//img.uscri.be/pth/c2bbef9d45308e6c75284aff822f35634f098f68

Résumé des Fourberie de Scapin de Molière

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les Fourberies de Scapin Molière Cette comédie en 3 actes et en prose a été créée au Palais Royal le 24 mai 1671 . Elle s’inscrit dans la tradition de la comédie italienne dans laquelle Molière a déjà excellé au début de sa carrière (l'Étourdi, 1655) et vient à la suite des grandes pièces, le Tartuffe (1664), Dom Juan (1665), le Misanthrope (1666) . Elle ne connaît lors de sa création qu'un faible succès. Il est alors reproché à Molière la grossièreté de ses procédés comiques et l'immoralité du sujet. Boileau critique son côté populaire et Fénelon, l'exagération des caractères. Résumé des Fourberies de Scapin Acte I Naples. Octave a épousé en secret Hyacinthe, une jeune orpheline qu’il a rencontrée par hasard et dont il est tombé immédiatement amoureux. Il se désespère en raison du retour prématuré de son père Argante. En effet ce dernier, qui ignore ce mariage, souhaite le marier à la fille de son ami Géronte, une jeune inconnue qui a momentanément disparu. Le fils de Géronte, Léandre, est lui secrètement amoureux de Zerbinette une jeune esclave égyptienne. Cette dernière risqued’ê tre enlevée si Léandre ne rachète pas rapidement sa liberté. Octave se confie à Scapin , le valet de son ami Léandre. Scapin est un valet rusé, jamais à court d’idées : « A vous dire la vérité, il y a peu de choses qui me soient impossibles, quand je m'en veux mêler.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 30 décembre 2013
Nombre de lectures 3 163
Langue Français
Signaler un abus

Cette comédieen

3

Les FourberiesdeScapin

actes

Molière

et en prosea été crééeuPaalaisRoyal

le

24

mai

1671 . Elle s’inscritdans la tradition de la comédieitaliennedanslaquelle
Molièredaéjàexceluaéldébutaacesdrrière(l'Étourdi, 1655) et vientàla

suitedes grandespièces,le Tartuffe(1664),Dom Juan(1665),le

Misanthrope(1666) . Elle ne connaîtlorsdsecaération qu'un faiblesuccès.

Il estalorsreprochéà Molièrela grossièreté de ses procédéscomiqueset

l'immoralité dusujet. Boileau

l'exagéracaesndiotractères.

critique soncôtépopulaireéFtenelon,

RésumdéuresFoberies de Scapin

ActeI

NaplescO.taevaépouséensecretHyacinthe, une jeuneorpheline a qu’il
rencontréeparhasard met dont il est tobéimmédiatementamoureuxes.lI

désespèreen raisonuredtourprématuréèpnosedreArgante. En effetce

dernier, qui ignorecemariage ou, shaiatmelerier à la fille de sonami

Géronte, une jeuneinconnuequi a momentanémentdisparu.

Le filedéGsron,eéLtandrese,uitlsecrètementamoureuxeZerdbinetteune

jeuneesclaevég ypitredetteC.ennenièrerisqued’êtreenlevéeésLianerend
rachèasrateppidementsa liberté.

Octave se confieaScàpinl,vealetnedosamiLéandre.Scapinestunvalet

rusé, jamaisàocruti ’ddées: « uA vosdiévalrerité, il y a peu de chosesqui
me soientimpossiblesnuaq,dje m'en veuxmêler . J'ai sansdoutereçudu

Cielugnénieassezbeau pour toutesles fabriquesde ces gentillesses

d'esprit, de ces galanteriesingénieuses, à qui le vulgaire ignorantdonnele

nom de fourberies; et je puisdiresansvanité qu'on n'a guèrevu d'homme

qui fûtplus habile ouvridreeressortset d'intrigues, qui aitacquisplusde
gloireque moi dans cenoblemétier. Mais, ma foi, le mérite est trop
maltraiuaétjourd'hte,iureaij'noncé à touteschosesdepuiscertainchagrin

d'uneaffaire qui m'arriva».

Touchéal’ap r mo urdes deuxjeunesgensmitepatientd'essayer de nouvelles
rusesS,acpinaccepte de lesairedlI . av a’sttaruecreophclala collaboration
de Silvesav,ertletd c’Otave.

LevieilArgante est fou de colère , car il vient d’apprenlerdameriagesecret
de son filetmsenaéedeledcshériter. C’estalors qu’intervientScapinqui
faitcroireau vieil homme que son filya,santétésurprischez sa belle, n'a eu

d'autreissued euq él’e pouser. Toutatsp n e’sperd,usuggèrefourelbe
Scapinfelrèrac,redeHyacintheseraitapêràtnurrangementenéchange

d’une fortesomme d’argent r. La focede conviceSndcaiotpin, puisles
menacesph ysiqueseprédectenfuèrdre( en fait, Sylvesvalee,trlet

compliceéd,guis)éaprviennentà convaincreArganlI.eérestsigne à donner

les deuxcentspistolesSàacpin.

ActeII

.

Celui-ci vientde rentrerde

Scapindécidealors a’s edttaGéràueqronte
voyaegatettend l’arrivée sa fille qu’il a fai detéleTaràveren a li’uq te et
promiàOcsetave le fils de sonaAirmganetrlI.eproche d’ailleuràcse

dernid’r eavoiréalmlevé son fils, ce à quoi Géronuirételpliqg,euârceaux
argumentsfallacieuxedcSapinque lui a faitbien pireavecson filLésandre.

C’est alorsa’uq rrieLévanqueGdreéroneterpousse,aprèsavoir mentionné
l’aveucSedapin.Léandre, tout d’abordfurieux, souhaitseevenegdre
Scapin, maisilfinitparsupplier’l habileresviteur de lui trouverlasomme
d’argentnécessairerepiuliuqmettra de racheter celle qu’ilaime.Scapin
déci sde’aedd no cttaquer cette foisGàéron fai luite : iltcroireque son fils
a étéenlevé et qu’il est retenu dans une galèterruque. Il ne pourraêtre libéré
quecontrele paiement d’une rançonde quinze-centécus. Le vieilhomseme
lamen:e«tQue diabelallait-il fairedans cette galère ?» et essayepotraus

les mo yens d’échapper au paiementde la rançon. Il finittoutefoispar laisser
sabourseaàScpindeéuqsipêedcehdonrl a’nregentàéLanceetOdrtave.
MaisScapin ne souhaipatesen resterlà. Il veutsevengreedGéronui,àteq

lasuiam etnu’dlentendu, a faitdouterLéanrededysaloauté.

ActeIII

Scapinet Sylvestre, les deuxserviteursparviennentàrassurerHyacintheet

Zerbinette et leur indiquer qu’ilsontbonesedriopvain ercl’hostilité des
deuxvieillardsteedsauurerlevsamours.

Vientensuieletmtepsenaveldgeance.ScapnéripvientGéronte que des

hommessontearàscherrapehccena te li’uq téderompremealriage
d’Argante. Ilssouhaitentlui faireun mauvaissort.Afindevenir enaide au
vieilhomemS,acpinpropoàGéesronte de se dissimulerueadnusnqcas

Scapindésepêdeechfermer. Contrefaisantsa voixet jouantplusieursrôles,

il le rouede coupsdebâton.MaisGéronte finitpraédcouvrir la supercherie.

Scapindoit s’enfuir. C’estalorseZrqeubinterétevèle i mpudemmentà
Géron’eulql e ,eetn connaîts pal’, histoiedalagrelère qui apermisàScapin

de lui soutirer quinzecentécuséG.ronetteArgante se retrouventeest

promettentesdevenrdgecaeSpin.éGrontseuohaitemêmefairependrele

valetrusé. Une coïncidence miraculeusepermettSàacrapinde se tirer

d’affairGée:ronaetpprend l’on a re quetrouvé sa fille et que celle-ci n’est
auretequHyacinthe. C’estalorsqueLéandre montrele bijouqueportait
Zerbinetteenfantlorséseleuqgyptiens l’ontenlevéeG.ârceà ce jo yau,
Arganeterconnaîtleilé.Lafsandre peutainsi l’épouser. Tout s’arrancnodeg
idéalementas4leurpomoureux.C’estalors qu’onannonceeScqaupina
reçutaêsurlteumnrateaumotbé d ’un échafaudage. Il est à l’agonie, ce qui
lui vautd o’bterparielndondes deuxvieillards. Cette indulgenceiuerldonne
goûtà la vieetildemanrpono’u el q edtetalaàble fesd utin.