La Lettre de Sete N°35
20 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

La Lettre de Sete N°35

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
20 pages
Français

Description

  • redaction
  • mémoire - matière potentielle : bacchanales
Magazine gratuit - N° 40 Septembre 2007 e t d u P a y s d e T h a u On s'en souviendra de l'été 2007 ! Sur la plage, entre deux éclaircies, les parasols servaient surtout de parapluies. Par contre, sur les gradins des spectacles en plein air qui échappèrent à la pluie, l'ambiance fut chaude. A commencer par le plus sétois des spectacles donné par Cette Histoire. L'initiative de Philippe Sans et Michel Gay a pris sa vitesse de croisière et a enchanté les spectateurs de la fin juillet.
  • public frondeur du passé
  • cercle des artistes plasticiens du pays sétois
  • performances de qualité dans l'espace public
  • ambiance chaleureuse sur les gradins du théâtre de la mer
  • art performance
  • art de la performance
  • publique
  • public
  • publics
  • publiques
  • artistes
  • artiste

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 42
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

et du Pays de Thau
Magazine gratuit - N° 40 Septembre 2007
Un été froid à la plage mais chaud sur les gradins !
On s’en souviendra de l’été 2007 ! Sur la plage, entre deux éclaircies, les parasols servaient surtout de
parapluies. Par contre, sur les gradins des spectacles en plein air qui échappèrent à la pluie, l’ambiance
fut chaude. A commencer par le plus sétois des spectacles donné par Cette Histoire. L’initiative de
Philippe Sans et Michel Gay a pris sa vitesse de croisière et a enchanté les spectateurs de la fin juillet.
(voir page 14). Même ambiance chaleureuse sur les gradins du Théâtre de la mer, surtout pour Fiest’A
Sète. Et, en bouquet final, une Saint-Louis toujours plus festive et agitée, un peu comme les férias de
Nîmes ou de Béziers. A la différence qu’ici on ne tue pas de toros, on se contente de voir les jouteurs
tomber dans l’eau du Canal Royal. Et là, on a été servi avec un formidable Tournoi de Saint-Louis
marqué par la chute d’Evangelisti et la victoire du mézois Betti. Les ventres bleus ont eu la colique et les
agathois sont repartis par la plage.Échos
Infr’Action
Une nouvelle fois cette année, Infr'Action - Festival International
d'Art Performance-, s'installe à Sète du 12 au 17 septembre 2007.
Un programme international riche et prometteur est proposé au
public.
La troisième édition d'Infr'Action poursuit sa démarche de démo-
cratisation et propose des performances de qualité dans l'espace
public. De jeunes artistes évoluent aux côtés d'artistes confirmés et
reconnus, créant ainsi un sympathique brassage générationnel. Le
Royaume Uni est, cette année, le pays invité d'honneur.
L'unique festival international d'art performance en France est
également une plateforme et un lieu de rencontre artistique. Un
rendez-vous annuel incontournable pour découvrir de nouvelles
performances passionnantes et stimulantes dans le cadre de la ville
de Sète. Tous les quartiers sont concernés y compris l’Ile de Thau.
Actualités
a radio sétoise RTS, qu’anime e boxeur Éric Nicoletta est le e 13 septembre, les trois nou-LMadeleine Delacoux, est en Lnouveau patron de La Bodega. Cvelles lignes de ferris vers
plein boom : sa fréquentation est l’Algérie seront effectives. Et la
en hausse de 30%. SNCM annonce une nouvelle
n novembre, le Sémaphore va ligne vers le Maroc.
n septembre, début de l’amé- Eêtre entièrement rénové.Enagement d’un chemin piéton- ontbazin, seule commune
nier et d’une piste cyclable entre es frères Broussard ont pris leur Mdu bassin de Thau à ne pas
le Barrou et la Plagette. Lretraite et fermé leur célèbre avoir de site web, vient d’ inaugu-
étal des Halles. Les amateurs de rer son site :www.montbazin.fr.
oujours en septembre, réfec- brageoles sont désespérés.Ttion de la rue Jean Vilar qui
sera dotée d’un trottoir.
Le 10 du mois
La parution de la version papier de « La Lettre » a été très retardée en août. Nos excuses aux lecteurs.
Dorénavant nous essaierons d’être plus exacts au rendez-vous mensuel : elle sera distribuée le 10 de
chaque mois. Rien de changé pour ceux qui nous lisent sur internet et qui continueront à la recevoir en
début de mois.
2Sétois au Musée fabre
Le Musée Fabre a ouvert une salle consacrée aux peintres
du groupe Montpellier-Sète à voir jusqu’au 14 octobre.
Parmi les toiles, on verra (notre photo) ce Sarthou, don de sa
fille Francine au Musée, et la fameuse « Joutes à Sète » de
François Desnoyer ainsi que des œuvres de Gabriel
Couderc.
Sont aussi présentés Bessil, Dezeuze, Descossy, Seguin et
Fournel. Tous ont bénéficié d’un important travail de
restauration qui leur a rendu tout leur éclat.
Combas à Cannes
i vous passez à Cannes avant le 25 novembre, ne manquezSpas d’aller au Centre d’art La Malmaison voir les 40 toiles
et les sculptures réalisées par Robert Combas à la demande de
la mairie cannoise pour célebrer les 60 ans du Festival de
Cannes. Le thème a visiblement inspiré l’artiste qui, selon la
critique, amorce un virage dans son œuvre.
Télé et joutes
eux qui ont regardé les joutes du lundi sur internet et sur-Ctout sur chaîne 8 de Numéricable en ont pris plein les
yeux. Réalisé par une filiale de Canal +, les images étaient de
Martinelli toute beauté avec gros plan et rediffusion au ralenti des passes.
Ajoutez à cela les commentaires de Vincent Stento et Philippe
Sans et vous comprendrez que ceux qui n’ont pas droit aux
près le succès de « Fanzine », son dernier
places en tribune ne regrettaient nullement de ne pas être Aroman, l’écrivain sétois Olivier Martinelli
Présents dans le Cadre.
se livre avec « En face de préguise » à l’exerci-
ce de la nouvelle et du texte court. On retro- Buddy travaille
uve tout ce qui fait la force de son écriture, son
style sec et nerveux au service d’une histoire. Il
usqu’à fin septembre, Buddy di Rosa expose à l’Orangerie dese dégage de ses écrits toujours autant de JVersailles dans le cadre d’une expo collective « African Way.puissance émotionnelle.
Ensuite, il aura droit à une rétrospective au Centre d’art de LaCe livre à deux faces comporte aussi « En guise
Seyne sur mer. Le clou sera la statue d’une vache de 2,50 réali-de préface » écrit par Jean-Philippe Pedro, le
sée en inox !tout étant illustré par Armand Piques.
3Échos
Un CD pour Gramente
Le magnifique concert donné en mai dernier à la déca-
nale St Louis par l’Ensemble polyphonique Saint Clair
trouve un prolongement avec la sortie d’un CD. On y
retrouve les dernières œuvres d’Alfred Gramente écrites
sur des sonnets de Pétrarque et des poèmes occitans de
Loîsa Paulin. L’ensemble est accompagné de la soprano
Ulrike Van Cotthem, des cordes de Dorothée Fontcouverte,
Cécile Di Marino, Frédérique Genvrin, Janice Renau et de
l’organiste Henry Barthès.
Le Poche rouvre
France Jehanne Lee rouvre son Théâtre de
Poche Mardi 11 septembre à partir de
19h afin de faire découvrir la program-
mation du 1er trimestre. L'ambiance y
sera conviviale puisque se tiendra aussi
le vernissage du photographe Marc
Deotte pour son exposition " Mémoires
de Bacchanales ".
Avens poubelles
Gérard Calvet
Récemment, dans l’indifférence générale, nous
signalions le danger représenté par la pollution des Peintre on ne peut plus méditerranéen qui fut prof au
nombreux avens de Saint-Clair transformés en égout. Lycée Paul Valéry, Gérard Calvet s’apprête à sortir un
Midi Libre nous apprend que, dans les garrigues de gros bouquin-rétrospective de son œuvre qu’on a pu
Loupian, un spéléo, Thierry Nicole, vient de découvrir admirer il y a trois ans au Muséd sétois. Parution en
plusieurs avens servant de décharge à des produits novembre.
dangereux. Leur liaison avec l’étang de Thau, éloigné
d’un kilomètre ne fait aucun doute. Il ne faut pas
chercher plus loin l’origine des pollutions de la lagune. « Il est plus dangereux de tomber en
amour, que de tomber d'une falaise. »
(Proverbe Irlandais)
4France 24 grimpe
La dernière née des chaînes françaises, France 24, est
en plein boom. Surtout depuis qu’elle est aussi diffusée
en langue arabe. C’est d’ailleurs à Dubaï que son
patron, le sétois Alain de Pouzilhac (notre photo), est
allé inaugurer cette nouvelle rédaction, s’ajoutant aux
rédactions française et anglaise. La chaîne est suivie
aujourd’hui par 10 millions de téléspectateurs, ravis
d’échapper au monopole anglo-saxon.
Assassins du théâtre
Sous ce titre, Jacques Julliard a écrit dans le Nouvel’Obs :
« Il est temps de dénoncer le travail obstiné pour expulser le texte de la scène et lui substutuer la dictature de ce
démiurge mégalomaniaque que l’on nomme metteur en scène. »
Il attribue cette tyrannie à « la connivence servile d’une partie de la critique, la complicité financière de l’État et
au silence intimidé du public, tétanisé à l’idée de ne pas être à la hauteur des sommets culturels auquel on le
convie, résigné à feindre de comprendre là où il n’y a rien à comprendre, Où est le public frondeur du passé qui
ne s’en laissait pas conter et qui balayait par ses rires et ses sifflets l’imposture de pédants de collège ».
Après avoir cité maints exemples de cette cuistrerie, Julliard conclut en rappelant que Jean Vilar refusait dans son
humilité d’être nommé metteur en scène. Il se contentait, comme ses grands ainés, de servir au mieux Corneille
ou Tchekhov. Il se faisait appeler régisseur. »
Machisme
En ces temps de féminisme aigu, laissons la parole à un misogyne :
L'homme a découvert les ARMES et a inventé la CHASSE, la femme a découvert la CHASSE et a inventé les FOURRURES.
L'homme a découvert les COULEURS et a inventé la PEINTURE, la femme a découvert la PEINTURE et a inventé le
MAQUILLAGE.
L'homme a découvert les MOTS et a inventé la CONVERSATION, la femme a découvert la CONVERSATION et a inventé
le BAVARDAGE.
Le JEU a été découvert par l'homme qui a inventé les CARTES, la femme a découvert les CARTES et a inventé la TRICHERIE.
L'homme a découvert l'AGRICULTURE et a inventé la NOURRITURE, la femme a découvert la NOURRITURE et a inventé
le RÉGIME.
L'homme a découvert l'AMITIÉ et a inventé l'AMOUR, la femme a découvert l'AMOUR et a inventé le MARIAGE.
L'homme a découvert les FEMMES et a inventé le SEXE, la femme a découvert le SEXE et a inventé les MAUX DE TETE.
5Échos
La colère de Rouzaud
De Jean Rouzaud, ce coup de colère : cons, puis le support même, ce qui est encore plus con.
Résultat, le vieux cul-de-sac du conceptuel qui bloque
« Pas la peine de calculer, de composer et de prémédi- tout, on connaît la chanson Vieille rengaine intello-pri-
ter comme des malades. Nos œuvres les plus sponta- maire des années soixante, avec l'Etat aujourd'hui pour
nées sont souvent les plus réussies. Oubliez le jargon plomber le tout.
classique et a posteriori des mandarins de l'art pour Halte à la branlette et aux institutions, Il faut réanimer
expliquer pendant des heures les sous-entendus, inten- la peinture, le dessin, appelez ça comme vous voulez,
tions et aspects cachés de toiles classiques.Ces baveux mais sachez que toute création se joue là : sur le terrain
parlent d'eux mêmes et après-coup - rien de pire que et sans détour: Il faut exécuter un objet, une pièce, un
ces carabiniers, inspecteurs des travaufinis panneau, une toile, un machin.
- Ils n'étaient pas là et ne savent pas ce que l'artiste a N'en déplaise à tous les bidonneurs qui voudraient que
fait ou pas. l'art évolue comme la technologie: des moyens sophis-
Ils décortiquent tardivement comme les hyènes lacèrent tiqués qui n'ont plus de fin véritable, et puis quoi enco-
un cadavre. re! »
Ce sont ces mêmes débiles qui ont vidé l'art de son sens
premier, qui ont enterré la représentation comme des
L’invasion de Brescoudos
Le rassemblement annuel des bikers venus sur leur Harley
de toute la France se retrouver au Cap d’Agde a connu sa
traditionnelle clôture à Sète. Par la Corniche, ils ont traver-
sé la ville pour se rassembler place Aristide Briand en un
cortège pétaradant et spectaculaire. Leurs admirateurs
étaient très nombreux, attirés par les étincelantes machines
et aussi par le look des
conducteurs et de
leurs passagers. Parmi
eux, le Père Gilbert,
dit le curé des lou-
bards, était le plus
entouré. Les bikers ont
ensuite goûté les spé-
cialités sétoises (sur-
tout macaronade et
moules en marinière)
servies aux terrasses
de l’Esplanade puis
ont visité la ville et envahi la plage avant de regagner Agde.
« Ce qui rend l'égalité difficile, c'est que
nous la désirons seulement avec nos
supérieurs. » (Henry Becque)
«Tout homme qui a du pouvoir est porté à
en abuser » (Montesquieu)
6Les petits saint-clairiens
Avec les beaux jours, jardins et garrigues de Saint Clair avaient
retrouvé leurs plus anciens habitants. A condition d’être attentifs,
on peut observer leurs allées et venues. Que voilà des saint-clai-
riens discrets et certainement heureux d’habiter la montagnette.
« C'est le propre de l'amour de croître,
sous peine de diminuer. »
(André Gide)
7Brassens not dead
Abd al Malik
Israel Cachao Lopez
Éric Morère au Théâtre de la Mer
Le photographe Éric Morère a suivi
tous les grands moments de la saison
2007 du Théâtre de la Mer. En voici
une petite sélection montrant
quelques-unes des vedettes qui
ont joué dos à la mer.
8
Seun Kut
Brigitte Fontaine
Johnny CleggHenry Texier
Est
Omar Sosa
9
Stéphane Belmondo
Rose
Solomon Burke
CleggFiesta à PeschotE
Dans le cadre de Fiest’à Sète,
la salle Peschot a accueilli du
1 au 15 août deux artistesX
inventifs et chaleureux :
le peintre Laurent Carcedo et
ses recherches colorées etPP
Muriel Chircop aux élégantes
statuettes nues.
Les deux artistes ont entière-O
ment métamorphosé la vieille
salle, créant avec astuce de
confortables compartimentsS d’où l’on pouvait apprécier
cette joyeuse expo.
Six du CAPPS
Après cinq exposants en juillet, le
Cercle des artistes plasticiens du
pays sétois avait occupé à nouveau
en août la Salle des Pèlerins. Cette
fois, ce sont Line Bernard et ses
marines, Tonia Lacombe et ses pay-
sages, Michel Ballanger et ses
visions cosmiques, Gisele Marguier,
Monique Monti, Sylvie Thomas et
ses fleurs qui exposaient au sommet
de Saint-Clair.
« Il n’y a pas de néant. Zéro n’existe pas.« Paraître un homme heureux est un acte
Tout est quelque chose. Rien n’est rien »de politesse » (Bernard Frank)
(Victor Hugo)
10