Analyse du roman Bel Ami

Analyse du roman Bel Ami

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Vous avez besoin d'une analyse du roman Bel Ami de Maupassant, alors ce document est fait pour vous. Vous trouverez tout ce qu'il vous faut.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 5 786
Langue Français
Signaler un problème

Analyse de Bel-Ami.
1) Le cadre spatio-temporel, le contexte historique et ses caractéristiques.
Le cadre temporel de l’histoire est le même que celui de l’auteur. Ce qui veut dire que
Maupassant a écrit Bel-Ami dans un contexte historique qu’il connaissait très bien car il vivait dans Paris en
1880. Une petite dizaine années avant ( 1870) s’est déroulé la guerre Franco Prussienne. Ce qui a comme
conséquence que la France devient une république en 1875. Il s’agira de la IIIe république.
Le roman se déroule en un peu plus de trois ans. Il y a deux parties significatives dans le roman. La
première partie ou Duroy est très pressé et veut accéder directement a la fortune ( +- 8 mois) Et une deuxième ou
il comprend qu’il doit prendre son temps et ne pas trop brusquer les choses. ( +- 2 ans et demi).
Au moment ou Madame Walter est la maîtresse de Duroy, elle lui annonce certains évènements
qui vont se dérouler, et ils sont tirés de faits réels. Par exemple de l‘« explosion » de l’union générale ( une
grande banque), et qui va entraîner une ruine des spéculations faites par des milliers de bourgeois. Ensuite, il y a
la campagne du Maroc (de Tunisie pour les faits réels) qui est dirigées discrètement par les banques qui
manipulent le gouvernement.
Mais, il y a sans doute quelques petites différences entre le roman de Maupassant et la réalité car
l’auteur voit cette période d’une manière très pessimiste et en disant que rien de bon n’a été fait ! Alors qu’il y a
quand même eu des gens de la trempe de Jules Ferry et de Gambetta qui ont développé le domaine scolaire.
D’ailleurs Maupassant revient un peu sur ses critiques lors de son denier voyage en Tunisie ou il est obligé de
constater l’effet positif de la colonisation.
Il y a par moment une vraie ressemblance entre la vie de Maupassant et le roman. Par exemple, il
est né en Normandie, à l’instar de Duroy. Il a travaillé au Gaulois et le Gil Blas qui sont deux journaux parisiens
parlant essentiellement de politiques. Ils peuvent être comparés à la Vie Française.
2) Quelles caractéristiques sociales sorts du roman ?
La première caractéristique sociale qui ressort du roman me paraît claire. Il s’agissait d’une société
qui était prête a tout pour réussir et faire fortune. Tout est bon pour réussir et rien n’est laissé au hasard. D’ailleurs
M.Forestier dit : ‘ Il vaut mieux ne pas avoir de lit que de ne pas avoir d’habits.’ Ceci montre clairement que
l’apparence est très importante. Si l’on n'est pas habillé comme il le faut, il est impossible de réussir.
La deuxième critique est l’importance de la presse. Elle est presque la chose la plus importante car
elle régit tout ! C’est grâce aux articles de Monsieur du Roy de Cantel que le gouvernement tombe. Et qui va
devenir ministre ? Laroche-Mathieu. Un homme qui venait souper 2 fois par semaines dans le salon de Mme
Forestier et qui était dans la poche du directeur de La vie Française.
Nous pouvons aussi parler des femmes et a leurs utilisations. Les femmes du roman ne serve qu’a
augmenter plus rapidement dans la société. Pour Duroy, chaque femme conquise est égal a une nouvelle
progression dans sa course a la fortune. La première fut Rachel et elle lui a montré qu’il pouvait se servir de sa
séduction pour faire craquer les femmes les plus huppés de la société. Et comme le dit Forestier ‘ sais-tu que tu
as vraiment du succès auprès des ? Il faut soigner ça. … . C’est encore par elles qu’on arrive le plus vite.’
Ensuite il y a Mme de Marelle, qui est mariée, qui l’entretien lorsque son salaire de chroniqueur ne lui suffit pas
pour vivre. Après la mort de Forestier, Duroy saute sur l’occasion pour déclarer sa flamme a Mme Forestier
qui, après un temps de réflexion, accepte sa demande en mariage. Là il devient le nouveau Forestier. D’ailleurs,
tout le monde s’amuse à l’appeler Forestier. Il commence à gagner beaucoup d’argent, mais cela ne lui suffit
plus ! Il va même sortir avec la femme du patron mais celle-ci va bien vite l’ennuyer, malgré qu’elle lui donne
quelques informations croustillantes. Ensuite Il y a Suzanne, la fille de son ancienne maîtresse. Celle-ci va le
mener à la fortune totale.
3) Retrouves-t-on les 6 critères d’un roman d’apprentissage ?
Jeune héro, qui vit expérience formatrice accompagnée d’une ascension sociale, en passant de la
campagne vers la ville, aidé par un mentor, et avec un écart entre l’idéal imaginé et la réalité. Jeune : Georges Duroy est encore jeune, il n’a pas encore fait sa vie. Il a un travaille qui ne le satisfait pas,
et il rêve de devenir plus riche. Il est un ancien sous-officier et c’est la seule éducation qu’il ait reçue, car
étant né à Canteleu, il n’ pas pu en recevoir. Il n’est pas bachelier non plus, ayant échoué deux fois.
 Mentor : Il n’en a pas, il tire à certains moments du profit de Forestier, sa femme ou Mme Walter, mais
Duroy s’en sers pour se hisser au sommet de la société et les largues une fois qu’elles sont devenues des
boulets pour lui. La seule femme qu’il garde tout au long de son histoire, c’est Mme de Marelle, car il
l’aime vraiment et ces sentiments sont réciproques.
 Ville campagne : Nous savons que Duroy est né à Canteleu. Son enfance n’est pas décrite dans le
roman, mais on suppose qu’il est directement allé en Algérie avec l’armée et puis qu’il a atterris à Paris.
 Expérience formatrice : Il apprend à connaître le Monde de Paris grâce au journalisme, et arrive à séduire
des femmes qui le ferons grimper dans la société (Rachelle lui fait découvrir son pouvoir de séduction,
Mme de Marelle le soutiens financièrement à certains moments, Mme Forestier va l’aider dans son
ascension au sein du journal et va lui faire hériter du conte de Vaudrec.)
 Ascension sociale : Georges Duroy commence son ascension en quittant son emploie au bureau des
chemins de fer du Nord et en rentrant dans la rédaction du journal La Vie Française. Il va alors monter en
grade petit à petit et finalement s’appeler Georges du Roy de Cantel, être le rédacteur en chef du journal
(devenu un des plus importants de Paris) et être marié à la fille de son patron millionnaire.
 Idéal % réalité : La vie de Duroy, avant qu’il ne devienne un journaliste renommé, est décrite comme
misérable, ou il vit dans la misère (ne sachant pas toujours manger à sa faim et n’ayant pas toujours un
habit convenable). La réalité dépasse les espérances de Georges, autant sentimentalement que
professionnellement car jamais il ne se serait imaginé dans une position tel que sa position à la fin du
roman (marié et chef de rédaction). Et encore, le roman laisse sous-entendre qu’il deviendra ministre ou
député.
4) Cernez quel est l’apprentissage fait par le personnage. (sait-il se servir des codes, … ?)
Femmes, duel, journalisme, géré argent,
5) Quel est le genre littéraire qui caractérise le roman? A quelle époque a-t-il été écris? Quel est le pacte de
lecture ?
C’est un roman d’apprentissage du genre narratif. Maupassant a écrit Bel-Ami dans un contexte
historique qu’il connaissait très bien car il vivait dans Paris en 1880.
Pacte de lecture : « … ces regards de joli garçon…Les femmes avaient levé la tête vers lui… » Maupassant
annonce que le héros est un bel homme et que les femmes lui trouvent quelque chose de spécial, ce qui va susciter
un attente particulière de la part du lecteur. « Il avait l'air de toujours défier quelqu'un » Le héros est fier et veut
être imposant. « Un désir aussi le travaillait, celui d'une rencontre amoureuse. » Cette phrase (et le paragraphe qui
suit) confirme qu’il y aura des histoires de cœur.
6) Comment se positionne le narrateur? Quelle focalisation utilise-t-il et pourquoi faire ?
L’histoire n’est pas racontée par un personnage, mais par un narrateur. Maupassant est le narrateur.
Il connaît les pensées de tous les personnages, car il les a crées et ‘sculptées’ lui-même.
Il se focalise sur l’âme de ses personnages et sur son époque ? Sur le pouvoir de la presse ?