sar hitza préambule

sar hitza préambule

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

14 janv. 2007 – 3-12 urte bitartekoen Bilguneetako euskarazko harreraren garapenasustatu. Promouvoir le développementde l'accueil en euskara des 3-12 ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 27
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE JOURNAL DU PAYS BASQUE EUSKAL HERRIKO KAZETA
Samedi 13 et dimanche 14 janvier 2007
publicité
I
sar hitza préambule Voici plusieurs années qu’UDA LEKU s'est donné pour ambition de participer à la définition d'un projet de développement de l'accueil en euskara en CLSH (Centre de Loisirs Sans Hébergement), en le soumettant à appréciation de l'ensemble des partenaires ublics et privés. Maillon d’une nécessaire politique linguistique qui se dessine, le loisir requière une grande importance, afin d’amener l’enfant à associer plaisir et pratique de la langue notamment en dehors du cadre scolaire. Faire de la langue une langue de vie, d’épanouissement personnel et collectif, aux travers d’activités d’éducation populaire (culturelles et sportives) et non une langue que l’on associerait aux livres d’école uniquement. Plusieurs centaines de familles et enseignants en ont pleinement conscience. Ce projet fait chemin, et appelle à ce que les partenaires ayant compétence en matière de loisirs s’engagent encore et davantage au plus près des besoins des familles. Le développement du partenariat communes des ces dernières années est de première importance vis à vis de l’avenir tout proche. Sur les 80 communes desquelles proviennent les enfants accueillis à UDA LEKU, 30 communes sont partenaires. Il y a un nombre suffisant de communes déjà engagées dans l'accompagnement des activités de loisirs en langue basque, pour envisager le développement. Il faut l'organiser. Sur les 60 CLSH que comptent le Labourd et la Basse Navarre, les 2 seuls Centres bascophones sont ceux d’UDA LEKU, à Hendaye et Bayonne.La marge de progression ne peut être qu’importante et il y a des projets de nouveaux CLSH qui germent ici et là. Parents, enseignants et personnels socio-éducatifs avons notre responsabilité : celle de formuler et faire entendre les besoins, pour que la politique à définir en matière de loisirs en langue basque réponde à la fois aux besoins de garde d’enfants (qualité d’accueil, proximité de service, fréquence d'ouverture), et à une certaine exigeance en matière d’engagements visant la récupération linguistique.
3-12 urte bitartekoen Bilguneetako euskarazko garapenasustatu harreraren
Promouvoirledéveloppementde l’accueil en euskara des 3-12 ans en Centre de Loisirs Sans Hébergement (CLSH)
II
publicité
LE JOURNAL DU PAYS BASQUE EUSKAL HERRIKO KAZETA
Samedi 13 et dimanche 14 janvier 2007
Proposerschémadéveloppement un de
Cadre Les loisirsrelèvent de la compétence des communes (ou regroupements de communes), associées à la CAF, tout en s'assurant des autorisations diverses de mise en œuvre (J&S, PMI). S’attacherà développer l'accueil en CLSH nécessite une concertation entre les partenaires pré-cités, de façon à s'assurer d'une certaine cohérence et de réussite future de mise en place. La définitiond'un schéma de développement est l'étape en amont à la définition d'un plan de développement qui, après concertation, se concrétisera nécessairement par des engagements.
Cerner la question de fond
Contexte Uda Lekudéveloppe un accueil CLSH en langu e basque (dans la mesure où la promotion de la pratique de la langue basque fait partie intégrante du projet éducatif). La tendanceest à la Municipalisation des CLSH. Cette politique d'ensemble est à prendre en compte.
CertainesMunicip ible alités font l'effort de recruter du personnel bilingue, de manière à rendre poss certains échanges avec les enfants en langue basque. Ces pratiques non vérifiées restent isolées, à des niveaux d'exigeances et d'objectifs recherchés les plus divers. Toutes les pratiques sont à encourager, dès lors qu'elles s'appuient sur une volonté. Il conviendrait peut-être, sans forcément chercher à les recenser, d'en prendre connaissance pour les présenter comme étant des pratiques possibles.
La missionà laquelle UDA LEKU s'efforce de ré pondre est la mise en place d'activités extra-scolaires en langue basque, le CLSH étant appréhendé comme l'un des leviers, pas un objectif.
La responsabilitéd'amb itionner, concevoir, définir, coordonner et développer l'accueil en CLSH en langue basque n'est pas la mission propre à UDA LEKU.
Il revient à la puissance publique de se saisir de cette question, pour la porter au devant des partenaires ayant compétence en la matière.
La question de fond est bien de développer l'accueil en langue basque en CLSH, pas forcément le développement du nombre de CLSH d'UDA LEKU, avec d'autant plus de certitudes que si adhésion large au projet de développement il peut y avoir, cela passera nécessairement par des niveaux d'engagements différents des communes, au cas par cas, en fonction des politiques communales.
Il esttout à fait envisageable d'ouvrir un nouveau CLSH avec gestion Municipale ou associative, ou d'ouvrir une annexe bascophone dans le cadre d'un CLSH déjà existant.
Cette manièred'aborder la question n'est pas seulement stratégique, elle vise la définition d'une politique globale et efficace.
Articulation
Les partenariats communes établis par UDA LEKU ces dernières années sont de première importance. Il y a un nombre suffisant de communes déjà adhérentes au principe d'accompagner les activités extra-scolaires en langue basque, pour envisager le développement. Il faut l'organiser.
Uda Lekusa place notamme a toutent par rapport à : -l'expérienceen matière d'activités durant lesquelles la pratique de la langue basque est mise en avant, -la formation d'animateursappelés à intervenir dans les nouveaux CLSH.
Pour une commune qui finance déjà UDA LEKU et qui souhaiterait ouvrir un CLSH sur sa propre commune, un basculement de tout ou partie du financement est à envisager en fonction de critères d'accompagnement reconnus par les partenaires concernés.
L’Office Publicde la Langue Basque est invité à peser auprès des communes : - commeinterlocuteur, - au moyen demesures incitatives.
Proposition de schéma de développement Présentationpar UDA LEKU du présent dossier de travail à l'OPLB. Consultationsdiverses OPLB / UDA LEKU - définition des critères d'accompagnement et positionnement de l'OPLB - définition / confirmation des rôles, - adoption d'une stratégie d'ensemble de développement. Prévisualisationdu public v isé, des différents partenariats et des moyens humains, matériels et financiers nécessaires. Consultations diverses et appuyées plus particulièrement avec certaines communes. Concertationavec la CAF et la DDJS.
Définitiondes priorités et exposé des orientations prises par l'OPLB, articulation avec le Groupe III du Comité Consultatif de l'OPLB. Rayonnement de ces orientations par une programmation de réunions/présentations publiques. Retours divers (communes, écoles, familles).
Définition d'une programmation pluriannuelle de l'accueil en langue basque en CLSH (avec objectifs quantitatifs et qualitatifs), définition des modalités de mises en oeuvre, et définition d'outils nécessaires à l'évaluation.
LE JOURNAL DU PAYS BASQUE EUSKAL HERRIKO KAZETA Samedi 13 et dimanche 14 janvier 2007
publicité
III
reconnaissance publique (celle des communes de part leurAlerter • L’undes maillons essentiels en matière de compétence), a consisté à développer le partenariat Mairies, avec comme éléments d’appui l’origine et la les pouvoirs publics fréquentation d’enfants bénéficiant des services d’UDA LEKU, en Centre comme en séjours. Des 80 communes d’oùproviennent les enfants, • L’accueild’enfants en structures de loisirs est 30 appuientl’action d’UdaLeku : premier vide important unservice social qui relève de la compétence des Communes associées à la CAF, des Communautés de Communes dans le cas d’un transfert de compétence. • Ainsi,les partenariatsétablis avec les Communes sont2004. urteko 30 parte hartze garrantzitsuenak eta 2005. urteko partaidetzak ainsi de première importance.Les 30 fréquentations les plus importantes de 2004 / partenariats 2005 • Lesfinancements spécifiques offrent des possibilités2005eanHerria 2004kohaur kop.2004ko parte hartzeaElkarrizketatua Partaide complémentaireset/ou supplémentaires pour leen 2005Démarchée PartenaireCommune NbreFréquentation 2004enfants 2004 financement d’activités (séjours plus particulièrement) sortant de l’habituel cadre d’activité qu’est l’accueil en BAIONA / Bayonne76 1268H/E - j/eX X HENDAIA / Hendaye68 900H/E - j/eX X Centre ; les financements spécifiques sont à considérer BIARRITZE / Biarritz37 428H/E - j/eX X comme source de motivation pour les communes, et ne ANGELU / Anglet37 336H/E - j/eX X devraient pas se substituer, qui plus est en laissant des URRUÑA / Urrugne30 309H/E - j/eX X vides financiers importants. SENPERE / St Pée sur Nivelle22 141H/E - j/eX X • Suivantquels critères et pour quelles activités TARNOZE / Tarnos10 132H/E - j/epas en 2005EZ / NON parlerons-nous de moyens complémentaires ? Pour HAZPARNE / Hasparren15 88H/E - j/eX EZ/ NON quelles activités ou missions spécifiques parlerons-OIARTZUN 473 H/E - j/e- pasde démarche nous de moyens supplémentaires ? BIDARTE / Bidart7 72H/E - j/eX EZ/ NON UZTARITZE / Ustaritz11 69H/E - j/eX X D. LOHITZUN / St Jean de Luz 1368 H/E - j/eX X L’engagement des 30 communes partenaires MUGERRE / Mouguerre6 68H/E - j/eX àvoir Synd.Nive/Adour JATSU / Jatxou10 63H/E - j/eX X s’étale de 15 % à 100 % : second vide important MILAFRANGA / Villefranque6 61H/E - j/eX àvoir Synd. Nive/Adour ARBONA / Arbonne8 59H/E - j/eX X IRUN 359 H/E - j/e- pasde démarche ZIBURU / Ciboure5 59H/E - j/eX X • Lareconnaissance des communes a évolué, mais elle BAIGORRI / St E Baigorry9 54H/E - j/eX EZ/ NON n’a pas véritablement franchi le palier de l’attachement. On D. GARAZI / St J P Port7 49H/E - j/eX X pourrait parler de semi-reconnaissance d’un opérateur qui, KANBO / Cambo les Bains5 49H/E - j/eX X par ailleurs, fait l’objet d’un soutien spécifique affiché par AIHERRA / Ayherre8 46H/E - j/eX EZ/ NON des partenaires publics n’ayant pourtant pas compétence en5 38H/E - j/eX XLARRESORO / Larressore matière de loisirs.ZURAIDE / Souraïde6 38H/E - j/eX X HIRIBURU / St Pierre d’Irube4 36H/E - j/eX X • D’oùla demande réitérée, au dispositif Convention AZKAINE / Ascain7 35H/E - j/eX X Spécifique et dernièrement à l’Office Public de la Langue MARKINA 530 H/E - j/e- pasde démarche Basque (OPLB), pour faire en sorte que soient définis les PAGOLA / Pagolle5 30H/E - j/eX EZ/ NON critères et modalités d’accompagnement des différents BIDARRAI / Bidarray4 27H/E - j/eX X partenaires (viser une véritable complémentarité entre les HONDARRIBIA 326 H/E - j/e- pasde démarche financements spécifiques et les financements de droit commun). Les autres communes partenaires en 2005 • L’importancedu volume d’activité séjours mérite BEGUIOS, ITXASSOU,UHART CIZE,EZPELLETE, StM ARBEROUE, LES ALDUDES, ARBÉRATS, d’être souligné : le 1/3 du total activités de loisirs, ce que ST M. D’ARROSSA,ST MICHEL, GAMARTHE, OSTABAT ASME, ISTURITZ, MENDIVE, SARE. l’on ne retrouve pas chez la plupart des structures. • Encomparant se qui est comparable, et par L’accompagnement financier est forfaitaire rapport à l’actuel volume d’activité assuré, on sans critères précis : vide permanent pourrait chiffrer le manque de financement public annuel (toutes subventions confondues) à 60.000(15 à 20 % du budget bilgune : CLSH de fonctionnement annuel). • Cemanque important est répercuté sur les charges debaionaayonn- zone Baiona - zone Biarritze fonctionnement (notamment salariales) ne correspondant - zone Angelu pas à ce que l’on peut observer par ailleurs. - zone Hendaia • Aussiinvraisemblable cela peut-il paraître, par manque hendaiahen - zone Urruña de moyens et malgré les sollicitations incéssantes, UDA - zone D. Lohitzun LEKU ne peut répondre à toute la demande (même- zone Uztaritze existante), allant même jusqu’à limiter les inscriptions.- zone Kanbo - zone Garazi • Quedire des moyens matériels, notamment en matière - zone Hazparne de locaux, et de ce fait de la qualité d’accueil ? - zone Senpere • Onne peut pas s’autoriser pas à faire de la CHARTE - zone Ortzaize/Arrosa DE QUALITÉ des Centres de Loisirs Sans Hébergement, - zone Oztibarre signée en 1999 par ses concepteurs (Etat, Conseil Général,- zone Amikuze CAF, MSA, Centre sociaux ...), une référence que l’on - zone Xiberu accrocherait au mur, tel un objet de décoration
IV
publicité
Nousinvitonsles partenaires à participer à l’élaboration de ce projet, ponctuellement, de manière concrète, ludique et pratique :
- envisionnantun DVD de 6-7 mn qui traite du projet de dévelo
- encollantune tuile sur une MAISON/BILGUNE.
Nous réaliserons un petit album-photos
Projections DVD à 09h30 et 13h45 : - L’Aiglon / Cambo, le 25 janvier - L’atalante / Bayonne, le 26 janvier - Le Royal / Biarritz, le 29 janvier - Le Vauban / St J Pied de Port, le 05 février
INSCRIPTIONS AU05 59 55 01 25
LE JOURNAL DU PAYS BASQUE EUSKAL HERRIKO KAZETA
Samedi 13 et dimanche 14 janvier 2007
Mezu bat? (idatzi, marraztu, kolatu…) Un message ?)(écrire, d essiner, coller…
azken hitza conclusion
Des années se sont écoulées avant de véritablement commencer à parler de “politique linguistique” en faveur de l'euskara. En la clarté et pertinence d'un cadre de développement impulsé par la puissance publique, et en s'appuyant sur les actuels partenaires d'UDA LEKU résidera la clef d'une dynamique globale qui influera sur une politique évolutive et à échelle territoriale L'impulsion globale souhaitée aura tout lieu de s'appuyer sur l'idée d'une programmation pluri-annuelle de l'accueil en euskara en CLSH. Ce mode opératoire visera une corrélation étroite avec la programmation pluriannuelle de l'offre d'enseignement pouvant, plus généralement, à l'appui de tableaux de bords parfois similaires, s'alimenter/s'inspirer mutuellement notamment par rapport aux différents niveaux de concrétisation. Un travail important d'animation se dessine, compte tenu du nombre important de communes, d'interlocuteurs divers directement ou indirectement concernés. Mais il est nécessaire d'ouvrir cette porte. Ouvrir une porte tout en sachant que d'autres sont à ouvrir, comme le développement de l'accueil en langue basque en Crêches et Halte-Garderies. Nous souhaitons fortement des réponses claires, audacieuses, mesurées dans le temps et un engagement à la hauteur des ambitions. Et nous pensons que seuls les résultats seront gage de confiance et d'avenir retrouvé pour l'euskara.