École doctorale de droit public et de droit fiscal Centre Malher rue Malher Paris cedex paris1 fr

-

Français
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8

  • cours - matière potentielle : dans le cadre du master d' études juridiques sur le monde arabe

  • cours - matière potentielle : dans le cadre du master d' études juridiques sur le monde arable


École doctorale de droit public et de droit fiscal Centre Malher 9, rue Malher 75181 Paris cedex 04 Conseil de l'École doctorale Réunion du jeudi 5juin 2008 Compte-rendu Présents : Membre extérieur : M. Cordier, Enseignants : M. Bouvier, M. Deguergue, G. Marcou, E. Picard, C. Teitgen-Colly. IATOS : Ch. Morin. Excusés : B. Castagnède, A. Ciaudo, É. Debaëts, R. Leonetti, B. Mathieu, T. Perroud, A.-F. Roger. Rappel de l'ordre du jour : - Questions diverses - Professeurs invités 1) Questions diverses G. Marcou ouvre la réunion en attirant l'attention des participants sur le compte-rendu de réunion joint au dossier de séance, rédigé par R. Leonetti, qui reprend les principaux sujets abordés le 18 avril dernier avec les représentants des doctorants. . Le premier point regarde tout particulièrement les sujets de thèses leur éventuel chevauchement et leur protection. Les étudiants demandent la mise en ligne des sujets de thèses. E. Picard indique que le premier travail qu'il demande aux doctorants consiste à vérifier si le sujet qu'ils souhaitent étudier n'est pas déjà pris. Il suggère la création d'une association nationale des écoles doctorales de droit afin notamment d'organiser une meilleure diffusion de l'information.

  • conseil de l'ecole doctorale

  • ecole doctorale de droit public et de droit fiscal

  • doctorants

  • doctorants quant

  • m2r droit public


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2008
Nombre de lectures 214
Langue Français
Signaler un problème
École doctorale de droit public et de droit fiscal Centre Malher 9, rue Malher 75181 Paris cedex 04 eddrpub@univ-paris1.fr Conseil de l’École doctorale Réunion du jeudi 5juin 2008 Compte-rendu Présents : Membre extérieur : M. Cordier, Enseignants : M. Bouvier, M. Deguergue, G. Marcou, E. Picard, C. Teitgen-Colly. IATOS : Ch. Morin. Excusés : B. Castagnède, A. Ciaudo, É. Debaëts, R. Leonetti, B. Mathieu, T. Perroud, A.-F. Roger. Rappel de l’ordre du jour :-Questions diverses -Professeurs invités 1) Questions diverses G. Marcou ouvre la réunion en attirant l’attention des participants sur le compte-rendu de réunion joint au dossier de séance, rédigé par R. Leonetti, qui reprend les principaux sujets abordés le 18 avril dernier avec les représentants des doctorants. . Le premier point regarde tout particulièrement les sujets de thèses leur éventuel chevauchement et leur protection. Les étudiants demandent la mise en ligne des sujets de thèses. E. Picard indique que le premier travail qu’il demande aux doctorants consiste à vérifier si le sujet qu’ils souhaitent étudier n’est pas déjà pris. Il suggère la création d’une association nationale des écoles doctorales de droit afin notamment d’organiser une meilleure diffusion de l’information. . Concernant la prise en charge par l’Ecole doctorale de certains frais liés aux recherches des doctorants, G. Marcou rappelle que la situation financière relativement précaire de l’Ecole ne permet de participer qu’à titre exceptionnel aux frais engagés par les doctorants pour leurs recherches. . À propos des doctorants-conseils, M. Bouvier qui a fait l’expérience de ce type de contrats pour les master 2 en partenariat avec des collectivités territoriales, des SEM ou des entreprises privées montre un certain scepticisme, les frais perçus par l’Université limitant à 50%de la somme prévue celle que touche l’étudiant. M. Cordier sollicité sur ce point indique tout l’intérêt qu’il y aurait à développer ce type de partenariat entre les entreprises et l’Université. G. Marcou fait observer que le cadre nouveau proposé aux doctorants correspond à un monitorat, il propose de faire connaître plus largement cette possibilité aux doctorants et à d’éventuels partenaires. L’assemblée s’accorde dans ce sens.