Les méthodologies d évaluation de la dépense fiscale
13 pages
Français

Les méthodologies d'évaluation de la dépense fiscale

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
13 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • exposé - matière potentielle : est centré
  • exposé
Réflexions sur l'emploi Conseil d'orientation pour l'emploi du 20 septembre 2011 Jean­Baptiste de Foucauld
  • orientation pour l'emploi 
  • expérience  très concrète d'accompagnement  et de créations  d'emplois de l'association solidarités nouvelles face au chômage m'
  • emploi  existant et à
  • emploi „
  • introduction ‰
  • un certain délai un accord d'optimisation  de l'
  • emploi 

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 100
Langue Français

Exrait

Réflexions sur l’emploi
Conseil d’orientation pour l’emploi du 20 septembre 2011
Jean­Baptiste de Foucauld‰



Sommaire
Introduction
L’emploi : Un problème d’une particulière complexité
Plusieurs modèles de retour au plein emploi depuis 1973
La recherche d’une voie française cohérente et innovante détournée
de son sens 
Comment progresser vers un plein emploi de qualité?
Conclusion
2‰


Introduction
ère
1 précaution : il s’agit d’un point de vue, donc  discutable pour alimenter 
un débat qui ne va pas assez au fond des choses
ème
2 précaution : L’exposéne traite pas directement de la régulation du 
capitalisme (financier) et de ses liens avec l’emploi, qui est un sujet en soi, 
très actuel; il ne traite pas nos plus de beaucoup de problèmes comme la 
mondialisation, la politique industrielle,  la reforme du droit du travail, etc. 
L’exposéest centrésur l’articulation entre macro et micro économie, 
politiques publiques, attitude générale de la sociétévis àvis du chômage
ème
3 précaution : ce point de vue a étébâti àpartir de plusieurs sources :
­ce que l’expérience  très concrète d’accompagnement  et de créations 
d’emplois de l’association Solidarités nouvelles face au chômage m’a appris 
(www.snc.asso.fr; voir mon exposéau Grenelle de l’insertion du 19 mars 
2008) ;
­les travaux du Commissariat Général du Plan, entre 1988 et 1995 
(notamment les rapports Brunhes, Charpin, Maareck, Boissonnat) ;
­les rapports du Conseil d’Orientation pour l’emploi 
­quelques réflexions personnelles (voir bibliographie) 
3„







1 L’emploi : Un problème d’une particulière complexité
L’emploi est un sujet multidimensionnel dont il est difficile de maîtriser 
simultanément toutes les composantes :
Une dimension constitutionnelle : « chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir 
un emploi », et, à défaut, de « disposer de moyens convenables d’existence »
(préambule de la Constitution, origine 1946); mais ce droit est traité comme un solde
Une dimension à la fois macro et micro économique ;
Une dimension sociale aux multiples aspects contradictoires : droit au travail et droit 
du travail,  protection sociale  et emploi, etc.
Une dimension humaine et psychologique : permettre à chacun de se réaliser
Concilier libertéd’entreprendre, libertédu travail et droit au travail ne va 
pas de soi
Le rôle du marché et la question de la recherche de l’optimum
En cas de conflit, quel principe l’emporte ? Beaucoup de non dit…
4„










Comment concilier progrès technique et maintien de l’emploi ? 
Le rôle du déversement selon Sauvy
Les conditions du déversement changent d’une époque à l’autre
Des  trente glorieuses aux «trente piteuses»:
La mauvaise répercussion du choc pétrolier de 1973
Un changement systémique profond dû à la mondialisation et à la tertiarisation :
■ La liaison coût du travail emploi a changé
■ Des performances  très inégales et plus ou moins réussies de retour au plein emploi
■ Le cas particulier de la France
Un marchédu travail difficile àreprésenter et àcomprendre :
Un marché animé, même en période de chômage,  et même si la durée du chômage est 
longue
Malgré le chômage, une durée moyenne en emploi élevée (13 ans ), et qui s’accroît, tout 
en se réduisant  pour les jeunes et les seniors; 
La difficulté à appréhender de manière fine les différentes formes de chômage
La souffrance au chômage mal reconnue dans ses aspects concrets : baisse de revenu, 
incertitude vis‐à‐vis de l’avenir, perte d’estime des soi, délitement des liens sociaux, 
découragement, absence de représentation sociale. La tentation de juger et de 
stigmatiser plutôt que de comprendre et d’aider.  Pas de médecine du non‐travail.
5„






2. Plusieurs modèles de retour au plein emploi depuis 1973
OCDE : plusieurs chemins possibles , mais deux exigences : La cohérence et 
la continuité
Le modèle libéral anglo­saxon privilégie la responsabilitéindividuelle dans 
le marché
Le modèle nordique organise des  disciplines collectives pour optimiserle 
fonctionnement du marché
La France ne veut pas du modèle libéral, mais n’a pas les structures 
collectives qui lui permettraient d’implanter le modèle nordique
Des mesures libérales plus qu’une option régulatrice. Question posée par                  
B. Geremek: parce que la France ne veut pas ou parce qu’elle  ne peut pas ?
De grandes difficultés pour articuler les rôles respectifs de l’individu et de l’Etat, 
pour mettre d’accord les acteurs économiques et les acteurs sociaux qui se 
regardent en chiens de faïence, pour donner leur place aux outsiders, pour 
définir la place respective de la loi, de la négociations sociale et des mécanismes 
de marché
Une mauvaise liaison entre modèle social et performance économique : les droits 
acquis sont souvent des droits croissants (smic,  ancienneté, santé) ; le coût du 
travail est trop élevépour les faibles qualifications
63. Les recherches d’une voie française cohérente et innovante ont été
détournées de leur sens
3­1 La CSG  n’a pas soulagél’appareil de production mais servi àfinancer un 
surcroitde dépenses de protection sociale
3­2 Les allégements de charges sociales ont plus servi àdéfendre l’emploi 
existant et àcompenser les effets négatifs des hausses du SMIC qu’àcréer 
des emplois nouveaux ; ils n’ont pas fait l’objet de négociations entre les 
partenaires sociaux
3­3 Les 35 heures ont créédes emplois, mais àun coût élevé,   pas pour ceux qui 
en avaient le plus besoin,  et elles ont accru l’illisibilitédes politiques 
publiques
3­4 Les politiques d’insertion, pourtant imaginatives, ont étémarquées par 
l’instabilitéet l’obsession quantitative, làoùil fallait la continuitéet le souci 
permanent de la qualité; action conjoncturelle plus que structurelle
3­5 Le système de formation est éclatéen trois et n’arrive pas às’orienter en 
fonction des besoins les plus criants, ni àcompenser les lacunes de la 
formation initiale
3­6 Certaines innovations bien intentionnées se sont avérées déraisonnables 
(l’exemple de la PPE)  
74. Comment progresser vers un plein emploi de qualité?
Importance de l’enjeu
4­1 Les conditions
Un vrai désir de plein emploi, donc une authentique priorité: par conséquent 
accepter d’en payer individuellement et collectivement le prix, prixqui s’est 
accru avec le temps
Des prélèvements obligatoires élevés, mais optimisés par rapport àl’emploi, 
tant dans la manière de prélever (sur les revenus plutôt que sur la 
production) que de redistribuer (la fonction sociale emploi doitpasser avant 
les autres, sans les sacrifier, pendant la période de transition)
Choisir l’emploi plutôt que le revenu, chaque fois que le problème se pose en 
ces termes
Besoin de se mettre autour de la table pour agir ensembleen se faisant enfin 
confiance: un Grenelle de l’emploi et un relance de la négociation sociale 
globale orientée vers l’emploi
4­2 Les chantiers structurels
4­2­1 Le soutien àl’initiative : La France plutôt en pointe
Question : faut­il cibler et où? La question de la révolution  des services    
(usage plutôt que propriété) 
8„



4­2­2 Optimiser le couple salaire /emploi
Rétablir la hiérarchie des salaires avec un smic qui augmente au minimum légal et des salaires 
moyens qui augmentent plus vite ( très partiellement en cours, loi du 3 décembre 2008)
Etendre les allégements de charges  aux cotisations employeurs d’assurance chômage et de 
retraites complémentaires et accroître leur conditionnalité en s’inspirant de la loi seniors: les 
entreprises ou les branches qui n’ont pas signé au bout d’un certain délai un accord d’optimisation 
de l’emploi, très libre dans son contenu,  redonnent à l’Etat une fraction croissante des allègements 
de charge 
4­2­3 Un service public de l’emploi qui oriente, accompagne, forme, insère vraiment les 
demandeur(e)s d’emploi
Les benchmarks réalisés montrent que nous ne disposons pas encore des moyens nécessaires pour 
une offre de service correcte
Pour trouver les ressources nécessaires, faire appel à la solidarité de ceux qui disposent de la 
sécurité de l’emploi:  Universaliser l’assurance – chômage  en l’étendant  aux trois fonctions 
publiques , employeurs et  agents afin de trouver les ressources nécessaires pour étendre les 
allégements de charges, pour que le droit à l’accompagnement et à la formation soit assuré, pour 
indemniser les créateurs d’entreprise , et pour  mieux couvrir la précarité et ainsi réduire la place 
devenue excessive des minimas sociaux. Nécessité d’une étude  financière pour  mesurer et calibrer 
l’impact de ces changements
9„




4­2­4 Des politiques d’insertion stabilisées et orientées qualitépour réduire le chômage 
de longue durée
un accompagnement qui se densifie au fur et à mesure que la durée du chômage s’allonge et un 
droit, sinon un devoir, de formation longue 
des  emplois aidés  recentrés et orientés vers l’insertion durable, c’est‐à‐dire d’un durée suffisante, 
avec maintien de l’accompagnement par Pôle emploi, et assortis de formation.  Une volumétrie fixée 
en fonction du chômage de longue durée ou récurrent anticipé et non de la conjoncture de l’emploi 
, avec plusieurs options possibles, selon que la priorité est donnée à une sorte de droit à l’emploi  
opposable ou aux contraintes budgétaires
la répartition des compétences de formation entre les Opca, les Régions et Pôle emploi  n’est pas 
optimale et  crée beaucoup de complexité;  la montée en compétence de Pôle emploi  dans ce 
domaine devrait s’accompagner d’un développement de ses moyens, sans doute difficile à obtenir 
sans une nouvelle répartition des compétences
considérant notre échec dans le domaine du chômage de longue durée,   la question d’ une 
obligation d’embauche de chômeurs de longue durée  se pose;  les administrations et  les 
entreprises défaillantes  pourraient  s’en acquitter par le versement d’un taxe qui financerait de 
manière stable et régulée les contrats aidés
accorder le RSA aux jeunes qui s’engagent de manière claire dans un parcours d’insertion fortement  
accompagné ( pas plus de 30 jeunes par tuteurs)
10

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents