//img.uscri.be/pth/3b0b0b2692a412ac7946a24003f260c9f3425b4b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - DOC

sans DRM

La Condition Humaine

De
2 pages

Résumé de La condition humaine de Malraux. Notre fiche de résumé sur La condition humaine a été rédigée par un professeur de français.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La condition humaine
André Malraux
La Condition humaine
est un roman écrit par André Malraux (1901-1976). Il est d’abord publié sous la
forme d’extraits dans
Marianne
et La Nouvelle Revue française, avant de paraître chez Gallimard en
1933.
La même année, Malraux obtient le Prix Goncourt pour cette œuvre, qui clôt un cycle de romans
basés en Extrême-Orient :
Les Conquérants
et
La Voie Royale
ont précédé de peu la
Condition
humaine.
RESUME DU ROMAN
Le roman se divise en sept parties. Les deux premières relatent l’insurrection communiste à
Shanghai, les 4
e
, 5
e
et 6
e
parties la répression de ce mouvement (avec, au milieu de cette action, la
mission à Han-k’eou), tandis que la 3
e
partie nous informe du sort atroce des insurgés. La septième et
dernière partie se déroule au Japon et en France.
Première partie (21 mars)
Tchen poignarde un trafiquant d’armes, ce qui permet à Katow et Kyo de mettre la main sur la
cargaison d’armes d’un bateau. Le baron de Clappique, un aventurier, les aide dans leur opération.
Ensuite, les armes sont distribuées aux diverses sections de la ville.
Parallèlement à cette intrigue, deux dialogues nous permettent de découvrir les personnages : celui
entre Kyo et May, sa compagne, et entre Tchen et Gisors, qui est le père de Kyo. Tchen, justement,
s’interroge sur sa propre violence, son goût pour le meurtre et son sentiment de solitude d’assassin,
qui le fait se réfugier dans l’opium.
Deuxième partie (22 mars)
La grève générale conduit à l’insurrection communiste. Le président de la chambre de commerce
française, Ferral, réfléchit de concert avec les autorités chinoises locales pour évaluer les possibilités
de réussite de la révolte. Car si les troupes de Chang Kaï-Chek sont prêtes à entrer dans Shanghai, en
revanche, les relations de ce dernier avec Moscou sont moins assurées. Après d’intenses et violents
combats, l’insurrection réussit et s’étend à quasiment toute la ville. Ferral est agité, et envisage
pendant un temps de soudoyer Chang ; puis il rejoint sa maîtresse Valérie, qui doit subir ses assauts
sexuels.
Chang Kaï-Chek veut que les révolutionnaires déposent les armes, ce qui inquiète les insurgés quant
au comportement du Kuomintang.
Troisième partie (29 mars)
Kyo veut demander des explications au Komintern, et se rend donc à Han-k’eou, où siège justement
la délégation de l’Internationale communiste, à la tête de laquelle se trouve Vologuine.
Il veut plaider la cause des insurgés afin qu’ils puissent garder leurs armes. Vologuine et Possoz lui
disent que Moscou a décidé de laisser le Kuomintang agir à sa guise pour le moment.
Tchen, qui a rejoint Kyo, estime que la seule solution est l’assassinat de Chang, qu’il veut bien
assumer. Les deux hommes reviennent à Shanghai, chacun de leur côté.
© Fichesdelecture.com - Tous droits réservés -
http://www.fichesdelecture.com