Fiche de révision BAC Français - Résumé : L’Assommoir de Zola
2 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Fiche de révision BAC Français - Résumé : L’Assommoir de Zola

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement
2 pages
Français

Description

Retrouvez le résumé de L’Assommoir de Zola pour préparer votre Bac de français.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 20 mars 2015
Nombre de lectures 244
Langue Français

Exrait

Nº : 91019
Plan de la Iche
Fiche Cours
FRANÇAIS
1. Contexte de création 2. Comment déInir le projet de Zola ? 3. Résumé
Contexte de création
Toutes séries
Résumé d’œuvre : L’Assommoirde Zola
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
Septième roman du cycle des Rougon-Macquart,L’Assommoir paraît dans le journalLe Bien public en feuilleton en 1876 et en volume en 1877. Il suscite des réactions passionnées. A gauche, le roman apparaît comme un mauvais coup porté au peuple très défavorablement décrit. A droite, c’est la langue du roman qui choque et la presse conservatrice dénonce la «pornographie» de Zola. Mais les jeunes romanciers qui forment l’école naturaliste et publieront avec ZolaLes Soirées de Médanen 1880 saluent le roman.L’AssommoirIl est joué dans les théâtres des Boulevards, lieuxdevient vite populaire puisqu’il intègre la culture parisienne. de réunion des milieux populaires, familiers aussi des guinguettes et des cafés-concerts. Le roman atteint des tirages considérables. Aujourd’hui, il s’en vend toujours plusieurs centaines de milliers par an. Grâce à ce roman, Zola accède dénitivement à la notoriété et les droits qu’il perçoit lui permettent de s’offrir la propriété de Médan.
Comment déInir le projet de Zola ?
Dès 1869, le roman est une étape de la réalisation du contrat liant Zola à ses éditeurs pour dix œuvres. Il s’inscrit dans un projet réaliste dont l’auteur xe les grandes lignes avant même 1870, dans divers articles de journaux. Zola entend s’opposer à l’idéalisme romanesque. Aux romanciers moralisateurs, il préfère les frères Goncourt, Flaubert et Balzac. Il écrit d’ailleurs dans la préface du roman : « L’Assommoirest le premier roman sur le peuple qui ne mente pas et qui ait l’odeur du peuple.» Zola veut donc congédier l’image romantique du bon peuple chère à Hugo et à Jules Michelet, historien républicain idéaliste. L’écrivain doit observer le peuple et vivre dans son temps. Zola lui-même a mené une jeunesse modeste dans les mansardes d’étudiants parisiens, près des étages des maisons ouvrières du sud du quartier latin, non loin de la rue Tournefort où Balzac avait situé l’intrigue duPère Goriot. DansLa Tribuned’opposition à l’Empire, il écrit : «, journal républicain Les ouvriers étouffent dans les quartiers étroits, fangeux où ils sont obligés de s’entasser. Ils habitent les ruelles noires qui avoisinent la rue Saint-Antoine, les trous pestilentiels de la vallée Mouffetard… Chaque nouveau boulevard qu’on perce les jette en plus grand nombre dans les vieilles maisons des faubourgs. Quand le dimanche vient… ils s’attablent au fond des cabarets. Mais ouvrez l’horizon, vous verrez le peuple quitter les bancs du cabaret pour les tapis d’herbe verte.» Zola a vécu plusieurs années au contact des artisans et ouvriers parisiens. Il a connu les mœurs populaires par sa famille maternelle et sa femme. Les peintres impressionnistes qu’il apprécie prennent volontiers comme sujets des scènes quotidiennes telles que gares, cabarets et repasseuses. Zola veut donc aller au-delà de Balzac, de Sand ou de Hugo et de ses mythologies populaires, en installant les basses classes au centre du roman. Il conçoit délibérémentL’Assommoircomme un roman ouvrier, occupant la septième place du cycle des Rougon-Macquart. Il refuse le prêche idéaliste et défend par exemple la peinture réaliste de Courbet.
Comme pour ses autres romans, Emile Zola réalise un dossier préparatoire de 75 feuillets de notes, ce qui est peu comparé à GerminalCe dernier comprend des articles sur la condition ouvrière, qui en réunit plus de 300. un article de Francique Sarcey démythiant l’image convenue du «bon peupledes listes de motsfaits divers relatifs à la violence issue de l’alcoolisme, », des argotiques, des notes sur les métiers et les conditions de la vie ouvrière, des observations personnelles sur le quartier de la Goutte d’Or. Enn, le dossier comprend des notes sur le livreLe Sublime ou le travailleur comme il est en 1870, d’un ancien ouvrier devenu entrepreneur fabricant de boulons, Denis Poulot. Il étudie la condition ouvrière et les méfaits de l’alcoolisme et préconise des réformes progressistes en réponse à la question sociale, comme l’accès des ouvriers à la propriété ou l’union du capital et du travail, thème cher aux patrons sociaux.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
1
Nº : 91019
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
DansL’Assommoir, Zola entend illustrer sa théorie du roman expérimental : il s’agit de voir comment des ouvriers soumis au milieu du faubourg vont réagir en fonction de leur tempérament et de leur hérédité. L’intrigue doit cheminer ainsi : «Le roman doit être ceci : montrer le milieu du peuple et expliquer par ce milieu les mœurs du peuple ; comme quoi, à Paris, la soûlerie, la débandade de la famille, les coups, l’acceptation de toutes les hontes et de toutes les misères, vient des conditions mêmes de l’existence ouvrière, des travaux durs, des laisser-aller… Je prends Gervaise à vingt-deux ans, en 1850, et je la conduis jusqu’en 1869, à quarante et un ans. Je la fais passer par toutes les crises et toutes les hontes inimaginables… Je la montre à quarante et un ans épuisée de travail et de misère.» Cette étude physiologique distingue donc Zola de Balzac. Zola est inspiré par le déterminisme de Taine pour qui «les faits intellectuels sont le produit de l’inuence sur l’homme de la race, du milieu et du moment». Convaincu de l’inuence de l’hérédité et du milieu, il veut montrer et expliquer tel un expérimentateur, même s’il métamorphose ce réel comme nous le verrons plus loin. «Le roman est la déchéance de Gervaise et de Coupeau, celui-ci entraînant celle-là, dans le milieu ouvrier. Expliquer les mœurs du peuple, les vices, les chutes, la laideur physique et morale, par ce milieu par la condition faite à l’ouvrier dans notre sociétéle dossier préparatoire.», écrit-il dans
Résumé
Venue de Plassans en Provence, Gervaise Macquart arrive à Paris et vit avec Auguste Lantier à l’hôtel Boncoeur, un garni de la Goutte d’Or. Lantier quitte Gervaise pour vivre avec Adèle, une ouvrière des métaux.Au lavoir, Gervaise se heurte à Virginie, sœur d’Adèle.Virginie reçoit une fessée de Gervaise qui se retrouve sans aucun bien après le départ de Lantier. Au chapitre 2, Gervaise travaille comme blanchisseuse chez Madame Fauconnier. Elle se met en ménage avec Coupeau, ouvrier zingueur qui l’a invitée à boire un verre au cabaret du père Colombe, L’Assommoir. Zola décrit ainsi son ambition petite-bourgeoise : «travail, manger du pain, avoir un trou à soi, élever ses enfants, mourir dans son lit» et ne pas être battue. Madame Lorilleux, sœur de Coupeau, fait un mauvais accueil à Gervaise et se complaît dans les ragots. Au chapitre 3, nous assistons à la noce qui réunit quinze personnes. Le mariage est religieux puisque pour Coupeau : «un mariage sans messe, on avait beau dire, ce n’était pas un mariageconvives déambulent dans les salles du Louvre et se livrent à des». Les réexions naïves qui contrastent avec les références esthétisantes de la bourgeoisie installée. Les personnages ne comprennent pas l’art et discutent des apparences matérielles du lieu. La journée se termine mal, en discussions politiques et en querelles sur le prix du repas entre noceurs. De plus, Gervaise entend son surnom, « la Banban », donné par Madame Lorilleux qui ne l’aime guère et qui fait allusion à sa claudication. Enn, Bazouge, le croque-mort qui habite la maison, lui envoie : «ça ne vous empêchera pas d’y passer, ma petite…» Au chapitre 4, Coupeau et Gervaise mènent une vie décente. Ils s’installent rue Neuve de la Goutte d’Or et Gervaise se met à son compte comme blanchisseuse. Ils ont une lle, Anna. Mais Coupeau tombe d’un toit et sombre dans l’oisiveté et l’alcoolisme, ce qui met le ménage en difculté. Goujet prête à Gervaise l’argent nécessaire pour la location d’une boutique de blanchisserie où elle travaille avec trois ouvrières. Aux chapitres 5 et 6, Coupeau se remet au travail mais boit de plus en plus. Gervaise rend visite à Goujet dans sa fabrique de boulons, ce qui permet à Zola de faire une description très évocatrice de l’univers industriel, de la naissance de la mécanisation et du travail ouvrier. Il lui est difcile de rembourser Goujet. Le chapitre 7 présente la revanche de Gervaise sur les Lorilleux. Pour sa fête, Gervaise donne un «gueuleton» à quatorze convives qui font ripaille dans la boutique. Lantier y fait irruption et, bénéciant de la complaisance de Coupeau, prend pension dans la maison, aux dépens de Gervaise. Un ménage à trois se forme : Gervaise et deux hommes oisifs, tandis que Goujet est toujours amoureux de Gervaise. Au chapitre 9, Gervaise commence à sombrer dans la déchéance. Elle perd ses clientes, tombe dans la crasse et, au chapitre 10, les Coupeau sont désormais installés «dans le trou le plus saledans le coin des pouilleux, sous les toits, Virginie,cède son bail à ». Gervaise Coupeau doit séjourner à l’hôpital Sainte-Anne, tandis que Nana fait sa communion : «Le curé faisant les grands bras, les petites Illes pareilles à des anges déIlant les mains jointes, avant d’avaler le Bon Dieu. » Dans les trois derniers chapitres, Nana quitte le quartier, entre en apprentissage puis devient lle de joie. Gervaise sombre dans la misère, doit faire les poubelles et assiste à une crise dedelirium tremensde Coupeau à l’hôpital. Ne pouvant plus payer le loyer de sa chambre, elle s’installe dans la niche du défunt père Bru, sous l’escalier. Elle meurt de faim et quelques jours plus tard, «on l[a] découvrit, déjà verte«le croque-mort : est emportée par Bazouge, ». Elle dodo ma belle !heureuse. Fais Va, t’es »
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
2