UNIVERSITE DE PARIS PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D

UNIVERSITE DE PARIS PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME Les impacts du changement climatique dans les sites du patrimoine mondial Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du Diplôme de Paris Panthéon Sorbonne Master professionnel Tourisme 2e année Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels Par Mademoiselle Victoire Dorise Directeur du mémoire Monsieur Valéry Patin Membres du jury Session de septembre

-

Documents
138 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Supérieur, Master

  • mémoire

  • mémoire - matière potentielle : professionnel


0 UNIVERSITE DE PARIS 1 – PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME « Les impacts du changement climatique dans les sites du patrimoine mondial » Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du Diplôme de Paris 1 – Panthéon Sorbonne Master professionnel Tourisme (2e année) Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels Par Mademoiselle Victoire Dorise Directeur du mémoire : Monsieur Valéry Patin Membres du jury : Session de septembre 2010

  • risques climatiques

  • destination touristique

  • stratégie de prévention des risques du centre du patrimoine mondial

  • application au patrimoine naturel

  • touristique des sites culturels

  • changement climatique

  • site du patrimoine mondial


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 septembre 2010
Nombre de visites sur la page 71
Langue Français
Signaler un problème
UNIVERSITE DE PARIS 1 – PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D’ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME «Lesimpacts du changement climatique dans les sites dupatrimoine mondial »Mémoire professionnel présenté pour l’obtention du Diplôme de Paris 1 – Panthéon Sorbonne e Master professionnel "Tourisme" (2 année) Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels
Par Mademoiselle Victoire Dorise
Directeur du mémoire : Monsieur Valéry Patin
Membres du jury :
Session de septembre 2010
0
Sommaire général Introduction 1.Les biens de la Liste du patrimoine mondial sont soumis à  un risque climatique
1.1.Quel changement climatique ? 1.1.1.Aperçu du changement climatique 1.1.2.Actions de l‘UNESCO 1.2. Risque climatique selon la localisation 1.3. Risque climatique selon la nature des biens1.3.1. Les biens naturels 1.3.1.1. Présentation des sites naturels de la Liste 1.3.1.2. Les principaux impacts 1.3.1.3. Les écosystèmes terrestres 1.3.1.4. Les écosystèmes montagneux 1.3.1.5. Les écosystèmes marins 1.3.2. Les biens culturels 1.3.2.1. Définition des biens culturels 1.3.2.2. Les principaux impacts 1.3.2.3. L’apport de l’ICOMOS 1.3.2.4. Un exemple : les effets du changement  climatique sur le patrimoine architectural en terre
 5
 9
 9  9  10
 11
 12  13  13  13
 14  16  17  18  19
 19  23
 25
1
2. Prévention des risques et gestion touristique
 27
2.1. Les biens du patrimoine mondial sont des destinations touristiques dépendantes du climat 27 2.1.1. Changement climatique et destinations touristiques 27 2.1.2. Le climat, une ressource essentielle au tourisme 28 2.1.3. Les effets du changement climatique dans une destination  touristique européenne : les Alpes 29 2.1.4. Le cas de l’Outre-mer français : les récifs coralliens en danger 32 2.2. Deux critères essentiels pour la valorisation touristique d’un site  du patrimoine mondial : l’emplacement géographique et la  nature du bien 34 2.2.1. L’impact de l’effet de serre sur les ressources non  climatiques du tourisme 34 2.2.2. Un risque indirect : l’exemple de l’impact sur la gastronomie viticole 35 2.3. Trouver des solutions ? Des Mesures d’adaptation 37 2.3.1. Plans de gestion des sites du patrimoine mondial 37 2.3.2. Application de réactions de gestion adaptées 38 2.3.2.1. Application au patrimoine naturel : le problème de la résilience 38 2.3.2.2. Atténuation dans le patrimoine culturel 42 2.3.2.3. Un risque d’effets sur les conditions d’intégrité des  sites de la Liste 44 2.4. La prise en compte du changement climatique dans les pratiques touristiques 45  2.4.1. Des recherches menées à l’échelle internationale 45  2.4.2. Une redistribution des flux à travers les systèmes de  transports 47  2.4.3. Le rôle des tours opérateurs 49
2
2.4.3.1. Atténuer les risques climatiques 2.4.3.2. Le changement climatique et tourisme « éthique »
3. Communiquer sur le changement climatique dans les sites du  patrimoine mondial
 49  50
 54
3.1. Traitement de l’information et impacts sur la symbolique de la Liste 54 3.1.1. Transmettre les valeurs du patrimoine ? 54 3.1.2. Implications dans le cadre de laConvention du patrimoine mondial 56 3.1.2.1. Valeur universelle exceptionnelle et intégrité des sites 56 3.1.2.2. Traitement de l’information, faut-il repenser les critères  de la Liste ? 60 3.2. Le patrimoine mondial, vecteur universel pour un travail en réseau 62 3.2.1. Coopération entre les différentes Conventions Internationales 62 3.2.2. « Hotspots » et patrimoine mondial 64 3.2.3. Coopération avec des organismes nationaux 65 3.3. Les valeurs du patrimoine mondial : valeurs locales et valeurs  universelles ? 68 3.3.1. Niveau des actions 68 3.3.2. Les sites du patrimoine mondial sont-ils des sites d’accueil ? 69 3.3.3. Les impacts sociaux et économiques du changement climatique 71 3.3.3.1. Interconnexion des effets physiques, sociaux et culturels 71 3.3.3.2. Les effets du changement climatique à Londres : le coût du changement climatique 72
3
 117
 116
 81
 74  75
 120
4
 118
Tableau des entretiens
Bibliographie
Annexes
Rapport de synthèse
Liste des photographies
Liste des figures
 78
Conclusion
3.4. Communiquer sur les désastres climatiques3.4.1. Stratégie de prévention des risques du Centre du  Patrimoine Mondial 3.4.2. Risque climatique et accueil touristique
 74
 93
Introduction
La lutte contre le changement climatique est l’un des plus grands défis de ce siècle. Le changement climatique a des conséquences sur les humains, les animaux, les plantes et les environnements naturels – des profondeurs de l’océan jusqu’aux sommets des montagnes. On estime que le taux actuel d’émissions de gaz à effet de serre entraînera une augmentation moyenne supérieure de 2 C° des températures mondiales – ce qui modifiera probablement de manière irréversible toute la vie sur terre. Le changement climatique aura un réel impact sur l’environnement, la santé et la sécurité des humains. L’augmentation du niveau des mers, les feux de forêt, les inondations, les sécheresses et les tempêtes seront des phénomènes plus fréquents et 30% des espèces animales et végétales de la planète pourraient disparaître.
Alertés par les catastrophes qui pourraient être engendrées, de nombreux pays se sont engagés à lutter contre le réchauffement climatique. Des études et des
plans de protection sont lancés à l’échelle planétaire (protocole de Kyoto en 1997 ou sommet de Copenhague en 2009), comme aux échelles nationales. Prenant en considération les rapports et évaluations du Groupe 1 Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat (GIEC) et le travail réalisé dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) quant à l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques ; l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture) a adopté unefaire face auStratégie pour
1 L’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies
pour l’environnement (PNUE) ont créé, en 1988, le Groupe d’experts
intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Le GIEC est un organe intergouvernemental qui est ouvert à tous les pays membres de l’ONU et de l’OMM.
5
23 changement climatique, puis unPlan d’action et enfin unPlan d’action 4 renforcé .Le Plan s’articule sur trois axes : i.établir et tenir à jour la base de connaissances sur le changement climatique : analyse scientifique, évaluation, surveillance et alerte précoce ; ii.promouvoir l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ce phénomène, notamment grâce à une meilleure éducation et à la sensibilisation du public ; iii.faire de l’UNESCO une organisation climatiquement neutre. L’une des principales priorités de la Stratégie est « la promotion de l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à ce phénomène par une meilleure éducation et la sensibilisation du public » (partie 3), et c’est dans ce cadre que rentrent ses recommandations concernant les sites du patrimoine mondial. « Conscient que les effets du changement climatique touchent de nombreux sites du patrimoine mondial et en toucheront probablement bien d’autres à l’avenir, le Comité intergouvernemental du patrimoine mondial a demandé au Centre de l’UNESCO pour le patrimoine mondial et à ses organes consultatifs d’étudier les effets du changement climatique sur le patrimoine mondial et de réfléchir aux stratégies qui permettraient d’y faire face » (partie 3, point 43).
Le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir. Ce qui rend exceptionnel le concept du patrimoine mondial, c’est son application universelle. Les sites du patrimoine mondial appartiennent à tous les peuples du monde, sans tenir compte du territoire sur lequel ils sont situés. C’est pourquoi une série de recherches a débutée pour analyser les effets du changement climatique et y trouver des adaptations. Une étude a fait suite aux
2 UNESCO, 180 EX/16 Rev., 2007.
3 UNESCO, 181 EX/15, 2008.
4 UNESCO 182 EX/INF.7, 2009.
6
travaux de l’UNESCO en 2006, intituléePredicting and Managing the Impacts of Climate change on World Heritage (Prévoir et gérer les incidences du changement climatique sur le patrimoine mondial), puis laStrategy to assist State Parties to implement appropriate management responses (Stratégie pour aider les Etats Parties à appliquer les mesures de gestion appropriéesEn ). 2007, une compilation de 26 études de cas concernant les effets du changement climatique sur le patrimoine mondial a été établie et largement diffusée afin de sensibiliser un large public. En octobre 2007, l’Assemblée générale des Etats parties à la Convention du patrimoine mondial a adopté un texte intituléPolicy Document on the impacts of climate change on World Heritage properties(Document d’orientation sur les
incidences du changement climatique sur les biens du patrimoine mondial). Ce document souligne qu’il importe d’établir des synergies avec d’autres conventions et organisations internationales et présente les aspects juridiques des mesures qui permettraient de faire face aux problèmes en présence. Ainsi, les préoccupations suscitées par le changement climatique ont été intégrées dans les divers mécanismes et processus opérationnels de la Convention.  Sur la base de ces recommandations et des documents établis par l’UNESCO et le World Heritage Center, ainsi que le texte de la Convention du patrimoine Mondial de 1972, les organes consultatifs de l’UNESCO pour le patrimoine Mondial ont établi une série de recherches. Le Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS), l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et dans une moindre mesure le Conseil International d’études pour la Conservation et la restauration des Biens Culturels (ICCROM) ont commencé la diffusion de leurs travaux.
Cette recherche de l’impact des changements climatiques ne fait que débuter, mais déjà les documents relatifs à leurs impacts négatifs affluent. Notre étude va s’attacher à analyser les moyens, études et communication de l’UNESCO, du
7
Centre du Patrimoine Mondial, de l’ICOMOS et de l’UICN, à ce sujet. Les exemples diffusés seront des biens du patrimoine mondial, on peut espérer que leur variété fera apparaître des moyens variés et efficaces de protection contre les changements climatiques. La problématique retenue pour cette étude sera l’analyse des effets du changement climatique et les réponses apportées par les sites de la Liste du patrimoine mondial.
Partant du principe qu’il n’existe pas une compréhension commune des changements climatiques et du risque réel qu’ils engendrent pour les biens du patrimoine mondial, la première partie est destinée à définir les impacts du changement climatique dans les sites du patrimoine mondial. Dans un second temps, nous analyserons les systèmes de gestion des risques climatiques et leurs liens avec la demande touristique dans les sites du patrimoine mondial. Enfin, la dernière partie sera consacrée aux réponses du Centre du patrimoine mondial face à l’évolution qu’implique le changement climatique dans les sites d’une valeur exceptionnelle, et spécialement la communication qui en est faite.
8
1. Les biens de la liste du patrimoine mondial sont soumis à un risque climatique
1.2.Quel changement climatique ? 1.2.1.Aperçu du changement climatique
Le Centre du Patrimoine Mondial (CPM) de l’UNESCO a commencé une évaluation des impacts du changement climatique en 2005, après que le Comité du patrimoine mondial eut noté que « les effets des changements climatiques touchent de nombreux biens du patrimoine mondial et risquent d’en toucher 5 bien davantage qu’ils soient culturels ou naturels, dans les années à venir ».
Le changement climatique touchera effectivement tous les points du globe et aura des impacts que le Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat a catégorisé en 4 principaux : -une élévation de 1,4 à 5,8 C° d’ici 2100 des températures mondiales, -une intensification du cycle hydrologique avec une intensité accrue des évènements pluvieux, mais en même temps des sècheresses plus fréquentes dans les zones arides et semi-arides,
-une élévation du niveau des mers de 0,09 à 0,88 m. à l’horizon 2100 6 -une fréquence accrue des ondes de tempête à l’échelle locale .
Faisant suite à l’élévation des températures atmosphériques (« réchauffement de la planète), de nouvelles modifications des conditions géophysiques sont à prévoir. Cependant, l’ampleur de l’élévation future des températures est difficile à projeter avec certitude étant donné que les connaissances scientifiques des
5 e Décision 29 COM 7B.a.Rev adoptée à la 29 session du Comité du patrimoine mondial,
Durban, Afrique du Sud, 2005.
6  Groupe intergouverneme ntal d’experts sur l’évolution du climat. Troisème rapport d’évaluation du Groupe de travail II sur les conséquences du changement climatique, adaptation et vulnérabilité, 2001. (Annexe 1)
9
processus sont incomplètes et que les facteurs sociaux et économiques qui vont influencer l’ampleur de ces élévations à l’avenir sont également incertains. Certaines conséquences potentielles extrêmes restent donc floues, comme la fonte à long terme de la nappe glaciaire du Groenland, la forte réduction de la nappe de glace de l’Antarctique Ouest et la modification du Gulf Stream dans l’Atlantique Nord.
1.1.2. Actions de l‘UNESCO
Comme nous l’avons vu, après un premier constat des effets du changement climatique, l’UNESCO a émis plusieurs documents de référence :Stratégie pour 7 faire face au changement climatique,Plan d’actionet lePlan d’action renforcé, puis en 2006,Predicting and Managing the Impacts of Climate change on World Heritage (« Prévoir et gérer les incidences du changement climatique sur le patrimoine mondial ») ainsi que sur laStrategy to assist State Parties to implement appropriate management responses (Stratégie pour aider les Etats
Parties à appliquer les mesures de gestion appropriées). En 2007, la Convention du patrimoine mondial a diffuséPolicy Document on the impacts of climate change on World Heritage properties (Document d’orientation sur les incidences du changement climatique sur les biens du patrimoine mondial). Ce document définit les principales priorités de la recherche s’agissant des sites du patrimoine mondial, l’objectif étant de les utiliser comme des laboratoires pour surveiller les effets du changement climatique à long terme et tester des mesures d’adaptation novatrices. Des études et questionnaires ont ainsi été mis en place avec l’aide des organes consultatifs de l’UNESCO pour les biens du patrimoine mondial. L’International Council On Monuments and Sites (ICOMOS) a créé un Observatoire des effets du changement climatique en 2009, dans le but de « comprendre mieux et le plus tôt possible, les phénomènes et tendances qui affecteront le patrimoine
7  UNESCO, 180 EX/16 Rev., 2007 ; UNESCO, 181 EX/15, 2008 et UNESCO, 182 EX/INF7, 2009.
10