Tremblante naturelle des petits ruminants :  étude morphologique et immunohistochimique des lésions cérébrales et  recherche de marqueurs cellulaires associés
43 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Tremblante naturelle des petits ruminants : étude morphologique et immunohistochimique des lésions cérébrales et recherche de marqueurs cellulaires associés

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
43 pages
Français

Description

Niveau: Supérieur
MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE Présenté par Sébastien ALLIX Pour l'obtention du diplôme de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes Tremblante naturelle des petits ruminants : étude morphologique et immunohistochimique des lésions cérébrales et recherche de marqueurs cellulaires associés Soutenu le 16 décembre 2005 devant le jury suivant : Madame DEMIGNOT Sylvie Présidente Monsieur VERDIER Jean-Michel Rapporteur Monsieur BRUGERE Henri Examinateur Monsieur FOURNIER Jean-Guy Examinateur Monsieur ADJOU Karim Examinateur Laboratoire de Vieillissement Cérébral et Pathogenèse des Maladies Neurodégénératives Ecole Pratiques des Hautes Etudes Directeur : Prof. VERDIER Jean-Michel Laboratoire de Physiologie Thérapeutique Laboratoire de Pathologie du Bétail Directeur : Prof. BRUGERE Henri Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort EPHE Banque de Monographies SVT 1

  • réactions aux agents chimiques

  • marqueurs moléculaires des esst

  • encéphalopathie spongiforme bovine

  • maladie

  • immunohistochimie

  • couverte de la transmission de l'esb

  • esst

  • transmission de la maladie


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 décembre 2005
Nombre de lectures 49
Langue Français

Exrait

 
MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE   ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES   Sciences de la Vie et de la Terre    MEMOIRE  Présenté par  Sébastien ALLIX  Pour l’obtention du diplôme de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes   Tremblante naturelle des petits ruminants : étude morphologique et immunohistochimique des lésions cérébrales et recherche de marqueurs cellulaires associés     Soutenu le 16 décembre 2005 devant le jury suivant :  Madame DEMIGNOT Sylvie Présidente Monsieur VERDIER Jean-Michel Rapporteur Monsieur BRUGERE Henri Examinateur Monsieur FOURNIER Jean-Guy Examinateur Monsieur ADJOU Karim Examinateur   Laboratoire de Vieillissement Cérébral et Pathogenèse des Maladies Neurodégénératives Ecole Pratiques des Hautes Etudes Directeur : Prof. VERDIER Jean-Michel verdier@univ-montp2.fr  Laboratoire de Physiologie Thérapeutique Laboratoire de Pathologie du Bétail Directeur : Prof. BRUGERE Henri Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort hbrugere@vet-alfort.fr      
    RESUMÉ      La tremblante naturelle des petits ruminants fait partie du groupe des encéphalopathies spongiformes transmissibles (ESST) ou maladie à prions. Les ESST sont des maladies neurodégénératives à évolution  dont l’issue est toujours fatale. Chez l’Homme, les ESST connues sont le Kuru, la maladie de Creutzfeldt-le syndrome de Gertsmann-Sträussler-Scheinker et l’insomnie fatale familiale. Chez l’animal, la maladie la connue du grand public est l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) dite maladie de la « vache folle ». La de la transmission de l’ESB à l’Homme avec le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob a prendre conscience de l’intérêt d’étudier les maladies à prions animal et de leur diagnostic sur le terrain comme laboratoire. La maladie est confirmée par des étudespost-mortem du les système nerveux central en utilisant  d’histologie, d’immunohistochimie et de biochimie. L’examen anatomopathologique de l’encéphale la mise en évidence des lésions caractéristiques de la maladie reste donc nécessaire en l’absence de testante-de dépistage. De plus, la recherche de nouveaux marqueurs biochimiques associés aux ESST permettraient  mieux comprendre les processus physiopathologiques impliqués dans les maladies à prions mais aussi de des nouveaux tests de dépistage. Dans ce travail, nous avons étudié, après avoir confirmé la maladie par histologie, immunohistochimie  chez nos animaux, un nouveau marqueur déjà décrit dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob : l’a-Nos résultats mettent en évidence pour la première fois chez les petits ruminants une augmentation de de l’a-synucléine chez les animaux malades par rapport aux animaux témoins. La suite de ce travail s’inscrit dans l’étude des mécanismes moléculaires afin de comprendre le rôle l’a-synucléine pourrait jouer dans la pathogénie des maladies à prions      MOTS-CLES : ESST, Prion, PrPsc, a-synucléine, Tremblante naturelle, Ovin, Caprin, Murin, Système nerveux central, Spongiose, Gliose, Vacuolisation neuronale.
            
 «Il existe un mystère au sujet de la tremblante qui fait de cette maladie un sujet impopulaire de recherche ; les incertitudes défient tellement les certitudes qu’elle sera peut-être classée parmi les maladies extraordinaires […]. Non seulement les lésions de la tremblante sont peu convaincantes mais les signes cliniques sont longs et obscurs et la période d’incubation varie de quelques mois à plus d’un an. Outre […] ses effets sur les exportations anglaises de mouton, son intérêt scientifique réside dans le fait ’elle puisse constituer un nouveau concept de genèse d’une maladie.» qu    Anthony Palmer (1957) SommaireTABLE DES MATIÈRES 1  Liste des figures, tableaux et planches 5 Liste des abréviations 6  * * *           PREMIERE PARTIE : étude bibliographique   1. INTRODUCTION 7  2. GENERALITES  2.1. Les ESST humaines  2.1.1. Le Kuru 9  2.1.2. La maladie de Creutzfeldt-Jakob  2.1.1.1. La forme sporadique 10  2.1.1.2. La forme familiale 11  2.1.1.3. La forme iatrogène 11  2.1.3. Le syndrome de Gertsmann-Sträussler-Scheinker 12  2.1.4. L’insomnie fatale familiale 13  2.1.5. Le nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob 13  2.2. Les ESST animales   2.2.1. La tremblante naturelle des petits ruminants 15  2.2.1.1. La forme classique a.     Signes cliniques 15 b.     Diagnostic 16 c.     Influences génétiques chez les ovins 16 d.     Influences génétiques chez les caprins 17 e.     Transmission de la maladie 17 f.      Epidémiosurveillance 18 g.      19Protection du consommateur
 
  
2.2.1.2. Les formes atypiques a.     La forme Nor98 19 b.     Histopathologie et biochimie de l’agent 19 c.      20Influences génétiques d.     Les autres formes atypiques 20 2.2.2. L’encéphalopathie spongiforme du vison 21    2.2.3. L’encéphalopathie spongiforme bovine  2.2.3.1. Origine 22  2.2.3.2. Epidémiologie 22  2.2.3.3. Signes cliniques 22  2.2.3.4. Diagnostic 23  2.2.3.5. Transmission expérimentale 23  2.2.3.6. Moyens de lutte 24  2.2.4. Les autres encéphalopathies spongiformes animales  2.2.4.1. L’encéphalopathie des ruminants sauvages vivants en captivité 24  2.2.4.2. L’encéphalopathie spongiforme féline 25  2.2.5. La maladie du dépérissement chronique des cervidés  2.2.5.1. Origine 26  2.2.5.2. Signes cliniques 26 2.2.5.3. Diagnostic 27  2.2.5.4. Transmissions 27  2.2.5.5. Influences génétiques 28  2.2.5.6. Stratégie de lutte 28
2.3. Les ESST expérimentales   2.3.1. La notion de souche  2.3.1.1. Durée d’incubation 30  2.3.1.2. Profils lésionnels 30  2.3.2. La notion de barrière d’espèce 31  2.3.3. Le typage de souche  2.3.3.1. La caractérisation de l’ESB 31  2.3.3.2. La caractérisation des souches de tremblante 32  2.4. Les marqueurs moléculaires des ESST   2.4.1. Les marqueurs spécifiques  2.4.1.1. La PrP cellulaire a.     Structure 33 b.     Biosynthèse 33 c.      34Répartition cellulaire d.     Rôle(s) 34 2.4.1.2. La PrP anormale 35 2.4.1.3. Les différences entre la PrPc et la PrPres 35  2.4.2. Les marqueurs non spécifiques  2.4.2.1. La protéine acide des gliofilaments 35  2.4.2.2. Les autres protéines associées au ESST a.      36La protéine 14-3-3
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents