Math III Algèbre Automne Université Claude Bernard Lyon

-

5 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Math III-Algèbre - Automne 2007 Université Claude Bernard Lyon 1 Valeurs propres - Espaces propres - Polynôme caractéristique Diagonalisation - Trigonalisation Exercice 10.? Soient E un K-espace vectoriel de dimension finie et u un endomorphisme de E tel que rg(u) = 1. 1. Si dimE = 1, il est toujours vrai que tr(u) est une valeur propre de u car u = tr(u)idE. Supposons dimE≥ 2 et soit Pu = det(TidE?u)?K[T] le polynôme caractéristique de u. Comme dimKer(u)= dimE? rg(u) = dimE?1≥ 1, 0 est une valeur propre de u et 0 est une racine de Pu de multiplicité supérieure ou égale à dimE?1 ; on peut donc factoriser Pu sous la forme Pu = TdimE?1(T?? ) dans K[T] et la conclusion vient de ce que tr(u) est le coefficient de ?TdimE?1 dans Pu. 2. Si dimE = 1, tous les endomorphismes sont diagonalisables et la condition tr(u) 6= 0 est automatiquement vérifiée puisque u 6= 0 (rg(u) = 1). Supposons dimE ≥ 2. Le sous-espace propre de u associé à la valeur propre 0, c'est-à-dire Ker(u), est par hypothèse de dimension dimE? 1.

  • calcul immédiat

  • coefficients diagonaux

  • solution du système linéaire

  • hypothèse de récurrence

  • dimension

  • ker

  • vérification immé- diate par le calcul


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 40
Signaler un problème
Math III-AlgÈbre - Automne 2007
UniversitÉ Claude Bernard Lyon 1
Valeurs propres - Espaces propres - PolynÔme caractÉristique Diagonalisation - Trigonalisation
? Exercice 10.Soient E un K-espace vectoriel de dimension finie etuun endomorphisme de E tel que rg(u) =1. 1. Si dimE=1, il est toujours vrai que tr(u)est une valeur propre deucaru=tr(u)idE. Supposons dim E2 et soit Pu=det(TidEu)K[T]le polynÔme caractristique deu. Comme dim Ker(u) = dim Erg(u) =dim E11, 0 est une valeur propre deuet 0 est une racine de Pude multiplicit suprieure dim E1 ou gale À dimE1 ; on peut donc factoriser Pusous la forme Pu=T(Tλ)dans K[T]et la conclusion dim E1 vient de ce que tr(u)est le coefficient deT dansPu. 2. Si dimE=1, tous les endomorphismes sont diagonalisables et la condition tr(u)6=0 est automatiquement vrifie puisqueu6=0 (rg(u) =1). Supposons dimE2. Le sous-espace propre deuassoci À la valeur propre 0, c’est-À-dire Ker(u), est par hypothse de dimension dimE1. Siuest diagonalisable, E est la somme des sous-espaces propres deu et il doit donc exister une valeur propre non nulle puisque Ker(u)6=rciproquement, siE ;λ=tr(u)6=0, Ker(u)Ker(uλidE) ={0}et donc E=Ker(u)Ker(uλidE) puisque dimKer(u) +dim Ker(uλidE)(dim E1) +1=dim E,ce qui prouve que l’endomorphismeuest diagonalisable. ? Exercice 11.Soient E un K-espace vectoriel de dimensionnetuun endomorphisme de E. On dfinit le commutantdeucomme l’ensemble Comudes endomorphismes de E qui commutent avecu. 1. Le commutant deuest un sous-espace vectoriel deL(E): il contient en effet l’endomorphisme nul et (λv+µw)u=λ(vu) +µ(wu) =λ(uv) +µ(uw) =u(λv+µw) pour tousv,wComu,λ,µK. 2. On suppose queuest diagonalisable, de valeurs propresλ1, . . . ,λp. 2.1 Tout endomorphismevde E commutant avecustablise chacun des sous-espaces propres deu: quels que soient en effet la valeur propreλdeuet le vecteurxKer(uλid), u(v(x)) = (uv)(x) = (vu)(x) =v(u(x)) =v(λx) =λv(x) etv(x)appartient donc À Ker(uλidE). Soit rciproquementvun endomorphisme de E stabilisant chacun des sous-espaces propres deu. Tout vecteur xde E s’crit d’une manire et d’une seule sous la formex=x1+. . .+xpavecxiKer(uλiidE)(1ip) et on a alorsu(x) =λ1x1+. . .+λpxp,v(x) =v(x1) +. . .+v(xp). Commevstabilise chaque sous-espace propre deu,v(xi)appartient À Ker(uλiidE)pour toutietv(xi)est donc la composantev(x)idu vecteurv(x)dans Ker(uλiidE)par unicit de la dcomposition. La conclusion est maintenant vidente : (vu)(x) =v(u(x)) =v(u(x1+. . .+xp)) =v(λ1x1+. . .λpxp) =λ1v(x1) +. . .λpv(xp) =λ1v(x)1+. . .+λpv(x)p =u(v(x)) = (uv)(x) pour tout vecteurxde E et doncvcommute avecu. Remarque:si l’on dÉsigne parπ1, . . . ,πples projecteurs spectraux de u, nous avons commencÉ par vÉrifier que tout endomorphisme v deEstabilisant les sous-espaces propres de u commute avecπ1, . . . ,πppuis nous avons conclu que v commute avec u en Écrivant u=λ1π1+. . .+λpπp. Soit Biune base de Ker(uλiidE)(1ip) et soit B=B1. . .Bpla base de E correspondante. Puisque Comuest le sous-espace vectoriel deL(E)consitu des endomorphismes de E stabilisant chacun des sous-espaces Ei=Ker(uλiidE), les lments de Comusont les endomorphismes de E dont la matrice dans la
1