La journée accablante d’un professeur d’économie (Tome 1)

Documents
78 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Claude Garcia La journée accablante d’un professeur d’économie Je suis débordé !!! Ou comment mieux comprendre les grandes questions économiques grâce à un feuilleton narrant les mésaventures d’un jeune prof d’économie. Dans ce premier tome en 6 chapitres et 30 épisodes et grâce à des résumés et à un lexique à la fin de chaque chapitre, vous aurez un ouvrage (voir mode d’emploi page suivante) permettant aux lycéens, mais aussi à tous ceux qui ont compris qu’il faudrait de plus en plus… comprendre l’économie, qui vous aidera à décrypter notre environnement économique. Claude GARCIA, Professeur agrégé de Sciences sociales. 1 MODE D’EMPLOI Sans prétention littéraire vous retrouverez les (més)aventures de Bastien, jeune professeur d’économie qui essaie tant bien que mal d’expliquer à ses élèves, sa famille et d’autres interlocuteurs les principaux problèmes économiques. LA JOURNÉE ACCABLANTE D’UN PROFESSEUR D’ÉCONOMIE Le prologue permet de présenter le personnage principal et de laisser entrevoir les difficultés qu’il va rencontrer durant cette longue journée. Les chapitres sont divisés en plusieurs épisodes et à la fin de chaque chapitre, on trouvera un résumé rappelant les points essentiels. Attention, les chapitres sont quasiment indépendants. On peut en sauter pour aller vers les questions qui intéressent le lecteur. - Le chap. 1 (épisodes 1 à 3) permet de réfléchir à l’intérêt de l’économie et ses limites. - Le chap.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 22 septembre 2010
Nombre de visites sur la page 157
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Cláude Gárciá Lá journée áccáblánte dun professeur déconomie Je suis débordé !!! Ou comment mieux comprendre les grandes questions économiques grâce à un feuilleton narrant les mésaventures dun jeune prof déconomie.
Dáns ce premier tome en6 chapitreset30 épisodeset grâce à desrésuméset à unlexique àlá fin de cháque chápitre, vous áurez un ouvráge (voir mode demploi páge suivánte) permettánt áuxlycéens, máis áussi àtous ceuxqui ont compris quil fáudráit de plus en plus… comprendre léconomie, qui vous áiderá à décrypter notre environnement économique. Claude GARCIA, Professeur ágrégé de Sciences sociáles.
1
MODE DEMPLOI Sáns rétentionlittéráire vous retrouverez lesmés áventuresde Bástien,eune rofesseur déconomieui essáie tánt bienue mál dexli uerà ses élèves, sá fámille et dáutres interlocuteurs les principáux problèmes économiques.LA JOURNÉE ACCABLANTE DUN PROFESSEUR DÉCONOMIELeprologuede présenter le personnáge principálet de láisser entrevoir les permet difficultés quil vá rencontrer duránt cette longue journée. Les cháitres sont divisés enlusieurs éisodes et à lá fin de cháue cháitre, on trouverá un résumé ráppelánt les points essentiels. Attention, les chápitres sont quásiment indépendánts. On peut en sáuter pour áller vers les questions qui intéressent le lecteur. -Le cháp. 1(épisodes 1 à 3)permet de réfléchir àlintérêt de léconomie et ses limites.-. 2Le chá4 à 6é isodes. 3le chá et7 à 12é isodes exli uentce uestune économie monétáire, comment on crée lá monnáie,our uoiil fáut lá contrôler et lutter contre linflátion ; lutte qui á áussi ses inconvénients. -. 4Le cháferále ointsur lEuro13 à 17 ,é isodessur les esá fáit náîtreoirs uil et ses limites. -Le chápitre V(épisodes 18 à 27)áborderá les questions relátives áuxácquis sociáux, à lá protection sociále(retráite, RSA etc.) -Lé ilo uede fáire unremier sur lá crise desdu tomeI ermetsub rimesses et conséquences(épisodes 28 à 30).-le tome DánsII, le feuilleton tráiterá le thème due, chômá desmo ensde lutte, des rándes théories économi ues et il ferá áussi leoint sur lámondiálisátion, et áutres questions dáctuálité.Conseil de lecture. Après le prologue, on peut très bien commencer pár le chápitre IV sur lEuro, ou le 5 sur le riche cháitre sur lárotection sociále, et déláisserár exem lele cháitre IIIlus techniue sur linflátion. Le cháitre Ieut être contourné, máis il permet en quelques páges de montrer les átouts et les fáiblesses de lá science économique.
2
PROLOGUE Présentátion de lá journée áccáblánte - « Monsieur, quelquun fráppe à lá porte. - Cest áá ántdêtre interromu, surtout à cousûr ourun motif futile,ensá Bástien. Il dit : « entrez ! » - Nous voudrions párler à Bástien Etchándy, cest bien vous ? - Oui, máis qui êtes-vous ? Il me semble vous connáître, en tout cás, vous, le bárbu. - Je suis Kárl Márx, et voici Adám Smith. - Cest une blágue, un poisson dávril en áutomne ! - Pás du tout, nous sommes très mécontents de lá fáon dont vousrésentez nos théories, et nous sommes venus vous donner une le on. Nous állons vous remettre les idées en pláce, nous ávons une méthode infáillible. » Il ne leur fállutue uelues secondesour ouvrir lá fenêtre, et susendre árles iedsce páuvre professeur dont les efforts de vulgárisátion ne leur convenáient pás. - Aidez-moi les élèves, áu secours ! Le délé ué devenurudent de uis le dernier conseil de clásse,uánd il sá issáit de sádresser à des ádultes, résumá le sentiment générál en se contentánt de répondre : - Máis Monsieur, vous nous dîtes quil fáut rester neutre en économie. - Çá suffit ! Lâchez-moi ! - Tu pláisántes, je suppose ? - Nhésitez pás, lâchez-le ! dit ávec fermeté un nouvel árrivánt. Son ton contrástáit ávec son délicieux áccent ángláis, et son flegme tout británnique. - Qui cest celui-là encore ? Que me veut-il ? - Je suis John Máynárd Keynes. - Máis, Monsieur Kenes, áitou ourseu beáucoudádmirátion ourvous, etinsiste sur limportánce de vos tráváux. - Pás de flágornerie, pás de sentimentálisme, tránchá net Kárl Márx. - Lâchez-moi ! - Tu insistes petit ? - Máis ce nest pás possible. Vous náppártenez pás áux mêmes siècles, et puis vos théories sont contrádictoires. - Certes, máis nous sommes lássés de ces vulárisátions uicáricáturent lá richesse, lá profondeur de nos œuvres, dit J.M. Keynes.
3
- Tout à fáit, encháîná Smith. Nous ne supportons plus que de petits prétentieux de ton espèce nous áttribuent, selon leur bon vouloir, des bons, et surtout de máuváis points. Les deux Británniques se tournèrent vers Márx. - Que fáisons-nous ? - Je suis pour un châtiment, disons… cápitál. Le verdict tombá, tout comme Bástien. - Je váis me tuer en tombánt de 6 mètres, non 7 mètres, 7, 7… 7… Il est 7 heures leournál de Fránce Inter. - Quel áffreux cáuchemár ! Décidément,e dors mál dáns lá nuit de Dimánche à Lundi. Déà lá semáine dernière, ávánt de me réveiller en sursáut,étáis oursuivi árFriedmán uime reprocháit de mál présenter le couránt libérál et limportánce de lá lutte contre linflátion, et lá semáine récédente,cétáit Málthusui vouláit métrier áurétexte uee brocárdáisles positions rigoristes du pásteur quil étáit. Déjà 7h 15.Une bonne douche puis un ráságe pour être présentáble. Ce será áussi loccásion de fáire leoint sur cette dureournée uisánnonce. Etuelle ournée! 6 heures de cours un Lundi, cest déráisonnáble. Je ne váisás tout de même, à 28 áns, sácrifier tout mon week-end, pour peáufiner des cours destinés à des élèves encore moins en forme que moi. Nem êcheue sur lá monnáie et linflátion en Première, siái desuestions tro techni ues,e ris ue dêtre en difficulté. Ce nestás ráve,éluderái, edirái uequestion est intéressánte máis que je ne peux, en début de Première, y répondre com lètementcár celá nous conduiráit dáns des déveloements trolon s,tro árdus.Un Lundi, ceenre dárument est très dissuásif. Pár contre, cet árès-midi sur le chômáe, á devráit rouler. Cest un de mes dádás. Je pourrái briller et leur montrer lintérêt des Sciences Économi ueset Sociáles. Les S.E.S. áident à mieux comrendre lá société et léconomie dáns lesuelles nous vivons. Elles contribuent éálement à former le citoen, cest sûrement pour celá quelles ágácent les Ministres de lÉducátion Nátionále. Notre discours est jugé tro critiue. Il me tárde vráiment de fáire ce cours,e ne cráins rien sáufeut-être… le cássoulet de Mámán. Cest pás vrái, jáváis oublié que cháque Lundi, je mánge chez mes párents. Má mère croit ue loin de chez ellee dééris. Il est vrái dit-elle,ue les fillesuon côtoie áuourdhui, ont rem lácélá cásseroleár louvre-boîte et les bonnes sáucesár desláts surelés « liht ». Résultát, le Lundi cest sáucisse lentilles, couscous ou rágoût de mouton ávec bien sûr des ommes de terre. Difficile dáns ces conditions de rendre vivánt un cours. Enensánt áux cuisinières du troisième millénáire,e ne suisás content de Julie, márof dán láis préférée. On peut dire quon est proches et même très proches, máis áussi modernes. Je trouve normáluelle soit állée ávec sá collèue Cécile à Páris,ásser le week-end chez une áutre coine. Máis elle exáère, elle áuráitu me téléhoner, même en rentránt tárd. Je suis pourtánt beáu joueur. En cours, quánd on áborde le státut de lá femme, je me félicite de son évolutionositive, de lémánciátion féminine. Jémáille même mesro osde termes án láis.Et comme récomense ? Pás un coude fil et du surelé tout le week-end, ceui ne surprendráit pás má mère. Ne báissons pás les brás, il fáut que je nous orgánise une etite soirée sm á: Je ferái les courses à 17 heures, non 17 h 30. Je reois Mme Bourdon, qui, bien entendu, ná pás le morál à cáuse de son fils. Quelle journée ! Heureusement que je commence pár un cours de Seconde sur lá populátion áctive, les táux dáctivitéár sexe etár âe, etc. Autánt deuestions ássionnántes ui vous endorment une clásseás vráiment réveillée. Cá meermettrá dárriver sáns encombre áu cáfé de 10 heures et de voir Julie pour lui párler de notre soirée ».
4
Chápitre I EPISODE 1 - LÉCONOMIE, UNE SCIENCE MOLLE ? A QUOI CA SERT LÉCONOMIE ? Sonnerie de 8 h 55. Sálle des professeurs. - En forme Bástien ? - Comme un lundi. - Tu ás trop fáit lá fête. - Non, jái simplement conversé ávec des fántômes cette nuit.
- Quoi de plus… - Surnáturel ! Lâche-moi un peu Pátrick. - Un conseil en tout cás, évite de brûler le feu rouge près du lycée. - Jái simplement confondu loránge et le rouge. Au fáit, mon cours de seconde est bien dáns lá chemise oránge. Ce nest pás vrái, jái pris lá rouge, celle de lá séánce de terminále. Déjà quávec mon prompteur de páuvre (le cours) je peine le lundi, je váis cárrément rámer. Il vá fálloir ruser et gágner du temps. 9 h 00. Début du cours. Après un minutieux et donc, long áppel, il fáut se láncer. - Avez-vous des questions sur láctuálité ? - Allons, on se concentre. Je répète : y á-t-il des questions ? Je men doutáis. Ils dorment, ils sen foutent, ils ne feront rien pour máider. En ángláis, Julie les bráncheráit sur des «gossips», des potins, máis nous, on se prend pour des gens sérieux. Tánt pis, revenons áux définitions de lá populátion áctive, áux différents cálculs qui en découlent.
- Tout le monde á bien compris lintérêt de ces cálculs ?
- Eh ben, à quoi çá sert Monsieur ?
- Vous voulez dire Ráchid, ces cálculs ?
- Non, léconomie.
- Mon père, il dit à remplir les formuláires de lA.N.P.E. ou du pôle emploi comme on dit máintenánt…
5
- Ah pás ceenre dhumour Kévin, surtout un lundi! Revenons à lá question de Ráchid. Précisez votre pensée.
- Lerenez ásmál, Monsieur. Cá fáitlus dun moisuon á commencé cette nouvelle mátière, et je nái pás su bien expliquer à quoi çá sert, quánd mon père má posé lá question.
Purée, je vouláis méloigner de ce cours oublié, máis là, on áttáque fort. Cest une question essentielle.
- Disons que cette mátière doit vous áider à mieux comprendre, à décrpter léconomie et lá société dáns lesquelles nous vivons. On sáppuie sur diverses sciences comme léconomie…
- Le prof de Máths, il á dit que ce nétáit pás une science.
Intervention perfide de Solène, une petite peste, comme pár hásárd fille dun collègue de physique.
- Vous êtes sûre quil á dit çá ? - Monsieur, il ne fáut pás vous láisser fáire. Il fáut lui demánder des comptes, on peut venir ávec vous à lá récréátion. - Du cálme Mustáphá ! - En fáit, il á dit ce nest pás une science exácte. - Votrerécision est imortánte Solène, et elle devráit nous éviter unu ilátdáns lá sálle des profs. - Et pourquoi pás ? il nous á donné un devoir váchement difficile láutre jour. - Jái dit du cálme ! Revenons à ceui nous intéresse. On oose les sciences exáctesex. lá phsique, lá chimieáux sciences humáinesex. lhistoire . Les premières concernent des phénomènes á priori náturels quon peut souvent étudier en láborátoire. Jássocie les roduits A et B eten retire leroduit C. Je refáis áutánt de fois lexérience uille fáut en neutrálisánt les fácteurs extérieurs, eten tire une loi. Les sciences humáines, elles, étudient les hommes, les femmes, leurs comportements. Les fácteurs explicátifs sont très nombreux. Im ossiblede les mettre sérieusement en éuátions. Au mieux, on dirá, voilà ceui dáns cet ensemble déléments me páráît le mieux expliquer le phénomène étudié. Conclusion : dáns une science exácte áu même moment on áurá à peu près lá même vérité, le même discours, sáuf de láárt des incométents, máis áussi des chercheurslus brillántsui font pro resserleur science. Lá vérité des sciences exáctes est donc bien plus relátive quon ne veut bien le dire. Dáns les sciences humáines, áu même moment des gens reconnus pár lá communáuté scientifique pourront tenir des discours diámétrálement opposés. - Même en éco ? - Oui. - Cest embêtánt.
6
- Moi,e diráis plutôt que cest ce qui fáit le chárme de léconomie. Pár exemple, pour lutter contre le chômáge, certáins ávánceront quil fáut álléger le coût du tráváil, et dáutres diront quil fáut áméliorer le pouvoir dáchát des sáláriés.
- Qui á ráison ?
- Je ne peux répondre áinsi à lá question. Il fáut comprendre lá logique, lá cohérence de ces ro ositions,les remettre dáns leur contexte historiue. Autrement dit, fáisons lá différence entre léconomie, cest-à-dire ce quon peut vivre quotidiennement et lÉconomie, lá discipline, qui áide à comprendre les rouáges de léconomie cápitáliste. Elle doit dire voilà, ce uisest ássé,elle álus de mál à dire voilà ceui vá seásser. Máis elle doit áider lhomme politique à fáire les bons choix économiques, et le cito en à choisir ceux qui semblent cápábles de fáire ces bons choix économiques.
- Donc léconomie, comme dit mon père, est une science molle.
- Cest vrái Solène que certáins opposent sciences duresou exáctesáux mollesou humáines). Personnellement, nétánt pás un universitáire déconomie, je mámuse de ce clássement uise veut blessánt. Ceui comte, cestue lá démárche ádotée dáns une discipline soit lá plus scientifique possible. Cest le cás de léconomie et de lá socioloie, même si leurs tráváux débouchent fréquemment sur des conclusions nuáncées et donc décevántes ourles médiás et les citoens uiáimeráient ávoir des certitudes. Encore une fois, lêtre humáin, ete men félicite, nest pás près dêtre mis en équátions. Máis pás de doute, léconomie est bien plus proche de lástronomie que de lástrologie.
- Ouáis, máis moi çá ne me pláiráit pás de me fáire tráiter de science molle.
- Nous sommes dáccord ávec vous Jordán.
7