Manuels de lecture du CP : Et si on apprenait l

Manuels de lecture du CP : Et si on apprenait l'égalité ?

Documents
27 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Etude des représentations sexuées et sexistes dans les manuels de lecture du CP.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 octobre 2015
Nombre de visites sur la page 22
Langue Français
Signaler un problème
2 0 15
MANUELS DE LECTURE DU CP : ET SI ON APPRENAIT L’ÉGALITÉ ?
ÉTUDE DES REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET SEXISTES DANS LES MANUELS DE LECTURE DU CP
é Ld ’uécgaatLI Iot né à e e
é
t
u
d
e
Nouvelle étude cette année, nouvelle matière ! Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de l’apprentissage de la lecture en « Cours É« CDP ».ICettTe annOée d’école est fondamentale dans Préparatoire », plus connu sous son abréviation notre vie puisqu’elle nous permet d’apprendre une langue, socle primordial pour l’acquisition d’une culture commune. L’année de CP prépare-t-elle aussi à l’égalité, principe intangible de notre République ? Le constat est à nouveau sans appel dans cette quatrième étude : les représentations des filles et des garçons sont stéréotypées à l’extrême et les rôles assignés à chacun-e normatifs et sexistes. Infériorité numérique, infériorité statutaire, infériorité tout court, voilà ce que les manuels de lecture de CP transmettent comme image des filles et des femmes aux générations nouvelles !
Apprendre l’égalité dès le plus jeune âge est pourtant fondamental pour grandir dans le respect de l’autre et s’épanouir librement. Filles et garçons doivent en outre pouvoir se projeter dans des modèles diversifiés afin d’appréhender la multiplicité du monde et des possibles.
Les manuels de lecture de CP en sont donc encore au balbutiement de l’apprentissage de l’égalité. Par cette étude et nos actions, nous les incitons à en devenir le B.A.-BA !
Djénéba Keita, présidente du Centre Hubertine Auclert
IntroductIon6 MéthodoLogIe8 1DES MANUELS MIXTESMAIS PAS PARITAIRES10 Des femmes et des illes sous-représentéesdans les textes et les îmages11 Le masculîn consîdéré comme unîverselpénalîse l’égalîté14 2 DES PERSONNAGES FÉMININSLIMITÉS DANS LEURS ACTIVITÉS,DES PERSONNAGES MASCULINS PLUS DIVERSIFIÉS MAIS TRADITIONNELS17 Les femmes et les illes cantonnéesà la sphère prîvée19LES iES À ’îNTÉRîEUR, ES GâRçONS OCCUpENT ’ESpâCE20 /LES fEmmES « À TOUT fâîRE », ES pèRES îNVîSîbES23 /Au travaîl ou au pays îmagînaîre :le plafond de verre27 /FîES ET GâRçONS À ’ÉCOE: UNE REâTîVE pâRîTÉ27 /Quand je serai grand,ES mÉTîERS âU mâSCUîN28 /PRîNCESSE, C’EST UN mÉTîER ?31 3POUR DES MANUELS ÉGALITAIRES :DES PISTES D’ÉVOLUTION POSSIBLES33 Des personnages fémînîns en évolutîon :des exemples întéressants34 Intersectîonnalîté et problèmesde représentatîons au plurîel35 concLusIon38 recoMMandatIons40 corPus des ouvrages étudIés42 BIBLIograPhIe44 SOMMCAentre frIancîlîeRn de ressEources pour l’égalîté femmes-hommes annexes47 CENTRE HUBERTINE AUCLERT ( 5 )
INTRODUCTION
_ 1 « La querelle sur les méthodes de lecture relancée », Marie-Estelle Pech, Le Figaro du 10 janvier 2014, www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/10/01016-20140110ARTFIG00257-la-querelle-sur-les-methodes-de-lecture-relancee.php,consulté le 27 août 2015.
Les méthodes de lecture sont régulièrement sujettes à controverses. Des affrontements ont régulièrement lieu entre les tenant-e-s des méthodes dites syllabiques et les défenseur-e-s des méthodes dites 1 globales . Au-delà de la seule question pédagogique, ces débats récurrents témoignent de la place centrale de la lecture et de son apprentissage dans notre société et à l’école.
Lâ CâSSE DE cP EST EN OUTRE UN mOmENT qUî REVêT UNE împORTâNCE CERTâîNE pOUR ES jEUNES ÉèVES ET EUR ENTOU-RâGE. eNTRÉE DâNS â «GRâNDE ÉCOE», pREmîERS mâNUES, âppRENTîSSâGES fONDâmENTâUX, E cP EST À bîEN DES ÉGâRDS UN mOmENT CÉ.
c’EST EN RâîSON DE CETTE DîmENSîON, ET pâRCE qUE ’ÉGâ-îTÉ DOîT êTRE TRâNSmîSE DèS E pUS jEUNE AGE DâNS ’ENCEîNTE SCOâîRE, qUE E cENTRE hUbERTîNE aUCERT, CENTRE fRâNCîîEN DE RESSOURCES pOUR ’ÉGâîTÉ fEmmES-HOmmES, â SOUHâîTÉ TRâVâîER CETTE âNNÉE SUR DES mâNUES DU cP.
apRèS âVOîR fâîT pâRâïTRE CHâqUE âNNÉE DEpUîS 2011 UNE ÉTUDE SUR ES mâNUES DE mâTîèRES DE TRONC COmmUN DU yCÉE, î â SEmbÉ pERTîNENT âUjOURD’HUî D’âNâySER ES mâNUES SCOâîRES DES pUS jEUNES ÉèVES. d’âUTâNT qUE ES mâNUES DE ECTURE DE cP jOUENT UN RôE pRÉpONDÉRâNT DâNS E pROCESSUS SCOâîRE DES ÉèVES. LE cP EST EN EffET â pRE-mîèRE CâSSE Où ES ÉèVES UTîîSENT DES mâNUES, ET â ECTURE EST E pîîER DES âppRENTîSSâGES fONDâmENTâUX DU CyCE 2. eN OUTRE, â RÉfORmE DES pROGRâmmES DE â mâTERNEE ET DU pRîmâîRE ÉTâNT EN COURS, ÉTUDîER CES OUVRâGES pERmET D’âTTîRER DâVâNTâGE ’âTTENTîON DES mâîSONS D’ÉDîTîON ET DES
( 6 ) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
âUTEUR-E-S DE mâNUES SUR ES REpRÉSENTâTîONS VÉHîCUÉES, ES DÉSÉqUîîbRES À CORRîGER, ES STÉRÉOTypES À fâîRE DîSpâRâïTRE. 2 PUSîEURS pRÉCÉDENTES ÉTUDES SUR CES mâNUES , mâîS âUSSî 3 ES ÉTUDES SUR â îTTÉRâTURE jEUNESSE , ONT mONTRÉ qUE ES STÉRÉOTypES SEXîSTES N’âVâîENT pâS DîSpâRU. à ’âUbE DE EUR REfONTE, î CONVîENT DONC DE fâîRE UN ÉTâT DES îEUX DES REpRÉ-SENTâTîONS SEXUÉES ET SEXîSTES VÉHîCUÉES DâNS CES mâNUES.
dâNS â CONTîNUîTÉ DES pRÉCÉDENTES ÉTUDES mENÉES pâR E cENTRE hUbERTîNE aUCERT, â mÉTHODOOGîE DÉpOyÉE - bâ-SÉE SUR ES TRâVâUX DES SOCîOOGUES syVîE cROmER ET câROE BRUGEîES - pERmET D’âSSOCîER ES âppROCHES qUâNTîTâTîVES 4 ET qUâîTâTîVES . c’EST-À-DîRE EffECTUER UN RECENSEmENT DES DîffÉRENTS pERSONNâGES pRÉSENTS DâNS ES mâNUES (âNâySE qUâNTîTâTîVE) ET EXâmîNER EURS CâRâCTÉRîSTîqUES (âNâySE qUâîTâTîVE). eN EffET, ’âppRENTîSSâGE DE â ECTURE îNDUîT DES mîSES EN SîTUâTîON DE DîffÉRENTS pERSONNâGES ET ’ÉTUDE DES SONS, DES ETTRES ET DES SyâbES, DOUbÉE DE â NÉCESSîTÉ D’ENRîCHîR E VOCâbUâîRE DES ÉèVES, pREND â fORmE DE pETîTES SCèNES âNCRÉES DâNS E qUOTîDîEN OU, âU CONTRâîRE, DÉpEîGNâNT DES UNîVERS îmâGîNâîRES. éTUDîER CES DîffÉRENTES SîTUâTîONS âU REGâRD DU GENRE pERmET âîNSî DE mETTRE EN UmîèRE ES RôES DîffÉRENCîÉS ET HîÉRâRCHîSÉS âTTRîbUÉS âUX fEmmES ET âUX HOmmES.
_ 2 Par exemple, Fontanini Christine,« Les manuels de lecture de CP sont-ils sexistes ? »,Actualité de la recherche en éducation et en formation, Strasbourg, 2007. _ 3 Association européenne Du côté des filles, Quels modèles pour les filles ?Une recherche sur les albums illustrés, Paris, 1997. _ 4 Brugeilles Carole, Cromer Sylvie, Comment promouvoir l'égalité entre les sexes par les manuels scolaires ? Guide méthodologique à l'attention des acteurs et actrices de la chaîne du manuel scolaire,Paris, UNESCO, 2008.
MÉTHODOLOGIE
nOUS âVONS îDENTîiÉ ES DîffÉRENTES mâîSONS D’ÉDîTîON pROpOSâNT DES mÉ-THODES DE ECTURE DE cP pâRmî TOUS ES ÉDîTEURS SCOâîRES. nOUS âVONS îmîTÉ E CORpUS âUX mâNUES SORTîS âpRèS â DERNîèRE mODîiCâTîON DES pROGRâmmES, À SâVOîR EN 2008. eN CâS DE RÉÉDîTîON DEpUîS 2008, NOUS âVONS pRîVîÉGîÉ ’ÉDî-TîON â pUS RÉCENTE.
Lâ pUpâRT DES mÉTHODES DE EC-TURE SE DÉCîNE DE â mâNîèRE SUîVâNTE: UN mâNUE, UN iCHîER DE TRâVâî ET DES âbUmS DE ECTURE âSSOCîÉS. dâNS CER-TâîNES COECTîONS, ES mâNUES ET ES iCHîERS SONT EN DEUX TOmES. nOUS âVONS pRîS E pâRTî DE NE SÉECTîONNER qUE ES mâNUES DE TRâVâî qUî SE DîSTîNGUENT CâîREmENT DES iCHîERS (îS SE CâRâCTÉ-RîSENT NOTâmmENT pâR UNE COUVERTURE RîGîDE ET pâR E fâîT qUE ES ÉèVES N’y ÉCRîVENT pâS). eNEffET, âpRèS VÉRîiCâTîON, î âppâRâïT qUE ES iCHîERS REpRENNENT mOT pOUR mOT ET îmâGE pâR îmâGE ES EçONS DÉVEOppÉES DâNS ES mâNUES. L’ÉTUDE DES REpRÉSENTâTîONS âURâîT âORS ÉTÉ REDONDâNTE. nOUS âVONS âUSSî EXCU ES âbUmS DE ECTURE qUî REpRÉSENTENT UN TRâ-Vâî D’âppROfONDîSSEmENT : ES ÉèVES RETROUVENT ES pERSONNâGES qUî ÉVO-UENT DâNS ES mâNUES SCOâîRES DâNS
( 8 )CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
DE NOUVEES HîSTOîRES âiN DE pâRfâîRE EUR âppRENTîSSâGE DE â ECTURE À TRâ-VERS DE NOUVEâUX TEXTES. cES âbUmS NE SONT pâS NÉCESSâîREmENT UTîîSÉS pâR ES ENSEîGNâNT-E-S ET NE fONT pâS ’ObjET D’EXERCîCES âppâRâîSSâNT DâNS ES mâNUES.
_ LE CORPUS iNàl SE COMPOSE DONC DE 22 MàNUElS, ÉDîTÉS ENTRE 2008 ET 2015, ET PàRUS DàNS DîX MàîSONS D’ÉDîTîON. _
afîN D’ENTREpRENDRE UNE ÉTUDE qUâNTîTâTîVE ET qUâîTâTîVE, NOUS âVONS ÉTâbî UNE GRîE D’âNâySE pERmETTâNT DE fâîRE RESSORTîR ES CâRâCTÉRîSTîqUES DES pERSONNâGES pRÉSENTS DâNS ES mâNUES DE NOTRE CORpUS. cHâqUE pERSONNâGE îDENTîiÉ, «mâSCUîN» OU «fÉmîNîN», â ÉTÉ RÉfÉRENCÉ EN fONCTîON DES âSpECTS SUîVâNTS: /:LA DÉTERMINATION SEXUÉE ES pERSONNâGES SONT DES fEmmES, DES HOmmES OU DES îNDÉTERmîNÉS. LES îNDÉTERmîNÉS, qUî îNCUENT âUSSî ES DÉNOmîNâTîONS pURîEES, N’ONT pâS ÉTÉ pRîS EN COmpTE DâNS ’ÉâbORâTîON DES STâTîSTîqUES, SâUf mENTîON CONTRâîRE. /LE TYPE DE DOCUMENTDâNS E-qUE î OU EE âppâRâïT: TEXTE, EXERCîCE,
îUSTRâTîON OU pâRâTEXTE. /LA DÉNOMINATION,qUî pERmET UN âNCRâGE DU pERSONNâGEET qUî ’îN-TèGRE DâNS UN SySTèmE DE RÉfÉRENCE: î pEUT S’âGîR DU pRÉNOm, DU NOm, DE â CîVîîTÉ («MâDâmE», «MONSîEUR»), DU îEN DE pâRENTÉ, DE â fONCTîON pROfES-SîONNEE, DU STâTUT («â jEUNE iE», «E UTîN», «E pîNGOUîN», «UN ÉCOîER»…), D’UN pRONOm. /LE STATUTDâNS E CORpS DU mâ-NUE: S’âGîT-î D’UN«pERSONNâGE DE iDÉ-îSâTîON» (C’EST-À-DîRE UN pERSONNâGE RÉCURRENT âUqUE ES ÉèVES S’îDENTîiENT ET DONT îS/EES SUîVENT ES âVENTURES pENDâNT TOUTE ’âNNÉE SCOâîRE)? d’UN pîCTOGRâmmE OU D’UN SîmpE pERSON-NâGE? /L’ÂGE :ENfâNT, âDUTE OU îNDÉTER-mîNÉ. Lâ TRâNCHE D’AGE DES pERSONNâGES ENfâNTS SE SîTUE ENTRE 0 ET 20 âNS ET NOUS CONSîDÉRONS ES pERSONNâGES EN-GâGÉS DâNS â VîE âCTîVE COmmE âDUTES ORSqUE EUR AGE N’EST pâS pRÉCîSÉ. /LE PERSONNAGE ESTIL UN ANI MAL ANTHROPOMORPHE ?eST CONSî-DÉRÉ COmmE âNîmâ âNTHROpOmORpHE UN âNîmâ âDOpTâNT UN COmpORTEmENT HUmâîN ET/OU âyâNT DES âTTRîbUTS VESTî-mENTâîRES ET pHySîqUES HUmâîNS. /s’âGîT-î OU NON D’UN PERSON NAGE DE FICTION ?/L’APPARENC E PHYSIQUE : E
pERSONNâGE pOSSèDE-T-î DES âTTRîbUTS TRâDîTîONNEEmENT SEXUÉS ? LE REEVÉ S’EST CONCENTRÉ SUR ES VêTEmENTS (pâR EXEmpE UNE jUpE pOUR ES iES), ES âCCESSOîRES (âCCESSOîRES DE CHEVEUX, TâbîER…) ET ES COUEURS (E ROSE ET E bEU pâR EXEmpE). /:LES TRAITS PSYCHOLOGIQUES DE â mêmE mâNîèRE, pEUT-ON îDENTî-iER DES ÉÉmENTS TRâDîTîONNEEmENT SEXUÉS DâNS â DESCRîpTîON ET â RÉpâR-TîTîON DES qUâîTÉS ET DÉfâUTS DES pER-SONNâGESmâSCUîNS (fORCE, COèRE…) ET DES pERSONNâGES fÉmîNîNS (fâîbESSE ET DOUCEUR…) ? /LES DOMAINES D’ACTIVITÉS ET D’EXPERTISE :î S’âGîT D’îDENTîiER ES pRâTîqUES DE CHâCUN-E, qUE CE SOîT EUR pROfESSîON, ES âCTîVîTÉS REEVâNT DE â SpHèRE pRîVÉE (âCTîVîTÉS DOmESTîqUES, OîSîRS, SpORTS) OU DU DOmâîNE SCOâîRE.
sUîVâNT CETTE mÉTHODOOGîE, NOUS RENDRONS COmpTE DE NOS RÉSUTâTS EN âbORDâNT DâNS UN pREmîER TEmpS â SOUS-REpRÉSENTâTîON împORTâNTE DES fEmmES. nOUS âNâySERONS ENSUîTE ES STÉRÉOTypES SEXîSTES EN pRÉSENCE. eT NOUS ÉTUDîERONS ENiN ES pîSTES D’ÉVOU-TîON pOSSîbES. eN âNNEXE, DES TâbEâUX STâTîSTîqUES DE SyNTHèSE pERmETTENT DE fâîRE E pOîNT SUR ES DîffÉRENTS âSpECTS qUâNTîTâTîfS DE ’ÉTUDE.
CENTRE HUBERTINE AUCLERT ( 9 ) Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
_ DES MANUELS MIXTESMAIS PAS PARITAIRES
( 10)CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
DES FEMMES ET DES FILLES SOUSREPRÉSENTÉES DANS LES TEXTES ET LES IMAGES
LE pREmîER ÉÉmENT qUî âppâRâïT SUîTE À ’âNâySE qUâNTîTâTîVE DES mâNUES EST UN DÉSÉqUîîbRE NUmÉRîqUE împORTâNT ENTRE ES REpRÉSENTâTîONS DES fEmmES ET CEES DES HOmmES. QUE ’ON pRENNE CHâqUE TypE DE DOCUmENT SÉpâRÉmENT OU qUE ’ON CONSîDèRE E mâNUE DâNS SON ENSEmbE, ES fEmmES ET ES iES SONT TOUjOURS EN îNfÉ-RîORîTÉ pâR RâppORT âUX HOmmES ET âUX GâRçONS. aîNSî, Sî ’ON EXCUE ES pERSONNâGES îNDÉTERmîNÉS, ON TROUVE EN TOUT 13025 pERSONNâGES SEXUÉS pâRmî ES 22 mâNUES. LES fEmmES NE SONT qUE 5097, SOîT pRèS DE TROîS mîE OCCURRENCES DE mOîNS qUE ES HOmmES.Cela représente un peu moîns de 2 femmes pour 3hommes, ou 39% de femmes.
LES pERSONNâGES DE iCTîON REpRÉSENTENT 96% DU TOTâ DES pERSONNâGES îDENTîiÉS. cEâ S’EXpîqUE pâR â COmpOSîTîON SpÉCîiqUE DES mâNUES DE ECTURE DE cP qUî S’ORGâNîSENT âUTOUR DE TEXTES ET D’EXERCîCES mETTâNT EN SCèNE DES pERSONNâGES iCTîONNES.Le pourcentage de femmes et de illes dans la ictîon est sîmîlaîre au pourcentage total et représente 2631 occurrences de moîns que les hommes (39,4%).
sî ’ON ÉTUDîE DE pUS pRèS ES DîffÉRENTES CâTÉGORîES DE pERSONNâGES, ON VOîT qUE ES iES SONT mîEUX OTîES qUE ES fEmmES pUîSqUE 42,9% DES ENfâNTS SONT DES iES, âORS qUE SEUEmENT 36,1% DES âDUTES SONT DES fEmmES. cEâ
ON TROUVE 2 FEMMES POUR 3 HOMMES, OU 39 % DE FEMMES DANS LES MANUELS DE CP.
CENTRE HUBERTINE AUCLERT( 11 ) Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
28,2 % DES ANIMAUX ANTHROPOMORPHES SEXUÉS SONT IDENTIFIÉS COMME FÉMININS.
S’EXpîqUE pâR â pRÉSENCE RÉCURRENTE DE iES pâRmî ES pER-SONNâGES DE iDÉîSâTîON, C’EST-À-DîRE DE pERSONNâGES DONT ES ÉèVES SUîVENT ES âVENTURES TOUT âU ONG DU mâNUE. LES pERSONNâGES DE iDÉîSâTîON, pRÉSENTS DâNS 6mâNUES, SONT pUS SOUVENT DE SEXE fÉmîNîN CE qUî CONTREbââNCE qUEqUE pEU â SOUS-REpRÉSENTâTîON DES iES. cE RÉSUTâT CORRObORE ES RÉSUTâTS DES pRîNCîpâES ÉTUDES SUR ES pERSONNâGES DâNS ES îVRES DE îTTÉRâTURE jEUNESSE.En effet, l’écart entre les personnages jeunes fémînîns et masculîns y est moîns marqué que l’écart entre les personnages adultes fémînîns et masculîns.
PâRmî ES pERSONNâGES DE fîCTîON,on trouve un certaîn nombre d’anîmaux anthropomorphes quî témoîgnent eux aussî de la sous-représentatîon des personnages fémînîns et de leur învîsîbîlîsatîon. oN pâRE D’âNîmâUX âNTHROpOmORpHES ORSqUE ES âNî-mâUX pâRENT, EffECTUENT DES âCTîONS HUmâîNES OU pORTENT DES âTTRîbUTS VESTîmENTâîRES pâRTîCUîERS. oN RECENSE âîNSî 335 âNîmâUX âNTHROpOmORpHES îDENTîiÉS COmmE fÉmî-NîNS pOUR 1190 âNîmâUX âNTHROpOmORpHES SEXUÉS, SOîT 28,2%. aU-DEÀ DE ’âSpECT qUâNTîTâTîf, î EST îNTÉRESSâNT D’ÉTUDîER â mâNîèRE DONT ES mâNUES SCOâîRES pRÉSENTENT CES âNîmâUX, EN TERmES DE DÉNOmîNâTîON. eN EffET, CES âNîmâUX SONT mâjORîTâîREmENT DÉSîGNÉS pâR EURS ESpèCES (â SOURîS, E OUp…) OU pâR EURS pRÉNOmS,maîs les anî-maux îdentîiés comme fémînîns sont davantage désîgnés en fonctîon de leur lîen de parenté avec les autres personnages (Maman Poule, la iancée du mammouth…)qUE ES âNîmâUX îDENTîiÉS COmmE mâSCUîNS. oN VOîT âUSSî qUE CERTâîNS NOmS mâSCUîNS SONT UTîîSÉS COmmE GÉNÉRîqUES, ââNT mêmE pâRfOîS jUSqU’À êTRE EmpOyÉS pOUR DÉSîGNER DES pERSONNâGES îDENTîiÉS COmmE fÉmîNîNS («UN CHEVâ» qUî âppâRâïT CâîREmENT COmmE UN pERSONNâGE fÉmîNîN pâR EXEmpE).
LES pERSONNâGES RÉES NE SONT pâS NOmbREUX DâNS ES mâNUES DE ECTURE DE cP CâR ES TEXTES SONT iCTîONNES (ON pâRE DE pERSONNâGE RÉE pOUR DÉSîGNER DES HOmmES
( 12 ) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
ET DES fEmmES VîVâNTS OU âyâNT VÉCU). LEURS NOmS âppâ-RâîSSENT â pUpâRT DU TEmpS DâNS â ÉGENDE D’UN TEXTE OU D’UNE îUSTRâTîON. oN NE COmpTE qUE 618 OCCURRENCES DE fEmmES ET D’HOmmES RÉE-E-S, SOîT 4,7% DE â TOTâîTÉ DES pERSONNES îDENTîiÉES.Parmî elles, seules 209 sont des femmes, ce quî ne représente que 33,8%.tOUT COmmE ES HOmmES RÉES, ES fEmmES RÉEES SONT mâjO-RîTâîREmENT pRÉSENTES DâNS E DOmâîNE âRTîSTîqUE, CE qUî îNCUT ES âUTEURES (MâRîE-aUDE MURâî, cORNEîâ FUNKE…), ES CHâNTEUSES ET pOÉTESSES (aNNE syVESTRE…), ES pEîNTRES ET ES SCUpTRîCES (nîKî DE sâîNT-PHâE…), ES îUSTRâTRîCES ET ES TRâDUCTRîCES (eîSâbETH dUVâ, aNNE-câTHERîNE DE BOE…). nOTONS qUE ES TERmES EmpOyÉS pOUR DÉCRîRE ES âCTîVîTÉS DES fEmmES RÉEES NE SONT pâS fÉmîNîSÉS: CEâ îNlUENCE ES ÉèVES DâNS EUR pERCEpTîON DES mÉTîERS (ON TRâNSmET âîNSî ’îDÉE D’âCTîVîTÉS RÉSERVÉES âUX HOmmES ET 1 âUX fEmmES). dâNSChut je lis 2, CHâqUE HîSTOîRE EST pRÉ-CÉDÉE D’UNE bîOGRâpHîE DE ’âUTEUR-E.Ti Tsing,’UNE DES HîSTOîRES, â ÉTÉ ÉCRîTE pâR cOTîDE BERNOS, ET CETTE DERNîèRE EST DÉCRîTE âîNSî : «eE â ÉTÉ âRTîSâN, HôTESSE DE ’âîR, NâVî-GâTRîCE, pROfESSEUR DE fRâNçâîS À TRâVERS E mONDE». oN VOîT qUE ES SEUS TERmES fÉmîNîSÉS SONT, D’UNE pâRT, UNE pROfESSîON UNîqUEmENT fÉmîNîNE (ON NE DîT pâS HôTE DE ’âîR mâîS STEwâRT) ET, DE ’âUTRE, UN mÉTîER DONT â fÉmîNîSâTîON EST COURâmmENT UTîîSÉE. aUTRE EXEmpE: DâNSLecture Tout 2 Terrain, UN TEXTE D’aNNE syVESTRE EST SUîVî DE â qUESTîON SUîVâNTE: «POURqUOî ’âUTEUR DE CE TEXTE DîT-EE…?». BîEN qU’aNNE syVESTRE SOîT CâîREmENT îDENTîiÉE COmmE UNE fEmmE, E TERmE N’EST pâS fÉmîNîSÉ.
sî «âRTîSâN», «pROfESSEUR» OU «âUTEUR» RÉSîSTENT À â fÉmîNîSâTîON, C’EST pEUT-êTRE pâRCE qUE, pOUR E pREmîER, î 3 EST TRâDîTîONNEEmENT RÉSERVÉ âUX HOmmES ET qUE, pOUR ES âUTRES, â fORmE fÉmîNîNE DU mOT EST ENCORE DîfiCîEmENT UTîîSÉE. QUEE qUE SOîT â RÉpONSE, CEâ TÉmOîGNE DE â Dîf-iCUTÉ DES âUTEUR-E-S À fÉmîNîSER DE mâNîèRE SySTÉmâTîqUE. eNiN, E DÉSÉqUîîbRE EST ÉGâEmENT împORTâNT ORSqUE ’ON ÉTUDîE ES pROpORTîONS DE pRONOmS fÉmîNîNS ET mâSCU-îNS, pRONOmS qUî REVîENNENT TRèS RÉGUîèREmENT DâNS ES
_ 1 Annick Vinot, Jacques David, Joëlle Théault, Valérie Oliveira,Chut, je lis Tome 2,Hachette, 2009, p.55. _ 2 Jérôme Lurse (dir.), Lecture tout terrain, Bordas, 2010, p.124. _ 3 Cf. partie «Quand je serai grand :les métiers au masculin », p.28.
33,8 % DES OCCURRENCES DE FEMMES ET D’HOMMES RÉELLES, SONT DES FEMMES.
CENTRE HUBERTINE AUCLERT ( 13 ) Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
_ pâGES CONSâCRÉES âUX EXERCîCES qUî âUGURENT ES EXERCîCES 1 DE CONjUGâîSONS. LES pRONOmS fÉmîNîNS (SîNGUîERS ET pU-Cf. partie « Au travail ou au pays imaginaire : RîES) REpRÉSENTENT 35,5% DU TOTâ DES pRONOmS UTîîSÉS. le plafond de verre », p.27. LES fEmmES ET ES iES SONT ÉGâEmENT mOîNS pRÉ-SENTES DâNS ’îCONOGRâpHîE. eN EffET,ES îUSTRâTîONS REpRÉ-SENTENT mâjORîTâîREmENT DES GâRçONS ET DES HOmmES. LES pERSONNâGES fÉmîNîNS REpRÉSENTENT 40,4%DES îUSTRâTîONS âVEC TOUjOURS UNE DîSpâRîTÉ ENTRE ES iES (42,1%) ET ES fEmmES (38%).L’îconographîe est porteuse de nom-breux stéréotypes, que ce soît dans l’habîllement 1 ou dans les actîvîtés des personnages .eTâNT DONNÉ EUR NOmbRE, î N’â pâS ÉTÉ pOSSîbE D’EffECTUER UN REEVÉ DE TOUTES ES TENUES VESTîmENTâîRES DES pERSONNâGES, NÉâNmOîNS ES îUSTRâTîONS DE iES EN RObES OU EN jUpESET â COUEUR ROSE (ET SES DÉRîVÉS) pRÉDOmîNENT. LE MASCULIN CONSIDÉRÉ COMME UNIVERSEL PÉNALISE L’ÉGALITÉ
oUTRE â SOUS-REpRÉSENTâTîON DE fEmmES, NOUS âVONS îDENTîiÉ pUSîEURS pROCÉDÉS D’îNVîSîbîîSâTîON.L’învîsîbîlî-satîon des personnages fémînîns passe notamment par l’utîlîsatîon du genre masculîn comme catégorîe unîverselle.eNEffET, CERTâîNS TERmES mâSCUîNS SONT UTîîSÉS pOUR DÉSîGNER UNE CâTÉGORîE GÉNÉRâE. c’EST pâRTîCUîèRE-mENT VîSîbE DâNS E CâS DE pURîES TES qUE «ES HâbîTâNTS», «ES VîâGEOîS»OU ENCORE «ES ÉèVES». cES DÉNOmîNâTîONS ONT UNE DOUbE CONSÉqUENCE: EES NE âîSSENT pâS âppâ-RâïTRE ES fEmmES DâNS CE GROUpE DONNÉ, ET EES fONT DU GENRE fÉmîNîN UNE CâTÉGORîE À pâRT. dE NOmbREUX mâNUES UTîîSENT EN OUTRE E TERmE «’hOmmE» OU «ES hOmmES»
( 14 ) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
pOUR pâRER DES êTRES HUmâîNS EN GÉNÉRâ, pâRfOîS SâNS 2 mêmE y âjOUTER DE mâjUSCUE . LE mâSCUîN VâUT âUSSî COmmE UNîVERSE DâNS E CâS DES mÉTîERS : D’UNE mâNîèRE GÉNÉRâE, ES NOmS DE mÉTîERS SONT mâjORîTâîREmENT âU mâSCUîN. Lâ fÉmîNîSâTîON DES NOmS âppâRâïT DâNS E CâDRE DES EçONS SUR ’âCCORD DU fÉmîNîN, âUqUE CâS ON mONTRE âUX ÉèVES qUE E mÉTîER fÉmîNîN SE CONSTRUîT À pâRTîR DU mÉTîER mâSCUîN, EN RâjOU-TâNT UN SUfiXE. cEâ DONNE À pENSER qUE ES mÉTîERS DE fEmmES N’ONT pâS D’EXîSTENCE EN EUX-mêmES, qU’îS NE SONT qUE ’âDâpTâTîON DE â fORmE mâSCUîNE DU mOT.Les métîers aînsî fémînîsés ne sont pas mîs en sîtuatîon: îls ne valent que comme exemples grammatîcaux, non comme réalîtés professîonnelles.LES mÉTîERS âU mâSCUîN SONT CONSîDÉRÉS COmmE UNîVERSES, CE SONT DONC EUX qUî âppâRâîSSENT mâjORîTâîREmENT DâNS ES TEXTES ET ES EXERCîCES. LES fEmmES TRâVâîEUSES EN âCTîON SONT îNVîSîbîîSÉES âU pROiT DES HOmmES.
oN VOîT pâR âîEURS qUE CES EçONS N’îNCUENT jâmâîS DE fORmES DE fÉmîNîSâTîON mOîNS RECONNUES TEES qUE «’âUTEURE» OU «â pROfESSEURE» ET qUE ES fORmES âU fÉmîNîN DÉSîGNENT DES âCTîVîTÉS TRâDîTîONNEEmENT DÉVO-UES âUX fEmmES («â COUTURîèRE», «â pATîSSîèRE», «â mâïTRESSE»…). aU-DEÀ DE â qUESTîON DE â fÉmîNîSâTîON DES îNTîTUÉS DES mÉTîERS, ON pEUT REmâRqUER qUE ’âppRENTîSSâGE DES GENRES mâSCUîNS ET fÉmîNîNS DES mOTS ET DE â fÉmîNîSâTîON DES TERmES SE fâîT TOUjOURS SEON E mêmE pROCÉDÉ: ON pâRT DU mâSCUîN pOUR TROUVER E fÉmîNîN, CONfORmÉmENT À ’EXEmpE Cî-DESSOUS: LE bOUâNGER -› â bOUâNG-ère L’îNSTîTUTEUR -› ’îNSTîTUT-rîce POURTâNT, ES TRâVâUX DU GRâmmâîRîENYâNNîCK cHEVâ-îER ONT DÉmONTRÉ ’îNTÉRêT pÉDâGOGîqUE DE pâRTîR DU fÉmîNîN 3 pOUR êTRE CâpâbE D’ORTHOGRâpHîER E mOT âU mâSCUîN . cETTE DÉmâRCHE pERmET EN OUTRE DE NE pâS mâRGîNâîSER E fÉmîNîN DES mOTS ET DE ’îNSÉRER âU CœUR DE â COmpOSîTîON ORTHOGRâpHîqUE ET DE ’ÉCRîTURE.
_ 2 Annick Vinot, Jacques David, Joëlle Théault, Valérie Oliveira,Chut, je lis Tome 2,Hachette, 2009, p.22. _ 3 Se référer aux travaux de Yannick Chevalier, notamment son intervention sur Genre et didactique en grammaire,aux journées d’études Genre, didactique et formation, organisées par l’ESPE de Créteil en avril 2015. Actes à venir.
CENTRE HUBERTINE AUCLERT ( 15 ) Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
_ 1 F. Bruat, A. Delaporte, EI Adrgham,Mots d’école,Sed, 2008, p.13 et suivantes. _ 2 Richard Assuied, Anne-Marie Ragot, Florence Bouillon,À tire d’aile, Hatier, 2011, p.48 et suivantes. _ 3 Sources : MENESR-DEPP cache.media.education. gouv.fr/file/2015/65/8/ depp_rers_2015_ personnels_454658. er pdfconsulté le 1 septembre 2015.
PARTIE 1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
POUR êTRE ÉGâîTâîRES, ES mâNUES DOîVENT S’âDRESSER À TOUTES ET À TOUS. aU-DEÀ DE â qUESTîON DES REpRÉSENTâTîONS, fORCE EST DE CONSTâTER qUE ES mâNUES ÉTUDîÉS S’âDRESSENT mOîNS âUX iES, CE qUî CONSTîTUE UN fREîN À EUR EfiCâCîTÉ pÉDâGOGîqUE. PâR EXEmpE,Lecture Tout TerrainEST E SEU mâNUE DU CORpUS qUî fÉmîNîSE ES qUESTîONS âDRESSÉES âUX ÉèVES EN-DESSOUS DES TEXTES, âU mOyEN DE pâRENTHèSES: «eS-TU DÉjÀ pâRTî(E) EN VOyâGE?», «eS-TU pâRfOîS jâOUX(SE) DE TES fRèRES ET/OU SœURS ET/OU CâmâRâDES ?»,«aS-TU DÉjÀ VOUU êTRE pâRfâîT(E)?» ETC. nOTONS TOUTEfOîS qUE CES qUESTîONS ENCâDRÉES SONT ES SEUES pHRâSES fÉmîNîSÉES DE ’ENSEmbE DU mâNUE (ES EXERCîCES ET ES TEXTES NE E SONT pâS) ET qUE CERTâîNES DE CES qUESTîONS ÉCHâppENT À â fÉmîNîSâTîON («POURqUOî ES-TU fâTîGUÉ E SOîR?»). MêmE Sî ’UTîîSâTîON DE TîRETS EST pRÉfÉRâbE À CEE DES pâRENTHèSES, CETTE TENTâTîVE DE fÉmîNîSâTîON, bîEN qU’îNCOmpèTE, EST À SâUER. à ’îNVERSE, DâNS E mâNUEMots d’École, ES TEXTES SONT SUîVîS DE â CONSîGNE SUîVâNTE: «JE RÉpONDS âUX qUES-1 TîONS qUE E mâïTRE îT» . dâNSÀ tired’aile, ES EXERCîCES SONT 2 SURpOmbÉS pâR UN GRâND TîTRE: «JE îS âVEC E mâïTRE» , âORS mêmE qUE ES fEmmES SONT TRèS mâjORîTâîRES DâNS 3 ’ENSEîGNEmENT pRîmâîRE (82,6%) .
Les personnages fémînîns sont donc largement sous-représentés dans ces manuels. Ce déicît touche toutes les catégorîes de femmes et tous les types de documents de notre corpus. Maîs au-delà de ce désé-quîlîbre quantîtatîf, les femmes et les illes sont assî-gnées à des rôles socîaux stéréotypés quî domînent l’ensemble des mîses en sîtuatîon dans les manuels.
( 16 ) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
( 17 )
PARTIE 1 /des manueLs mIxtes maIs pas parItaIres
_ DES PERSONNAGES FÉMININS LIMITÉS DANS LEURS ACTIVITÉS,DES PERSONNAGES MASCULINS PLUS DIVERSIFIÉS MAIS TRADITIONNELS
CENTRE HUBERTINE AUCLERT ( 17 ) Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 2 /des personnages fémInIns LImItés dans Leurs actIvItés, des personnages mascuLIns pLus dIversIfIés maIs tradItIonneLs
Les manuels de lecture de CP jouent un rôle fondamental dans le développement de l’imaginaire des enfants: /ce sont les premiers manuels scolaires qu’ils et elles ont entre les mains /les manuels mettent en scène des situations auxquelles les élèves sont censés pouvoir s’identifier, ancrées dans leur quotidien ou au contraire, ouvertes vers l’imaginaire et la découverte.
tROîS TENDâNCES SE DÉGâGENT DâNS NOTRE CORpUS ET TÉmOîGNENT DE â DîVERSîTÉ DES SîTUâTîONS pROpOSÉES:
/ LES MANUELS CRÉANT UN MONDE IMAGINAIRE COMPLÈTEMENT DÉTACHÉ DE LA RÉALITÉ.
c’EST E CâS DâNSTyl et ses amisOù ES pERSONNâGES RES-SEmbENT À DES EfES ET ÉVOUENT DâNS UN DÉCOR fâNTâSTîqUE. dâNS CE CâS DE iGURE, SEUES qUEqUES pHRâSES DâNS ES EXER-CîCES SONT âNCRÉES DâNS E mONDE RÉE. LE DÉROUEmENT DE ’âCTîON DâNS UN mONDE îmâGîNâîRE N’EST pâS SyNONymE pOUR âUTâNT D’âbSENCE DE SîTUâTîONS STÉRÉOTypÉES. PâR EXEmpE, â mèRE DE ty âppâRâïT SySTÉmâTîqUEmENT DâNS â CUîSîNE, EN TRâîN DE CUîSîNER pOUR Sâ fâmîE, ET CE mâGRÉ E fâîT qU’EE S’âppEE «Lâ PâmbOUTE» âU îEU DU TRâDîTîONNE «MâmâN» ET qU’EE CUîSîNE DE â «pîSTOUREE» pOUR E DïNER.
/ LES MANUELS OÙ DES PERSONNAGES IDENTIFIÉS AU PRÉALABLE SONT LES HÉROS/ HÉROÏNES DE TOUTES LES HISTOIRES ET SUIVENT UNE INTRIGUE DONNÉE.
c’EST DâNS CE TypE DE mâNUES qUE ’ON RETROUVE DES pERSONNâGES DE iDÉîSâTîON (EX:Bulle, Je lis avec Mona et ses amis, Taoki et compagnie…). LES SCèNES DE â VîE qUOTîDîENNE SONT TRèS pRÉSENTES DâNS CES mâNUES CâR ES EçONS CORRESpONDENT À DES mîSES EN SîTUâTîON RÉâîSTES DES pERSONNâGES.
/ LES MANUELS SANS PERSONNAGE DE FIDÉLISATION OÙ CHAQUE CHAPITRE CORRESPOND À UN RÉCIT ISSU DE LA LITTÉRATURE JEUNESSE (ÉCRIT PAR DES AUTEURES EXTÉRIEURES À LA CRÉATION DU MANUEL).
c’EST DâNS CE CâS DE iGURE qUE ’ON RETROUVE DE NOm-bREUX CONTES îSSUS DE â CUTURE pOpUâîRE TESLe Petit Chaperon Rouge, Cendrillon ou Hansel et Gretel.cES
( 18 ) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 2 /des personnages fémInIns LImItés dans Leurs actIvItés, des personnages mascuLIns pLus dIversIfIés maIs tradItIonneLs
CONTES, SOUVENT TRUffÉS DE REpRÉSENTâTîONS SEXîSTES, ONT VâEUR D’âUTORîTÉ îTTÉRâîRE ET CâNTONNENT E pUS SOUVENT ES pERSONNâGES fÉmîNîNS À DES RôES STÉRÉOTypÉS.
I EST DONC împORTâNT DE pRENDRE EN CONSîDÉRâTîON CES DîffÉRENTS ÉÉmENTS DâNS ’âNâySE DES RôES DES fEmmES ET DES HOmmES, DES iES ET DES GâRçONS, CâR CHâqUE UNîVERS pORTE SES pROpRES REpRÉSENTâTîONS STÉRÉOTypÉES. uNE ÉCOîèRE, UNE âmîE EfE ET BâNCHE-nEîGE NE SONT pâS TRâVERSÉES pâR ES mêmES SySTèmES DE REpRÉSENTâTîON ET DE DOmîNâTîON. nOTONS qUE CES qUEqUES ÉÉmENTS DE TypOOGîE NE pERmETTENT pâS D’ÉTâbîR DES îENS DE CâUSE À EffET ENTRE ES DîffÉRENTS UNîVERS pRÉSENTÉS DâNS ES mâNUES ET ES REpRÉSENTâTîONS SEXUÉES ET SEXîSTES VÉHîCUÉES. tOUTEfOîS, pUSîEURS CONSTâTS pEUVENT êTRE DRESSÉS. LE pREmîER D’ENTRE EUX mONTRE qUEde manîère très tradî-tîonnelle, les femmes et les illes sont assîgnées à la sphère prîvée.
LES FEMMES ET LES FILLES CANTONNÉES À LA SPHÈRE PRIVÉE
LES mîSES EN SîTUâTîON DâNS â SpHèRE pRîVÉE SONT NOmbREUSES DâNS ES mâNUES SCOâîRES CâR EES pERmETTENT âUX ÉèVES DE SE SENTîR CONCERNÉ-E-S pâR ES TEXTES, EN REN-VOyâNT À EUR qUOTîDîEN. eN EffET, ES HîSTOîRES RâppEENT âUX ENfâNTS DES SîTUâTîONS îSSUES DE EUR VîE qUOTîDîENNE ET EUR pERmETTENT DE îER â ECTURE âU mONDE RÉE. dâNS CETTE pâRTîE, â SpHèRE pRîVÉE SE DÉiNîT COmmE ÉTâNT E CâDRE DES âCTîVîTÉS fâmîîâES, DOmESTîqUES ET DE OîSîRS.
CENTRE HUBERTINE AUCLERT( 19 ) Centrefrancîlîen deressourcespour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 2 /des personnages fémInIns LImItés dans Leurs actIvItés, des personnages mascuLIns pLus dIversIfIés maIs tradItIonneLs
_ 1 Patricia Bucheton, Marie-Aude Murail, Christine Thiéblemont, Bulle,Bordas, 2008, p.74. _ 2 Christine Circosta, Raphael Chollet, Philippe Gady,Manuel de lecture CP,La Librairie des Écoles, 2013, p.81.
LES FILLES SOUSREPRÉSENTÉES DANS LES ACTIVITÉS SPORTIVES : 33,2 % DES PERSONNAGES IDENTIFIÉS COMME PRATIQUANTUN SPORT SONT FÉMININS.
Les filles à l’intérieur, les garçons occupent l’espace
LES âCTîVîTÉS DES ENfâNTS DâNS â SpHèRE pRîVÉE RE-GROUpENT: ES OîSîRS (ET pâRmî EUX ES jEUX ET ES SpORTS) ET ES âCTîVîTÉS DOmESTîqUES. POUR CE qUî EST DES jEUX, CE qUî RESSORT, C’EST â mOîNDRE DîVERSîTÉ DES jEUX DES iES pâR RâppORT À CEUX DES GâRçONS. cE pUS GRâND CHOîX pOUR ES GâRçONS pEUT S’EXpîqUER pâR E fâîT qU’îS DîSpOSENT DE DâVâNTâGE D’ESpâCE: îS SONT pUS SOUVENT À ’EXTÉRîEUR. cE pUS GRâND ÉVENTâî DE CHOîX EST TOUTEfOîS îmîTÉ: NOUS N’âVONS pâS TROUVÉ DE GâRçON jOUâNT À â pOUpÉE DâNS NOTRE CORpUS. eN OUTRE, CERTâîNES SCèNES DE jEU REpRENNENT UNE RÉpâRTîTîON TRâDîTîONNEEmENT SEXUÉE DES RôES. dâNS Bulle,UNE SCèNE pRÉSENTE râfâRâ ET MîO qUî jOUENT âUX eSqUîmâUX. MîO «pâRT À â CHâSSE âU pHOqUE âVEC SON HâRpON» TâNDîS qUE râfâRâ RESTE GâRDER SON pETîT fRèRE âU 1 CHâUD DâNS ’îGOO . cE TypE DE mîSE EN SCèNE N’EST pâS pRObÉmâTîqUE EN SOî ; C’EST ’âbSENCE D’âUTRES mODèES qUî îmîTE ES ENfâNTS DâNS EURS jEUX ET EUR pROjECTîON DâNS ’AGE âDUTE. dE â mêmE mâNîèRE, DâNS EManuel de LectureDE â LîbRâîRîE DES éCOES, UNE EçON pRÉSENTE DEUX ENfâNTS, JUîE ET BRUNO. JUîE, HâbîÉE TOUT EN ROSE, EST DÉCRîTE âîNSî: «JUîE EST bEE âVEC SES TRESSES, âVEC Sâ NOUVEE DïNETTE, EE fERâ UNE OmEETTE», âORS qUE BRUNO 2 «fâîT â pîROUETTE» . cET EXEmpE mONTRE â DîSTîNCTîON ENTRE UN jEU DE mîmÉTîSmE DOmESTîqUE pOUR JUîE ET UN jEU pUS SpORTîf ET îbRE pOUR BRUNO.
Les illes sont sous-représentées dans les actî-vîtés sportîves, puîsque sur 370 personnages îden-tîiés comme pratîquant un sport, on ne trouve que 123illes, soît 33,2%.I fâUT NOTER qUE ES SpORTS pRâTîqUÉS pâR ES fEmmES SONT REâTîVEmENT DîVERSîiÉS: ES pERSON-NâGES fÉmîNîNS SONT REpRÉSENTÉS DâNS 19 DES 28 SpORTS
( 20 ) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes
PARTIE 2 /des personnages fémInIns LImItés dans Leurs actIvItés, des personnages mascuLIns pLus dIversIfIés maIs tradItIonneLs
3 îDENTîiÉS , CE qUî EST pOSîTîf. dE pUS, CERTâîNS pERSONNâGES pRâTîqUENT DES SpORTS qUî NE SONT pâS TRâDîTîONNEEmENT âSSOCîÉS âUX fEmmES, COmmE E SURf, E TîR À ’âRC OUENCORE E CîRqUE. LES GâRçONS pRâTîqUENT ÉGâEmENT DES SpORTS VâRîÉS. s’îS CONTîNUENT À êTRE SURREpRÉSENTÉS DâNS DES DîSCîpîNES COmmE E RUGby, E jUDO OU â bOXE, îS SONT NOmbREUX À pRâTîqUER â DâNSE (45 GâRçONS REpRÉSENTÉS, CONTRE 38 iES). dâNSTaoki et compagnie,UNE DOUbE-pâGE EST CONSâ-4 CRÉE À UN COURS DE jUDO . Lâ pâRîTÉ EST RESpECTÉE pâRmî ES 6 pERSONNâGES ET ’HÉRONE EST qUâîiÉE DE «RâpîDE ET DOUÉE» CâR EE REmpORTE UN COmbâT CONTRE UN âDVERSâîRE mâSCUîN. L’îmâGE â mONTRE EN TRâîN DE fâîRE TOmbER tâOKî, E pERSONNâGE CONDUCTEUR DU mâNUE, SUR E TâTâmî. dâNS E mêmE mâNUE, C’EST UN pERSONNâGE fÉmîNîN qUî EST 5 UTîîSÉ pOUR îUSTRER E TERmE «UN jUDOKâ» : CET EXEmpE EST âmbîVâENT CâR E fâîT DE REpRÉSENTER E jUDO À TRâVERS UNE iE EST pOSîTîf, mâîS â qUâîiER SOUS DES TERmES mâS-CUîNS RESTE pRObÉmâTîqUE. à ’îNVERSE, DâNSLecture Tout Terrain,’HîSTOîRE îNTîTUÉE «Lâ pâRTîE DE fOOT» pRÉSENTE 6 ’HÉRONE Lîâ COmmE fâîbE ET pEUREUSE . LE TEXTE pRÉCîSE EN EffET: «Lîâ N’âîmE pâS E fOOT. eE â pEUR DE â bâE », pUîS «eE Uî pâSSE â bâE, â TêTE bâSSE» ET ENiN «Lîâ EST TERRîiÉE». L’îUSTRâTîON mONTRE Lîâ DâNS ES bUTS, VERTE ET TRâNSpîRâNTE DE pEUR, pENDâNT qUE ES GâRçONS SE RENVOîENT â bâE DEVâNT EE. cETTE SCèNE âCCUmUE ’ENSEmbE DES STÉRÉOTypES SEXîSTES SUR ES iES ET E SpORT : RÉTîVES âU fOOTbâ ET âyâNT pEUR DE â bâE. aU-DEÀ DE â qUESTîON DU SpORT, pUSîEURS SîTUâTîONS ONT mîS EN EXERGUE E mâNqUE DE REpRÉSENTâTîON DE iES À ’EXTÉRîEUR. cEâ RENVOîE NOTâmmENT âUX CONSTâTS DÉSâS-TREUX DRESSÉS SUR CE pOîNT pâR ES ENqUêTES SUCCESSîVES CONSâCRÉES À â îTTÉRâTURE jEUNESSE: ES ÉTUDES mONTRENT qUE ES pERSONNâGES fÉmîNîNS SONT DâVâNTâGE À ’îNTÉRîEUR 7 ET/OU îmîTÉS DâNS EURS mOUVEmENTS ET EURS âCTîONS . c’EST 8 E CâS DâNSLitournelle Tome 1Où UN GâRçON RÉpâRE Sâ TROTTîNETTE âVEC SON pèRE pENDâNT qU’UNE iE ES REGâRDE pâR â fENêTRE. dâNSLecture Tout Terrain,UNE îUSTRâTîON mONTRE DEUX GâRçONS EN TRâîN DE COURîR DâNS E jâRDîN âORS 9 qUE DEUX iES bOUDENT À ’îNTÉRîEUR DE â mâîSON . eNiN,
_ 3 Cf. tableau « Répartition des femmes et des hommes selon les sports pratiqués », dans les annexes, p.50. _ 4 Isabelle Carlier, Angélique Le Van Gong, Taoki et compagnie, Istra, 2010, pp.58-59. _ 5 Isabelle Carlier, Angélique Le Van Gong, Taoki et compagnie, Istra, 2010, p.94. _ 6 Jérôme Lurse (dir.), Lecture tout terrain, Bordas, 2010, p.40. _ 7 Association européenne Du côté des filles,Quels modèles pour les filles ? Une recherche sur les albums illustrés,Paris, 1997. _ 8 Marie-Pierre Attard-Legrand, Florence Chateau-Larue, Pierre Chaulet, Valérie Drevillon, Jean-Paul Larue,Litournelle Manuel 1,Bordas, 2014, p.58. _ 9 Jérôme Lurse (dir.), Lecture tout terrain, Bordas, 2010, p.76.
CENTRE HUBERTINE AUCLERT ( 21 ) Centre francîlîen de ressources pour l’égalîté femmes-hommes