POUR UNE EVALUATION FORMATRICE et MOTIVANTE
206 pages
Français

POUR UNE EVALUATION FORMATRICE et MOTIVANTE

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Pourquoi l'élève devrait-il s'ennuyer ? Pourquoi devrait-il être contraint ? Pourquoi son initiative ne serait-elle pas libérée ? Le système des notes peut-il répondre à ces exigence ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 juillet 2020
Nombre de lectures 6
Langue Français
Poids de l'ouvrage 18 Mo
Le débat sur l’évaluation entre partisans et adversaires des notes estil pertinent ?  Il est utile pourtant, voire nécessaire, d’évaluer le niveau d’un élève dans une discipline et plus exactement dans chaque partie de celleci par un système objectif qui peut être une note, c’est un moyen efficace, mais sans doute pas le seul. Ce qui pose problème c’est l’usage de la note au quotidien, c’est l’action négative sur l’élève quand celleci n’est que moyenne et, pire, quand elle est mauvaise de manière répétitive et dans la durée. Il est de la responsabilité du professeur et de sa liberté pédagogique de proposer une forme d’évaluation qui soit formatrice et motivante tout au long de l’année scolaire quel que soit le niveau de l’élève, quelles que soient ses qualités ou ses faiblesses. L’évaluation sanctionnée par notes (ou autre moyen) des connaissances et des compétences devrait se limiter en nombre, annuelle, en début d’année par exemple, ou bisannuelle. Elle devrait de toute façon rester confidentielle, à l’usage du parent et de l’enfant.nous pensons qu’il fautEn résumé déconnecter l’évaluation du niveau de l’élève lequel ne peut progresser que lentement de celle du travail de classe qui peut avancer chaque jour.
2
La pratique proposée ici, à l’évidence, est une alternative radicale à la note mais elle n’est pas que cela. Elle se propose tout naturellement de répondre à la nécessité du bien être de l’élève. Ainsi, enseignant moimême, pendant plus de trente ans, j’ai essayé par tous les moyens de résoudre cette difficulté du malvécu de nombre d’élèves dans le système actuel sans avoir conscience de la réalité de l’alternative : bienêtre ou violence institutionnelle ? J’ai réussi à bricoler, parfois de manière géniale, comme beaucoup de mes collègues, mais ce n’était qu’à la marge de ce qu’il aurait fallu et tous en étaient bien conscients. Cependant aujourd’hui que cette réalité apparaît avec de plus en plus d’évidence tout devient plus simple. Il suffit de débusquer la violence institutionnelle partout où elle s’insinue pour trouver les moyens de l’expurger……Au moins au niveau de la classe, ce qui est de la responsabilité et de la liberté pédagogique de l’enseignant. Cette pratique répond aussi à ce terrible mal qu’est l’ennui en classe. Cette question de l’ennui, je l’ai bien connue au cours de ma carrière. Ennui des élèves, de certains élèves, bien sûr, pas tous mais souvent les mêmes. Ennui du professeur aussi qui se demande quel sens peut avoir de toujours et toujours corriger les mêmes erreurs, les mêmes copies émaillées des mêmes fautes d’orthographe ou d’inattention, de toujours rappeler les mêmes consignes qui ne seront que peu appliquées, de refaire années après années les mêmes cours suivis d’exercices qui ne seront justes qu’à un vague pourcentage…
3
 A quoi cela rimetil ? Ou bien on a compris et tout ou presque est juste. Que veut dire que l’on a compris à 50% avec 10/20 ? Ça veut dire que rien n’est acquis solidement !C’est cela que j’ai voulu prendre à bras le corps. J’ai mis en place progressivement une autre pratique. Une pratique qui fait appel en permanence à la participation volontaire de l’élève. Je dois dire que dans ces dix années, hélas mes dix dernières années d’enseignement du français en classe de sixième, je n’ai plus vu d’élèves s’ennuyer, même ceux qui étaient catalogués comme cancres ailleurs s’épanouissaient, d’abord dans leurs compétences particulières puis s’enhardissaient dans d’autres domaines. Je me souviens de ce petit blondinet qui ne rêvait que de faire le pitre  son père était acteur amateur  il le fit en expression théâtrale et se tailla un succès tel qu’il se prit au jeu, accumula des microunités nombreuses en ce domaine et voulut ne pas en rester là et s’attaqua à la lecture d’un livre dont il raconta les péripéties avec bonheur. Puis il se mit à écrire des textes qu’il lut avec gourmandise devant la classe qui en redemanda et de fil en aiguille en fin d’année, non ce n’est pas lui qui tint le record d’obtention de microunités mais comme ses camarades il avait aussi travaillé … et beaucoup, beaucoup, ce qui au début le rebutait …
4
 Quant au professeur, enfin il évaluait des choses qui en valaient la peine et il le faisait avec empressement : distribuer des validations d’acquis, c’est autre chose qu’accorder une vague note. C’est aussi beaucoup moins long que de longues corrections dont l’élève ne tiendra pas compte dans la majorité des cas. C’est aussi plus gratifiant pour lui et pour l’élève.Par contre je me souviens d’Amandine qui après maints accords avec moi sur un rendezvous, juste après les cours, pour la lecture de sa création, rendezvous toujours annulé au dernier moment et qui se décida enfin à présenter son œuvre.Je compris alors ses hésitations. Ce n’était pas un texte dont elle me fit la lecture mais d’un vrai roman… L’heure y suffit à peine. Et c’était bien écrit, bien pensé, bien organisé. Et comme souvent pour tout auteur l’autobiographie affleurait. Vous parleraije de Marin ont je découvris exposés à la vitrine du libraire, des années plus tard, les nombreux romans policiers dont l’intrigue de l’un se déroule sur les lieux de sa scolarité?  Vous diraije que l’un de ces petits sixièmes devenu adulte supervisa les travaux de la reconstitution de la fameuse grotte Chauvet ?
5
 Je me souviens aussi de Marie qui chaque semaine, parfois deux fois par semaine, présentait à la classe un nouveau texte de son cru. Si souvent qu’elle dût se contenter de les présenter au seul professeur pour céder la place aux autres élèves avides de lire à leur tour leur production littéraire. Je la retrouverai quelques années plus tard actrice dans un spectacle historique auquel je prenais part.  Je me souviens aussi des comptesrendus de livres lus par ces gamines et gamins de sixième devant leurs pairs. Ceuxci étaient si fréquents que le problème n’était plus de faire lire les élèves mais c’était le temps qui manquait pour valider leur lecture devant la classe ! Cette question fut résolue par une organisation plus diversifiée de ces comptesrendus, fort heureusement car il arriva que certains dépassèrent les vingt livres lus dans l’année scolaire !  Je me souviens de ces deux gamines dégourdies et curieuses qui après la présentation, en vue de l’étude de la civilisation égyptienne, d’un scarabée de pierre recouvert sur sa face plate apparemment de hiéroglyphes, se lancèrent dans une recherche peu ordinaire. D’abord elles photocopièrent le texte gravé sur la face plate et l’agrandirent pour une lecture plus aisée. Elles cherchèrent lieux et adresses d’égyptologues et rédigèrent une magnifique missive avec toutes leurs questions sur le document. L’éminent historien contacté leur répondit avec enthousiasme : il apprit à la classe, et à moimême pour l’occasion, que ce scarabée était sans aucun doute une pièce historique, la traduction du texte largement commenté en faisait foi !
6
 Je me souviens aussi, en éducation artistique où j’appliquais les mêmes principes pédagogiques, de cet élève qui avait choisi de réaliser son œuvre. C’était un garçon plutôt tranquille voire un peu lent, très lent mais obstiné. À raison d’une heure hebdomadaire il traversa l’année scolaire sur le même travail : une fresque de trois mètres de long sur deux de large toute en mosaïque de petits papiers collés… un chefd'œuvre !Je me souviens surtout de l’empressement et du sérieux de tous et toutes à compléter progressivement le tableau mural de leur gommette pour chaque micro unité obtenue. Preuve de la correspondance avec leur besoin, ce tableau, pourtant couvrant tout un mur, resta au long de l’année sans graffiti aucun, sans déchirure, préservé par le respect vrai qu’ils en avaient : c’était leur travail !  Je ne reparlerai pas ici de Christian, pédagogue émérite, car il a droit dans les remerciements, en fin de publication, à son appréciation élogieuse.  Je pense à cet autre Christian qui ne manquait pas de m’attendre assez souvent à la porte de la classe en fin de cours pour parler, simplement parler mais parler sérieusement… Il fit ses études de médecine et s’installa. Je le retrouvai sur ma commune, il devint notre médecin de famille jusqu’à sa retraite !J’ai pratiqué, au cours de la mienne retraite, quelques années de percussion dans la batucada du centre social local. Jour de fête ou carnaval, nous voici en concurrence avec d’autres formations. L’une, superbement costumée, jeune, nombreuse, bien entraînée par son chef.
7
 Surprise, ce dernier me hèle : « Vous vous souvenez, monsieur Blanchard, le film que vous nous avez fait préparer, séquencer et enfin tourner dans la nature : l’attaque par les indiens du camp retranché ? ». J’apprends alors que cet ancien élève est professeur de musique au collège. Il se souvient sans doute d’une super production… En fait le film ne dure que quelques minutes. La trace en est restée cependant, profonde.
8
1  2  3  4  5  6  7  8  9 10 11 12 13 14 15
SOMMAIRE
PRINCIPE POINTS FORTS PRATIQUELISTINGS DES MICROUNITÉS  orthographe  expression  lectures EFFETS COLLATÉRAUX COMPATIBILITÉ ŒUVRE ABOUTIEDIVERSES NOTES ANNEXES EFFICACITÉ PAR LE CALME TRAVAUX D’ÉLÈVESRÉCRÉATION COURRIERS REMERCIEMENTS POSTSCRIPTUM
pages
10 15 20 39
108 113 115 116 125 129 149 174 186 198 206
9
PRINCIPE POUR LE PROFESSEUR UN PRINCIPE NÉCESSAIRE : L’EMPATHIEPOUR L’ÉLÈVE :RÉPONDRE AUX BESOINS FONDAMENTAUX DE L’ENFANTCréer Bouger Etre reconnu S’exprimerRéussir Echanger Aller vers l’autonomieVisualiser le progrès des connaissances et des compétences Visualiser l’avancéedu travail et de l’effort …
10
 La crainte peut être une chose terrible dans la vie d’un enfant. Elle doit être entièrement éliminée, qu’elle soit crainte des adultes, crainte de la punition, crainte de la désapprobation ou crainte de Dieu.Seule la haine peut s’épanouir dansune atmosphère de crainte.
 Avoir confiance, c’est d’abord accepter l’enfant dans satotalité. Nous le savons : pourvu d’un potentiel vital puissant et dynamique; riche de besoins et de pulsions purement enfantines; capable du meilleur comme du pire; faible et sensible; adorable toujours, insupportable parfois.  Neill
11