Etude analytique sur Les Fleurs du Mal

Etude analytique sur Les Fleurs du Mal

-

Documents
24 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Document avec une étude analytique approfondie de grande qualité. Vous trouverez dedans plein d'informations sur les Fleurs du Mal de Baudelaire, ce qui facilitera votre révision.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 1 375
Langue Français
Signaler un problème

Baudelaire Les Fleurs du Mal
Sommaire
page
1 LE MOUVEMENT ROMANTIQUE ____________________________________________________1
1.1 Etymologie du mot romantique______________________________________________1
1.2 Les thèmes du romantisme _________________________________________________1
1.3 Définition du __________________________________________________2
2 LE SYMBOLISME ET LES CORRESPONDANCES ______________________________________3
2.1 Le symbolisme __________________________________________________________3
2.2 Les correspondances ______________________________________________________3
3 LA BIOGRAPHIE DE CHARLES-PIERRE BAUDELAIRE _________________________________4
4 ASPECTS STRUCTURELS ET THÉMATIQUES DE L’ŒUVRE ____________________________5
4.1 Introduction _____________________________________________________________5
4.2 Développement : le contenu de l’oeuvre_______________________________________5
4.3 Conclusion______________________________________________________________6
5 ANALYSE DES DEUX POÈMES6
5.1 Harmonie du soir_________________________________________________________6
5.1.a Vocabulaire du poème ___________________________________________________7
5.1.b Etude du rythme et des sonorités ___________________________________________7
5.1.c Etude des images et des comparaisons ______________________________________8
5.1.d Sens du poème8
5.1.e Signification du titre et structure du poème ___________________________________9
5.1.f Le contenu ____________________________________________________________9
5.1.g Etude du lexique ________________________________________________________9
5.1.h Les thèmes ___________________________________________________________10
5.2 Les aveugles11
5.2.a La forme du poème _____________________________________________________12
5.2.b Pourquoi est-ce un sonnet irrégulier ?______________________________________12
5.2.c Etude méthodique du poème______________________________________________12
6 BIBLIOGRAPHIE_____________________________________ERREUR ! SIGNET NON DÉFINI.
7 ANNEXES _______________________________________________________________________19
7.1 Vocabulaire poétique : Les figures de rhétorique _______________________________19
7.1.a La comparaison _______________________________________________________19
7.1.b La métaphore _________________________________________________________19
7.1.c L’allégorie ___________________________________________________________19
7.1.d La métonymie19
7.1.e La synecdoque ________________________________________________________20
7.1.f La périphrase20
7.1.g L’antithèse20
7.1.h L’antiphrase __________________________________________________________20
7.1.i L’oxymore____________________________________________________________20
7.1.j L’hyperbole21
7.1.k La gradation21Baudelaire Les Fleurs du Mal
7.1.l La litote______________________________________________________________21
7.1.m L’euphémisme_________________________________________________________21
7.1.n L’anacoluthe__________________________________________________________21
7.1.o L’anaphore ___________________________________________________________21
7.1.p Le chiasme22
7.1.q L’ellipse _____________________________________________________________22
7.1.r Le zeugma____________________________________________________________22Baudelaire Les Fleurs du Mal
1 Le mouvement romantique
1.1 Etymologie du mot
Romantique vient de l’anglais, romantic et est employé depuis 1650. Il désigne les
romans de chevaleries, le cycle celtique, le merveilleux. Ancêtres italiens du
romantisme dans le sens merveilleux : Ariost (1532), Le Tasse (La Jérusalem
délivrée, 1580)
Il ne prend pas du tout le même sens que chez Rousseau lorsqu’il dit, en 1776 : Les
rives du lac de Bienne sont plus sauvages et plus romantiques que celles du lac de
Genève.
Au 18è siècle : l’adjectif romantique est un synonyme de romanesque. Il signifie qui
tient du roman, par opposition à la vie réelle.
Ensuite : il désigne un état d’âme, une situation psychologique où domine un
sentiment profond de la nature et de l’imaginaire. Il se dit des lieux, des paysages et
des états d’âmes.
A partir de 1813 : en France, le mot romantique vient à désigner un type de littérature
opposé au classicisme. C’est un vaste mouvement artistique de sensibilité et d’idées,
il est européen qui s’est manifesté surtout en Allemagne, en Italie et en France. Il
faut attendre 1820 pour voir apparaître le premier grand recueil de poésie
romantique : les Méditations poétiques de Lamartine
Ce mouvement prendra fin en 1870 avec le développement des philosophies de
l’inconscient ou de l’irrationnel (Freud, Nietzsche, Schopenhauer) et le
développement des idéologies matérialistes (Proudhon, Marx)
1.2 Les thèmes du romantisme
- Le désarroi, l’inquiétude : L’adolescent, au sortit de l’enfance, éprouve le
sentiment de l’insuffisance du monde, de sa
médiocrité, de sa platitude. Ce sentiment peut re
vêtir plusieurs formes : spleen, mélancolie,
angoisse et il s’allie à la douleur, à la souffrance.
Les romantiques créent le type du héros sombre,
solitaire, révolté contre les hommes et contre Dieu.
Le héros romantique est un être jeune,
s’interrogeant au seuil de la vie, ne sachant qui être
ni que faire.
- La recherche des ailleurs : A ce désarroi répond un besoin d’évasion, une
volonté de fuir hors du monde, de trouver un
univers idéal : rêve, art, amour, paradis artificiels,
voyage réel, l’imaginaire, l’évasion vers le paradis
de l’enfance. Idée qu’il existe qqch. -delà des
apparences, de la vie terrestre, une réalité
essentielle et invisible intérêt pour les traditions
occultes. La théorie des correspondances se
rattache à ces idées.
- 1 -Baudelaire Les Fleurs du Mal
- Un certain sentiment de la nature : Le sentiment romantique de la nature est
celui d’une communion avec elle.
Elle est perçue comme une force vitale et
les romantiques la découvrent comme un
monde mystérieux et fraternel ou comme
une manifestation du divin.
- L’amour : révélation d’un au-delà de beauté et de béatitude, flamme ardente qui
fait vivre.
- La femme : être volontiers divinisé, inaccessible, objet d’un culte.
1.3 Définition du romantisme
- Réaction contre le rationalisme, la philosophie des Lumières, à la mécanisation
de la nature, à la manière de privilégier la raison pour connaître. Le romantisme
privilégie le sentiment, le cœur, l’imagination, le merveilleux, la rêverie, au
nocturne, à la magie. L’intellect est donc limité et laisse sa place à l’intuition,
selon les romantiques, la raison ne suffit pas pour expliquer le monde retour au
pré-rationnalisme.
- Associé à la réaction contre la révolution française pour ensuite s’associer à une
réaction contre les nouveaux courants politiques : libéralisme, nationalisme…
- Implique un retour à la religion, au christianisme ou au moins à une sensibilité
religieuse.
- Volonté d’indépendance, de novation. Rejet des règles et des contraintes
extérieures exaltation de la liberté créatrice et du génie.
- Sources nouvelles d’inspirations : germaniques, celtes, anglo-saxonnes…
- apparaît alors l’idée que le créateur, le poète est un être exceptionnel, distinct du
commun des mortels, pourvu de dons particuliers le poète a une mission
civilisatrice et progressiste. Ce privilège peut être vu comme une malédiction : le
poète est un incompris.
- 2 -Baudelaire Les Fleurs du Mal
2 Le symbolisme et les correspondances
2.1 Le
- Mouvement littéraire et artistique de la fin du XIXe siècle.
- S’oppose au réalisme naturaliste et au Parnasse.
- Le mot symbolisme est né après coup.
- Soutient que l’essentiel est invisible, que le monde apparent masque des réalités
mystérieuses ; que le visible, dans ce qu’il a de meilleur, est toujours symbole de
l’invisible, de l’au-delà, du spirituel.
- Au naturalisme qui prétend représenter la réalité telle qu’elle est, bien pleine et
bien visible. Pour Baudelaire, le naturalisme est une dégradation de la réalité car
il faut être capable d’aller derrière la réalité pour la comprendre vraiment. Son
idéal est l’imitation de la réalité copie de la réalité.
- Aux poètes parnassiens qui étaient soucieux de beauté formelle et qui
oubliaient la mission de la poésie : décrypter le monde, explorer ce qui dépasse
la nature, ce qui résiste à la science, exprimer l’intériorité de l’être humain.
- Pourtant les symbolistes vont utiliser les moyens esthétiques des Parnassiens au
service de leur message spiritualiste.
2.2 Les correspondances
- Due au philosophe mystique suédois Swedenborg : existence de liens mystérieux
entre le monde visible et le monde invisible, entre l’intérieur de l’être humain et
l’univers extérieur…
- Correspondances sensibles, horizontales = synesthésies : Les sens (vue, ouïe,
toucher, goût, odorat) se répondent, ils communiquent entre eux. Elles sont
réversibles.
- verticales : Elles s’établissent entre le monde sensible et le
monde spirituel, entre les sensations et les idées, entre l’ici-bas et l’au-delà.
Technique qui permet à l’homme de s’unir immédiatement à Dieu. Elles sont
irréversibles.
- La mission du poète n’est donc pas de donner un sens au monde mais au
contraire de mettre au jour ce Sens qui s’exprime é travers l’harmonie sensible de
la Nature, perceptible aux différents niveaux de sensations : vue, ouï… Ces
correspondances sensibles traduisent une harmonie universelle. C’est alors que
l’on glisse vers le symbolisme : la poésie, pour rendre compte de l’unité profonde
de l’univers, doit recourir aux symboles, et donc ne peut plus être totalement
explicite.
- 3 -Baudelaire Les Fleurs du Mal
3 La biographie de Charles-Pierre Baudelaire
- 9 avril 1821 : naissance de Charles-Pierre Baudelaire à Paris.
- Perd son père et voit sa mère se remarier avec un commandant qu’il haïssait.
- Sera renvoyé du lycée.
- Rencontre Balzac, Gérard de Nerval, Latouche.
- Départ sur le Paquebot des mers du sud à destination de Calcutta découverte
d’exotisme dont il sera influencé. Voyage avorté.
- Touche l’héritage de son père à sa majorité qu’il dépense rapidement. Il veut
vivre comme un dandy ( dandysme = aristocratisme lié au libertinage, souffrance
des valeurs qui deviennent de plus utilitaires, marginalisation par le haut :
revendication d’une supériorité par rapport à la médiocrité ambiante).
- Fait la connaissance de Jeanne Duval, actrice. Elle représente la sensualité
dangereuse qui conduit l’homme au mal selon Baudelaire.
- Il est mis sous tutelle car il a dépensé la moitié de son patrimoine en deux ans.
Baudelaire restera sous tutelle toute sa vie.
- S’initie au Haschisch ( Club des haschischins ).
- Ecrit son premier poème, A une dame créole, influencé par ses voyages.
- Fait la connaissance de Marie Daubrun, actrice. Elle représente une image
sereine de la femme, la Sœur qui peut être toutefois ambiguë.
- Publication de la première traduction d’Edgar Poe par Baudelaire.
- Ecrit à Mme Sabatier qui elle n’est pas actrice. Baudelaire la voit comme une
Idole.
- Ecrit des notes, dont la publication posthume a été faite en deux séries : Fusées
et Mon cœur mis à nu.
- 1856 : Baudelaire vend Les Fleurs du Mal.
- Mise en vente des Fleurs du Mal. (100 poèmes en 5 partie : Spleen et Idéal,
Fleurs du mal, Révolte, le Vin, la Mort.)
- Pour délit d’outrages à la morale publique, Baudelaire est condamné à une
amende. Le tribunal ordonne la suppression de six poèmes, les Epaves.
- Première crise cérébrale due à la syphilis
- 1861 : Mise en vente de la seconde édition des Fleurs du Mal. ( 126 poèmes,
moins les 6 condamnés, en six parties : Spleen et Idéal, Tableaux parisiens, le
Vin, Fleurs du mal, Révolte, Mort) Poèmes en prose.
- Alerte grave de Baudelaire qui a senti passer sur lui le vent de l’aile de
l’imbécillité.
- 31 août 1867 : Mort de Baudelaire.
- 1868 : Publication de la troisième édition des Fleurs du Mal. ( 151 poèmes moins
Epaves. Cette édition restera la seule autorisée jusqu’en 1917.)
- 4 -Baudelaire Les Fleurs du Mal
4 Aspects structurels et thématiques de l’œuvre
4.1 Introduction
Lorsque Baudelaire dit : « Le seul éloge que je sollicite pour ce livre est qu’on
reconnaisse qu’il n’est pas un pur album, et qu’il a un commencement et une fin. »
En effet, Les Fleurs du Mal ne constituent pas une simple addition de poèmes mais
Baudelaire y a voulu un ordre précis et auquel il tenait beaucoup. Il existe donc une
structure dans l’œuvre.
Celle-ci se compose d’un poème liminaire, Au lecteur, et de six sections de
longueurs différentes.
4.2 Développement : le contenu de l’oeuvre
 Au Lecteur
L’homme est enfoncé dans le péché et Satan triomphe en ce bas monde.
 Spleen et idéal
Curieusement, le plan véritable est l’inverse si l’on se réfère au contenu des poèmes
de cette section
La question fondamentale est : comment l’Homme peut-il échapper au Mal ? En
recherchant l’Idéal :
- Par l’art et surtout par la poésie qui est pour Baudelaire la voie la plus sûre (I à
XXI). On peut distinguer trois mouvements : la grandeur du poète (I à VI), la
misère du poète (VII à XIV) et son idéal de beauté (XVII à XXI)
- Par l’amour : les poèmes de cette partie sont répartis en quatre cycles : Le cycle
de Jeanne Duval, le cycle de Madame Sabatier, le cycle de Marie Daubrun, le
cycle des femmes diverses. Autrement dit, l’album des femmes aimées a été
constitué par Baudelaire en conformité avec sa vie personnelle.
Ces deux tentatives d’échapper au Mal sont vaines et mènent au Spleen.
Spleen et Idéal semblent donc exprimer l’expérience personnelle du poète tandis que
les 5 autres sections évoquent dans une suite des domaines particuliers, une
expérience plus universelle.
Le poète décrit donc la double postulation de son être déchiré entre sa soif d’idéal et
son enlisement dans les tourments du quotidien (=spleen, ennui, tristesse…)
 Tableaux parisiens
Cette section démontre la tentative de la communion humaine, dans le cadre de la
ville.
La description de la ville est un thème tout à fait nouveau. Chez Baudelaire, elle
impose au créateur à la fois sa laideur et son mal mais aussi un lieu magique où se
perdre c’est aussi se retrouver.
 Le Vin
Cette section représente un groupe de poèmes assez anciens dont la signification a
sans doute changé dans l’esprit du poète. En effet, au départ le vin est considéré
comme une récompense pour le peuple qui travaille. Ensuite il est associé aux
paradis artificiels.
- 5 -Baudelaire Les Fleurs du Mal
 Fleurs du Mal
En fer du livre : romantisme macabre, vampirisme, homosexualité féminine.
Baudelaire cherche à provoquer.
 Révolte
Cette section est formée de seulement 3 poèmes qui expriment la misère de
l’homme qui ne peut rencontrer Dieu que par le blasphème. La révolte est présentée
ici comme une fausse sortie car la seule issue qui nous soit offerte pour échapper au
à un monde voué au mal, c’est la mort.
L’auteur se révolte contre Dieu.
 La mort
La mort est saluée sans horreur. La conclusion tombe : toutes les étapes du voyage
se révèlent vaines, toutes sauf une, la mort qui seule délivre de l’ennui. L’idéal
échoue mais la mort apparaît comme une délivrance.
4.3 Conclusion
Selon Baudelaire : « il y a dans l’homme, à toute heure, deux postulations
simultanées, l’une vers Dieu, l’autre vers Satan. » En effet, le poète est béni et il est
maudit ; l’homme est en proie au spleen, et à l’idéal, la femme est un animal, et un
ange ; notre monde est sollicité par l’Enfer, et par le Ciel.
5 Analyse des deux poèmes
5.1 Harmonie du soir
Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.
Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige ;
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir :
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !
- 6 -Baudelaire Les Fleurs du Mal
5.1.a Vocabulaire du poème
Encensoir : Sorte de cassolette suspendue à des chaînettes dans la quelle on brûle
l’encens
Reposoir : Support en forme d’autel sur lequel le prêtre dépose le saint sacrement au
cours d’une procession.
Ostensoir : Pièce d’orfèvrerie destinée à contenir l’hostie consacrée et à l’exposer à
l’adoration des fidèles. = ce qui sauve, idée de Salut.
Harmonie : (est à prendre au sens musical mais aussi dans un sens plus général
d’harmonie universelle) Unité mystique du monde, régi par des
correspondances et des synesthésies.
5.1.b Etude du rythme et des sonorités
 Pantoum traditionnel
Forme empruntée à la poésie malaise souvent utilisée par les romantiques. Ce sont
des quatrains d’octosyllabes ou de décasyllabes à rimes croisées, avec
enchaînement de refrains entrelacés dont chacun n’apparaît que deux fois. Les
deuxièmes et quatrièmes vers de chaque strophe deviennent le premier et le
troisième vers de la strophe suivante. Le dernier vers du poème ferme le cycle en
reprenant le vers initial : AB AB / BC BC / CD CD / GH GH /… / XA XA /
 Pantoum de Baudelaire
ABBA / BAAB / ABBA / BAAB /
Il choisit donc de travailler sur deux rimes qui sont embrassées. Le poème ne se
termine pas par le premier vers.
Baudelaire choisit cette forme car elle lui permet d’exprimer ce qu’il ressent :
- La répétition des vers provoque un effet d’ivresse, d’égarement. Elle suggère le
vertige qu’éprouve le poète. Elle reproduit l’effet incantatoire de la valse. (effet
tournoyant)
- La répétition des vers provoque aussi une répétition de rythmes, et donc de sons.
Cela augmente l’effet d’écho. (harmonie de sonorité)
- On remarque aussi que le nombre réduit de rimes (il n’y en a que deux sortes en
ige et oir) souligne la présence obsessionnelle du soir, véritable leitmotiv sonore
de tout le poème.
- Le mouvement grisant du pantoum reprend, sur le plan musical, l’ivresse du
tournoiement de la valse et donne au poème un effet mimétique.
 Le rythme du vers
- Chaque vers est un alexandrin qui est divisé en deux hémistiches.
- Dans la majorité des cas, les hémistiches sont respectés, la césure (= coupe
centrale du vers) n’est pas au milieu d’un mot = effet d’harmonie, d’équilibre.
- Les mots placés devant ou derrière la césure sont mis en évidence par la
régularité du vers. On remarque que ces places sont souvent occupées par des
verbes qui irradient ainsi leur mouvement dans tout le vers.
- On remarque aussi des effets de chiasme (Valse mélancolique et langoureux
vertige) qui soulignent la relation de cause à effet valse-vertige (encore renforcée
par l’allitération en v) et l’alliance des mots mélancolique et langoureux.
- Diérèse : on dit le vi/olon ce qui provoque un effet d’un déchirement affectif
produit par la musique.
- 7 -Baudelaire Les Fleurs du Mal
 Etude des sonorités
Les assonances en i, son aigu, traduisent les impressions les plus ténues (vibrant
sur sa tige) ou l’acuité de la souffrance (afflige ; fige)
L’allitération en v du vers 1 rend sensible la vibration provoquée par le souffle du
vent. (Voici venir les temps où vibrant sur sa tige)
La fluidité de la valse est enfin rendue par l’allitération des liquides l et r. (Valse
mélancolique et langoureux vertige)
5.1.c Etude des images et des comparaisons
 Les métaphores
- On distingue deux métaphores : celle de la noyade et celle du sang.
- La première présente la dissolution du soleil couchant comme anéantissement.
- Quant à l’image du sang, elle est appelée par analogie entre la couleur rouge et
celle du soleil couchant. Pourtant, elle peut aussi renvoyer à une impression
personnelle : celle de l’arrêt du cœur ; le sang, symbole de la vie, renvoie ici à la
mort.
 Les comparaisons (voir les vers soulignés dans le poème)
- Elles sont plus nombreuses car elles jouent un rôle essentiel.
- La similitude des trois comparants (encensoir, reposoir et ostensoir) frappe. De
plus, tous possèdent la même sonorité finale.
- Conclusion : la comparaison a pour but de nous faire accéder à un autre plan de
réalité, religieux, mystique. (cf. thème : La beauté et la volupté)
5.1.d Sens du poème
 Premières informations
- C’est le soir (voir v. 3).
- Une saison où il y a des fleurs.
- Le poète est à l’extérieur et admire.
- Un violon joue une valse.
- Sa musique est langoureuse et mélancolique.
- Une ambiance se définit.
- Un cœur tendre = Baudelaire
- Le néant = L’ennui, le Spleen, l’angoisse
- Dans le poème, il y a un moment présent où le poète se souvient d’un moment
passé : d’un soir, d’une femme, d’une valse peut-être. La limite entre le présent et
le passé n’est pas définie. On ne sait pas bien à quand se rapportent les
éléments décrits dans le poème (la valse, le coucher de soleil…). Baudelaire
décrit la subtilité de ce phénomène de mémoire.
- 8 -