Etude analytique de la scène 7, Acte III - le jeu de l

Etude analytique de la scène 7, Acte III - le jeu de l'amour et du hasard, Marivaux

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Téléchargez ce document pour découvrir l'étude analytique de la scène 7, Acte III - le jeu de l'amour et du hasard de Marivaux

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 406
Langue Français
Signaler un problème
Marivaux,Le jeu de l’amour et du hasard, Acte III, scène 7
Importance des rapports maître-valet dans cette scène, d’autant plus perceptible que Dorante est le dernier à être trompé.
1. L’apparence trompeuse: Thématique du vêtement (champ lexical important), présenté ici comme un révélateur de l’amour qui ne s’embarrasse pas de considérations de classe:avec la casaque sur le corps, avec une souguenille / je n'ai pas besoin de votre friperie. Le vêtement est mis en rapport direct avec le nom (un habit d'ordonnance/chacun a son nom dans la vie, chacun a son habit: parallélisme) : le nom comme le vêtement masque la vérité de l’être quin’est pas dans la position sociale mais dans le mérite personnel. C’est l’annonce, au niveau des valets, de la phrase de Dorante (scène 8: “Le mérite vaut bien la naissance”).
2. Jeu grinçant d’Arlequin : Importance des connotations guerrières chez Arlequin qui traduisent une certaine agressivité derrière la plaisanterie:un habit d'ordonnance(= uniforme) /la casaquemanteau (ancien militaire) /Par la ventrebleu(juron militaire) /je n'ai pas besoin de votre friperie pour pousser ma pointe(langage de l’escrime). Mépris appuyé de la part d’Arlequin, qui n’est pas forcément que de la plaisanterie (un honnête homme ne prend pas garde à une chambrière: je vous cède ma part de cette attention-là. / votre soubrette / je vous recommande Bourguignon, c'est un garçon qui a quelque mérite).
3. Des revendications sociales ? Arlequin n’a jamais aussi bien joué la comédie, bien que son langage reste partiellement celui d’un valet, avec ses tours populaires et familiers:Pardi oui / Tant y a que je vais la demander en mariage / un amour de ma façon n'est point sujet à la casse(l’expressionà la casses’applique communément aux valets licenciés)ah, le bon homme, nous l'avons dans notre manche / la / meilleure pâte d'homme. Mais on discerne dans ce passage des parlures qui sont directement empruntées au langage des maîtres et qu’Arlequin fait siennes :cela ne laisse pas que d'être gracieux / nous vivrons but à but(locution empruntée au jeu de paume). On discerne même une certaine revendication sociale à travers la critique du comportement de Dorante:un honnête homme ne prend pas garde à une chambrière/Vos petites manières sont un peu aisées, mais c'est la grande habitude qui fait cela. Thématique de la folie qui marque dans le texte un bouleversement des valeurs normales de la société de l’époque: :la folie amoureuse (élément traditionnel de la maladie d’amourLa voilà bien malade) ; la folie socialement marquée devant l’absurdité de la situation dans le cadre d’un système matrimonial normal, de la part de Dorante (dont de nombreuses répliques sont sous forme interrogative) qui ne sait plus où il en est (cela n'est pas concevable) ou du valet (Quel extravagant !/la tête te tourne).
Conclusion:  Unface à face qui serait inquiétant si l’on ne savait que tout cela n’est que comédie: à la vision élitiste de Dorante, Arlequin oppose un monde de désordre et de folie où il est possible que le rang social ne dépende pas du mérite personnel, où un simple valet peut séduire une fille de bonne famille.