//img.uscri.be/pth/3dd83dd96c8ad55fabaf6b1648f5768afc2c5fee
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement. Par Paul Hawken, Amory et Hunter Lovins

De
16 pages
En ce début de 21ème siècle, la majeure partie de l'économie fonctionne encore sur un modèle hérité de la première révolution industrielle, construit autour d'une pénurie de main d'œuvre et d'une abondance de ressource. Mais la situation actuelle est à l'opposé : comment dès lors concilier économie, développement et préservation du « capital naturel » de notre planète ? Natural capitalism montre, exemples à l'appui, que ce nouveau paradigme qui fait rimer prospérité et protection de l'environnement est à la portée de toutes les entreprises.
HEC, Programme Grande Ecole, Majeure Alternative Management. Pendant son année en majeure Alternative Management, Claire Nativel s'est particulièrement intéressée à l'écologie et notamment à l'Empreinte écologique.
Voir plus Voir moins

Observatoire du Management Alternatif
Alternative Management Observatory
__
Fiche de lecture
Natural Capitalism
Comment réconcilier économie et environnement
Paul Hawken, Amory et Hunter Lovins
1999
Claire Nativel - Mai 2009
Majeure Alternative Management – HEC Paris
2008-2009
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 1Genèse de la fiche de lecture
Cette fiche de lecture a été réalisée dans le cadre du cours « Histoire de la critique »
donné par Eve Chiapello et Ludovic François au sein de la Majeure Alternative Management,
spécialité de troisième année du programme Grande Ecole d’HEC Paris.
Origin of this review

This review was presented in the “Histoire de la critique” course of Eve Chiapello and
Ludovic François. This course is part of the “Alternative Management” specialization of the
third-year HEC Paris business school program.
Charte Ethique de l'Observatoire du Management Alternatif
Les documents de l'Observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons
http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/ pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles
et le libre accès aux connaissances.
L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'Observatoire du Management
Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs.
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 2Natural Capitalism : Comment réconcilier économie et environnement
Editeur et ville : Editions Scali, Paris
Date de parution : 2008
Première date de parution de l’ouvrage : 1999
èmeRésumé: En ce début de 21 siècle, la majeure partie de l’économie fonctionne encore sur un
modèle hérité de la première révolution industrielle, construit autour d’une pénurie de main
d’œuvre et d’une abondance de ressource. Mais la situation actuelle est à l’opposé : comment
dès lors concilier économie, développement et préservation du « capital naturel » de notre
planète ? Natural capitalism montre, exemples à l’appui, que ce nouveau paradigme qui fait
rimer prospérité et protection de l’environnement est à la portée de toutes les entreprises.
Mots-clés : capital naturel, environnement, ressource, productivité, efficience, écologie
Natural Capitalism: Creating the next Industrial Revolution
Date of publication: 2008
Editor and city: Editions Scali, Paris
Date of first publication: 1999
Abstract: At the beginning of the 21st century, most companies work according to a model
inherited from the first industrial revolution when the work force was rare and resources were
abundant. But the current situation of the world is at the opposite: how to conciliate economy,
development and conservation of the “natural capital” of our planet? Natural Capitalism
shows that the new paradigm that makes prosperity and environmental protection work
together can be implemented by all companies.
Key words: Natural capitalism, natural capital, environment, ecology, ressource, productivity
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 3Table des matières
Natural Capitalism : Comment réconcilier économie et environnement............................3
Table des matières ....................................................................................................................4
1. Les auteurs.............................................................................................................................5
2. Résumé de l’ouvrage.............................................................................................................8
3. Commentaires critiques......................................................................................................12
4. Bibliographie des auteurs ..................................................................................................14
5. Références ...........................................................................................................................16
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 41. Les auteurs
1.1. Brève biographie des auteurs
Paul Hawken ( 8 février 1946)
Paul Hawken est un environnementaliste mais aussi un entrepreneur, journaliste et auteur à
succès. A 20 ans, il suit des études de philosophie macrobiotique à Boston. Auteur de The
Next Economy (Ballantine 1983), Growing a Business (Simon and Schuster 1987), and The
Ecology of Commerce (HarperCollins 1993), il est également très présent dans les médias
américains. Il a fondé plusieurs entreprises axées sur la recherche de bienfaits pour
l’environnement. Il est aujourd’hui à la tête de PaxIT, PaxAuto, and PaxFan, trois entreprises
associées à Pax Scientific, Inc., une entreprise de recherche et développement spécialisée dans
les technologies d’économies d’énergies et dans le bio-mimétisme appliqué aux dynamiques
des fluides. Il dirige également Highwater Research LLC à Sausalito en Californie. Il s’agit
d’un organisme créé pour promouvoir un nouveau système de notation pour la responsabilité
sociale, éthique et environnementale des entreprises. Il dirige également un centre de
recherche à Sausalito, le Natural Capital Institute, et est régulièrement sollicité en tant que
conseiller politique sur les questions environnementales.
Amory Lovins (13 novembre 1947)
Amory Bloch Lovins est un environnementaliste, directeur du Rocky Mountain Institute et
auteur de nombreux ouvrages consacrés entre autre à l’efficacité énergétique.
Originaire du Maryland, Amory Lovins entre à Harvard en 1964. Au bout de deux ans, il
rejoint l’université de Magdalen, à Oxford en Angleterre, pour y étudier la physique
expérimentale et devient chercheur junior à l’université de Merton à Oxford. Amory Lovins
commence ses activités d’écritures en Angleterre en 1971, à l’occasion de la commande d’un
livre par le dirigeant des Amis de La Terre, David Brower. Après avoir écrit de nombreux
livres concernant l’énergie et avoir exercé des fonctions de consultant auprès de
gouvernement de plusieurs pays, il crée en 1978 le Rocky Mountain Institute. Entouré de
nombreux spécialistes, il y travaille à améliorer l'efficacité notamment énergétique de certains
secteurs clés comme l’automobile.
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 5
Mai 2009. Hunter Lovins (NA)
Hunter Lovins est diplômée de sociologie et de science politique de l’université de Pitzer et
de droit de l’université de Loyola, en Californie. En tant qu’avocate au barreau de Californie,
elle aide pendant 6 ans à la mise en place du programme California Conservation Project. Elle
a également exercé en tant que consultante au sein des Amis de la Terre sous la direction de
David Brower. En 1979, elle épouse Amory Lovins. Il se sépareront en 1989 et divorceront en
1999. Aujourd’hui, elle est professeur à Presidio school of Management qui délivre un MBA
en développement durable. Co-auteur de plusieurs livres dont The Natural Advantage of
Nations (2006), Green Development (1998), Factor 4: Doubling Wealth - Halving Resource
Use and Least Cost Energy (1997, avec Ernst Ulrich von Weizsäcker), elle est aussi
présidente de Natural Capitalism, Inc. and Natural Capitalism Solutions, qui sont des
organismes de promotion de la protection de l’environnement auprès des entreprises et des
collectivités.
1.2. Place de l’ouvrage dans la vie des auteurs
C’est en 1994, peu après la publication de L'Écologie de marché, que Paul Hawken a la
première inspiration de Natural Capitalism. Après les nombreuses rencontres qui ont suivi la
publication de son dernier livre, il lui était devenu évident que l’industrie et la politique
avaient besoin d’un cadre de réflexion concernant l’écologie. Hawken écrivit alors plusieurs
articles qui commencèrent à constituer une base pour Natural Capitalism. De leur côté,
Amory et Hunter Lovins arrivaient aux mêmes conclusions. Ils étaient alors en pleine
rédaction de leur livre Facteur 4 : deux fois plus de bien-être en consommant deux fois de
ressources qui allaient sortir en Allemagne en 1995. Associés à Ernst von Weizsäcker du
Wuppertal Institut en Allemagne, les fondateurs du Rocky Mountain Institute avaient partagé
leurs expériences pour montrer que des économies d’énergies conséquentes pouvaient être
possibles et rentables pour les entreprises. Hunter Lovins envoya un exemplaire de Facteur 4
à Paul Hawken qui compris qu’il s’agissait des cas concrets dont Natural Capitalism avait
besoin pour illustrer sa théorie.
Natural Capitalism eut un succès retentissant puisqu’il fut traduit dans plus d’une quinzaine
de langues et plébiscité par plusieurs personnalités politiques dont Bill Clinton. Il s’agit d’un
ouvrage exposant un grand nombre de cas pratiques et d’exemples dans différents domaines :
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 6
Mai 2009.l’industrie automobile, la production de fibres, la gestion de l’eau, l’industrie, l’agriculture.
Dans tous ces domaines, les auteurs passent en revue les gaspillages actuels et les solutions
pour les éviter et optimiser la consommation de ressources de ces industries tout en
garantissant leur pérennité. Chaque industrie est l’occasion d’appliquer la théorie du
capitalisme naturel fondée sur 4 principes exposés dans cette fiche de lecture .
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 7
Mai 2009.2. Résumé de l’ouvrage
2.1 Plan de l’ouvrage
- La prochaine révolution industrielle
- Réinventer les roues
- Tu ne gaspilleras point
- Construire le monde
- Construire des immeubles
- Franchir la barrière des coûts
- Muda, services et flux
- Des gains capitaux
- Les filaments de la nature
- La nourriture de la vie
- Solutions aqueuses
- Le climat
- Faire fonctionner les marchés
- Le capitalisme humain
- Il était une fois la planète
2.2 Principales étapes du raisonnement et principales
conclusions
Le premier chapitre de l’ouvrage pose les bases du capitalisme naturel. Les auteurs
commencent leur explication en rappelant les principaux fondements du capitalisme
conventionnel : le progrès économique est lié à une économie de marché et celle-ci est la plus
à même de favoriser le développement humain. Le marché permet que les ressources soient
employées pleinement et toute pénurie entraîne l’apparition d’un produit de remplacement.
Dans ce capitalisme, le capital est défini comme « l’accumulation de richesses, sous forme
d’investissements, d’usines et d’équipements ». Mais pour les auteurs, le fonctionnement
d’une économie nécessite 4 types de capitaux :
- Un capital humain
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 8- Un capital financier
- Un capital manufacturé ( infrastructures, machines, outils)
- Un capital naturel, c’est-à-dire des ressources, des écosystèmes, et les services qu’ils
fournissent.
La notion de capital naturel est centrale dans tout l’ouvrage. La théorie du capitalisme naturel
insiste notamment sur les services rendus par la nature et par les éco-systèmes : recyclage du
CO2, production d’oxygène… Bien que la valeur de ces services soit difficile à établir, il est
crucial de la prendre en ligne de compte dans le développement des activités humaines.
La prise en compte du capital naturel est la première différence entre le capitalisme
conventionnel actuel et le capitalisme naturel.
Les 4 principes fondateurs du capitalisme naturel
Ce dernier repose sur 4 principes fondateurs :
- L’optimisation de l’utilisation des ressources : c’est « la pierre angulaire du capitalisme
naturel » car elle permet à la fois de réduire la pression sur les ressources en amont, de
réduire la pollution en aval et « d’ augmenter le nombre d’emplois dans le monde par la
création d’emplois intéressants »
- L’imitation de la vie : on peut créer de nouvelles technologies plus efficientes en imitant
les processus naturels.
- Une économie de services et de flux : « les fabricants cessent de se considérer comme
des vendeurs de produits et deviennent […] des prestataires de services ». Cette économie
a de nombreux avantages. D’abord elle permet d’augmenter la durée de vie du produit et
ainsi d’éviter la perte de valeur. En effet, lorsque le produit ne fonctionne plus, il est
rapatrié à l’usine pour y être réparé, ou s’il y a lieu, démonté et ré-usiné. Elle aligne les
volontés du producteur et du consommateur dans une moindre consommation des
ressources. Elle permet également de stabiliser le cycle économique puisque les
consommateurs achètent un flux constant de services, et non plus des biens durables dont
l’achat dépend de la conjoncture et du pouvoir d’achat : cela permet du même coup
d’éviter la surproduction. Enfin l’économie de services crée plus d’emploi car elle
augmente l’industrie de transformation au détriment de l’industrie de production de
matériau brut. Or cette dernière nécessite beaucoup moins de main d’œuvre que la
première.
- L’investissement dans le capital naturel : le capital naturel est aujourd’hui le facteur
limitant de l’économie. Il faut donc lui accorder de la valeur et investir pour sa
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 9préservation et sa restauration afin que nos sociétés puissent continuer à bénéficier des
services rendus par celui-ci.
La majeure partie du livre est ensuite constituée de l’application de ces concepts à des
domaines précis.
Premier cas pratique emblématique : l’hypervoiture
Pour commencer, le second chapitre aborde le secteur de l’automobile. En s’appuyant sur les
travaux du Rocky Mountain Institute concernant une hypervoiture, les auteurs montrent
qu’une grande partie de la consommation de carburant d’une voiture peut être évitée grâce à
une conception plus intelligente. Les auteurs soulignent cependant que réduire l’impact
environnemental des voitures ne suppriment pas tous leurs coûts. En effet, le temps passé
dans les embouteillages, le bruit et les accidents de la route font parti des coûts qui ne peuvent
être réduit que par une moindre utilisation de la voiture. Ainsi pour les auteurs, il faut
encourager cette moindre utilisation en :
- faisant en sorte que « conduire et se garer coûtent ce que cela coûte vraiment » (coût des
infrastructures…)
- encourageant une vraie concurrence entre les modes de transports.
- encourageant une meilleure utilisation des sols plutôt que la mobilité. En effet, le
problème du transport résulte du fait que les « gens ne sont pas là où ils voudraient être ».
L'industrie, lieu de tous les gaspillages et de tous les progrès possibles
La suite de l’ouvrage est plus particulièrement consacrée à l’industrie.
L’industrie est sujette à des gaspillages gigantesques à tous les niveaux : gaspillage de
matières premières dû à l’usinage, gaspillage d’énergie dû aux fuites et à la mauvaise
conception des usines, gaspillage représenté par les déchets, gaspillage des hommes enfin car
l’entreprise occupée à utiliser « le plus de capital naturel possible et le moins d’homme
possible » emploie moins et le chômage perdure. Appliquer le capitalisme naturel à
l’industrie, c’est l’inscrire dans ce nouveau paradigme où le facteur limitant est le capital
naturel. Au travers de nombreux exemples et cas pratiques, les auteurs passent en revue les
progrès qui ont été réalisés dans l’industrie manufacturière, dans le bâtiment et les progrès
encore plus importants réalisés grâce au passage à l’économie de services et de flux. Ainsi
l’exemple de la société de production et de commercialisation de moquette et de tapis
Interface est emblématique de l’application de ce modèle. La production de moquette étant
très polluante et la moquette constituant un déchet extrêmement long à dégrader, cette société
: «Natural Capitalism. Comment réconcilier économie et environnement», 10