The Multifractal Model of Trading Volumes . 29
A) The Model ....................................................................................................................... 29
B) Empirical Results .............. 32
VII. Conclusion ..................................................................................................................... 35
VIII. References 36
APPENDIX ................................................................................................................................. 37



Page 3
ECOLE POLYTECHNIQUE – HEC PARIS
PROMOTION X 2008 – HEC 2011
ROUZE Clément



RAPPORT DE STAGE DE RECHERCHE


Dynamique d’intégration de l’ASEAN 6
au sein de l’Asie



RAPPORT NON CONFIDENTIEL




Département d’économie
ECO593 : Banque, finance
Directeur de l’option : Monsieur Antoine FRACHOT
Directeur de stage : Monsieur Hubert TESTARD
Dates du stage : 04 Avril 2011 – 24 Juin 2011


Ambassade de France à Singapour
101-103, Cluny Park Road
259595 SINGAPORE Résumé
Ces trois dernières décennies, nous avons été les témoins d’un développement rapide
d’un réseau de production en Asie mis en place par les firmes multinationales. Ce réseau s’est
complexifié davantage avec l’émergence de la Chine : les processus de production verticale
ont été segmentés en plusieurs phases et les pays de la région se sont spécialisés dans
certaines étapes en fonction de leurs avantages comparatifs. Ce réseau a permis aux pays de
l’ASEAN 6 de joindre la chaine de production à l’étape qui correspondait le plus à leurs
technologies et infrastructures, avec pour conséquence une place croissante dans les échanges
mondiaux et des investissements grandissants.
Bien qu’ayant des ambitions élevées, l’hétérogénéité de l’ASEAN 6 et l’insuffisante
coopération entre les pays membres de l’Association risquent cependant de figer l’ASEAN 6
dans des processus de production à faible valeur ajoutée. Le réseau de production ayant été
essentiellement façonné de l’extérieur (Japon, Corée du sud, Union-Européenne et Etats-Unis,
puis Chine), le degré d’intégration de l’ASEAN 6 sera l’un des grands enjeux s’agissant des
perspectives de montée en gamme.
La problématique de l’intégration de l’ASEAN 6 au sein de l’Asie consiste désormais à sortir
de l’effet noodle-bowl, enchevêtrement d’accords de libre-échange, tout en renforçant en
parallèle l’attractivité des pays et en promouvant l’industrie locale.


Executive summary
The last three decades have witnessed the rapid development of a vertical production
network set up by multinational corporations. With the soaring of China, the network became
characterized by a high-degree of sophistication : Production processes were fragmented into
several stages and countries specialized in production stages according to their own
comparative advantages. This network has enabled ASEAN 6 countries to join at the
production stage that best corresponds to their level of technology and facilities, with the
result that they have enjoyed rapid trade and inward FDI growth.
Although they fuelled strong ambition, ASEAN 6 heterogeneity and the lack of cooperation
between the association’s members may stick ASEAN 6 in low value added production
processes. Given that the production network was shaped essentially by external agents
(Japan, South Korea, European-Union and the US, then China), the state of integration of
ASEAN 6 will be a major topic regarding outlooks for an upgrade.
The main challenge of ASEAN 6 integration in Asia is thus to break out of the noodle-bowl
effect, a tangle of free-trade agreements, while strengthening countries’ attractiveness and
promoting local industry.

2
Sommaire

Introduction .............................................................................................................................. 4
1. L’intégration de l’ASEAN 6 au sein de l’Asie ................................... 6
1.1 L’ASEAN 6 : Un processus d’internationalisation ancien qui se poursuit ............... 6
1.1.1 Une internationalisation favorisée par le dynamisme des exportations… ................. 6
1.1.2 …et des investissements élevés ............................................................................... 12
1.1.3 Un environnement commercial favorable qui facilite la poursuite de
l’internationalisation ......................................... 16
1.2 L’émergence de la Chine entraine une modification rapide des flux commerciaux
en Asie .................................................................................................. 17
1.2.1 Evolution des partenaires commerciaux de l’ASEAN 5 .......... 17
1.2.2 L’intégration de l’ASEAN 5 dans la chaine de production régionale ..................... 21
1.2.3 Un environnement commercial complexe qui fige l’ASEAN 5 dans la chaine de
production ......................................................................................................................... 31
1.3 Analyse des investissements directs étrangers (IDE) en Asie ................................... 33
1.3.1 La réorganisation des investissements en Asie avec l’émergence de la Chine ........ 33
1.3.2 Les secteurs de l’ASEAN 6 qui attirent les investissements ... 36
1.3.3 Un environnement qui doit évoluer pour continuer d’attirer les IDE ..................... 37
2. Les enjeux sectoriels et perspectives : Cas du secteur de l’automobile et du secteur de
l’énergie ................................................................................................................................... 38
2.1 Secteur Automobile ...... 38
2.1.1 Point de situation du secteur automobile dans l’ASEAN 6 ..... 38
2.1.2 Stratégies des constructeurs japonais ....................................................................... 41
2.1.3 Point de situation du secteur automobile par pays et perspectives .......................... 47
2.2 Secteur Energie ............................................. 52
2.2.1 Point de situation du secteur de l’énergie dans l’ASEAN 6 .................................... 52
2.2.2 Point de situation du secteur de l’énergie par pays et perspectives ......................... 58
2.2.3 Point sur les entreprises nationales du secteur ................................ 64
Bibliographie ........................................................................................... 66



3
Introduction

Zone la plus dynamique du monde depuis plusieurs décennies, l’Asie orientale
disposait jusqu’à récemment de peu d’institutions régionales. Pourtant, depuis le début du
siècle, une ébauche de coopération régionale semble voir le jour, en particulier depuis
l’accession de la Chine à l’OMC en 2001. Les négociations bilatérales ou multilatérales
d’accords de libre-échange se multiplient en effet et l’ASEAN semble jouer un rôle majeur
dans cette dynamique d’intégration.
L’ASEAN, Association des Nations du Sud-est Asiatique, est l’accord le plus ancien.
L’association a été créée en août 1967 par cinq pays (Singapour, Thaïlande, Indonésie,
Malaisie et les Philippines) afin d’assurer la stabilité politique de la région dans le contexte de
la guerre froide et pour faire barrage aux mouvements communistes. La finalité première de
l’ASEAN était donc avant tout diplomatique et l’intégration économique n’était qu’un moyen
pour promouvoir la stabilité politique dans la région. La région ne souhaitait pas être utilisée
comme terrain de bataille de la guerre froide, notamment par une extension de la guerre du
Vietnam.
Dans les débuts de l’ASEAN, la coopération reste minimale. L’organisation offre tout de
même un cadre pour la négociation sur les conflits régionaux et permet de coordonner les
positions pour la négociation économique lors des forums internationaux.
Très rapidement, l’ASEAN va s’élargir en accueillant Brunei en 1984, quelques jours après
son indépendance. La paix enfin retrouvée et ses conflits avec l’ASEAN résolus, le Vietnam
rejoint l’organisation en 1995. Le Laos et le Myanmar suivront en 1997, réalisant alors
l’intérêt de faire partie de l’ASEAN dans le contexte de la crise asiatique. Enfin, le Cambodge
adhère à l’organisation en 1999 après la stabilisation de son environnement politique.
L’adhésion des différents pays membres de l’ASEAN a donc été motivée par des raisons
diverses, à des périodes différentes et la coopération économique n’est apparue qu’en 1992
avec la mise en œuvre de la zone de libre-échange de l’ASEAN : L’AFTA (ASEAN – Free
erTrade Agreement). L’accord est entré en vigueur le 1 janvier 1993, mais sa mise en œuvre
reste graduelle. Selon les textes, la zone de libre-échange doit être effective pour les biens
d’ici à 2015 et en 2020 pour les services. Dans les faits, les droits de douanes ont déjà été
abolis entre la plupart des pays membres, mais nous sommes encore loin d’une zone de libre-
échange. En mai 2010, la mise en place de l’ATIGA (ASEAN Trade In Goods Agreement)
vient compléter l’AFTA. Il vise notamment à simplifier les procédures administratives entre
les pays membres afin de faciliter les transactions et les échanges et établit également un
calendrier complet prévoyant les dates d’éliminations des tarifs douaniers.
Jusqu’ici cependant, la mise en œuvre de l’AFTA n’a eu que peu d’effets sur les flux
d’échanges intra-zone, du fait notamment de droits de douane toujours élevés pour une liste
de produits dits « sensibles ». Par ailleurs, la grande hétérogénéité de l’ASEAN empêche la
zone de se positionner comme un ensemble uni et les accords de libre-échange sont souvent
négociés individuellement.
4
Le projet final de l’ASEAN est d’aboutir à une Communauté ASEAN d’ici 2015, qui
rajouterait le volet socioculturel au volet économique. Les pays membres s’appuient sur trois
piliers pour y aboutir : la communauté économique (AEC), la communauté de sécurité de
l’ASEAN et la communauté socioculturelle de l’ASEAN.
D’un point de vue économique, l’ASEAN occupe depuis sa création une place de plus en plus
importante dans le commerce mondial et connait un développement économique rapide. En
2010, le PIB de l’ASEAN 6 (Singapour, Malaisie, Philippines, Thaïlande, Indonésie,
Vietnam) atteint ainsi 1777 Mds USD. A titre de comparaison, le PIB de l’Inde en 2010 est de
1538 Mds USD et celui de la Chine de 5878 Mds USD. En 2000, le PIB de l’ASEAN 6 était
de 583 Mds USD, ce qui représente une croissance en termes nominaux de +205% entre 2000
1et 2010 contre une croissance mondiale de +95% sur la même période.
Dans ce rapport, nous nous intéressons donc à l’intégration de l’ASEAN 6 au sein de l’Asie et
à ses relations économiques et commerciales avec la Chine, le Japon, la Corée du sud et
Taiwan. Dans une première partie, nous analyserons la dynamique d’internationalisation de
l’ASEAN 6 et les flux commerciaux et d’investissements entre l’ASEAN 6 et l’Asie avant de
nous intéresser dans une seconde partie aux enjeux sectoriels et les perspectives. Nous nous
focaliserons en particulier sur les deux secteurs suivants : Energie et Automobile.
Dans l’intégralité de ce rapport, l’ASEAN 5 comprend : Singapour, la Malaisie, l’Indonésie,
les Philippines, et la Thaïlande et lorsque nous parlons de l’ASEAN 6, le Vietnam est
également pris en compte.










1
Source : World Economic Outlook, FMI, Avril 2011
5
1. L’intégration de l’ASEAN 6 au sein de l’Asie
1.1 L’ASEAN 6 : Un processus d’internationalisation ancien qui se poursuit
1.1.1 Une internationalisation favorisée par le dynamisme des exportations…

 L’analyse des flux commerciaux montre que la part de l’ASEAN 6 dans le commerce
mondial augmente légèrement entre 2000 et 2010 passant de 6,8% en 2000 à 7,1% en
22010 (+0,3 points). En 2010, l’ASEAN 6 se positionne donc derrière les Etats-Unis
(11,7%), la Chine (10,9%) et l’Allemagne (8,6%). A noter que la part de la Chine dans le
commerce mondial a augmenté rapidement pendant les dix dernières années, puisqu’elle
passe de 4,1% en 2000 à 10,9% en 2010. Au contraire, les Etats – Unis ont une part
décroissante du commerce mondial sur la période 2000-2010, même si on peut observer
un léger rebond entre 2009 et 2010.

Graphe 1 : Evolution des acteurs du commerce mondial 2000-2010
Evolution des acteurs du commerce mondial
18%
16%
14%
12% USA
Chine, Rép. pop.
10%
Allemagne
8%
ASEAN 6
6% Japon
France
4%
Corée du Sud
2%
Inde
0%
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

Source : GTA COMTRADE-ONU

 En valeur, le commerce global a connu une augmentation spectaculaire entre 2000 et 2010
(+137%) atteignant 27 234 Mds USD. Cette croissance est particulièrement forte pour la
Chine (+527%) et l’Inde (+403%). La croissance de l’ASEAN 6 est légèrement supérieure
à la moyenne mondiale (+147%).


2
Source : GTA (Global Trade Atlas) COMTRADE-ONU
6

Part des pays dans les échanges mondiaux